Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜« What's going on ? » IsdèsxErisxTC
maybe life should be about more than just surviving


avatar
16/09/2018 Totoro's Child. Wyatt Sheperd 32 Dominic Cooper morphine - sial - metallica ; nothing else matters Marchand - Orientation, Diplomate. Pikuni. 52




« And so I wake in the morning and I step outside and I take a deep breath and I get real high and I scream from the top of my lungs what's going on? »

∾ 13 Octobre 2118
La rumeur c'est quelque chose de fascinant. Il suffit d'un murmure et rien d'autre pour que les gens se mettent à faire du bouche à oreilles et que finalement, une rumeur existe. TC était un peu de ceux qui murmuraient à l'oreille des autres, sans spécialement les créer il n'était certainement pas le dernier à propager les rumeurs, bien au contraire. Le garçon adorait ça, des histoires à faire veiller tard, à retourner le cerveau des plus influençable. Avec les bons mots, on pouvait faire vriller la personne en face de nous en un claquement de doigts.

Un simple clac et voilà un autre monde dans leur crâne, voilà une autre vie et d'autres peurs qui se tissent et s’immiscent lentement. TC adore ça, manipuler l'esprit humain et le rendre docile juste comme il le veut, juste comme il en a besoin. Pourtant, il ne fait pas ça tout le temps, du moins pas aussi loin. Et les légendes dont il se sert sont issues des plus anciens, des traditions déformées et abusées mais traditions qui viennent d'eux, leurs peuples et leurs histoires. Du coup, lorsque le murmure qui parvient à son oreille n'est autre qu'une nouvelle rumeur mais cette fois-ci qui n'avait rien de leurs mœurs, le brun tique un peu, il hésite et s'y intéressent. Les jours et les semaines passent, le mot se passe et les gens viennent naturellement vers lui pour savoir s'il en sait plus. Le conteur d'histoire, celui qui manipule les mots pour en faire de belles histoires.

Mais non, celle-ci il n'y croit pas. Le lâche est sûr d'une chose et d'une seule c'est que s'il y a bien des gens qui racontent réellement n'importe quoi ce ne sont autres que les débarqués du Ciel. Ils sont fous, se font avoir par les pièges que ceux de son espèce connaissent par cœur. Si le phare était bel et bien hanté ils le sauraient. Lui, le saurait. Alors il n'aime pas ça, non, se voir en difficulté dans son propre terrain de jeux, voir des histoires qu'ils ne content pas se propager de bouche à oreille. Du coup, lorsque sa tribu et l'une des tribus sœurs proposent d'aller vérifier ça par eux-mêmes, il est le premier à se porter volontaire – si ce n'est le seul. Le marchand doit voir ça de ses propres yeux et si le courage n'est pas sa qualité première, l'Athna qui se trouve à ses côtés pourra sans doute faire un joli bouclier. Dans un sourire en coin, totalement sûr de lui et bien déterminé, le Pikuni embarque ses affaires et attend sagement que l'Athna se joigne à lui. Plus vite ils seront allés voir les choses d'eux-mêmes, plus vite cette rumeur s’étouffera et son ego sera moins blessé.

Alors quand Isdès se joint à ses côtés, ils entament leur marche plus ou moins silencieuse, simple banalités pour faire passer le temps. « Isdès, t'y crois pas rassure-moi ? » Qui passe notamment au milieu des phrases alors que TC le fixe de ses yeux noirs pour scinder ce que l'autre pense vraiment. Le chemin se passe sans encombre alors que le marchand est plus qu'habituer à sillonner les paysages qu'ils traversent et qu'il parle, plus pour lui que pour l'autre qui l'accompagne. « De toutes façons, pour le nombre de fois où j'y suis allé avec Bren à ce foutu phare, on l'aurait su qu'il était hanté. Le vieux m'aurait fait une attaque dans les bras à n'en pas douter. » Il rit à sa propre connerie, cherchant un peu maladroitement à se rassurer à cette idée, qui, au fur et à mesure qu'ils s'approchent du lieu de toutes les questions, vient germer lentement dans son crâne aussi un peu trop habitué aux histoires. S'il avait réussi à rejeter toutes les pensées jusque là, clairement, plus leur voyage avançait et plus il avait quand-même une petite voix qui se demandait et si c'était vrai ? Cherchant à l'ignorer malgré les kilomètres qui se réduisaient salement entre eux et le fameux phare. Et c'est d'ailleurs en reconnaissant l'environnement que TC se permet d'enfin lever le bras en direction du phare que les arbres couvrent encore malgré l'automne qui arrive et de dire calmement. « Tout droit, par là. On y est d'ici une heure. » Sûr de lui et à raison, l'homme avait fait le chemin de manière totalement mécanique.

Et une heure plus tard, les voilà arriver à destination. Le chemin n'était pas excessivement long entre le village et ici mais la tête de TC tourne tellement depuis ces jours qu'il n'a pas forcément bien dormi. Posant ses affaires à ses pieds, TC regarde le phare droit dans les yeux, cherchant désespéramment à se donner raison puis se tourne vers son compagnon de route pour lui dire. « Bon, bin voilà, on y est. On fait quoi maintenant ? » Un sourire malicieux qui se dessine sur son visage alors que plus va, plus l'homme cherche à cacher les craintes qui se dissimulent dans chaque coin un peu sombre de son crâne. Mais alors qu'il s'apprête à reprendre toutes ses affaires et vouloir faire le tour du bâtiment, un bruit dans la forêt le fait s'arrêter net. Instinctivement, il se planque derrière l'armoire à glace à ses côtés, comme prévu, très bon bouclier. Sa tête se décalant juste assez pour apercevoir les bois qui les entourent et cherchant la source du bruit, il voit face à lui une jeune femme qu'il n'a jamais croisé auparavant et qui à l'air tout, sauf rassurée. C'est bien parti cette histoire. C'est pas un fantôme qui va leur foutre la trouille de leur vie mais une gamine qui connaît pas sa gauche de sa droite. TC roule des yeux, désespéré et s'avance vers elle. Au vu de sa tenu et son air qu'il a déjà vu sur tous les perdus de la même catégorie il a peu de doutes sur sa provenance : le ciel. Elle s'était peut-être cogné la tête un peu plus fort que les autres à la chute celle-ci, va savoir. Du coup il prend le risque, s'avance et passe devant son beau bouclier pour lancer cette fois-ci dans un anglais quasiment parfait. « T'es perdue ? » Et à ses mots s'accompagne un regard pour Isdès à ses côtés. Clairement, si la gamine comptait sur eux pour se rassurer, elle était un peu mal barrée. Donc dans sa langue natale il ajoute pour son compagnon. « Tu vois, tu parles d'un fantôme... » dans un rire fin avant de se retourner vers la rousse qui se tient en face de lui et d'attendre une quelconque explication farfelue, comme tous ceux venus du Ciel savent si bien le faire.


doctor sleep | quote :  P!nk, What's up ?(reprise)
 

« What's going on ? » IsdèsxErisxTC

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: Les ruines :: Le phare-