Aller en bas
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2757 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 855
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Dim 21 Oct - 18:32

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
« Ils sont très étranges,[...] cela ne change pas le fait qu’ils pourraient s’emporter à tout moment. » « Notre langue doit leur paraître aussi indéchiffrable mais d'un autre côté, ils ont l'air de s'en sortir bien mieux que nous pour apprendre la leur. » Semblant en effet plus difficile de passer de notre langue à la leur, quand bien même le côtoiement avait été le même des deux côtés. Ayant toujours l'impression d'avoir un accent qui sonnait faux quand je m'exprimais dans leur langue, bien qu'à force de pratiquer il était plus facile de s'entretenir avec eux. Les mots qui venaient plus facilement et pour ceux qu'ils n'étaient pas facile de prononcer, il y avait toujours d'autres alternatives pour se faire comprendre. « Cela me fait penser à d'autres personnes qui ont tendance à s'emporter facilement... » Non sans toussoter légèrement. Pensant à elle qui avait tendance à s'emporter bien trop facilement si ce n'était à moi. Certains qui étaient connus pour avoir le sang chaud. Certains qui étaient connus pour agir bien plus promptement que d'autres au risque de se rencontrer dans des situations malencontreuses. Ce qui était déjà arrivé. « Je ne m’inviterais pas moi-même à ces rencontres [...] Ça n’aide en rien à les ‘apprécier’. » Là encore ce qui était arrivé. Me rappelant encore ce jour où odysséen et cents avaient été réunis, que Richard m'avait planté une flèche endormante dans la fesse sous ordre du conseil. Ce qui semblait plus m'arriver qu'à elle, de me retrouver dans une situation déplacée. Ce qui ne m'empêchait toutefois pas de me rendre sur place pour en savoir plus, pour échanger avec eux. Ce qui ne m'arrêtait pas pour autant. Non pas que je voulais déclencher une guerre. Seulement maladroit par intermittence. Des tensions qui avaient toutefois plus surgies avec ceux de mon propre groupe qu'avec les terriens. N'ayant jamais eu de réels problèmes avec eux. Les rencontres qui s'étaient en général bien passées. Dépendant des personnes, des liens qui pouvaient être tissées. Mais il n'y avait autant que celui qui ne faisait rien qui ne risquait pas de déclencher des désastres. Ne voulant pas ne rien faire. Et ne mentionnant pas cette pensée à la jeune femme pour qu'elle ne puisse pas prendre la mouche. Au lieu de cela, je ne pouvais que lui poser des questions pour qu'elle me parle plus des grounders qu'elle avait rencontré. « Eh bien il ne m’a pas tout dit à propos de sa tribu, juste des bribes par-ci par-là. » Mon regard qui restait posé sur elle alors que bien entendu, j'attendais la suite. Espérant qu'elle ne s'arrêterait pas en plein milieu et tairait la suite. Espérant qu'elle me noterait un peu plus de détails sur ces rencontres, ou sur ces bribes d'informations qui lui avait été donné. Curieux. « Il a parlé du peuple de femmes guerrières, et a même spécifier que les hommes n’en étaient pas. [...] Ce sont les Naoris qui les ont acceuillis. » « Un peuple de guerrières, j'en ai jamais entendu parler... en tout cas c'est certain que la tempête a fait des dégâts, les calusas ont dû aussi déménager. » Une chance que nous ayons été épargnés, eux qui avaient été bien moins chanceux au contraire, malheureusement.

N'hésitant pas ensuite à parler de l'expédition, des risques et des obstacles que nous risquons de rencontrer. « Oui, c’est exactement ce à quoi je pense. J’espère seulement que ce qui nous sépare de la première strate ne soit pas trop haut. » Ce que j'espérai aussi et ne ratant pas ce petit sourire qui finissait par apparaître sur son visage quand je mentionnais que cette expédition serait sans aucun doute bien plus ardue que la précédente. Une expédition de moins bien repos. « Tu as probablement raison. Rien ne sert de m’inquiéter maintenant. J’ai déjà assez de problèmes comme ça. » « Des nouveaux ? » De nouveau elle m'inquiétait bien que j'avais tenté de garder un ton neutre, comme si je n'étais pas trop intéressé, comme si je demandais par politesse plus que pour savoir. Me demandant ce qui allait se passer cette fois-ci ou si elle pensait au poids qu'elle avait décidé d'elle-même de porter sur ses épaules, ne voulant que nous l'en déchargeant d'une partie. Son choix. Un sujet sur lequel je ne m'attardais pas pour qu'elle n'en vienne pas à se refermer, et au contraire n'en venait qu'à agripper son petit carnet. « Je … hé. » Des croquis que j'examinais, réalisé sans aucun doute à la perfection. Des traits qui n'étaient pas grossiers mais qui reproduisaient les plantes. Certes il restait difficile de juger alors que je n'avais jamais vu les plantes auparavant mais je lui faisais confiance pour les reconnaître, pour savoir les apercevoir en premier. « Tu as la Pétasine sur la page à gauche, et à droite, c’est l’Arnica et l’Absinthe. » De nouveau en train de mémoriser les dessins dans mon esprit, le nom des plantes et les couleurs, non sans tourner les pages à la recherche de détails intéressants avant de lui rendre de nouveau son carnet. « On tentera d'être efficace aussi là-bas, et en attendant on avance le plus possible jusqu'à s'arrêter. » Nous n'avions que cela à faire. N'ayant d'autre choix que de marcher le plus longtemps possible non sans toutefois en tomber par terre. Nécessitant d'avancer le plus possible pour profiter de la lumière du jour avant de devoir s'arrêter, forcés par la nuit. Un voyage qui était long, et une journée qui était ores et déjà bien entamée. Ne pouvant qu'espérer gagner du temps alors que je me remettais en route, m'étant arrêté pour mémoriser les croquis qu'elle avait dessiné. Replongeant doucement dans le silence.


(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Dim 4 Nov - 7:21

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
« Peut-être bien que si, mais de toute façon, ce n’est pas comme s’ils se proposent pour qu’on puisse apprendre la leur. Pas que ça me serait utile, de toute façon. » Je ne me croyais surtout pas apte à apprendre la façon de parler des diverses tribus si facilement. Cela me prendrait des années, et bien franchement, si c’est pour se retrouver de nouveau divisés, je ne comprenais pas en quoi cela m’aiderait beaucoup. Chris serait sûrement le genre de personne à essayer de s’adresser à eux dans leur langue, lui qui semble si intéressé par leurs cultures en général. Dans son cas, c’est bien plus facile d’apprendre. Avoir la passion en guise de guide, il n’y avait rien qui pourrait le décevoir. Je possédais également cela, mais pour une aire complètement différente. Et puisque la cuisine ne se mêle pas nécessairement de ce genre de conversations, j’étais sauve. Une autre des raisons pourquoi je fuyais ces regroupements et me cachait dans un petit recoin, et ce, depuis le tout début des accords. « Ouais, bah, on est plusieurs dans cette catégorie. » Néanmoins, en sachant cela, moi je préfère ne pas me présenter là. Sinon, ça finira mal pour tout le monde. J’en reviendrais à leur poser des questions à propos des autres Cents tués, des jeunes probablement décédés avec une énorme angoisse, mais également cette étincelle d’espoir, puisqu’ils étaient sur Terre, croyaient pouvoir vivre ici. Des sauvages qui n’eurent aucune pitié, qui foncèrent et attaquèrent sans aucune hésitation. Ne me dites pas que c’est à ce genre de monde que je devrais faire face, sinon, je sens que je leur dirais plusieurs vérités en face, peu importe qu’ils aiment ou pas.

On en vint justement à parler de certaines tribus, puisque j’avais croisé quelques Grounders entre nos brèves rencontres. « Moi non plus, je ne savais pas que ça existait. Et je ne sais pas qui sont les Calusas. Des tribus, y’en a beaucoup trop, ça devient compliqué! » Je préférais ne pas montrer d’intérêt, question qu’il ne commence pas à me faire un cours d’histoire sur eux. Ces gens ne font rien sur nous, notre histoire. Alors pourquoi devrais-je apprendre tout sur eux? Ce n’est que donnant-donnant, au contraire de notre expédition actuelle. Sujet qui revint souvent dans la conversation, le centre qui tient tout le reste. Et vous savez quoi? Je ne m’en plaindrais pas. Au moins comme ça, Chris ne revient pas sur ma vie personnelle et mes choix. Tout ce qu’il pouvait faire, et le faisait toujours, c’était s’inquiéter. « Non, juste l’habituel. » Coupé, tranché net dans son discours. En fait, je voulais glisser sur ce sujet, car la vérité le rendrait encore plus inquiet, lui et Devos. Une certaine problématique, car plus j’avançais dans le chemin, le parcours que j’avais choisi, et plus mon corps semblait devenir plus faible, mon débit d’attention se faisait plus court, et parfois, je me retrouvais à dormir sur place ou presque. Est-ce que les gens s’interrogeaient? Oui. Est-ce que je m’en plaignais? Non. Il fallait simplement que je continue d’avancer malgré tout le reste. Je ne voulais pas qu’on s’en mêle, ou qu’on essaie de me décharger les épaules du poids que je me mis dessus.

Perdue dans ma réévaluation silencieuse, je ne fis guère attention au fait que Chris me prit mon petit carnet de croquis des mains qu’au moment où il se mit à le feuilleter. D’abord un peu déçue de son comportement, je ne pus que venir renchérir sur le sujet en indiquant les fleurs.  Son regard scruta probablement les détails de chaque plante, question de s’en souvenir quand viendra le moment de les trouver pour ne pas passer trop de temps là-haut! « Tu me dirais, quand tu voudras te reposer, question qu’on trouve un recoin mieux cacher. » Quelle belle façon d’insinuer que je croyais la place envahie par l’ennemi, constamment. De plus, je laissais comprendre que ce serait à son signal que je m’arrêterais. Cependant, si c’était que de moi, je continuerais toute la nuit. Cela m’éviterait de rester sans bouger trop longtemps et risquer de sombrer dans mes pires cauchemars. Ah, mais oui, j’allais presque oublier ce genre de détail! Il verrait plus de mes vieilles habitudes, un problème compte-tenu du fait qu’il racontait cela à certaines personnes.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2757 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 855
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Dim 4 Nov - 12:13

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
La conversation qui continuait sur les grounders, sujet qui me convenait amplement. Un sujet désormais moins miné entre nous que d'autres alors que je l'observais reprendre la parole. « Moi non plus, je ne savais pas que ça existait. Et je ne sais pas qui sont les Calusas. Des tribus, y’en a beaucoup trop, ça devient compliqué! » Esquissant cette fois-ci un sourire en coin alors il était vrai de dire qu'ils étaient nombreux. Ce qui n'était pas étonnant. Paraissant même peut être au contraire peu quand on savait le nombre d'habitants qui existait sur terre avant. L'appocalypse, les guerres qui s'étaient chargées de faire une table rase. Nombreux avaient été rayés de la carte pour que finalement une petite part de la population humaine survive. Aller dans l'espace, l'objectif de sauver l'humanité et d'y vivre. Ce qui avait été le but. Un but qui n'avait pas cessé d'exister alors qu'en effet à la fin chacun voulait sauver les siens, les protéger. Et aller dans l'espace avait permis de sauver la race humaine bien qu'à vrai dire qu'aucun n'avait su que la race humaine avait aussi survécu sur terre avant qu'on n'y arrive. La race humaine qui se composait désormais de ses tribus, de ses groupes d'individus réunis par des mêmes coutumes, par des mêmes traits de caractère. Sans doute était-il un peu trop facile de classer des personnes en fonction du lieu géographique mais là était un peu le cas. Il était plus facile de reconnaître les tribus terriennes en fonction de leur localisation alors que certaines avaient choisi de s'installer dans les montagnes, d'autres dans le désert ou encore près de l'eau. Pourtant obligés de partir, de choisir une autre perspective de vie lorsque les catastrophes naturelles apparaissaient. Le sentiment de sécurité qui disparaissait alors qu'il fallait recommencer à zéro. Des tribus qui disparaissaient et d'autres qui continuaient de survivre, plus fortes ou plus chanceuses peut être aussi. « Les calusas sont ceux qui habitaient près de la mer. Une partie de la tribu a été décimée à cause du cyclone. Certains sont partis vivres en solitaires et d'autres ont été recueillis par les tribus avoisinantes. » Difficile de dire partant de là si il était encore possible de parler des calusas ou non. Pouvant penser toutefois que ses membres se considéraient toujours comme membres de cette tribu, ce qui ne serait que logique.

Et mon regard qui s'était de nouveau posé sur elle. Si mon ton avait été neutre je ne pouvais que me demander si elle avait de nouveaux problèmes. Une réunion dans la cuisine qui s'était pour dire terminée au moment où nous décidions finalement de faire face à ses problèmes comme elle l'entendait, acceptant son choix ou renonçant à l'aider. Il était toujours difficile de dire alors que les perspectives ne faisaient que changer au fur à mesure. « Non, juste l’habituel. » Son ton qui coupait court et net à la conversation. Ce qui n'effaçait pas l'inquiétude mais n'en venant qu'à hocher la tête presque trop rapidement et de continuer d'avancer. Ne tentant pas cette fois ci de lui arracher les vers du nez, de lui poser des questions ou de lui m'offrir mon aide, en venant même à présenter un visage inexpressif. Plongeant dans l'indifférence comme elle avait voulu que je le fasse avant. La laissant tranquille comme elle avait voulu que je le fasse avant. Un masque alors qu'il n'était pas dit que je ne m'inquiétais toujours pas, que dans le fond je n'étais pas tenté de savoir. Mais repoussant ces questions pour être le parfait soldat, parfait robot alors que je me détournais de ce sujet de conversation pour avancer.

« Tu me dirais, quand tu voudras te reposer, question qu’on trouve un recoin mieux cacher. » « On n'a pas besoin de se reposer maintenant, le soleil est encore haut. Mieux vaut avancer le plus possible. » Passant outre sa recherche d'un recoin mieux caché. Passant outre le fait qu'elle pensait non pas à cet instant mais un qui aurait lieu plus tardivement lorsque nous serions plus près des montagnes. Sachant pourtant que c'était à elle qu'elle pensait et non à moi alors que je n'étais pas connu lors de notre précédente expédition pour avoir voulu m'arrêter pour me reposer si ce n'était quand l'arrivée de la nuit ne nous avait plus laissé d'autres choix que de s'arrêter. De nouveau je faisais comme si de rien n'était alors qu'en soit, il ne restait pas moins qu'il était nécessaire de s'avancer le plus. Ne lui demandant pas pour le moment si elle était fatiguée alors que jusqu'à là elle ne s'était plaint, ayant tantôt eu la possibilité de se reposer légèrement quand je m'étais retrouvé à m'entretenir avec mes supérieurs. Préférant autant que la réponse vienne d'elle, qu'elle soit claire. Préférant ne pas poser de questions désormais à moins qu'elle le voulait vraiment. Ce qui ne paraissait le cas et chacun de nous un peu trop orgeilleux, trop fier. Aucun de nous ne voulant réellement s'abaisser alors que chacun campait sur ses positions : elle dans l'idée de ne rien montrer et moi dans l'idée de faire exactement ce qu'elle avait dit, ne pas me mêler de sa vie plus que cela.

(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Sam 10 Nov - 7:50

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Un vrai miracle, que d’avoir trouvé un sujet de conversation moins houleux. On ne passerait plus notre temps à garder le silence et à n’entendre que les bruits ambiants. Non, je n’avais pas changé d’avis à propos des grounders. Je continuais sur mes gardes, lorsque je me trouvais en leur présence, ne sachant pas quelles étaient leurs réelles intentions. Cependant, à chacun d’entre eux, je ne pus que me montrer surprise par leurs gestes. Aucun d’entre eux ne me fis du mal, aucun d’essaya de m’attaquer, où même de me menacer. Ils … ils respectaient vraiment le traité, chose étrange, surtout quand on se remémorait les premières attaques que l’on subit, en arrivant sur Terre. Un milieu supposément inhabité, vide et prêt à nous accueillir. Des foutaises, exactement comme lors de notre expulsion du vaisseau. Des gens qui s’y opposaient, vraiment? Ils étaient passés où, quand on entama notre descente vers la terre ferme? Personne ne s’est manifesté. Ce n’est qu’après coup, quand tout le monde débarqua, qu’on dit être ‘soulagés’ de nous voir en vie. Piétinée trop souvent pour me faire avoir une énième fois. Ma confiance, je ne l’accorde plus aussi facilement. Ceci était valide pour tous et toutes, y compris Chris, car je ne lui avais toujours pas pardonné le fait qu’il alla en parler à Devos derrière mon dos. « Ah, je vois. T’en connais, des infos sur les tribus. En tout cas, si les gens de votre campement cherchent à en savoir plus, ils n’ont qu’à te poser des questions. » Tant mieux, si dans son envie de trouver sa place par ici et de bien s’entendre avec les Terriens, il essaie d’en apprendre plus sur eux. Un savoir respectueux, quoique je ne m’imaginais pas un jour en arriver à ce point.

Voilà, mes appréhensions prenaient forme. Il en venait à subtilement m’interroger, après que j’aie si bêtement dit avoir des problèmes. Nouveaux? Je ne dirais pas. Ils sont plutôt une suite logique. La routine qui ne venait qu’à en prendre un sale coup, surtout après la conversation tendue entre moi et les deux hommes. Je ne voulais pas entrer dans les détails, mais utilisa par instinct le ton auquel je faisais appel constamment. Froide, voulant trancher la conversation, question de ne pas revenir là-dessus. Sa réaction ne m’étonna guère, quoique je ne m’attendais pas à ce qu’il tienne la promesse qu’il me fit ce jour-là, dans la cuisine. Chris ne donna pas suite à la discussion, son visage inexpressif s’apparentant presque à une statue. Bien que soulagée de ne pas avoir à expliquer plus, une certaine partie de moi comprit, à ce moment précis, ce que Chris et Devos voulurent dire, lorsqu’ils critiquèrent mon choix de me distancer de tous afin qu’ils me laissent en paix. En continuant sur cette route, je n’aurais que ça. On ne me dira plus rien, je serais réellement obligée de garder le silence. Je sentis mon cœur se serrer un peu, puis je baissais mon regard vers le sol. Même si je continuais à voir cette distance comme mon seul vrai choix, ce n’est pas pour autant que je me sentais heureuse ainsi. Et si, le jour où tout ira mal, on ne s’aperçoive de rien? Un scénario plus que possible mais également très peu rassurant.

« Oui, c’est vrai, il est encore haut dans le ciel, donc autant profiter de la lumière et avancer. » Encore une fois, neutralité totale. Tant mieux, si on continuait de bouger. Je pouvais en oublier mes craintes pour lorsqu’on devra réellement faire une pause. Le mieux, pour l’instant, c’est d’en revenir toujours au but de cette expédition. Les plantes, l’aide incalculable qu’elles auraient. Je me croisais les doigts, afin que je puisse les cultiver pas loin du campement, par la suite, afin d’éviter ce genre de voyages interminables. Toc. Toc. Du devant de mon pied, je cognais contre une roche minuscule, laissant échapper par petit laps de temps la rage et la frustration que je ressentais à mon propre égard. « Tout ce qui compte, c’est que ces plantes aident quelqu’un. Ou sauvent quelqu’un. » Pour éviter que d’autres se retrouvent dans un état semblable au mien. Je ferais mon possible et mon impossible, afin que les autres, les gens des deux campements, puissent être … unis. Parce que … parce que c’est ce que Robb aurait voulu. Je sais que tout au fond, peu importe sa nature ou sa personnalité, il aurait été heureux de voir les deux campements ne faire qu’un, et refléter ainsi le passé, quand les choses semblaient plus simples. Que dirait-il, dans ce cas, de me voir ainsi? Oh, rien que de pouvoir l’entendre une dernière fois, ça me permettrait de tourner la page, une fois pour toutes. Impossible, malheureusement. Difficile pour moi que de sentir ma gorge se serrer, comme à l’habitude. Une manie que j’avais adopté, depuis que j’avais repoussé Chris et Devos, c’était d’écrire dans mon calepin. Dans les toutes dernières pages, il y avait des lettres rédigées, une façon que j’avais de communiquer avec mon frère. Même en sachant que je n’aurais aucune réponse, il me fallait verbaliser mes émotions. Je griffonnais donc quelques phrases, exprimant ce que je venais de penser, la faible possibilité que je puisse clore ce chapitre de ma vie, mais seulement s’il me le permettait un jour, si, de là-haut sur son nuage, il ne penserait pas qu’en faisant ça, je viendrais à tourner la page et l’oublier, au gré du temps. Oh, ne vous détrompez pas. Vu la contradiction de mes pensées, la mini-Miller d’antan était tentée de prendre la main de Chris, qui continuait de marcher devant moi. Mais je me restreignais, ne voulait pas encore me jeter dans une mer de souffrances alors que je venais à peine d’atteindre ce précipice, hésitante à y plonger.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2757 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 855
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Sam 10 Nov - 21:25

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
J'adorais en savoir plus sur eux, les trouvant fascinants. Et j'adorais en plus avoir de nouvelles informations sur eux, en découvrir plus sur leur culture ou découvrir seulement maintenant qu'il y avait encore d'autres tribus que je ne savais pas qu'elles existaient. « Ah, je vois. T’en connais, des infos sur les tribus. En tout cas, si les gens de votre campement cherchent à en savoir plus, ils n’ont qu’à te poser des questions. » « Je suis pas la science infuse Rach'. » Nouveau surnom parce que celui de mini-miller était relégué aux cachots, tentant de faire des efforts et venant au final plutôt facilement. Certes celui mini-miller était mieux, cela ne faisait aucun doute. Bien plus croustillant, ayant le don de la faire tourner au bourrique telle qu'elle en était venue à me demander de cesser avec ce surnom, n'étant plus un enfant. Le bon temps où je n'avais aucune honte à lui envoyer des piques ou m'assurer qu'elle cesse d'être dans nos pattes. Mais les temps avaient changé. Cependant, il ne restait pas moins que je ne considérais pas comme un point de sciences infuses. Ce n'était pas non plus comme si ceux du campement venaient me voir pour obtenir des informations sur les grounders, personne ne le faisait. N'ayant pas planté non plus un écriteau devant ma porte pour indiquer que j'avais tenté de me renseigner sur le sujet. Certes je n'allais certainement pas lui avouer toute la vérité, ne voulant pas non plus que l'idée qu'elle venait de bâtir pâtisse complètement. Mais il ne restait pas moins que ce n'était pas ainsi. Prenant toutefois un ton nonchalant alors que je reprenais la parole comme si le sujet était moins sérieux, comme si je n'étais pas en train d'arrondir les angles à ma manière. « Je ne sais pas tout mais je suis juste curieux. » Les trouvant oui fascinant. Ce qui n'avait pas besoin d'être dit à voix haute alors qu'elle pouvait facilement deviner où je voulais en venir. Elle connaissait mon point de vue sur la question, sachant que j'étais moins fermé qu'elle à leur rencontre, au contraire que curieux. Chaque rencontre n'avait pas forcément été teinté que de notes positives, certaines rencontres n'avaient pas permis la création d'une réelle conversation avec comme problème le défaut supplémentaire de la langue mais d'autres si. Chacun devant trouver des passe-temps sans aucun doute, de nouveaux centres d'intérêts. Il serait faux de dire que les terriens, et l'apprentissage de nouvelles techniques de combat à leurs côtés n'en faisait pas partie.

Sujet de conversation qui dérivait légèrement alors que je ne pouvais que l'inciter à avancer plus longtemps. Il fallait profiter du soleil tant qu'il était possible, de la lumière avant tout. « Oui, c’est vrai, il est encore haut dans le ciel, donc autant profiter de la lumière et avancer. » Le silence qui se constituait de nouveau qu'interrompu par quelques phrases, et les mots de Rachel qui laissaient exprimer la frustration. « Tout ce qui compte, c’est que ces plantes aident quelqu’un. Ou sauvent quelqu’un. » Mon regard qui se posait brièvement sur elle. Sauver quelqu'un. Me demandant aussitôt si quelqu'un était blessé à leur campement mais en vue de la force qu'elle avait mise pour envoyer en l'air ce cailloux, il semblait plus qu'elle était en colère contre elle-même. Comme si elle ne parlait pas tant de sauver quelqu'un d'autre qu'elle même. De nouvelles questions qui surgissaient dans mon esprit bien que c'était de nouveau d'un ton neutre que je reprenais la parole. « Elles aideront quelqu'un cela ne fait aucun doute. » Il y avait toujours ces non-dits et pourtant des mots qui étaient prononcés d'un ton neutre comme si la conversation était banale. On savait tous deux que ce n'était pas le cas alors que nous nous contentions de tracer un cercle autour du réel sujet tu. Préférant ne pas replonger dedans et rester sur le chemin dessiné, indiqué alors que je ne pouvais que de nouveau me plonger dans le silence. Un silence face auquel où il n'y avait pas besoin forcément de mots. Un silence que j'espérai serait suffisant pour qu'elle retrouve cette stabilité ou ce fil rouge qu'elle recherchait. N'étant pas comme si je pouvais lui demander réellement ce qu'elle voulait dire par là. Ou plutôt je le pouvais mais je ne le voulais pas, respectant son choix. Abandonnant tantôt l'idée de rester un contact physique avec elle ne serait-ce que de poser une main sur son bras pour lui montrer que j'étais là alors qu'elle avait décidé de marcher seule. Elle avait décidé de marcher seule dans les ténèbres. Et plutôt que tenter de continuer d'être cette présence rassurante, une part de mon ego ne me poussait qu'à vouloir la laisser seul comme elle avait décidé, refusant ainsi mon aide. Ce qui m'avait peut être plus atteint que je n'aurai voulu l'admettre alors que je restais piqué au vif qu'elle est décidé de se détourner, qu'elle ait décidé de marcher seule. Peut être qu'une part plus sombre de moi voulait autant qu'elle s'en morde les doigts quitte à savoir.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Sam 17 Nov - 7:49

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Ne m’étant pas présenté lors des rencontres avec les Grounders, je ne connaissais pas tant les tribus. Je les voyais, au loin et me demandait lequel d’entre eux arrêtera la discussion et attaquera. Là, je pourrais leur dire que je les avais averti, même si personne ne semble vouloir me prendre au sérieux. Si j’avais croisé Ćiro, ce n’était qu’un pur hasard. Et s’il m’avait raconté l’histoire de sa tribu, ce n’est pas moi qui le lui ai demandé. Il a pris les devants en m’en parlant, et maintenant, bah je redonnais de ces infos à Chris. Qu’il en fasse ce qui lui chantait, tant que ça m’exclut. « Je sais, je sais. » Il n’utilisait plus le surnom d’autrefois! Quelle surprise! Plus convenable que celui d’auparavant. Oui, j’étais plus petite que bien des gens dans les deux campements, mais ça ne faisait pas de moi quelqu’un de ‘mini’. Et puis bon, ça pouvait facilement lui rouler sur la langue, mais moi, je n’appréciais plus tant le ‘mini-miller’ car … eh bien, c’est fini. Il fallait que je me comporte en adulte, que j’arrête mes idioties et que je me reprenne en main. Certes, dans mon cas, cela impliquait de devoir me débrouiller seule dans toutes les différentes sphères de ma vie personnelle, et c’est exactement ce que je ferais. « Fais attention, quand même. La curiosité, c’est bien, mais il faut parfois penser à soi, à notre protection, à notre bien-être. » J’essaie de rendre tout cela le moins hargneux possible, vu que ce n’était pas mon but. Je voulais simplement m’assurer qu’il prenait toutes les mesures nécessaires. Ces terriens, on ne les connait pas assez, ils peuvent être en train de manigancer un plan diabolique.

On en revint cette fois à l’expédition actuelle, au terrain qu’il faudrait couvrir avant que le soleil ne disparaisse pour la journée et nous laisse dans le noir total. Je préférais donc conclure de vive-voix que je partageais son avis. Le silence débarqua ensuite, entre moi et lui. On n’entendait que les bruits de l’environnement à notre alentour, ce qui n’était pas si désagréable que ça. Ah, mais c’est qu’on me connaît mal, en croyant que j’allais me taire si facilement. Quand je réussis à reprendre mon habileté à discuter, je le fis d’une manière complètement hors champs. Je ne m’adressais à personne en particulier, mais cherchais à transmettre le message. Aider quelqu’un … sauver quelqu’un … cela devenait une manie! Je faisais tout en mon pouvoir pour aider mes consœurs et confrères, ainsi que mes ennemis, ces gens avec qui je ne parle pas toujours bien. « Merci. Je me croise les doigt pour que ce soit le cas. » Neutralité, mot de prédilection tant pour l’un que pour l’autre. Quant à mes soucis et mes frustrations? Je les écrivais dans le livre, faisant ainsi un transfert afin de ne pas garder ces mauvaises énergies à l’intérieur. Une idée qui me paraissait bien, même très très bien. Malheureusement, en voyant Chris, sa façon de marcher et de ne rien dire de plus, je me doutais bien de ce qu’il se passait. Le sujet n’est pas encore abordé, et il nous rend déjà fous. Facile, me direz-vous, suffit de l’éviter. Malheureusement, dans notre cas, il finirait toujours par refaire surface, vu notre désaccord. « Peut-être qu’elles m’aideront aussi. » Comme un coup tiré en l’air, sachant que ça lui mettait déjà la puce à l’oreille. « Il m’en faudrait une qui m’aide à juste tomber dans les vapes, en très peu de temps. Pas de rêves, pas de cauchemars, rien. Ça serait l’idéal. » Quoique c’était impossible, vu qu’au final, j’en reviendrais à revoir les mêmes images, à chaque fois que je m’endormais. Un supplice pour ma tête et pour mon corps, alors que je sentais réellement le détriment que cela causait. Ça, et mes repas bien plus petits ou casi-inexistants. La faim qui n’était plus un problème, car mon estomac semblait habitué à des quantités minimales. Je ne mangeais que des miettes ou presque. « Même … même si je maintiens ma décision, je voulais prendre le temps de m’excuser. Je sais que j’ai été très agressive, quand toi et Devos êtes venus me voir. Donc voilà. » Il m’en voulait encore, j’en étais sûre. Il aurait voulu que je vois les choses d’un autre œil, que je souris à la vie. Le hic, c’est que pour en arriver à ce point, il faudrait que je passe par-dessus un gouffre, celui-ci reflétant mes craintes, ma souffrance et ma solitude. Trop vaste, trop de mois à repasser sur ces détails. Me connaissant, je me découragerais dès la première étape. Donc je stagnais, au point de départ, observant silencieusement les autres.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2757 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 855
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Jeu 22 Nov - 16:10

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Si elle avait rencontré de nouveaux terriens, elle ne restait pas moins plus réservée à leur égard.« Fais attention, quand même. La curiosité, c’est bien, mais il faut parfois penser à soi, à notre protection, à notre bien-être. » « Ce n'est pas pour rien qu'il y a toujours des gardes autour du campement. » Un ton qui se voulait peut être plus sec que prévu alors que j'avais pour ainsi dire pris personnellement sa réplique. Si au-delà du fait qu'il y avait toujours des gardes autour du campement, si une vigilance était toujours maintenue, je ne pouvais que me demander si en effet elle remettait en cause mes compétences. L'impression qui m'était donnée. Ou n'en venant peut être qu'à le prendre trop personnellement, là où je n'aurai pas besoin de le faire. S'il nous arrivait encore maintenant de marcher sur des oeufs, je m'en demandais si elle ne cherchait pas autant encore à me piquer. Si j'espérai qu'elle se calmerait, il ne restait pas moins que tout n'était pas encore digéré et peut être que là était aussi sa façon de se venger. Ce que j'en venais désormais à me demander au lieu de me focaliser simplement sur le fait qu'elle appréciait guère les terriens. Les émotions qui s'y mêlaient toujours quand elle était concernées lorsque cela ne devrait pas être le cas. Ne pouvant rien faire pour éviter réellement cette situation bien que je ne lui avais pas fait part de ses remarques intérieures. Au lieu de cela je n'avais pu que lui assurer que le campement était gardé. Ce qui était le cas. Les patrouilles ni le nombre de soldats n'avaient pas diminué pour autant alors même qu'un semblant de trêve s'installait. Ce qui me poussait à croire que non les tribus qui vivaient les plus proches autour de nous n'avaient pas comme idée d'entrer en guerre. Ce qui serait loin d'être un choix stratégique alors que là chacun semblait se convenir de cette négociation. Chacun semblait y trouver son intérêt que ce soit par le troc, les arrangements convenus. Certes, il y avait toujours de la méfiance, une certaine réserve mais il ne restait pas moins que je ne pensais pas forcément que cette curiosité pourrait se retourner contre moi. Pensant bien moins à l'idée qu'elle puisse s'inquiéter à l'idée que je fasse de mauvaises rencontres qu'elle pense autrement.

Des sujets qui restaient délicats à explorer ne serait-ce même avancer que les plantes aideraient d'autres. Il y avait toujours des non dits bien que je m'étais replongé rapidement dans le silence. N'ayant pas insister plus comme elle l'avait voulu et requérit. Ce qu'elle avait obtenu.« Peut-être qu’elles m’aideront aussi. » Tendant l'oreille bien que je continuais d'avancer. Me demandant si elle était prête à trouver de l'aide. « Il m’en faudrait une qui m’aide à juste tomber dans les vapes, en très peu de temps. Pas de rêves, pas de cauchemars, rien. Ça serait l’idéal. » Les cauchemars. On en avait tous. On avait tous ses propres démons à affronter. Chacun qui devait apprendre à contrôler ses peurs. Chacun qui devait apprendre à vivre avec soi-même. Elle n'était pas la seule à leur faire face. Il y en avait de nombreux qui ne parvenaient à trouver le sommeil. Ayant été l'un d'eux. Si maintenant les cauchemars avaient disparu, si je ne me retrouvais plus à la même fréquence qu'auparavant sous la voûte étoilée à espérer que le sommeil surgisse de nouveau, c'était arrivé. Doutant les plantes puissent l'aider. N'ayant pas tenter cette alternative. A chaque fois qu'ils surgissaient, j'en venais simplement à quitter la structure dans laquelle je pensais trouver du repos pour aller marcher dehors ou rejoindre Mila, qui les affrontait elle aussi. Néanmoins petit à petit ils avaient commencé à s'effacer. Qu'une évolution. Ne pouvant que penser qu'ils passeraient aussi pour elle, l'espérant. Il n'y avait rien de réjouissant à s'endormir presque debout sous la fatigue, et autant qu'elle pouvait être une épine dans mon pied, ce n'était pas ce que je voulais pour elle. Mais il n'y avait pas forcément de mots justes autant que je pouvais comprendre la sensation ressentie, son désir d'y échapper. « Même … même si je maintiens ma décision, je voulais prendre le temps de m’excuser. Je sais que j’ai été très agressive, quand toi et Devos êtes venus me voir. Donc voilà. » Ce qui eu plutôt le don de m'arrêter direct. Ce à quoi je ne m'étais pas attendu à vrai dire. Un début. Un sourire qui naissait sur mon visage. « Excuses acceptées évidemment. Ce n'est pas comme si on ne t'avait pas non plus forcer un peu la main.. » Reconnaissant autant ce tort, même si j'espérai qu'elle savait qu'on ne voulait que son bien. Ce que tout le monde voulait simplement parce qu'on tenait à elle. Espérant simplement que ce début s'annonçait plus prometteur.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Sam 24 Nov - 7:15

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Et me revoilà, moi et ma pénible façon de m’exprimer. Rien qu’à en juger par son ton de voix, je savais qu’il l’avait mal pris. Il croyait peut-être que je sous-estimais ses compétences, ce qui n’était nullement le cas. Je ne faisais que me soucier de lui, trop méfiante des terriens pour baisser ma garde en les rencontrant. Qui sait si l’une des tribus prépare une contre-attaque afin de nous désarmer, nous prendre au dépourvu et ainsi se débarrasser de tout le monde? À vouloir en apprendre toujours plus, je ne sais pas si l’un d’eux se servirait de cette faiblesse pour l’appâter. « Je … ce n’était pas mon but, que de questionner tes talents, tu sais? Je crois qu’on s’est mal compris.[]/color] » Je respirais un grand coup avant de poursuivre. « C’est simplement que je me méfie toujours de leurs vraies intentions. Est-ce qu’ils n’attendraient pas justement à ce que la garde de tout le monde soit baissé pour envahir les campements et nous tuer, les uns après les autres? » En espérant seulement qu’il comprenne enfin le sous-entendu de ma phrase de tout à l’heure. Oui, leur campement était gardé, mais cela ne me rassurait guère. Je le voulais surtout hors de danger, car peu importe les termes de notre dernière conversation, je me faisais toujours du souci pour lui, Devos, Jude … les gens que je connaissais un peu plus, quoi! S’ils venaient à perdre la vie, je ne crois pas que je m’en sortirais vivante non plus. Le poids serait de trop, mon cœur ne surmonterait pas la douleur.

Quoique je puisse en faire, la conversation retombait toujours sur ces sujets beaucoup trop délicats. Je n’avais pas vraiment d’autre choix, car le connaissant, Chris tiendrait bon, dans le silence le plus complet, pour la plupart du voyage. Dans mon cas, je ne pouvais vivre dans un tel calme, tâtant donc le terrain en enchainant les révélations, Est-ce que je m’attendais à ce qu’il me réponde? Peut-être bien que si. Ne venais-je pas de verbaliser un problème, donc d’affirmer en avoir trop? À mes yeux, oui, c’est exactement ce que je venais de faire. Pourtant, il ne prononça pas un seul mot, ce qui me poussa à continuer. « J’ai essayé tout ce que je connaissais, mais y’a rien qui fonctionne. J’ai de la chance si je réussi à dormir deux heures d’affilé … ce qui n’arrive pas souvent. J’me sens comme un zombie. » Je me tus subitement, puisant dans mes entrailles juste pour pouvoir lui poser une question que je regretterais probablement plus tard. « Est-ce que t’en as aussi, des cauchemars? Si c’est le cas, tu fais quoi pour t’en débarrasser? J’en peu plus. » Je venais de lui demander de l’aide … c’était … hors de mon contrôle, instinctif. Oh, mais j’imagine que tout cela doit l’enchanter, vu que c’est ce qu’il attendait de moi depuis le début.

Je n’eus cependant pas que ça à dire. En fait, je discutais plus que je ne croyais. La cerise sur le gâteau de mon étrange façon de réagir fit son apparition lorsque je me mis à m’excuser de mon agressivité de la dernière fois, celle qui me rapportais en plein cœur de la cuisine, à me retrouver coincée entre deux gars bien trop concernés, alors que moi, pas tant. Chris lui aussi, parut pris au dépourvu. Tant et si bien qu’il s’arrêta net dans sa démarche, silencieux, le visage trop éloigné pour que je puisse remarquer sa réaction. Je ne pouvais en juger que par son ton de voix et les mots qu’il choisit. « Vous ne vouliez que montrer votre soutien. Et puis je ne vais que rarement au campement de l’Odyssée, donc vous ne m’auriez jamais croisé là. » Toujours aussi dur de s’excuser … mais tant autant que les dernières phrases que je prononçais. « À ce moment-là, j’aurais été mieux en acceptant. Mais on assume nos choix, et c’est ce que j’ai fait. » Je prit les devants quelques minutes, le temps qu’il digère tout ça et me revienne avec sa bonne humeur habituelle, celle que je ne comprenais toujours pas.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2757 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 855
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Ven 30 Nov - 21:20

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Me vexant un peu. Me demandant si je ne réagissais pas trop vite non plus. L'idée n'avait pas été de me montrer rude dès le départ mais aussitôt je réagissais un peu trop rapidement, l'ego en prenant un coup. Peut être que cela était aussi à raison de ces non-dits. Peut être que je n'avais pas pu m'empêcher d'être si rude alors que je savais qu'elle ne m'avait pas entièrement pardonné. Ne voulant pas agrandir ce fossé entre nous non plus. Il y avait assez de fossé avec les autres. Il y avait assez de distance. Ne voulant pas en rajouter une couche entre nous alors que je tenais réellement à elle. Mais bien entendu, j'avais toujours ce sang chaud. Agissant parfois trop rapidement. Une grossière erreur. Mais aussitôt au lieu de s'offusquer à mon soulagement, elle venait plutôt à me rassurer. « Je … ce n’était pas mon but, que de questionner tes talents, tu sais? Je crois qu’on s’est mal compris. » Ce n'était pas ce qu'elle avait voulu dire. N'ayant pas considérer que je ne faisais pas bien mon travail. Peut être n'ayant pu m'empêcher de m'offusquer aussi vite tantôt parce qu'elle était bien trop innocente dans un sens, trop lumineuse. Ne voulant pas baisser dans son estime ou apporter auprès d'elle un fardeau de plus. Ne voulant pas apporter des couleurs plus obscures. Elle portait déjà son fardeau. Ayant décidé de le porter à vrai dire seul. Ce contre quoi je n'avais pas pu m'empêcher de m'offusquer, évidemment. Ayant préféré l'idée que je puisse la délaster de ce poids. Mais obstinée elle n'en faisait qu'à sa tête; et quand bien même nous pouvions avoir nos différences, il ne suffisait de là que de quelques mots pour me calmer. Mes épaules qui se relaxaient aussitôt alors que je me décontractais. Ce que je faisais immédiatement qu'avec ces quelques mots qu'elle venait de prononcer. Elle venait de désamorcer une bombe de la plus simple manière que soit. Comme si au final par moment à cause de ces insécurités, je ne pouvais m'empêcher d'être sur la défensive. Des mots prononcés par mon père qui revenaient et que je chassais. Lui ne comptait pas. Pas autant qu'elle. Bien loin. Comptant l'idée qu'elle pense du bien et qu'elle ne puisse voir ce fardeau. Des secrets plus obscurs que je lui avais tu, n'ayant mentionné que la vérité à Chiraz. Voulant la préserver ou ne voulant pas qu'elle puisse s'imaginer que j'étais un monstre. Et de nouveau manquant de m'égarer alors que je me forçais pas moins de reprendre mon souffle, de chasser ces pensées plus obscures tandis que je reportais mon attention sur elle.

« C’est simplement que je me méfie toujours de leurs vraies intentions. Est-ce qu’ils n’attendraient pas justement à ce que la garde de tout le monde soit baissé pour envahir les campements et nous tuer, les uns après les autres? » Des questions qu'il était juste de poser. Sachant que d'autres avaient ces mêmes doutes. Il serait stupide de ne pas se poser ces questions. Il ne fallait pas non plus baisser toute garde. Il ne fallait pas non plus être naif. Le monde n'était pas ce genre de monde dans lequel vivait les bisounours. Il n'y avait pas d'ours en peluche. Il n'y avait pas de licorne rose qui traversaient le ciel. Il y avait de la destruction. Le sang coulé. Il y avait cette douleur qu'on ne pouvait effacer. Il y avait ces actes qu'on faisait pour survivre. Il y avait ces mots qu'on prononçait et qui blessaient. Des mots qu'on prononçait intentionnellement ou non. Il y avait ces démons qu'on tentait de combattre. Et parfois on réussissait, parfois on gagnait la partie mais parfois ces quelques secondes de répit n'étaient pas suffisantes et on échouait aussitôt. Il n'y avait pas d'explication juste. Mais il n'y avait pas que la nature pour pouvoir se liguer contre nous alors que les hommes le pouvaient aussi. Sans doute que nous étions l'espèce la plus fourbe, capable de s'autodétruire, capable de causer la mort, capable d'éteindre l'humanité de nos propres mains. N'ayant besoin de personne d'autre, c'était comme pour le rébellion au final. On réussissait à s'autoéteindre. On réussissait à s'autodétruire et on devait vivre cela. Devant apprendre aussi à s'adapter, à cohabiter. Ce qui n'était pas toujours facile. Nos traditions qui étaient différentes des leurs. Ne vivant pas de la même façon. Un mode de vie qui était totalement différent. N'ayant pas cette chance de pouvoir s'adapter aussi facilement dans la nature. Ce n'était pas pour rien que certains nous considéraient comme des enfants. Et ce n'était pas pour rien que certains nous avaient considéré comme des envahisseurs. Une guerre qui les avait encore plus marqués eux que nous. Me rappelant alors qu'elle avait pris part à ces premiers combats. Ne lui ayant jamais posé des questions à ce sujet. Me demandant si maintenant là serait le cas. Curieux mais ne voulant pas non plus la brusquer alors que je comprenais aussi pourquoi elle raisonnait ainsi. Une approche qui était différente alors que nous étions arrivés après, quand le sang avait déjà coulé, quand des trêves étaient en train de se prononcer. Eux avaient été lâchés dans la nature, avaient été des cobayes. Eux avaient dû tout affrontés et ils avaient survécu. Non, ils ne pensaient pas de la même manière et sans doute était-ce aussi pour cela que nous avions tant à apprendre d'eux. En venant non moins finalement à prendre la parole. « D'un point de vue de la logique, je ne pense pas qu'il serait stratégique de leur part de nous attaquer. Les mouvements de solidarité qu'on a mis en place, les trêves qu'on a tenté de mettre en place leur profite aussi. » Ce qui était vrai. C'était du gagnant-gagnant pour tout le monde. Chacun pouvait y trouver son compte. « Mais je comprends aussi pourquoi tu penses ainsi, et on ne devrait pas baisser notre garde non, mais je pense pas que cela doit nous empêcher de cohabiter. » Cette pointe d'idéaliste. Toujours là. En venant finalement à m'approcher un peu plus d'elle pour reprendre la parole, non sans hésiter parce que le sujet était peut être délicat, parce que je ne voulais pas faire remonter encore plus de mauvais souvenirs à la surface. « Comment tu as survécu aux premiers combats entre vous et eux ? Comment c'était quand tu es arrivée sur terre ? » Lui ayant jamais demandé. Ils avaient connu le crash. Ils avaient connu les premières neiges. Ils avaient connu la guerre. Ils avaient dû affronté ceci de la manière la plus brutale que soit. Etant plus fort que nous. Ils nous avaient montré la voie. Ici grâce à eux.

Et cela n'étant le seul sujet délicat abordé alors que je ne pouvais que la voir s'ouvrir finalement un peu plus. Ce qui n'avait été fait avant. N'insistant pas alors que je gardais en premier le silence. En partie trop borné alors que j'avais tenu à tout prix à respecter ses conditions, à ne plus prononcer un seul mot à ce sujet et à la laisser tracer sa vie. Mais peut être, sans doute aussi parce que si je me taisais, il avait une chance qu'elle continue de parler. Ce que je voulais aussi. Verbaliser qui serait un début. Voulant qu'elle aille mieux. Voulant que ces cauchemars qu'elle affrontait disparaissent à leur tour. Connaissant trop le sentiment pour savoir qu'il n'y avait rien d'agréable. Voulant aider. Mais ne pouvant la sauver si elle ne voulait se sauver elle-même, si elle ne voulait pas d'aide. Alors je la laissais parler et s'ouvrir comme une fleur ouvrirait ses pétales pour s'offrir aux doux rayons du soleil. « J’ai essayé tout ce que je connaissais, mais y’a rien qui fonctionne. J’ai de la chance si je réussi à dormir deux heures d’affilé … ce qui n’arrive pas souvent. J’me sens comme un zombie. » Les cernes sous ses yeux. Une preuve. « Est-ce que t’en as aussi, des cauchemars? Si c’est le cas, tu fais quoi pour t’en débarrasser? J’en peu plus. » Plus bourru, plus grave quand je reprenais la parole. « Après la mort de Robb, ils revenaient tout le temps. Des cauchemars. Les images du sang. Les images de sa mort. T'empêchant de dormir. Les insomnies elles étaient là. Je m'empêchais de dormir parce que je savais que si je fermais les yeux, les images surgiraient de nouveau. J'avais pas le courage de les affronter alors je m'effondrais dans mon lit que quand j'étais mort de fatigue après des heures à travailler. Comme un moyen aussi pour me rattraper après que je sois devenu une larve après sa mort, quand j'étais incapable de parler... » Ou ne voulait parler. M'étant alors coupé du monde. Mes joues qui avaient rougi légèrement sans que je n'ai pu l'empêcher alors que je n'aimais pas parler de ce moment. N'aimant pas parler de cet état de vulnérabilité. Mais je savais que si elle s'ouvrait, je devrai faire de même pour l'aider. Donner pour donner. Reprenant ma respiration avant de reprendre la parole de nouveau. « Le truc c'est que j'ai pas eu de remède miracles. Il y avait une fille de ton campement, Aéris qui a tenté de m'aider, de me donner des plantes aussi. Cela n'a pas marché non plus. Et encore, c'était quand je m'échappais du campement. La plupart du temps, tout ce que je faisais, c'était sortir dehors. Me retrouver dehors et me perdre face à la voûte céleste. » Pas tout à fait. N'étant pas seul. Mila qui était là aussi. M'accompagnant. Affrontant nos démons ensembles. « Comme si me retrouver dans l'obscurité pouvait m'aider à oublier les images, comme si me tuer à la tâche, comme si me couper des autres pouvaient m'aider à oublier ou à éviter ces images. Mais c'était pas le cas. Cela ne m'a pas aidé. Me couper du monde ne m'a pas aidé. Et finalement le déclic s'est produit. J'aurai jamais pensé cela mais Isaïah m'a aidé en partie. » Ce que je n'aurai jamais pensé non plus. N'ayant pas pensé qu'avec la brune puisse m'aider aussi. « Devos, Chiraz m'ont aussi aidé, Murphy aussi. J'ai sans doute ruiné toute chance de rester ami avec elle maintenant mais c'était le cas. Tu m'as aussi aidé. Je ne sais pas. Le déclic ne s'est pas produit en un instant. Mais il s'est produit parce que je me suis dit qu'il voudrait pas cela, qu'il voudrait qu'on profite à fond alors c'est de nouveau ce que j'ai décidé de faire. Je ne dis pas que les cauchemars sont partis tout de suite, que ce fut le bonheur en un éclat de seconde mais ils sont repartis oui. » Ce qui était la vérité alors qu'ils n'étaient quasiment plus. S'étant effacés tandis que j'avais repris le goût à la vie. « Je peux pas te dire qu'ils partiront un instant, qu'il y aura pas de nouveau obstacle, qu'on souffrira pas encore mais on peut pas rester piégés avec eux, c'est tout ce que je sais. » Ne pouvant laisser ce pouvoir aux ombres. Espérant qu'elle comprenne mais je n'en savais rien. Ne pouvant qu'espérer que ce déclic se produise aussi chez elle, qu'elle se remette à voir la beauté en ce monde.

Et doucement elle continuait de s'ouvrir mais aussi de s'excuser à sa façon, ce qui touchait bien plus qu'elle ne pourrait l'imaginer. « Vous ne vouliez que montrer votre soutien. Et puis je ne vais que rarement au campement de l’Odyssée, donc vous ne m’auriez jamais croisé là. » Souffle retenu. « À ce moment-là, j’aurais été mieux en acceptant. Mais on assume nos choix, et c’est ce que j’ai fait. » Nous étions arrêtés. « Et on est toujours là. On sera toujours là. Si tu veux mon soutien, tu l'as. » M'étant rapproché d'elle alors que mon regard s'était ancré dans le sien. « Je vais nulle part et je t'attendrais le temps qu'il faut. »

(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Dim 16 Déc - 8:03

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Je devrais peser mes mots, penser avant de parler. J’aurais probablement évité ce moment de confusion qui me valut une réaction très vive de la part de Chris. Mon but n’était pas de critiquer sa façon de faire les choses, ni même de questionner son travail. Je m’inquiétais pour lui, tout simplement. Dans mon besoin et ma paranoïa de ne plus perdre qui que ce soit aux mains de la Faucheuse, je voyais des dangers même là où il n’y en avait pas. Me souvenant constamment des premiers Cents morts dans les attaques, je ne pouvais entièrement croire qu’avec un simple papier, tous les problèmes seraient résolus, que la paix régnait enfin. Les ‘mais’, ils subsistaient toujours. Un jour prochain, il y aurait un éclat de rage et la tension accumulée se retournera contre nous. Que pourrais-je faire? Rien. Comparativement à Chris, je ne savais pas vraiment me défendre. Je n’aurais certainement que mes jambes pour me guider vers l’abri le plus proche. Et voilà, je me laissais emportée une fois de plus, perdue dans mes inquiétudes. Pas si surprenant, que je n’ai pas pensé au sous-entendu de mes paroles. Merde! Mon besoin de solitude m’aurait-il affecté à un tel point que je ne sais même plus communiquer avec les autres? C’est une malheureuse probabilité qui se concrétise. Néanmoins, j’eus assez de perspicacité pour me reprendre et éclaircir un peu mes propos. J’aperçu alors son langage corporel changé. Il se décontracta, sa respiration bien moins bruyante. Il affirmait, même sans prononcer un seul mot, qu’il acceptait ces explications.



Une fois que son humeur changea, je pus expliquer plus en détail, me permettant de démontrer ainsi les origines de ces craintes. Je comprenais tout de même son point de vue, car les Odysséens ne connurent pas les premiers affrontements, la violence pure que l’on vit, les infâmes crimes commis par ces gens, ces êtres sans cœur. Des terriens? Ils ne devraient même pas porter ce nom. Des montres, voilà ce qu’on devrait les surnommer. Oser tuer des jeunes, c’est ignoble, vraiment! On n’avait rien fait, on s’installa, on essayait d’apprivoiser cet endroit, et soudainement, ils nous prirent par surprise, ils prirent l’avantage, tuant sans regarder derrière. Jamais je ne pourrais les pardonner pour ça. Ce fut la même chose pour bien des Odysséens, dont ce foutu conseil qui décida tout bonnement de nous envoyer ici. Leur tendre le bras en signe de paix? Autant serrer la main du diable. Un point de vue que Chris ne partageait pas, soutenant que ce ne serait pas stratégique pour eux de nous attaquer, vu que les trêves leur profitent. De ma part, en tout cas, ils ne recevront rien. Je me débrouillais seule pour trouver mes aliments, je continuerais ainsi. Chacun de son côté, ça se serait parfait! Pour ceux et celles qui désirent cohabiter, qui veulent agrandir leurs horizons, qu’ils y aillent. Je ne me mêlerais pas aux Grounders, même si ce serait pour délaisser tout le monde et partir dans mon coin.



Il voulait savoir comment ce fut, à notre arrivée, entre nous et les terriens? Pas un très beau tableau à peindre. « Le bordel, voilà ce que c’était. » Je ne savais pas où commencer dans mes explications, les images me revenant un peu trop subitement en tête. « Comment crois-tu que j’ai fait? Je me suis cachée, tout simplement. Je n’avais pas vraiment d’autres solutions, de toute façon. » J’étais pas une guerrière, je ne pensais pas en mode combat, quand je sentais le danger venir. Mon premier, et souvent mon seul instinct c’est de trouver un trou bien discret, où personne ne me trouvera. « On essayait encore de s’adapter, on s’organisait peu à peu, savoir qui ferait quoi, comment on ferait pour survivre à tout ça … et puis ils ont débarqué sans que l’on sache quoi faire. Je t’épargne les détails, mais en résumé, ce fut un bain de sang. » Les premières tempêtes, la neige, le froid … il y eut pleins d’autres étapes qui me firent maudire le moment où cette bande de snob nous ont envoyé ici. Mais ce n’est pas comme si on pouvait faire demi-tour. Puis lorsque les Odysséens ont débarqué, on a montré, on a conseillé, et ils s’adaptèrent aussi. Heureusement, on se garda de se mêler à leur campement, ce qui fut une décision très plaisante. Certes, je m’entendais bien avec quelques Odysséens, mais ce n’est pas pour autant que je désirais retourner là-bas, me faire mener par ces mêmes idiots qui nous ont envoyé sur Terre.



Ce genre de pensées, je les écartais, mais pour en venir à un sujet bien plus délicat. Source de prise de tête, voilà que je parlais pourtant de ce qui me tracassait. Étrange, surtout en sachant que j’avais été très claire dans mon choix de ne pas vouloir qu’on m’aide. Je m’étais supposément cloîtrée dans ce château, mais je me retrouvais bientôt à lui faire part de mon trouble de sommeil, curieuse de savoir s’il connut les mêmes difficultés que moi. Même si ce fut d’un ton grave et brusque qu’il me répondit, je pus facilement me revoir dans ces paroles. J’hochais péniblement de la tête en l’entendant parler des images de la mort de Robb. Si je n’avais eut que les explications du décès de mon frère, Chris, lui, avait tout vu. Je ne pouvais pas m’imaginer toutes les horreurs qu’il put bien revoir dans ses cauchemars. Mort de fatigue? J’aurais aimé pouvoir en arriver à ce point. Le seul hic, c’est que mon boulot ne demandait pas tant de force physique. Je ne terminais jamais essoufflée ou exténuée. Encore trop d’énergie emmagasiner, ce qui causait peut-être plus de visions horribles. Il poursuivit, exprimant le fait qu’il était incapable de parler, ou probablement qu’il ne voulait pas le faire, … comme moi. Un léger rougissement des joues me faisant comprendre qu’il préférait ne pas expandre sur ça. Je ne lui posais pas de questions à ce propos.



Pas de solutions miracles? Ça n’augurait rien de bon. Les plantes ne fonctionnaient donc pas, autant pour lui que pour moi. Mauvais signe. Je ne pouvais donc plus m’y fier. Tout comme lui, je ne pouvais que sortir dehors, à la belle étoile, et observer le ciel, me remémorant de tout ce qu’on pouvait apercevoir, quand on se trouvait parmi l’immensité de cette voûte. Cependant, même entre toutes ces affirmations, il en revint à ce qu’il m’avait répété plus d’une fois. Se couper des autres n’a pas aidé, qu’il a eut ce déclic grâce à l’aide de quelqu’un. Certains l’ont aidé … dont moi … même si son silence lui fit perdre l’amitié l’une de ces personnes. Je sais ce qu’il voulait dire par-là. Des gens que je perdrais, à force de les repousser. Mais c’était plus fort que moi, comme une deuxième nature. Comment pouvait-il en être sûr, que Robb voudrait nous voir profiter de la vie? Il n’est plus là pour l’affirmer. Je m’en voudrais trop, de profiter de cette vie sans qu’il ne soit là. C’était la grande différence entre Chris et moi. Est-ce que cela voudrait dire que je vivrais avec ces cauchemars pour le restant de mes jours? Un fardeau qu’il me faudrait porter. Le bonheur? Je n’imaginais pas l’atteindre, surtout vu le nombre de dangers que je repérais facilement, à chaque pas que je faisais dans des terres encore inexplorées. « Je … je ne sais pas quoi dire …[b] » J’essayais de trouver les bons mots, après tout ce qu’il venait d’avouer. « [b]Je me doutais, que tu souffrais, surtout puisque tu as gardé tes distances. C’est fou comme ce que tu m’as décrit ressemble exactement à ce que j’ai vécu, ces derniers mois.[b] » Sauf pour ce fameux déclic, mais il devait déjà s’en douter. « [b]Le chemin pour se sortir de cet état est plus pénible encore, Chris. Combien de temps est-ce que ça prendrait? Et puis vous avez tous un travail à faire, des tâches à terminer. Je ne peux pas me permettre de bousculer qui que ce soit, et encore moins de rester à votre campement. Je n’ai pas d’autre choix, je dois faire avec ce que j’ai, maintenant.[b] » Je me doutais qu’il espérait une tout autre réponse de ma part. Malheureusement, je n’étais pas prête à la lui donner. Elle ne viendrait même pas de mon cœur, de toute façon. À la place de lui mentir, je préférais éclaircir mon point de vue.



Mon attitude changeait doucement, au gré de cette conversation. Ce n’était pas la bonne entente que l’on connaissait avant, mais au moins, j’eus la force de m’excuser pour mon comportement de la dernière fois, allant jusqu’à affirmer que ma décision avait été probablement précipitée. Soudainement, il s’arrêtait dans sa marche. J’en fis de même, me doutant qu’il allait sans aucun doute répondre à mes derniers propos. Ce qu’il fit immédiatement, non sans s’approcher de moi, nos regards se croisant. Toujours là … oui, je me doutais qu’ils le seraient, et ce, malgré mon entêtement habituel. Mais je ne leur souhaitais pas une vie complètement à patienter, à voir si je revenais vers eux pour de l’aide. « [b]Merci Chris, merci beaucoup. J’espère seulement que tu n’auras pas à attendre trop longtemps. Tu as une vie à vivre, et je ne veux pas l’accaparer non plus.
» Ma voix était très peu rassurée, chose qui différait de ma première grosse conversation entre lui, Devos et moi. Bien qu’encore très peu résolue à apporter du changement dans ma vie, je n’étais plus aussi certaine de mes choix.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2757 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 855
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Lun 17 Déc - 11:52

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Notre expédition qui continuait dans les montagnes ou qui semblait au contraire interrompue. Si la marche avait reprise, il ne restait pas moins que dès lors qu'un nouveau sujet plus délicat était abordé, il nous suffisait de quelques instants pour nous arrêter. La route qui serait encore longue jusqu'aux montagnes. La route qui était bel et bien longue alors que nous n'avions quitté le campement que depuis peu, bien loin des montagnes, bien loin de notre destination. Ce qui n'était toutefois pas une perte de temps alors que de nouveaux liens étaient tissés, que des questions qui n'avaient pas été posées avant étaient énoncées. Des questions qui me permettaient d'en savoir plus sur elle, sur son passé. Et n'ayant pu finalement m'empêcher de lui demander ce qu'il en avait été lorsque la guerre avait été aux portes de leur campement non sans me douter que la réponse ne serait pas rose bonbon. « Le bordel, voilà ce que c’était. » Me demandant si j'avais alors bien fait de lui poser ces questions alors que son regard se faisait soudainement plus lointain. Les souvenirs remontaient à la surface. Me demandant si je n'y avais pas été trop fort. « Comment crois-tu que j’ai fait? Je me suis cachée, tout simplement. Je n’avais pas vraiment d’autres solutions, de toute façon. » Tentant de ne pas le prendre contre moi. Espérant ne pas l'avoir blessé par cette question. Ne m'étant pas attendu à ce qu'elle me réponde qu'elle se battait. Ne m'étant attendu à rien au final, du moins n'ayant pas pris la peine d'imaginer ce que serait sa réponse. Préférant l'écouter alors que je ne prononçais pas un mot, la laissant conter son histoire. « On essayait encore de s’adapter, on s’organisait peu à peu, savoir qui ferait quoi, comment on ferait pour survivre à tout ça … et puis ils ont débarqué sans que l’on sache quoi faire. Je t’épargne les détails, mais en résumé, ce fut un bain de sang. » Esquissant sans le vouloir une grimace. « Vous n'auriez jamais dû affronté cela seuls. » Une des raisons pour lequel j'en voulais au conseil. Ils avaient été désignés. Ils avaient été envoyés alors qu'ils n'avaient aucune compétence. Des cobayes envoyés sur terre. Une ultime chance. Certes cette décision surprise nous avait sauvé mais le prix à payer avait été lourd. La colère qui brillait pendant l'espace d'un instant dans mon regard. N'ayant pas idée de combien cette colère invisible existait. N'ayant pas idée que je faisais partie du mouvement rebelle. Quoique à cet instant, le mouvement n'était pas au sommet de sa gloire. Ce qu'il ne serait pas encore pendant longtemps, plus que prompte à replonger dans les ténèbres. Responsable.

Le sujet des conversations qui ne semblait que pouvoir être obscur alors que ce n'était pas tant le sujet de la guerre qui était abordé que celui de la mort de Robb. Dans les deux cas, le sang avait coulé. « Je … je ne sais pas quoi dire … » Peut être qu'elle ne devait rien dire du tout. Ne l'obligeant pas à prononcer le moindre mot. Ne l'obligeant pas à présenter des excuses ou se livrer plus. Ne lui demandant pas de me réconforter ou de porter ce fardeau. On avait tous un fardeau à porter. On avait tous des souvenirs plus ou moins brutaux. On faisait tous des rêves certains plus obscurs qu'on voulait éclipser à tout prix. C'était ainsi. Dépendant des personnes de se relever et se redresser. Dépendant de chacun. Une réaction qui leur était propre. « Je me doutais, que tu souffrais, surtout puisque tu as gardé tes distances. C’est fou comme ce que tu m’as décrit ressemble exactement à ce que j’ai vécu, ces derniers mois. » Pour cela que j'avais voulu qu'elle évite de faire de même alors qu'elle semblait réagir de l'exacte même manière, commençant à réagir de la même manière en repoussant les uns et les autres. « Nous ne sommes pas si différents. » Ce que je n'aurai jamais cru dire avant, ce que je n'aurai jamais pu penser avant mais la vérité était que des points de convergences existaient. Certains traits pouvaient être reliés alors que nous venions à réagir de la même manière autant que sur d'autres sujets, nos comportements étaient à l'opposés. Comme deux faces d'une même pièce de monnaie. Mais ne pouvant pas non plus la réconforter totalement ou lui annoncer que je connaissais le remède miracle. Je ne le connaissais pas. Il n'en n'existait pas réellement. Les cauchemars avaient cessé simplement. Parfois ils revenaient, cela ne faisait aucun doute qu'ils reviendraient mais les insomnies avaient disparus. Conscient que c'était aussi grâce à Chiraz que j'allais mieux, conscient qu'elle avait joué un rôle clef comme ceux dans lesquels je croyais le plus. « Le chemin pour se sortir de cet état est plus pénible encore, Chris. Combien de temps est-ce que ça prendrait? [...] Je n’ai pas d’autre choix, je dois faire avec ce que j’ai, maintenant. » « J'imagine que le temps que cela prendra dépendra de toi. » Peut être que cette durée pouvait être réduite si elle était déterminée à s'en sortir. Je n'en savais rien. C'était hors de mon domaine d'expertise. C'était bien loin de mon domaine d'expertise à vrai dire. Ne pouvant qu'émettre des hypothèses sans en savoir vraiment plus. N'étant ni magicien, ni scientifique, ni docteur, seulement un soldat. « Tu sais que si tu as besoin, tu peux toujours rester au campement. Les accords le permettent. » Les efforts qui avaient été réalisés, visant aussi à permettre aux jeunes de venir au campement de l'odyssée s'ils le souhaitaient. « Si tu as besoin tu peux toujours rester quelques jours. Je doute pas que tu puisses apporter ton aide en cuisine en plus. » Elle pouvait autant se rendre utile alors que dans ce domaine elle excellait. Mais ne voulant pas non plus qu'elle croit que je la forçais à aller dans cette direction. « Mais si tu veux aussi revenir nous voir que pendant quelques heures, tu sais que la porte sera grande ouverte. Ce sont tes choix. » N'étant pas obligée de tout faire elle-même, d'avancer avec des moyens limités.

Ne restant pas moins que je comptais bien être là pour elle après. Quand bien même je pouvais jouer avec ma fierté, il ne restait pas moins qu'elle était importante. « Merci Chris, merci beaucoup. J’espère seulement que tu n’auras pas à attendre trop longtemps. Tu as une vie à vivre, et je ne veux pas l’accaparer non plus. » « Et je décide quelles personnes je veux qu'elles accaparent ma vie. » Si elle voulait être bornée, il en restait de même pour moi. De droit de vouloir qu'elle s'accapare ma vie. Y ayant déjà pris une place importante quand nous étions sur l'arche. Une place que je considérait alors comme trop importante. Une place que j'avais voulu réduire à néant en lui jouant des tours, en tentant de l'entraîner vers le bas devant Robb. Tout pour qu'il se débarrasse d'elle. Si j'acceptais alors qu'il puisse la considérer comme sa soeur alors qu'elle avait rejoint leur famille, il ne restait pas moins que c'était une autre chose si elle se mettait à accaparer notre temps. Sans doute jaloux qu'elle en vienne à accaparer le temps de Robb. Ce que je n'avais jamais admis à voix haute, me contentant de lui rendre sa vie impossible en grande partie. En prenant plaisir. Mais maintenant, je retrouvais à vouloir la laisser accaparer mon temps. Préférant qu'elle le fasse qu'au contraire elle s'éclipse de ma vie. Ce que je n'étais pas prêt à laisser faire. Prêt pour cela à attendre qu'elle revienne vers moi. Ce qu'elle voulait faire. Ce que j'acceptais. Ce qui comptait était qu'elle était toujours là, qu'elle commençait de nouveau à s'accrocher à la vie. C'était ce qui comptait réellement. Et s'il fallait être cette présence invisible mais pourtant là, j'allais bien réussir à jouer ce rôle. Espérant que je ne détruirai pas tout. Restant pas moins amusé de voir comment elle avait pris de l'importance dans ma vie. Bien plus que je n'aurai pu lui accorder au départ. Mais elle comptait. Ayant finalement compris qu'il fallait chérir ses moments, leur accorder de l'importance. Trop de possibilités pour que j'en vienne à tout détruire par la suite. Repoussant cette idée de mon esprit alors que je lui accordais un sourire. Me rendant compte en effet que j'étais prêt à attendre le temps qu'il faudrait, pour elle.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Mar 18 Déc - 6:08

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
À cette vitesse, qui sait quand est-ce qu’on arriverait près des montagnes. Il était plus facile, de ne pas perdre un bon rythme de marche quand on ne parlait pas. Cependant, passer tout ce temps dans le silence total, cela n’aiderait en rien les choses. Le temps ne ferait que s’allonger, et je perdrais patience, à un certain moment. Pour avoir senti et vu, dans les yeux de Chris, ce que cela donnait quand j’explosais, il me semblait évident que je ne pourrais pas attendre au dernier moment, question d’éviter une telle réaction. Si on débuta par des sujets pas trop chamboulant, on en vint à bifurquer vers des thèmes bien plus difficile à aborder. L’un d’entre eux fut ces questions à propos de nos débuts sur Terre, de comment je m’étais débrouiller ou du déroulement de ces premiers affrontements contre les Terriens. Mes termes ne furent pas des plus redorant, mais au moins, il comprendrait exactement la raison pourquoi encore beaucoup de Cents ne voient pas les Odysséens sous de très bons yeux. Moi la première. Que les accords entre nos campements aient changés ne me poussera pas à prendre mes trucs et rester parmi eux. Comment pourrais-je supporter la présence de ceux et celles qui ont préféré fermer les yeux et ignorer notre funeste destin? Trop de haine se dégageait de moi pour que je l’ignore. « On n’a pas vraiment eut le choix. On nous a déporté sur Terre sans notre avis, et encore aujourd’hui, certains Odysséens se demandent pourquoi on ne revient pas vers vous, avec des fleurs et de beaux sourires. J’te jure, j’ai aucun respect pour ce fichu conseil. J’aimerais juste qu’il disparaisse, une fois pour toute. » À quoi bon cacher ce genre d’avis, quand Chris pourrait si facilement le deviner même sans que je lui dise? Nous étions plusieurs, à penser ainsi, à porter si fièrement l’étiquette du criminel, à faire valoir notre campement et à nous débrouiller entre nous.

La discussion se corsait un peu, alors qu’on en vint à la mort de Robb, un souvenir encore très difficile à ravaler. À vrai dire, selon ces explications, il semblerait que les mois suivant le décès furent tout aussi pénibles que les miens, qui perdurent depuis un bon moment déjà. Étrangement, ce qu’il me décrit, sa façon de réagir, les troubles qu’il connu … tout cela semblait être une description extrêmement fidèle à ce que je vivais encore. Je n’étais pas sous le choc, d’apprendre tout cela, son absence et son silence de l’époque indicateurs de ses troubles. En vue de ces dévoilements, je ne trouvais pas les bons mots, réfléchissant un peu avant de parler un peu. « Tu as raison, nous sommes plus similaires qu’on ne se l’imaginait. » Je laissais la fin de ma phrase traînée un peu, fixant un point au sol, repensant à mon comportement. J’avais agi exactement comme lui. Voilà pourquoi il me disait sans cesse qu’il m’aiderait, qu’il pourrait me guider et me faire comprendre qu’il n’y a pas que la mort. Malheureusement, cette part plus trouble, plus sombre, remontait sans cesse à la surface. « Pour le moment, je n’ai pas la détermination qu’il faut pour sortir de mon état d’esprit dans que ce soit péniblement long. » Ne pouvant lui mentir, restant honnête, même dans mes inquiétudes. Pas prête à en parler avec qui que ce soit, préférant garder mes problèmes pour moi, quand il ne s’agissait pas de Chris ou de Devos. « Je sais que les accords le permettent, mais tu te doutes que malgré la présence d’Odysséens avec qui je m’entends bien, il y en a certains que je ne porte pas dans mon cœur. » Avec Skylar, entre autres, ça ne s’était pas bien passé. Notre conversation tendue provoqua même les regards curieux de certains gens aux alentours. « Ils doivent déjà avoir leurs tâches bien organisées en cuisine. Mais je pourrais rester un ou deux jours après cette expédition, le temps de reprendre mes forces. » Ce n’était probablement pas ce qu’il voulait entendre, mais c’est tout ce que j’avais pour lui. C’était quand même mieux qu’un simple non. « Peut-être que de débarquer pendant quelques heures serait un début. En tout cas, je n’ai aucune idée de ce qui sera le mieux pour moi. Je verrais en temps et lieux, quand je serais prête. » Trop d’options et pas assez d’assurance. Je réfléchirais pendant un long moment à toutes ses propositions.

Si je continuais à croire que mon seul moyen de survivre était de rester froide et distante, de ne pas montrer de faiblesse, je ne pourrais cependant pas dire que les paroles de Chris m’ont complètement passé par-dessus la tête. Bien au contraire, en fait, car je redécouvrais l’homme que je connus peu après l’arrivée des Odysséens sur Terre. Il était bien plus ouvert à l’idée de partager ses émotions, ce qui me touchais énormément. Il ne lâchait pas prise, ne perdant pas de vue l’espoir que je redevienne moi-même, que je puisse tourner la page et poursuivre ma vie sans porter un tel fardeau partout où je vais. Chris était prêt à m’attendre le temps qu’il faudra. « Tu … Chris, je … » Une fois de plus, les mots me manquaient. Mais qui a besoin de ça quand on peut faire facilement valoir les paroles d’autrui? Sans vraiment comprendre pourquoi j’agissais ainsi, je comblais l’espace entre nous pour me coller à lui. « Malgré tout ce que j’ai pu te dire et te faire subir, tu continues de me tendre la main. Chris, je ne sais pas quand je viendrais à demander de l’aide, mais quand ce sera le cas, je viendrais te voir. » Aucune idée de quand je changerais d’avis. Cependant, je ne pourrais compter sur qui que ce soit de mieux que lui. Parmi cette marée de Cents et d’Odysséens, peu étaient ceux qui partageaient ma douleur, et ce, pour la même personne. Il n’y avait que Chris, inébranlable, toujours présent dans ma vie.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2757 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 855
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Mar 18 Déc - 18:32

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Il y avait des décisions qui étaient dures à accepter. « On n’a pas vraiment eut le choix. On nous a déporté sur Terre [...] J’te jure, j’ai aucun respect pour ce fichu conseil. J’aimerais juste qu’il disparaisse, une fois pour toute. » L'envoi des jeunes sur terre avait été dur à accepter. Tout le monde avait été pris au dépourvu. Aucun des jeunes ne s'y était attendu. Aucun des adultes ne s'y était attendu. Personne n'avait imaginé cette décision. Personne ne s'était attendue à cette décision avant que le conseil prenne cette décision et annonce la nouvelle. Tous les prisonniers allaient être envoyés sur terre. Plus exactement tous les jeunes allaient être envoyés sur terre. Les seuls prisonniers. Tous les adultes qui avaient commis une infraction qui avaient été éjectés dans l'espace. Une décision de la dernière chance. Ils avaient permis au conseil de s'assurer que la terre était viable. Ils avaient permis au conseil de savoir qu'il était possible de respirer, de vivre là. Ce qui ne voulait pas autant dire que la décision n'avait pas été cruelle ni brutale. Certes nous étions en vie mais cela ne voulait pas dire non plus que la décision de les envoyer sur terre, eux, était juste.

Le conseil les avait affiché comme des criminels endurcis, leur offrant ainsi une seconde chance. A mes yeux, si certains étaient certes des criminels, de nombreux étaient au contraire des génies. Comme Ailina. Cette dernière qui était une pro en informatique et que j'avais trahi, quand bien même je la connaissais, quand bien même je l'avais pris sous mon aile après la mort de ses parents. Notre relation qui avait ensuite évolué dans un autre sens. Mais elle n'était pas la seule fille qui avait été envoyée sur terre. Rachel avait aussi été envoyée là-bas, enfermée dans un premier temps non pas parce qu'elle avait commis un crime mais parce qu'elle s'était dans son propre sens rebellé. De nombreux condamnés pour s'être rebellé contre les lois, contre les règles. Des jeunes que j'avais enfermé derrière les barreaux suivant les ordres. Pour autant sur l'arche, j'avais aussi été un rebelle. J'avais été comme eux. Ayant enfreint les règles. J'avais enfreint les règles plus d'une fois en réalisant des opérations pour le mouvement rebelle. Une des raisons pour laquelle j'avais laissé Ailina se faire prendre car j'étais alors prêt à sacrifier l'amour pour la cause, pour ce que je considérais comme pour le plus grand bien. Un mouvement rebelle qui avait continué d'exister sur terre. Et suite à la disparition de Faust, le flambeau avait été repris. Non pas que Rachel savait quoique ce soit à ce sujet au contraire de Chiraz. Non pas que le mouvement rebelle était à son heure de gloire en ce moment. De nombreuses demandes qui avaient été exécutées silencieusement par le conseil sans qu'il n'y ait eu besoin de dire quoique ce soit. Une nouvelle présentation, une nouvelle figure plus sympathique alors que les campements avaient été rapprochés. Des actions qui avaient été réalisées pour redorer son blason. Ce qui ne voulait pas autant dire que je pouvais entièrement lui confiance. Ce qui ne voulait pas dire que j'approuvais encore le conseil. Les souvenirs qui restaient. Les souvenirs qui restaient d'autant chez les jeunes alors que la pilule était moins bien passée pour eux. La pilule qui pour nombreux d'entre eux n'était pas passée. Ce que je pouvais comprendre. Et n'ayant aucune raison de la contredire alors que je préférerai sans doute aussi que les règles changent. Ne comptant toutefois pas lui parler du mouvement rebelle. Ne voulant pas que son avis change et puis ce n'était pas comme si à cet instant il était même possible de présenter le mouvement rebelle sous un beau jour, la situation qui était bien trop compliquée pour le moment. « C'est pas moi qui va te jeter la pierre, il y a pas que toi à avoir du mal avec certaines de leurs décisions... » Pas toutes qui n'avaient été acceptées finalement. Lui adressant pas moins un sourire pour tenter de la réconforter. « Le plus important c'est qu'on soit là maintenant. » Il restait plus important de se focaliser sur le présent. Et nous étions tous les deux là, nous étions tous les deux toujours vivants.

Et il y avait des points communs qui existaient entre nous même si je ne l'aurai pas forcément pensé dès le départ. Ce qu'elle n'aurait pas pensé non plus. « Tu as raison, nous sommes plus similaires qu’on ne se l’imaginait. » Hochant la tête presque gravement car en effet ce n'était pas ce que j'aurai imaginé. Loin de là. Les situations qui évoluaient et qui changeaient sans arrêt. Et ne pouvant pas moins lui proposer mon aide, même de rester au campement. Ce que là non plus je n'aurai pas fait avant. Me rappelant avoir même refusé chacune des propositions de Robb pour veiller sur elle sur l'arche. Lui ayant à chaque fois rétorqué que c'était son fardeau, non le mien. Lui qui avait voulu s'attacher, tout en joie. Ce qui était loin d'être mon cas alors qu'elle apparaissait comme un poids à nos pieds. Ce que je la considérais alors, comme un boulet accroché à nos jambes ou à ma jambe en particulier. La situation qui avait bien évolué depuis que nous étions sur l'arche. Les épreuves que nous avions dû affrontés qui nous avaient aussi changés. Et pouvant comprendre que le courant ne passait pas avec certains de l'odyssée. Le courant ne passait pas non plus entre moi et certains. Ce qui arrivait. Certaines relations qui pouvaient en venir aussi à se dégrader au fil du temps. Rien qui n'était figé dans la pierre. Tout qui pouvait changer. Il suffisait parfois que de quelques mots, d'une conversation pour que tout puisse changer. Ce qui pouvait arriver. Ce qui était la vie. Mais aussi j'en venais qu'à hocher la tête quand elle proposait de rester un jour ou deux de plus après le retour de notre expédition pour se reposer. « Cela pourrait être une idée oui. C'est certain qu'on va sans doute être fatigués, on a beaucoup de route à faire. » On était bien loin de notre point de destination. Et il n'était pas non plus pas dit que nous ne mettrions pas non plus de temps pour arriver à destination. Quand bien même j'avais une carte avec moi, que je pouvais cumuler les informations données par la jolie brune, il était aussi possible que nous soyons obligés de rebrousser chemin. Ce qui pouvait arriver. Il était possible que nous risquions de rebrousser chemin pour avoir emprunté la mauvaise direction, parce que la route était bloquée. Il était aussi possible que là-bas arrivés à destination, nous en venions aussi à perdre du temps en cherchant ses plantes. Il n'était pas dit que nous les trouverions du premier coup. Il était aussi possible que nous soyons obligés de nous reposer plus longtemps que prévu ou qu'un événement imprévu nous force à revenir seulement plus tard. Ce qui pouvait aussi arriver. Alors il était quasiment certain à 100% que nous serions fatigués en rentrant alors que nous n'étions pas partis pour prendre le thé, que du chemin nous attendait encore. Ces propositions qui restaient des alternatives, ne pouvant que les appuyer alors qu'en effet c'était un début, un bon début même.

La situation que j'espérai continuerait d'évoluer progressivement alors qu'elle semblait avoir prise conscience de la situation, qu'elle semblait prête à se reprendre. Le déclic qui n'était pas encore là mais ce déclic pouvait toujours se produire. Espérant que ce soit le cas. Espérant que ce soit le cas rapidement quand bien même j'étais prêt à l'attendre. Ce que je lui affirmais. Ce que je ne pouvais faire alors quand bien même cette conversation était sans doute trop à coeur ouvert, je voulais aussi lui montrer que je restais là pour elle maintenant que Robb ne l'était pas. « Tu … Chris, je … » Et restant pris au dépourvu quand elle se rapprochait soudainement pour se coller à moi. « Malgré tout ce que j’ai pu te dire et te faire subir, tu continues de me tendre la main. Chris, je ne sais pas quand je viendrais à demander de l’aide, mais quand ce sera le cas, je viendrais te voir. » Hochant la tête avant de me détacher sans aucun doute peut être trop rapidement. Mais la situation qui devenait trop sentimentale pour moi. « Humm. » Soudainement plus bourru. Quand bien même que ma réaction ne devait pas non plus l'étonner alors que j'avais toujours été du genre à éviter de me retrouver pris en sandwich, ou la laisser me faire des câlins. Toujours prompt à éviter rapidement les réactions trop affectueuses. Bien plus tactile que je ne le saurai jamais évidemment. « On devrait se remettre en route, on a encore du chemin à faire. » Plus simple aussi. Et ce qui restait vrai. Lui jetant un dernier regard avant de réajuster la bretelle de mon sac. On devait en effet continuer d'avancer.
(c) DΛNDELION
Rachel A. Gomez
DATE D'INSCRIPTION : 07/05/2018 PSEUDO/PRENOM : Dumbass*Angel MULTICOMPTES : non MESSAGES : 234 CELEBRITE : Chloe Bennet COPYRIGHT : Lunaeye (avatar), crackintime (signature) METIER/APTITUDES : cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine POINTS GAGNES : 90
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Mer 19 Déc - 6:24

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
On ne peut pas dire que nous nous étions immédiatement mis à s’organiser, lors de notre arrivée. Les premières minutes, voire les premières heures, furent les plus brutales. Rien que le trajet dans ce minuscule habitacle qui nous ramenait sur Terre … je peux vous dire qu’il n’y avait pas un seul Cent qui restait calme. Tout le monde avait peur, se posait beaucoup trop de questions et redoutait ce qui se passerait ensuite. Lorsqu’on atterri abruptement en sol ferme, certains hésitaient à pointer le bout du nez dehors, terrorisés à l’idée que l’air était irrespirable. Le conseil s’était-il décidé à nos éliminer en nous enfermant et nous balançant dans l’espace, pour que l’on puisse débarquer et servir de rats de laboratoire? Les Odysséens avaient beau nous dire que nous étions une part importante de cette migration, de ce courant d’adaptation, et pourtant, on n’y voyait que du sarcasme, des mensonges racontés pour que l’on ne les harcèle pas. Tout comme Robb et bien d’autres Cents, la beauté du paysage ne changeait pas l’amertume dans notre cœur. On ne voulait plus aucun contact avec eux. Une haine qui s’installa et qui avait toujours sa place aujourd’hui. Pourquoi diable est-ce qu’on nous conviait à nous joindre à eux, à ne plus faire qu’un grand campement? On en reviendrait à la case départ. Tôt ou tard, on fera des erreurs et celles-ci ne seront pas si facilement pardonnées. Déjà des criminels, la phrase la plus horrible à entendre de la bouche de certains. Si on avait ce mauvais sang dans les veines, eh bien, ce serait littéralement une répétition du passé. Le conseil ferait construire une prison et mettrait plus d’un Cent derrière les barreaux. Non. Je préférais encore rester dans mon coin afin de seulement me mêler de ce qui me regarde.

Au gré du temps, à rester regroupée parmi les autres jeunes enfermés, je me suis sentie m’éloigner de cette image si mondaine et simpliste que j’avais de moi. Je m’étais endurcie, assumait à force l’image de criminel, de personne dangereuse, insoumise et rebelle. Tant pis, si cela ne plus pas à Chris. Facile d’estimer ce genre de chose, surtout en me remémorant les traits de son visage, alors qu’il me montrait ma cellule. Je me reposais sur mon frère et sur certains autres jeunes avec qui je m’entendais bien. Ils devinrent ma compagnie, lorsqu’on mangeait ensemble ou qu’on marchait en direction de nos lits respectifs. Sans leur présence, je crois que je serais devenue folle, à parler contre un mur, à imaginer des conversations fictives. Le conseil … toujours lui le coupable. Ce regroupement de snobs n’en faisaient qu’à leur tête, oubliant qu’ils devaient surtout représenter les intérêts de tous. Pourquoi, dites-moi, fallait-il me foutre derrière les barreaux simplement parce que j’ai agressé un garde? Non mais merde, il n’arrêtait pas de critiquer mon frère! Personne, en ce bas monde, ne laisserait quelqu’un d’autre critiquer ses proches, n’est-ce pas? Oh, je les détestais de tout mon cœur, sentiment qui ne partirait pas de sitôt. Je sais que Jude en serait grandement déçu, de m’entendre catégoriser les uns et les autres si facilement. La pauvre avait la conviction que nous étions une grande famille alors qu’en fait, c’est faux. « C’est bien pour ça que je continue d’affirmer que le mieux, c’est de garder les campements séparés. Il aurait trop de tension, ce serait fortement désagréable. » Ferme dans mes convictions, je n’imaginais pas un futur où je me retrouvais à habiter chez les Odysséens. Ma tente m’allait à ravir, je n’avais pas besoin de bouger de là. « Je ne dis pas que tu as tort, mais ce n’est pas toujours ce qui me vient en tête d’abord. » Mon esprit restait toujours coincé dans le passé, à jeter de l’huile sur un feu ardent.

Une façon de réagir très vive, trait de caractère que je semblais partager avec Chris. Renfermée, accrochée à des cauchemars qui n’en finissaient plus, le besoin de sortir et de rester dehors le reste de la nuit et de se tuer au travail … oui, notre façon de vivre le deuil semblait semblable. La seule différence, en fait, c’est qu’il avait su trouver la porte de sortie, se portant beaucoup mieux. De mon côté, je ne me déviais pas de cette route, trop bornée, trop inquiète de la tournure des choses, advenant que je me reprenne en main. De l’insécurité et une légère impression que cela me prendrait un temps fou, avant que je ne remarque moi-même un quelconque changement. Trop pessimiste pour trouver un peu de positif. Tout le contraire de la personne que j’étais avant. Un changement qui s’était produit lors de mon arrivée sur Terre. Ce dût être la même chose pour Chris, car son comportement évolua quelque peu au début, pour prendre une tournure inhabituelle. Du jeune homme qui levait presque les yeux au ciel en me voyant débarquer, me peignant comme le fardeau de Robb, le voilà qui essayait de trouver les bons mots et qui ne lâchait pas le morceau. « Je pourrais reposer un peu mes jambes et mon dos, avant de reprendre la route. Ce sera amplement suffisant, à mon avis. » J’avais complètement cessé de m’entêter à fermer les yeux, à trouver le sommeil, sachant qu’après quelques minutes, je me réveillerais en sursaut, comme à chaque fois. En laissant mes jambes, mon dos et même mes bras se reposer, je serais certainement assez en forme pour rejoindre les Cents et leur signaler mon retour.

Cela me fit plus de bien que je ne crus, de parler ouvertement de mes problèmes, mais surtout, de m’excuser pour la confrontation de la dernière fois. Ainsi, je compris qu’il ne mentait pas, en disant qu’il serait prêt à attendre que je vienne le voir dès que je sentirais le besoin. Je ne saurais pas vraiment dire si la patience était l’une de ses vertus, maintenant. Avec le temps, il semblait certainement être plus calme, quoiqu’il pouvait toujours bien jouer le jeu. La seule chose dont j’étais sûre, c’est que ses paroles me touchèrent à un tel point que je ne pus m’empêcher de me coller à lui, le remercier de ne pas avoir écouter mes sombres protestations. De compter sur lui me faisait plus de bien que je n’osais dire. Cependant, je venais à en oublier qu’il n’était pas de ceux qui n’aimait pas les situations trop sentimentales et les démonstrations d’amour ou d’amitié. Je fus donc saisie, aux premiers abords, de sa réaction, de son ton de voix différent, de la façon qu’il se détacha de moi. « Oui … tu as raison. On a une expédition à terminer. » Je replaçais le sac sur mon dos, prête à repartir. Quelle sotte, non mais! Je m’en voulais, d’avoir fait ça. Il n’était pas Robb, et ça, j’avais parfois tendance à oublier. Il fallait vraiment que je cesse avec ces demandes d’affection si enfantines. C’était la vieille Rachel, ça. Et malgré mes excuses de tout à l’heure, je me devais de reprendre mes habitudes, donc de garder un ton plus sérieux. Quant à ces envies passagères de sentir que quelqu’un me tenait dans ses bras et me rassurait, je devrais rayer ça de ma liste. Je repris donc la marche derrière Chris, concentrée sur l’expédition pour en oublier tout le reste.
(c) DΛNDELION
- Whatever it takes -
Chris Wilson
DATE D'INSCRIPTION : 01/11/2015 PSEUDO/PRENOM : Glacy MULTICOMPTES : Ezra MESSAGES : 2757 CELEBRITE : Brett Dalton COPYRIGHT : murphy ♥ (avatar), Frimelda (signature) METIER/APTITUDES : ancien militaire - maniement des armes - statège POINTS GAGNES : 855
Voir le profil de l'utilisateur

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

le Jeu 20 Déc - 19:59

taking it one step at a time
rachris

« In need of fresh air, and new adventures. »
Au final on n'avait pu que continuer notre route. Un premier jour était passé. L'impression de ne pas réussir à voir la fin de la forêt profonde. Nous dirigeant toujours plus en direction du nord. Le chemin qui restait long jusqu'aux montagnes. La nécessité de s'arrêter pour consulter les cartes et s'assurer d'avancer dans la bonne direction. La nécessité parfois de rebrousser chemin aussi parce que notre route avait été déviée. Si jusqu'à là cela n'avait pas encore été trop le cas, il ne restait pas moins que j'étais toujours en train de garder un oeil sur la carte. N'hésitant pas à faire des pauses brèves certes mais souvent pour s'assurer que c'était le meilleur chemin. Les montagnes qui étaient visibles mais jamais entièrement à cause du couvert de la forêt et une chaîne montagne qui s'étendait sur plusieurs kilomètres. Des raisons supplémentaires pour s'assurer que nous étions dans la bonne direction alors qu'aucun de nous deux ne voulait non plus perdre du temps, ni être trop loin du point de recherche. Si Rachel avait un point de destination en tête, il ne restait pas moins que quand bien même au travers de nos discussions l'étau se resserrait, je restais toujours méfiant. Craignant que les informations soient trop floues bien que jusqu'à là nous continuons d'avancer. Sachant non moins qu'il serait difficile d'être réellement certain à 100% que nous étions dans la bonne direction, que nous avions emprunté le bon chemin avant de rencontrer les plantes tant convoitées. Des chemins que nous étions moins habitués à emprunter que les grounders bien que cette partie-ci de la forêt plus profonde était plus connue. Une première direction qui avait déjà été empruntée. Le réel problème qui existerait serait quand nous serions de l'autre côté des plaines, plus au nord qu'au village des pikunis. Là notre tâche se compliquerait réellement alors que ni elle ni moi n'avions été jusqu'au pied des montagnes. Ni elle ni moi n'avions emprunté les chemins rocailleux et suivi les parois rocheuses. Mais ce problème ne pourrait être affronté qu'en temps voulu. Alors en attendant la traversée de la forêt profonde continuait. Des pauses effectuaient aussi pour se désaltérer ou se reposer un peu bien que j'étais satisfait du rythme adopté. Un rythme de pas qui allait bon train.

Une première nuit au coeur de la forêt qui s'était aussi bien déroulée. Retrouvant avec plaisir ce même cheminement satisfaisant que j'avais effectué avec elle pour aller jusqu'à la côte. Retrouvant ce même plaisir de cheminer à ses côtés. Ce même plaisir éprouvé que quand nous nous étions dirigés vers la mer. Chaque minute n'avait pas besoin d'être comblée par l'écho de la conversation alors que le silence nous convenait aussi. La conversation à coeur ouvert qui avait eu lieu des heures avant qui avait aussi permis d'améliorer l'ambiance entre nous. Le premier aspect glacial qui s'était imposé qui semblait avoir désormais disparu à mon soulagement. M'étant rendu compte sur terre que je n'aimais pas être faché avec elle alors que je m'étais bien attachée à sa présence. Non sans être moins fan des contacts physiques alors qu'auparavant je n'avais pu que rompre cette étreinte physique rapidement de nouveau. Et elle qui semblait l'avoir compris, accepter alors qu'elle savait que c'était dans ma nature. Ce dont je lui étais grès alors que rapidement cette expédition certes avant tout surprise avait pu se continuer.

Une expédition qui continuait de se profiler alors que désormais le soleil était plus haut dans le ciel. Bientôt il serait de nouveau temps de s'arrêter pour manger un morceau mais pouvant aussi comprendre ce désir qu'elle avait tantôt de continuer. Le partageant aussi alors que je l'avais laissé prendre les devants. La suivant de près alors que par instant il semblait nécessaire de forcer un passage dans la forêt. Restant prudent bien que jusqu'à là je n'avais vu aucune âme vive. La forêt qui semblait silencieuse et parfois un peu trop malgré les sons retentissants des animaux qui rappelaient leur présence. Aucun grounder qui n'avait jusqu'à été là croiser. Et si les probabilités étaient fortes d'en croiser, d'autant certains plus farouches alors qu'il était plus facile de se déplacer dans cette partie de la forêt là, que des accords avaient été créés avec ceux autour, je restais vigilant. Vigilant mais pas assez rapide. Si j'avais soudainement ordonné à la jolie brune de s'arrêter, mon bras posé sur son bras aucun de nous deux ne put évité d'être soulevé dans les airs. Enfin plus précisément d'être enfermé dans les airs. Cette fois il n'y avait aucune tentacule dessinée par mon esprit pour me soulever au-dessus de la mer si ce n'était des cordes qui se resserraient de nous. Un filet plus précisément qui se soulevait alors que soudainement proche de la jolie brune, nous nous retrouvions prisonniers dans les airs. Entremêlés alors qu'à cet instant tout mon corps paraissait tassé. Aucune place pour deux. Non une bulle mais une cage ou un filet pour attraper le gibier, un gros gibier sans aucun doute. Un piège qui avait été posé par un grounder. Et les proies n'étaient pas des animaux. Nous étions devenus les proies. Nous étions les proies désormais enfermées dans ce filet. Suspendus à plusieurs mètres du sol. Une expédition qui prenait un autre tournant.
(c) DΛNDELION


Dernière édition par Chris Wilson le Jeu 20 Déc - 20:35, édité 1 fois
Contenu sponsorisé

taking it one step at a time ⊰ rachris - Page 2 Empty Re: taking it one step at a time ⊰ rachris

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum