Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Remember when ♦ Helgusson
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains Charlie, Baelfire, Meeka, Elias & Richard 1412 Rose Leslie sign by beylin ;; ava by lux Mercenaire et voleuse Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. 30
Admin


Sujet: Remember when ♦ Helgusson
Mar 4 Sep - 18:57


Remember when

a few years ago ;; Il n’est pas facile de grandir sans sa famille, de se construire sans l’amour d’une famille et de prendre place dans un monde qui, dans un sens, n’a jamais vraiment voulu de vous. Parce que c’est un peu de ça qu’il est question lorsque l’on évoque l’existence d’Astrid. Son nom de famille n’est qu’illusoire, un détail écrit sur un collier qu’elle n’a retiré que lorsqu’il s’est détaché et qu’il a été ramassé. Tom a fait du bon travail, c’est vrai. Il a construit une enfant en partant de rien, juste comme ça. Il l’a sauvée d’une mort évidente en la prenant sous son aile. Mais si elle n’avait pas grandi avec lui, serait-elle la même ? Serait-elle devenue cette femme si forte et si compliquée, qu’elle est, aujourd’hui ? Parfois, lorsqu’elle croise des femmes d’autres tribus, elle se questionne, s’interroge lourdement en les observant de loin. D’où est-ce qu’elle vient ? Elle ne saurait le dire. La rousseur de ses cheveux ne la guide pas. Il n’y aucun indice sur ce corps qui est si pâle qu’il ne peut guère venir du désert. C’est tout ce qu’elle sait. Elle ne vient pas de là où elle est.

Sans doute serait-il préférable pour elle d’arrêter de penser à tout ça. Tom n’est plus là et elle a du mal à déglutir à cette idée. Avec Kyran, ils se sont faits la promesse de trouver qui a fait ça mais est-ce réellement aussi simple que ça ? Sera-t-il possible de trouver le meurtrier dans une ville où tout le monde pourrait être coupable ? il n’est pas nécessaire de chercher bien loin pour savoir que l’homme avait des ennemis. Sans doute un peu trop. Certains, il se les est fait en l’accueillant, elle. Il a perdu en popularité en la prenant chez lui et pourtant, il en a fait une machine de combat, une guerrière. Si aujourd’hui, son âme semble faible et meurtri, elle n’en perd pas sa force, sa vivacité et sa tricherie. C’est un regard sombre qu’elle tourne vers le monde. Jusqu’à attraper celui qui a noirci son monde, à elle.

Il est difficile de grandir sans sa famille, il l’est encore plus quand on vous arrache la seule que vous avez réussi à vous faire. Parce que la rouquine, elle n’a jamais été douée pour se faire des amis, pour sympathiser avec les gens, pour s’ouvrir au monde. Elle n’a jamais appris à se faire des amis mais elle sait tuer. On ne peut pas apprendre toutes les leçons du monde juste parce qu’on se dit que ça pourrait être bien. La mercenaire fait ce pour quoi elle a été faite. Et ça ne changera jamais. A quoi bon ? Il ne lui reste que ça.

Ses pieds nus glissent sur le sable, en caresse la chaleur délicate. Oh, il ne fait pas aussi chaud que dans le désert. Elle s’est même permis de ne pas mettre de couvre chef. Il faut dire que sa peau fragile ne lui facilite pas toujours la vie. La jeune femme regarde l’horizon et se demande ce qui se cache, derrière tout ça. Elle ne connaît rien, en réalité. Peut-être que son monde est par-là. Elle ne sait rien des autres tribus, si ce n’est quelques bricoles sur lesquelles elle s’est à peine attarder. Ecoute-t-on les bruits dans les auberges ? Elle n’y vient que pour boire trop d’alcool et se traîner ensuite jusque chez elle. Parfois ailleurs. Jamais pour les potins. Encore que, parfois, elle y glisse une oreille, pour rire, à voix haute, pour se moquer et insulter. Parfois pour se battre, pour la forme, pour des personnes qu’elle ne connaît même pas.

Un bruit, un sursaut, une silhouette qui se faufile. Astrid ne s’attarde pas. Elle a repéré un bateau plus loin et n’a pas envie d’être repérée. Discrète sera la mercenaire qui pourra voler quelques trésors. Si on la laisse s’approcher suffisamment. Et si on ne la laisse pas… Elle pourrait le faire par la force… Astrid n’a pas pour habitude qu’on lui dise non. Et ça plaisait à Tom. Son caractère, ses mauvaises manières…

AVENGEDINCHAINS

Admin △ I of the Storm
avatar
11/08/2018 Electric Soul Harlan Tikaani & Kayden Elwood 231 Chris Hemsworth Lux Aeterna & bat'phanie Commerçant de bois bleu | Navigation & Artisanat Iskaar 328
Admin △ I of the Storm


Sujet: Re: Remember when ♦ Helgusson
Mar 2 Oct - 16:28

Il fuit, Einar. Même s'il n'a pas envie de l'admettre à voix haute, à quiconque, il fuit. Il fuit le domicile familial, parce qu'il y a des choses qu'il peut supporter et d'autres pas. Que le regard de Margarethe devient trop pesant, ces jours-ci, trop lourd d'un chagrin sourd. Même pas d'accusations ou de soupçons, non, comme si elle s'était résignée, d'une certaine façon. Comme si elle avait perdu tout espoir de changer la situation. Einar sait les ragots qui le suivent et sait qu'ils ne sont pas sans fondement, pour autant qu'il le regrette parfois. Il fait des efforts, Einar. Il essaie de prendre sur lui, de rabibocher les morceaux d'une chose même pas cassée, mais jamais vraiment bien construite non plus. Comme deux pièces d'un puzzle qui ne vont pas vraiment ensemble mais presque – il y a juste ce petit bout qui ne colle pas. Ce petit bout qui change tout.

Il essaie Einar, mais il n'y arrive pas. Il n'arrive pas à l'aimer comme il faut, à être le mari qu'il faut, alors il fuit. Klara est grande, elle peut se débrouiller seule et c'est peut-être triste, mais c'est encore sa fille qui le rattache le mieux à son île, qui fait que ses voyages n'étaient jamais trop longs, quand elle était petite. Aujourd'hui, il ne part toujours jamais très longtemps, mais peut-être plus fréquemment qu'il ne devrait. S'il n'y avait elle, s'il n'y avait ce sentiment d'obligation presque étouffant aussi, il serait probablement moins présent. À toujours partir en mer, sur les flots. Pour éviter les yeux bleus si tristes de Margarethe, ses espoirs qu'il n'arrive pas à combler. Ils sont malheureux. Peut-être même qu'ils sont maudits, à accumuler les malheurs en essayant de construire quelque chose. Peut-être que tout est de la faute d'Einar, qui cherche inlassablement une chose imaginaire impossible à obtenir. Il n'arrive pas à se contenter de ce qu'il a. Il devrait être heureux, mais il ne l'est pas. Il ne sait pas quoi faire pour remédier à la situation. Il esquive les discussions douloureuses, trop proches de la vérité. Il ne veut pas entendre les reproches, leur donner du poids. Alors il fuit. Il peut affronter une tempête en pleine mer sans problème, mais une discussion à coeur ouvert avec sa femme le terrifie. Il est pathétique.

Le pire ? C'est qu'Einar n'a probablement s'en prendre qu'à lui-même. Ou à sa famille, plus exactement. Jamais très chanceux, les Helgusson, avec un unique fils pour fruit de leur mariage. Ou du moins un seul enfant gardé. Einar sait, vaguement, qu'il a eu une sœur, à une époque. Mais qu'elle portait le mal en elle, et que ses parents s'en sont débarrassés. Peut-être que c'est à sa suite, que sont venus les malheurs. Enfin, pour être franc, ils étaient probablement déjà là avant. C'est juste plus facile de blâmer quelqu'un dont on ne sait rien, ni même si elle est en vie. C'est toujours plus facile de se dire que c'est de la faute de quelqu'un d'autre.

Il pense trop, Einar. Bien trop. Il est venu sur le continent pour échapper à tout ça et pourtant c'est ce qu'il ne cesse de ressasser. Non, amarré chez les Calusas, il vient pour commercer. Décharger la cargaison prend du temps, quand il a dédaigné employer quelqu'un pour l'aider sur ce trajet – l'envie de fuir était trop viscérale pour avoir la patience d'attendre un équipage – et du coup, tout le travail manuel lui revient. C'est pas pour lui déplaire, ça l'empêche de penser et tout ce qui est manuel a toujours été plus facile, plus naturel. Le bois bleu brut a déjà été vendu, il vient chercher le reste de sa cargaison, javelots et harpons, restés sur son bateau sous une bâche protectrice. Le sable s'enfonce sous ses pas, plus fin et plus chaud que sur son île, mais ça reste du sable qui ralentit sa progression.

Il ne note pas en premier lieu qu'il y a quoi que ce soit d'anormal. Il s'est amarré un peu plus loin que la plupart des bateaux, pour éviter la cohue, et les gens sont moins nombreux ici et il ne s'attend pas forcément à trouver quelqu'un, du coup.

Il voit les cheveux, avant tout le reste. Roux flamboyant, qui étincelle au soleil et qui provoque le dégoût ancré dans sa psyché depuis l'enfance. Il pourrait serrer les dents, ignorer, oui. Sauf que la jeune femme à la chevelure maudite a l'air trop près de son bateau. Et n'a pas vraiment l'air totalement innocente non plus.

Le regard noir, il interpelle la jeune femme, ne souhaitant pas que celle-ci salisse de son aura diabolique sa cargaison :

« Hey, déguerpis de là, démon ! »

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains Charlie, Baelfire, Meeka, Elias & Richard 1412 Rose Leslie sign by beylin ;; ava by lux Mercenaire et voleuse Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. 30
Admin


Sujet: Re: Remember when ♦ Helgusson
Ven 9 Nov - 21:03


Remember when

a few years ago ;; Longtemps, Astrid a imaginé la vie qu’elle aurait pu avoir si elle avait eu un foyer convenable. Il est fou de se dire qu’à chacune de ses histoires, elle n’était pas dans le désert et en même temps, il est difficile de croire que sa vie a toujours été ici. Elle ne reproche que bien peu de choses au désert pourtant, si ce n’est le côté peu clément de certaines décisions ou l’aspect un peu étouffant de certaines choses. Pour autant, il n’a jamais été question de quitter la cité. Certes, parce qu’il aurait été question de trahison, mais pas seulement. Il faut dire que dans un monde parallèle, son existence aurait été entourée d’une famille qui l’aime, peut-être. Mais dans son monde, le réel, celui qui l’entoure, les choses sont considérablement différentes et il est préférable de s’attarder sur ça. De toute manière, son existence est bancale et il ne faut pas chercher plus loin. Astrid n’a pas de famille et dans le fond, elle ne s’en est jamais vraiment plainte. Les choses n’ont pas toujours été simples, c’est vrai, mais il faut parfois se contenter des choses qu’on a et qu’on peut avoir. Que ce soit facile ou non. Ce n’est juste pas toujours facile. La rousse le sait. Et puisqu’elle est toujours en vie, n’est-il pas bon de se contenter d’une choses comme celle-ci ? Le fait de vivre et de respirer, d’être libre et disposée à faire tout ce qu’elle veut, oui, c’est tout ce qui compte. Mais ça ne veut pas dire que c’est évident. Dans l’idée, ça ne l’est jamais.

Dans le fond, qui voudrait d’elle dans sa famille avec ses manières si délicates et maladroites hein ? Les choses ne se passent pas toujours comme on pourrait le vouloir mais parfois, les erreurs sont trop nombreuses, quoi qu’on en dise. Il est juste disposé à faire de son mieux pour que ça se passe bien. Il faut juste apprendre en fonction de l’évolution des choses. Ce n’est juste pas le cas. Le bateau, elle l’a vu de loin mais c’est son contenu qu’elle veut explorer. Un fin sourire se glisse sur ses traits alors qu’elle s’avance, le pas léger. Mais le bruit qui s’est faufilé non loin d’elle, sans doute aurait-il été judicieux d’y porter un peu plus attention. Ce n’est pas le cas, et c’est maladroit de sa part, c’est vrai. Qu’est-ce qu’elle y peut ? C’est une seconde nature chez elle, un besoin, une nécessité, si on peut le dire comme ça. Mais c’est surtout une maladresse évidente. Ou plutôt un besoin, un désir qu’elle ne parvient pas à assouvir et vers lequel elle se dirige encore et encore sans même tenté de résister. Ce qui n’est pas faux.

La voix, elle la surprend un peu, ne s’y attend pas; Mais bon, le bateau appartient forcément à quelque chose. Le fait qu’on dise d’elle qu’elle est un démon, là, ça la fait un peu tiquer. Sans prétendre qu’elle a une allure forcément normale et fragile, on ne peut pas dire qu’on se méfie d’elle, en général. Peut-être que ce qui lui pose réellement problème, c’est le fait qu’elle soit proche de son bateau, c’est une éventualité, mais dans ce cas, qu’est-ce qu’elle est censée dire ? Elle pouffe un peu, devant le ridicule de la situation. Et le rire n’est sans doute pas l’idéal dans la situation. Elle le fixe un instant, penche un peu la tête, tente de voir s’il est sérieux et visiblement, il l’est. Son arme est en place, son fouet n’est pas loin. De toute manière, s’il tente quelque chose, elle n’hésitera pas une seule seconde. Et puisqu’il ne la connaît pas, elle sait qu’il ne pourra pas imaginer sa manière de se battre. La manière déloyale, déplacée, insupportable. Elle ne joue pas franc jeu, et elle ne l’a jamais fait. Mais bien sûr, on s’imagine qu’elle est une guerrière loyale et droite. Raté. ” Il n’est pas bien agréable d’être traité de démon par un inconnu. Qu’est-ce qui te dit que je ne suis pas, au contraire, quelqu’un d’extraordinairement bon ?”. Parce que bon, un démon, c’est un peu impensable. Encore qu’il suffit un peu de la connaître pour se dire que ça colle peut-être quand même au personnage.

Dans le fond, maintenant, il n’y a plus que deux alternatives. Il faudrait qu’il se rapproche, qu’il essaie de l’arrêter, de la toucher. Qu’il tente quelque chose. Et alors, ils n’auront qu’à se battre. C’est con mais la rouquine, elle aime bien se battre. Elle ne s’en plaint jamais. Elle n’a plus aussi souvent l’occasion de le faire, d’ailleurs. Et avec son air crétin et un peu distant, il mérite peut-être un rappel à l’ordre sur la force et l’agilité. Qu’il ait des muscles, ça ne change strictement rien. Et l’autre alternative, ce serait qu’il la laisse partir. Mais ce serait triste, et dans le fond, elle n’a pas du tout envie de partir. Son intention, ici, c’est davantage de faire en sorte qu’il comprenne que ce n’est pas ce qu’elle veut. Elle veut fouiller dans son bateau ou en tout cas, elle veut s’en approcher. Oh, il ne va certainement pas la laisser faire. Mais s’il le fait, ce sera tout de suite moins marrant. N’est-ce pas ? ” Et tu vas faire quoi, si je ne pars pas ?”. Une lueur de défi dans le regard, elle ne peut se résoudre à le détourner. Elle reste là, à le dévisager, à attendre qu’il se mette à dire quelque chose. Ou qu’il fasse quelque chose, ça peut être marrant, ça aussi.
AVENGEDINCHAINS

Contenu sponsorisé



 

Remember when ♦ Helgusson

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le 20 juin... Remember Cosmos 1999...
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21
» .:' A love to remember... ':. ~ {PV R'hapsody}
» 03. Boy, one day you'll remember me !
» 08. Do you remember me, now ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-