Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜It’s my opinion [PV Saoirse Crowley]
maybe life should be about more than just surviving


Kieran K. Peters
18/09/2018 Lexis Kai Collins 859 Francisco Lachowski Avatar - myself / Code sign - Wild heart / Gifs sign - MONTCLAIRE Esclave domestique / cuisinier Rahjak 836
The future can be built




It’s my opinion

Vivre libre ou mourir.

Fin novembre 1117

Il devient de plus en plus difficile de sortir depuis la grève quelques mois plus tôt et le cyclone qui, bien qu’ayant été moindre comparé à ce que cela aurait pu être, à tout de même fait quelques dégâts. Il y a du sable partout et la maison des maître de Kieran, toujours en réparation depuis le tremblement de terre, en à prit un coup. Le jeune homme se sent un peu perdu car sa tante a été revendue sans qu’il ne sache à qui et il redoute que son tour ne vienne.

Par chance, le manque d’effectifs et l’attention que requièrent les réparations donnent au brun une occasion en or de sortir seul pour aller chercher de quoi manger. La bourse est mince et la liste précise, le chef s’est tout de même assuré que Kieran ne ferait pas de folies ou ne volerait pas, mais il ne compte de toute façon pas le faire. Il est bien trop content de pouvoir profiter de ce moment de « liberté » que pour risquer de gâcher le plaisir au retour en se faisant punir pour une raison ou une autre…

Le jeune homme se retrouve donc à zigzaguer parmi la foule et les esclaves qui s’affèrent à déblayer le sable des rues et des maisons. Il salue ces derniers, ou du moins ceux qu’il connait, d’un signe de la main. Et alors qu’il arrive à proximité du marché, une tête blonde apparaît devant lui. Saoirse est de sortie aussi ? Ravis de pouvoir profiter de ce moment pour parler avec sa nouvelle amie (peut-être pourra-t-il lui raconter une histoire), il accélère le pas pour la rejoindre et l’interpelle.


« Saoirse, comment vas-tu ? »

Souriant, il s’assure d’un regard qu’elle n’est pas accompagnée ou proche de son maître (qu’il ne connait pas d’ailleurs…).

« Tu as un peu de temps devant toi ? »

Du temps s’est beaucoup dire, mais rien ne les empêchent de discuter en marchant, d’où la question qui sous-entend plutôt « es-tu occupée ou est-ce que tu peux parler ? ».
AVENGEDINCHAINS


Admin - Apocalypse Please
Saoirse Crowley
13/04/2016 Mystery Light Liam, Near, Elijah, Cassandre 2143 Taissa Farmiga Lux aeterna murphy ♥ & Signa : ishtar ÐVÆLING, Soan Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) Ancienne Pikuni 66
Admin - Apocalypse Please







It's my opinion


Kieran & Saoirse
Elle ne se sent pas forcément mieux, pas forcément mal. C’est plus un vide constant, qu’elle ne parvient pas à gérer du mieux qu’il le faudrait. Elle s’adapte, réapprend à vivre à nouveau. C’est plus compliqué qu’elle ne l’aurait pensé parce qu’elle ne pensait pas revenir parmi les vivants. Mais elle est là alors c’est comme une seconde chance pas vrai ? Une seconde chance qu’il ne faudrait pas gâcher. Elle ne sait pas, elle n’en sait trop rien. Il y a eu le tremblement de terre, elle s’est retrouvée coincée un peu sous les décombres avec de joyeux serpents peut-être vénéneux, là aussi elle aurait pu ne pas avoir cette chance de s’en sortir même si elle ne sait pas encore si s’en est une. S’en est surement une, sinon pourquoi s’en sortir pas vrai ?

Elle ère un peu dans le marché. Elle aime bien venir ici depuis que Shannareth n’est plus trop là pour lui chercher des noises, c’est plus calme, c’est presque agréable de retrouver une vie d’esclave plutôt normale à qui il n’arrive pas d’histoire et pourtant il aurait pu lui en arriver ça a été compliqué avec le tremblement de terre. Ça l’a toujours été mais si le tremblement de terre n’a pas changé la mentalité de ce peuple, il l’aura ébranlé dans cette fierté suicidaire qu’ils avaient de se croire invincible. Ça l’a ébranlée elle aussi parce qu’elle ne se souvenait pas avoir vu le sol tremblé comme ça même en étant petite, aucun évènement tel que celui là l’avait marqué. Elle n’avait pas le mot tremblement de terre comme définition pour ce phénomène mais c’est vrai que le sol avait tremblé. Elle regardait autour d’elle sans trop savoir ou chercher, ou aller, rentrer ? Elle avait récupéré tout ce qu’il lui fallait pour Astrid alors peut-être que rentrer était la meilleure des solutions. Le tremblement de terre l’avait bien secoué il fallait bien l’avouer mais elle s’en remettrait, c’était ce qu’ils avaient de mieux les esclaves, le fait que quoi qu’il puisse se passer ici, ils s’en remettraient plus que n’importe qui d’autre dans la cité ou alors pas du tout mais c’était un choix personnel ou une décision de quelqu’un d’autre sur leur vie mais ça ils ne pouvaient pas le contrôler ou bien si mais généralement, c’était une décision irrévocable qui s’opérait alors. Elle ne savait pas comment on pouvait bien la considérer parmi les esclaves mais s’en fichait bien. Chacun son histoire, chacun sa vie.

« Saoirse, comment vas-tu ? » Elle sursaute un peu au son d’une voix qu’elle reconnait pourtant facilement ou plutôt qu’elle a appris à reconnaitre depuis un peu plus de deux ans. Elle s’apprête à lui répondre mais sincèrement, elle ne saurait pas tellement quoi lui dire, qu’elle n’en sait rien. Que pour le moment, ça va ? Elle secoue la tête pour lui dire qu’elle est toute seule aujourd’hui, du moins c’est ce qu’elle essaye de lui faire comprendre sans vraiment avoir à parler. Si elle était plutôt bavarde chez les Pikunis, elle ne l’a pas tellement été ici même si elle a eu des occasions. Elle s’est retrouvée triste, au bord du gouffre mais les rencontres ne sont pas toujours mauvaises et elle en oublie parfois qu’il en est qui ont connu depuis toujours cette vie là et qu’elle se sent bien stupide de se sentir mal alors que tout pourrait aller bien. Mieux. Enfin. Elle pourrait se faire à la vie ici, c’est vrai qu’elle est bien tombée avec Astrid, au moins là, elle se sent utile. « Tu as un peu de temps devant toi ? » Elle hoche la tête. Et toi ?, a t-elle envie de lui demander mais s'il est là c'est qu'il en a rien qu'un peu. « Un peu. Si je ne rentre pas à la minute près ce n’est pas trop grave. » Enfin elle n’a jamais montré de signe de rébellion envers la rousse ou qui que ce soir d’autres. Enfin il y a peut-être quelqu’un mais depuis qu’elle est l’esclave d’Astrid l’autre mercenaire devrait la laisser en paix. Après tout, ils n’ont pas le droit de toucher l’esclave d’un autre. Normalement. « Et toi tu t’en sors ? » Elle était songeuse, savait que la maison des maîtres de Kieran avait plus été touchée. Elle ne savait pas trop comment ça s’était passé pour lui, si elle lui avait raconté comment ça s’était passé pour elle. C’était vrai qu’elle était plutôt restée au calme pour se remettre de ses émotions sans trop fermer la porte aux autres mais restant le plus en retrait possible comme s’il y avait la crainte qu’autre chose de plus terrible n’arrive après ce tremblement de terre qui l’avait secoué pour bien des raisons.


Spoiler:
 



— code by lizzou —


Kieran K. Peters
18/09/2018 Lexis Kai Collins 859 Francisco Lachowski Avatar - myself / Code sign - Wild heart / Gifs sign - MONTCLAIRE Esclave domestique / cuisinier Rahjak 836
The future can be built




It’s my opinion

Vivre libre ou mourir.

Fin novembre 1117

Saoirse ne répond pas à la question de Kieran mais lui indique d’un mouvement de tête qu’elle est seule en le voyant regarder autour d’eux. Elle répond également qu’elle a un peu de temps et lui demande s’il s’en sort. Le brun hausse les épaules puis souris.


« C’est un peu la cohue à la maison, pas vraiment le temps de souffler. Mais ça me donne des opportunités comme aujourd’hui. Ils ont beau me connaître depuis ma naissance, c’est rare qu’on me laisse faire les courses seul. »

Sortir seul ça il le peut, mais lui confier une bourse s’est autre chose. Depuis toujours il est accompagné quant il s’agit de faire des achats quelconques, sauf en de très rares occasions.

Saoirse semble un peu ailleurs. Le sourire de Kieran s’efface et il reprend.  

« Ca fait un moment qu’on ne s’est plus vu. Avec les derniers évènements je me suis inquiété pour toi. Pas trop de dégâts de ton côté ? »

Kieran ne sait pas encore grand-chose de Saoirse. Quand ils se croisent, ils ne parlent pas vraiment d’eux. Mais ça n’empêche pas le jeune homme de la considérée comme une amie et de s’inquiéter pour elle. Il veut apprendre à la connaître sans pour autant la brusquer. Et pour cela, il peut mettre ses propres préoccupations de côté sans difficulté.

AVENGEDINCHAINS


Admin - Apocalypse Please
Saoirse Crowley
13/04/2016 Mystery Light Liam, Near, Elijah, Cassandre 2143 Taissa Farmiga Lux aeterna murphy ♥ & Signa : ishtar ÐVÆLING, Soan Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) Ancienne Pikuni 66
Admin - Apocalypse Please






It's my opinion


Kieran & Saoirse


Elle ne savait jamais comment trop réagir avec les autres esclaves en réalité. Elle pouvait paraitre distante, c’était qu’elle faisait souvent bien attention à ne pas s’attirer inutilement des problèmes. Elle n’en avait pas eu jusque là et comptait bien s’en sortir du mieux qu’elle pouvait dans la cité. Si elle ne pouvait pas fuir, si toute envie de fuir ne menait qu’à la mort, elle préférait tout mettre de son côté. Elle ne vendait pas son âme au malin, elle essayait simplement de s’en sortir au mieux et pour le moment cela allait. Elle ne pouvait pas dire pour autant que cela allait bien, ça allait simplement mieux et ce n’était déjà pas si mal. « C’est un peu la cohue à la maison, pas vraiment le temps de souffler. Mais ça me donne des opportunités comme aujourd’hui. Ils ont beau me connaître depuis ma naissance, c’est rare qu’on me laisse faire les courses seul. » Cela semble aller. Bien sur ils ne vont pas lui donner de la liberté comme ça mais tout de même, cela fait un moment qu’il est là-bas, ils devraient lui faire un minimum confiance même si elle peut comprendre en vérité. Il y a une sorte de drôle de méfiance qui s’installe entre les maître et les esclaves et même pour les premiers alors qu’ils ont plutôt plein pouvoir sur eux. Elle ne sait pas s’il y a eu souvent des retournements de situation pour quelques esclaves bien audacieux pensant s’en sortir de quelque façon qu’elle soit morale ou non finalement la moralité ici n’a que peu de raison d’être. Enfin, elle n’a pas vu l’un d’entre eu en avoir une même s’il en est des moins pire que d’autres. Il y en a certains qui sont différents mais ils se comptent sur les doigts d’une main. « La confiance se gagne difficilement. » Ça a toujours été le cas, ça le sera toujours.

« Ça fait un moment qu’on ne s’est plus vu. Avec les derniers évènements je me suis inquiété pour toi. Pas trop de dégâts de ton côté ? » Elle reste songeuse. Depuis la révolte des esclaves et ce qu’il s’en est suivit sur le terrain des mines et le retour à la cité, elle se fait sans doute encore plus discrète que d’habitude. Elle n’a jamais eu le caractère si passif avant mais là c’est différent. Elle ne se sentira jamais chez elle ici pour pouvoir agir comme bon lui semble, elle ne pourra tout simplement jamais agir ainsi. « Il y a eu beaucoup d’évènement dans la cité ces derniers temps. » Elle ne pense quasi plus au tremblement de terre.  C’est vrai qu’elle s’est retrouvée au milieu d’une faille accompagnée de quelqu’un d’important de la cité mais c’est un fait entre parenthèse, elle semble persuadée que ce qu’il s’est passé ne changera rien s’ils se croisent aujourd’hui. Orion. C’est ce qu’elle a retenu. Elle l’a vu souvent dans la demeure de ses précédents maîtres mais plus depuis qu’elle est l’esclave d’Astrid. C’est peut-être pour le mieux. « Tout semble pourtant être redevenu normal. » Elle le dit d’un ton peut-être un peu amer alors qu’elle s’en sort peut-être le mieux par rapport à d’autres esclaves beaucoup moins lotis qu’elle. « Souvent je me demande quelle sera la prochaine de leur péripétie avant qu’ils ne l’oublient aussi tôt. » Elle a l’impression que les évènements passent sur eux comme s’ils n’étaient rien, comme s’il y avait toujours des gens comme le prince Demyan pour les leur faire oublier d’une quelconque façon si bien qu’elle a comme ce pressentiment qui lui fait penser que rien ne changera véritablement dans la cité que cela soit pour eux ou pour d’autres. La cité reste immuable au temps, aux révoltes éphémères des esclaves ou des rares habitants qui se font silencieux face au système qu’ils ne peuvent changer sans craindre pour leur vie. « Tu ne t’ennuies pas parfois ? » Elle si, c’est bien là le problème lorsque la routine s’installe, lorsqu’elle a l’impression de n’être qu’un fantôme errant sans but dans la cité, dans cette demeure simple lorsqu’Astrid n’est pas là.

Spoiler:
 

— code by lizzou —


Kieran K. Peters
18/09/2018 Lexis Kai Collins 859 Francisco Lachowski Avatar - myself / Code sign - Wild heart / Gifs sign - MONTCLAIRE Esclave domestique / cuisinier Rahjak 836
The future can be built




It’s my opinion

Vivre libre ou mourir.

Fin novembre 1117

La jeune femme répond que la confiance se gagne difficilement. Kieran pince les lèvres et hoche la tête. Les maîtres ne font jamais totalement confiance à leurs esclaves, et encore moins depuis la révolte. Kieran a beau avoir grandit dans la famille qu’il sert, ses maîtres ont beau tout savoir de lui – ou presque – il y a toujours eu une sorte de réticence envers lui, et ce particulièrement depuis sa crise d’adolescence. Evidemment le jeune homme s’est racheté depuis, mais il à perdu une partie du peu de confiance que ses maîtres avaient en lui…

Saoirse reprend la parole à la question de Kieran sans pour autant y répondre. Elle semble amère face à la capacité des gens à oublier les évènements qui les frappent. Le jeune homme la comprend, il a déjà ressentit cela lui aussi.

« Tout le monde n’oublie pas si facilement, heureusement… Les nobles, les biens lotis, ils n’ont pas de mémoire, mais nous bien, nous avons de la mémoire et de l’espoire. »

Un petit sourire réapparaît sur son visage et il reprend pour répondre à la dernière question de la jeune femme.

« Si je m’ennuis, je part en voyage. J’imagine des forêts profondes ou des mers sans fin. Je suis sûr qu’un jour ce ne sera plus un rêve mais une réalité. »

Il se place alors face à Saoirse et continue.

« Je ne m’ennuie jamais vraiment en fait. Entre le travail et les histoires, pas le temps de m’ennuyer. Est-ce que tu rêves parfois ? »

AVENGEDINCHAINS
HJ:
 


Dernière édition par Kieran K. Peters le Jeu 31 Jan - 22:23, édité 3 fois

Admin - Apocalypse Please
Saoirse Crowley
13/04/2016 Mystery Light Liam, Near, Elijah, Cassandre 2143 Taissa Farmiga Lux aeterna murphy ♥ & Signa : ishtar ÐVÆLING, Soan Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) Ancienne Pikuni 66
Admin - Apocalypse Please






It's my opinion


Kieran & Saoirse


Leur vie est déprimante même maintenant, même lorsqu’elle dit que ça va mieux. Ça le sera toujours, ça sera toujours ce qui les attendra même s’ils essayent à petite dose sans gravité pour eux de changer les choses. Comment pourraient-ils véritablement changer les choses sans y perdre la tête, elle n’en sait rien. Tout ceux qui tentent l’impossible pour s’enfuir ne sont que des suicidaires pour elle et ce même s’ils ont raison quelque part, cette vie n’est pas pour eux. Elle l’écoute, ne pourrait pas faire comme s’il n’avait rien dit. Si elle est pessimiste, lui est tout son contraire avec l’espoir qu’il lui envoie à la tête. Elle sait que cela ne fonctionne pas comme cela. Elle a entendu bien sur, elle sait qu’il y en a quelques uns qui ont été libérés par leurs maîtres mais une poignée pour des centaines ? Ce n’est rien, qu’une goûte d’eau dans l’océan. L’océan, il lui manque, même cette plage qui pourrait être comparée à ce sable, c’est peut-être le même sauf qu’ici, il n’y a que cette plage infinie.

« J’aimerais bien oublier. » Parfois, la vie serait plus simple ainsi. D’être autre, d’être quelqu’un qui se fait pleinement de cette vie. Ce n’est pas le cas, elle s’ennuie même si elle est occupée. Elle a toujours quelque chose à faire, en aide même certains lorsqu’elle est au marché comme le père de Machar quand il doit ramener sa marchandise jusque chez lui. Il y a toujours quelque chose à faire ici, mais c’est d’une routine sans nom alors oui, elle s’ennuie même si elle est toujours active, si l’on peut parler ainsi. Elle n’ose pas le contredire pour l’espoir, ne veut pas vraiment être celle qui le casse à force de ne pas rêver assez. « Des forêts si denses que tu t’y perds si tu ne la connais pas comme ta poche, j’aime bien l’idée. Tu suis un fleuve et tu retrouve la mer, de toute façon nous sommes sur une île. » Elle pense qu’il le sait, elle n’en sait trop rien. S’il a toujours vécu ici même il a pu le savoir. « Parfois. » Elle hésite, c’est étrange parce qu’elle se souvient maintenant d’un rêve bizarre qui ne se déroulait pas ici en compagnie d’une brune qui n’était pas d’ici. Elle ne sait pas si elle peut le lui raconter, ça va lui paraitre foutrement bizarre surtout venant de quelqu’un d’aussi terre à terre qu’elle.

« Un soir j’ai rêvé de tout là-haut à côté de la lune. On était dans une maison de fer. Y’avait quelqu’un avec moi, c’est étrange parce que je pense qu’elle préférait la terre. Elle doit être là quelque part tu crois ? » Elle ne sait pas trop, c’est un rêve étrange, les rêves ne sont pas réels surtout qu’elle en a rencontré des brunes mais jamais des brunes comme celle-là. « Tu as déjà vu la mer ? » Elle l’a vu, de nombreuses fois tout comme la montagne des Athnas, tous ces épisodes de sa vie qui la rendent triste à être coincée au désert, dans une vie pour elle sans couleur ni saveur. La mer toujours en mouvement, aux mille et unes couleurs de bleus touchant jusqu’à le ciel comme s’ils ne faisaient qu’un. « Près de la mer, en forêt, à la montagne, c'est la nuance du paysage et des couleurs qui est belle. C’est cette diversité que j’aime imaginer quand je m’ennuie. Mais après c’est difficile de revenir dans ces dunes, dans cette vie. » Le mieux est de ne pas rêver pas vrai, c’est beaucoup plus simple.

Spoiler:
 

— code by lizzou —


Kieran K. Peters
18/09/2018 Lexis Kai Collins 859 Francisco Lachowski Avatar - myself / Code sign - Wild heart / Gifs sign - MONTCLAIRE Esclave domestique / cuisinier Rahjak 836
The future can be built




It’s my opinion

Vivre libre ou mourir.

Fin novembre 1117

Saoirse semble mélancolique. Elle aimerait oublier, mais oublier quoi ? Sa condition ? Sa vie d’avant ? Kieran sait qu’elle n’est pas née dans la cité de feu mais il ignore d’où elle vient exactement. C’est difficile, pour lui qui à grandi esclave, d’imaginer ce que peux ressentir une personne née libre devenue esclave… Ca ne doit pas être facile de s’adapter à une vie de captivité et de servitude forcée quand on a connu la liberté… C’est peut-être cela que Sao essaie d’oublier, sa vie d’avant. Ce serait dommage. Pour le jeune homme, elle devrait justement s’accrocher à cette ancienne vie et espérer de tout son cœur la retrouver.

Heureusement, elle n’a pas oublié. Lorsque Kieran parle de ses rêves, elle renchérit en ajoutant des images que le jeune homme essaie d’imaginer avec plaisir : un fleuve tortueux qui fini sa course en cascade pour se jeter dans une mer turquoise qui entoure leur île, cette nouvelle image lui plait beaucoup. Souriant, il hoche la tête pour encourager Saoirse à continuer. Elle répond alors qu’elle rêve en effet, parfois… Et elle lui raconte : une maison de fer à côté de la lune avec une inconnue… Kieran fronce les sourcilles et lève les yeux vers le ciel où le ciel brille de milles feux.

« Une maison de fer dans le ciel, comme les Enfants du Ciel ? Tu as peut-être rêvé de l’un d’eux ? »

Ce serait très étrange, mais pas improbable. Saoi aurait-elle rencontré des Enfants du Ciel ? Kieran adorerait parler avec l’un d’eux, lui poser tout un tas de question sur l’espace et sa vie d’avant et comment ils se sont adaptés... Eux ont conquit bien plus que l’île, pourraient-ils aller au-delà ?

Le brun est sortit de ses questionnements intérieur par une question de son amie concernant la mer. Baissant les yeux avec tristesse, il fait un « non » de la tête. Sao reprend alors ses descriptions, elle à bien connu tous ces lieux que Kieran tente de visualiser dans sa tête. Le jeune homme relève un regard pétillant en entendant la description que Saoirse fait de l’île, en dehors du désert aux nuances brun-jaune orangées, floutées de chaleur. Il n’arrive pourtant pas à sourire face à la mélancolie de son amie. Sa situation est tellement difficile à comprendre pour lui…

« Toi tu as donc connu tout ça : la mer, la forêt, les montagnes… Je suis sûr que tu les reverras. Nous iront les voir ensembles. »

Un petit sourire apparaît de nouveau sur les lèvres du jeune homme et une pensée traverse son esprit : un temps où ils s’étaient dit la même chose avec Ezra. Est-ce qu’elle avait réussi a rejoindre ces lieux tant rêvés ? Un jour, il ira la retrouver avec Sao…

« Je n’ai jamais vu la mer, mais je compte bien la voir un jour, je m’en suis fait la promesse ! »

AVENGEDINCHAINS
HJ:
 

Contenu sponsorisé



 

It’s my opinion [PV Saoirse Crowley]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ce merveilleux mot Amitié
» OPINION SUR LE VIF
» State Department spokesman P.J. Crowley resigns!
» INITE se met au service de Martelly
» Votre opinion (Wing +25)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-