Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜point of no return (Ariane)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
15/05/2018 shiranui 198 tom holland eilyam & bat'phanie Cuisinier, aptitudes en botanique et cuisine. 207


Sujet: point of no return (Ariane)
Mer 22 Aoû - 16:36

point of no return
ariane & morgan
La forêt est hostile. C’est un fait, qu’ils ont appris à leurs dépens lorsqu’ils ont débarqués, et que Morgan ne peut pas ignorer, même après quatre ans. Il lui serait facile de se dire qu’étant donné qu’il est encore en vie et qu’il passe beaucoup de temps dans cette forêt, ça ne peut pas être aussi terrible. Mais il sait aussi qu’il ne lui faut qu’un instant d’inattention pour courir à la catastrophe. Il ne risque pas vraiment de se perdre, ayant tendance à faire le même chemin à chaque fois qu’il vient pour chercher ce qu’ils ne peuvent pas faire pousser directement au campement. Ça ne l’arrange pas forcément, mais il a fini par s’y habituer, finissant même par apprécier le calme qui peut régner entre les arbres. Ça ne dure jamais très longtemps, parce qu’il finit toujours par tomber sur un insecte beaucoup trop gros à son goût, et qu’il se concentre très fort pour éviter de se mettre à hurler et à révéler sa position à toutes les bêtes vivantes à un kilomètre à la ronde. Le problème avec les insectes, c’est que non seulement il y en a partout, mais si on les lâche des yeux une seule seconde, ils ont la sale manie de disparaître, et de réapparaître beaucoup, beaucoup trop près de lui à son goût. Ou alors, on ne voit même pas qu’ils sont là, et une seconde après, ils vous sautent dessus. Au moins, lorsqu’il vivait dans l’espace, il n’y avait pas d’animaux capables de le confondre avec son dîner. Ça ne lui manque pas vraiment, cela dit. Quand il repense à la vie qu’il avait là-haut, tout lui paraît gris et terne. Et puis, ce n’est pas comme s’il avait des perspectives d’avenir, là-haut. Chaque heure, chaque jour lui était compté, et il avait juste à attendre. Tout était froid, métallique, autant les murs que les personnes, du moins selon lui, d’après son avis tout sauf impartial. Il n’y retournerait pour rien au monde. Même pour un monde sans insectes.
Il pousse un soupir en soupesant son sac, qui ne se remplit pas aussi vite qu’il le voudrait. Il connaît les plantes comestibles et celles dont il vaut mieux ne pas s’approcher, il sait quelles baies sont celles dont la majorité du camp raffole, c’est tellement imprégné dans sa routine qu’il n’a presque plus besoin de réfléchir. Mais mine de rien, ça lui prend du temps. Trop de temps à son goût, et Morgan est quelqu’un qui ne tient pas en place, qui a toujours besoin d’être occupé, que ce soit physiquement ou mentalement. Et ramasser des baies et des champignons, on ne peut pas dire que ça l’occupe énormément. Ça doit bien faire quelques heures qu’il est là, et si au début il doit avouer que c’est assez reposant, l’ennui prend rapidement le pas sur tout le reste. Son sac ne se remplit jamais assez vite à son goût, et plus il passe de temps dans la forêt, plus il est sur les nerfs, à cause de la peur que ses provisions n’attirent des animaux sauvages. Il s’apprête bientôt à rebrousser chemin, de toute façon. S’il fait un léger détour, il se dit qu’il trouvera bien ce qui lui manque sur la route. Il s’est pas mal éloigné, même s’il reste dans son petit tour habituel, il en est au point où il est le plus loin du campement, et il ne se sent jamais très à l’aise lorsqu’il se retrouve dans cette partie de la forêt. Il a conscience d’à quel point il est exposé, tout seul ici. S’il lui arrive quelque chose, il est plus proche de l’Odyssée que de son campement, sauf qu’il a tout sauf envie de leur demander de l’aide. Il n’allait pas déranger un garde pour partir à la cueillette, mais sa seule méthode de combat étant la fuite, il se doit d’être toujours aux aguets. S’il se fait surprendre, c’en est fini de lui, étant donné que sa seule chance de s’en sortir c’est de courir plus vite que son adversaire. Oh, il a bien des notions de combat, il a suivi les cours qui lui ont été donnés ici sur Terre, mais sa petite taille et son corps de brindille ne lui donne aucun avantage lors d’une confrontation directe.
Mais au moment où il allait rebrousser chemin, il se fige. À quelques de mètres de lui se trouve une terrienne, et il se maudit intérieurement d’être allé aussi loin. Évidemment, il n’avait aucun moyen de savoir qu’il allait tomber sur quelqu’un, c’est un risque à prendre dès que l’on met le pied en forêt mais la grande majorité du temps, il reste seul du début à la fin, à son plus grand soulagement. Son sang semble se glacer dans ses veines lorsque la native plante ses yeux dans les siens. S’il espérait qu’elle ne l’ait pas encore vu, c’est raté. Il ne réfléchit pas plus. Le visage de cette terrienne ne lui dit rien, il ne fait pas partie des rares avec lesquels il s’entend plus ou moins bien, et il ne compte pas engager la conversation pour savoir si elle apprécie les débarqués ou si elle ne rêve que de leur faire la peau. Il fait volte-face et se met à courir en ligne droite, essayant de ne pas céder à la panique. La dernière chose dont il a besoin, c’est de réussir à échapper à cette inconnue pour se retrouver dans une partie de la forêt qu’il ne connaît pas. Il entend presque son cœur battre contre ses tempes, essayant d’aller le plus vite possible sans se prendre les pieds dans une racine.
Il n’a pas besoin de se retourner pour savoir que la terrienne l’a pris en chasse. Il l’entend, et il sait sans se retourner qu’elle est en bien meilleure condition physique que lui. Elle est plus grande, et ses foulées semblent avaler les siennes avec facilité. S’il continue comme ça, elle sera sur lui en quelques secondes à peine. Il tourne brusquement sur sa gauche, ne pensant plus au chemin du retour mais à comment il va essayer de survivre aux prochaines minutes. Ça lui donne quelques secondes de répit, mais pas assez. Elle est de nouveau sur ses talons, et il sent la panique s’emparer de lui. Il aurait bien essayé de grimper à un arbre, mais elle l’aurait soit suivi, soit aurait juste attendu qu’il redescende. Et il ne peut pas rester là trop longtemps – il n’a aucune chance de passer une nuit entière dans cette forêt, et il le sait. Ses options se réduisent petit à petit. Ses poumons commencent à le brûler, il n’a pas l’habitude de garder une telle allure aussi longtemps.
Un désastre est vite arrivé. Et selon toute vraisemblance, il n’est qu’à quelques secondes de la catastrophe.
(c) nightgaunt

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7437 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 625
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: point of no return (Ariane)
Dim 21 Oct - 13:50

RP archivé suite à la suppression d'Ariane
 

point of no return (Ariane)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Autre point de vue de John Maxwell pour la defense d'Haiti
» Aristide Says He Is Ready to Return to Haiti, Too
» Les broderies au point compté de la souris
» Aristide Peaceful Return: The ball is Now in South Africa’s Court!
» valeur en point

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-