Aller en bas
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 535 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : sign by anaelle METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Let me be your superhero ;; Lothar

le Mer 5 Sep - 10:15

Let me be your superhero


05 Septembre 2118 ;; Cette pause était nécessaire. Meeka n’est pas du genre à tout arrêter mais les déplacements en arrêt, ça lui a fait du bien, c’est vrai. La blonde a pu prendre le temps pour quelques nouvelles pièces, pour améliorer un peu son niveau sur certains aspects. Mais non, les choses ne se passent pas toujours comme on veut. Elle n’ira pas dire qu’elle n’a fait que fabriquer des choses. Ce n’est pas le cas. Elle n’a pas fait que bricoler, elle n’a pas fait que traîner les pieds au sein de sa maison. Elle en a profité pour voir ses proches, pour apprendre à connaître certaines personnes qu’elle n’a pas eu l’occasion de cotoyer pendant quelques temps. Elle prend notamment en compte l’aspect catastrophe et les réfugiés que la tribu a accueilli. Elle n’est pas toujours très sociale, aux yeux des gens et elle sait que très souvent, elle n’attire pas l’attention de la bonne manière. Sa forge intrigue, ses capacités intéressent mais la personne, pas toujours.

Un soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’elle pose son sac sur la plage. Il faut dire qu’elle repart, ça y est. Et elle se permet de dire qu’il est grandement temps pour elle de reprendre la route. Retourner sur Inlandsis, c’est une idée qu’elle a depuis quelques temps, c’est vrai. Une revanche contre le monde, ce serait sans doute un peu trop fort mais elle ne cache pas que sa dernière route par là-bas ne fut pas la meilleure qui soit. L’homme qui l’a faite traverser avait deux mains gauches, un caractère d’abruti et des manières de rustres. Autre que son temps, la blonde a également perdu son matériel, qu’elle lui a laissé car abîmé. Perfectionniste, elle fait attention à tous les détails, c’est un fait. Peut-être que c’était récupérable, peut-être qu’elle pouvait faire un effort et tout améliorer. Pour autant, elle ne prétend pas que le fait que ça lui rappelle cet homme, ça n’a guère aidé. Ses yeux bleus, pourtant, elle n’a pas été en mesure de les oublier. Le tout n’était pas un ensemble désagréable mais avec tout ça, ça n’a pas vraiment laissé un délicat souvenir.

Alors quand elle a cherché un trajet, elle a fait en sorte de le faire dans le détail. Elle l’a décrit, précisant qu’elle ne voulait pas que ce soit lui, que ce soit un petit bateau. Il faut dire que ses expériences n’ont pas toujours été très bonnes. Elle a déjà retenté de faire un trajet en mer, et elle fut accueillie par une tempête et ses armes ont une nouvelle fois étaient perdus. A croire que c’est un sale trajet et qu’elle n’a guère de chances à ce niveau. Agaçant, en effet, mais il fait de son mieux, en général, et les choses ne se passent pas toujours au mieux. Mais elle commence à sincèrement penser qu’elle est maudite. Alors elle espère un bateau plus grand, elle espère un homme expérimenté, et elle espère passer un trajet sans vague et sans perturbation.

Ses pieds sont nus dans le sable, elle ne sait pas encore combien de temps elle va attendre. Il y a quelques bateaux dans son champ de vision mais elle ne sait pas vers lequel elle doit se tourner. Elle n’ose avancer, surtout si c’est pour rien, elle n’en voit guère l’intérêt. Elle passe une main dans ses cheveux aux quelques mèches tressées et soupire une nouvelle fois. Elle n’a pas non plus envie d’attendre trop longtemps. Le trajet est long, sur place, elle ne sait pas non plus comment ça va se passer et elle s’agace parfois un peu trop. Son sac est posé, juste à côté de ses pieds. Elle finit par le soulever, s’approchant un peu du bord de l’eau, elle ne va pas attendre qu’on vienne à elle bêtement, ce n’est pas son genre. Mais elle ne sait vraiment pas ce qui l’attend.. Sans doute serait-elle partie dans l’autre sens...
AVENGEDINCHAINS
Lothar S. Halfdanarson
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Skweecky MESSAGES : 64 CELEBRITE : Travis Fimmel COPYRIGHT : Shadows (avatar) METIER/APTITUDES : Marin et pêcheur TRIBU : Iskaar POINTS GAGNES : 10
Voir le profil de l'utilisateur

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

le Sam 15 Sep - 18:57

Let me be your superhero
Lothar& PMeeka






Lorsqu'il se leva ce matin-là, Lothar était de bonne humeur. Il avait bien dormi, avait de quoi ce faire un copieux déjeuner et comble du bonheur : il prenait la mer. Il n'en fallait guère plus pour satisfaire cet amoureux des flots qui préférait cent fois la compagnie des mouettes à celle de ses semblables. Pas qu'il n'aimait pas les siens, loin de là... simplement, une mouette avait généralement moins de soucis existentiels qu'un être humain. Il avait donc mis le nez dehors, avait humé l'air frais du matin et s'était alors aperçu qu'il s'était levé si tôt que la plupart des habitants dormaient encore. Tant mieux, le cœur du village était quand même plus calme comme ça. Il envisagea d'aller tirer Ayiana de ses draps sans le moindre complexe et finit par renoncer. C'est qu'il la faisait tourner en bourrique, la matelote, à force de l'embarquer à droite à gauche au gré de ses envie... alors pour une fois depuis un bon moment, il ferait le trajet seul.

Si d'ordinaire, Lothar naviguait sans autre but que ramener de quoi manger et explorer les horizons pour nourrir son appétit d'aventure et les cartes de Stigandr, il avait cette fois un but bien précis : s'en aller vers le continent, récupérer une passagère et la ramener jusqu'à l'île. Sur le papier, ça pouvait sembler barbant au possible mais dans les faits, c'était non seulement bien payé mais en plus, il espérait secrètement que ce serait « elle », sa passagère. La jolie blonde au caractère aussi bien trempé que l'acier qu'elle venait vendre. Du bel ouvrage, ça c'était certain ! Il en avait pris soin, en son absence, de son butin malencontreusement endommagé par l'eau de mer. Il avait lavé les lames et précieusement gardé le tout dans un grand sac, faisant ainsi preuve d'un fétichisme qui l'étonnait lui-même. Ses affaires sur le dos, il jeta un dernier regard au sac en question. Devait-il se charger au cas où la demoiselle pointerait son nez ? À quoi bon... si elle voulait vraiment récupérer ses affaires, elle n'avait qu'à venir les chercher, tiens !

Il se contenta donc d'une carte, de son précieux compas de navigateur, d'un manteau bien chaud et de pain et poisson séché pour la route. Avec ça, il était certain de pouvoir affronter la m... ah non. Après avoir fait cent mètre sur la plage, il revint en catastrophe récupérer l'essentiel : de l'eau potable. Il aurait été un bien piètre marin s'il n'avait pas pensé à cela ! Gaiement, il rejoignit la plage et le port où mouillait son petit rafiot. Un petit bâtiment sans prétention, avec une voile rapiécée aux quatre coins et des coraux qui avaient élu domicile sur la coque malgré un entretien minutieux. Ça c'est sûr, il ne payait pas de mine, le petit Ægir ! Mais au moins, il flottait ! Car en passant, Lothar aperçu celui qui aurait dû aller récupérer la passagère mystère sur le continent : avec ses grands mâts et sa coque lustrée, il faisait peut-être davantage rêver, mais il était à moitié sous l'eau. À ce que le capitaine lui avait raconté, un jeune mousse avait cru rendre service en taillant des ouvertures dans la coque pour permettre aux matelots de voir la lumière une fois sous le pont... il avait simplement oublier qu'ainsi, l'eau pouvait rentrer. Quel idiot, s'était dit Lothar... avec son petit rafiot, il n'avait pas ce problème-là ! Et puis comme ça, en répondant présent à l'appel désespéré du capitaine, il avait été certain de se mettre un peu d'argent en poche !

Avec un sourire mutin, il passa devant le navire à moitié sous l'eau et salua un capitaine désespéré par l'incompétence de son équipage. Il ne lui fallu pas longtemps pour dégager son bateau du port, remonter l'ancre et s'éloigner sur une mer calme et un vent plutôt modéré. Le soleil finissait tout juste de pointer son nez par-delà l'horizon et Lothar regretta immédiatement de ne pas être parti plus tard : foutu lumière dans les yeux... il faillit bien se perdre, tant l'éclat du soleil se reflétait à la surface de l'eau, et pesta en se rendant compte qu'il perdait du temps. Elle allait l'attendre, la passagère, et il entendait d'ici les « ouiiii on ne fait pas attendre une dame ! Et ceci et cela ! ».

Fort heureusement, le vent fut avec lui et la traversée se passa bien. Les glaces avaient fondu pendant l'été, rendant la navigation plus aisée qu'en hiver. Entre les pluies qui agitaient les flots et les iceberg, l'hiver était toujours une saison plus délicate que les autres. Lothar se souvenait de ce bateau, un énorme navire dont on lui avait parlé, un... paquebot, lui semblait-il. Bateau tellement gros et géré par tellement de branquignoles qu'il avait coulé dès sa première traversée ! Comment c'était son nom, déjà ? Titan ? Titanic ! Oui voilà ! Quelle idée de vouloir faire tenir sur l'eau un truc aussi gros, franchement... Et on lui avait même raconté que des gens en avaient fait un film ! À ce stade, Lothar se demandait franchement si c'était une légende ridicule ou si ses ancêtres avaient vraiment eu tendance à fumer la moquette.

Lorsque la terre fut en vue, le soleil était presque au zénith et Lothar put accoster sans problème. À vrai dire, il n'y avait pas grand monde sur la plage, juste un petit groupe de marins qui semblaient attendre un navire, un peu plus loin et une jeune femme, un sac à la main. Il en aurait mis sa main à couper que c'était elle ! Seulement, avec la distance, il ne la reconnue pas tout de suite mais lui fit tout de même signe pour attirer son attention. Il n'aurait pas fallu qu'elle se précipite vers l'autre navire sous prétexte qu'il avait plus fière allure, non ? Et puis, lorsqu'il fut suffisamment proche de la rive, il la reconnu. Et à vrai dire, vu le regard qu'elle lui jeta, elle aussi. Un large sourire se dessina sur les lèvres de Lothar qui ne tarda pas à jeter l'ancre et à sauter sur le ponton pour rejoindre la plage.

« Je me trompe en disant que vous n'avez pas l'air contente de me voir ? »

La moquerie à fleur de peau, il s'approcha de la jeune femme. Elle n'avait pas changé, elle avait toujours cet air un peu mécontent quand elle le regardait, ces tresses dans ses cheveux blonds et ce regard pétillant. Non, vraiment, elle était séduisante, il ne pouvait pas le nier.

« Celui qui devait venir vous chercher a comme qui dirait une voie d'eau dans son bateau... alors plutôt que de venir à la nage, il m'a envoyé. »

D'un geste de la tête, il désigna le sac de la jeune femme.

« Et j'suppose que vous avez là-dedans tout un tas de trucs qui n'aiment pas trop l'eau de mer, alors... vous venez ? »

Et si elle ne voulait pas venir et bien tant pis, il irait faire un tour et rentrerait chez lui mais... il ne pouvait nier que ça l'aurait drôlement déçu.



HRP : C'est super galère de trouver des gifs de Ragnar et Lagertha qui se font la tête ! Let me be your superhero ;; Lothar 977114301 N'hésite pas à me dire si tu veux que je change quoi que ce soit ! Let me be your superhero ;; Lothar 3048774416
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 535 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : sign by anaelle METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

le Mar 25 Sep - 10:02

Let me be your superhero


05 Septembre 2118 ;; Il n’est pas toujours possible de déterminer ce qui va ou ne va pas bien se passer. En réalité, la jeune blonde espère sincèrement que tout se passera bien mais ça ne veut pas dire que ce sera le cas. Selon le scénario et les choses qui pourraient se produire, la blonde espère sincèrement que tout se passera bien. Mais ce n’est pas le cas. En fin de compte, à chaque fois qu’elle est allée sur cette stupide île, les choses se sont mal passées. Mais elle continue de croire que la roue finit par tourner et que les choses vont finir par s’arranger. Alors oui, elle persiste à tenter de se rendre sur l’île, elle continue d’imaginer que ses affaires sont bien et qu’elle finira par le leurs prouver. Mais ça risque de prendre du temps puisqu’elle ne parvient jamais à s’y rendre de la bonne manière. C’est une grosse prise de tête, en tout cas, mais les possibilités ne sont pas nombreuses, c’est tout. Alors les pieds dans le sable, caressée par la chaleur du soleil, elle attend que son navigateur arrive et qu’elle puisse prendre la route. Elle ne sait pas comment les choses vont se passer, elle ne sait pas qui va lui faire face mais elle n’est même pas certaine de vraiment vouloir y penser.

Elle n’a pas envie de regarder qui arrive et son regard se perd sur un groupe de marins. Ils ne l’ont probablement pas vu. Sinon, peut-être seraient-ils venus vers elle. Elle n’a pas envie d’y penser. Elle n’est pas du genre à se faire courtiser à outrance, et de toute manière, elle a suffisamment de répondant pour qu’on ne vienne pas lui taper sur les nerfs. Elle fait davantage attention sur le fait qu’ils pourraient venir la voir pour lui faire la conversation et lui tenir compagnie et pour tout dire, il n’a pas particulièrement envie d’entendre tout ça. En fait, s’il n’y avait pas un peu de stress vis à vis de la personne qui pourrait venir la trouver, sans doute aurait-elle été vers eux de son plein gré juste pour faire un peu la conversation. Et qui sait ? Peut-être même qu’elle aurait venu quelque chose. Mais elle n’a pas particulièrement envie d’y penser pour le moment.

Lorsqu’un bateau approche, elle comprend assez vite que c’est celui qui lui permettra de faire la traversée. Elle aurait aimé qu’il arrive avant mais dans le fond, elle voit bien que ses options sont particulièrement inexistantes. Et en même temps, elle s’en moque aussi. Au milieu de tout ça, elle n’a pas voulu penser que ce serait lui, parce qu’elle ne le voulait pas et qu’elle espérait qu’il aurait été suffisamment intelligent pour ne pas venir. Au vu de la traversée de la dernière fois et de l’entente qu’il a pu y avoir entre eux, elle s’est bêtement dit qu’il serait suffisamment futé pour la laisser tranquille. Quelle erreur. Lui et son sourire ridicule, et sa manière d’être, lui et cette sensation qu’en plus, il est content d’être là. Elle lève les yeux au ciel, s’agace d’avance. Ce moment va être bien moins plaisant qu’elle ne l’aurait voulu.

Pas l’air contente de le voir ? Ah mais ça, c’est un délicat euphémisme, si on veut réellement avoir son avis. Elle s’imagine déjà que les choses vont mal se passer, que certains trucs vont être cassés et que la traversée va être un véritable enfer. Sans doute aurait-elle même été capable de lui dire que finalement, elle n’a pas envie de traverser. Mais le problème, c’est qu’elle en a envie. Envie d’aller voir là-bas, envie de voir certains visages connus et d’écouter les histoires de Stigandr. Et si pour se faire, elle doit encore s’imposer la compagnie de cet imbécile, elle le fera, sans réelle hésitation. Mais ça ne veut pas dire qu’elle va le faire avec le sourire et sans se plaindre. Au contraire. Donc non, elle n’est pas ravie de le voir, pas du tout, même. ” En effet, j’espérais que vous aurez l’intelligence de ne pas revenir”. Mais bien sûr, c’était trop lui en demander.

N’empêche, l’autre point détestable c’est qu’il est beau à regarder. Dommage qu’il ait ce caractère et cet air suffisant sur le visage.

Il semble que la personne qui devait venir avait un problème et a choisi de l’envoyer, lui. C’est agaçant, c’est un fait mais puisque les choses sont comme ça, il n’est pas vraiment nécessaire de chercher plus loin. A quoi ça pourrait bien servir, de toute manière ? Puisque c’est lui qui est là, il semble évident qu’elle n’a pas le choix et qu’elle doit faire avec lui. Ce n’est pas un grand plaisir mais puisque les choses se passent comme ça, ses options restent limitées. ” Ce mensonge est-il vrai ou lorsque vous avez su que c’était moi, vous l’avez forcément à vous céder sa place ?”. Sait-on jamais qu’il aime la torturer, d’une quelconque façon malsaine.

Quant au contenu de son sac, s’il pouvait ne pas finir à la flotte cette fois, ce serait quand même un changement assez agréable. Mais alors, c’est une autre histoire. ” En effet. Alors je vous demanderais de faire attention, cette fois”. Ca changerait. Remettant ses souliers, elle s’avance vers le bateau, lentement. Comme si elle traînait la patte, d’ailleurs. Ce qui, dans le fond, est plutôt vrai. ” Il n’y aura que nous, ou vous attendez quelqu’un d’autre ?”. Il ne reste plus qu’à savoir si elle sera contente, ou non, de traverser avec lui. Ce serait bien qu’il change la donne, qu’il se permette de faire ce qu’il faut, pour une fois. Genre qu’il soit responsable, pour une fois. Ce serait sympa.
AVENGEDINCHAINS
Lothar S. Halfdanarson
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Skweecky MESSAGES : 64 CELEBRITE : Travis Fimmel COPYRIGHT : Shadows (avatar) METIER/APTITUDES : Marin et pêcheur TRIBU : Iskaar POINTS GAGNES : 10
Voir le profil de l'utilisateur

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

le Dim 7 Oct - 16:54

Let me be your superhero
Lothar & Meeka






Il fallait bien l'admettre, la situation faisait marrer Lothar. Y avait pas non plus des milliards de personnes sur la planète, mais il y en avait suffisamment pour que tomber sur la jolie blonde de la dernière fois lui fasse l'effet d'une heureuse et intrigante coïncidence. Elle n'avait pas beaucoup changé et lorsqu'il la dévisagea, un sourire spontané sur dessina sur ses lèvres. Sa coiffure avait peut-être un peu changé, une tresse en plus, une tresse en moins... qu'importe, elle avait toujours sur le visage cet air mécontent en le regardant qui, il fallait bien l'admettre, amusait beaucoup l'iskaar. Affichant un air goguenard, Lothar posa un pied sur un pilier du ponton et se pencha en posant nonchalamment les coudes sur sa jambe.

« L'intelligence n'y est pour rien dans cette histoire, je crois. Je dirais plutôt que c'est un coup du sort. Un truc bien ironique, si vous voulez mon avis. »

Et il était persuadé qu'elle s'en foutait royalement, de son avis, mais il le lui donnait quand même parce qu'il était comme ça, Lothar : généreux, même quand on attendait strictement rien de lui. Il en était maintenant persuadé : les dieux avaient choisi de les mettre sur le même chemin et les contrariétés ne suffiraient pas à aller à l'encontre d'une telle volonté. Enfin ça... la justification mystique, religieuse, tout ce blabla, c'était surtout une bonne justification pour Lothar : en partant du principe qu'un dieu ou le destin avait décidé qu'ils soient l'un en face de l'autre à cet instant, c'était bien qu'il fallait l'accepter et faire avec. Ça serait tout de même bien dommage de faire demi-tour maintenant et pourtant, rien que pour emmerder la demoiselle, il serait bien remonté sur son bateau pour repartir, lui faisant coucou de loin en grand imbécile qu'il était. Mais il n'en dit rien. Parce qu'avant d'être un con par bien des aspects, Lothar était un type sur qui on pouvait compter. On lui avait confié une mission, à lui de s'en acquitter maintenant. D'ailleurs, lorsque la demoiselle insinua qu'il mentait, il en perdit son sourire et se redressa. Ça non, il n'aimait pas qu'on l'insulte de la sorte et grogna plus qu'il ne répondit.

« À vrai dire, j'ai découvert en même temps que vous que je devais vous ramener sur l'île... j'ai quand même autre chose à foutre que de vous courir après, ma jolie. Mais vous verrez bien en arrivant ! Le bateau que vous étiez supposée prendre a de la flotte jusqu'au pont inférieur, ça ne ressemble plus à rien ! »

Il ne pouvait nier qu'il avait songé à inventer une histoire pour se retrouver à nouveau en sa compagnie car malgré le fiasco de leur première traversée, elle lui avait plu, la belle blonde. Mais à quoi bon ? Il ne connaissait même pas son nom... Mais alors qu'elle remettait ses chaussures, il se fendit d'un nouveau sourire et l'invita à passer devant pour monter sur le bateau. Levant les yeux au ciel, il soupira.

« Si vous n'aviez pas fait n'importe quoi, aussi... et non, je n'attends personne. Rien que vous et moi sur cette traversée ! »

Aller... histoire d'en rajouter une couche ! Une fois à bord, Lothar leva l'ancre, déploya les voiles et orienta avec la force de l'habitude la roue servant à manœuvrer le gouvernail pour sortir de la baie et rejoindre le large. C'est qu'il le connaissait bien, son petit bateau ! Pas bien gros, pas impressionnant mais insubmersible, comme il se plaisait à le dire en plaisantant. Le vent soufflait assez pour entraîner l'embarcation vers l'île sans pour autant risquer de les faire chavirer. Pour l'heure, les conditions climatiques étaient optimales mais en jetant un œil au ciel, Lothar se fit la réflexion que le temps allait probablement se gâter avant qu'ils arrivent. Fidèle à ses habitudes, l'iskaar entama la traversée en silence, goûtant le chant des vagues en oubliant presque qu'il n'était pas seul sur le navire. Et lorsqu'ils furent sortis de la baie, Lothar s'en alla rejoindre la jeune femme. Se laissant nonchalamment tomber sur une pile de cordes qui feraient un siège plus ou moins confortable, il la regarda un moment.

« Vous ne m'avez toujours pas dit comment vous vous appelez...  »

Devait-il lui dire dès maintenant qu'il avait précieusement conservé tout son chargement de la dernière fois ? Après un instant de réflexion, il jugea que ce n'était pas indispensable : si elle lui prenait la tête pendant le trajet, il pourrait toujours garder le tout pour lui sans qu'elle n'en sache rien.

« Et vous avez quoi là-dedans ? » demanda-t-il en désigna du menton le sac qu'elle gardait précieusement contre elle.

Des armes ? Des outils ? Des babioles ? Sûrement de quoi faire la conversation et rendre la traversée plus... agréable.


Dernière édition par Lothar S. Halfdanarson le Dim 11 Nov - 19:30, édité 1 fois
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 535 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : sign by anaelle METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

le Sam 10 Nov - 22:36

Let me be your superhero


05 Septembre 2118 ;; Quel était le taux de chance pour qu’une telle chose se produise ? Nombreuses et nulles à la fois. Le destin lui joue un sale tour et elle se retrouve à nouveau coincée avec un inconnu qui semble trouver ça un peu trop drôle. Meeka ne l’apprécie pas parce qu’elle ne le comprend pas et que le contexte de leur rencontre ne l’aide pas à le voir positivement. Oh, pourtant, elle imagine qu’il possède quelques qualités. Il y a notamment le côté physique de l’homme. Il est très attirant mais c’est une chose qu’elle est parfaitement incapable d’accepter, puisqu’il est bien trop insupportable pour qu’elle le félicite d’une quelconque façon. Et surtout pour qu’elle le complimente comme ça, sans la moindre raison ou le moindre contexte s’y prêtant. En tout cas, oui, elle parle d’intelligence quant à son retour. Ne s’est-il donc pas dit que ça pouvait être elle et que, possiblement, elle ne voulait pas qu’il se pointe, elle ne voulait pas qu’il débarque alors qu’elle voulait de n’importe quoi d’autre ? Parce que c’est un peu de ça qu’il est question, n’est-ce pas ? D’un homme qui a fait les choses de la mauvaise façon et qui la pousse à se retrouver dans une situation déplaisante. Elle a peur du trajet, peur de ce qui pourrait se produire, peur des conséquences. Elle n’a pas envie de savoir la suite, elle a peur, aussi. Parce qu’elle sait, bien malgré elle, que le trajet ne sera absolument pas de tout repos. Et ça l’agace déjà. Quant à l’éventualité d’un coup du sort, oui, sans doute. Mais ça ne veut pas dire que ça lui plaît vraiment. ” Je n’aime pas ce genre de coup du sort.”. Et si ça se trouve, il a juste fait tout ce qu’il pouvait pour la revoir. Mais là, peut-être que c’est elle qui s’emballe, c’est une autre histoire. Et si c’est le destin qui les a vraiment remis sur la route l’un de l’autre.. Qu’est-ce que c’est censé vouloir dire ? De toute manière, elle doit faire la traversée, qu’elle le veuille ou non.

Pourtant, l’accuser de mensonge et de lui raconter n’importe quoi, ce n’est pas très poli ni délicat. Et Meeka se reproche un peu d’avoir dit n’importe quoi comme elle le fait. C’est totalement déplacé et ce n’est pas son genre. Il l’irrite mais dans le fond, elle ne le connaît pas. Il a une vie, oui, sans doute. Ce n’est certainement pas à elle de mettre ça en doute. Alors elle s’en veut, quand il lui répond, qu’il lui fait comprendre qu’il n’a pas apprécié ce qu’elle disait. Alors elle ouvre la bouche pour s’excuser, après avoir pris une profonde inspiration.. Mais sa bouche se referme aussitôt lorsqu’il se met à lui dire qu’elle a fait n’importe quoi et que c’est un peu de sa faute si ça s’est passé comme ça s’est passé. Elle marque un temps d’arrêt, le fixe, incrédule. Il est réellement en train de dire ça ? Parce que là, pour le coup, elle n’en revient pas. Elle ne prétend pas qu’elle n’a pas forcément fait les choses comme il fallait. Mais elle n’est pas navigatrice, sinon, elle n’aurait pas besoin d’elle. ” Vous insinuez que je suis responsable ?! Non mais je rêve !”. Elle n’en revient définitivement pas. Et elle n’en peut plus, elle ne supporte plus ce qui se passe, c’est réellement insupportable, en tout cas. Il faut vraiment qu’il arrête les insinuations. Tant mieux, s’il n’y a qu’eux, pour la traversée. Elle n’aura donc pas à se donner en spectacle. Parce que là, pour le coup, il ne supporte pas tout ça. ” Et bien si nous n’attendons plus personne, mettons nous en route”.

Elle soupire une nouvelle fois avant de monter sur le bateau. De toute manière, il n’est pas nécessaire de faire plus de manière. Le but est de faire la traversée. Mais si elle ne monte pas sur le bateau, ce n’est pas près d’arriver.

Le silence s’installe quand la traversée commence. Et elle n’aime pas forcément ça. Ce qui est tout aussi ironique que le reste, c’est vrai. Mais c’est un peu dérangeant. Il faut prendre en compte le fait que les choses ne sont pas toujours une grosse réussite plaisante, c’est un fait. La route est longue, jusqu’à l’île. Encore la route… Ce n’est probablement pas le terme adéquate. Mais là, tout de suite, le point le plus dérangeant repose sur le fait qu’elle n’a pas envie de rester dans le silence pesant qui s’installe doucement. Mais si on veut se lancer, qu’est-ce qu’on est censé dire hein ? Parce que finalement, c’est son principal problème. Elle ne sait juste pas quoi dire. Quand il reprend la parole, il lui fait part du fait qu’elle n’a pas pris la parole récemment. Ce qui n’est pas faux, chose qu’elle se reproche un peu, dans l’immédiat. Elle aime se présenter lors des premiers échanges. Mais disons que ça s’est très vite mal passé avec lui. Mais… Elle n’a pas particulièrement envie de passer pour une méchante. Elle ne l’aime pas beaucoup, c’est vrai, mais en parallèle à cela, elle n’aime pas qu’on puisse la voir comme quelqu’un d’un peu trop méchant, c’est vrai. ” Je m’appelle Meeka”. Le nom de famille ? Non, on n’a pas besoin d’aller jusque là. N’est-ce pas ? ” Et vous ?”. Honteux de se dire qu’elle ne connaît pas son prénom non plus, n’est-ce pas ? Ou alors, il le lui a déjà dit et elle ne s’en souvient plus. Et dans ce cas, c’est encore pire.

Dans son sac ? Il y a toujours la même chose ou du moins, le même type de chose parce qu’il ne faudrait pas se mettre à prétendre que les choses sont identiques. Elle vend un peu de ses trucs, troquent la plupart du temps et parfois, elle donne, aussi. Mais évidemment, elle refait le stock à chaque fois avant de reprendre la route. Parfois, ça prend du temps, parfois pas trop parce que l’inspiration la frappe et qu’elle dort trop peu. Cette idiote. Ce qui n’est absolument pas une bonne idée, cela dit. Mais bref, c’est une autre histoire. ” Des armes, et quelques figurines, pour plaire aux enfants. C’est un passe temps, quand je ne fabrique pas des épées”. Elle hausse les épaules. Elle a du mal à croire que ça pourrait réellement l’intéresser en fait. Cela n’intéresse pas forcément grand monde en fait, en général.
AVENGEDINCHAINS
Lothar S. Halfdanarson
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Skweecky MESSAGES : 64 CELEBRITE : Travis Fimmel COPYRIGHT : Shadows (avatar) METIER/APTITUDES : Marin et pêcheur TRIBU : Iskaar POINTS GAGNES : 10
Voir le profil de l'utilisateur

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

le Dim 13 Jan - 19:30

Let me be your superhero
Lothar & Meeka






Heureusement qu'il en fallait beaucoup pour vexer Lothar... avec les remarques de la jolie blonde, il aurait fini par la laisser en plan sur la plage ou, pire, l'aurait jetée par-dessus bord au milieu de la traversée. Elle aurait fini en en-cas pour les requin ou radeau pour les mouettes et ça aurait fait désordre. Qu'elle n'aime pas vraiment ce genre de coup du sort n'y changeait rien : si elle voulait traverser, ça serait avec lui et personne d'autre ! Quelque part, Lothar était tout de même lucide. À la place de la demoiselle, il aurait fait la gueule, lui aussi : il se savait particulièrement horripilant quand il s'y mettait et devoir supporter sa présence pendant quelques heures pouvait parfois s'avérer rude. Alors promis, il ferait un effort. Dans la mesure du possible. Et voilà qu'elle s'emportait à nouveau tandis qu'il insinuait qu'elle y était pour quelque chose... l'Iskaar se contenta d'un sourire malicieux suffisamment éloquent : son attitude se voulait ouvertement taquine et quelque part, il ne savait pas vraiment qui de lui ou d'elle était le plus fautif dans le fiasco de la dernière fois. Il s'était tout de même senti suffisamment coupable pour nettoyer et remettre en étant – dans la mesure du possible – les armes de la belle. Si ça ce n'était pas une preuve de bonne volonté ! D'ailleurs, il se fit la remarque qu'il aurait dû emmener le sac de ferraille, finalement. À l'exception d'une dague qu'il gardait sur lui, il n'avait rien pour montrer sa bonne foi à la demoiselle et lui rabattre le caquet le temps de la traversée. Tant pis, se dit-il en haussant les épaules.

Sans un mot, il monta à bord du petit navire, s'affaira à remonter l'ancre et déploya la voile pour repartir en sens inverse. Adieu le continent, Lothar ne s'y arrêtait jamais bien longtemps. Pas qu'il n'aimait pas les gens du coin, mais... en fait si, un peu. Disons qu'il était suffisamment casanier et taciturne pour préférer la quiétude de son petit coin de rocher congelé à l'immensité d'un continent potentiellement hostile. Peureux ? Ça non ! Prudent serait plus exact et il y avait suffisamment à faire sur l'île pour ne pas avoir besoin d'aller voir sur le continent. Une fois le navire lancé et l'estimation du vent faite, Lothar revint vers sa passagère, dont il ignorait toujours le nom. L'espace d'un instant, il crut qu'elle allait l'envoyer balader et pourtant, elle lui donna son nom sans broncher. Stupéfait, il lui fallut un instant pour comprendre qu'elle lui renvoyait sa question et qu'il devait avoir l'air d'un idiot avec ses yeux ronds comme des billes.

« Oh heu... je m'appelle Lothar », grommela-t-il.

Et ça s'arrêta là. Lothar tourna les talons pour mieux faire mine de vérifier des nœuds déjà parfaitement effectués par Ayiana quelques jours plus tôt. Meeka, c'était donc ainsi qu'elle s'appelait. Un joli prénom, pas très courant par chez lui, mais qui lui plaisait bien. D'un autre côté, lui avait-on demandé son avis ? Pas vraiment. Alors il revint s'asseoir, curieux de savoir ce qu'il pouvait y avoir dans le sac qu'elle transportait avec elle.

« Des figurines ? Vraiment ? En quoi, en bois ? On n'a pas des masses de jouets, sur l'île, les gamins s'amusent plus souvent avec des petits os d'animaux, ils en font des construction mais bon... j'suis sûr que vous allez faire un malheur avec ça ! Vous... vous me les montrez ? »

Il ne l'admettrait pas, ça non, mais Lothar aurait adoré avoir des petites figurines ou des personnages avec des visages bien humains pour jouer, lorsqu'il était plus jeune. Pousser l'imagination au plus loin avec des branches et des feuilles, c'était une chose, mais une chose limitée. Pour montrer sa bonne foi et un intérêt qui n'avait rien de feint, Lothar farfouilla dans la sacoche qu'il portait à sa ceinture et en sorti un petit cheval de bois encore grossièrement taillé.

« Il n'est pas encore terminé, mais c'est un cheval... je vous l'accorde, on dirait plus un cachalot, pour le moment. »

Un peu d'imagination, toujours de l'imagination, c'était ce qu'il fallait pour y croire. C'était tout de même amusant de les voir se retrouver sur un point aussi anodin en apparence que la sculpture... surtout lorsqu'on savait que Lothar sculptait avec ce fameux couteau que la demoiselle avait laissé au milieu de son chargement la dernière fois.
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 535 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : sign by anaelle METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

le Mar 15 Jan - 18:32
Let me be your superhero


05 Septembre 2118 ;; En réalité, bien qu’elle soit dégoûtée de se retrouver devant lui, la jeune femme sait qu’elle n’a pas d’autres choix, elle sait qu’elle est coincée avec lui et que si elle veut traverser, elle ne pourra pas aller contre ça, ses options ne sont pas nombreuses, il n’y en a même aucune, en fin de compte. Et c’est probablement tout ce qui compte. Elle ne pourra pas traverser avec quelqu’un d’autre, elle ne pourra pas trouver un autre navigateur et hors de question de ne pas faire la traversée. Elle ne le connaît pas, elle le juge sur la seule et unique fois où ils se sont vus parce que oui, en effet, ça ne s’est pas très bien passé, pas bien passé du tout. C’est devenu bien plus compliqué qu’elle n’aurait pu le vouloir. Agaçant ? Ce n’est même pas la seule chose, c’est sans doute pire que ça. Un soupir s’échappe de ses lèvres, sans qu’elle ne puisse réellement le contrôler. En fin de compte, elle va juste devoir faire avec, qu’elle l’accepte ou non. En effet, ce n’est pas facile du tout, en effet il va falloir faire avec mais les choses ne sont pas forcément faciles et c’est juste comme ça. Pas nécessaire de chercher plus loin, n’est-ce pas ?

Il est donc nécessaire de tenter de devenir courtois, mais c’est la partie la plus compliquée de l’exercice. Oui, pendant un instant, elle en vient à se dire que le silence sera plus supportable mais ce n’est pas une situation plausible et facile. Oui, il est préférable de ne pas réfléchir. C’est compliqué mais il faut faire avec. C’est compliqué ouais, mais… Dans le fond, si le trajet est long, le silence risque d’être étouffant. Ce n’est pas la solution, pas du tout même. Il ne sert à rien de réfléchir comme ça, et c’est toujours mieux comme ça. Pas besoin de chercher plus loin, de réfléchir à ce que la situation s’améliore. Il faut échanger, parler correctement et développer un langage bien que ce ne soit pas si évident que ça. Faut avancer et pour ça, faut développer les choses de la bonne façon.

Pendant un instant, quand il lui demande son prénom, elle hésite, c’est vrai. C’est une information qu’il ne nécessite pas forcément, une chose dont il n’a pas forcément besoin pour la suite des événements. Et en même temps, c’est un pas, léger et délicat mais c’est une avancée pour que l’échange se fasse un peu plus supportable. Il n’a pas besoin de se prendre la tête, dans la situation actuelle, tout est déjà bien assez compliqué comme ça, mais pas la peine de rendre ça plus compliqué encore. On sent qu’il s’attendait à un refus de répondre de sa part parce qu’il semble surpris lorsqu’elle lui retourne sa question. Elle fait un pas vers lui et il ne s’y attendait peut-être pas c’est vrai. Mais ça fait du bien, c’est une nécessité pour la suite des choses. Il lui donne son identité et se détourne, s’éloigne un peu d’elle. Elle ne comprend pas mais d’une manière un peu étrange et perturbante, elle se permet de le trouver un peu… Touchant. Mais évidemment, c’est une chose qu’elle ne dira pas à voix haute. Elle n’ira pas non plus lui dire qu’elle est enchantée de le rencontrer, il ne faudrait pas abuser non plus hein. Ce serait carrément improbable. Alors elle ne dit rien, elle ne voit pas non plus ce qu’elle pourrait dire, il faut bien l’avouer. Autant ne rien dire. Un pas après l’autre et à l’heure actuelle, elle ne fait que tolérer sa présence. Et encore, c’est joliment dit et ce n’est pas forcément vraiment le cas.

Quand il revient, il propose une nouvelle conversation et c’est sûr, la discussion sera bien plus agréable ainsi. Pas la peine de se tracasser à trouver les mots ou à essayer de supporter le silence qui peut éventuellement s’installer. Ce n’est pas forcément facile, pas toujours supportable mais elle fait ce qu’elle peut et c’est bien. En plus, là, le sujet glisse sur ce qu’elle fabrique et construit, c’est un assez bon début et c’est un sujet qui la passionne. Comment est-ce qu’elle pourrait avoir du mal à trouver les mots ? C’est plus facile, plus agréable aussi. C’est plaisant. Il s’intéresse, peut-être juste pour bavarder vite fait, mais quand même. Et ça l’intéresse mine de rien, parce que c’est surprenant d’entendre que sur son île, il n’y a pas vraiment de jouet. Et puis ça a un petit quelque chose de glauque de laisser les enfants jouer avec des os non ? Des os de quoi en plus ? Super malsain et ça doit un peu se voir à sa tête. Quand il lui demande de voir ce qu’elle a, elle sourit un peu. C’est un petit plaisir personnel, c’est vrai. Elle ne peut jamais s’en empêcher et elle ne s’en plaint jamais non plus. Elle s’en moque, pas la peine de chercher plus loin et si ça leurs permet d’avancer, et de développer un quelconque échange, alors pourquoi pas ? " Si vous voulez oui, bien sûr. ". On sent dans sa voix qu’elle est intriguée. Leur échange prend déjà une tournure un peu différente, faut dire que ça a vite dégénéré la dernière fois. Alors forcément là, maintenant, ça se passe tout de suite plus simplement. Alors elle fouille dans son sac et elle y prend quelques figurines. De petits animaux pour la plupart. Elle en sort trois, sous la forme d’un cerf, d’un chien et un poisson. Et elle les lui met entre les mains. " Qu’est-ce que vous en pensez ? "

A son tour, il fouille dans ses affaires et lui montre une petite sculpture. Ce n’est pas parfait mais elle n’a pas croisé beaucoup de monde qui ait pu prendre le temps de fabriquer un petit quelque chose. Elle se met à rire quand il lui dit que ça ressemble plutôt à un cachalot. Dommage qu’elle ne sache pas à quoi ça ressemble, ça. " Je ne sais pas à quoi ressemble un cachalot mais ce n’est pas… Si mal. ". Mais en levant le nez vers lui, sans retirer ce sourire de ses lèvres, elle se met à grimacer.

Elle prend la petite chose en main et prend son petit couteau, qu’elle a dans sa besace. " Il ne manque pas grand chose, en fait. ". Et elle se met un peu à sculpter quelques erreurs de sa figurine. Mais c’est un bon début, oui, c’est vrai. Et avec ce cheval, elle réalise que… Finalement, il est peut-être intéressant, finalement.
AVENGEDINCHAINS
Lothar S. Halfdanarson
DATE D'INSCRIPTION : 27/08/2018 PSEUDO/PRENOM : Skweecky MESSAGES : 64 CELEBRITE : Travis Fimmel COPYRIGHT : Shadows (avatar) METIER/APTITUDES : Marin et pêcheur TRIBU : Iskaar POINTS GAGNES : 10
Voir le profil de l'utilisateur

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

le Jeu 9 Mai - 22:07

Let me be your superhero
Lothar & Meeka






Lothar n'était pas le genre de type qui culpabilisait pour rien. Se répandre en excuses, vouloir disparaître sous terre lorsqu'il faisait une connerie, très peu pour lui. La culpabilité, il l'expérimentait au quotidien par l'absence de son frère et les morts qu'il avait laissé sur son passage en s'enfuyant. Alors oui, il connaissait ce sentiment mais s'en passait la plupart du temps. C'est sûrement pour cette raison qu'il avait eu l'air aussi grossier, lors de sa première rencontre avec Meeka. Il avait vaguement haussé les épaules, lui avait dit qu'elle aurait dû faire plus attention à sa marchandise, qu'il n'en était pas responsable, et... les choses s'étaient arrêtées là. Il ne s'en était pas voulu, sur le coup. Pourtant, conserver les armes, les nettoyer, les affûter et les graisser, c'était bien la preuve qu'il avait culpabilisé, après coup. Ce sentiment, mêlé à l'envie qu'il avait eut de la revoir dès qu'elle avait quitté son champ de vision l'avait conduit à garder un sac de ferraille dont il n'avait pas l'utilité pendant un bon moment. Fétichiste ? Peut-être pas. Déterminé, ça oui. Seulement, tant de temps s'était écoulé que les excuses n'avaient plus vraiment leur place et la discussion prenait une autre direction. Celle de la trêve, de la découverte et de la courtoisie, alors pourquoi tout gâcher en remettant cet incident sur le tapis ? Bon sang qu'il se sentait gauche, à tenter de faire la conversation... Il était doué pour le sarcasme, Lothar, doué pour ne pas parler non plus ou se contenter d'un laconisme proche du mutisme mais faire la causette ? Ça, c'était bon pour les autres, pas pour lui. Il aimait la mer pour sa quiétude, sa sérénité et surtout, pour l'absence d'êtres humains. Ça rendait les trajets plus calme et lui évitait d'avoir à se triturer le cerveau pour trouver quoi répondre à une question. Fallait croire qu'il n'était pas fait pour vivre en société, un comble pour un type vivant à une époque où vivre en solitaire rimait avec mort. Il se pliait au minimum syndical, essayait de ne pas avoir l'air trop taciturne avec les gens et ça suffisait. Il était simplement dans son monde, Lothar, à tel point qu'il ne remarqua pas vraiment que la jeune femme était dégoûtée d'apprendre que l'on laissait des enfants jouer avec os d'animaux. Pour lui, c'était normal, habituel, il aurait eu bien du mal à comprendre ce que l'on pouvait trouver de dérangeant à cela.

Lorsque Meeka lui tendit les petits animaux en bois, il se sentit d'autant plus mauvais en sculpture. Le poisson avait été sculpté dans un beau bois brun aux reflets rouges et chaque écaille avait été délicatement creusée pour donner à l'animal du relief. Le souci du détail était flagrant, rendant les petits animaux particulièrement proches de la réalité. Le pelage du chien semblait si proche du réel que Lothar se surpris à passer le pouce à sa surface comme s'il caressait l'animal. À côté, son cheval-cachalot faisait pâle figure.

« Ils sont vraiment superbes. On dirait de vrais animaux, mais... en plus petit. Vous sculptez ça dans quel bois ? La plupart des arbres qui poussent sur l'île produisent un bois plus clair que ça, celui-ci est vraiment beau ! »

S'il s'était vu à cet instant, Lothar aurait été fortement étonné de se voir si... enthousiaste. Et alors qu'il tendait à la jeune femme son cheval grossièrement sculpté, elle se mit à rire et curieusement, il n'en fut pas vexé. Au contraire, il sourit à son tour, conscient que de toute manière, il était un piètre artiste et qu'il valait mieux rire de ça que de s'en offusquer. Quant à expliquer à quoi pouvait bien ressembler un cachalot...

« Oh heu... c'est une sorte de très gros animal marin, à peu près deux fois plus long que ce bateau mais je vous dis ça sans trop de certitudes. J'ai vu des dessins et le squelette d'un cachalot échoué quand j'étais gamin. À mon avis, ce genre de bête à disparu depuis longtemps. »

Comme à peu près 80% des espèces de la planète mais ça, c'était une autre histoire. S'il avait eu un vrai cachalot face à lui, Lothar aurait peut-être trouvé que finalement, son cheval ne lui ressemblait pas vraiment. Lorsqu'il vit Meeka sortir un couteau de son sac, instinctivement, il se raidit. Que comptait-elle faire avec ça ? Et il la vit entamer le bois de petits coups précis, accentuant les arrêtes des jambes, arrondissant le ventre de l'animal et donnant à la tête un aspect plus... équin ? Il la regarda faire avec une certaine fascination : elle était rapide, précise et savait ce qu'elle faisait. Nul doute qu'il valait mieux ne pas lui chercher des noises lorsqu'elle avait ce couteau en main.

« Vous êtes drôlement douée ! Il ressemble déjà beaucoup plus à un cheval, ce cachalot ! », qu'il répliqua avec un sourire amusé.

Il passa dix bonnes minutes à la regarder faire, totalement hypnotisé, à tel point qu'il faillit en oublier de vérifier la direction du vent et celle que prenait le bateau. Un peu plus et ils seraient allés se perdre en pleine mer sans trop d'espoir de retour. Réalisant son étourderie, Lothar se leva, fouilla dans ses affaires à la recherche d'un compas et s'empressa d'aller corriger à la barre la direction anarchique que prenait son bateau.

« Foutu vent qui se lève... », grogna-t-il en redressant le cap.

Puis, observant la blonde qui allait finir par lui rendre sa sculpture de cheval terminée et bien plus belle qu'il ne l'aurait imaginé, il se demanda si l'idée qu'il avait en tête était si bonne. Il pourrait se taire, rester à la barre, remettre de la distance entre eux parce qu'après tout, ils ne se devaient rien... mais avant qu'il n'ait pu réfléchir à quoi que ce soit d'autre, il s'entendit parler.

« Vous avez déjà tenu la barre d'un bateau ? Je veux dire... en pleine mer, pas à quai ? »

Une petite voix dans sa tête lui disait que c'était une mauvaise idée : la plupart du temps, Lothar détestait que qui que ce soit tienne la barre de son navire mais là... puisqu'il le proposait gentiment, ça ne pouvait que mieux passer, non ? Il s'effaça, fit signe à Meeka de le rejoindre et la regarda avec un sourire en coin.

« Vous m'avez montré votre talent pour la sculpture, je vous montre le mien ? »

Il allait se sentir bien con, si elle lui avouait avoir déjà navigué...
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 535 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : sign by anaelle METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

le Mer 22 Mai - 11:08
Let me be your superhero


05 Septembre 2118 ;; En te retrouvant sur ce bateau, tu ne sais pas trop ce que tu es censée penser. Il y a le fait que cet homme t’a fait vivre un véritable enfer la dernière fois. Tes affaires ont fini à l’eau, étaient complètement pourries, et à côté de ça, il n’était pas de bonne compagnie. Mais ça, bien sûr, c’est purement subjectif et tu n’es pas certain qu’il faille y porter une réelle attention. Pour autant, les choses sont comme elles sont et lorsque tu l’as vu arriver sur le port, tu as juste été capable de râler et de te plaindre à l’idée que ça puisse mal se passer. Parce que dans le fond, tu n’as pas envisagé une seule seconde que ça pourrait bien se passer. Pourtant, force est de constater que les choses se passent bien mieux actuellement que tu ne l’aurais pensé. Tu n’irais pas dire que c’est parfait, que ça se passe bien et que la conversation est fluide mais pour autant, ça se passe beaucoup mieux. Tu apprécies ce qui se passe mais tu ne voudras sans doute jamais l’admettre. Il t’apparaît un peu plus intéressant que tu ne l’aurais cru mais ça aussi, tu comptes le garder pour toi. C’est actuellement une trève, une trace de paix qu’il peut potentiellement y avoir entre vous mais ce n’est pas encore gagné et il faut aussi se concentrer sur ça, que ce soit facile ou non. Et ce n’est pas toujours le cas. Dans le fond, cette histoire n’est pas à l’abri d’une nouvelle tempête et d’une nouvelle catastrophe naturelle. Ce qui n’est pas non plus gagné. Mais encore une fois, tu choisis de tout garder pour toi, comme si c’était plus simple. Le fait qu’il s’intéresse à ce que tu fais facilite bien des choses et rend l’échange plus animé. Il faut dire Meeka que tu as toujours accordé de l’intérêt aux gens qui s’intéressent eux-mêmes à ce que tu fais. Ton art, ton talent et tes capacités, quand elles sont mises en avant, ça te fait du bien.

Alors tu lui montres tes petites sculptures et tu te surprends même à lui demander ton avis. Après tout, le plus important, c’est souvent de connaître l’avis des gens, souvent nécessaire pour s’améliorer, pour évoluer dans la bonne direction. On peut corriger les erreurs mais on ne peut pas le faire si on ne s’attarde que sur les points positifs. Ce n’est pas ce qu’il faut faire et de manière générale, il faut se pencher sur le tout. Ce qu’il dit te fait vraiment plaisir en tout cas. Il se met à te dire qu’on dirait de vrais animaux, une chose que tu ne comprends pas vraiment. " Je sculpte dans le bois qui se trouvent autour de mon village. Je suis contente que cela puisse vous plaire en tout cas. ". Et voilà qu’un fin sourire se dessine doucement sur tes lèvres, comme à chaque fois qu’on te fait un compliment. Pour ce qu’il en est du bois, tu ne peux pas lui préciser où ça se trouve, parce que de toute manière, ça ne servirait pas à grand chose. Pas besoin de chercher plus loin. En tout cas, t’as l’impression qu’en fasse de toi, tu as quelqu’un de totalement différent de l’homme de la dernière fois et tu ne sais pas comment tu dois te comporter vis à vis de ça. Cela te laisse perplexe, te met dans une situation un peu étrange, mais cela ne te déplaît pas.

Le fameux cachalot te dépasse. Forcément, à tes yeux, ça ne ressemble pas à grand chose. Surtout pas au cheval initialement prévu. Mais le fait qu’il te parle d’un animal dont tu n’as jamais entendu parler et que tu n’as jamais vu, voilà qui t’intéresse beaucoup plus. En plus, voilà qu’il se met à dire qu’il ne l’a jamais vu non plus et ça te dépasse, te met face à une situation qui te dépasse. Un peu. Tu n’as pas eu l’occasion d’explorer suffisamment le monde et ça te dérange presque. Tu sais qu’à ton âge tu ne peux pas explorer suffisamment le monde. Cela ne s’est jamais passé comme tu le voudrais. Mais il se met à évoquer le fait que cette créature a disparu et tout de suite, c’est plus compliqué. Cela t’attriste presque alors qu’il est question d’une créature dont tu ne sais rien. C’est si bizarre mais t’es comme ça, tu n’y peux rien. " Dommage, j’aurais aimé voir à quoi un cachalot ressemble. ". Mais ça, il n’y peut rien. Peut-être que lorsqu’il aura progressé en sculpture, il pourra te le montrer ? " Je compte sur vous pour me le montrer, une fois que vous vous serez amélioré en sculpture. ". C’est une manière de dire que vous allez vous revoir, du coup et tu ne parviens pas à savoir si c’est une assez bonne idée ou s’il ne serait pas judicieux pour toi de ne pas évoquer ce genre de chose. La première fois s’est mal passé, la deuxième semble s’améliorer, mais la troisième ? Comment savoir ce qu’il faudra prévoir ? Mais bien sûr, tu t’enflammes un peu. Peut-être que vous ne vous reverrez juste pas.

Tu sens une sorte de tension quand tu sors ton couteau et tu vois que les choses ne sont pas encore évidentes entre vous. Ce n’est pas facile, ça ne l’est jamais. Il n’a aucune raison de te faire confiance parce que vous ne vous connaissez pas suffisamment. Et c’est un peu déstabilisant, ça brise un peu la douceur de l’instant. Tu choisis de ne pas faire de remarque, de ne pas aborder le fait qu’il ait agit ainsi. C’est parfois plus facile, plus simple de ne rien aborder, quand il y a une sorte de malaise. Tu souries, lorsqu’il te fait remarquer que tu te débrouilles bien. Cela te fait évidemment plaisir. " Merci beaucoup. ". Tu es un peu gênée tout de même parce que c’est une chose que tu as toujours su faire. Mais les compliments, c’est toujours plaisant.

Les minutes filent et déjà, tu t’es perdue, trop concentrée dans ce que tu fais. Comme à chaque fois. Dès que tu as un couteau dans les mains, tu disparais presque dans une bulle, incapable de prêter attention au monde alentour. " Je pourrais tenter de vous apprendre, la prochaine fois peut-être. ". Toi, tu pars du principe que tu referas le trajet un jour. Tu ne sais pas encore quand mais ça pourrait arriver. Et dans la continuité de l’échange que vous avez, cela ne te dérangerait même pas. Le revoir, c’est tout à fait envisageable. Tu ne sais juste pas encore quand, et tu préfères profiter du calme de l’échange actuelle.

Mais tout change, quand il évoque le fait que le vent se lève et que tu manges à plusieurs reprises tes propres cheveux. Forcément, t’es pas rassurée et tu essaies de te concentrer un peu plus sur ce que tu as dans les mains. Mais tu t’arrêtes quand il se met à te demander si tu as déjà tenu la barre d’un bateau. Tu arques un sourcil, essaie de comprendre où il veut en venir. Dans le fond, t’es pas certaine de vouloir comprendre. Il s’efface, t’invite à le rejoindre et t’es pas à l’aise du tout. Non que tu ne lui fasses pas confiance mais puisque tu ne l’as jamais fait, t’es censée faire comment ? S’il ne te montre pas au milimètre, t’es foutue Meeka. Mais t’es trop curieuse aussi. C’est ça le pire. Tu souries quand il te dit qu’il veut te montrer son talent et tu trouves ça touchant. Tu glisses une mèches de cheveux derrière ton oreille, gênée et ton sourire ne te quitte pas. " Je suis incapable de dire si je suis une bonne navigatrice parce que je ne l’ai jamais fait mais j’aimerais beaucoup voir ce que ça donne. Mais si ça dégénère, vous reprenez les choses en mains hein ! ". Parce que sinon, vous allez mourir. Clairement.
AVENGEDINCHAINS
Contenu sponsorisé

Let me be your superhero ;; Lothar Empty Re: Let me be your superhero ;; Lothar

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum