Aller en bas
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 184 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). POINTS GAGNES : 105
Voir le profil de l'utilisateur

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty “ running away from the rain. ” (Taël)

le Sam 28 Juil - 14:13



running away from the rain
3 OCTOBRE 2114

Les alentours faisaient un drôle de bruit. Comme une mélodie étrange portée par les feuilles et les branches obscures. Jonas aimait le calme, mais pas trop. Parce qu’une fois que la foule se dissipait, il pouvait entendre le rugissement des bêtes plus loin. Et peut-être bien qu’ils étaient à des kilomètres d’ici, mais le moindre bruit donnait à Jonas l’impression que quelque chose se trouvait juste derrière lui. Il lui arrivait aussi, malgré un sommeil de plomb, de se réveiller en sursaut, croyant qu’une main allait se poser sur son épaule. Ridicule, mais pas improbable. L’environnement dans lequel ils se trouvaient tous, était un mystère, mais pas entièrement. Ils étaient sur terre, sur la planète et si c’était complètement déstabilisant, Jonas s’y sentait bien. Du moins, pas forcément la nuit. Pas toujours… et puis la météo commençait à être capricieuse, alors c’était de plus en plus complexe de séjourner dehors. Les nuages se formaient pour déverser des pluies acides terribles, alors le jeune garçon essayait de ne pas s’éloigner du vaisseau. Il s’était fixé une limite et n’allait pas au-delà. En plus de cette pluie, il commençait également à faire plus frais. Clairement, ils n’étaient pas aux bouts de leurs surprises, mais Jonas avait tendance à vite oublier ce genre de détails et voilà des heures qu’ils étaient assis en face du feu de camp, suivant du regard les flammes mouvantes. Il était captivé, assis devant le tas de bois fumant, jouant parfois avec un bâton pour maintenir la combustion en place. Le pauvre ne remarqua pas le temps filait et en oublia même de manger quelque chose.

Sentant la fatigue lui tomber dessus, il abandonna son petit bâton et se coucha là, devant le feu encore rugissant. Quelqu’un d’autre semblait s’occuper de garder un œil sur l’élément central du campement, alors il ne se gêna pas pour se reposer et peut-être dormir là. Calmement, il se laissa emporter par le sommeil et ne fit plus attention aux bruits étranges qui alimentaient l’inconnu. Petit à petit, tout s’effaça. Son esprit se vida et laissa place à des couleurs plus chaudes et plus rassurantes. Son imagination prenait le dessus avant de disparaître brutalement alors qu’une goutte de pluie toucha sa peau et le brûla. Une pluie acide.

L’adrénaline parcourue ses veines et rapide, Jonas se releva dans la confusion attrapant la couverture qu’il déposa sur lui comme voile de protection. Paniqué alors que quelques gouttes tombaient en silence, il court jusqu’à un abri, un peu plus loin, mis en place par d’autres quelques semaines plus tôt, collé au vaisseau dans lequel plusieurs jeunes dormaient déjà. Cela sera sans doute suffisant en espérant que le vent ne se lève pas. Il se bouscula à un autre en arrivant sous le toit, puis recula face au contact avant de se rendre compte que s’il voulait garder ses distances, il finirait sous la pluie à mourir dans d’atroces souffrances. Alors il tâcha de se coller contre la paroi métallique, s’emmitouflant sous le voile de coton qu’il avait sur lui, cachant une partie de son visage. Il se pencha alors vers ses pieds, qui étaient nus, ses chaussures étant restées près du feu un peu plus loin. Zut… Il regarda la pluie s’accentuait, une nouvelle musique prit possession des lieux, celle des gouttes irritantes.

Tu crois qu’elles vont s’abîmer ? Il regarde au loin ses chaussures et ses chaussettes parfaitement plié à l’intérieur. Ils n’étaient que deux sous ce toit de survie, deux aussi à être debout si tard dans la nuit. Mes chaussures, tu crois qu’elles vont s’abîmer ? Reprit-il en pointa du doigt l’objet un peu plus loin pour que le garçon remarque un peu mieux ce qu’ils voulaient dire.


- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 13578 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 354
Voir le profil de l'utilisateur
 - Hit the Road -

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

le Sam 11 Aoû - 19:49

Jonas &  Taël @AndtheBigBadRain


La respiration sifflante d'un malade pourfendait l'air de l'infirmerie, ce qui indiquait à Tael qu'il devrait trouver un autre lieu pour dormir. Ayant passé dix ans isolé dans une cellule, il ne supportait que très difficilement la proximité d'un autre être humain. A vrai dire il n'effectua aucun réel effort pour entretenir des relations sociales avec ses pairs une fois arrêté. A quoi bon, il connaissait parfaitement le dénouement, il se ferait éjecter dans l'espace, ensuite il mourrait dans d'atroces souffrances. Ça ne servait à rien de développer un espoir illusoire.

Et pourtant le voilà catapulté sur la terre détruite par les mauvais choix de leurs ancêtres. Pourquoi ? Oui parce qu'"on" ne s'embêta pas à leur donner une notice explicative en les déplaçant dans la navette qui devait les déposer sur le sol. Tael ne douta pas un seul instant, malgré la beauté des lieux qui l'hypnotisèrent directement, que le but de la manœuvre se traduisait par une espèce de sacrifice. Qu'est-ce que ça pouvait leur faire à ceux demeurer la haut si ils crevaient tous ici de la pire des manières ?

Contre toute attente la plupart survécurent à l'atterrissage. Par la suite ils se confrontèrent à quelques balbutiements pour survivre mais se débrouillèrent. Lui en vérité il avait fait son deuil avec la mort, il l'acceptait comme une délivrance. Alors se voir pousser dans le dos malgré lui pour participer à une communauté, avec laquelle il ne désirait pas entrer en contact se résumait pour lui à une mauvaise plaisanterie.


Ainsi, il vivotait le bouclé, en attendant sa fin, évitant tout le monde, mais surtout de se rendre sous une tente. Forcément il faisait face à des nuits plus fraîches, alors il prit l'habitude de dormir prêt du foyer. En même temps il l'alimentait, l'empêchant très souvent de s'éteindre aux aurores. Il y en avait d'autres, un ou deux qui passaient par là aussi, mais il ignorait qui, et il ne cherchait pas à savoir. Le cuisinier il refusait de faire camarade avec qui que ce soit.

Généralement il découvrait la place déserte, parfois envahit par un visiteur de fortune venu se réchauffer le corps et le cœur, qui ne cherchait pas plus que lui à démarrer une conversation. Et si oui, Tael il décampait vite sous prétexte de ramener quelques vieilles branches sèches. Aujourd'hui les mains dans les poches pour les protéger de cette pluie fine qui les aspergeait régulièrement il découvrit un dormeur. Il l'identifia rapidement, parce qu'en vérité il connaissait presque tous ceux qui hantaient ces lieux. Sans pour autant n’avoir jamais échangé plus de deux paroles avec lui. Jonas. Il s'arrêta silencieusement à côté de ce dernier qui sommeillait profondément. Il le dévisagea, ou plutôt sa chevelure claire, quelques minutes avant de se décider à prendre place un peu plus loin. Cette compagnie assoupie ne le dérangeait pas, celui-là ne faisait pas partie de ceux qu'il fuyait à tout prix. Il jeta quelques bûches dans le feu avant de sentir ses paupières se refermées malgré lui.


Il rêvait qu'un terrien le torturait en lui enfonçant mille aiguilles dans la peau au moment ou on le bouscula, il se redressa vivement tentant de comprendre ce qui lui arrivait. Sa nuque le brûlait âprement ... La pluie ! ... il ne s'agissait plus d'une simple averse mais de ces maudites gouttelettes qui venaient à bout d'une personne si on ne fuyait pas assez vite.

Bien qu'il hésita à saisir sa chance pour en finir, une autre goutte s'écrasa sur son épaule le convainquant à chercher une issue plus douce que celle-là. Il s'engouffra dans le sillage de Jonas pour se réfugier non loin de lui. Ils ne posséderaient pas le temps de se rendre au vaisseau ou alors au risque de se retrouver défigurés dans de grandes souffrances. Il fallait bien se serrer contre le mur et prier que ça ne se transforme pas en un véritable orage avec le vent qui pousserait les retombées vers eux.

Tout d'abord il ne comprit pas très bien la question du garçon à ses côtés mais celui-ci la reposa en précisant ce à quoi il pensait
« Probablement un peu, ça dépend en quoi elles sont faites, mais au pire je te refilerais une des miennes si tu n'en as pas d’autres » En souhaitant que le blond ne posséda pas des pieds plus larges que les siens - ou le contraire -.

Son épaule le lançait et il supposait que s'il réchappait à cette aventure il devrait faire un tour à l'infirmerie
« Et sinon tu n'a pas été touché toi ? C'est quand même plus important que tes chaussures ! » Parce que non on ne remplace pas une personne aussi facilement « Je crois que si tu ne m'avais pas réveillé j'y serais passé » Ajouta Tael avec un léger regret dans la voix.

@Jonas Webber  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 184 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). POINTS GAGNES : 105
Voir le profil de l'utilisateur

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

le Mer 22 Aoû - 13:52



running away from the rain
3 OCTOBRE 2114

Désormais, la pluie qui tombait ne lui semblait pas si différente d’une pluie habituelle. De l’eau qui tombait des nuages plus haut pour s’abattre sur eux. La seule différence, c’est que la pluie actuelle était terrible. L’acide dévorait la peau et creusait celle-ci. D’habitude, ils essayaient de récupérer l’eau de pluie pour pouvoir la boire, parce qu’elle était douce. Mais en ce moment, c’était compliqué. Couverture sur la tête, il observait les fines lignes marquées par les gouttes. C’était beau à regarder, mais terrible à subir. Par chance, il était tard et il n’y avait pas grand monde dehors. Voir pas du tout, même. À part l’autre garçon… Jusqu’ici, Jonas n’avait vraiment pas fait attention aux autres. Il s’était contenté de se cacher derrière Charlie, gardant une place à ses côtés quand les plus valeureux prenaient la parole pour les autres. Il n’était pas sorti visiter les alentours depuis qu’il avait, de peu, manger une baie empoissonnée. Quelque part, rester près du vaisseau, c’était comme rester à côté d’un point de repère et pour lui, c’était très important. Une façon comme une autre de se sentir dans le moment présent et de ne pas avoir l’impression de voyager dans des souvenirs abstraits.

Mais, la seule chose à laquelle il pensait actuellement, là sous un toit de fortune collé à la paroi métallique de la capsule dans laquelle ils étaient tous arrivés, c’était l’état de ses chaussures. Lui qui aimait bien marcher pieds nus, ne pouvait nier qu’avec les nuits plus fraiches et le froid qui semblait arrivé, ses chaussures allaient être indispensable. Par chance, le jeune garçon à ses côtés le rassura et, gentil comme tout, se proposait déjà de l’aider si besoin.

« Merci. J’aime bien marcher sans, mais quand la terre devient de la boue, ce n’est pas vraiment agréable. » La question de taille lui échapper complètement, mais c’était une autre histoire. Il pouvait déjà sentir que la pluie était calme et que le vent ne se levait pas. Ce qui était bon signe. Peut-être qu’ils n’auraient pas à rester là très longtemps. Une petite demi-heure si tout va bien . Ou moins, si elle part et revient sans jamais réellement se stopper net, ce qui était déjà arrivé une fois. Pendant des heures…

« Moi ? Non. Enfin, un peu… » Il regarda ses doigts et ses pieds aussi. Mais il était assez couvert de base et, à part quelque trois dans ses vêtements, sa peau semblait avoir été un peu épargné. Pas comme la dernière fois. « Depuis la dernière fois, je fais attention. » Il soulève le manche de son bras gauche pour dévoiler les cicatrices de la première pluie. « Mais ça ne me fait plus mal maintenant. » Avec son doigt, il touche son bras en plusieurs points comme pour montrer un exemple de la situation. « Tu crois ? » Il baisse un peu la couverture sur ses épaules, dévoilant un peu plus son visage. S’il l’avait sauvé, il l’avait fait indirectement, vraiment.

« C’est une bonne chose, non ? » Dit-il, souriant. Même si la voix de son ami nocturne lui paraissait un peu triste, bizarrement. Il s’imaginait déjà dire à Charlie qu’il avait sauvé quelqu’un. Elle serait fière de lui, sans doute ! « Tu t’appelles comment ? Que je sache un peu qui j’ai sauvé, tu sais. Moi c’est Jonas. Tu peux m’appeler Joe, si tu veux. C’est plus court et plus facile à retenir. Moi le premier, j’ai du mal à me souvenir de tout alors j’essaye de rendre les choses plus faciles. » Avec ce réveil par surprise, il avait de l'énergie à revendre.


- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 13578 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 354
Voir le profil de l'utilisateur
 - Hit the Road -

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

le Mer 21 Nov - 20:46

Jonas & Taël @AndtheBigBadRain


Cette nuit ne se déroulait pas du tout comme toutes les autres précédentes. Il se retrouvait coincé avec un autre être humain. Gentil, méchant, intelligent ou bête il s'en foutait un peu le bouclé. Depuis qu'il foulait le sol de cette planète il se comportait comme un fantôme. Il existait, mais en vérité personne n'aurait su dire ce qu'il faisait exactement dans ce camp. Dormir oui, quand il succombait à sa narcolepsie ce qui lui valait une réputation de paresseux.

Taël n'échangeait des paroles qu'il s'y voyait obligé, le cent se persuadait qu'il détestait l'humanité et qu'il se montrait assez rébarbatif pour qu'on n'eut pas véritablement envie de l'aborder. D'ailleurs on l'avait assigné à une tente avec une certaine Azalya mais jamais encore il ne s'y était rendu. Pas de camaraderie, jamais, avec personne. Et voilà qu'à la première pluie acide qui le surprenait il se retrouvait en dessous d'un abri à bavarder avec un autre. En plus de ça il se montrait serviable en allant proposer de dégotter de nouvelles paires de chaussures pour Jonas.

Chassez le naturel, il revient au galop. Une maxime que lui serinait très souvent sa mère. Mais bon il venait de se faire surprendre par les circonstances, il prétendrait que ce serait la seule exception à sa règle.

Et quand bien même, le bouclé ne se révélait du meilleur bois pour tenir une conversation, il s'imaginait n'avoir rien à dire de terriblement intéressant. Même pas une petite expérience en ce qui concernait de marcher pieds-nus ici. Il trouvait la terre rude, emplie de cailloux qui vous pénétraient dans la plante des pieds « Et puis surtout quand il fait froid ça évite d'avoir les orteils gelés » tout en croyant bon d'ajouter « Ceci dit je n'ai jamais vraiment essayé ici, parfois dans l'odyssée mais ce n'est pas du tout pareil »

Peut-être que le blond se révélait beaucoup plus insensible que lui à la douleur ? D'ailleurs pour en revenir à la pluie acide il ne paraissait pas en avoir souffert « Moi j'ai eu de la chance, jusqu'ici j'étais toujours à l'abri quelque part, ça se trouvait que c'était la première fois que j'étais à découvert » Ce qui n'intéressait au final que Taël puisque chacun de souciait de sa peau, et un peu de celle de ceux avec qui ils copinaient ou plus. L'ironie du sort étant que lui, le bouclé, attendait sa fin, et que chaque fois il l'échappait belle. Peut-être que s'il avait suivi Jonas c'était pour ne pas terminer devant les yeux de ce dernier. Il lui fallait disparaitre en solitaire. Voilà ce qu'il se disait le brun en écoutant le blond.

Tant mieux si ça ne lui faisait plus mal à son compagnon d'infortune, alors que sa propre épaule le démangeait fortement « Et tu as soigné ça comment ? » Question idiote alors qu'il s'offrait de temps à autre pour soigner à l'infirmerie quand les docteurs se retrouvaient occupés ailleurs.

« Oh oui je pense que ça provoque toujours une certaine fierté de se dire qu'on a sauvé quelqu'un » Lui répondit Taël de manière à éviter de se confier là-dessus. Il n'allait pas lui casser son petit moment de gloire en avouant que son but final se bornait à disparaître un jour ou l'autre

« Enchanté Joe » Déclara Taël alors qu'il connaissait parfaitement le prénom du blond « Moi c'est Taël mais je crois pas qu'on puisse faire plus petit ou alors ça donnerait Ta ce qui sonne un peu bizarre ou El, mais ça ressemble pas vraiment à un diminutif » En vérité il s'agissait déjà d'un petit surnom ou d'un raccourci d'Archentaël, mais le brun ne le précisait que très rarement.

A ce moment l'averse devint plus forte , une goutte rebondit pour venir s'éclater sur son nez « Putain ! Aïe ... Merde, ça s'intensifie, il faudrait que tu te recules un peu plus par-là » Suggéra-t-il à Jonas sans de son côté essayer de se soustraire à la menace...

@Jonas Webber  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 184 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). POINTS GAGNES : 105
Voir le profil de l'utilisateur

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

le Ven 30 Nov - 17:13



running away from the rain
3 OCTOBRE 2114

La nuit aurait pu être calme, il aurait rêvé d’un lendemain joyeux et puis le soleil l’aurait réveillé en douceur… mais non. C’est la pluie. Des gouttes acides, un feu qui crépitent différemment et dégage une odeur particulière. C’est la nature qui se rebelle et la peau de Jonas qui rougit face à chaque contact. La seule solution, c’est de s’éloigner et de se protéger. Dans sa peine, Jonas oublie un peu le reste et se précipite. Il ne dort plus complétement depuis la dernière pluie et arrive, maintenant, à sentir le pire arriver. Il est pourtant lent, Jonas. Même si ça fait mal, les informations ne sont pas toujours directes pour lui. Il ne réalise pas toujours le danger dans lequel il se trouve. Encore plus aujourd’hui, sur terre. Tout est différent et cette liberté nouvelle lui offre des nouvelles possibilités qu’il ne comprend pas toujours. L’exploration, la culture, le vent qui souffle… il doit tout réapprendre. Sans tablette et bloc-notes numérique, c’est compliqué. Jonas ne peut pas être aussi autodidacte que les autres. Lui, il a besoin d’être constamment entouré et écouté. Il en a plein des questions d’ailleurs, mais à qui les poser ? Qui prendra la peine de l’épauler dans cette nouvelle vie, surtout s’il n’est pas capable de se débrouiller seul ? Pas étonnant qu’il est si facilement délaissé dans un coin, lui-même à tendance à se mettre à l’écart. C’est franchement paradoxal d’avoir besoin des autres pour vivre, mais de ne pas être capable de supporter leur présence.

« Quand il fera meilleur, tu devrais. Mais c’est vrai qu’il commence à faire froid, je devrais faire plus attention. Là-haut, il n’y avait pas vraiment de différence… » Il n’y avait bien un rythme, installé par autre chose que le soleil, mais au niveau température, ils ne s’étaient pas amusés à recréer les saisons. Jonas s’est toujours demandé ce à quoi ça pouvait bien ressembler et, de le vivre en vrai, lui procure un certain plaisir. Il préfère donc dormir en plein air plutôt que d’avoir un abri. Il voit la nécessité, surtout avec les pluies acides ou quand il y a du vent, mais il ne peut pas se résoudre à rester là-dessous sans aucun aperçu du ciel étoilé. Il aime bien compter Jonas, quand il le peut. D’une part, parce que ça le fatigue et le pousse au sommeil, d’une autre parce qu’il a toujours peur d’oublier. C’est sa manière de survivre à ses propres problèmes. En comptant chaque soir, il s’assure de ne pas avoir oublié la base. C’est très important pour lui.

« Hum… » Il se gratte la tête, signe habituel chez lui quand il faut se souvenir de quelque chose qui lui échappe. « Je ne sais plus. J’imagine qu’il faut juste un peu de temps… » Et sans doute autre chose, mais cet autre chose lui échappe. Il pense à du miel, mais le miel, ça ne doit pas exister. Ou alors c’est une autre forme de miel, avec des abeilles super grandes et super radioactif. Bon, inutile de laisser son imagination prendre le dessus, c’est sûrement quelqu’un qui l’a trouvé en pleure et qui s’est occupé de lui.

« Ta ou El, c’est bizarre tout seul. C’est comme si c’était incomplet. Tu as raison, Taël c’est déjà assez court et puis ce n’est difficile à retenir. » Cependant, c’est assez unique comme prénom. « Est-ce que ça signifie quelque chose ? Moi je crois que ça n’a pas de sens, Jonas. » Ce qui, bizarrement, le déprime un peu. Il aurait aimé avoir quelque chose à dire sur son prénom et, malheureusement, sa mère est encore là-haut et ne peux pas lui fournir une réponse. D’ailleurs, il se demande parfois, si de là où ils sont, ils arrivent à les voir. Jonas se demande sincèrement ce à quoi ressemble l’Odyssée, vu de la terre.

« Mince… » Effectivement, la pluie reprend plus forte, ce qui n’est pas du tout (du tout) agréable. Pour Jonas qui n’aime pas être proche des autres, il n’ose pas se coller à Taël, pourtant, avec la pluie qui est plus forte, il sent ses épaules et ses jambes recevoir quelques gouttes perdues. « Comment on va faire si ça ne s'arrête pas ? »


- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 13578 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 354
Voir le profil de l'utilisateur
 - Hit the Road -

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

le Dim 13 Jan - 20:13

Jonas &  Taël @AndtheBigBadRain


Le son de la pluie il le trouvait rassurant, habituellement, étonnamment il affrontait cette pluie acide pour la première fois. Généralement il adorait tournoyer sous les gouttes même s'il finissait tremper. On pouvait même avancer que l'eau demeurait la seule chose qu'il supportait contre sa peau. Taël il calculait toujours une distance entre l'autre et lui. Néanmoins depuis qu'il endossait le rôle de leader de vie de camp, il s'obligeait à être plus proche des autres. Ça aurait ressemblé à quoi un chef qui s'enfuyait par crainte qu'on franchisse sa zone personnelle.

Il se surprenait aussi à poser une main encourageante sur l'épaule d'un des siens abattus par la tristesse ou un drame divers. Car ça ne manquait jamais ici. Le bouclé, il se fit violence pour sortir de l'obscurité ou il se plaisait auparavant. Il tentait de soutenir tout le monde, mais de par sa propre expérience il ne forçait jamais rien. Alors il ne connaissait pas les troubles ou les problèmes que Jonas affrontait régulièrement. Tael remarquait bien que souvent il se tenait à l'écart, mais au demeurant d'autres agissaient pareillement.

Pas plus que le blond, le cuisinier ne savait quoi faire sous cet abri de fortune. Attendre. Prier. Patientez ... Puis à défaut d'autre chose parler pour occuper le temps. Effacer l'angoisse ou la peur de se retrouver brûler jusqu'à la Moelle. Malheureusement le bavardage ne se révélait pas son fort.


Néanmoins des bribes frivoles de conversation s'élevaient dans l'air ambiant, allant à contre-courant de la situation. Jonas ne paraissait pas perdre le contrôle, le bouclé l'estimait particulièrement calme ... Pour le moment. Lui, éprouvait de la difficulté à se concentrer pour donner suite au conseil du blond « Oui je ne manquerais pas d'essayer, mais tu sais je l'ai fait quand je suis allé à la plage, c'était vraiment doux »

Une petite troupe d'ex-kidnappés entremêlant des terriens et des cent, tenant une promesse pour l'anniversaire de Thaïs. Cette journée ou ils furent réunis pour la toute dernière fois ensemble, jamais il ne l'oublierait. Il garderait toujours cette image de la môme construisant sa tour « T'y as déjà toi vers la mer ? Parce que si tu veux je pourrais t'y amener ? » S'ils s'en sortaient, ce qu'il croyait dur comme fer, il se promettait, Taël de partir en expédition avec Jonas. Si celui-ci en manifestait l'envie bien évidement

« C'est vraiment beau tu sais, presque aussi infini que l'espace. Et puis tu as raison, dans les étoiles on ne connaissait pas tous ces changements de temps, on s'en foutait, tout ce qui fallait faire c'était éviter de sortir de là » Mais aussi ne pas voler, ne pas insulter, ne pas avoir de frère ou de sœur, ne pas ... « Malgré tout je pense qu'on est quand même beaucoup mieux ici » Prêt de lui le blond se gratte la tête pensif, Taël le voit régulièrement agir de cette manière, sans pourtant y porter une attention plus particulière. Chacun ayant ses petites manies.

Une faille dans son attitude intrigua le Bouclé, Taël absorbait ce qui s'échappait des autres comme une éponge. Particulièrement empathique, légèrement paradoxal pour un jeune homme qui refusait de se dévoiler aux autres. L'impression de se retrouver avec un enfant perdu à se côté, il fut tenté de le prendre dans ses bras, mais sa difficulté à la proximité l'en empêcha. Un point commun qu'ils ignoraient tous les deux

« En vrai Taël c'est déjà un diminutif, je m'appelle Archentaël mais quand ils m'ont arrêté ils ont juste inscrit Taël et ça m'est resté ...Je crois que ça veut dire Généreux. Pour Jonas, si tu veux je peux me renseigner, comme ça j'ai aucune idée mais je suis certain que ça à une signification » Ne fusse que pour célébrer un saint, ce qui parait-il a été une mode avant la grande catastrophe. Lui Taël, il s'adressait parfois à la nature comme s'il s'agissait d'une personne, mais il ne pensait jamais à dieu, ou Jésus, ou à la religion. Pourtant une prière entendue par une oreille invisible stopperait peut-être la pluie

« je n'ai pas d'idée là tout de suite, à part si on allait creuser la roche. On sera peut-être obligé de serrer si ça s'empire » ça ne le réjouit pas plus que ça le bouclé mais parfois les circonstances ne vous laissaient pas le choix « Sinon tu as vu, de ton côté il y une bâche qui pend on dirait, tu crois que tu pourrais tirer pour voir si tu sais la récupérer. Mais ne fait surtout rien si ça risque de te mettre en danger »

@Jonas Webber  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021  “ running away from the rain. ” (Taël) 171928021
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 184 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). POINTS GAGNES : 105
Voir le profil de l'utilisateur

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

le Sam 2 Fév - 14:17



running away from the rain
3 OCTOBRE 2114

De loin, les gouttes de pluie ne semblaient pas si différentes du reste. Elles se mêlaient à l’air, tombant sur tout et s’imprégnant dans ce qu’elles peuvent. Cette fois, pourtant, c’est plus particulier. L’acide ronge, fait mal. Elle creuse dans la peau, elle détruit. Jonas se rend compte qu’il n’y a pas que des belles choses sur cette planète et que la nature elle-même se défend contre le reste, elle devient violente selon ses envies. Il espère cependant, que ça ne vas pas beaucoup durer. Il n’est tellement pas à l’aise avec les autres qu’il redoute l’idée d’être forcé à être avec eux. Il ne fermera pas les yeux, il ne pourra pas se reposer. Il se sentira bloqué, angoissé. La raison pour laquelle il est dehors, c’est bien parce qu’il n’y arrive pas. La proximité le dévore de l’intérieur et réveille en lui quelque chose qui est incontrôlable. Imprévisible. Entre la pluie acide et les autres, même son instinct de survie ne peut choisir. Ce petit morceau de toit sur la tête, c’est un entre-deux. Il prie pour que ça soit suffisant et que plus tard, il puisse simplement retourner près du feu.

D’ailleurs, les flammes s’agitent. Elle l’hypophyse sous les différentes gouttes. Il y a comme des étincelles, des couleurs plus vivent qui l’aliment. Jonas est seul. Il sera toujours seul parce que c’est sa manière à lui de survivre. Il n’aime pas s’imposer aux autres, il sait aussi que certains connaissent son histoire et ne manquerons pas de le pointer du doigt. Il ne veut pas être un danger pour les autres, mais il sait que l’étiquette ne lui échappera pas. Au moindre faux pas, il craint qu’on lui trouve une nouvelle prison, une nouvelle fin.

« Oh oui, la plage. La plage… » Et l’eau, plus loin. L’océan qui appelle, les vagues qui se déversent. Il ne l’a vu qu’une fois, en accompagne Charlie. Il ne saurait retrouver le chemin vers celle-ci, mais avec le froid qui se fait de plus en plus imposant, le mieux c’est d’attendre. De patienter. Que le ciel redevient étoilé, que la pluie cesse pour ne pas revenir. Le problème, ce sont les nuages. Tant qu’il y a des nuages, il y a des risques de pluies. « Je veux bien. Je crois que j’y suis allé, une fois, mais je ne me souviens plus du chemin. J’oublie facilement ce genre de choses. » C’est important, pourtant, de se repérer dans la forêt. De retrouver le chemin vers le campement. De savoir que Taël est prêt à l’y amener le fait sourire. Il sait très bien que seul, il ne peut pas le faire.

« Oui, oui. C’est mieux. On respire mieux. » Mieux qu’entre quatre murs trop blanc, avec pour seul morceau de vie un hublot tout petit qui donne sur l’infini de l’espace. C’est mieux, la terre. Toujours la même et parfois si différente, si surprenante. Avec la météo, tout change. Tout se transforme. Jonas a pu observer les fleurs se faner, d’autres naître. Le temps apporte quelque chose ici, qui se voit et se ressent, qui donne une valeur supplémentaire à tout.

« Tu penses ? » Les paroles de Taël on le don de permettre à Jonas de négliger la pluie. Son prénom, aurait-il une chance d’avoir une signification ? Un sens ? Il l’ignore, mais maintenant qu’il y pense, son grand-père le sait peut-être ? Il doit être là-haut, ruminant contre sa fille. Jonas ne l’a pas beaucoup connu, mais un souvenir particulier ne semble pas vouloir s’effacer – ce qui est vraiment étonnant. Il se souvient d’avoir joué, assis sur ses genoux. C’est lui qui lui a appris à compter. A trouver une technique simple pour ne jamais oublier. Tu as dix doigts, Jonas. Ils seront toujours dix.

« Se…. Se serrer ? » Il baisse les yeux. Ils sont déjà si proches, est-ce vraiment nécessaire ? Puis soudain, il lui dit de regarder, d’observer un morceau de bâche qui semble se dévoiler sur le côté. Il hésite un instant, le vent semblant se diriger vers une direction. Puis se décide. Il s’avance un peu, attrape le pan de la bâche et dire. L’objet tombe en partie sur le sol et Jonas tente de le ramener le plus rapidement vers lui. Quelques gouttes ne lui échappent pas, mais rien de dramatique ou d’insupportable. C’est un peu lourd, d’ailleurs, alors il attend que Taël l’aide un peu pour voir comment ils peuvent s’armer avec la bête. « On va peut-être pouvoir s’asseoir et se cacher en dessous ? Comme sous une couverture... » Éviter ainsi de rester debout trop longtemps et de ne plus sentir leur dos.



- Hit the Road -
Taël D'Arbanville
DATE D'INSCRIPTION : 16/04/2015 PSEUDO/PRENOM : Isaïah/Burning Soul MULTICOMPTES : Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam MESSAGES : 13578 CELEBRITE : Aneurin Barnard COPYRIGHT : Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan METIER/APTITUDES : Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie TRIBU : Cent / Ex-kidnappé POINTS GAGNES : 354
Voir le profil de l'utilisateur
 - Hit the Road -

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

le Sam 27 Avr - 17:39

Jonas &  Taël @AndtheBigBadRain


Il y à l'envie de mourir, mais aussi celle de choisir sa fin. D'accord, le bouclé, bien avant son arrivée sur terre avait fait son deuil de la vie. Sa tendance à se cacher, s'éloigner, se perdre, courir vers le danger prouvait l'engourdissement de son esprit. Il eut fallu disparaître tout de suite, sans crier gare, sans même qu'on le remarqua, profitant de l'agitation de cette nouvelle existence. Malheureusement plus les jours passaient, plus ce désir primitif rapetissait. Maintenant il priait pour moins de souffrance. Alors la pluie acide ... Non.

Ça faisait désormais parti des occasions ratées ou il aurait couru pour embrasser ce déluge et mettre fin à ses jours. L'eut-il regretté au moment où les douleurs atroces auraient envahi chaque millimètre de sa peau ? Probablement. Certaines personnes creusaient des petits tunnels jusqu'à lui, qu'il tentait de remplir de terre afin de leur en interdire le passage, mais elles persévéraient. Taël, il s'éveillait tranquillement à l'humanité malgré lui.

Le passé ... Celui des autres, le sien, il s'en moquait désormais. Ça ne l'intéressait pas. Il ne gardait rancune qu'à une personne, ce ou cette inconnu (e) qui rapporta son vol. Alors Jonas, il ignorait tout de lui. Avant cet instant précis si on le lui avait demandé, il n'aurait pu citer sans mentir, ni une de ses qualités, ni un de ses défauts !

Amoureux de l'océan, il a proposé de s'y rendre ensemble à Jonas ... Un peu dubitatif de l'intérêt de celui-ci par rapport à sa proposition, le voilà étonné de sa réaction enthousiaste. Lui il ne l'a jamais vu encore comme ça. Il ne l'a pas regardé beaucoup jusque-là non plus en vérité. Trop occupé à fuir de son côté. Un léger sourire effleure la surface de ses lèvres quand l'autre lui avoue se perdre facilement dans les bois.

« Toi aussi ! »

S'exclama-t-il, se découvrant un peu moins seul face à désolant problème « C'est normal tu sais, là-haut on connaissait un peu tout par cœur, on n'avait pas besoin d'apprendre à se diriger. On n'a jamais été confronté avant à la nature. Tu ne trouves pas que les arbres se ressemblent tous ? j'ai bien essayé avec les marques ... » Mais ça ne fonctionne pas à chaque sortie malheureusement. Surtout si on dévie un tant soit peu de sa route « Tristam m'a enseigné quelques trucs, je te les apprendrais en même temps si tu veux, si j'ai réussi, toi aussi j'en suis certain »

Et il y croit Taël, il ne connait pas les difficultés de mémoire du blond. Alors il sera toujours le moment d'y faire face une fois qu'il s'en apercevra. Le cuisinier il en oublie le danger à bavarder ainsi avec Jonas comme s'ils se baladaient sur un sentier au grand soleil échangeant chacun leurs divers souvenirs « Et toutes ces odeurs qu'on n'avait pas avant ... »

Des mauvaises comme des bonnes. Pourtant il n'échangerait pour rien le fumet d'une viande qui mijote ou la flagrance du muguet quand le printemps chasse l'hiver ...

« Oui j'en suis certain, tu verras je finirais par le savoir » Taël il s'avance sur un terrain plutôt mouvant, il ne possède aucun idée d'où chercher ce renseignement mais il le fera. En attendant la réalité se rappelle à lui quand il entend les paroles légèrement rétives Du blond. Visiblement il préférerait se brûler la peau que de s'approcher de lui ? Est-ce un truc personnel contre le cuisinier? Le bouclé n'a absolument pas le temps de creuser plus longuement puisque l'autre, suite à son indication récupère la bâche.

Le tout tombe lourdement à leurs pieds et pour éviter que Jonas ne se brûle plus encore le cuisinier saisit un bout pour aider le jeune homme. Après il leur faut trouver une bonne utilisation à cette superbe aubaine « On on ... Peut essayer mais il risque de faire un peu noir ... » Et surtout ils seront obligés de se rapprocher ce qui semble déplaire au blond, et n'enchante pas particulièrement le Bouclé. Ceci dit entre se voir à l'abri et se tordre de mille agonies il n'hésitera pas  

« Regarde on peut le mettre sous nos pieds puis tenir chacun un bout et ...  » le bouclé plonge son regard dans les prunelles de Jonas, espérant un peu découvrir ce qu'y dissimule cet étrange garçon. Afin de ne pas le brusquer parce qu'il à ce drôle de sentiment qu'il doit avancer sur la pointe des pieds avec lui « Puis on se couvre et on voit l'espace qu'on peut se permettre en attendant que la pluie cesse ... Ça te va ? »



@Jonas Webber @Devos Acciaro   “ running away from the rain. ” (Taël) 620182214
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS
Jonas Webber
DATE D'INSCRIPTION : 26/06/2018 PSEUDO/PRENOM : ELOW ; MULTICOMPTES : QUEEN IRINA + GENIUS DEVOS MESSAGES : 184 CELEBRITE : GEORGE MACKAY ; COPYRIGHT : ELOW ; METIER/APTITUDES : JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). POINTS GAGNES : 105
Voir le profil de l'utilisateur

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

le Mar 28 Mai - 12:13

— running away from the rain
3 OCTOBRE 2114

Cette planète est différente de celle qu’il a étudiée dans l’espace. Elle ressemble à la terre, c’est la terre, mais après toutes ses années à ne plus entendre l’homme décider à sa place, celle-ci a évolué. Changé. Jonas se souvient des écrits étudiés, des vidéos, des images des champs et du soleil brillant. Comment les arbres grandissent, comment les nuages se transforment en pluie. Il sait. Son seul savoir réside dans son apprentissage du fonctionnement terrestre. La seule chose que sa mémoire dysfonctionnelle a retenue de toutes ses années d’existence. Le nom de son grand-père ? Il ne sait plus. Les noms des anciens continents ? Il peut parfaitement les lister.

Désormais debout au milieu de la nuit, des gouttes acides qui rongent sa peau, Jonas est terrifié. À quoi ça sert de savoir des choses qui ne sont plus d’actualité ? De se retrouver face à des certitudes remises à l'épreuve ? Car la pluie acide, il ne pense pas en avoir entendu parler. Et les plantes, comment se sont-elles adaptées à ça ? Comment survivre ? Seul, il ne trouvera pas ses réponses, il en est certain. Les autres, il n’est pas forcément très proche d’eux. Il ne peut pas simplement se planter devant leur visage inconnu pour demander de l’aide. Ce n’est peut-être pas la priorité de tout le monde et ça, c’est encore plus compliqué.

La perspective d’aller voir l’océan éradique instantanément ses doutes. Il en oublie presque la pluie, persistante, et la proximité nouvelle avec Taël. Quant à la réaction de celui-ci, voilà une belle surprise qui offre à Jonas un sourire encore plus grand. « Oui ! C’est vrai ça, ils se ressemblent tous. Certains ont quand même des feuilles différentes, mais il y en a tellement ! » Et la forêt, c’est tellement beau et riche. C’est tellement nouveau et majestueux. Combien de découvertes peuvent-ils faire ? Il doit y en avoir trop, des nouveautés, des plantes et des arbres, des bêtes et des fruits. Trop de choses, trop. « Je veux bien, oui, absolument. J’en aurais bien besoin. » Et il agite la tête de haut en bas, comme pour affirmer que c’est plus que nécessaire.

C’est parce qu’il était trop proche d’elle, qu’il a frappé.

Alors il a peur de refaire la même erreur. De se retrouver à péter les plombs, de ne plus avoir le contrôle sur lui-même. Il a peur de faire du mal et voilà des années qu’il se pose les mêmes questions en boucle : la prochaine fois, tu feras quoi, Jonas ?

Pousser Tael sous la pluie n’est pas une option. Il n’ose même pas l’imaginer, d’ailleurs. Il se concentre sur les flammes plus loin qui crépite, parce que c’est assez hypnotisant pour le faire penser à autre chose. Il est gentil, Taël, la conversation ça l’aide aussi. Mais elle l’était aussi. La pauvre.

« Tu as peur du noir ? » Il hésite. Se rapprocher et survivre, c’est un autre contexte. Peut-être que rien ne va se produire. L’espoir, présente, fine, mais nécessaire. Observant le cuisinier, Jonas finis par croiser son regard. Des prunelles qui persiste, noir, difficile d’y voir grand-chose et pourtant, Jonas y trouve un certain réconfort. Une bonne volonté. « Oui, oui, faisant ça… » Alors il essaye de l’imiter. De coincer une partie sous ses pieds, de tendre un bout. Un miroir à deux faces.

« Je suis désolé. » Il baisse la tête, regarde ses pieds. « Je n’aime pas être touché, alors être collé à toi… Ce n’est pas pratique. Et être tout seul, en prison, ça ne m'a pas aidé non-plus... » Il soupire. Il ne veut pas y repenser. À sa solitude forcée, trop instable, trop violent. Deux ans avant de pouvoir rejoindre les autres, une fois de temps en temps. Deux ans en enfer.

@Taël D'Arbanville
Contenu sponsorisé

 “ running away from the rain. ” (Taël) Empty Re: “ running away from the rain. ” (Taël)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum