Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜“ the worst is to be ignored. ” (Leary)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
26/06/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & IRINA ; 43 GEORGE MACKAY ; ELOW ; JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). 30
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS


Sujet: “ the worst is to be ignored. ” (Leary)
Mar 31 Juil - 15:18




the worst is to be ignored
9 SEPTEMBRE 2117

Visiter le nouveau campement des autres… voilà une étrange idée. Se tenant à l’écart de la foule, Jonas n’avait pas réussi à voir la tête de l’émissaire envoyé pour donner la nouvelle. Les survivants de la chute de l’Odyssée avaient déménagé. Étrange concept, mais sans doute avaient-ils trouvé un meilleur espace pour vivre. Jonas n’en savait vraiment rien. Il voyait tous les avantages à rester près d’un vestige de l’espace alors imaginé toutes ces personnes s’en éloigner le peinait un peu. Peut-être que c’était mieux ainsi. Que c’est mieux de faire une croix sur ce qui s’était produit avant et sur ce qu’ils avaient connu. Il paraît aussi qu’ils ne sont plus très loin d’eux, les enfants criminels sacrifiés. Est-ce une bonne chose ? Pas vraiment. Peut-être qu’ils avaient une idée en tête pour les conquérir de nouveau ou pire… C’est presque effrayant, alors rapidement Jonas préfère laisser les autres pour retourner près du potager. Il y avait des légumes à sortir de la terre et à nettoyer. Cependant, Jonas eut du mal à se concentrer. S’ils avaient là une chance d’aller voir ce nouveau campement, il avait aussi, peut-être, une chance de découvrir si sa mère était toujours en vie. Et l’idée était tentante, vraiment. Alors il ne tarda pas à refaire demi-tour et à attendre que les jeunes se regroupent pour partir en visite.

Une visite, ça ne pouvait pas être dangereux. Il n’y avait pas de raison et puis, ils étaient assez nombreux. Le ciel n’allait quand même pas leur tomber dessus le jour même ? Au départ, il suivit la visite sans trop réfléchir et sans vraiment retenir quoi que ce soit. Puis la gaffe dans les dortoirs lui donna des frissons. Les rejoindre ? Pourquoi les rejoindre ? Il regarda autour de lui, paniquant intérieurement à l’idée d’être de nouveau enfermé dans une boîte. Discrètement, il se retira et descendit au rez-de-chaussée puis sorti du bâtiment et se confronta à la vie du campement sans le vouloir. Forcément, certains regards se posèrent sur lui sans vraiment s’attarder. D’autres murmuraient sans doute quelque chose, mais rien d’alarmant. Alors, après quelques secondes à chercher des repères inexistants, il se mit en tête de trouver sa mère. Il longea les allées principales, observant tous les visages qui s’y trouvaient puis ne tarda pas à reconnaître celle qui lui avait donné la vie. Elle marchait à l'extérieur du campement, sans doute à patrouiller. Quelque part, ça ne devait pas être si différent de ce qu’elle faisait là-haut, avec les caméras. Il se mit alors à courir en sa direction, trop heureux de la savoir en vie. Celle-ci croisa une première fois son regard sans le reconnaître, puis une deuxième fois. Elle le fixa, choquée.

— Mam… Elle le coupa net d’un geste de la main, reculant par la même occasion. Elle était différente par rapport à ses souvenirs. Plus vieille sans doute. Il ne l’avait pas revu depuis… Une éternité.

Vas-t’en, tout de suite. Inutile d’argumenter avec elle, surtout face à cette colère étrange qu’elle semblait ressentir. Il aurait aimé pouvoir dire quoi que ce soit et se rapprocher, mais elle tâcha de répéter un second : Vas-t’en ! Et face à ça, Jonas se senti impuissant. Et puisqu’il ne semblait pas vouloir bouger, c’est elle qui le lâcha sans le moindre doute, retournant sans doute faire ce pour quoi elle était dans les parages.

Mais… C’était comme si elle lui arracher, d’un seul coup, tout droit d’être son fils. Il avait déjà souffert de son absence en prison, elle qui avait longtemps été le pilier de sa vie, mais ça… Sans doute, aurait-elle aimé lui dire plus, lui hurler plus, mais en se retournant, Jonas remarqua que d’ici, ils pouvaient être aisément observés par d’autres. Alors, sans vouloir ressentir plus de peine, il se mit à courir, versant quelques larmes. Et il tomba une fois, se cognant le genou contre un morceau de béton, mais cela ne l’arrêta pas. Et puis finalement, il se retrouva en face d’un petit potager à peine neuf. Comme personne ne se trouvait là, il se posa sur un petit tabouret de fortune et essuya son visage à l’aide de ses mains. Oh, il ne devait pas être beau à voir. Un peu de terre sur le front, le genou ouvert, les yeux rouges, mais il cessa de gémir quand il remarqua que dans le petit potager, quelques plantes commençaient à grandir. C’était si paisible à regarder que Jonas se senti coupé de tout, et même de cet affreux souvenir qu’il voudrait déjà déchiqueter.


 

“ the worst is to be ignored. ” (Leary)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 6 Worst Fast-Food Burgers (and What You Should Eat Instead!)
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» ZEGER → The worst betrayal is from your faith in humans
» This is your worst nightmare !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-