Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Intrigue n°22 : Under the burning sun
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

avatar
18/12/2017 Léonard // Phoebus Raphaël D. Ansvor 640 Michael Fassbender Zoologie // Orientation Naori 168


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Mer 29 Aoû 2018 - 10:43

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Under the burning sun
Intrigue 22


C’était en effet une idée tout simplement suicidaire que de venir ici, mais aurais-tu supporter qu’il se passe quelque chose et que tu ne puisses rien faire, impuissant face à une mauvaise nouvelle? Tu savais la tribu en sécurité malgré tout, ils savaient se défendre et la récente présence des Kovarii était un réel soutien, les plus anciens des Naoris étaient bien capable de faire vivre les vôtres… Mais tu refusais de laisser ceux auxquels tu tenais sans pouvoir agir si les festivités venaient à tourner au vinaigre…
Et quelque part, tu n’avais apparemment pas eu tort. La conversation houleuse fut rapidement interrompue par une voix venant de la loge royale, masculine, emprise de l’égo des rois. Une ordonnance sans équivoque à enfermer les vôtres aux cachots.
Ce n’était pas une déclaration de guerre, c’était un kidnapping en bonne et dûe forme. Rendre un peuple plus faible en enfermant ses conseillers, ton premier regard fut pour les loges où tu ne pu que voir Harlan et Rowena en prise avec les gardes. Irina était là aussi et il ne fallut pas plus d’un regard pour comprendre. Fuir était la seule option. Artemia avait raison, tu aurais du rester au village… Mais dans ce cas tu n’aurais pas su. Tu n’aurais pas pu être témoin de l’acte de lâcheté du roi fou.
Tu entends immédiatement les gardes s’activer autour de vous, capturant les Naori pris par surprise comme des animaux pris par le feu dans leur tanière. Tu n’as pas le temps de dire que se séparer n’est pas une solution qu’une vague de foule vous pousse, tu cherches Ashiri du regard, tu as entendu sa voix. Tu sais qu’elle était là.
«Ashiri! » Là bas tu reconnais sa silhouette entourée des gardes, entre vous se dressent d’autres hommes, tu jures. Il faut fuir, tes instincts sont très clairs et tu profites de la cohue pour te glisser entre les peuples paniqués. Ne pas les regarder en face, ne pas se battre.
Sur le chemin, tu entends la voix de la Rahjak, cri désespéré de celui qui cherche à revoir sa famille? Tu serres les dents alors que tu t’apprétais à te lancer en direction de la sortie, fais volte face une seconde en poussant sans la moindre vergogne les gens te barrant le passages. Tous ces rahjaks plus ou moins innocents, tous coupables…
Plongeant le bras au travers de la foule tu referme ta poigne sur le bras d’Ariane, la relevant sans délicatesse -Mais cette dernière avait-elle sa place ici?-. «Vous pouvez marcher? » Question inutile puisque tu l’avais déjà lâché. Tu aurais pu en profiter, l’utiliser pour sortir d’ici, otage contre otage. Tu aimerais lui cracher de regarder son peuple dans son plus simple appareil, mais tu n’es pas comme eux, plus sauvage encore que n’importe quelle bête. Tu préfères la présence des fauves. «Je ne sais pas qui vous cherchez, mais retrouvez la. Nous n'oublierons pas votre hospitalité. » Vous n’oublierez rien. Tu ne pouvais pas avoir une voix plus froide, lâchant son poignet pour disparaître dans la foule alors qu’un garde te remarque, tu pousses ceux qui cours vers la sortie de manière à ce qu’ils trébuchent, déstabilisant les gardes. Plus rien ne compte maintenant que de sortir de cette arène, se glisser le long des murs pour décamper au plus vite…

Et enfin, la sortie. Les gens se dispersent déjà dans les rues, mettant à mal le camouflage confortable de la foule. Aussitôt tu remets la capuche qui t’as amené jusque là, longeant les murs pour éviter la lumière jaune du soleil. De là tu reconnais enfin un visage, attrapant son bras pour l’attirer de ton côté. «Artemia… Ils ont eut Ashiri. Il faut qu’on alerte les autres. » Tu regardes autour de vous, animal pris au piège. «On ne peut pas les laisser là. » Ce n’est pas le conseiller qui parle cette fois, c’est l’ami. Celui qui refuse de perdre ceux qu’il aime. Pourtant tu vois les gardes dans la rue, tu sais qu’ici, vous risquez votre vie à chaque seconde. La liberté est à portée de main, mais elle n’est jamais qu’à un pas de la prison.
©️ FRIMELDA



Spoiler:
 

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7437 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 625
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Mer 29 Aoû 2018 - 23:55

Tout dérapait tellement vite. Le sang battait toujours à tes tempes et ton contrôle était tellement fragile – tout ne tenait qu'à un fil. Même Isaak t'enjoignait à t'arrêter et tu ne savais s'il s'agissait d'une façon de tenter de te préserver – peut-être était-ce naïf d'imaginer cela, mais tu avais toujours songé qu'il y avait une certaine entente entre Isaak et toi –, de tenter de calmer le jeu ou de faire respecter son père. Peut-être un peu tout ça à la fois. Tu ne savais pas.

Rowena t'écarta des gardes mais cette fois-ci, c'est elle qui lança les hostilités et tu fus presque choqué des propos qui sortirent de sa bouche. Oui, il s'agissait d'informations que tu avais retransmises, après ton entretien avec Irina, et c'était une chose dont tu étais au courant, que tu avais songé exploiter, à un moment, mais de concert avec la princesse. Pas contre elle. Rowena jouait gros, avec ces accusations, et tu espérais qu'elle savait ce qu'elle faisait. Parce que toi, assurément, ta logique s'était un peu barrée, emportant ton calme avec elle. Il fallait que l'un de vous deux garde la tête froide et à cet instant, ce n'était pas toi.

Heureusement que tu n'avais pas conscience de ce qu'il se passait dans les gradins. Si ta colère atteignait déjà des sommets rien que dans cette loge, tu aurais été capable de suivre ton apprentie dans ses folies, là, plus bas. Et que dire de Caleb, dont tu étais persuadé qu'il était resté au village, à l'abri ? Non, non, il ne valait mieux pas que tu sois au courant de tout ça.

Arkhip se leva et si tu voulais t'obstiner à y voir un vieux fou, tu ressentais aussi malgré toi qu'il commandait un certain respect. Et quand il éclata de rire et balaya toutes les accusations pour révéler son propre jeu ? Ce fut comme si ton sang s'était glacé dans tes veines. Qui avait parlé ? Comment avait-il deviné la vérité ? Un Naori ? Un de ces rebelles capturés ? Pendant des mois, tu t'étais inquiété, puis avec le temps passant, tu t'étais enfoncé dans une fausse assurance que tout se passerait bien, que rien ne serait découvert. Tu te pensais à l'abri de tout. Le plan avait fonctionné en partie, ça avait été l'essentiel et il n'y avait pas eu de pertes humaines. Mais tu aurais dû savoir que l'affront comptait plus qu'autre chose, pour le Roi paranoïaque. Vous aviez trop joué avec le feu. Trop sous-estimé la fierté et la rancoeur rahjak. Les accusations de Rowena, tes insultes, ce n'était que de l'huile sur le feu. La tête enfoncée dans la gueule du loup. Arkhip avait tout mené, depuis le début. Et tu avais voulu faire taire ta méfiance, avais voulu te persuader que tu étais paranoïaque.

Quand l'ordre d'arrêter Rowena fut donné, tu voulus fulminer, empêcher les Rahjaks de l'atteindre. Mais quelque part, la colère était restée figée dans sa prison de glace et comme de façon distante, froidement logique, comme si tu observais tout de l'extérieur, tu te disais que oui, c'était une réaction logique, attendue, de la part du prince. Quand Arkhip ordonna que les gardes te saisissent à ton tour, tu mis du temps à réagir, le contact des fers comme un électrochoc sur ta conscience. Entendre que la garde était dépêchée de capturer tous les Naoris pour les envoyer aux cachots acheva de te réveiller. Tu te débattis, parvins un bref instant à échapper aux fers. À toute vitesse, tu réfléchissais, songeais à une échappatoire. Un instant, ton regard s'arrêta sur Tasha, vis là une occasion. Une otage. Mais tu n'avais pas d'arme et tu étais cerné de gardes. Capturer Tasha, ce n'était pas la même chose qu'enlever une princesse malade – ou plutôt empoisonnée – alors que tu étais toi-même consumé par la maladie, la rage et la haine. Tasha n'avait rien fait. C'était probablement la seule âme innocente de cette famille. Et tu n'étais pas un monstre, non, tu ne voulais pas le devenir non plus.

Bientôt, le court instant de liberté te fut arraché, un coup bien senti à la mâchoire eut raison de tes velléités. Pendant quelques instant, ta vision fut constellée de noir, ton équilibre, perdu. Tes membres, perdant leur coordination, n'offrirent plus aucune résistance tandis qu'on te ferrait, pour te diriger vers les cachots.

Le poids des chaînes te suffoquait.


Spoiler:
 

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Ven 31 Aoû 2018 - 20:12

Cité Rahjak, 21 juin 2118
Autour d'elle, les gens s'agitent et courent. Ils se bousculent, tombent parfois aussi mais elle ne voit que leurs pieds qui parfois viennent maladroitement se planter dans ses propres jambes, dans son dos, sur ses doigts. Ariane, qui fait toujours d'une priorité le fait de ne jamais se laisser marcher dessus n'en mène pas large car c'est ce qu'il se passe littéralement. Elle peut déjà imaginer le tissu de sa robe se rompre ça et là : car en plus de la piétiner ils ruinent sa tenue. Quant à elle, elle essaie tant bien que mal de se relever mais on la bouscule dès qu'elle semble y arriver et retrouve le sol tentative après tentative. Frustrée, en colère, fatiguée, Ariane ne peut que râler quand elle ne gémit pas de douleur alors qu'on vient à nouveau lui marcher dessus. Dans un élan de rage, elle pousse quelqu'un à terre et prend sa revanche sur celle qui avait manqué de lui écraser le visage quelques secondes plus tôt. À bout, elle est finalement prise par surprise quand une personne lui attrape l'avant-bras et la tire sans douceur des escaliers où elle avait été bloquée. Enfin.

Une fois debout, l'esprit embrumé par les coups qu'elle avait encaissé au sol elle n'écoute pas vraiment la question que l'homme lui pose. À la place, elle essuie -le souffle court- le sang qui traine le long de sa tempe : s'était-elle ouverte à la lisière des cheveux en tombant ? Son regard finit par passer du sang sur ses doigts au visage de son sauveur seulement pour se noircir lorsqu'elle le reconnu. Le conseiller. Qu'avait-il cherché à faire en la tirant de sa chute ? Si la question lui effleura l'esprit alors qu'Ariane se ressaisissait, elle n'eut pas le temps de lui demander son reste qu'il lui lança froidement Je ne sais pas qui vous cherchez, mais retrouvez la. Nous n'oublierons pas votre hospitalité. et si la première phrase la trouble de part son altruisme et sa bienveillance, la brune se concentra plutôt sur la menace qu'il dissimulait dans sa deuxième. Que voulait-il dire par "ne pas oublier" ? Les Naoris prépareraient-ils une nouvelle attaque ? Certainement, car les Rahjaks leur déclarait vraisemblablement la guerre actuellement. Un garde s'approcha d'eux avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit et le conseiller fuya, comme les Naoris savaient si bien le faire. Par là ! s'écria-t-elle à l'attention du garde, pointant du doigt par où était parti le conseiller. S'il l'avait aidé, elle n'en oubliait pour autant pas la menace qu'il pouvait représenter et l'ordre du Roi qui planait encore. Plus tard, quand elle sera à l'abris, elle réfléchira surement plus amplement à ce qu'il s'était passé mais pour le moment il fallait qu'elle retrouve sa soeur et parte d'ici. Elle tenta à nouveau d'appeler sa cadette, Ellarya ? avant de le regretter presque immédiatement, un mal de crâne la frappant brutalement alors qu'elle s'était exclamée. Sans doute avait-elle percuté le sol un peu trop fort, sa tête lui tourna soudainement alors elle prit appuis à la rambarde de sécurité afin de reprendre ses esprits. Là était bien la dernière chose dont elle avait besoin. Prenant une longue inspiration, elle fit son possible pour ignorer la douleur et les vertiges et s'approcha des premiers rangs à contre-courant de la foule seulement pour se rendre compte qu'Ellarya n'était plus à sa place. Peut-être avait-elle suivi ses conseils et était déjà dans les rues de la cité en chemin vers la demeure familiale ? Ariane l'espérait du fond du coeur, alors qu'elle s'accouda au garde-corps qui empêchait les spectateurs de se jeter dans les arènes ou d'y tomber maladroitement. Dans son dos, elle entendait les Rahjaks et les Naoris prendre part à la cohue, paniquer ou fuir tandis qu'elle fixait les arènes tout en reprenant son souffle. L'esclave Naori était étendu dans le sable, la gorge tranchée. Et si la mort d'Orlan avait eu un goût amer, celle-ci ne lui laissait en bouche que l'inquiétude d'un futur sombre et chaotique. 


Ariane parle en 006699
Sa robe : juste ici

Résumé:
 



avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 258 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 50
— SMOKE MADE OF TEARS —


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Ven 31 Aoû 2018 - 20:53




under the burning sun
21 juin 2118


Irina offrit un sourire et ne bougea pas. Rien. Elle regardait Rowena comme elle aurait regardé n’importe quel abruti ayant marché sur sa robe. Oui, c’était effrayant d’entendre de vive voix ce que son cœur chérissait, elle qui était effectivement capable de tout pour le pouvoir, mais cela permettait aussi de confirmer les doutes de la princesse vis-à-vis d’Harlan. Cela n’avait rien d’étonnant qu’il ait avoué à ses collègues conseillers ce qu’elle était prête à faire pour le trône. Au moins, maintenant, elle savait qu’elle ne pouvait pas compter sur eux pour une quelconque alliance, puisqu’il ne savait pas conserver une information qui aurait pu être précieuse. Ensuite, elle savait que cela condamnerait la Naori, alors à quoi bon se montrer offenser ? À trop vouloir se défendre, elle aurait confirmé qu’elle avait quelque chose à défendre et, avec un roi aussi paranoïaque, c’était déjà bien suffisant d’entendre Rowena parlait. Dire plus ne ferait qu’ajouter des soupçons et Irina tenait à sa tête. Bien sûr, le Roi gardait un œil sur elle ! Irina était la fille unique de celui qu’il avait trahi ! Elle avait toutes les raisons de se venger, de l’attaquer, mais elle comptait continuer de jouer les parfaites servantes, car sa vie, elle le lui devait... pour l'instant. Finalement, ce n'était peut-être pas plus mal. Peut-être que c'était un moyen comme un autre d'accélérer les choses...

Aux côtés de Tasha, la princesse n'ajouta rien pour empêcher sa jeune cousine d’écouter les paroles de la conseillère. C’était mignon de sa part, vraiment. Presque amusant, même. Comme souvent, elle sait que l’espoir se tourne vers la plus jeune, la plus innocente, la plus facile à manipuler en soi… mais Tasha allait apprendre à faire confiance aux bonnes personnes et à rayer de sa liste les Naoris aux faux pacifismes. Soudain, c’est Isaak qui décida de taper du poing sur la table. Irina, elle, elle est trop préoccupé par la foule plus bas. Elle fronce les sourcils et jurerait apercevoir Caleb. Oui, c’est lui… Eh bien, il ne sait pas ce qu’il manque, dans la loge ! Mais, comme elle s’en était douté, le sort de Rowena était scellé et Irina lança un regard complice à son cousin, le remerciant de sa prise de parole. Oui, le roi pouvait être fier de son héritier. Pourtant, elle aurait pu donner l'ordre elle-même, mais il faut croire que tout va un peu trop vite pour la princesse. Le roi, d’ailleurs, ne tarda pas à révéler ses intentions. Il fallait arrêter de le prendre pour un idiot quand même… Oui, il avait envoyé Irina à la place de ses fils et elle aurait pu périr dans l’attaque, mais en comparaison à ses cousins, elle n’était rien. Elle croisa alors son regard et tâcha de le soutenir quelques secondes avant qu’il ne décide plutôt de s’adresser à sa plus jeune fille. Pauvre Tasha… Elle avait tant à apprendre. Elle acquiesça de la tête lorsqu’il donna l’ordre de l’enfermer, complètement d'accord.

« Je l’accompagne, de toute manière je dois aller me préparer pour la clôture. » Dit-elle sans la moindre hésitation, posant les mains sur les épaules de la jeune princesse. Elle chercha ensuite du regard l'un des gardes qui allaient les suivre, alors qu’Harlan se débattait tant bien que mal pour éviter les fers. Pendant une fraction de seconde, elle se demanda ce à quoi il pouvait bien penser… sauf que, quelque soient ses idées, c'était trop tard. Un coup bien placé et le voilà qui était trainé vers les cachots avec l’autre… Tiens, il ne faudrait pas oublier de les fouiller, ces deux-là.

En tentant de croiser le regard d’Isaak avant de quitter les lieux, Irina glissa légèrement sur un raisin oublié. Elle se rattrapa de justesse sur l’un des gardes et se mit à rire, comme si tout allait bien. « Voilà des festivités que nous n’oublierons pas de sitôt ! » Elle se redressa, replaça ses cheveux en arrière, vérifia l'état de sa robe et poursuivit son chemin aux côtés de sa cousine. « Allez princesse, ne fait pas cette tête… » Elle se pencha légèrement vers elle et, très sérieusement, ajouta : « Cela aurait pu être bien pire… »

Spoiler:
 

Admin - Apocalypse Please
avatar
13/04/2016 Mystery Light Liam, Near, Elijah, Cassandre 2071 Taissa Farmiga Lux aeterna murphy ♥ & Signa : ishtar ÐVÆLING, Soan Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) Ancienne Pikuni 68
Admin - Apocalypse Please


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Dim 2 Sep 2018 - 20:21

Ce qui se passait ici ne l’intéressait pas. Elle voyait bien le regard furieux de certains des invités de la famille royale, de ce peuple qui n’était pas le sien. Ce n’était pas ses affaires, c’était un Naori qui n’avait rien à faire là. De son avis personne ne devait finir ses jours dans une arène à vaincre pour survivre, aucun d’entre eux ne devaient se trouver là mais pourtant ils y étaient. Des esclaves Naoris, pas Naoris, ceux-là étaient furieux pour les esclaves de leur peuple, mais pour les autres. Pour le peu qu’elle puisse deviner, ils semblaient ne pas en avoir grand-chose à faire alors pourquoi prendre parti dans une histoire qui ne la concernait pas ? Elle ne voyait pas comment la maigre partie de présente ce peuple souhaitant se révolter contre un système mis en place depuis des lustres pouvait agir. Elle l’avait bien vu. Elle avait bien vu où l’envie de plus de liberté pouvait bien les mener.

A rien.

Eux étaient encore libres de se bouger mais aggraveraient-ils la situation déjà bien mal en point lorsqu’elle les regardait de biais sans vraiment faire attention. Depuis le début elle l’avait mal senti mais bon ils devaient assister à cette fête, cette habitude qu’ils avaient de fêter ce jour. Elle était fataliste, n’arrivait pas à voir un petit espoir de l’autre côté des murs de la cité. Pas même la mort du roi serait une bonne chose. Qui du fils ainé ou du roi ? Aucun des deux, l’anarchie serait encore la meilleure solution pour ce peuple, pour qu’il sorte de cette arène en grandeur nature qu’était la cité Rahjaks. Elle ne vit pas l’arrestation pas plus que ce qu’il se passait dans la loge, elle était entre deux marées humaines, entre deux options sans vraiment pouvoir choisir parce qu’il était difficile de faire un choix quand on vous avait retiré le droit d’en faire depuis quelques années.

Elle reste silencieuse observe le groupe autour d’Ariane se déplacer puisque beaucoup semble s’agglutiner dès qu’il y a de quoi écouter, de quoi savoir ce qu’il se passe. Ce n’est pas encore la cohue, le mouvement de foule ingérable mais déjà certaines personnes assises se lèvent et déjà elle ne trouve plus la rousse de là où elle se trouve. Elle entend quelques bribes de mots : une invitation sur le sol Rahjak n’est jamais de bonne augure, ils auraient du le savoir, ils n’auraient jamais du venir. Que pensent-ils faire à présent, changer les choses ? Ces gens ont leurs mœurs si ancrées en eux qu’ils ne peuvent pas les changer même en le souhaitant, même en tentant de faire les choses autrement, il y aura toujours la majorité pour les contrer, alors des Naoris ? Ça s’agite, bien évidemment le combat commence même si les deux femmes et l’homme près des gardes ne peuvent changer ce qui a été ordonné par le roi.

Ce n’est pas qu’elle approuve. C’est juste… ils ne peuvent rien faire. Ce n'est pas les quelques Naoris, pas les quelques révoltés Rahjaks contre cette façon de vivre qui fera  que les choses bougeront par ici. Tout restera pareil au même après cette mésaventure dans les arènes qui sera vite oubliée comme ils ont oublié les mines de sel. La réaction de la foule ne se fit pas attendre à la sentence du Roi. Ils n’auraient pas du venir mais ne méritaient pas de finir leurs jours ici, qu'il n'y en ait pas d'autres comme elle. S’ils se doutaient de comment étaient réglées les choses ici, ils n’en savent qu’une petite partie d’un problème trop grand pour eux qu’ils pensent pouvoir résoudre. Elle ne reste pas alors que la foule s’agite, envoie certains sur le sol bons à se faire piétiner, elle ne veut pas être de ceux-là. Elle joue des coudes pour s’en sortir mais ne parvient pas à retrouver le groupe qu’elle pense être à même s’en sortir le plus rapidement possible de ce trou à rat, parce que c’est mieux pour eux, c’est mieux pour eux tous. Pour elle aussi si elle ne veut pas terminer blessée ou dans l’arène, peut-être que les gladiateurs en profitent eux aussi pour s’en tirer, ils ont les armes pour même si les gardes ne sont pas loin. Tout le monde se bouscule, elle reconnait une noiraude qui était avec celle qui s’est fait arrêtée, la bouscule avec raison parce qu’elle semble chercher ceux qui sont partis, celle qu’elle ne pourra retrouver même en la cherchant sauf en finissant derrière les barreaux, un endroit qui ne la mènera à rien. « Bouge ! Les autres sont déjà dehors. » Elle croit, elle ne sait pas avec certitude qui est dehors et qui est à l’intérieur, y’a trop de monde, trop de foule. Elle aurait préféré rester chez Astrid à faire le ménage plutôt que de se retrouver ici parmi tous ces gens qui l’insupportent, même les Naoris mais pourtant la voilà qu'elle aide l'une d’entre eux. « Tu ne peux plus rien faire pour elle, avec un peu de chance elle s’en sortira. » Comme eux tous. Elle en doute mais une note d’espoir est si rare venant de sa part qu’il est bon de la prendre en compte.

Spoiler:
 

Accro des points
avatar
11/05/2018 Laenai / Alicia Jude & Lulu ♥ 2253 Willow Shields Laenai Princesse ~ Apprentie Sorcière Rahjak 440
Accro des points


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Lun 3 Sep 2018 - 14:43

Tout se passait si vite. Irina me confirma ce que je savais déjà et anéantis tous mes derniers espoirs : ce n'était pas une erreur. Elle s'approcha de moi et me chuchota de ne pas m'opposer plus à mon père. Selon elle, je devais être patiente. Le problème, c'est que je ne l'étais pas vraiment. J'étais curieuse et je n'aimais pas que l'on me cache les choses, alors que c'était le cas depuis ma plus tendre enfance. Jamais on ne me demandait mon avis, et jamais on ne me disait ce qui allait se passer. Je me sentais mise à l'écart, et je souffrais de plus en plus de cette situation. J'aurais tellement aimé pouvoir donner mon opinion et discuter avec eux plutôt que de découvrir les choses en même temps que le peuple...

Heureusement, le conseiller se calma mais il fut rapidement maîtrisé par les gardes. Rowena menaça alors Irina en affirmant que ma cousine désirait nous tuer pour s'asseoir sur le trône. Cette révélation me choqua mais je n'en crus pas un mot. Comment la conseillère Naori pouvait-elle mentir aussi ouvertement ? Elle voulait certainement voir tomber Irina... L'étrangère se tourna ensuite vers moi et sembla me donner un conseil : selon elle, je devais écouter et apprendre par moi-même. Le bien et le mal étaient subjectifs et je devais douter de tout. Troublée, je ne fis qu'acquiescer légèrement pour lui indiquer que je l'avais entendue. Je ne comprenais pas encore le sens de ses paroles, mais après ses mots envers Irina je n'étais pas très ouverte à les analyser.  D'autant plus que tout se déroulait vite et qu'Isaak la fit arrêter par les gardes, après m'avoir demandé – ou plutôt ordonné avec force – de me rasseoir.

Mon père intervint enfin mais, comme je m'y attendais, ne fit rien pour calmer la situation. Il ordonna bientôt qu'on arrête également Harlan et tous les Naoris présents dans l'arène afin de les jeter aux cachots. Jamais en venant à ce qui devait être une fête je ne m'étais imaginé que cela se terminerait ainsi. Après tout ce que je venais d'entendre, je préférai rester silencieuse. Je me sentais si démunie et impuissante face à cette violence qui déferlait sur cette cité tant aimée... Quand Arkhip me regarda enfin, je lus dans ses yeux que je l'avais déçu. Peut-être pire, même. Il était dégoûté. Mais comment aurais-je pu me taire face à tant d'injustice ? Il s'adressa à peine à moi et intima plutôt aux gardes de me ramener dans ma chambre. Je n'avais plus le choix, je devais obéir. Mais avais-je déjà vraiment eu le choix ?

Le conseiller se débattait alors qu'Irina émit l'intention de m'accompagner. Ses mains posées sur mes épaules me rassurèrent, mais quelque chose dans mon cœur venait de se briser un petit peu plus. J'aimais mon père, mais il semblait faire si peu attention à moi. Et, quand c'était enfin le cas, je le décevais... La tête baissée, je suivis Irina et les gardes sans plus un mot. Irina, quant à elle, faillit tomber mais se rattrapa de justesse à l'un des gardes. Elle rit de cette mésaventure, mais je n'avais pas le cœur à rire pour ma part. Nous sortîmes de la loge royale et elle ne put que remarquer ma tête. Elle tenta de me rassurer en me disant que cela aurait pu être pire, mais à mes yeux rien ne l'aurait pu.

- Le pire, c'est que je ne comprends pas pourquoi il a fait cela... Crois-tu que cela nous mènera à une guerre ?

C'était certainement la chose que je redoutais le plus. J'avais entendu tellement d'histoires sur des guerres dévastatrices, parfois causées par de petits incidents. Et ici, cela ne me semblait pas du tout être un petit incident...

Alors que nous marchions en direction du palais, je remarquai qu'il y avait plusieurs mouvements de foule. Peu de gardes nous accompagnaient, car il avait fallu maîtriser les conseillers et rester pour protéger le roi et son héritier. Selden leur intima de séparer la foule et ils tentèrent de le faire pour nous laisser passer. Malheureusement, un jeune homme recula et me bouscula, me faisant tomber par terre. Sans attendre, les gardes l'écartèrent avec force et Selden me tendit la main pour m'aider à me relever, vérifiant que je n'avais rien.

- Ça va, je vais bien, dis-je en époussetant ma robe et mes mains, qui affichaient de petites égratignures. Elles n'étaient rien comparé à ce que je ressentais au fond de moi...

Spoiler:
 

avatar
09/08/2016 Chiimaira / Adrien 372 jake gyllenhaal ava: thinkky; icons : vocivus. garde royal; combat + stratégie rahjak 0


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Lun 10 Sep 2018 - 15:48

A Beautiful Lie under the Burning Sun.

A peine l’opposition interne mise à genoux, Arkhip se tournait déjà vers une autre combat, à croire que le vieil intrigant ne savait vivre autrement que dans le conflit. Cet esclave naori propulsé dans l’arène, ce n’était ni plus ni moins qu’une déclaration de guerre camouflée, et il fallait au moins avoir la naïveté de Tasha pour croire que ce n’était qu’une vulgaire erreur.
Et après le sourire narquois - qui révélait par ailleurs toute la laideur de ses intentions -, la colère du monarque. Arkhip clama haut et fort l’ingérence Naori dans les affaires Rahjak lors de l’affaire de la délégation Pikuni, et sema par la même occasion le doute dans l’esprit de Selden. De quel droit ces prétendus pacifistes s’étaient-ils attaqués à son peuple ? Quand bien même Selden rejetait la royauté, il refusait catégoriquement que quiconque n’appartenant pas au peuple rahjak s’en mêle. Un vent de colère souffla sur ses sentiments houleux, et le fit douter de l’aide qu’il souhaitait apporter aux étrangers quelques secondes auparavant. Si Arkhip disait vrai, Selden n’était plus sûr de vouloir apporter son soutien Rowena et ses semblables. Mais s’il les délaissait, n’aidait-il pas, par la même occasion, cette dictature qu’il méprisait tant ? Que devait-il faire ? De quelle façon agir ? Il dévisagea chacun d’un regard stupéfait et perdu, démuni par ce choix qu’il pensait devoir faire.

Ironiquement, ce fut le Roi qui lui offrit une porte de sortie et mit fin à ses tergiversations. Il en fut presque soulagé, même s’il n’admettrait jamais cette couardise passagère.
Tasha l’insolente devait être raccompagnée à ses quartiers, aussi Tasha il escorterait, car tel était son rôle. Il capta le regard d’Irina, qui s’était proposée de partir avec la cadette, et hocha la tête pour la suivre, abandonnant la délégation Naori à son triste sort, ainsi que tout espoir de les allier à sa cause, pour le moment. Son regard se fit plus serein, presque résolu. Oui, il aurait d’autres occasions de les approcher, car s’il se dévoilait maintenant tout serait perdu.

Selden resta muet sur le trajet, pensif. Distrait. Elle l’avait surpris, la gamine, à tenir tête à son géniteur. Peut-être que la mise à mort de son presqu’amant par Isaak avait renforcé son caractère, ou peut-être n’était-ce que le gêne Draghsteel de l’insolence - dont Irina avait plus qu’hérité - qui faisait tardivement surface chez la dernière née ? Le temps passant, il s’égarait en de futurs plus qu’improbables, d’un mouvement rebelle vainqueur, d’un soulèvement populaire dont Tasha serait le catalyseur.
Passé les loges relativement tranquille de l’arène, ce fut un vrai bazar. La cité était sens dessus-dessous. Devant eux, la foule ne tarda pas à leur faire blocus, et Selden fit son possible pour écarter les importuns. La réaction du peuple ne l’étonnait pas : entre la mort de leur champion, et la capture des Naori, c’était la panique en ville. La dernière fois qu’il avait assisté à une telle débandade, c’était lors de la tentative d’assassinat d’Arkhip par Shell. Il grimaça à ce souvenir douloureux, et perdit les pédales un instant suffisant pour qu’un imbécile lui échappe et percute Tasha. Selden jura dans sa barbe et se précipita au secours de l’ingénue.
« Rien de cassé, Princesse ? » Il l’aida à se relever, la mine grave. Il se fit plus sérieux et injonctif, prenant les choses en main.« Dame Irina, tenez lui fermement la paluche. » Puis il aboya à ses collègues : « Resserrez les rangs ! Ne laissez personne passer ! Dégagez-moi tous ces abrutis du chemin de la Princesse, ou je donnerais personnellement chacun de vos noms au Roi pour qu’il sache quels incapables ont failli à la protéger !!!  » Il donna l’exemple en repoussant d’un grand mouvement de pied celui qui s’était écrasé sur Tasha, et balaya une portion de la foule de son bouclier.
La route jusqu’au Palais ne serait pas de tout repos, mais il lui faudrait être exemplaire pour endormir encore plus la méfiance d’Isaak, qui en ces temps troublés soupçonnait son prochain plus que jamais.

Spoiler:
 

avatar
15/05/2018 Haeny 428 Jon Bernthal Laenai aka Tasha <3 pisteur et guerrier Rahjaks 10


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Jeu 20 Sep 2018 - 20:11

Isaak serrait les poings. Sa colère était à présent entièrement dirigée vers les conseillers Naoris qui avaient eu l'audace de s’en prendre à la royauté Rahjak. Sa famille. Et alors qu’Arkhip révélait les informations cruciales que lui et ses hommes avaient obtenues à grands renforts de recherches, de tortures et d’efforts, sa rage ne faisait que croître davantage. S’il haïssait son père, Isaak devait bien reconnaître que son autorité et son charisme avaient de quoi imposer le respect. En quelques mots, il fit taire les insolents et mena la discussion d’un ton à la fois impérieux et accusateur.

Isaak sourit presque en voyant la mine déconfite d’Harlan, qui se décomposait à mesure que le Roi s’exprimait. S’imaginait-il vraiment que les Rahjaks n’enquêteraient pas sur cette attaque ? Les Naoris les prenaient-ils vraiment pour des imbéciles ? Bien qu’il désapprouvait la méthode peu subtile de son père, Isaak ne put qu’apprécier l’ascendant qu’ils venaient de prendre sur leurs invités, pris à leur propre jeu.

Arkhip soutint sa décision logique d’arrêter Rowena, mais ajouta Harlan sur la liste. Isaak serra les dents. Il venait de comprendre que les temps où il sympathisait à loisir avec les conseillers Naoris était définitivement révolus. Ils seraient officiellement ennemis. Soit. Il toisa Harlan avec un mélange de déception et de colère dans le regard. Paniqué, le Naori semblait chercher une issue, dans un élan désespéré de détresse. Que c’était pathétique. Avant qu’un garde ne l’assomme, Isaak lança dans sa direction
Les Rahjaks n’oublient jamais, conseiller. Et il scella de la sorte son amitié factice avec ce dernier.
Le Roi avait entretemps posé une main lourde de sens sur son épaule. Une main qui lui signifiait tout son soutien, mais qui rappelait également la domination que son père souhaitait garder sur lui. Une domination empreinte de menaces. Isaak se dégagea subtilement pour se diriger vers les derniers gardes présents dans la loge :
Vous avez entendu le Roi… Faites passer l’ordre. Arrêtez tous les Naoris. ARRETEZ-LES !
 Le message se propagea rapidement dans toute l’arène, selon le souhait d’Arkhip… comme toujours.

Isaak posa ensuite les yeux sur sa sœur, l’insolente qui ne cessait de le décevoir. Alors que celle-ci se mettait en route vers le Palais, accompagnée de Selden et d’Irina, Isaak partagea à demi-mots ses craintes avec sa cousine :  
Il faudra qu’on s’occupe de son cas… Quand les choses se seront calmées. murmura-t-il en désignant sa cadette du menton.
Pour l’heure, il comptait sur Irina et sur Selden pour la ramener en sécurité au palais. Tasha n’aurait pas dû venir. Les choses auraient été beaucoup plus simples.

Le Prince se tourna ensuite vers ses hommes. En tant que représentant de l’autorité royale et chef de la garde, il se devait de participer aux arrestations, même s’il n’y avait rien de glorieux à interpeller des étrangers désarmés.
Silas. Mes armes.
Une fois qu’il fut armé et ceint d’un cuir ferme en guise de protection, Isaak plongea dans la foule… Un peu trop vite. En quittant la loge royale, le Prince fut surpris par l’ampleur du mouvement de foule, et fut bousculé par plusieurs citoyens qui tentaient de fuir les lieux. Il trébucha lourdement.
Sire !
Ca va ! cracha-t-il en se relevant prestement. Il envoya un coup de cimeterre à l’importun qui l’avait fait basculer. Arrêtez-les ! Je veux tous les voir pourrir dans les cachots dès ce soir.
Et Isaak mena ses troupes vers le cœur des gradins.

Spoiler:
 

Admin
avatar
28/05/2014 Le Grand Manitou 1985 Nobody 265
Admin


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Ven 21 Sep 2018 - 14:45

A BEAUTIFUL LIE
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Under the burning sun


C'est la cohue, la mêlée, on dirait presque que le combat des gladiateurs a été transposé au sein de l'arène. Il y a des chutes en cascade, et quelques malheureux se font écraser par la foule. Les ordres du roi sont clairs, et la garde veille, agrippant tous les récalcitrants avec en partie l'aide de la population.

Caleb et Artemia parviennent à s'échapper de l'arène, restent cachés dans une ruelle de la cité, tandis que les autres Naoris se font emmener aux cachots, situés sous le palais. Comme pour préfigurer le triste sort qui les attend, l'esclave Naori, l'agneau sacrificiel d'Arkhip, est mort, gorge tranchée.

Au bout d'un temps trop long, bien trop long, la foule se calme, le combat de gladiateurs est terminé. Le Roi ne proclame pas pour autant les festivités terminées. Si certains membres de sa famille sont désormais à l'intérieur du palais, ce n'est pas le cas de tous. Il enjoint la populations à continuer de profiter des festivités de rue, en attendant que le pan religieux de la fête puisse s'amorcer. Quelques heures, pendant lesquelles les Rahjaks reprennent leurs esprits, tandis que les Naoris sont confinés aux cachots, ne sachant pas quel destin les attend. Ceux-ci sont réduits à des bêtes de foire, comme les jeunes du ciel qu'ils ont libéré il y a si longtemps...les citoyens rahjaks peuvent venir les tourmenter et les railler, en attendant les prières. Le temple de feu ouvre bientôt ses portes pour accueillir les familles...et leurs sacrifices.

***

En marge de ces mouvements, cependant, il y a les Naoris qui ont échappé aux gardes et les Rahjaks qui ne sont peut-être pas des partisans de ces traitements, qui songent peut-être à éviter de précipiter leur peuple dans un conflit. La garde est serrée, les fidèles du roi patrouillent. Faut-il essayer de quitter la cité et prévenir les autres, en sachant que les portes se referment à la tombée de la nuit ? Faut-il tenter de désamorcer les tensions en interpellant la famille royale ou encore en faisant s'échapper les Naoris ? Il y a plusieurs possibilités, mais le tout est de ne pas se faire prendre. Car la trahison n'est jamais bien vue dans la cité.



En bref



• Les Naoris sont emmenés aux cachots, sous étroite surveillance. Ça se calme petit à petit dans les rangs rahjaks et les combats sont terminés. Cependant, il est toujours possible de profiter des festivités et, si l'on se sent d'humeur sadique, d'aller tourmenter les Naoris dans les cachots. Les heures passent lentement et bientôt, en début de soirée, le temple de feu ouvrira pour laisser place aux familles venues prier et offrir des sacrifices.

• L’intrigue se déroule le 21 Juin 2118 et il y aura une intervention de Game Master environ toutes les deux semaines.

• Aucune limite de mots n’est donnée même si pour la fluidité du jeu, essayez d'éviter les énormes pavés (n’oubliez pas le petit résumé en spoiler !) et aucun ordre de passage n’est à respecter, pensez juste à laisser deux posts avant de reposter !  

• En cas de questions ou de besoin de précisions, n’hésitez pas à MP un membre du staff !


Amusez-vous bien


avatar
18/12/2017 Léonard // Phoebus Raphaël D. Ansvor 640 Michael Fassbender Zoologie // Orientation Naori 168


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Dim 23 Sep 2018 - 13:18

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Under the burning sun
Intrigue 22


Elle n’avait peut-être pas tord, la Rahjak, quand elle pensait qu’il s’agissait d’une menace, peut-être avait-elle même raison. Tu aurais aimé être l’un de ceux qui prennent les armes pour venger la mort de ce Naori au coeur de l’arène, tu aurais pu céder à ta colère, céder à tout ces sentiments contradictoires qui circulaient lors dans tes veines. Te réjouir même de voir ce peuple se retrouvant en proie à lui même… Pourtant malgré la colère tu n’arrivais pas à avoir pour eux autre chose que de la pitié. De la pitié pour laisser un roi pareil au pouvoir, de la pitié pour ne pas se soulever, de la pitié pour tout les innocents si tant est qu’il y en ait. Sans doute méritaient-ils tous de mourir au fond de leurs propres cachots, après que vous en ayez sortit les vôtres… Mais tu étais un Naori, la haine pure n’est pas dans votre sang.

Durant les heures qui avaient suivies les arrestations, tu n’avais pas quitté ta capuche ni l’ombre de la cité, détournant le regard pour éviter les gardes, utilisant tes connaissances pour rester dans le plus grand silence… L’homme n’est après tout qu’un animal qui suit les ordres. Tu avais retourné toutes les situations dans ta tête : Fuir, rejoindre le village et les prévenir, revenir libérer les vôtres. Fuir, prévenir les vôtres et vos alliés. Rester et ramener tout le monde. Ou dans le pire des cas, rester et vous faire enfermer, toi et la jeune femme que tu avais rejoins, parce que dans un élan d’héroïsme, tu te faisais avoir.
Il va sans dire que le rôle premier de Conseiller aurait été de fuir.
Pourtant tu avais laissé parlé l’ami, l’humain, les presque quarante années que tu avais passé sur Terre à voir grandir la tribu que tu chérie tant, tes amis sont aux cachots, ton peuple derrière des grilles… Tu serais coupable de les laisser ici. S’ils ont égorgé l’un des vôtres… Ils recommenceront. Et la seule réponse que tu n’as pas c’est « quand ».

Alors tu as laissé tomber la chaleur, l’hystérie des rues est peu à peu redescendue, rendant à la cité une apparente paix… C’est un jour festif et tu te retiens de ne pas interférer dans leur bonheur, leurs sourires te mettent en colère, leur joie hypocrite t’irrite et tu dois plusieurs fois te retenir de ne pas intervenir dans certaines discussion entendu au détour d’une rue ou de l’autre… Ils pensent que les Naoris sont tous aux cachots, s’ils savaient que dans leurs rues, les tiens arrivaient encore à se faufiler, que certains avaient déjà du reprendre le chemin des dunes pour rentrer au plus vite. Sans doute attendront-ils la nuit pour fuir, profiter du noir du désert pour camoufler leurs pas, de la fraicheur pour ne pas être ralentis…
Tu as l’impression que le sable colle à ta peau, que même si la chaleur de la journée est tombée, tout ton être brûle… Et tu sais qu’il faut faire vite, inutile d’être chaman pour ça, tu as l’impression qu’il sera trop tard bientôt. Tu refuses d’être le témoin d’une autre tuerie juste parce que tu es arrivée en ‘retard’ ; Tu as faussé la compagnie d‘Artémia quelques temps, lui expliquant que vous seriez plus en sécurité pour trouver des abris séparés mais lui expliquant tout de même que non, tu ne rentrerais pas sans les tiens.

Tu t’es glissé au coeur de la cité, la baisse de lumière est une réelle aide et si tu te méfies du moindre passant, tu profites pourtant de leur présence pour te glisser dans des groupes circulant sans se connaître, flot d’êtres humains, tu as parfois l’impression qu’un regard s’arrête sur toi, fronce les sourcils, mais ne dit rien… Parfois tu as la jugeote de changer de flot parce que tu te sais en danger. Tout se joue d’impressions et d’espoir quand on est recherché et en danger.
Tu finis par y arriver, les cachots ne sont plus très loin et tu entends sans soucis les railleries et moqueries du peuple que tu tentes encore de voir comme innocent, tes poings se serrent alors que tu avances. C’est avant de pouvoir entrer que la boule d’angoisse se loge dans ta gorge comme une balle, et si tu n’y arrivais pas, si au final, la foule venaient à être un flot semblable à un raz de marrée qui serait ta perte?
Il est trop tard pour faire demi tour et malgré toi tu ne peux que chercher la présence d’autres Naoris suicidaires autours de toi ; Vous êtes certainement plusieurs à vous êtres échapper, à vouloir les sauver. Tu espères qu’Artémia arrivera elle aussi à approcher ou à fuir… Un coup de main ne serait certainement pas de trop.

Et enfin, derrière les voix, dans la lumière orange des lieux, se dessinent les cachots. Cages de fer retenant des visages connus. Tu t’assure d’être correctement caché sous les pan de tissus que tu porte, camouflé dans la foule entre foulard et autre tissu protégeant de la chaleur du désert.
Tu joues des coudes et des épaules pour te glisser jusqu’aux grilles, tu remarque les gardes à gauche et à droite, ce qui te tire la grimace… Ils ne sont pas là pour toi, ils sont là pour veiller que rien n’arrive à leurs otages.. Tu n’es pas un otage, pas encore.
Et enfin tu réussis à poser une main sur la grille froide, si près mais si loin de pouvoir leur venir en aide. Un regard autour de toi, balayant les dangers et autres risques. Tu attends de croiser leur regard, un seul suffira, intimer le silence d’un froncement de sourcil pour laisser glisser un « On va vous sortir de là. » Qui ça, on ? Toi et tes idées saugrenues, suicidaires et dignes d’un gamin? Qui vous sauvera quand tu sera derrière les barreaux? Cependant tu n’attends pas bien longtemps auprès des grilles, de peur d’attirer trop l’intention, tu te recule dans la foule…

S’il y a des clefs ou un moyen de sortir, ce n’est pas de front. Il va falloir t’approcher des gardes, le plan, tu le trouvera ensuite.
©️ FRIMELDA


Spoiler:
 

avatar
03/05/2018 Margot. 378 Karrueche Tran likeanewday, Elow de mon coeur (avatar) Apprentie conseillère druide (notion de soin et orateur/diplomate) Naori 30


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Sam 29 Sep 2018 - 11:42




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

a beautiful lie

under the burning sun

La tête était lourde, douloureuse alors qu’elle ouvrait péniblement les yeux. La réalité venait lui serrer la gorge, elle était là, prise au piège, comme tant d’autres. Son corps tout entier était douloureux et maintenant que l’adrénaline s’était éteinte, elle sentait les bleus, les traces de cette lutte ridicule qu’elle avait menée. Elle inspira longuement comme pour chercher à se recentrer, à se retrouver mais elle avait la sensation qu’elle était loin, loin d’ici, qu’elle avait abandonné tout ce qu’elle était, qu’elle s’était abandonnée.  La tête en arrière, les yeux fermés, elle se blâmait. Elle se blâmait pour son comportement dans cette arène, pour sa situation ici et maintenant mais aussi pour celle de tous ceux qui était avec elle dans ce cachot. Elle espérait que dehors, Caleb, Artemia et les autres avaient pu s’échapper, elle espérait qu’ils étaient loin d’ici. Elle espérait, mais elle n’y croyait pas une seule seconde. Bordel, elle s’en voulait, parce qu’elle avait le sentiment que tout cela aurait pu être évité, ils n’auraient jamais dû mettre les pieds dans cet enfer. Dans cette cage, elle ne pouvait plus rien faire, elle se sentait démunit et les railleries du peuple Rahjak n’était rien en comparaison aux remarques cinglantes qu’elle avait pour elle-même. Elle était anéantie, ne restait en elle que les braises d’une colère dévastatrice.

Ouvrant les yeux, elle osa enfin regarder furtivement en direction de son mentor. Non, elle ne pouvait pas le regarder dans les yeux, elle ne pouvait pas lui laisser deviner le fond de sa pensées, le feu qui l’avait animé. Pourtant, elle aurait dû aller vers Harlan et Rowena, ne serait-ce que pour leur demander ce qui c’était passé là-haut, comment les choses avaient pu déraper à ce point, elle aurait dû chercher à comprendre pourquoi le Roi avait donné cet ordre. Cependant, elle n’était pas capable d’ouvrir la bouche, d’articuler quoi que ce soit, elle se sentait vide mais elle savait que ce prétendu roi prenait des décisions toutes aussi vides de sens. Elle souffla, se murant dans son silence en dépit des passages de ce peuple qu’elle méprisait, pour lui rappeler que derrière ces barreaux, elle n’était plus. Elle les ignorait, ces monstres.

Pourtant, un regard plus insistant que les autres la fit relever les yeux. Son sang ne fit qu’un tour alors que le visage de Caleb lui apparaissait, derrière ces grilles, libre. A quoi jouait-il ? Pourquoi était-il là ? Ashiri planta son regard dans le sien, un regard qui le suppliait de partir, de se sauver la mise. Il ne pouvait pas se faire prendre lui aussi. Elle resta silencieuse, craignant la suite. « On va vous sortir de là. ». On ? Ashiri lui fit un signe négatif de la tête, pas parce qu’elle ne voulait pas sortir d’ici mais parce qu’il y avait déjà assez de Naoris, anéantis, recroquevillés sur eux-mêmes dans ces cachots. Elle voulait être sauvé mais pas au péril d’autres vies. Caleb délaissa les barreaux et la jeune femme sentie une boule se former au creux de son ventre, craignant la suite.





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Spoiler:
 

avatar
18/04/2018 isis/Sara Isaïah 203 Emmy Rossum ava: even, sign: crackintime chaman / oratrice & gardienne du savoir naori (kovarii de naissance) 101


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Mar 2 Oct 2018 - 9:37

En vie… Libre… Un rire hystérique menaçait d’emporter la jeune chamane qui respirait à pleins poumons l’air vicié de la cité de feu. Vicié, pas tant par l’odeur que par la puanteur des actions de ce peuple. Elle ne comprenait pas comment ils avaient pu agir ainsi. S’ils voulaient les capturer, les tuer, pourquoi ne pas l’avoir fait des semaines plus tôt dans le désert ? Pourquoi avoir fait croire à un désir de paix ? Elle aurait voulu poser ses questions à Caleb, mais quelque chose dans l’attitude du conseiller avant qu’il ne lui fausse compagnie l’en avait empêchée. D’autant que… Elle craignait fortement qu’il n’agisse en tête brûlée et ne se retrouve avec les autres aux cachots. Il ne resterait alors plus qu’elle pour prévenir les leurs au village. Que feraient-ils, dès lors, si trois conseillers et une apprentie conseillère se faisaient exécuter par les Rahjaks ? A n’en pas douter, ce serait la guerre. Mais ce serait, également, une période de trouble pour les siens. Devait-elle donc tenter de le retrouver et de le faire changer d’avis ? Tenter d’aller libérer les autres ? Tenter de sortir de la ville ? Aucune solution ne lui semblait réellement bonne. Pourtant, elle-même choisit cette dernière, le cœur serré. Parce qu’elle laissait Tamara, et Ashiri. Parce qu’elle laissait les conseillers derrière elle. Mais c’était pour mieux revenir les libérer plus tard. Pourtant, elle se sentait lâche d’agir ainsi. Mais il fallait que quelqu’un sorte de la cité pour raconter ce qu’il s’était passé.

Ce fut donc ce qu’elle entreprit : trouver une issue, trouver une monture pour retourner chez les Naoris et les prévenir de ce qui courrait : une guerre certaine et sanglante; le tout, sans être vue.

Spoiler:
 

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7437 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 625
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Mar 2 Oct 2018 - 12:05

La douleur physique est sourde. Presque secondaire. L'inconfort, l'ecchymose qui naît doucement sur ton visage, tout ça, tu peux les sentir, mais de façon distante, comme si tu t'étais déjà détaché de tout ça.

Engourdi. Engourdi par ces erreurs commises, qui condamnent ta tribu. Parce que tu as joué aux échecs et perdu et que tout ça est en partie de ta faute. Les mots d'Isaak résonnent de façon sourde dans ta tête, une menace bien réelle, tu le sais. « Les Rahjaks n'oublient jamais, conseiller. »

Est-ce le début d'une guerre ? Une guerre que vous avez toutes les chances de perdre ?

Il y a trop de choses entremêlées, entre vous et les Rahjaks. Trop de menaces, trop d'accidents, trop de réparations hâtives, trop de méfiance. Un affront qui se fait contrer par un autre et ainsi de suite, en un cercle vicieux.

Tête baissée, tu essaies de laisser glisser les regards et railleries des Rahjaks, comme l'eau sur les feuilles. S'il n'y avait l'inconfort de la terre presque froide des sous-sols – en comparaison aux rues de la cité de feu, baignées de soleil – peut-être aurais-tu réussi à totalement t'évader par la pensée. Mais peut-être pas non plus : tu n'as jamais été le plus doué pour la méditation. Et sûrement serait-ce trop égoïste de chercher à te soustraire à ces difficultés. Tu n'es pas seul, ici, tu devrais soutenir les autres Naoris, en ta qualité de conseiller, mais honnêtement, tu n'as pas l'énergie pour. Tu n'as pas l'énergie pour, quand tu sais ta part de responsabilité dans ces malheurs. La bile te monte à la gorge. Les mots de Rowena, si acides, te reviennent en mémoire. « C'est la tribu que tu mèneras à sa perte. » Elle avait eu tellement raison.

Tu avais espéré t'améliorer. Tu avais essayé de changer, de moins avoir recours à ces bassesses et jeux politiques. Tu avais fait des efforts, pour moins voir tout de façon froide, calculée. Tu pensais t'être débarrassé de ces schémas de pensée. Mais voilà que tes erreurs, tes choix, venaient te hanter, déclencher l'engrenage d'un conflit dont tu n'as peut-être pas mesuré toute la portée. Dépassé par tes machinations, impuissant face à ce que tu avais déclenché, il y avait si longtemps. Tu avais été fou de croire tout oublié.

Tu cherchais un moyen de sortir de cette situation, mais tout ce que tu avais était du vide. Vide d'idées, vide d'émotions. Comme si tu n'étais plus qu'une coquille vide et qu'on t'avait laissé là-haut, à voir un membre de ton peuple se faire massacrer pour l'amusement des Rahjaks. Tu n'arrivais pas à trouver de solution, et tu n'avais pas beaucoup d'espoir sur votre situation. Tu n'avais jamais été le plus optimiste du lot, pour commencer.

Une ombre tombe sur vous, une énième. Tu ne relèves pas le regard, t'attendant à un énième Rahjak. Pourtant, quand la voix te parvient, les muscles de ta nuque se raidissent. Ce n'était qu'un murmure, à peine audible, mais tu connaissais trop bien la voix de ton ami pour ne pas la reconnaître. Tu relevas lentement la tête, juste assez pour voir réagir avant toi, secouer la tête. La bonne décision, assurément. Car tu n'arrivais pas à réfléchir correctement, quand tout ce que tu avais en tête, comme les paroles d'un fou qui se répétaient, était : il n'aurait pas dû être là. Caleb était censé être au village, en sécurité. La situation était déjà assez horrible, avec Rowena, Ashiri et toi-même capturés, en plus des citoyens Naoris saisis. Mais tous les conseillers, dans la cité de feu ? S'il vous arrivait malheur, si vous mourriez aujourd'hui, qui prendrait la relève ? Karah et Rürik pourraient-ils tenir la tribu à eux seuls ? Tu ne voulais pas qu'il arrive quelque chose à Caleb. Pas plus que tu ne souhaitais qu'il arrive malheur à Ashiri ou Rowena, mais Caleb...Caleb pouvait s'en sortir. Tu espérais de tout coeur qu'il ne joue pas avec le feu, qu'il n'essaie pas de vous libérer seul, en risquant sa propre vie par la même occasion.

Tu aurais voulu lui dire de partir, de fuir tant qu'il était encore temps, mais ta gorge était nouée, tandis que tu voyais la forme de ton collègue s'éloigner. Tu échangeas un regard avec Ashiri, le premier depuis que vous vous étiez retrouvés enfermés ici. Tu ne savais pas quoi dire, quoi faire. Et inconsciemment, déjà, tu songeais qu'il s'agissait là d'adieux.


Spoiler:
 

avatar
29/01/2017 I/RiverSoul Tael & Oz & Hyacinthe & Ten & Elouan 1144 Imaan Hamman Lux aeterna & Mini-miller ( Hela ) & kawaiinekoj Sentinelle / Artisan ( potier ) Naori 30
❄ ☩ Le ≈ Monde ∈ Du ∋ Six ≈ lances ☩ ❄


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Mer 3 Oct 2018 - 17:47

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Naoris & Rahjaks @Tamara #ABeautifulLie


« T’es folle Tam ! » lui souffla Mia [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] alors que le reste de ses arguments furent étouffés par la foule qui s'agitait un peu trop. Tamara déjà grande, se haussa néanmoins sur sur la pointe des pieds pour observer ce qui se tramait dans la tribune, enfin la loge royale.

Oh ça devait s'apparenter à une mascarade tout ça, ils n'oseraient pas arrêter les conseillers tout de même ! Mais si une rumeur insensée parcourait les oreilles et les bouches des êtres rassemblés ici, on devait arrêter tous les naoris. Avant de pouvoir prononcer un mot, Artemia décidait de son chef de se séparer et s'éloigna d'elle rapidement. Avec fouge la sentinelle se retourna vers le lieu ou se trouvait, à ses côtés, Ashiri [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et Caleb [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] quelques minutes - secondes ? - auparavant. Malheur, elle ne distinguait plus l'homme, mais celle qu'elle se jurait de protéger se retrouvait entourée de gardes, cernée, et la sentinelle ne permettrait jamais une telle chose. Elle se préparait déjà à s'élancer vers cette dernière, le cœur en bandoulière, abandonnant tout prudence, quand une personne [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] la bouscula brusquement la propulsant dans un sens inverse.

Tamara se retourna le regard furieux pour accueillir le conseil de la jeune fille avec qui elle avait déjà échangé quelques mots un peu plus tôt, avant que tout ne prenne un tour aussi dramatique.

« Non, Ashiri vient de se faire arrêter » Hoqueta-t-elle légèrement déstabilisée par la tournure des choses. Évidement, elle saisit la bienveillance dans le geste de l'autre, Saoirse. Un peu de chance ? Non un miracle, plutôt, la voilà face à celle qui l'encourageait à trouver une sortie. Devait-elle écouter l'envie furieuse qui la parcourait de se jeter sur les traces de la chamane ou suivre la voix de la raison en profitant de l'occasion que lui offrait celle qui ne retirait rien de cette démarche ?

Après tout il faudra bien que certains puissent passer à travers les mailles pour retourner vers les autres et raconter ... « Oui merci, si je m'en sors vivante et si un jour tu as besoin d'aide je serais là ... » Alors la Naori la remercia avec un petit signe discret, elle baissa la tête afin de se faire ombre parmi tous ces gens qui s'agitaient. Elle devrait se montrer plus qu'astucieuse si elle voulait réussir à sortir entière de ce guêpier ...

Malheureusement toute cette masse s'agitait, la poussait à droite, à gauche, elle dérapa, se retrouva par terre à se faufiler à quatre pattes entre des centaines de paires de jambes qui menaçaient de l'écraser. Elle se dissimula sous une table recouverte de tissus en face d'une échoppe légèrement désertée, puisque tous semblaient goutter à la chasse aux Naoris. Tranquille, silencieuse, elle patientait pour capter le moment opportun ou elle aurait la possibilité de se sortir de ce traquenard. Non loin elle aperçu du linge, se disant que si elle pouvait s'en procurer et se retrouver vêtue pareillement que le peuple du désert ça augmenterait ses chances ...


Spoiler:
 

Admin
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel Eris Garfagnini 1120 Zoe Saldana Lux aeterna (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate Naori 89
Admin


Sujet: Re: Intrigue n°22 : Under the burning sun
Sam 6 Oct 2018 - 12:44

Il n’y avait que le calme qui s’accrochait à ses traits, malgré l’environnement qui devenait de plus en plus dangereux pour eux. Rowena se savait prise au piège, à trop vouloir jouer, et un sourire finit par se dessiner sur son visage, léger. Devrait-elle avoir peur ? Certainement. Les lames des gardes s’étaient glissées sous sa gorge, l’empêchant de respirer par trop grandes inspirations. Bien. Heureusement, ils n’avaient pas eu pour ordre de l’égorger, cela aurait rendu la suite des événements nettement plus compliqués. « Ne résiste pas. » Ca n’avait été qu’un murmure à l’attention d’Harlan, trop tard, trop lent. Elle ne percevait que du coin de l’œil l’homme tentait de se défendre, de s’arracher aux poignes, se faisant assommer au passage. Un soupir quitta ses lèvres, alors qu’on l’obligeait à son tour à se lever, à devenir prisonnière. Et elle était bien trop fière, elle apparaissait bien trop à l’aise pour quelqu’un se dirigeant certainement droit vers la mort. Peut-être était-ce un moyen de se protéger, que de vivre dans le déni de ce qui pouvait probablement arriver. Tiens, Harlan pourra scanner tout ça, s’ils s’en sortaient en vie…

Et elle s’arrêta, soudainement, à quelques pas d’Arkhip. Une lance contre le creux des reins, pour la pousser à avancer, mais elle était redevenue statue, glissant son regard sur la silhouette du roi. Les iris en étaient devenues laiteuses, alors qu’elle détaillait celles de l’homme. Aucun mot, aucun geste dans sa direction, juste un silence dérangeant. Et un sourire, trop beau par rapport à la situation dans laquelle ils s’étaient pris les pieds les Naoris. Trop heureuse par rapport au massacre qui se profilait, ou par rapport à ce qu’elle savait, voyait au-delà du corps du vieillard. Il était trop tard pour lui.

On l’arracha à sa contemplation, on la traîna jusque dans les cachots de la cité. Heureusement, la dernière fois, elle y avait échappé sur le retour, bien trop blessée et méconnaissable pour y finir. Et elle s’y était déjà retrouvée, lors de la grande battue organisée par les gardes royaux contre la Rébellion. Ah, les souvenirs… Pas très joyeux, ni agréables. Une fois les cages refermées sur eux, les barreaux empêchant toute sortie, le silence tomba, et Rowena ne fit rien pour le briser. Au contraire, elle se glissa dans un coin de la pièce, après s’être assurée qu’aucun des siens n’était blessé gravement, que tous s’en sortiraient, et elle avait médité. Elle avait ignoré les rires, et les cailloux qui devaient passer par moment. Elle avait ignoré Caleb qui s’était approché, leur avait signifié son soutien, son envie pour les faire sortir de là. Non, elle était juste concentrée sur son esprit, sur les images, sur les odeurs, sur les visions. Le reste importait peu désormais. Et plus elle s’y plongeait, plus ce qui se dessinait devant ses pupilles laiteuses laissait percevoir un sourire sur la commissure de ses lèvres.

Ne jamais croire que la situation était désespérée, tant qu’il était possible de la retourner en sa faveur…

Spoiler:
 

Contenu sponsorisé



 

Intrigue n°22 : Under the burning sun

Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» Legend of the burning sands
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-