Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜“ not without you. ” (Judith)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
20/12/2016 ELOW ; ĆIRO + IRINA + JONAS ; 1204 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 96
— Chi cerca, trova —


Sujet: “ not without you. ” (Judith)
Ven 31 Aoû - 15:26




not without you
30 AOÛT 2118

Évidemment qu’il n’y était pas allé. Lui, avec sa cheville encore fragile, aller parcourir les ruines d'un ancien village pour aider une tribu dont il a déjà oublié le nom à s’en sortir ? Non, c’était inutile. Et il avait bien fait de ne pas se forcer, puisque les travaux pour métro commençaient à porter leurs fruits et qu’il parvenait à tenir de mieux en mieux sur ses deux jambes. De toute manière, d’autres se chargeraient de se porter volontaire et le conseil allait sans doute en profiter pour se montrer plus digne de confiance aux yeux des autres Terriens. Vraiment, la présence de Devos n’avait pas semblé plus utile que ça malgré ses connaissances et le savoir qu’il aurait pu partager avec eux. Une prochaine fois puisque avec cette paix, il y avait de forte chance que d’autres occasions se présentent à l'avenir. En attendant, il pouvait en profiter. S’échauffer comme il l’avait toujours fait. Cette fois, il pouvait même courir, faire quelques allers et retours et juger dans l’effort de l’état de sa cheville. Il se sentait revivre, tout simplement. Il se sentait respiré de nouveau et libéré d’une certaine cage qui lui était tombé dessus des mois plus tôt. Il savait qu’il allait devoir faire attention, prendre sur lui pour éviter de nouveau dégât, mais il savait aussi qu’il reprenait des forces et de l’énergie et qu’il était prêt. Prêt à se replonger corps et âme dans tout ce qu’il avait déjà commencé. Prêt à avancer sur des projets qui étaient d’une importance grandissante pour le village et la communauté qu’ils formaient. À ses yeux, ce sont leur savoir et la technologie qui pourraient donner un avantage considérable par rapport aux autres tribus. Oui, il fallait les écouter et apprendre d’eux, mais eux aussi, avaient des connaissances. Des savoirs que ces Terriens n’oseraient même pas imaginer.

En arrivant à la clairière, Devos posa son sac à dos. Il attendit Judith en s’échauffant avant de finalement, courir sans patienter plus longtemps. Il leva plusieurs fois le genou, testa un peu tout ce qu’il pouvait, allant d’un arbre à l’autre. Il jetait parfois des coups d’œil, espérant voir son amie arrivée, mais rien. Peut-être s’était-il trompé dans l’heure qu'il lui avait donné ? Finalement, il retourna près de son sac après une bonne heure, retira son tee-shirt et profita de sa gourde d’eau pour se rafraîchir.

C'était Judith qui s'était occupée de sa cheville à son retour du campement des jeunes. S’il y avait bien quelqu’un qui avait subi son froid et sa mauvaise humeur, c’était elle. Évidemment qu’il ne pouvait pas reprendre autant d’effort sans avoir son aval. Ce qu’il cherchait à éviter depuis son retour, c'était bien d’empirer la situation sous prétexte de vouloir aller trop vite. Pourtant, plus de six mois s’étaient écoulés depuis l’accident. Bien qu’il ressentait toujours un petit gêne, Devos arrivait maintenant à appuyer sur son pied sans craindre qu’elle ne se brise. Parfois, il essayait de ne pas trop rester dessus, mais petit à petit, c’était comme si tout était redevenu… normal.

Préférant continuer d’attendre la jeune femme, Devos se décida à faire quelques flexions, s’amusant à soulever un tronc d’arbre, à le soulever au-dessus de sa tête puis à le balancer pour ensuite recommencer. Il travaillait ainsi sa posture, son dos et ses bras, ainsi que ses épaules. Il se sentait plus moue qu'avant, mais avait encore sa force. Après avoir fait le même geste trois fois, il entendit un bruit derrière lui et s’arrêta. Il eut juste le temps de s’essuyer le front quand il aperçut le médecin.

« Te voilà. » Il s’essuya les mains et se rapprocha, profitant de cette occasion pour boire de nouveau et respirer plus lentement. Il faisait encore chaud, mais cela lui faisait du bien de transpirer. « J’ai commencé sans toi, désolé. » Il lança un coup d’œil à sa cheville. Elle allait sans doute vouloir qu’il s’arrête quelques secondes pour vérifier si ça n’avait pas gonflé ou si la circulation se faisait correctement.



avatar
23/07/2018 Laenai / Alicia Tasha ♥ 146 Rachel McAdams Laenai Archiviste - Médecin 94


Sujet: Re: “ not without you. ” (Judith)
Lun 17 Sep - 10:46

J'étais allée me coucher tard la veille, ayant attendu le retour de Noah, qui revenait d'une longue journée. Je restai donc un peu plus longtemps au lit le matin. Lorsque je me réveillai, je me rendis compte que j'allais être en retard au rendez-vous fixé avec Devos afin d'examiner sa cheville. Je me levai à la hâte, me lavai, m'apprêtai en vitesse et attrapai mon sac avant de me dépêcher de le rejoindre à la clairière, qui n'était pas trop loin du campement. Habituellement, je n'aimais pas m'éloigner du centre, et encore moins le faire seule. J'avais l'habitude de faire le même trajet tous les jours, et cela me convenait. Les alentours m'effrayaient. En arrivant sur Terre, j'avais été émerveillée par cette nature luxuriante et resplendissante. Puis, elle s'était retournée contre nous, et j'avais pris peur...

J'arrivai enfin à la clairière après avoir marché rapidement mais prudemment. Je ne tenais pas à faire de mauvaise rencontre ni à me casser la figure sur une racine. Quand j'arrivai enfin, Devos était déjà occupé à s’entraîner. Je le reconnaissais bien là, toujours impatient de bouger et de se dépenser. Surtout après autant de temps immobilisé. Je fis une pause, le regardant soulever un tronc d'arbre. Je remarquais bien qu'il avait pâti de son repos forcé. Et je savais ô combien il en avait souffert, essuyant sa mauvaise humeur à chaque fois que j'avais dû m'occuper de sa cheville.

Il me remarqua enfin et je souris à sa réflexion. Oui, j'avais bien remarqué qu'il avait commencé sans moi. Heureusement, je savais que sa cheville allait mieux et qu'il pourrait bientôt recommencé à faire ce qu'il aimait. Je le saluai, m'avançai vers lui et déposai mon sac contenant tout mon matériel près de ses affaires.

- Tu ne ressens plus de douleur ? demandai-je alors que je suivais son regard vers sa cheville. Viens t'asseoir et montre-moi ça.

Je tapotai la souche d'arbre tout en parlant. Je devais m'assurer que tout allait bien avant qu'il ne continue ses exercices.

avatar
20/12/2016 ELOW ; ĆIRO + IRINA + JONAS ; 1204 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 96
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: “ not without you. ” (Judith)
Dim 30 Sep - 15:42




not without you
30 AOÛT 2118

Il respire, Devos. Voilà trop longtemps qu’il est resté bloqué dans une cage invisible, pour le bien de sa cheville et de sa santé. Pas aujourd’hui. Non, trop de mois de repos se sont écoulés pour qu’il se tienne à carreau plus longtemps. Cette fois, il ose. Il ose, car malgré la présence constante d’un clin d’œil à son os brisé, Devos se sent capable de soulever des montagnes – ou presque. Il a besoin de retrouver son quotidien d’autrefois, de faire attention à son corps, de se réveiller avec l’esprit tranquille. Alors quand il se retrouve dans la clairière, que le soleil brille et que le silence prend place, il se laisse aller. Il ne veut pas attendre trop longtemps, alors il se lance. Il ne voit pas l'heure défilée, cours, lève le genou, s’étire et reprend alors conscience de l’état dans lequel il se trouve. Ce n’est pas compliqué, cet entraînement il l’a fait tous les jours depuis son plus jeune âge. Une fois sur terre, il a ajusté les enchaînements, mais jamais il n’a oublié l’essentiel : quel muscle travaillé, quelle position prendre, quel étirement pour éviter les douleurs, etc.… Son père lui a tout appris et Devos aurait dû être en âge de tout apprendre à son propre fils. La déception dans le regard padre Acciaro, l’informaticien l’imagine très bien même lorsque celui-ci n’est pas en face de lui. Il est peut-être le dernier d’une longue lignée, d’un héritage conservé durant des siècles. Il est peut-être le dernier et ça ne l’effraie pas du tout.

Enfin, Judith apparut. Devos s’arrête aussitôt, tapotant des mains pour enlever la poussière de bois qui s’est posée sur ses paumes. La pauvre, elle a probablement subi ses pires remarques ces derniers mois, mais cela ne l’a pas arrêté à faire son job. Non, sur ce point, elle lui ressemble beaucoup. Quand il s’agit de faire quelque chose, elle va au bout et puis, il sait bien qu’elle s’est inquiétée pour lui et pour sa santé. Alors, sans un mot, il s’installe sur la souche, à ses côtés.

« Une légère pression, juste là. » Il se penche et indique sa cheville dont les marques ont disparu. Il a l’impression que la douleur ne se retirera jamais vraiment, mais elle est si faible maintenant qu’il peut l’ignorer.

« Comment se fait-il que tu sois en retard ? Ce n’est pas ton genre. » Il croise les bras, laissant à Judith l’espace dont elle a besoin pour examiner sa cheville. Elle va probablement le bouger dans tous les sens et voir ce que ça donne. Il a l’habitude, à force. Il espère qu’elle va lui lancer son feu vert, vraiment. Il a quelque doute, parce qu’il n’est pas médecin, mais au fond, il sait que ça doit être bon. À tous les coups, faudra juste pas forcer… logique.

« T’as vu, le métro sera bientôt de nouveau accessible. Faut que je descende là-dessous voire l’état de notre matériel. » Depuis quelques semaines, certains commencés à déboucher l’entrée du métro, bloqué depuis la tempête de novembre. Puisque ce n’était pas une priorité majeure pour la survit de tous, l’endroit a été laissé ainsi jusqu’à ce que la plus grande majorité des reconstructions soient faites. Devos va enfin retrouver son espace favori, sous la terre, dans le métro. Il espère simplement que certaines de ces affaires sont encore en état et que l’endroit n’est pas trop… dévasté.


avatar
23/07/2018 Laenai / Alicia Tasha ♥ 146 Rachel McAdams Laenai Archiviste - Médecin 94


Sujet: Re: “ not without you. ” (Judith)
Dim 14 Oct - 10:49

Devos suivit mes instructions et vint s'installer sur la souche d'arbre, je m'agenouillai à côté de lui pour examiner sa cheville. Il m'informa qu'il ressentait une légère pression et m'indiqua l'endroit en se penchant. Je pris sa cheville entre mes mains et la fis tourner doucement de droite à gauche, puis de haut en bas, en m'assurant que je ne lui faisais pas mal.

- C'est tout à fait normal. Il faut du temps pour soigner ce genre de blessures. Mais je ne vais pas te cacher que tu risques de sentir cette pression encore un moment. Certains gardent même cette sensation à vie...

Je préférais être honnête, comme tout bon médecin le ferait. Avec un peu de chance, la sensation partirait au fil du temps, mais sa blessure n'était pas petite et il y avait des risques. Je lui avais d'ailleurs déjà touché un mot à ce propos il y a quelques temps, car je m'en doutais déjà.

Devos me questionna alors sur mon retard. En effet, ce n'était pas du tout mon genre. Je ne pus m'empêcher d'avoir un sourire gêné, car je n'aimais pas être en retard.

- Excuse-moi, Noah est rentré tard hier soir et je l'ai attendu. J'ai eu plus de mal à me lever ce matin. Tu sais bien que je ne suis pas vraiment une couche tard. Je préfère travailler le matin, d'ailleurs.

Même si ce matin-là je serais bien restée encore un peu dans mon lit. Devos me parla alors du métro qui sera de nouveau accessible dans peu de temps. Je fis la moue, examinant toujours sa cheville.

- C'est une bonne nouvelle, ça ! Tu vas arrêter de tourner en rond avec ton air grognon, dis-je en riant. Je me relevai ensuite et frottai la poussière et la terre sur mes genoux avant de continuer : Pour que ta cheville guérisse, il faut à présent que tu marches dessus. Je préférerais que tu ne forces pas encore de trop, mais tu peux faire des marches rapides. Il faut que l'articulation bouge pour ne pas s'encrasser. Normalement, tu pourras descendre dans le métro quand il sera débouché.

J'étais persuadée que cette nouvelle lui ferait plaisir. Depuis qu'il avait été blessé et qu'en plus le métro avait été enseveli pendant la tempête, il ne faisait que tourner en rond et il pouvait parfois être assez désagréable. Je n'avais pas échappé à son caractère, mais j'avais toujours pris très à cœur mon rôle. De plus, je le connaissais, je savais qu'il n'était pas comme ça d'habitude. D'ailleurs, il allait déjà mieux, il était à présent de meilleure humeur, ce qui me réjouissait.

avatar
20/12/2016 ELOW ; ĆIRO + IRINA + JONAS ; 1204 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 96
— Chi cerca, trova —


Sujet: Re: “ not without you. ” (Judith)
Sam 3 Nov - 13:48




not without you
30 AOÛT 2118

Depuis trop longtemps, maintenant, Devos se retient. C’est la première fois depuis des mois qu’il peut s’appuyer sur sa cheville et même si, par habitude, il essaye de ne pas trop en faire, il sait qu’il a fait de son mieux pour se reposer et qu’il peut y arriver. Qu’il n’a plus à avoir peur de son état et avec Judith à ses côtés, il espère qu’il n’aura que des bonnes nouvelles. Désormais assis, il laisse la jeune femme examiner sa cheville de plus près, tournant celle-ci dans tous les sens pour évaluer sa capacité. Il se laisse faire sans broncher, répondant à ses questions et indiquant une zone qui, peut-être bien, lui fera mal toute sa vie. En réalité, ce n’est pas tellement qu’elle lui fait mal, mais c’est un peu comme une cicatrice qui ne guérit jamais et qui continue de lui rappeler la douleur qu’il avait subie.

« Chouette. » Dit-il sans cacher le fait que ça le déprime, en fait. Il peut s’y habituer, à cette petite pression, mais ça commence à faire beaucoup. Peut-être que c’est l’âge aussi, l’environnement, le nouveau rythme de vie. Les choses changent et son corps change aussi. Il est de plus en plus mis à l’épreuve et avec tous ces hivers qui sont déjà passés, c’est déjà un miracle que lui et d’autres arrivent à survivre. De toute façon, Judith lui avait déjà parlé de cette complication et Devos s’y était fait. Tant qu’il peut marcher, courir même, il fera avec. Il supportera ce qui doit être supporté et il ne se laissera pas ralentir.

« Je sais. » Il lui sourit, parce qu’il commence à la connaître. Tout comme elle, elle commence à le connaître lui. Ces derniers-mois, ils en ont passé du temps, ensemble ! Loin de l’époque où elle n’était qu’une archiviste et elle qu’un informaticien. « J’étais si… grognon que ça ? » Demande-t-il, sachant pourtant que son caractère n’avait pas été facile ces derniers mois. Depuis la tempête, il s’est retrouvé à balancer son venin sur tout le monde et personne n’y a vraiment échappé. Pas même Chris, qui pourtant est comme un frère. « Super, c’est ce que je voulais entendre. » Il se releva, prêt à reprendre son entraînement. Il fit quelque remonté de genoux pour vérifier que tout allait toujours bien et au fond, se sent complètement rassuré. « Je ferais ça étape par étape, alors. J’ai tellement l’impression d’avoir été en stand-by ces derniers temps que ça me démange. » Comme une fusée prête à démarrer. Il doit apprendre à se contenir, encore, mais avec tous ces derniers mois, il a de l’expérience dans le domaine.

Il retourne ensuite près de son sac et enfile son tee-shirt. Il repense à Gen et à ses premiers entraînements. Peut-être qu’il pourra reprendre, mais il n’en est pas certain. Tellement de mois se sont écoulés depuis la dernière fois qu’il ne sait pas…

« J’espère qu’il n’y aura pas de nouvelle tempête. » Il se tourne vers Judith. Ceux qui soignent, ils sont essentiels à la communauté. Judith est précieuse, c’est ce que Devos se dit. Avec la fin de l'été qui approche, le pire est à venir, comme à chaque fois. C'est l'hiver qui est le plus terrible. D'ailleurs, il espère ne pas avoir accaparé trop de son temps, elle a tellement à faire déjà. « J’imagine que c’est plus calme, en ce moment. » Il en profite pour reboire un peu d’eau, finissant sa gourde. Il reprendra son étirement après cette petite pause. De toute façon, il a besoin d’elle pour vérifier qu’il n’exagère pas dans ce qu’il fait.


avatar
23/07/2018 Laenai / Alicia Tasha ♥ 146 Rachel McAdams Laenai Archiviste - Médecin 94


Sujet: Re: “ not without you. ” (Judith)
Ven 7 Déc - 22:48

Devos me montra son mécontentement, mais je ne pouvais rien faire : la douleur pouvait ne jamais réellement partir. Je le lui avais déjà expliqué que, même si elle disparaissait physiquement, il était possible qu'il continue à la ressentir via une douleur fantôme. Cela arrivait fréquemment après une si longue convalescence. Il le savait. Et il savait aussi en me posant la question qu'il avait bel et bien été grognon. Je hochai la tête, affichant un sourire en coin.

- Le plus grognon des ours de la forêt, ajoutai-je sur le ton de la rigolade.

Il était content de pouvoir utiliser plus sa cheville, même s'il devait le faire avec modération. J'aimais annoncer des bonnes nouvelles bien plus que des mauvaises. C'était dans ma nature : j'aimais faire plaisir aux personnes qui m'entouraient, parfois même dans l'excès, m'oubliant moi-même. Alors le voir si heureux d'entendre mes paroles rassurantes me fit chaud au cœur. Je me sentais utile. Et cela me sécurisait.

Devos m'assura qu'il procéderait étape par étape. J'acquiesçai pour lui donner raison et l'encourager à le faire. Déjà, il se redressait, plein de fougue. Je le regardai s'étirer, vérifiant qu'il ne faisait pas de mauvais geste. Et m'amusant de sa bonne humeur retrouvée.

- Te voilà redevenu toi-même.

Moi aussi, j'espérais qu'il n'y aurait pas de nouvelles tempêtes. Et pas de nouveaux blessés. Je me sentais utile en soignant, mais je préférais encore n'avoir personne à soigner car cela signifierait que tout le monde allait bien. Cette Terre qui nous offrait tant de possibilités était aussi terriblement dangereuse. Elle reprenait souvent ce qu'elle nous laissait... Elle m'effrayait alors que j'avais toujours tant rêvé de la découvrir. Et que j'en avais toujours envie, malgré tout ce qu'elle nous faisait subir depuis notre arrivée...

- C'est calme, oui. C'est une bonne nouvelle. Je soigne beaucoup de petites égratignures pour le moment. Ou des maux de ventre ou de tête.

Il savait à quel point je tenais à la vie et à la bonne santé de tous ceux qui m'entouraient. Je faisais toujours de mon mieux pour que tout se passe bien. Et si tout se passait bien, je me sentais bien.

- Fais attention quand tu descendras dans le métro. Je n'ai pas envie de te récupérer avec une commotion cérébrale parce que tu auras joué avec des cailloux !

Bon, si une pierre lui tombait sur la tête, ce ne serait pas de sa faute. Mais j'espérais qu'il serait un minimum prudent, même si j'avais dit cela sur le ton de l'humour.

- Tu m'inviteras ? lui demandai-je ensuite. J'avais bien envie de découvrir ce travail accompli par les nôtres. Ce vestige de l'ancien temps me laissait curieuse...

Contenu sponsorisé



 

“ not without you. ” (Judith)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dirèktè Lona Sando Joseph pran nan gonm akoz magouy pou madanm li Judith Benoit
» Judith Benoit yon ti poulich ki fè Gassan eksite, kakut , istwa pouvwa ak sèks
» Judith Gasnier
» Une suite pour le documentaire « Pourquoi pas Haïti? » 10 Janvier à RDI
» Plainte contre Radio-Canada

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde :: La clairière-