Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Intrigue n°22 : Under the burning sun
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

avatar
03/05/2018 Margot. 378 Karrueche Tran likeanewday, Elow de mon coeur (avatar) Apprentie conseillère druide (notion de soin et orateur/diplomate) Naori 30






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

a beautiful lie

under the burning sun

Elle avait bien conscience que ses actions ne paraissaient pas raisonnées, elles ne l’étaient pas vraiment. Elle espérait seulement que certains puissent se tirer de cette arène maudite, certains Naoris. Très honnêtement, elle n’avait rien contre une émeute entre Rahjak, ce peuple était tellement violent et lui octroyait un tel dégoût qu’elle ne serait pas surprise de les voir s’arracher les boyaux entre eux. A cet instant, elle avait pus de respect pour les animaux sauvages que pour eux. Ils étaient stupides s’ils pensaient que leurs actions, les actions de leur Roi pourri n’auraient pas de conséquences. Tamara était à ses côtés, passant même devant pour à protéger mais l’apprentie le fusillait d’un regard noir. Elle était prête à en venir aux mains Ashiri, elle ne prendrait pas de coup sans se battre et comme ils étaient bloqués ici, quelle importance cela pouvait faire ? Oh cela faisait bien des années qu’elle avait ravaler l’enfant colérique qu’elle avait été mais aujourd’hui, il brillait de mille feux, c’était la haine qui la transcendait et elle se promettait que si elle sortait d’ici vivante, il n’y aurait plus que de la haine envers les Rahjak, que la diplomatie serait abolie avec ce peuple qui finalement en dépit de l’histoire, n’avait rien à voir avec eux. « Voilà, tu as bien entendu et compris ce que t'as dit la dame ? ON a pas envie de rester, ON est des invités, ON retourne chez nous parce que vous ne respectez pas votre parole ». Les paroles de Tamara faisaient écho à ses pensées et même si Ashiri s’en voulait de l’avoir entraîné là-dedans en voyant le regard du garder se durcir, son corps se tendre prêt à leur sauter à la gorge, sa loyauté lui venait droit au cœur.

C’était si tendu entre les trois protagonistes qu’il suffisait d’un geste, d’un mot de plus pour que cela dégénère. « Je pense que nos invitées ne supportent pas bien la chaleur de la cité. ». Son regard se tourna vers cette femme qu’elle avait remarqué plus tôt dans les gradins. Ashiri fulminait, froissant le tissu de sa robe entre ses doigts. Ce n’était pas le soleil qui provoquait cette haine. « Je vais les raccompagner à leur place. Merci. ». Etrangement le garde hocha la tête et recula d’un pas en dépit de son visage dégoulinant d’une profonde colère. Ashiri ne put s’empêcher de se demander pourquoi il reculait, si c’était une question de respect ou de confiance. Dans les deux cas, cette situation ne lui convenait pas même si elle avait reculé. Elle jeta un coup d’œil à Tamara, comme pour lui montrer que oui, elles reculaient mais que non, la colère ne ternissait pas.

L’apprentie n’avait que faire du regard sévère de cette femme, à ce moment, il lui en faudrait plus pour calmer les flammes de l’enfer. Il lui en faudrait plus pour avaler cette pilule de culpabilité, il ne devrait pas avoir de Naori dans cette arène, jamais. « Je vous conseille d'aller vous assoir, si vous ne voulez pas que ça s'empire. ». Ashiri laissa un rire jaune franchir ses lèvres alors qu’elle descendait d’une marche. « Parce que tu penses sincèrement que ça ne va pas empirer ? Ne soit pas naïve. ». Elle se tourna pour regarder Ariane dans les yeux. Le garde pouvait entendre, laissant cette histoire d'insolation s'évanouir mais ce n'était pas comme si elle s'en souciait. Il ne l'avait probablement pas cru de toute façon, à moins qu'il soit défintivement trop con. « La moindre goutte de sang ne fera qu’empirer la situation, merci à votre abruti de roi. ». Oui Ashiri se foutait bien d’insulter la royauté de cette cité qu’elle maudissait au plus profond de son âme. Elle leva les yeux vers la loge royale pour voir Harlan retenu par des gardes, son cœur se serra douloureusement et elle pria pour qu’il ne lui arrive rien, pour qu’il réagisse mieux qu’elle. Il fallait que l’un des deux soit intelligent aujourd’hui et ce n’était pas Ashiri. « Si les Naoris ne quittent pas cette arène, tu ne pourras pas empêcher le désastre qui s’annonce. ». Parce qu’elle ne voyait pas d’autres issu à cela, surtout si certains remarquaient que dans les loges royales, la situation semblait tourner au vinaigre. Si cette femme voulait vraiment éviter que tout devienne incontrôlable, elle n’avait qu’à aider à « convaincre » le garde d’ouvrir les portes.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Spoiler:
 

avatar
29/01/2017 I/RiverSoul Tael & Oz & Hyacinthe & Ten & Elouan 1144 Imaan Hamman Lux aeterna & Mini-miller ( Hela ) & kawaiinekoj Sentinelle / Artisan ( potier ) Naori 30
❄ ☩ Le ≈ Monde ∈ Du ∋ Six ≈ lances ☩ ❄



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Naoris & Rahjaks @Tamara #ABeautifulLie
4

Ses poings serrés contre sa poitrine, dont les battements de son cœur ressemblaient à des coups de marteau, Tamara ne reculerait pas, même sous la menace. Voilà ce que lui insufflait son esprit, tandis qu'elle se tenait aux côtés d'Ashiri [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] la valeureuse.

La tension, aussi épaisse que le brouillard cotonneux des marécages, devenait quasiment visible. Ses muscles trop tendus commençaient à la faire souffrir tandis que dans sa tête battait les tambours. Parmi tout ce bruit son attention se perdait, et elle n'entendit pas les premières phrases prononcées derrière elle par la femme si distinguée [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] qui discutait quelques instants plutôt avec la dénommée Saoirse [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien].

D'une certaine manière, Cette dernière paraissait intervenir en leur faveur, mais pourquoi ? Ça semblait suspect à la Sentinelle, que pouvait-elle en retirer à part se faire regarder de travers ? Dans tous les cas, ces paroles déplaisaient à la druidesse qui ne manqua pas d'y répondre. Ce qui indiqua un peu mieux le problème à la Sentinelle.

Retourner s’asseoir ? Maintenant ?  « Mais vous rigolez ou quoi ? A partir de l'instant ou on nous a forcés à venir dans cette arène... il était trop tard » Peut-être que Tamara aurait du montrer un peu plus de respect à cette femme, mais son caractère bouillonnant, elle le maîtrisait désormais très difficilement.

Fallait pas non plus prendre son peuple pour une bande d'abrutis mollassons ! Et croire que parce qu'il prêchait la paix ils ne possédaient pas assez d'énergie pour se défendre ?

« Et puis de toute façon c'est déjà trop tard » Rajouta d'un ton particulièrement inquiet Tamara, qui indiqua la direction de la loge royale. On y distinguait Harlan [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] avec une arme sous la gorge dans une très mauvaise position

« M'est avis que tout va dégénéré maintenant, et comme à dit Ashiri, reprendre sa place ne résoudra absolument plus rien » A moins d'un miracle. Elle dévisagea La dame, puis ensuite Ashiri, le visage interrogatif. Qu'allaient-elles faire maintenant entre le pauvre Naori qu'on désirait sacrifié dans l'arène, leur désir de s'échapper et la vie mise en jeu de leur conseiller ?


Spoiler:
 

avatar
Invité
Invité



Cité Rahjak, 21 juin 2118
Ariane reste de marbre face aux affronts des Naoris. Son menton s'est légèrement redressé pour surplomber les deux jeunes femmes que déjà par sa taille elle surpasse. Si la première lui arrive juste au dessus de l'épaule (Ashiri) la seconde fait sensiblement la même taille qu'elle. Mais Ariane se tient droite, hautaine. Elle leur avait tendue la main allant à l'encontre de son ressenti pour leur peuple, et voilà comment elles la remerciaient ? Quelles sombres idiotes, pensait-elle alors. Quand la plus jeune la tutoie, si elle ne bronche pas l'armurière s'agace face au manque de politesse dont l'étrangère fait preuve. Elle parlait fort, assez pour que le garde derrière Ariane fronce des sourcils et se crispe. S'il n'agissait pas encore, ça n'était que parce qu'Ariane se trouvait là certainement : le visage de la brune ne devait pas lui être inconnu. Naïve ? Elle ? Celles qui semblaient ne pas avoir conscience de leurs actes c'était bien elles et non Ariane. La métisse s'emporta, allant jusqu'à insulter d'abruti Arkhip devant les gardes qui écoutaient encore leur conversation. L'un d'eux s'avança d'un pas, coupé dans son élan par l'un de ses collègues. La tension se faisait de plus en plus palpable tandis que la Naori termina par une menace Si les Naoris ne quittent pas cette arène, tu ne pourras pas empêcher le désastre qui s’annonce. Cette fois, Ariane serra les poings de part et d'autre de ses hanches, souhaitait-elle réellement qu'une émeute éclate ? La mort de l'esclave ne leur était-elle pas suffisante ? Avant qu'Ariane ne pu répondre, l'amie de la Naori s'exprima à son tour bien plus défaitiste. Tout va dégénérer maintenant, et comme a dit Ashiri, reprendre sa place ne résoudra absolument plus rien. Le nom de la plus jeune était donc Ashiri. Ariane observa leurs visages un instant avant de répondre, s'imprégnant de leurs traits : car si jamais quelque chose tournait mal dans les gradins, ce serait de leur faute et Ariane n'hésiterait pas à les en tenir responsable. Elles avaient prouvé leur impulsivité et leur manque de retenue à maintes reprises déjà.

Si j'étais vous, je coopérerais. souffla-t-elle sèchement. Aussi bienveillante soit-elle, Ariane était impatiente et surtout ne portait pas leur peuple dans son coeur. Elle les avait aidé pour éviter qu'elles ne provoquent un débordement, mais si les deux Naoris refusaient de jouer le jeu alors Ariane ne pourrait rien pour elles. Et ne réitèrerait pas son élan de générosité : elles avaient suffisamment insulté son peuple pour que la Visegard daigne à nouveau lever un doigt pour ces étrangères. Sauf si vous souhaitez mettre en danger les autres Naoris en provoquant la garde royale. lança-t-elle non sans faire traîner son regard jusqu'aux loges royales où les conseillers Naoris étaient encore en mauvaise posture. Mais soit. termina-t-elle en se décalant enfin d'entre les gardes et les deux femmes. Libre à elles de continuer de jouer avec les nerfs des gardes qui avaient tout entendu : les insultes contre leur roi, leur peuple et la fatalité d'une émeute aux yeux des jeunes femmes. Elles finiraient bien par payer de leur insolence d'une façon ou d'une autre. Libre à vous de vous mesurer à la garde... sans armes et sans issue de secours... glissa-t-elle un peu fort pour que les gardes entendent, et d'un ton désintéressé qui laissait pour autant transparaître l'amusement malsain qu'elle tirait de la situation. Ariane était profondément bienveillante, mais elle était encore plus rancunière et les vagues d'injures qu'elle avait écumé avaient eu raison de son intérêt pour la vie des jeunes femmes. Tout ce qui importait à présent, c'était qu'elle-même retourne à sa place et soit proche de sa soeur. Si ces Naoris étaient suffisamment stupides pour provoquer un mouvement de foule alors que l'un des leurs était condamné dans l'arène et que leurs conseillers étaient sur le fil dans les loges, alors elle n'y pouvait rien. La seule chose qui était à sa portée serait alors de protéger Ellarya si effectivement un débordement aurait lieu.


Ariane parle en 006699
Sa robe : juste ici

Résumé:
 



Accro des points
avatar
11/05/2018 Laenai / Alicia Jude & Lulu ♥ 2253 Willow Shields Laenai Princesse ~ Apprentie Sorcière Rahjak 440
Accro des points



La situation s'envenimait rapidement, ce qui était totalement prévisible après le coup d'éclat de mon père. Faire venir un esclave Naori et le jeter en pâture devant les représentants de ce peuple ? Quelle idée machiavélique... et cruelle pour ce pauvre homme !

Bien que j'avais écouté les conseils d'Irina et avais fait profil bas, je ne pouvais pas ne pas voir tout ce qui se déroulait autour de moi. Le conseiller assis à mes côtés quelques secondes plus tôt s'était levé, demandant légitimement quel était ce cirque auquel nous assistions tous. Il ordonna à mon père d'arrêter cela avant de se diriger vers lui avec rage. Les gardes réagirent au quart de tour et lui passèrent une lame sous la gorge, le saisissant sans ménagement avant qu'il n'atteigne leur monarque. Tout s'était déroulé si vite...

Bientôt, Rowena Chaakran intervint afin de calmer le conseiller, qui n'en démordait pas. Et je le comprenais tellement... Être invité ici, chez un peuple qu'il n'appréciait pas spécialement, et devoir assisté à ça. Il s'agissait d'un piège, d'un guet-apens, finement orchestré par mon père. En entendant les bruits dans les couloirs, je n'avais jamais imaginé que tout ceci irait jusque-là. Ils étaient peut-être responsables de l'attaque du convoi d'Irina - et encore, je n'étais pas certaine que mon père en ait les preuves concrètes - mais ils ne méritaient pas cela. Arkhip avait-il perdu la tête ? Avait-il vraiment décidé de s'en prendre au seul peuple qui daignait encore faire affaire avec les Rahjaks ?

Réfléchissant un instant à une solution, je finis par me lever à mon tour. Je m'approchai des deux Naoris mais restai à une certaine distance. Je ne les connaissais pas assez pour me permettre plus, mais je devais au moins essayer d'apaiser un peu la situation, comme le faisait également Rowena.

- Conseiller, s'il vous plaît, calmez-vous, lui demandai-je d'une voix douce et le plus calme possible. Il doit s'agir d'une erreur... N'est-ce pas, père ? interrogeais-je finalement le roi, essayant de calmer le jeu. Peut-être arriverais-je à le faire changer d'avis. Peut-être était-ce encore possible...


Spoiler:
 

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 258 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 50
— SMOKE MADE OF TEARS —






under the burning sun
21 juin 2118


Irina n’était pas du genre à rester impassible face à tant de mouvement. Avec ce pauvre Naori dans l’arène, la tension avait bondi d’un seul coup sous le sourire perfide du Roi. Lui, il se délectait sans doute de ce spectacle et elle pouvait le comprendre. Elle pouvait saisir l’abominable manœuvre qu’il employait avec cet affreux spectacle et, quelque part, se disait qu’elle aurait sans doute accompli la même chose à sa place. Après tout, il était question de trahison dans une paix instable. De trahison et de faux-semblant de la part d’une tribu qui se disait pacifique. Il fallait donc leur rappelait que le danger, c’était eux, le peuple de feu. Inutile de se moquer plus longtemps, d’ailleurs, le Roi ne tarderait pas à agir et à prendre la parole. Elle le savait et ses gardes attendaient, malgré le son de révolte chez les invités. Ils pouvaient se plaindre, ça n’avait plus aucune importance désormais, car le sort des Naoris étaient scellé.

« Vous auriez dû y penser avant. » Dit-elle en levant les yeux aux ciels, face à la remarque de Rowena qui arriva à peine à ses oreilles. Mais c’était suffisant. Les forces qu'elle était incapable de contrôler… Tiens, c’était exactement ceux qu’ils auraient dû se dire avant que sa délégation ne fasse attaquer.

Face à Isaak, elle offrit tout de même un sourire compréhensif. Elle cessera son petit jeu puisqu’il le lui demande. Son manque de réactivité face à la situation ne l’étonnait pas, d'ailleurs. Isaak était le genre à vouloir analyser les choses, à vouloir les comprendre et sur ce point, elle l’admirait. Il ne ressemblait pas à son père, c’était certain. Ce n’était pas si nouveau que ça, de voir un pauvre esclave dans l’arène, se faire défoncer par un de leurs meilleurs gladiateurs. Après tout, il suffisait d’un faux pas pour qu’une telle fin soit décidée. En revanche, elle ne le rejoindrait pas tout de suite, mais d’un regard, elle espérait qu’il comprendrait : de là où elle se trouvait, elle avait une merveille vue d’ensemble.

Observatrice, raisin en bouche, elle remarqua ensuite Harlan craquer. Il lui ferait presque de la peine, presque, parce qu’elle avait compris son énervement, mais elle se demandait s’il prenais vraiment les Rahjaks pour des idiots. N'avait-il pas compris ce qui se passait ou, ignorait-il les faits et gestes de sa propre tribu ?

« Ce n’est pas une erreur, Princesse. » Ajouta Irina, se rapprochant de sa petite protégée et l’entourant d’un bras. Elle s’approcha également de son oreille et rajouta tout en douceur. « Ce n’est pas le moment de t’opposer à ton père, Tasha. Soit patiente, tu comprendras… » Puis elle posa son regard sur Harlan et Rowena, ainsi que les gardes qui seraient prêts à les attaquer si le Roi en donnait l’ordre. Roi qui, étrangement, fixait toujours l’arène. Sans doute, attendait-il que le sable soit recouvert de sang pour reprendre la parole...

« Vous devriez effectivement vous calmer et retournez-vous asseoir. » Elle aurait aimé en dire plus, balancer son venin comme elle le faisait si bien, mais puisque Isaak lui avait fait la demande… Elle tâcha d'en rester sur ce ton ferme, espérant que cela serait suffisant. En vain, se disait-elle. Pour avoir côtoyé Harlan une fois, elle le savait déterminer quand il le voulait... Et peut-être qu'un faux pas de sa part serait favorable à ses plans, à elle...


Spoiler:
 

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7437 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 625
Admin △ Underneath it's just a game



Tu dérailles, Harlan, oh oui tu dérailles. Tu vois rouge, et tu n'as qu'une envie : mettre fin à ce massacre. En tuant Arkhip, ce maudit Arkhip, s'il le faut. C'est lui, le responsable de toutes ces choses. Lui, qui jette en pâture les tiens en guise de spectacle. Et pour quoi ? Pour quoi ?

Les gardes te retiennent tandis qu'Arkhip t'observe, ses lèvres déformées en un rictus victorieux. Tu perds le contrôle, tu le sens. Ton si cher contrôle t'échappe, tes barrières éclatent et tu n'as plus que la rage pour te guider. Quelque part, de façon lointaine, tu sens la douleur, dans cette poigne trop forte qui tire et tire, dans cette lame qui pourrait si facilement te trancher la gorge si tu bougeais trop violemment. Un instant, un instant c'est tout ce qu'il faudrait. Pour que tu commettes l'irréparable mais oh, n'aurais-tu pas tenté de venger les tiens, alors ? N'aurais-tu pas agi de façon juste ?

Et puis il y a un contact, un autre, plus calme. Y'a ton nom, lâché d'une voix froide, mais bien connue, qui transperce le voile rouge. Tu sens Rowena qui te tire en arrière et tu as envie de te rebiffer, de rétorquer que non, non, tu ne lâcheras pas, ne voit-elle pas comment ils traitent votre peuple ? Cela ne l'enrage-t-elle pas ? Ne comprend-t-elle pas ? Tu veux rétorquer violemment, t'énerver, mais quand tu croises son regard, entends ses propos, tu serres les dents. Le voile rouge se dissipe un peu plus. Elle est en colère, elle aussi. Elle le cache juste mieux que toi. C'est toujours toi qui as eu le plus de mal à gérer tes émotions, quand tu ne les écrasais pas totalement.

La voix de la jeune Tasha, si douce – et si naïve – te parvient aux oreilles et achève de te faire réaliser ta situation et te calmer. Tu ne crois pas en une erreur, non, ce ne serait pas le genre du roi. Mais tu es au bord du précipice. Un seul faux geste de ta part pourrait coûter la vie des vôtres, pourrait déclencher une guerre. Et si une part de toi veut d'un conflit ouvert, veut sa vengeance, tu sais que ce n'est pas raisonnable. Que ce n'est pas sensé. Alors tu carres les mâchoires, recules et hoches la tête, pour capituler face à Rowena et Tasha. Tu n'es pas capable de parler, à cet instant, pas sans cracher ton venin. Tu gardes Arkhip dans ton champ de vision.

Voir Irina se déplacer, s'interposer de façon protectrice envers Tasha ne fit que te faire réaliser un peu plus que dans cette loge, c'était toi qui étais devenu l'élément instable, dangereux. La bête à calmer, au risque de tout faire exploser. L'attitude suffisante de la princesse te déplaît, cherchant sans aucun doute à provoquer, déstabiliser. Si seulement tu n'étais déjà pas si énervé.

« Je me passerais de vos commentaires, Princesse Irina. » réponds-tu, visage dur, dents serrées. Tu t'éloignes du roi, même si tout en toi crie que tu ne devrais pas abandonner la bataille. Mais il ne s'agit pas que de toi. Il s'agit de tout ton peuple et tu n'as plus le droit à un faux-pas.

Là, en bas, un Naori était en train de se faire massacrer. Et tu ne pouvais rien faire sans déclencher une guerre.



Spoiler:
 

Admin
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel Eris Garfagnini 1120 Zoe Saldana Lux aeterna (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate Naori 89
Admin



Les gens réagissaient, mais Rowena, elle contrôlait tout. Sa main sur le torse d’Harlan l’empêchait d’avancer, tandis que les armes se glissaient vers elle, avec hésitation. Irina répondait, et l’amusement serait presque perceptible sur le visage de la conseillère. Voulait-elle réellement jouer ? Dans ces cas-là, il n’y avait aucune raison que la chamane se retienne, surtout quand elle était si proche d’Arkhip et Isaak physiquement… « Vous me décevez Irina. » Pause, toujours aussi calme. « Mais venant de quelqu'un prompt à assassiner sa propre famille et s'allier à quiconque pouvant l'aider à monter sur le trône, plus rien ne m'étonne. » Toujours avoir un coup d'avance, ou plusieurs, voilà sa devise. Irina pensait-elle réellement que tout n'avait pas été calculé, même les conséquences des erreurs ? Son doux sourire ne quittait pas son visage. Harlan avait été très prévenant en la mettant au fait de cette partie-là. Certains penseront qu’elle le fait parce qu’elle se sent menacée, mais absolument pas. Si les Rahjaks décidaient de les tuer aujourd’hui, ils risquaient bien plus que de titiller un peuple. Non, ils auront le continent sur le dos. Qui accepterait de collaborer avec eux, s’ils savaient qu’une simple invitation pouvait s’avérer fatale…

Lentement, elle obligea le druide à retourner s'asseoir, pour ne pas risquer sa mort, alors qu'elle-même distillait le doute à chaque mot prononcé. Et la différence avec la femme était que Rowena pouvait avancer des preuves derrière les paroles. Son regard s'attarda sur Tasha, et elle continua dans sa lancée : « Si je pouvais vous donner un conseil princesse... Ecoutez. Apprenez. Et surtout, faites-vous vos propres idées. Posez-vous des questions sur tout. » Il y avait une douceur qui transparaissait dans son regard, derrière le feu de sa rage. Tasha ne risquait rien, non, leur colère allait à l’encontre du roi, d’Irina, du prince. « Je pense pouvoir assurer que le bien et le mal sont des notions particulièrement subjectives alors, doutez de tout. » Le but, ce n’était pas de mettre Tasha du côté des Naoris, non. Il fallait juste qu’elle ne perde pas sa candeur. Un jour peut-être, les Rahjaks se verront dotés d’une reine avec un tant soit peu d’intelligence et de réflexion, préférant la diplomatie aux coutumes et jeux barbares.

Elle s’était rassise, obligeant son corps à se détendre. En termes de révélations fracassantes, Rowena en avait d’autres en stock. Mais elle attendait pour le moment. Il fallait glisser les mots à l’instant opportun, pour en multiplier l’impact. Tout n’était que manipulation, mais à ce jeu-là, la chamane se débrouillait plutôt bien..

Spoiler:
 

avatar
18/12/2017 Léonard // Phoebus Raphaël D. Ansvor 640 Michael Fassbender Zoologie // Orientation Naori 168



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Under the burning sun
Intrigue 22


Tu étais supposé rester au village, c'était prévu ainsi depuis le départ et tu dois dire que l'idée était séduisante, terriblement séduisante. L'idée même de te retrouver une fois de plus en plein désert ne te mettais pas en joie et tu avais encore le souvenir lointain de ton dernier passage dans la capitale Rahjak qui ne s'était pas soldé par un départ en vacances... Cette idée t'avais motivé à rester auprès des tiens, protégeant le village...
Alors que faisais-tu les pieds dans le sables à déposer les armes à l'entrée de la ville, une capuche soigneusement posée sur ta tête alors que le cortège de Naori était déjà entré en ville?

Un mauvais pressentiment.

Tu en avais eus beaucoup mais quand tu avais vu partir les tiens, quand tu avais remarqué Harlan suivi de Rowena... Tu t'étais souvenu des blessures de cette dernière à son retour et de ton inquiétude. Il ne t'avais pas fallu bien longtemps pour attraper vêtements de cuirs et fourrures, deux dagues à la ceinture et pour prendre le chemin de la capitale au milieu du désert à la suite des tiens...
La ville semblait bien différente de votre forêt, ici tout était asservit, le désert avait plié l'échine lui même, au lieu de vivre avec lui les construction semblaient simplement le défier, imposer leur soit disant supériorité.
Rahjaks.
Tu avais leur peuple en horreur depuis bien longtemps et à mesure de vos rencontres la colère grondait de plus en plus en toi. Quoiqu'ici tu ne sois quasiment qu'un visage inconnu, que tu ai vieilli encore depuis ta dernière venue... Et tu entres sans grand problème, pour eux tu dois être un Naori parmi d'autres, à la traine, tu les as vu ricaner après ton passage. Pensent-ils que tu es un vieillard qui s'est perdu dans le désert après ses frères? S'ils ne t'avaient pas retiré les deux dagues portant l'emblème de ton peuple, tu aurais aisément coupé leurs langues pour les faire taire. Le silence. Il n'existait ni sur leurs bouchent ni ans leurs regards.
Et ton mauvais pressentiment ne faisait qu'augmenter à mesure que tu t'engouffrais au coeur de la fête, restant en retrait des festivités que tu n'avais aucune envie d'apprécier.

Ridicule cirque de rue.

Quelqu'un te bouscule, tu les entends montrer leur contentement face au solstice, à leur petite fête. Ils ont hâte de la suite. Quelle suite? Tu remarques la foule se presser plus loin, se faire pousser jusqu'aux arène. Non. Tu presses le pas et tu te retrouve comme tout les autres dans cette cage géante qui ressemble plus à un corridor qu'à un lieu de fête, tu serres les poings quand tu vois les tiens plus haut, dans les loges royales... Rowena, Harlan et pire, la famille royale au complet, ce vieux Roi dont la seule vue fait grimper ta colère. Le stress et la chaleur n'aident pas et c'est une image vaporeuse, un de ces fantômes bleutés qui se pose devant toi. Des gens le traverse pour aller chercher leur place et tu restes là, immobile face à cette image inexistante... Ces visions vaporeuses ne sont jamais là pour rien et dès lors qu'elle disparait enfin, c'est comme si tu avais raté quelque chose, les cris s'élèvent des gradins, les gens scandent des noms que tu ne connais pas. Des gladiateurs. Tu le sais bien et tu ne veux pas de ça, ces techniques d'un autre temps te répugnent et il est inutile de te regarder deux fois pour comprendre que tu n'as rien à faire ici, que le spectacle n'est pas pour toi.
Tu te déplaces lentement à l'ombre de ta capuche, baissant la tête pour éviter le regard de certains quoiqu'ils ne soient pour la plupart obnubilés par le spectacle macabre se déroulant plus bas... À quoi bon prouver la suprématie de son armée s'il s'agit d'envoyer ses combattants s'entretuer? Pensaient-ils faire un spectacle pour vous impressionner? Tu as l'impression que venir était une grave idée et voir Harlan et Rowena ainsi prisonniers de la loge royale sans que tu ne puisses les rejoindre t'en donne raison pourtant c'est de cette dernière que tu tentes de te rapprocher au mieux.
Peu à peu des gardes s'ajoutent à ceux déjà présents, là où des portes semblaient offrir un échappatoire, l'impression d'être pris au piège s'alourdit sans cesse. Tu serres les dents quand soudain, par dessus les voix Rahjaks, par dessus les cris de gloire et les applaudissement ut reconnais un cri, un accent, un appel à l'aide et ton sang s'accélère dans tes veines à l'image de ces guépards prêts à se jeter à une vitesse vertigineuse sur leur proie.
Un Naori.
Un des vôtres, jeté dans la fosse aux lions.
Peuple dégradé aux moeurs viciés.
Tu t'es fais un passage jusqu'au plus proche de l'arène, pousse sans ménagement les gens de ce peuple que tout ton être hurle d'étrangler les uns après les autres, innocents ou non ils soutenaient un peuple qui se mettait en spectacle de la pire des façons. Oh tu étais quelqu'un de pacifique mais ici les moeurs n'étaient plus qu'un apparat dont tu n'avais que faire. Mains contre les barreau tes yeux se posèrent sur le jeune Naori au coeur de l'arène. Désarmé. Frêle. L'inverse total de leur colosse de muscle et de fer. S'ils souhaitaient envoyer un message pour toi il était très clair :
Ils étaient couards. Avaient-ils peur de vous à ce point qu'ils se cachaient derrière cent gardes pour envoyer un seul des vôtres à la mort? Tu cherches à passer, à te glisser là bas. Un garde te fait reculer aussi sec. Tu jures qu'il sera l'un des premiers à y rester si une seule goutte de sang de ton peuple ne coule.

Un regard inquiet se lève vers la loge, tu vois Harlan armes sous la gorge. Tu ne peux rien faire, impuissant et noyé dans la foule.
Et c'est en cherchant un autre chemin, un moyen de faire quelque chose que tu t'arrêtes, immobile dans la foule alors qu'Ashiri est là, face aux gardes. Tu lui tire ton chapeau silencieusement, le courage est une vertu bien qu'il soit ici une chance de se faire tuer. Quelqu'un vient les faire reculer elle et Tamara. Rahjak. Tu fronces les sourcils en retirant enfin ta capuche de cuir pour te rapprocher en te glissant entre les gradins, posant une main sur l'épaule d'Ashiri en serrant cette dernière pour lui intimer que tu étais avec elle, pas contre elle. Jamais.
«La coopération n'a lieu que sur terrain neutre. » Un regard à la femme qui lui fait face t'intime qu'il s'agit d'une noble. Port altier, vêtements sobres mais propres. Un manant n'aurait pas osé s'approcher des deux jeune femmes. À vue de nez cette femme avait quelques années seulement de moins que toi... Qui pouvait être mieux placé qu'un noble pour vivre dans un pays pareil?
Discrètement, tu lances d'un pas et te places au devant des deux Naoris. Tu aurais du être dans les loges, là haut, faire parti du massacre à la vue de tous... Mais s'il arrivait quoique ce soit au conseiller druide, vous aviez l'obligation morale de protéger Ashiri.
«Je vous trouve bien sûre de vous. Je me demande ce que vous entendez... Par aucune issue de secours. » Question à double tranchant, la première pour tâter le terrain, savoir s'il comptaient vous laisser partir. La seconde est une voix bien trop acerbe pour ne pas camoufler une menace. Que donnerait le roi pour protéger son peuple, pour ne pas passer pour un roi qui laisse périr ceux que l'on menace? Tu respires une seconde mais chaque veines laisse transpirer l'envie d'en finir avec tout ça.
«Si le sort des nôtres vous importe si peu, pourquoi ne pas laisser ces jeunes femmes à leur propre sort? De la pitié? Ou bien ce spectacle dans l'arène mérite-t-il qu'elles se taisent? Votre peuple est à ce point partisan du silence... »
Tais toi. Tais toi t'intime cette petite voix à laquelle tes oreilles sont sourdes. En bas tu sais que l'un des tiens appel à l'aide et c'est une question de minute avant que sa mort ne déclenche la guerre. «Il manque un conseiller face à votre roi. Je suis étonné qu'il n'ai pas demandé à tous les voir. À moins qu'il ne le réserve pour le prochain combat? »
Camoufle toi ou suicide toi.. Tu jettes un oeil aux deux Naoris, leur intimant qu'il est temps de reculer. Il faut trouver un moyen d'en finir avec tout ça et si le plus simple serait d'arracher une arme à l'un de ces gardes, tu doutes de l'efficacité d'un tel plan.
Pas avec Ashiri derrière toi.
©️ FRIMELDA



Spoiler:
 

avatar
Invité
Invité



Cité Rahjak, 21 juin 2118
Elle pensait avoir clos la conversation, présentant son dos aux jeunes femmes alors qu'elle s'éloignait déjà. Mais une voix masculine la héla d'une manière qu'elle avait toujours détesté : qu'on lui explique ce qu'elle savait déjà, la prenant sans doute pour plus stupide qu'elle ne l'était. La coopération n'a lieu que sur terrain neutre. Qu'avait-il de plus à dire ? Ariane se retourna non sans lever les yeux au ciel, fusillant du regard celui qui à présent s'était posté entre elle et les Naoris. Un conseiller, Caleb à vrai dire. Si elle le connaissait de vue de par ses relations dans les hautes sphères de la société Rahjak, l'armurière n'avait jamais eu l'occasion de lui parler. Elle ne répondit pas, cependant, laissant à l'homme tout le temps de s'exprimer. Je vous trouve bien sûre de vous. Je me demande ce que vous entendez... Par aucune issue de secours. Il suffisait d'un coup d'oeil pour apercevoir les gardes postés à chaque issue, et la manière avec laquelle ils avaient entassé le peuple et leurs invités dans les arènes avant d'en fermer les portes laissait peu de place au doute. Personne n'en sortirait sans l'aval du Roi, ou n'y entrerait sans se frotter à la garde. Il s'agissait là d'une constatation simple, mais visiblement pas assez pour cet homme qui pourtant se hissait au sommet des Naoris. Ce peuple perdait encore plus d'intérêt aux yeux de la Visegard qui depuis longtemps les considérait avec mépris et suffisance : rien de bon n'allait de paire avec ceux-là. Si le sort des nôtres vous importe si peu, pourquoi ne pas laisser ces jeunes femmes à leur propre sort? De la pitié? Ou bien ce spectacle dans l'arène mérite-t-il qu'elles se taisent? Votre peuple est à ce point partisan du silence... La brune n'expliquerait pas les motivations derrière ses actes, car à cet homme elle ne devait rien. Et si Ariane n'avait jamais ouvertement partagé son aversion pour les Naoris (contrairement à eux qui ne manquaient jamais une occasion visiblement pour piquer leurs adversaires), elle n'en restait pas moins froide et distante avec ces derniers. Bien sûr, elle avait agit pour calmer les ardeurs mal placées des jeunes femmes, les empêcher de nourrir l'agitation de leur peuple instable depuis la "surprise" d'Arkhip et de créer une émeute qui finirait par toucher sa soeur. Tout n'avait été poussé que par l'instinct de protéger Ellarya d'un mouvement de foule qui finirait par la blesser. Et tout pouvait s'expliquer par un simple "pour éviter une émeute qui ne profiterait ni aux Rahjaks ni aux Naoris" mais la fierté d'Ariane l'empêchait de se justifier. Elle valait mieux que s'abaisser à répondre aux demandes d'un stupide conseiller, qui avait manqué le coche pour se trouver avec ses collègues dans les loges. Comme le reste de son peuple, il n'avait pas la langue dans sa poche, et n'était pas avare en affronts. Une raison de plus pour déprécier ce peuple. Il manque un conseiller face à votre roi. Je suis étonné qu'il n'ai pas demandé à tous les voir. À moins qu'il ne le réserve pour le prochain combat? Cette dernière pique lui arracha un rire mauvais, plus fort qu'elle : pas le moins du monde impressionnée par la présence du barbu. Elle avait l'ascendant chez elle et si proche des gardes. Et même si elle parlait à présent non plus à deux citoyennes Naoris mais à l'une des têtes pensantes de la tribu, elle n'en perdait pas la face pour autant loin d'être impressionnée par son interlocuteur. Alors elle s'approcha de lui pleine d'assurance, réduisant l'espace qui les séparait au strict minimum de la bienséance. Elle ne se laisserait pas ainsi marcher sur les pieds, et à nouveau, elle préféra mémoriser les affronts plutôt que de les nourrir bêtement.

Peut-être devriez-vous aller le lui demander par vous-même ? répondit-elle, un brin sarcastique sans perdre de son calme et sa prestance. Vous êtes celui qui manque à l'appel après tout. continua-t-elle calmement et d'une phrase, elle confirmait connaître son visage. Pour finir, elle lui glissa sereinement d'apparence mais intimement méfiante : C'est étonnant de vous voir loin de vos collègues. Accompagnant ses paroles d'un sourire faux mais poli, Ariane se demanda d'ailleurs pourquoi n'était-il pas avec les siens. Etait-ce une erreur, une stratégie ou un manque flagrant de courage ? Si la brune penchait pour le dernier, (non sans s'inquiéter du second) elle n'en pipa pas un mot bien trop habituée à peser chaque syllabe qui sortait d'entre ses lèvres. La noblesse avait au moins eu ça de bien : elle lui avait appris que réfléchir avant de parler n'était pas facultatif. Une leçon que les Naoris ne semblaient pas avoir étudié.


Ariane parle en 006699
Sa robe : juste ici

Résumé:
 



avatar
15/05/2018 Haeny 428 Jon Bernthal Laenai aka Tasha <3 pisteur et guerrier Rahjaks 10



Isaak se contenait. Lui qui était si heureux il y a encore quelques instants restait désormais prostré dans le silence, la mine sombre. Il se triturait l’esprit pour comprendre ce que son Père avait en tête, exactement. Mais surtout : il aurait aimé recevoir une explication de sa part, à l'instant. Pourquoi ne pas l’avoir mis dans la confidence ? Pourquoi lui avoir menti ? Et pourquoi défier les Naoris de la sorte ? S’il avait parlé de leur donner une leçon, Isaak ne s’attendait pas à une telle déclaration de guerre. Car c’était bien ce dont il s’agissait là : une provocation sans nom, que les Rahjaks ne pouvaient pas se permettre au vu de leur situation actuelle.

Pendant qu’il ruminait ces sombres pensées, les choses s’accélérèrent : Harlan se leva d’un bond pour s’approcher dangereusement du Roi. Heureusement, les gardes étaient aux aguets et le maintinrent à bonne distance. Si l’insulte qu’il proféra à l’encontre d’Arkhip était légitime, Isaak ne put qu’éprouver davantage de colère envers les Naoris. Son père était peut-être fou, mais qui était-il donc pour se permettre un tel affront en leur présence ? Tasha tenta de calmer le jeu, ainsi que Rowena. Isaak se redressa à son tour, sa colère désormais entièrement tournée vers Harlan.
Arrête ça tout de suite…
Il comprenait sa rage, c’était exactement ce qu’Arkhip cherchait, au fond. Mais Isaak ne supportait plus qu’on s’en prenne aussi ouvertement à la royauté, et aux Rahjaks en général. Il était temps que cela cesse.

Rowena, qui semblait au départ vouloir calmer le jeu, ajouta son petit grain de sel, qui vint à bout de la patience d’Isaak, déjà bien entamée. Elle s’attaqua en toute logique à Irina, elle qui avait justement été victime des Naoris, et l’accusa de haute trahison. Rowena se tourna ensuite vers Tasha pour lui murmurer des mots qu’il ne comprit pas. Isaak s’approcha de sa sœur lorsque la conseillère alla se rasseoir. Elle avait été trop loin. BEAUCOUP trop loin. Et si le Prince s’en était d’abord pris à Harlan, c’était à la métisse qu’il en voulait désormais, elle qui se plaisait à distribuer ses piques comme on versait de l’huile sur le feu. A l’adresse de sa cadette, qui ne cessait de le décevoir par sa naïveté, il cracha, littéralement, sans même lui jeter un regard.  
Retourne t’asseoir bon sang. Tu en as assez fait pour aujourd’hui…
Il était tout de même curieux de savoir ce que cette vipère avait bien pu lui murmurer à l’oreille, mais Isaak avait d’autres priorités, pour l’instant. Alors que Rowena venait de se rasseoir, il resta planté dans son dos, sans la lâcher du regard.
Rowena. Ce que vous venez de faire est très grave. Accuser la Princesse Irina de haute trahison devant le Roi. C'est insulter la famille Draghsteel... Vos hôtes. Je vous pensais plus subtile que ça.
Il se tourna vers son père, dubitatif. Et pourtant, en tant que Prince et chef de la garde, il ne pouvait pas laisser passer un tel affront. Si Rowena était une personne qu’il avait pu apprécier, elle venait d’insulter les Draghsteel ouvertement. Non. Il ne pouvait décidément pas laisser passer ça.
Gardes. Isaak fixait toujours la métisse d’un regard froid comme le métal. Sa décision était prise et il ne reculerait plus. Saisissez la Conseillère.
Les guerriers hésitèrent, pour finalement obtempérer. Le Prince tourna un regard à la fois déçu et résolu vers son père. Seul Arkhip était désormais en mesure de sauver Rowena, mais quelque part, il doutait que c’était ce qu’il cherchait. Il voulait la guerre ? Sans doute venait-il de l’obtenir…

Spoiler:
 

avatar
29/01/2017 I/RiverSoul Tael & Oz & Hyacinthe & Ten & Elouan 1144 Imaan Hamman Lux aeterna & Mini-miller ( Hela ) & kawaiinekoj Sentinelle / Artisan ( potier ) Naori 30
❄ ☩ Le ≈ Monde ∈ Du ∋ Six ≈ lances ☩ ❄



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Naoris & Rahjaks @Tamara #ABeautifulLie


Le regard perçant de celle qui les encourage [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] à se calmer ne fait pas baisser les yeux de La Sentinelle. Au contraire elle se raidit, relève la tête pour affirmer sa résistance. C'est joli toutes ces paroles, mais pour ce qu'elle en entend elle y perçoit un goût de fiel.

« T'as vu Ashiri, elle veut nous faire sentir coupable alors que c'est eux les malotrus » Réplique-t-elle sur le même ton que la Rahjak alors qu'elle leur tourne le dos. Tamara elle ouvre à nouveau la bouche pour y rajouter quelques mots de son cru quand une voix s'éleve non loin d'elle. Caleb [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] . Un certain soulagement s'empare de sa poitrine, désormais ils étaient deux pour protéger Ashiri [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], il fallait au moins ça contre tous ceux qui les entouraient.

Alors qu'il s'adressait à la femme venue - soi-disant - à leur rescousse, le regard de la sentinelle balaye la foule à la recherche de Mia [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Tamara l'aperçoit un peu loin, perdue dans la foule, indécise. Pendant que le conseiller Naori s'occupe de régler son compte à la dame élégante, elle s'élance vers son amie, l'attrape par le poignet et l'entraîne derrière elle en murmurant à son oreille « Reste avec nous, ça commence à être un peu coupe-gorge par ici »

Elle se replace donc prêt du conseiller Naori et de la druidesse avec Mia récupérée, récoltant les dernieres paroles de celle qui s’efforce de remettre Caleb à sa placef]« Il ne manque pas à l'appel, au contraire il est juste à la place ou il doit être » Rétorqua Tamara, dont les nerfs mis à vifs, et la jeunesse supportait difficilement qu'on traite ainsi des gens à qui on devait du respect.

Tout en même temps elle jette un regard furtif vers la loge royale, on s'y agite beaucoup, ça ne présage rien de bon pour eux. Elle n'imagine aucune parade, pour le moment, qui puisse calmer le tour que "l'aventure" prend, surtout dans la  position de "faiblesse" ou toute cette mascarade les mène

« Au pire on se retire prêt du Naori dans l'arène, on combattra à ses côtés, il ne sera pas seul et on ne peut pas accepter de le voir traiter de cette façon sciemment » souffle-t-elle dans l'oreille d'Ashiri. Car la silhouette connue de ce pauvre malheureux ne quittait pas ses pensées depuis qu'elle l'avait découvert.

Spoiler:
 

Admin
avatar
28/05/2014 Le Grand Manitou 1985 Nobody 265
Admin



A BEAUTIFUL LIE
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Under the burning sun


Tout se bouscule, après l'arrivée de l'esclave naori au coeur de l'arène. Les exclamations indignées des uns fusent, tandis que certains Rahjaks ne comprennent pas vraiment ce qu'il se passe. Les festivités font se combattre des esclaves gladiateurs entraînés, pas des domestiques. Petit à petit, ça s'agite dans les rangs des gradins comme de la loge.

Face au roi, ses enfants et ses invités rivalisent de condescendance et de piques acerbes. Sa fille, trop douce pour être Rahjak, enfreint tous les codes qui lui ont été inculqués. Elle lui fait honte. Un Naori particulièrement imbécile (Harlan) tente ridiculement de l'attaquer. Comme s'il aurait pu passer au travers des gardes qu'Arkhip a en permanence autour de lui. L'insulte durcit son regard, mais bientôt l'autre conseillère (Rowena) ainsi que sa maudite fille interviennent. C'est Irina qui calme le jeu, cette fois-ci, probablement consciente qu'elle ne soit sa survie qu'à sa grande magnanimité. Arkhip aurait dû la tuer avec son frère et sa femme. S'il y en a bien une qui doit bien savoir quel sort le Roi réserve à ceux qui se mettent en travers de sa route, c'est bien elle.

Ils s'agitent tous, comme des fourmis qui brûlent sous le soleil et Arkhip éclate de rire à l'intervention de la conseillère. Foutaises. Foutaises que tout cela. Et pourtant, pourtant, le doute s'insère toutefois dans l'esprit du roi. Oui, il aurait dû tuer Irina alors qu'elle n'était qu'une enfant.

« Vos prédictions ne valent rien, chamane. Votre peuple ne fait que mentir. Se prétendant ami et pacifique, juste pour nous attaquer dans le dos et attenter à la vie de mon sang. » Il se relève, Arkhip, toise de toute sa hauteur cette assemblée. « Je sais que vous avez eu un rôle à jouer dans l'attaque de la délégation envoyée au village pikuni. Que vous espériez probablement que j'avais envoyé un de mes fils répondre à ces accusations pour fragiliser le trône. Que vous vous êtes alliés à ces traîtres qui veulent renverser la monarchie. » Le regard se fait incendiaire. « Mais vous n'arriverez à rien. Et aujourd'hui, vous payez pour vos crimes. »

Isaak agit rapidement à l'insulte, faisant arrêter la conseillère et le Roi approuve la conduite de son aîné, même s'il se retient de le frapper quand il remarque sa mine déçue. Le Roi pose une main lourde sur l'épaule de son héritier, à la fois félicitations et avertissement. Au moins ne le défie-t-il  pas ouvertement, contrairement à Tasha. Peut-être devrait-il encore durcir la discipline de ses enfants. Ils avaient tous le coeur trop tendre. Trop faible.

« Arrêtez également celui-là. » fait le Roi en désignant l'autre conseiller. Puis, à son fils : « Charge la garde d'arrêter tous les Naoris qui se trouvent dans les gradins. Qu'ils n'en laissent aucun s'échapper et qu'ils soient tous jetés aux cachots. »

Son regard se tourne un instant vers Irina, et le doute étreint sa conscience. Mais il retient sa langue pour le moment, et tourne son attention vers Tasha. Si un regard pouvait tuer, la jeune Draghsteel ne serait que poussière.

« Quant à toi... » Le Roi secoue la tête, dégoûté. Aux gardes restants, il intime : « Enfermez-la dans ses quartiers. Si je suis d'humeur magnanime, elle pourra assister aux festivités de clôture. »

***

Dans les gradins, certains Naoris suicidaires (Ashiri, Tamara) pensent que parler fort résoudra tout. Il n'en est rien. Si le garde n'attaque pas immédiatement, c'est uniquement grâce à l'intervention salutaire de Ariane Visegard. Le garde s'en fiche bien d'insulter les Naoris. Au contraire, ces chiens le méritent.

L'ordre parvient bientôt à tous les gardes. Les issues sont bloquées par certains, tandis que d'autres se lancent dans les gradins, armés. L'un d'eux vocifère à l'encontre du peuple, qu'il sollicite :

« Par ordre du Roi, arrêtez tous les Naoris ! »



En bref



• Arkhip réagit à tout ce qu'il se passe autour de lui, il rit aux accusations de Rowena même si le doute s'insinue en lui sur les intentions d'Irina. Il avoue qu'il sait le rôle qu'ont joué les Naoris dans l'attaque de la délégation (novembre 2116) et que c'est la raison de ses actes aujourd'hui. Il fait enfermer Tasha dans ses quartiers, trop désobéissante. Il approuve la conduite d'Isaak, qui fait arrêter Rowena. Le Roi donne l'ordre de rassembler la garde pour arrêter tous les Naoris, qu'il envoie aux cachots. La garde demande l'aide de la population rahjak pour saisir les Naoris. C'est donc la cohue dans les gradins et dans la loge.

• Pour ajouter encore plus de piment, des dés optionnels ont été ajoutés. Ils ne sont valables que pour ce tour-ci et ne sont pas obligatoires. Cependant, si vous choisissez de le tirer dans [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (cliquez, les explications sont données), vous serez obligé de suivre ce qu'il est indiqué. On ne recule pas !

• L’intrigue se déroule le 21 Juin 2118 et il y aura une intervention de Game Master environ toutes les deux semaines.

• Aucune limite de mots n’est donnée même si pour la fluidité du jeu, essayez d'éviter les énormes pavés (n’oubliez pas le petit résumé en spoiler !) et aucun ordre de passage n’est à respecter, pensez juste à laisser deux posts avant de reposter !  

• En cas de questions ou de besoin de précisions, n’hésitez pas à MP un membre du staff !


Amusez-vous bien


avatar
Invité
Invité



Cité Rahjak, 21 juin 2118
Cette fois-ci, Ariane n'eut pas à clore la conversation : le Roi Arkhip s'en chargea pour elle. Car tandis qu'en bas, dans les gradins, la tension s'était électrisée entre les Naoris et la brune, dans les loges tout semblait prendre un tournant qui laissait peu de place à l'imagination. Des gardes s'étaient emparés des deux conseillers, tandis que Tasha était visiblement poussée vers la sortie. Le Roi avait-il décidé de lui épargner la suite des évènements ? Etait-elle parvenue à le convaincre de la laisser partir ? Ou avait-elle mérité d'être escortée à l'extérieur des arènes ? Ariane n'eut pas vraiment le temps de plus y réfléchir car son attention comme celle de tous ceux autour d'elle était tournée vers les conseillers Naoris entourés de gardes. Les gradins entiers retenaient leur souffle dans un moment en suspend rompu par l'annonce fatidique du Roi à travers le cri d'un garde : Par ordre du Roi, arrêtez tous les Naoris ! A peine les mots furent-ils prononcés que la foule éclata et bien vite Ariane fut séparée des Naoris qui avaient cru bon se liguer contre elle. La gardes qui ne bloquaient pas les issues chargèrent la foule, glaive au poing, à la recherche des étrangers qui étaient devenus prisonniers en l'espace de quelques secondes : déjà les spectateurs des arènes se bousculaient pour sortir ou fuir. Ariane se retourna, sur la pointe des pieds, cherchant à trouver sa soeur qu'elle avait laissé au premier rang des gradins en vain et son coeur se serra. S'il lui arrivait quelque chose, elle ne se le pardonnerait jamais alors elle décida d'à son tour fendre la foule en sens inverse, jouant des coudes pour passer entre les Rahjaks à cran et les Naoris paniqués dont elle n'avait que faire.

Mais une altercation musclée entre un garde et un Naori eu raison de son avancée. Alors qu'elle s'écriait d'un Ellarya ?! inquiet au dessus du brouhaha de la foule, un mouvement la repoussa contre la rambarde de sécurité manquant de la faire tomber dans la fosse de l'arène. Le souffle coupé, les sourcils froncés, Ariane ne baissa pour autant pas les bras et tenta à nouveau de rejoindre sa soeur qu'elle voyait enfin au milieu du chaos, visiblement paniquée. Elle lança à nouveau un puissant Ellarya ?! cherchant à capter son attention et tandis qu'elle croisa son regard, un second mouvement de foule lui fit cette fois-ci perdre l'équilibre. La Visegard trébucha dans les escaliers menant à sa soeur sans que cela ne semble attirer la sympathie des gens autour d'elle : déjà, elle sentie des sandales s'abattre sur ses mollets dans un grognement plaintif de sa part. Il fallait qu'elle sorte d'ici, mais parvenir à se relever alors qu'autour d'elle les gens se poussaient violemment les uns contre les autres se montrait plus difficile qu'elle ne le pensait.


Ariane parle en 006699
Sa robe : juste ici

Résumé:
 



avatar
18/04/2018 isis/Sara Isaïah 203 Emmy Rossum ava: even, sign: crackintime chaman / oratrice & gardienne du savoir naori (kovarii de naissance) 101



Seule au milieu de tous ces Rahjaks qui semblaient pour certains satisfaits de voir un Naori ainsi offert en pâture et pour d’autres écoeurés par le côté sans saveur de ce duel. De fait, la jeune femme ne percevait aucune onde de sympathie pour elle et les siens. Au contraire, plus le temps passait, et plus la situation semblait tourner au vinaigre. Il lui suffisait, pour s’en rendre compte de regarder vers la tribune royale, où Harlan et Rowena venaient d’être arrêtés. Un frisson glacial parcourut l’échine de la jeune femme malgré la chaleur qui régnait dans la cité de sang. Qu’allaient-ils faire d’eux ? Non… C’est un cauchemar… songea Artemia, à deux doigts de s’évanouir. Elle n’aurait pas dû venir. Elle aurait dû écouter son instinct et rester au village des Naoris, avec le dernier des conseillers. Parce que s’il n’était pas là-haut avec ses deux comparses, cela signifiait forcément qu’il était à l’abri, n’est-ce pas ? C’était obligé. Mia, en tout cas, voulait le croire par-dessus toute autre chose.

Ce fut à cet instant que quelqu’un lui saisit le poignet. Un petit cri s’étouffa dans la gorge de la chamane qui se retourna pour voir Tamara. Le vif soulagement qu’elle ressentit de ne plus être seule rendit ses jambes flageolantes, mais elle la suivit. D’autant que Tamara avait raison et, bien qu’elle ne soit pas certaine que rester avec Tam et Ashiri qui voulaient en découdre soit la bonne solution, rester seule ne l’était pas non plus. Lorsqu’elle revint avec la sentinelle au milieu du groupe qu’elle formait préalablement avec Ashiri, une Rahjak et un individu à la capuche, Mia se rendit compte avec horreur que ce dernier n’était autre que le conseiller manquant. Non… songea-t-elle en écarquillant les yeux. « Tu aurais dû rester au village… » souffla-t-elle à Caleb, ne sachant si elle devait se sentir soulagée qu’il soit là, ou plus inquiète encore pour leur sort à tous. Si elle l’avait tutoyé, ce n’était pas par manque de respect, bien au contraire. Simplement, les seules personnes que la jeune femme vouvoyait venaient le plus souvent de l’espace ou bien des autres tribus.

Rapidement, la voix, bien que d’un ton mesuré, de Tamara résonna à l’oreille de la brune. Ce n’était, pourtant, pas à elle qu’elle parlait, mais à l’apprentie conseillère, Ashiri. Le sang d’Artemia ne fit qu’un tour dans ses veines lorsqu’elle comprit que Tamara les incitait à sauter dans l’arène pour combattre avec le malheureux Naori. « T’es folle Tam ! » souffla-t-elle. « On court droit à la mort, si on fait ça ! J’aime pas ça plus que toi, mais… Mais on peut juste pas… Il faut qu’on trouve un moyen de rentrer chez nous… » Et pour ça, elle ne voyait qu’une solution : faire profil bas. Les Rahjaks voulaient, semblait-il, montrer que c’étaient eux qui avaient le pouvoir et les Naoris étaient sur le territoire de cette belliqueuse tribu. Quelque chose soufflait pourtant à l’oreille de la chamane qu’elle pourrait se défendre si elle se faisait attaquer. Preuve en était la position qu’elle prit inconsciemment, comme si elle s’attendait à ce qu’un Rahjak ait aussi entendu les propos de la sentinelle et décide que les envoyer à mort dans l’arène était la bonne solution.

Personne, toutefois, n’eut le temps d’agir. C’était, déjà, la débandade. Venant de la tribune royale, Artemia entendit les gardes royaux inviter ceux qui gardaient les issues à arrêter tous les Naoris présents. La jeune femme qui était restée neutre et discrète jusque là crut que sa dernière heure était venue. Et, si elle était prête à se défendre, voir une Rahjak se faire marcher dessus lui fit changer d’avis. Fuis… lui soufflait la voix dans sa tête. Mais pouvait-elle abandonner les siens à leur sort. Non. Pas sans les prévenir. S’ils parvenaient à s’enfuir, ça ne serait qu’en se séparant. En groupe, ils seraient trop visibles. « Il faut qu’on se sépare » souffla-t-elle à Tamara avec un regard désolé. Elle s’éloigna de quelques pas et tourna la tête vers l’endroit où elle avait vu disparaître la Rahjak. Elle finit par l’apercevoir en plissant les paupières, un peu plus loin d’elle. Le mouvement de la foule, toutefois, l’emporta, la rapprochant de la liberté, sans qu’elle put rien faire pour aller aider la malheureuse.

Spoiler:
 

avatar
03/05/2018 Margot. 378 Karrueche Tran likeanewday, Elow de mon coeur (avatar) Apprentie conseillère druide (notion de soin et orateur/diplomate) Naori 30






[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

a beautiful lie

under the burning sun

Peut-être cette femme Rahjak avait-elle eu sincèrement l’intention d’aider mais Ashiri ne voulait pas rester silencieuse, inactive. Elle ne voulait pas de l’aide d’une femme qui prenait plaisir à regarder des massacres organisés par un roi cinglé sous prétexte d’un quelconque honneur, d’une quelconque gloire. Tamara était à ses côtés, d’un soutien sans faille, une présence rassurante dans cette folie qui venait réveiller les pires démons de l’apprentie. « Si j'étais vous, je coopérerais ». Ashiri s’apprêtait à lui cracher au visage qu’il n’y avait pas de coopération possible quand tout ce qu’elle voyait ici était trahison. Cependant, une main serra son épaule, une main qu’elle sentait amicale. « La coopération n'a lieu que sur terrain neutre. ». Cette voix, elle le connaissait parfaitement mais ne laissa pas le moindre rictus la trahir. Caleb était supposé être au village, elle ne savait pas ce qu’il faisait là mais elle gardait ses questions pour plus tard, s’ils sortaient de là vivant.

Bien sûr, Ashiri tiqua quand la Rahjak laissa entendre qu’elles mettaient les autres Naoris en danger. Cette accusation ne plaisait pas beaucoup à Tamara non plus. « Ce n’est pas pour les Naoris que vous craignez une émeute, nous sommes déjà en danger. ». Son ton était glacial, remplit de reproches, elle n’achetait pas du tout la fausse bienveillance de cette femme. Caleb fit un pas en avant, se plaçant devant les deux Naoris sans que l’apprentie ne proteste. La présence du conseiller venait l’apaiser quelque peu, cela lui donnait le temps de penser. Elle n’était pas moins en colère mais elle pouvait tenter de reprendre le contrôle alors elle était reconnaissante qu’il ne soit pas resté au village. La prestance et l’éloquence de brun lui montrait bien qu’elle avait encore beaucoup à apprendre, elle l’observait et l’écoutait en silence. Il ne ressentait probablement pas moins de haine qu’elle mais, il l’utilisait de manière intelligente. Cela dit, la Rahjak connaissait le conseiller, mettant à mal sa couverture.

Tamara avait attrapé Mia, ce qui n’était une mauvaise idée, éparpillé ainsi, ils étaient probablement plus vulnérables, enfin c’est ce qu’elle pensait. « Au pire on se retire prêt du Naori dans l'arène, on combattra à ses côtés, il ne sera pas seul et on ne peut pas accepter de le voir traiter de cette façon sciemment ». Ces mots soufflés dans son oreille faisaient malheureusement écho à des pensées qui avaient traversé son esprit. Elle savait que c’était une mauvaise idée et pourtant, elle était prête à se jeter dans la gueule du loup. « T’es folle Tam ! ». Ashiri se tourna vers Mia, lui offrant un regard rassurant, du moins aussi rassurant qu’il ne puisse être dans ces conditions. « On court droit à la mort, si on fait ça ! J’aime pas ça plus que toi, mais… Mais on peut juste pas… Il faut qu’on trouve un moyen de rentrer chez nous… ». Elle aurait aimé demander à Mia si elle avait une idée, si elle avait eu le temps de trouver une issue. Néanmoins, elle n’en eut pas l’occasion.

« Par ordre du Roi, arrêtez tous les Naoris ! ». Son cœur loupa un battement et la rage reprenait possession de son corps. Elle lança un regard inquiet à Caleb. « Tu ne peux pas te faire prendre… ». Il n’était supposé être là et s’il se faisait prendre, cela pouvait changer la donne, la donne qui était déjà bien merdique. Cela dit, Ashiri et Caleb n’avait pas le temps de débattre, ils devaient se séparer pour avoir une chance de s’en sortir.

Cependant, sans doute parce qu’elle avait joué avec le feu, énervé les gardes, Ashiri se retrouva rapidement bloquée, prise dans leur filet. Elle savait qu’elle n’y échapperait pas mais, elle se débattait telle une lionne, plantant ses ongles féroces dans le visage des gardes Rahjak, mutilant leur chair avec haine. Elle se débattait, elle griffait, elle mordait telle un animal sauvage jusqu’à ce que les coups que lui rendaient les gardes la mette à terre, impuissante. Elle devait s’avouer vaincu, c’était les cachots qui l’attendait.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Spoiler:
 

Contenu sponsorisé



 

Intrigue n°22 : Under the burning sun

Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» Legend of the burning sands
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-