Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜ “ running away from the rain. ” (Taël)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
26/06/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & IRINA ; 82 GEORGE MACKAY ; ELOW ; JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). 1
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS






running away from the rain
3 OCTOBRE 2114

Les alentours faisaient un drôle de bruit. Comme une mélodie étrange portée par les feuilles et les branches obscures. Jonas aimait le calme, mais pas trop. Parce qu’une fois que la foule se dissipait, il pouvait entendre le rugissement des bêtes plus loin. Et peut-être bien qu’ils étaient à des kilomètres d’ici, mais le moindre bruit donnait à Jonas l’impression que quelque chose se trouvait juste derrière lui. Il lui arrivait aussi, malgré un sommeil de plomb, de se réveiller en sursaut, croyant qu’une main allait se poser sur son épaule. Ridicule, mais pas improbable. L’environnement dans lequel ils se trouvaient tous, était un mystère, mais pas entièrement. Ils étaient sur terre, sur la planète et si c’était complètement déstabilisant, Jonas s’y sentait bien. Du moins, pas forcément la nuit. Pas toujours… et puis la météo commençait à être capricieuse, alors c’était de plus en plus complexe de séjourner dehors. Les nuages se formaient pour déverser des pluies acides terribles, alors le jeune garçon essayait de ne pas s’éloigner du vaisseau. Il s’était fixé une limite et n’allait pas au-delà. En plus de cette pluie, il commençait également à faire plus frais. Clairement, ils n’étaient pas aux bouts de leurs surprises, mais Jonas avait tendance à vite oublier ce genre de détails et voilà des heures qu’ils étaient assis en face du feu de camp, suivant du regard les flammes mouvantes. Il était captivé, assis devant le tas de bois fumant, jouant parfois avec un bâton pour maintenir la combustion en place. Le pauvre ne remarqua pas le temps filait et en oublia même de manger quelque chose.

Sentant la fatigue lui tomber dessus, il abandonna son petit bâton et se coucha là, devant le feu encore rugissant. Quelqu’un d’autre semblait s’occuper de garder un œil sur l’élément central du campement, alors il ne se gêna pas pour se reposer et peut-être dormir là. Calmement, il se laissa emporter par le sommeil et ne fit plus attention aux bruits étranges qui alimentaient l’inconnu. Petit à petit, tout s’effaça. Son esprit se vida et laissa place à des couleurs plus chaudes et plus rassurantes. Son imagination prenait le dessus avant de disparaître brutalement alors qu’une goutte de pluie toucha sa peau et le brûla. Une pluie acide.

L’adrénaline parcourue ses veines et rapide, Jonas se releva dans la confusion attrapant la couverture qu’il déposa sur lui comme voile de protection. Paniqué alors que quelques gouttes tombaient en silence, il court jusqu’à un abri, un peu plus loin, mis en place par d’autres quelques semaines plus tôt, collé au vaisseau dans lequel plusieurs jeunes dormaient déjà. Cela sera sans doute suffisant en espérant que le vent ne se lève pas. Il se bouscula à un autre en arrivant sous le toit, puis recula face au contact avant de se rendre compte que s’il voulait garder ses distances, il finirait sous la pluie à mourir dans d’atroces souffrances. Alors il tâcha de se coller contre la paroi métallique, s’emmitouflant sous le voile de coton qu’il avait sur lui, cachant une partie de son visage. Il se pencha alors vers ses pieds, qui étaient nus, ses chaussures étant restées près du feu un peu plus loin. Zut… Il regarda la pluie s’accentuait, une nouvelle musique prit possession des lieux, celle des gouttes irritantes.

Tu crois qu’elles vont s’abîmer ? Il regarde au loin ses chaussures et ses chaussettes parfaitement plié à l’intérieur. Ils n’étaient que deux sous ce toit de survie, deux aussi à être debout si tard dans la nuit. Mes chaussures, tu crois qu’elles vont s’abîmer ? Reprit-il en pointa du doigt l’objet un peu plus loin pour que le garçon remarque un peu mieux ce qu’ils voulaient dire.



avatar
16/04/2015 Isaïah/Burning Soul Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam 12563 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie Cent / Ex-kidnappé 33
- Hit the Road -




Jonas &  Taël @AndtheBigBadRain


La respiration sifflante d'un malade pourfendait l'air de l'infirmerie, ce qui indiquait à Tael qu'il devrait trouver un autre lieu pour dormir. Ayant passé dix ans isolé dans une cellule, il ne supportait que très difficilement la proximité d'un autre être humain. A vrai dire il n'effectua aucun réel effort pour entretenir des relations sociales avec ses pairs une fois arrêté. A quoi bon, il connaissait parfaitement le dénouement, il se ferait éjecter dans l'espace, ensuite il mourrait dans d'atroces souffrances. Ça ne servait à rien de développer un espoir illusoire.

Et pourtant le voilà catapulté sur la terre détruite par les mauvais choix de leurs ancêtres. Pourquoi ? Oui parce qu'"on" ne s'embêta pas à leur donner une notice explicative en les déplaçant dans la navette qui devait les déposer sur le sol. Tael ne douta pas un seul instant, malgré la beauté des lieux qui l'hypnotisèrent directement, que le but de la manœuvre se traduisait par une espèce de sacrifice. Qu'est-ce que ça pouvait leur faire à ceux demeurer la haut si ils crevaient tous ici de la pire des manières ?

Contre toute attente la plupart survécurent à l'atterrissage. Par la suite ils se confrontèrent à quelques balbutiements pour survivre mais se débrouillèrent. Lui en vérité il avait fait son deuil avec la mort, il l'acceptait comme une délivrance. Alors se voir pousser dans le dos malgré lui pour participer à une communauté, avec laquelle il ne désirait pas entrer en contact se résumait pour lui à une mauvaise plaisanterie.


Ainsi, il vivotait le bouclé, en attendant sa fin, évitant tout le monde, mais surtout de se rendre sous une tente. Forcément il faisait face à des nuits plus fraîches, alors il prit l'habitude de dormir prêt du foyer. En même temps il l'alimentait, l'empêchant très souvent de s'éteindre aux aurores. Il y en avait d'autres, un ou deux qui passaient par là aussi, mais il ignorait qui, et il ne cherchait pas à savoir. Le cuisinier il refusait de faire camarade avec qui que ce soit.

Généralement il découvrait la place déserte, parfois envahit par un visiteur de fortune venu se réchauffer le corps et le cœur, qui ne cherchait pas plus que lui à démarrer une conversation. Et si oui, Tael il décampait vite sous prétexte de ramener quelques vieilles branches sèches. Aujourd'hui les mains dans les poches pour les protéger de cette pluie fine qui les aspergeait régulièrement il découvrit un dormeur. Il l'identifia rapidement, parce qu'en vérité il connaissait presque tous ceux qui hantaient ces lieux. Sans pour autant n’avoir jamais échangé plus de deux paroles avec lui. Jonas. Il s'arrêta silencieusement à côté de ce dernier qui sommeillait profondément. Il le dévisagea, ou plutôt sa chevelure claire, quelques minutes avant de se décider à prendre place un peu plus loin. Cette compagnie assoupie ne le dérangeait pas, celui-là ne faisait pas partie de ceux qu'il fuyait à tout prix. Il jeta quelques bûches dans le feu avant de sentir ses paupières se refermées malgré lui.


Il rêvait qu'un terrien le torturait en lui enfonçant mille aiguilles dans la peau au moment ou on le bouscula, il se redressa vivement tentant de comprendre ce qui lui arrivait. Sa nuque le brûlait âprement ... La pluie ! ... il ne s'agissait plus d'une simple averse mais de ces maudites gouttelettes qui venaient à bout d'une personne si on ne fuyait pas assez vite.

Bien qu'il hésita à saisir sa chance pour en finir, une autre goutte s'écrasa sur son épaule le convainquant à chercher une issue plus douce que celle-là. Il s'engouffra dans le sillage de Jonas pour se réfugier non loin de lui. Ils ne posséderaient pas le temps de se rendre au vaisseau ou alors au risque de se retrouver défigurés dans de grandes souffrances. Il fallait bien se serrer contre le mur et prier que ça ne se transforme pas en un véritable orage avec le vent qui pousserait les retombées vers eux.

Tout d'abord il ne comprit pas très bien la question du garçon à ses côtés mais celui-ci la reposa en précisant ce à quoi il pensait
« Probablement un peu, ça dépend en quoi elles sont faites, mais au pire je te refilerais une des miennes si tu n'en as pas d’autres » En souhaitant que le blond ne posséda pas des pieds plus larges que les siens - ou le contraire -.

Son épaule le lançait et il supposait que s'il réchappait à cette aventure il devrait faire un tour à l'infirmerie
« Et sinon tu n'a pas été touché toi ? C'est quand même plus important que tes chaussures ! » Parce que non on ne remplace pas une personne aussi facilement « Je crois que si tu ne m'avais pas réveillé j'y serais passé » Ajouta Tael avec un léger regret dans la voix.

@Jonas Webber

avatar
26/06/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & IRINA ; 82 GEORGE MACKAY ; ELOW ; JARDINIER & CUEILLEUR, VOUS LE TROUVEREZ AUSSI SOUVENT PRÈS DU GRAND FEU (IL AIME S'EN OCCUPER). 1
— BETWEEN TRUTH AND WEAKNESS






running away from the rain
3 OCTOBRE 2114

Désormais, la pluie qui tombait ne lui semblait pas si différente d’une pluie habituelle. De l’eau qui tombait des nuages plus haut pour s’abattre sur eux. La seule différence, c’est que la pluie actuelle était terrible. L’acide dévorait la peau et creusait celle-ci. D’habitude, ils essayaient de récupérer l’eau de pluie pour pouvoir la boire, parce qu’elle était douce. Mais en ce moment, c’était compliqué. Couverture sur la tête, il observait les fines lignes marquées par les gouttes. C’était beau à regarder, mais terrible à subir. Par chance, il était tard et il n’y avait pas grand monde dehors. Voir pas du tout, même. À part l’autre garçon… Jusqu’ici, Jonas n’avait vraiment pas fait attention aux autres. Il s’était contenté de se cacher derrière Charlie, gardant une place à ses côtés quand les plus valeureux prenaient la parole pour les autres. Il n’était pas sorti visiter les alentours depuis qu’il avait, de peu, manger une baie empoissonnée. Quelque part, rester près du vaisseau, c’était comme rester à côté d’un point de repère et pour lui, c’était très important. Une façon comme une autre de se sentir dans le moment présent et de ne pas avoir l’impression de voyager dans des souvenirs abstraits.

Mais, la seule chose à laquelle il pensait actuellement, là sous un toit de fortune collé à la paroi métallique de la capsule dans laquelle ils étaient tous arrivés, c’était l’état de ses chaussures. Lui qui aimait bien marcher pieds nus, ne pouvait nier qu’avec les nuits plus fraiches et le froid qui semblait arrivé, ses chaussures allaient être indispensable. Par chance, le jeune garçon à ses côtés le rassura et, gentil comme tout, se proposait déjà de l’aider si besoin.

« Merci. J’aime bien marcher sans, mais quand la terre devient de la boue, ce n’est pas vraiment agréable. » La question de taille lui échapper complètement, mais c’était une autre histoire. Il pouvait déjà sentir que la pluie était calme et que le vent ne se levait pas. Ce qui était bon signe. Peut-être qu’ils n’auraient pas à rester là très longtemps. Une petite demi-heure si tout va bien . Ou moins, si elle part et revient sans jamais réellement se stopper net, ce qui était déjà arrivé une fois. Pendant des heures…

« Moi ? Non. Enfin, un peu… » Il regarda ses doigts et ses pieds aussi. Mais il était assez couvert de base et, à part quelque trois dans ses vêtements, sa peau semblait avoir été un peu épargné. Pas comme la dernière fois. « Depuis la dernière fois, je fais attention. » Il soulève le manche de son bras gauche pour dévoiler les cicatrices de la première pluie. « Mais ça ne me fait plus mal maintenant. » Avec son doigt, il touche son bras en plusieurs points comme pour montrer un exemple de la situation. « Tu crois ? » Il baisse un peu la couverture sur ses épaules, dévoilant un peu plus son visage. S’il l’avait sauvé, il l’avait fait indirectement, vraiment.

« C’est une bonne chose, non ? » Dit-il, souriant. Même si la voix de son ami nocturne lui paraissait un peu triste, bizarrement. Il s’imaginait déjà dire à Charlie qu’il avait sauvé quelqu’un. Elle serait fière de lui, sans doute ! « Tu t’appelles comment ? Que je sache un peu qui j’ai sauvé, tu sais. Moi c’est Jonas. Tu peux m’appeler Joe, si tu veux. C’est plus court et plus facile à retenir. Moi le premier, j’ai du mal à me souvenir de tout alors j’essaye de rendre les choses plus faciles. » Avec ce réveil par surprise, il avait de l'énergie à revendre.



Contenu sponsorisé



 

“ running away from the rain. ” (Taël)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Who is running Haiti for whom?
» Fiche de Rain Maniko
» 07. Girls running wild
» MILLA ♣ set fire to the rain
» Présentation de Blue Rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-