Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜My love is vengeance, that's never free △ Raya
maybe life should be about more than just surviving


Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul Harlan Tikaani & Einar Helgusson 6523 Dan Stevens Tag & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture Odysséen 119
Admin △ I'll dream you real


Sujet: My love is vengeance, that's never free △ Raya
Sam 8 Sep - 23:38

Tout ça c'est neuf, pour Kay, mais à vrai dire, il est presque plus passionné par tout ce qui l'entoure que le véritable enjeu de la journée. La politique, il a toujours préféré ne pas trop s'en mêler. Il n'a jamais eu l'âme d'un leader et lui, tant que le système en place lui convient ou qu'il lui trouve du sens, il ne le remet pas en cause. En l'occurrence, sur Terre, il n'a jamais eu trop rien à redire du système actuel. Ils ne vivent peut-être pas dans le grand luxe, c'est vrai, mais ils s'en sortent pas si mal. Il y a une structure au sein du campement, plus souple et plus lâche que là-haut, mais qui empêche tout de même le chaos, tout en parvenant à les maintenir ensemble. Le plus important ? Kay n'étouffe pas. Et il étouffait, parfois, là-haut. Esprit emprisonné dans la boîte de métal, sans trop pouvoir s'échapper à cause des raisonnements et des modes de vie trop carrés. Il a fait avec, Kay, il a laissé son imagination vagabonder comme il le pouvait, il s'est façonné des mondes, des histoires. Il a trouvé son échappatoire.

Mais sur Terre ? Sur Terre, tout est tellement différent. Pas facile, non, mais différent. Y'a tant de choses tout autour, des choses nouvelles, des peuples nouveaux, aussi. C'est pas forcément facile de naviguer entre tout ça. Y'a le nouveau campement auquel il faut encore un peu s'habituer, y'a ces catastrophes naturelles qu'il faut prendre en compte. Y'a ces nouveaux voisins, dont ils espèrent une bonne entente ou du moins, aucune hostilité, c'est un peu le but de cette visite, pas vrai ? Voir comment ils peuvent tous arriver à collaborer, cohabiter ?

Il devait suivre ça plus attentivement, Kay, il le sait. Mais il est un peu distrait. Y'a tellement de gens, tout autour, qui parlent anglais ou trigedasleng, parfois un drôle de mélange des deux, c'est pas le plus simple à suivre. Mais c'est fascinant, de voir toutes ces choses, même si le réel focus n'est pas censé être sur ça, aujourd'hui. Il suit les discussions de façon un peu distraite, à dire vrai, mais après tout, il n'a pas de rôle à jouer là-dedans. Professeur désormais inutile sur Terre, reconverti comme il peut vers l'agriculture, il n'a aucun poste important. Non, tout ce qu'il apporte, c'est son optimisme, sa soif d'apprendre, un peu sa diplomatie aussi. Il essaie de calmer certains esprits qui veulent trop s'échauffer, qui souhaitent qu'une bagarre éclate. Peut-être que certains auraient voulu qu'on se lance dans le début d'un conflit à cause d'un malentendu ou un truc du genre – franchement, il n'aurait manqué qu'ils provoquent un incident diplomatique parce qu'ils se mettaient à manger des calamars pas prévus pour eux – mais tout se passe relativement bien, si Kay ignore ce petit couac avec John, auquel celui-ci n'a pas daigné répondre. Peut-être qu'il n'a pas apprécié se faire remettre un peu à sa place par un jeunot. Mais Kay n'aime pas ce scepticisme et ce cynisme débordants, ils n'ont rien à faire dans une réunion où tout le monde a l'espoir d'un avenir meilleur, d'un futur commun. Il est peut-être un peu naïf, Kay, mais il veut y croire. Ouais, il veut y croire.

Y'a des accords qui se mettent en place, prudemment avec eux, un peu plus franchement avec les cents. La confiance se mérite, se gagne, et ça, il l'a bien compris. Il se dit déjà qu'il participera à ces missions prévues pour plus tard. Aider des terriens, gagner leur confiance, découvrir d'autres territoires en même temps...tout ça sonne comme une aventure et ça enthousiasme Kay. Il a l'impression qu'ils sont les héros d'un roman.

Mais avec le but de la visite achevé, l'attention d'un peu tout le monde se disperse, les groupes éclatent ou se resserrent, se reforment. Même si le buffet est des plus passionnants et même s'il a fait une rencontre sympa, à dire vrai, il préfère explorer les environs, avant de rentrer vers l'Odyssée. Comme pas mal des leurs, il n'a jamais mis les pieds si près d'un village terrien et il est curieux. Oh, il ne commettra pas l'erreur de trop s'approcher, il a bien retenu la leçon et il n'a pas envie de se faire canarder de flèches et de provoquer un incident diplomatique. Mais ils ont toujours vécu dans la forêt, et ici, avec des terres si plates, où on voit des champs à perte de vue ? Kay est curieux. Il s'éloigne du village, un peu, juste un peu. Il observe furtivement les palissades, devine la vie d'un village, à l'intérieur, en entendant des bruits de métal, de taille. Il s'invente un monde, séparé juste par des remparts de bois.

Il déambule et déambule. Il ne perd jamais totalement des yeux le gros du groupe odysséen, ou du moins, c'est son objectif de départ. Mais il s'éloigne et s'éloigne et bientôt, il se retrouve seul, dans un coin. Enfin, seul, jusqu'à ce qu'il voit une chevelure blonde, un peu plus loin. Les vêtements lui font penser plus à une Odysséenne – ou une cent – qu'à une terrienne et c'est peut-être ça qui le pousse par là. Il y a...quelque chose de bizarre qui le tire par là. Une sensation de familiarité qu'il ne saurait pas trop expliquer. Quelqu'un qu'il n'a pas croisé sur le campement depuis un moment ? Une ancienne élève, peut-être ? Ce serait possible, il a après tout mis un moment à reconnaître Eris. Plus de trois ans sans voir un visage, c'était long, tout de même. Et Kay avait toujours eu plus de mémoire pour les mots que pour les visages.

Il ne sait pas trop ce qui le pousse à avancer, à s'approcher et à sortir d'un ton plus ou moins enthousiaste : « Hey excuse-moi, tu ne serais pas... »

Et puis, le visage apparaît et c'est là que ça le frappe. Le pourquoi de cette sensation de familiarité.

C'est comme recevoir une douche froide, revoir ce visage.

Raya.
 

My love is vengeance, that's never free △ Raya

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Enfin.... : Passage en Free to Play « imminent » en Europe
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» The Détroit Free Press : Couverture complète des Wings
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-