Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Roue du RP → Raphaël & Elijah
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
28/05/2014 Le Grand Manitou 2005 Nobody 335
Admin


Sujet: Roue du RP → Raphaël & Elijah
Mer 14 Nov - 16:19

Roue du RP → Raphaël & Elijah



La carcasse froide de l’Odyssée se traînait dans l'espace depuis plusieurs décennies à présent. Une grande majorité de ceux vivant dedans ne connaissait plus que la terre sous forme d'images, ou de descriptions offertes lors des quelques cours en discutant. Pas étonnant que la folie finisse par s’insinuer dans les esprits…

Raphaël, ça fait déjà deux ans que tu vis entre quatre murs bien plus restreints que les parois habituelles du vaisseau. Les barreaux ont remplacé la vue déjà pas très glorieuse sur d’autres plaques de métal soutenant la carcasse. Pauvre gamin qu'on a enfermé, et qui n'a plus aucun espoir alors que chaque année l’approche un peu plus de la tombe… Aujourd'hui, après le déjeuner, on t’emmène dans une nouvelle pièce, silhouette masculine inconnu face à toi, mais le badge sur son torse ne laisse aucun doute…

Elijah, deux semaines que tu as passé dans ce nouveau service, qu'on t’emmène aujourd'hui voir ceux qui sont mis à l’écart. L'adolescent face à toi est juste considéré comme sujet à des crises de colère, mais rien de bien insurmontable, si ce n’était son crime. Quoi qu'il en soit, tu dois juste l’aider, c’est ce qui tourne en boucle dans les discours…




précisions


→ GM ne repassera plus sauf si demande explicite par mp. Dans ce cas, contactez Rowena Chakraan. De même si vous avez la moindre question ou précision à quémander.

→ Ce rp est laissé entre vos mains et votre imagination, n'hésitez pas à être créatif quant à vos aventures.  

Promis on est pas sponsorisé par Disney


avatar
19/05/2018 Phoebus - Léonard Caleb A. Hakara 89 Sebastian Stan Ava © STARFIRE - Signa © EXORDIUM. Stratégie & Maniement des armes 243


Sujet: Re: Roue du RP → Raphaël & Elijah
Mer 14 Nov - 21:56

♫ Duck Shoot - Rupert Gergson Williams ♫

Douces mémoires d'une nuit noire


16 ans. Certains à cet âge embrassent la vie, voient leurs parents leur offrir de plus en plus de liberté... Si liberté est encore un mot qui existe sur cet engin de mort, prison géante pour protéger une population dont les heures sont forcément comptées... Si la Terre entière n'a pas suffit à contenir la guerre alors imaginez un simple vaisseau comme celui ci... Si tout allait bien il n'y aurait pas besoin de police, pas besoin de prison, pas besoin de cette politique froide et abjecte où tout les 'crimes' sont logés à la même enseigne.

Cependant, ce n'est pas comme si tu avais volé une pomme, toi tu as tué quelqu'un, défiguré, frappant de toutes tes forces un adolescent à peine plus âgé que toi quand bien même il ne respirait plus. Il ne s'agit pas d'un accident, le nombre de témoins est assez élevé pour que la question d'un procès n'ai pas été soulevée... Il s'agissait d'un meurtre de sang froid et tu étais dès lors considéré non pas comme un délinquant mais comme un meurtrier couplé d'un mental instable et dangereux. Rien n'était fait pour que tu puisses un jour sortir de ta cage en homme libre.
Et si les premiers temps il y avait eut l'espoir, peu à peu ce dernier avait laissé place à un sentiment amer: Tes parents ne venaient plus te voir. Ta mère le voulait-elle? Ton père l'en empêchait peut-être... Tu n'étais plus le fils prodige, tu n'étais plus le fils de personne. Et comme tout adolescent tu étais à cet âge où on se questionne, on aimerait bien refaire le monde, on aimerait tout recommencer... Et on ne se rends pas compte que c'est impossible.

Des crises tu en avais fais plusieurs en deux ans, paralysé au milieu de ta cellule ou bien à frapper les murs de tôles au beau milieu de la nuit, aujourd'hui encore tes phalanges portaient les marques violacées de bleus en perdition. Deux ans ne t'avaient pas encore brisé mais déjà ton regard semblait s'éteindre. Il faudrait encore du temps avant que tu ne décides de te prendre en main, occuper tes journées à te maintenir en forme pour oublier que les murs se rapprochaient de toi sans cesse un peu plus, q ue cette boule dans ton estomac était peut-être indomptable, mais que tu pouvais l'exténuer.
Deux ans et tu avais l'impression d'y avoir passé une éternité. Pourtant tu ne pourrais être envoyé à la dérive que douze ans plus tard. Tout ce temps à attendre la mort sans qu'elle ne vienne te cueillir. Rien ne présageait la possibilité de vivre plus longtemps et alors que tu aurais du être à la fluer de l'âge, tu prenais ce coup en pleine figure.

Ton repas, ce matin encore tu n'y avais pas vraiment touché, grignotant sur le pouce tout au plus. En quelques semaines tu avais perdu en état, tu rongeais tes ongles au sang et après avoir tenter de fuir lors d'une pause repas, le retour de bâton avait maté ton moral une bonne fois pour toute.
Pourtant aujourd'hui quelque chose de nouveau venait ébranler cette lente agonie. Comme si le Conseil en avait quelque chose à faire de ses condamnés à mort, tu étais convoqué à un premier entretien avec un psychologue, ou psychiatre tu n'avais pas vraiment écouté, trouvant l'idée saugrenue... Qu'espéraient-il? Que tu ne repeindrais pas le sol de ta prison de sang avant d'être envoyé à la dérive? Évitant ainsi une trop mauvaise publicité au conseil?
Espéraient-ils qu'après cet entretien, tu cesserais les colères, les hurlements, les cauchemars, les crises de larmes, les tentatives de fugue? Cela faisait parler les autres détenus, un gamin de seize ans qui semble avoir la hargne de vivre autant que celle d'en finir, ça ne passe pas inaperçu.

Mais tu es obéissant, ton père t'as toujours éduqué ainsi. Alors si tu n'as pas le choix, tu traines les pieds à la suite des gardes. Quatre. pour un seul gamin dont la constitution n'a rien à voir avec le Raphaël de trente ans qui posera les pieds sur Terre des années plus tard. Tu es un grand enfant, ni plus ni moins...
On ferme la porte, si on te laisse face à cet homme, on ne t'as pas pour autant retiré les menottes. Tu es dangereux et rendez vous ou pas, ton statu ne change pas. Tes yeux clairs se posent enfin sur son interlocuteur et du haut de tes seize ans, du haut de ton rang de meurtrier tu es choqué par son âge. Celui qui est en face de toi n'est pas un vieux au visage marqué. Il a des yeux de glace, un visage qui derrière son rôle de psy, trahit quelqu'un qui n'a certainement pas eut tant de patients... Tu baisses le regard, tes poings trahissent tout ton être, serrés et blancs. Peur? Colère? Tristesse? Tu n'en sais rien pourtant tu relèves les yeux vers lui sans défis, tu les plonge dans les siens parce que ton père t'as toujours dit de garder la tête haute. Tu ne veux pas paraître faible aujourd'hui, tu ne veux pas qu'il pense que tu es ce gamin qui attends la mort dans sa cage...

Et tu ne dis pas un mot. parce que tu ne sais pas quoi dire, tu ne sais pas ce qu'il sait ou non, tu ne sais pas ce qu'il veut...
Et tu ne sais pas, que c'est peut-être grâce à lui que tu atteindras tes trente ans, et que tu posera le pied sur Terre. Parce qu'il suffit de tellement peu pour rester en vie...

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Admin - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat Liam Cohen, Saoirse Crowley, Cassandre Darcy, Near Reinhart 1792 Cillian Murphy lux aeterna ♥ , signa Perséphone + bckstreetbystumblr, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Paroles signa : Public Service Sroadcasting Evrest Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège Blue for the win, Odysséen. 237
Admin - Panic Station


Sujet: Re: Roue du RP → Raphaël & Elijah
Mar 27 Nov - 2:05




Douces mémoires d'une nuit noire


Raphaël et Elijah

Il est envoyé un peu partout en ce moment et même s’il comprend qu’on veuille d’abord le tester dans différentes sections de l’Odyssée, se retrouver ici est peut-être l’un des pires endroits pour Elijah parce qu’il se retrouve face à ceux qu’il peine à comprendre : c’est difficile. Il ne dit pourtant rien, c’est son job d’analyser, de tenter de comprendre sans que l’on réussisse à deviner ce qu’il pense. Ce qu’il pense il l’écrira sur tablette après et encore cela ne sera probablement qu’une partie de la vérité. A vrai dire, il ne sait pas trop comment cela va se passer ici, il n’en a pas la moindre idée. C’est plutôt confus pour lui de se retrouver là devant ces pages qu’il tourne sur tablette sans pour autant parvenir à réellement comprendre pourquoi certains se sont ainsi mis dans une telle situation. C’était comme si certains étaient incapables de suivre quelques règles imposées, comme s’ils s’étaient invités en électrons libres sur l’Odyssée sauf que cela ne se passe pas ainsi. Chacun a vécu des drames, des injustices mais si la plupart ont réussi à se tenir aux lois de l’Odyssée c’est que même le plus con d’entre eux en est capable s’il a la notion de la vie et de la mort.

Tout le monde veut vivre, n’est-ce pas ?

Il n’en sait rien. C’est mitigé, tout le monde devrait vouloir vivre, ne pas se mettre dans des situations desquelles ne découle que la mort. Qu’elle vienne tout de suite ou plus tard, ce n’est que du détail. Toutes ces informations sur un individu déjà condamné. Lui-même ne comprend pas réellement pourquoi il faut qu’il y en ait un qui les évalue, ceux-là dont on ne veut plus. Ça l’emmerde d’être ici, de ne pas trop savoir comment s’y prendre même s’il sait qu’il restera le même. Ils ne sont pourtant pas comme les cas qu’il a pu voir lors de son apprentissage, c’est bien différent, plus compliqué. Savent-ils pourquoi ils les emmènent voir un psychologue ? Il ne les voit pas tous, quelques uns qui sont des cas plus complexes même en prison. Ça aussi, il ne comprend pas autant l’Odyssée sur ce point de les garder en vie alors que pour certains vu le crime c’est peine perdue. Ça l’est toujours quand la vie d’un autre est en jeu, quand l’odeur de la mort colle à la peau de ceux qui sont envoyés dans ce bureau pour qu’ils quoi au fond ? Que peut-il bien tirer de celui qui se fera éjecter quelques années plus tard ?

Il était un peu perplexe dans l’idée d’aider quelqu’un pour quoi au final ? Rien ? Qu’il essaye de ne pas aggraver son cas en prison ? Peut-être bien ça oui. Il leva les yeux de la tablette lorsque la porte s’ouvrit, des gardes resteraient à l’entrée tant mieux, mais là aussi qu’allait-il faire ? L’étrangler pour ne plus avoir attendre en prison ? Peut-être bien. Il secoua la tête, il n’allait pas lui donner des idées ni même y penser, il serait quelqu’un comme un autre sur l’odyssée. C’était un inconnu qui avait besoin d’aide. Il ne se leva pas lorsqu’il arriva, lui indiqua de façon muette qu’il pouvait s’installer ou rester debout, c’était comme il le souhaitait, il s’en fichait un peu. S’il était jeune sur papier, c’était plus visible encore lorsqu’il était en face de lui. Ils étaient de plus en plus jeunes à ne pas comprendre qu’il y avait un besoin d’ordre sur le vaisseau pour qu’ils puissent tous survivre. Ils étaient de plus en plus jeunes à préférer la mort. Il n’avait pas tout le passé du gamin dans ses notes, juste le principal, des bribes de son histoire qu’il préférait de toute façon entendre de celui qui serait l’énième inconnu jusqu’à ce qu’il se décide à parler. « Je m’appelle Elijah Callaghan. » Il s’arrêta, se demanda un moment s’il écouterait un seul mot de ce qu’il dirait ou serait dans sa bulle jusqu’à ce qu’on le remette en cellule.

C’était une possibilité.

« Je serais votre psychologue attitré le temps que. » Il s’arrêta. C’était évident cette suite logique qu’il n’avait pas à dire pour qu’il la comprenne. Quelque part, c’était démoralisant. « Sais-tu pourquoi tu es là ? » Autant commencer dans le vif du sujet parce qu’ils n’allaient pas perdre de temps, être direct comme il l'avait toujours été sans prendre le temps d'y mettre des formes. Pourquoi être ici, dans cette partie du vaisseau, dans ce local à parler à quelqu’un d’imposé, peut-être la dernière personne a qui il aurait souhaité parler si on lui avait laissé le choix. Le choix, ils ne l’ont pas eu tous les deux alors autant faire avec et tenter d’avancer si l’autre le voulait bien. S’il pouvait comprendre bien des choses, il avait plein d’interrogations sur tout ce groupe destiné à mourir pour des actes qu’ils auraient pu éviter de bien des façons.

Spoiler:
 

— code by lizzou —

En ligne

avatar
19/05/2018 Phoebus - Léonard Caleb A. Hakara 89 Sebastian Stan Ava © STARFIRE - Signa © EXORDIUM. Stratégie & Maniement des armes 243


Sujet: Re: Roue du RP → Raphaël & Elijah
Jeu 6 Déc - 0:23

♫ Mary is dead - Rupert Gergson Williams ♫

Douces mémoires d'une nuit noire

L'ordre. TU connaissais ce mot, tu connaissais les tenants et les aboutissants de ce terme. N'avais tu pas, après tout, été ce fils destiné à devenir garde? N'avais tu pas, il y a encore quelques temps, en tête de réussir à être le plus jeune Gardien de l'Odyssée? Tu aurais rendu ton père fier, tu l'aurais peut-être vu sourire, cet homme dont le sérieux était plus marqué qu'une cicatrice au fer rouge.
Et pourtant tu avais faillis à cette simple tâche qu'est le respect. Le respect qui vous fait marcher en ligne droite. Le respect qui n'autorise aucun écart de conduite. Le respect qui veut que tout le monde soit logé à la même enseigne sur le vaisseau. Respect hypocrite qui offre à certains un confort que l'on refuse à d'autres. Il y a dans ces prisons des jeunes présents uniquement parce qu'ils ont eut le malheur de naître jumeaux, d'autres parce qu'ils ont eu l'audace de voler des médicaments, de la nourriture... Puis il y a ceux comme toi, qui ont fait le pas en trop.

À son signe tu décides de t'asseoir, non sans garder un oeil autour de toi comme si quelque chose pouvait te tomber au coin du nez, il y a de quoi se demander... Pourquoi amènerait-on un gamin condamné à mort voir un médecin guère plus vieux s'il n'y avait pas anguille sous roche? Tu as fais courir pas mal de gardes depuis ton arrestation, il semble pourtant logique que l'on souhaite te voir calmer tes ardeurs d'une façon ou d'une autre.
Et tu vois la démarche comme si tu étais ce chien à qui on met une muselière parce qu'il a montré les crocs, que l'on attache court parce qu'il fait peur et que l'on enferme dans un chenil pour mieux le maîtriser... Ironique venant d'un peuple qui fut capable des années avant, de fuir la Terre afin de sauver une espèce qu'il juge supérieure. Pour au final en éliminer une partie jugée superflue. L'homme ne change pas, il reproduit sans cesse les mêmes schémas. Tu ne fais pas exception bien évidemment, ta seule différence avec la plupart des adolescents, c'est qu'à l'âge de seize ans, tu connais déjà la date de ta mort.

Lorsqu'il se présente, tu ne le lache pas du regard, tu remarques un léger frémissement dans ses pupilles lorsqu'il évoque la durée du suivie, la paupière tressaute. Bien entendu, tu sais qu'il évite de terminer la phrase par politesse, sans doute pas par tact, peut-être par erreur? Il ressemble à un gamin qu'on aurait assigné à une tâche ingrate, on préfère sans doute qu'il risque de faire des erreurs ici qu'avec les individus de l'Odyssée... C'est triste.
« Le temps que? »
Tu laisses glisser un sourire presque doux contre tes lèvres, doux et résolument triste alors que tu détournes le regard vers la porte par laquelle est certainement rentré le jeune Callaghan. « Jusqu'à venir me souhaiter Joyeux Anniversaire? » La douceur est remplacée par l'amertume, une boule au fond de la gorge et une certaine violence. Oh il n'y est pour rien, il n'est pas le sujet de la colère muette qui gronde au creux de ta poitrine, il est à la rigueur la cible facile sur laquelle se déverser quoique menotté et surveillé de toutes part, il serait parfaitement idiot de faire quoique ce soit... Tu n'es pas quelqu'un de violent par essence, au final tu es un adolescent qui grandit beaucoup trop vite parce qu'il n'a pas le choix.

Et pourtant tu n'as pas encore répondu à sa question. Qu'il ne se méprenne pas, tu l'as belle et bien entendue. Cependant il faut quelques minutes pour mettre des mots sur la sensation qui t'as assaillit lorsque l'on t'as sorti de ta cellule, refermant les bracelets d'acier autour de tes poignets. Le temps, tu en as beaucoup à perdre alors tu laisses ce dernier s'installer entre vous deux. « Vous êtes là parce qu'ils n'ont pas voulus envoyer quelqu'un d'autre? »
Légitime.
Qui viendrait de son plein gré dans cette cage aux lions à l'odeur nauséabonde de viande faisandée? Même toi tu aurais refusé à sa place. « Ou parce que je... » Tu fronces les sourcils, moment d'hésitation, avant de laisser échapper d'une voix bien plus basse, presque étouffée. « ...Parce que j'ai tué quelqu'un. » Mais alors pourquoi?
Pourquoi l'Odyssée, le conseil et tout ceux qui sont en relation avec ce dernier, auraient soudainement décidé d'envoyer un psychologue s'occuper d'un condamné à mort? C'est à ces mots que tu dresses lentement la bulle dans laquelle tu t'enfermes habituellement, refermé sur toi même.
S'il savait, l'homme que tu as en face de toi, que tu as dans l'idée d'en tuer un second. Et que ce dernier se tient juste en face de lui, pieds et poings liés.
Elle est peut-être là, la réponse que tu aurais du donner.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



Contenu sponsorisé



 

Roue du RP → Raphaël & Elijah

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» roue à cliquets
» Raphaël veut voir à tout prix Elodie [Pv ELLE]
» Raphaël & Elodie . ( Raph ' . )
» A VENRE ROUE HONDA CRF
» La Roue de la Fortune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-