Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜If I go crazy then will you still Call me Superman ? ( Gen )
maybe life should be about more than just surviving


avatar
27/05/2015 I My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam 4777 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat Rahjak 68
† Hell Ain't Civilized †




Gen & Oz @WhatAboutTheTrue?


Sa main se posa sur l'écorce du chêne centenaire qui bordait la plaine, non loin de l'entrée du village des Pikunis. Les veines saillaient un peu, mais la peau ne ressemblait pas encore tout à fait à ce qui recouvrait le tronc. Bien que les jeunes le qualifia de vieux, parfois même de vieillard,  l'homme du désert relativisait ce genre de réflexion. Vers quinze ans, tout ce qui frôlait la vingtaine faisait partie des reliques.

Le RahjaK venait tout droit du désert, chargé d'une mission par la princesse Irina ( @Irina Draghsteel ) il se dépêchait à rejoindre la mer, là où vivait désormais l'ancienne garde royale ( @"Arméthyse Krikja" ) recherchée par un membre de la famille royale. L'éclaireur venait de prendre sur lui pour ne pas grimper la montagne et rendre visite à Gen.

Sa vie plutôt simple auparavant, qui s'apparentait à celle d'un vagabond légèrement maquignon, supposée couvrir ses investigations d'éclaireur, se compliquait drôlement. Ozvan eut espéré pouvoir se fondre tranquillement avec son peuple, arrête son activité sous couvert de la vieillesse, tout en continuant à vagabonder à travers le monde. N'ayant pas dépensé des masses de la fortune héritée de son oncle. Il savait qu'il ne manquerait de rien s'il le désirait. Mais son cœur n'aspirait pas à ça, cependant il se refusait d'entraîner l'Ahtna vers un danger quelconque ... Et le fréquenter revenait exactement à ça.


Ozvan transportait quelques objets à remettre à Amaryllis pour ses dessins, il ne manquait jamais de passer lui faire un petit bonjour, d'autant qu'elle devait manquer de matériel avec ce foutu cyclone. Surtout, malgré son énergie, la nécessité d'octroyer une pause à son étalon s'imposait. Tout se mariait parfaitement, lui laissant le temps de réfléchir sur le comportement à adopter en ce qui concernait Gen.

Homme de peu de mots, il lui paraissait néanmoins important de prendre le taureau par les cornes afin d'évite aux non-dits de creuser leur trou au point que ça finisse en gouffre infranchissable. Les prunelles rêveuses il observait Son Appaloosa fourrager dans l'herbe verte à la recherche du coin le plus tendre. Le vagabond laissait le plus souvent dériver ses relations au point qu'elles naufragent ... Il ne concédait pas grand-chose à ses partenaires, du moins ceux qui dépassaient une nuit, non que ce fut régulier, mais il ne se refusait pas le peu de plaisir qui se dressait sur son chemin.

A la fois il agissait ainsi pour se préserver, il n'ignorait pas ses faiblesses, et la sédentarité le menait trop facilement vers la folie. Bien qu'Oz accepta de la pratiquer à mi-temps pour sa nièce, désormais décédée lors du cyclone. Le voyageur il se donnait les minutes vitales à sonder son âme pour découvrir ce à quoi son cœur aspirait en réalité. Un exercice qu'il s'accordait rarement, car son bien et celui des autres ne concordaient pas très bien avec ce choix-là ...


Sa vie, une espèce de ligne droite pendant vingt, après toutes ces galères avec Basile, Grace ( @" Grace Milderton " ), les renoncements, l'apaisement ... Et puis trois ans plus tôt, ici même, la rousse incendiaire vint à sa rencontre, ralluma le feu grésillant, alors qu'un soir, peu de jours après, au coin d'un foyer il faisait la connaissance de l'Athna.

Depuis tout se précipitait et il cavalait avec ou sans cheval. Peut-être qu'Ozvan serait avisé de tenter une nouvelle approche humaine, sans pour autant tricher avec sa véritable essence. Parler, dire, se confesser à l'être avec lequel il souhaitait parcourir un bout de route. Et qui plus est, se montra très claire sur le fait qu'il partageait lui aussi cette envie. Mais ...

Ozvan soupira, devenait-il une de ces filles de dix-huit ans qui rêvaient du prince charmant ? Certainement non, mais tout espérance s'habillait parfois de couleurs trop fortes, ou joyeuses ... L'homme s'appuya sur le dos de l'équidé, le brossant doucement pour rendre sa robe plus légère, brillante, le soulager aussi des saletés qui y traînaient. Des crissements les entouraient sans cesse, Des travailleurs s'occupaient des champs, des silhouettes allaient et venaient un peu plus loin. Alors Ozvan ne remarqua pas celui qui se rapprochait de lui. Simplement quand il releva les yeux, juste en face  se tenait cette personne si connue,  comme si elle fut sortie de ses songes pour s'incarner en chair et en os
« Toi »
@Gen Deng "


Dernière édition par Ozvan Hickok-Cannary le Sam 29 Sep - 16:58, édité 1 fois

Membre du mois
avatar
04/10/2014 neko Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye 1288 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer Athna 63
Membre du mois



Gen pensait à Ozvan régulièrement et se demandait bien ce qu’il avait fait faux avec le voyageur. Ils ne s’étaient plus vus depuis qu’ils avaient couché ensemble et cela avait brisé le cœur de l’athna. Pourtant, fier comme il était, il ne disait rien. Il regardait en ce moment-même son unique fils qui s’entraînait dans l’art du combat. C’était sa tante, donc la sœur de Gen, qui l’entraînait. Il regardait les mouvements de Dai, mais il était ailleurs. Il devait retrouver Ozvan, essayer de comprendre. Le brun avait beau s’être dit d’être patient, il ne l’avait absolument pas été. Il regarda son fils bouger avec aisance et pensa à sa propre jeunesse. Gen se dit qu’il devait partir, il rêvassait trop, il pensait trop à Oz et aux possibilités qu’ils avaient. Il se leva calmement et alla aux écuries pour s’occuper de Yuki. Il se mit à brosser énergiquement sa jument noire. L’archer était à présent décidé, il partirait voir Ozvan sans savoir où il le trouverait. Le brun devait faire un plan. Il se dit qu’il avait mieux temps d’aller d’abord chez les pikunis. Peut-être qu’il trouverait des informations sur le voyageur là-bas, sans savoir trop à qui poser des questions. Il verrait bien là-bas, Gen devait bien commencer par quelque part. Il préparait sa jument et sentit une présence dans son dos. Il tourna la tête pour voir son fils qui le regardait calmement. Son fils devenait grand, commençait ‘à s’allonger et son regard devenait de plus en plus sérieux. Gen n’aimait pas ce regard qui lui rappelait le sien quand il réfléchissait trop.

Il prit son petit dans les bras car il le pouvait encore, mais un jour, père et fils ne pourraient plus se serrer l’un contre l’autre, ou alors à l’abri des regards. Le brun posa son menton sur le dessus de la tête de son fils. « Je vais aller chez les pikunis, je reviendrai. » Comme toujours, il entendit son fils soupirer. Gen lui caressa le dos, pas besoin de mots, il comprenait les questions. Son fils grandissait et devinait que son père rêvassait bien trop pour que cela ne soit pas une rêverie amoureuse, mais aucun des deux n’en parlerait. L’homme fit reculer son fils et lui ébouriffa les cheveux. « Tu prépares Yuki et je reviens ? » L’enfant qui aimait la jument sourit et alla rapidement faire ce qui était demandé. Gen alla voir sa sœur pour lui expliquer son programme. Elle le prit avec le sourire et l’accompagna, ainsi que le fils de Gen à la porte d’entrée des athnas. L’homme récupéra ses armes, embrassa sa famille et monta en selle. L’air frais lui fouetta le visage alors qu’il quitta la grotte. L’athna prit une grande bouffée et lança sa monture à travers la montagne. Il y en aurait pour plusieurs heures de monte pour aller chez les pikunis. Il trouverait forcément quelque chose à faire là-bas, il n’en doutait même pas.

L’air était encore chaud, mais il ne doutait pas que le froid arriverait plus rapidement que prévu. Un frissonnement le traversa à cette pensée. Il avait hâte du froid qui était le genre de température qu’il préférait tout à fait pour être né dans la rudesse de la montagne. Il fit ralentir sa monture, baillant énergiquement alors qu’il devina au loin les champs des pikunis. Cette tribu semblait si paisible, si calme. Gen adorait y passer un peu de temps même s’il ne l’avouerait jamais vraiment. L’homme devina alors une silhouette et crut rêver, mais il reconnut la monture appaloosa d’Ozvan. Impossible, mais vrai. Il stoppa Yuki et ce fut ce moment que choisit son aman pour l’interpeller. Gen reconnut parfaitement sa voix et resta silencieux. Que devait-il faire ? Comment devait-il réagir ? « Salut Ozvan. » Il avait la gorge serrée, le cœur qui battait la chamade, il ne savait pas vraiment quoi faire. Ils s’étaient séparés en des termes étranges, chacun de son côté et Gen avait l’impression d’être trop envahissant, trop exigeant. « Tout va bien ? » Il se sentait terriblement gauche, incapable de parler correctement. Il se sentait mal et il sut, il sut que quoi que fasse Ozvan, il lui avait définitivement dérobé son cœur et pouvait le garder. Gen descendit de Yuki, se sentant soudainement vulnérable sur ses deux pieds, mais décida de ne pas fuir.

avatar
27/05/2015 I My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam 4777 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat Rahjak 68
† Hell Ain't Civilized †




Gen & Oz @WhatAboutTheTrue?


L'Astre du ciel se positionnait juste derrière L'Athna, alors quand son regard fut attiré par le craquement des brindilles sous le pas de l'homme, il n’aperçut qu'une silhouette. Néanmoins il l'eut reconnu entre toutes, tant elle peuplait ses songes ! Au point que l’entièreté de son corps se figea quand Ozvan comprit qu'il n'affrontait pas qu'un rêve. Quel choix de mot d'ailleurs ! Qui donnait l'impression qu'il se préparait pour un combat, un affrontement hostile. Tout simplement parce que se retrouver en présence de Gen lui renvoyait sa propre image, celle que le vagabond ne daignait partager avec quiconque. Ou très peu, généralement par hasard ou infortune, de loin il préférait garder ses diverses histoires, pérégrinations, problèmes, douleurs pour son intimité à lui.

Et se rapprocher d'une personne, non pas seulement physiquement, impliquait de ne plus rôder dans l'ombre aussi souvent. Maintenant se présentait l'instant de choisir, laisser cette distance s'installer, qui les éloignerait indubitablement mieux que n'importe quelle argumentation haineuse ou ...

Briser la glace. Non loin de lui, à l'orée des bois, quelques chants d'oiseaux l'épaulaient, comme si ces derniers le poussaient dans le dos en lui murmurant *Vas-y, vas-y*. Avec ces voix envahissant sa tête, le voyageur ne se fiait plus toujours à son propre jugement, ni celui qui s'imposait en se lovant doucement dans son âme.

Un peu ... Beaucoup, nerveux, sa main appuya un peu plus fortement sur le col d'Emzelt qui gratta fougueusement avec un de ses sabots le sol terreux.

Le Rahjak fit alors mine de se concentrer sur son appaloosa afin de le maîtriser, bien que ce dernier ne manifesta pas encore le désir de s'enfuir ou de ruer un peu trop brutalement. Non qu'il ne voulu pas répondre à Gen, simplement il ignorait complétement si il se portait bien ou mal, et celà depuis la séance de torture avec le cent devenu depuis un ami.

A partir de cet étrange épisode il lui apparaissait que sa vie ressemblait à un château de cartes, parcouru par un vent assassin, qui menaçait de s'effondrer très prochainement « Il se peut ... » Que tout aille bien ou particulièrement mal, sans pour autant oublier un savant mélange des deux possibilités. Un truc qui se révélerait d'un gout amère, avec un zeste d'acidité ... Un sentiment qu'il n'associait à aucun adjectif

« Je me demandais, oui, justement, comment tu aurais réagi si j'étais venu te rendre visite » Une manière détournée de lui déclarer son envie de le revoir, mais aussi son indécision face à l'interprétation qu'il décortiquait dans toute cette aventure. Qui voulait quoi ? Comment ? Et surtout qui déchirerait le voile silencieux qui s'attachait à eux depuis le départ « Et toi ? J'ai voulu prendre de tes nouvelles après le cyclone mais personne ne t'avait vu à ton village, et je n'ai pas sur rester très longtemps » Désormais il pouvait souffler, L'Athna parcourait encore ce monde, ce qui le fit soupirer de soulagement sans véritablement s'en rendre compte !

Après quelques instants de silence, il gardait l'impression de s'être justifier alors qu'on ne lui demandait rien, une étincelle grillait dans son regard, fleurant bon la tempête, comme s'il donnait suite aux quelques mots dirigés vers l'Athna. Et pourquoi n'était-il pas repassé par le peuple des montagnes avant de s'arrêter dans le plaines, voilà qui après une telle déclaration pourrait paraître suspect.

Ozvan fut tenté de livrer les raisons de sa présence ici, mais il finit par renoncer, décidant d'évoquer autre chose  « Nous nous sommes déjà rencontrés en ces lieux, pour la toute première fois, il y à plusieurs années » Deux tout au moins, peut-être trois, mais à l'homme du désert ça se comparait à une décennie. Car un moment Gen voyageait toujours à ses côtés, présence diffuse qui amenait régulièrement un sourire ou une moue dubitative sur ses lèvres  « Et d'aileurs tu à du me prendre pour un véritable fou quand je suis parti au petit matin »

Dans le plus simple appareil persuadé qu'il s'en allait conquérir le monde... Ou se dirigeait L'Eclaireur avec cette entrée en matière, il l'ignorait lui-même, offrait les rennes à l'instinct, on oubliait la réflexion, il fonçait dans le vif, ou droit dans le mur, il l'apprendrait assez vite. Et pour marquer le pas, il poussa légèrement son vif étalon pour qu'il avance, ainsi il put mieux distinguer les expressions du visage de Gen

@Gen Deng "

Membre du mois
avatar
04/10/2014 neko Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye 1288 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer Athna 63
Membre du mois



Ils ne s’étaient pas vus depuis tellement longtemps. Une éternité semblait s’être écoulée depuis leur dernière rencontre. Il ne manqua pas de demander à Ozvan comment il allait. La réponse du voyageur était étrange et Gen ne sut pas vraiment comment l’interpréter. Il décida de ne faire aucun commentaire et se dit qu’il en apprendrait plus comme d’habitude avec Ozvan. L’archer avait déjà un début de réponse alors qu’Ozvan lui posa comme une colle. L’athna avait parfaitement conscience de devoir bien manier l’autre homme s’il ne voulait pas de problème. « Je t’aurais bien accueilli chez moi et je t’aurais proposé de manger. » Ce n’était pas seulement car il était poli, mais c’était parce que c’était Oz même s’il ne le précisa pas. Gen était timide, ne voulant pas trop en dévoiler. Il ne savait pas comment séduire l’autre homme, ni même s’il avait le droit de le séduire. Il avait peur de mal interpréter les choses, de gêner le voyageur. L’homme apprit qu’Oz était venu dans son village sans le trouver. Le cavalier se demanda pourquoi personne ne lui avait dit que l’homme était venu ? Il aurait deux-trois mots à dire à certaines personnes. Il était convaincu de laisser indifférent et là il découvrait qu’il était venu dans la montagne pour prendre de ses nouvelles. Gen se dit que peut-être il y avait une lueur d’espoir, mais il ne voulait pas s’emballer trop vite. Peut-être avait-il mal compris les signes.

C’était lui qui s’emballait probablement. « J’étais dehors car je m’inquiétais pour un ami et je suis allé le chercher. » Dès que les mots franchirent sa bouche, il se dit qu’il n’aurait pas dû dire cela. Il ne sut pas vraiment pourquoi, mais il avait peur d’avoir fait quelque chose de maladroit. Gen n’avait plus été maladroit depuis bien longtemps, depuis son adolescence. Le silence s’installa et l’athna se plongea de plus en plus dans ses pensées, dérivant de plus en plus dans son monde intérieur. La plaine des pikunis lui rappela des souvenirs lointains et apparemment Ozvan pensait comme lui. Oui il se souvenait de leur première rencontre, de l’esprit déluré du voyageur. Ozvan qui partait tout nu l’air de rien à l’aventure. Cela l’avait énormément amusé. Gen haussa les épaules. « Jamais je ne te prendrais pour un fou. » Il avait un léger sourire sur les lèvres. Il le pensait vraiment. Gen dut lever la tête quand Ozvan s’approcha sur sa monture car lui était au sol. Il se sentit soudainement impressionné, mais n’en montra rien du tout, extrêmement fier. Il ne rougit même pas, ne réagit pas. « Et si tu descendais ? » Il avait envie de l’avoir face à lui. Il laissa Yuki, s’approcha de la monture d’Ozvan avec douceur pour rassurer l’animal. Pour autant, il ne toucha pas l’appaloosa, ne faisant que tendre sa main.

« On devrait discuter, non ? » Dit-il avec douceur, la voix rauque, ne lâchant pas l’autre homme du regard. Peut-être devait-il se lancer et discuter sérieusement avec Ozvan. Il avait l’impression de devoir apprivoiser le voyageur. Gen s’en sentait capable. Il se sentait capable d’amadouer cet homme. Il espérait juste avoir sa chance. Gen était peut-être prêt même à se prendre un râteau sans flancher. Il ne l’espérait pas. Il préférait que leur attirance soit commune. Il ne savait pas ce qu’il ferait si Oz descendait de cheval et se retrouvait à sa hauteur. Il improviserait, comme d’habitude. Il était un grand garçon, il savait gérer les gens. Et pis, il s’agissait d’Ozvan. Il le connaissait un minimum. Gen se rendit compte qu’il avait définitivement fondu pour lui quand il avait reçu l’écharpe et que pour lui, quelqu’un qui lui offrait un cadeau c’était forcément quelqu’un de tendre.

avatar
27/05/2015 I My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam 4777 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat Rahjak 68
† Hell Ain't Civilized †




Gen & Oz @WhatAboutTheTrue?


La simplicité, voilà ce qu'il se donnait comme ligne de conduite depuis toujours. Pas d'entourloupe, si ce qu'on lui racontait ne l'intéressait pas, il s'en allait. Ozvan ne prétendait rien, n'offrait que peu de prise aux autres pour le manipuler ou même le comprendre, et ça le satisfaisait comme ça en général. Quand les sentiments venaient s'en mêler ça devenait plus compliqué. Lui, le vagabond eut souhaité continuer sur sa lancée, mais l'engagement ça demandait des concessions, et lui s'y montrait souvent rétif. Enfin il le prétendait, car il aurait tout abandonné pour Basile, tout sacrifié pour Grâce au point de ne pas se reconnaître et d'en porter la souffrance sur ses épaules pendant des années.

Depuis la rencontre de ce cent, celui qui ne ressentait pas la douleur, ce jeune qu'il tenta de torturer mais qui ne cédait devant rien avant que de sombrer dans le délire, les voix de la vengeance ne le quittaient plus. Bien qu'il arrivât de plus en plus à les faire taire. Sa vie désormais s'emboitait de manière particulièrement complexe. Sur trois ans il perdit presque l'entièreté de ses proches dans des circonstances parfois mystérieuses, très souvent dramatiques ce qui l'isola de plus en plus. Surtout depuis qu'il ne se sentait plus en osmose avec sa tribu. Le cyclone raya de la carte le dernier membre de sa famille. Alors qu'Eirik l'esclave en fuite semblait sous-entendre que quelque part en ce monde existait un de ses enfants.  

« Oh tu cuisines ? Je suis certain que ça doit être délicieux » Le désir de laisser s'enfoncer son côté sombre dans les sables mouvants, de simplement se laisser porter par le moment présent sans y faire apparaître une faille. Ozvan reconnaissait toujours la sincérité dans les paroles d'un homme, et l'Athna en était imprégné à chacune de leur rencontre. Ça la charmait, ça l'attirait, ça lui donnait envie de se confier tout en le redoutant.

Il décelait une innocence chez cet homme qui le troublait infiniment. Peut-être que seul le voyageur la distinguait ? Et même si, il ne souhaitait être celui qui l'effriterait. D'ailleurs il lui prouvait une fois de plus son étonnante générosité puisque le guerrier n'avait pas hésité à affronter le mauvais temps pour aller à la rescousse d'une de ses amis.

Une petite jalousie le titilla sur laquelle il tenta de souffler mentalement « Oh... j'espère qu'il va bien, il a eut de la chance de ne pas se débattre en solitaire. Quant à moi, je n'ai pas su venir directement, la maison de ma nièce s'est effondrée avec nous dedans, j'étais coincé dans les décombres, je m'en suis sorti, elle non » Plutôt abrupte comme révélation, une vilaine manière de casser le fil qui se tissait entre eux. Ozvan ne prenait jamais de gants, il allait directement au but, il estimait qu'il n'existait pas mille façons d'annoncer des drames ou des évènements. Il n'y avait qu'à propos de ses sentiments qu'il empruntait des chemins détournés...

« Et pourtant je suis bien un peu - Beaucoup ? - Fou » Et s'il saisissait cet instant pour tout balancer, comme ça, de façon brutale sans aucune préparation ? Mais le regard de Gen l'en dissuada. quand les prunelles d'Oz se posaient sur ce dernier toutes les bonnes résolutions s'envolaient.

« Oui » le vagabond n'allait pas rester percher sur son Appaloosa toute la discussion, ça mettait une trop grande distance entre eux. Alors il se laissa glisser sur le flanc droit d'Emzelt avant de faire quelques pas qui le menèrent tout proche de Gen

« Oui je pense qu'on devrait discuter » L'évidence. Crever la bulle, nommer l'éléphant dans la pièce mais aussi divulguer toutes les couleurs qui le hantaient. Alors qu'il se plongeait dans ses pensées, muet, le bout de ses doigts alla dans un geste spontané attrapé une mèche de la chevelure de l'Athna, qu'il tortilla quelques instants.

Souvenirs .... Souvenirs...

Quand Ozvan s'aperçut de son geste, un léger sourire lui échappa, non pas en guise d'excuse mais parce qu'on son palpitant y accueillait quelques onces de joie. Puis il se laissa aller à caresser la joue de l'homme pour en profiter, qui savait ? une dernière fois avant d'indiquer un petit lieu dégagé « Désolé de m'être laissé emporter, mais on pourrait s'installer par là pour être tranquille et parler  en tête à tête ? »

@Gen Deng

Contenu sponsorisé



 

If I go crazy then will you still Call me Superman ? ( Gen )

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» Crazy Minds
» 03. Redhead, you konw you're driving me crazy right ?
» crazy sufferin style - 31 janvier/21h05
» 08. You drive me crazy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: La plaine-