Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜learning how to trust ⊰ Elias
maybe life should be about more than just surviving


avatar
07/05/2018 Dumbass*Angel non 114 Chloe Bennet Valtersen (avatar), ROGERS (signature) cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine 440


Sujet: learning how to trust ⊰ Elias
Lun 2 Juil - 7:45


learning how to trust
Plus facile à dire qu’à faire, d’éviter de parler de sujets indésirables, quand on travaille de pair avec d’autres Cents, au quotidien. Certains sont devenus de bons amis, d’autres l’étaient déjà bien avant, mais tous ont un point commun; ils remarquent les changements. Dès que je faisais mon entrée dans la cuisine ou dans la tente, j’arrivais comme un cheveu sur la soupe. Jusqu’à récemment, je crus tenir bon, prenant soin d’afficher mes brefs sourires et discuter de temps à autre. Toutefois, ma rencontre impromptue au ruisseau me refroidit, à l’idée de continuer mon manège quotidien. Vu ce que j’ai bien pu avouer à Chris, il en aurait certainement parler à plus d’une personne à ce campement. Devant travailler probablement de nuit ou du moins, dans un désordre total, je me doute qu’il ait toujours un court moment pour me voir. En bref, j’avais l’impression qu’il demanda qu’on me surveille. Pas étonnant, donc, que je me dérobais constamment aux conversations, prétextant devoir entretenir le jardin, préparer la viande, ou même partir en quête de nouvelles plantes. Toute excuse était bonne pour que je ne sois pas obligée d’afficher mes problèmes personnels.

Aujourd’hui, comme bien d’autres journées, je pouvais profiter pour ne rien faire, comme à mon habitude. En revanche, mon envie du moment, c’était de sortir, me promener afin de prendre un peu d’air, loin de tous. J’avais l’impression d’être dans un étau, m’inquiétait de tout et de rien. Sans compter que maintenant, je suis toujours craintive de le voir débarquer chez les Cents, comme il le fait si souvent, et qu’il se mette à m’appeler, me chercher, proposer une quelconque solution miracle à mes troubles. Qui était-il, exactement, pour croire que de simples mots suffiraient à me convaincre de ne pas me couper du monde? Peu importe. Passer le plus clair de mon temps libre à ruminer sur ma manière de s’adresser à lui et sur la déception qu’il doit avoir en mon égard, tout ça ce n’était pas vivre. Je prendrais une marche, c’était décidée. J’attendis patiemment que Liam et Ali soient partis, question de pouvoir préparer quelques vivres sans qu’ils ne me posent plus de questions. Une fois seule, je sortis tout ce qu’il me fallait pour passer les prochains jours en pleine forêt sans pour autant en paniquer. À petits pas de loups, je sortis de notre abri et pris la direction la plus appropriée, … c’est-à-dire en suivant mon instinct.

Je ne saurais vous dire depuis combien de temps je marchais. Tout ce qui m’indiquait de la distance, c’est le changement de paysage. Moins condensé, plus … plus vaste. L’entrée de la forêt,  si ce n’était des quelques arbres ici et là. Une brève envie de courir en direction opposée, essayée de retrouver mon chemin et me réfugier dans la tente. Trop loin pour que cela se fasse en plein jour. La peur s’installait, maintenant. Ma nature un peu aventureuse avait vraisemblablement pris le dessus, et me voilà au beau milieu de nulle part, dans une partie encore inexplorée de la Terre, sans possibilité de communiquer avec qui que ce soit. La poisse, c’était ça qui me suivait, vraisemblablement. Me retrouver dans cette situation, alors que je n’avais aucune notion basique de survie n’indiquait rien de bon. Quoi faire? Je m’enquis de la procédure à suivre, essayant de me remémorer ce qu’on m’apprit. Rien de bien précis m’aiguilla vers la bonne direction. Ce furent plutôt les instincts primaires, dont celui de ne pas avoir froid pendant toute la nuit, alors que le soleil se couchait déjà. Un feu. Oui, bonne idée. Non seulement ça me réchaufferait, mais en plus, je ne serais pas dans la noirceur la plus totale. Plus facile à dire qu’à faire, en tout cas. Je me pris la tête avec de maigres roches, des broussailles et quelques branches. Après au moins dix tentatives, je finis par provoquer une flammèche qui elle, enclencha le feu. Ouf! Prochaine étape, me nourrir. Le sac plein de racines et de légumes, je fis griller quelques petits trucs avant de les manger. Puis, une fois le ventre plein … ou aussi plein qu’il m’était possible, vu mon peu d’appétit, je me couchais, fermant les yeux et écoutant le crépitement, espérant que ce feu puisse l’aider à ne pas sentir la morsure du froid.
code by EXORDIUM.



Admin
avatar
20/01/2016 avengedinchains Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Meeka 952 Tom Hardy ava by lux ;; signa by beylin guerrier Athna 39
Admin


Sujet: Re: learning how to trust ⊰ Elias
Mer 11 Juil - 17:53


Learning how to trust

2 juillet 2118 ;; En réalité, aux yeux des gens, Elias n’apparaît pas comme quelqu’un d’agréable ou de supportable. Il a toujours fait de son mieux mais il sait que ça ne s’est pas toujours passé de la manière qu’il le voudrait. Oh, bien sûr, il a cessé depuis longtemps d’apparaître comme le crétin de service qui se soucis de ce que les gens peuvent penser. Il a mis du temps à s’y faire et son enfance fut un peu compliquée sur certains aspects. Mais il a fait de son mieux et au fil des jours, il a développé une certaine carapace que les gens ont fini par lui reprocher. C’est ça le plus ironique, on lui en a voulu parce qu’il n’était pas comme les autres et qu’il cherchait à avoir des amis. Et on a fini par le repousser quand enfin, il a compris qu’il ne pouvait plaire à personne. En réalité, il a fini par comprendre que quoi qu’il fasse, i serait toujours un problème pour la foule. Et il a trouvé plus facile de ne pas s’y attarder bêtement. C’était agaçant, étouffant et plus encore. Il n’a pas cherché bien longtemps à comprendre de quoi les autres étaient faits. Il a juste compris qu’il n’était pas comme eux.

Alors il s’est développé dans son coin, sans chercher à voir les gens se construire autour de lui. Il n’avait pas besoin d’eux et eux, ils se passaient très bien de lui. Peut-être qu’il fait peur aux gens mais en réalité, il en joue beaucoup. Cela lui permet d’être tranquille et de ne pas avoir à réfléchir aux choses de la vie. Ce n’est pas facile, et parfois, il se surprend à se sentir seul. Mais les choses ont évolué de telle sorte qu’il se sent beaucoup mieux aujourd’hui. Il ne changerait tout ça pour rien au monde, en réalité. Tout est plus simple et l’éloignement lui a permis de se montrer plus fort aujourd’hui. S’il est devenu le guerrier qu’il est, c’est parce qu’il a réalisé qu’il n’avait besoin que de lui. Les autres n’étaient qu’un petit plus. S’il s’est montré faible en tombant amoureux, c’est une affaire qui est terminée désormais.

Errant au coeur de la forêt, il s’attarde un peu sur quelques songes passés. Il n’a pas envie de penser à tout ça mais il ne parvient pas vraiment à s’en empêcher. Les choses ne se passent pas toujours de la bonne manière mais il n’a pas non plus envie de s’attarder sur tout ça. Les histoires du passé peuvent être sombres et insupportables, elles peuvent faire mal au bide aussi et il n’est pas nécessaire de s’attarder sur tout ça parce que ça n’a pas le moindre intérêt. Il ne peut pas vivre sans les femmes de sa vie, c’est vrai. Mais ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas se passer des autres branches de son passé. Son présent est sombre, et étouffant, mais que pourrait-il en dire ou en faire ? Les choses ne sont pas évidentes, c’est vrai. Mais il faut reprendre le contrôle sur tout ça. Et ça n’a strictement rien de facile. Les choses ne sont pas toujours faciles mais il est disposé à laisser tourner cette histoire qui n’est pas évidente.

Lorsqu’il entre dans la clairière, il repère la fumée avec une facilité évidente. C’est un guerrier, un entraîneur, un formateur. Avec son expérience, il a évolué dans la bonne direction et il a su faire les choses comme il le fallait. Il est désormais un exemple bien qu’il soit du genre à donner des leçons de manières assez brutales. Mais il n’a pas envie de faire comme tout le monde et il ne voit pas pour quelle raison il devrait s’y mettre. Il ne veut pas changer parce que c’est en étant comme il est, qu’il a fini par devenir l’homme qu’il est. Et cet homme lui plaît et cet homme plaisait à sa femme. Rien d’autre n’a d’importance.

Il s’avance, s’approche du feu, soupire un peu. La nuit est doucement tombée, évidemment. Et dans l’obscurité, on trouve rarement le peuple du ciel. Quand c’est le cas, il s’agit alors d’une brebis égarée. Il s’avance et réalise que pourtant, c’est réellement le cas. Il n’apprécie pas vraiment le fait de voir ça. Ils n’ont pas encore compris. Bien sûr que les dangers sont nombreux au coeur de la forêt et qu’il est bon de les prendre en compte. il comprend que ce ne soit pas toujours facile mais puisqu’il en est ainsi, il n’est pas nécessaire de chercher plus loin. Enfin.. Il a envie d’y croire quoi. Ils ne comprennent rien, tant pis pour eux, ils continueront à avoir quelques problèmes.

L’air bougon sur le visage, la démarche sûre et la carrure forte. Son intention n’est pas de l’effrayer et pourtant, c’est souvent ce qu’il y a de plus efficace dans tout ça. Lui faire peur, lui faire comprendre. Petite brebis, tu n’es pas à ta place. ” Dangereuses sont les nuits”. Même le ton de sa voix est plus ou moins forcée. Mais il s’en moque, parce qu’il veut juste qu’elle comprenne l’intention. Il ne saurait même pas expliquer pourquoi. Il n’est pas le bon gars qui aide son prochain, et ça n’a jamais été le cas.
AVENGEDINCHAINS

avatar
07/05/2018 Dumbass*Angel non 114 Chloe Bennet Valtersen (avatar), ROGERS (signature) cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine 440


Sujet: Re: learning how to trust ⊰ Elias
Sam 14 Juil - 7:46


learning how to trust
Bien qu’imprévu, cette exploration imprévue était très plaisante, au début. En quittant le campement, je sentais pour la première fois depuis des lustres cette poussée d’adrénaline. En comparaison à celle provoquer lors d’un affrontement, je ne pourrais la qualifier que de minuscule. Cependant, ce fut suffisant pour me sortir de ma routine et me dégourdir les jambes, vu que de toute façon, j’avais arrêté les entraînements depuis très longtemps. Pas excessivement sportive, je ne me jetais certainement pas une situation jugées dangereuse. Et une promenade parmi une immense forêt que je commençais à connaître n’avait rien qui me causerait du tort. C’est ce que je croyais, en fait. La réalité fut tout autre. Oui, le soleil brillait encore dans le ciel quand je parti en escapade. Mes plans initiaux n’avaient rien de bien dramatique, si ce n’était que d’expandre mes recherches. Je ne pouvais croire que les seules plantes encore en vie sur Terre soient celles que j’ai trouvé dans les alentours du campement. Impossible, que de penser ainsi! Un signe d’alerte, par la même occasion. Une curiosité qui me poussait parfois dans la mauvaise direction. Dans le cas d’aujourd’hui, non seulement suis-je partie sans dire à qui que ce soit ce qu’il m’arrivait, mais en plus, je perdais tout sens de l’orientation.

La nécessité que de s’arrêter pendant un court instant. J’essayais de me situer, de retrouver le chemin du retour. Malheureusement, vu ma longue marche, j’en vins à m’éloigner du campement d’une telle manière que je ne savais pas par où passer, exactement. La panique qui me saisissait soudainement. Moi, une des rares à ne pas savoir se débrouiller seule, à difficilement réciter une seule règle de survie, me voilà au beau milieu de nulle part, alors que la nuit tombait doucement. Un imprévu auquel elle prit du temps à accepter, ayant l’espoir que d’arriver à bon port en marchant plus vite. Tout, sauf rester dans un endroit si à découvert, et ce, sans personne pour faire le guet. Une résolution à prendre, mais qui ne se fit pas en quelques secondes. Un plan à établir rapidement, étant donner qu’elle dormirait ici. Manger, ou plutôt, préparer quelque chose à se mettre sous la dent. L’idée du feu qui lui vint en tête sans crier gare, faisant ainsi deux pierres d’un coup. Faire à manger, en lui cuisant, et aussi me réchauffer, question que le changement de température ne cause pas de maladie. Autant vous dire que malgré toutes ces précautions et mon estomac rempli, je ne réussis à fermer les yeux immédiatement. En fait, le sommeil ne me vint que plus tard, une fois que je me sentis assez en confiance pour fermer les yeux. Du repos, supposément. Cela ne le fut aucunement, alors que je me remémorais tout ce qui n’allait pas, et ce, sans cesse. Des souvenirs qui m’agitaient et qui m’empêchait de retrouver mes forces, le lendemain, en me réveillant. Pas tellement le choix que de faire un effort pour ce soir, vu le chemin de retour le lendemain matin.

Toujours ces mêmes flashbacks, toujours cette impression que tout est de ma faute. Tantôt je cours à vive allure, tantôt, je m’arrête complètement. Non pas un rêve, mais bien un cauchemar. Agitée, je n’arrive même plus à me concentrer sur l’environnement aux alentours. Une précaution à prendre, pourtant. Apprendre à la dure, comme certains disent. Et c’est exactement comme ça que j’apprends à ne plus commettre les mêmes erreurs. Or, on dirait bien que je n’aurais pas le droit à un peu de solitude, alors qu’en me réveillant, j’aperçu un inconnu. Je m’étranglais et me levais immédiatement. Quelles étaient ses intentions? Me tuer semblait invraisemblable, vu qu’il aurait pu le faire sans que je ne le remarque. Une carrure à faire peur, un air presque méchant de coller au visage … on aurait vraiment dit qu’il se préparait à me massacrer. Des préjugés que je n’aurais sans doute jamais dû avoir, car Pourtant, les premiers mots sortis de sa bouche me prirent par surprise. Il … parlait notre langue? Bon, peut-être pas de la façon la plus naturelle, mais il le faisait quand même. J’eus presque envie de croire qu’il ne me voulait rien de mal. Cependant, je restais fidèle à mes habitudes. Une énorme tension continue de subsister entre moi et les terrestres. « Tout est dangereux. » Froide, comme toujours, lorsque je m’adresse à des grounders. Les ennemis, voilà ce qu’ils étaient, à mes yeux, même si le reste du campement veulent tous et toutes faire parti de ce fameux accord entres tribus, odyssée et cents. Une réunion à laquelle je ne participai pas. « Et puis mêles-toi de tes affaires. J’ai pas besoin des conseils de quelqu’un comme toi. » Sauvages. Mot répétitif qui qualifiait tout ceux et celles ne venant pas de l’espace. Je ne m’enquis plus de sa présence, allant même jusqu’à m’approcher un peu du feu et réchauffer mes mains.  
code by EXORDIUM.



Admin
avatar
20/01/2016 avengedinchains Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Meeka 952 Tom Hardy ava by lux ;; signa by beylin guerrier Athna 39
Admin


Sujet: Re: learning how to trust ⊰ Elias
Mer 18 Juil - 15:07


Learning how to trust

2 juillet 2118 ;; Sa phrase se voulait douce et au final, elle a pu sembler prétentieuse. Elias ne manie pas les mots, et ce, peu importe la langue qu’il utilise. Il ne cherche pas à satisfaire les gens ou à leurs plaire. Il estime que son monde est plus facile comme il l’est et il suppose qu’il n’est pas nécessaire de chercher plus loin. Tout est compliqué, bien trop compliqué et par moment, il se demande sincèrement pour quelle raison il devrait se tracasser à se faire comprendre de la bonne manière. Parce que finalement, c’est bel et bien de ça qu’il est question et c’est bien pour cette raison que tout paraît agaçant. Elias n’aime pas parler et de ce fait, il le fait le moins possible, estimant que les choses deviennent plus facile lorsqu’on ferme la bouche et qu’on se contente d’observer. Mais c’est une réalité à laquelle les gens ne parviennent pas à faire face. Il n’a pas envie d’observer le monde de haut et il n’a pas non plus envie d’entendre les gens si mal lui parler. Parce que c’est de ça qu’il est question, et c’est bel et bien pour cette raison que ce monde finira par l’anéantir. Il ne le supporte pas, il n’accepte pas ce que le monde construit autour de lui. Et il n’a pas particulièrement envie d’y réfléchir.

En réalité, Elias se perd toujours un peu plus lorsqu’il se retrouve dans un environnement qu’il ne comprend pas. Parce que c’est de ça qu’il est question. Il essaie parfois de trouver les mots et de manière général, il finit toujours par taper à côté. Et ça finit par l’agacer, l’énerver. Tout en serrant les dents, il finit en général par tenter de prendre la fuite, par tenter de disparaître. S’il n’y arrive pas vraiment, il fait néanmoins de son mieux pour réussir. Et oui, en général, il se morfond et se trompe. Disons qu’il fait ce qu’il peut. Il n’aime pas la population et dès qu’il trouve un peu trop de monde près de lui, il finit par s’en agacer. Il ne supporte pas ce ge rende chose mais que pourrait-il en dire ou en faire hein ? Rien sans doute. Et de toute manière, il n’a pas la moindre raison de chercher plus loin.

« Tout est dangereux. ». Sa voix l’interrompt dans ses songes alors qu’il glisse un regard vers elle. Il est lui-même dangereux, c’est vrai. Mais ce monde ne l’est pas dans sa totalité, c’est juste qu’elle n’en a pas conscience. Elle apprend à grandir dans un monde qui n’a jamais été le sien et oui, il comprend que cela puisse lui être compliqué. Mais les choses n’ont jamais été aussi simples. Enfin bref, elle ne risque pas d’y arriver si elle estime que tout devient compliqué. Justement, c’est l’aspect de cette histoire qui lui tape sur les nerfs, l’aspect qui l’empêche de comprendre comment ça évolue. Et il a beau essayer de comprendre, essayer de développer les choses, on ne peut pas vraiment dire qu’il y arrive vraiment. Il ne sait pas comment était leur monde, avant, mais il voit bien que ce n’est absolument pas le même. Et pour cette raison, il sait aussi que c’est une affaire plus compliquée. Pour autant, est-ce que ça le concerne vraiment ? Que ce monde lui soit dur, c’est comme ça qu’elle apprendra à avancer et à devenir véritablement quelqu’un. ” Pas si on sait se battre”. Mais bien sûr, il n’envisage pas vraiment de lui donner un coup de main, il estime que tout ceci ne le concerne pas et de toute manière, puisqu’il ne la connaît pas, il ne serait pas en mesure de véritablement lui faire cet honneur. Non qu’il s’estime être le plus fort du monde, il n’a jamais été question de ça. Mais il a toujours fait absolument tout ce qu’il pouvait pour entraîner les élèves qu’on lui envoyait. Certains sont devenus de grands guerriers, d’autres se sont juste contenter de prendre la fuite.

Pour autant, il reste un peu surpris de la voir agir ainsi. Elle aurait très bien pu prendre la fuite et disparaître, elle aurait pu, à tout moment, se lever et partir loin de lui. Et pourtant, elle n’en a rien fait. Est-ce qu’il s’agit du coup d’une curiosité évidente ? Il ne saurait le dire. Il ne saurait dire s’il a envie de savoir. Il ne veut pas y réfléchir, et c’est plus simple comme ça. « Et puis mêles-toi de tes affaires. J’ai pas besoin des conseils de quelqu’un comme toi. ». Elle possède un fort caractère en tout cas, il serait bien stupide de le nier. Elle semble faire la maligne et en même temps, elle apparaît comme confiante et sûre d’elle. Et il s’en énerve. Tant de naïveté dans une petite personne, ça n’a pas vraiment de sens. C’est une affaire qu’il ne comprend pas franchement. Il reste un peu curieux, elle le définit d’un genre particulier, pour le rabrouer comme elle le fait. “quelqu’un comme toi”, et qu’est-ce qu’elle s’imagine dire en le faisant ainsi ? Il n’y comprend pas grand chose et pour tout dire, il n’est pas certain d’avoir envie de comprendre. ” Quoi moi être ?”. Il a envie de savoir et en même temps, qu’est-ce que ça changerait ? il doit juste contrôler sa colère. Tuer une débarquée n’est absolument pas dans ses options, avec le traité.
 
AVENGEDINCHAINS

avatar
07/05/2018 Dumbass*Angel non 114 Chloe Bennet Valtersen (avatar), ROGERS (signature) cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine 440


Sujet: Re: learning how to trust ⊰ Elias
Ven 27 Juil - 6:20


learning how to trust
Me faire la promesse d’aller de l’avant, peu importe ce que je perdrais en chemin, ce ne fut pas que des mots. Cela me prit un temps fou avant de ne plus avoir de réaction, en pensant à cet épisode tragique, surtout devant les autres. Je voulais véhiculer l’image de quelqu’un en contrôle de ses sentiments, quelqu’un sachant faire le tri entre ce qui était important et ce qui pouvait être délaisser. Au fil des semaines, je réussis à paraître de glace, non sans garder ce sens des tâches confiées à chacun d’entre nous. Le bien du campement qui passait maintenant avant le reste, allant jusqu’à me foutre éperdument de mon propre bien-être. Une erreur de ma part, je sais bien, mais c’était plus fort que moi. La solution que je trouvais de plus efficace; me perdre dans le travail manuel, dans l’apprentissage des plantes, de ce que chacune pourrait nous apporter. Ça, ou passer des heures à cuisiner, à imaginer des mets variés, à mettre constamment à jour la liste de ce qu’il nous manquait. Ce besoin que d’être en contrôle d’au moins un aspect de ma vie me poussait parfois à sortir du campement et partir à l’aventure, sans jamais m’éloigner trop. Qui sait ce qui rôdait aux alentours?

À en juger par la situation actuelle, peut-être que je n’aurais pas dû sortir du campement. Comparativement aux autres, je n’avais pas vraiment espoir que la paix règne entre nous et les différentes tribus. Selon moi, les noms variés de chacune d’entre elles ne signifiaient pas qu’elles accepteraient toutes ce traité. En fait, j’avais la nette impression qu’à un moment ou à un autre, on nous attaquerait. Ce serait alors trop tard pour les remords, pour les remises en question. Agir tout de suite, nous préparer au pire, plutôt que ce vain espoir que les choses iraient mieux. Oui bon, je sais, de penser ainsi, puis me voir dans cette clairière, c’est me croire folle. N’étais-je donc pas en train de me contredire? Si craintive des terriens, et pourtant, je me trouvais là, au beau milieu de nulle part, à allumer un feu? En fait, je ne m’en souciais pas vraiment. D’être ainsi engouffrée par la noirceur me terrifiait, simplement car je m’imaginais voir la bête qui tua Robb. Il me fallait une source de lumière, ne serait-ce que pour me donner l’impression que quelqu’un veillait sur moi. À défaut de chaleur humaine, je me contenterais de celle des flammes. Une grave erreur que l’étranger semblait vouloir clairement me faire comprendre. Le danger qui rôdait, et ce, peu importe où je pourrais me trouver. Même le campement n’y échappe pas. De vivre sur le qui-vive, selon moi, n’était pas nécessairement la meilleure des solutions. À s’imaginer en grave danger à répétition, c’est de craindre son ombre pour le restant de sa vie. « On ne nait pas tous avec le talent pour se battre. » Je me remis en position assisse, rapprochant mes jambes de moi. « Tu vois ces bras? Il sont pas fait pour ça. » Je lui pointais le manque flagrant de muscles, me rappelant instantanément du look baraqué de Devos ou même de Chris. Pas exactement le corps pour les entraînements que je subis à quelques maigres reprise. « Je prépare les repas, et je récolte. Ça me suffit amplement. » Aurais-je vraiment une raison d’utiliser mes poings? Ce n’est pas comme si la fougue d’autrefois m’habitais encore.

Je restais là, sans sourciller, sans trop lui accorder d’importance, en ne croisant justement pas son regard. Je ne pouvais nier le fait que j’étais légèrement appréhensive de me retrouver en présence d’un grounder, sans aucun renfort. Personne ne savait où je me trouvais, et même si on se rendait compte de ma disparition, ce n’est pas comme s’ils auraient le temps de rendre ici avant qu’il ne m’arrive malheur. Tant pis! Ce n’est pas comme si cela m’affectait réellement. Et puis s’il voulait réellement me tuer, il l’aurait déjà fait. Lui donnant ainsi le bénéfice du doute, non sans lui faire comprendre que je me fichais royalement de ce qu’il pouvait bien penser de mes techniques de survie. « Un terrien. » Un ton très cru, n’y allant pas par quatre chemins. Je savais pertinemment qu’il y avait d’autres tribus, mais pour moi, il n’y avait pas de différence. Ils étaient tous à surveiller. « Et ça tombe mal, parce que je ne vous fais pas confiance. Alors va, continue ta route, et laisse-moi seule. » Soit il accepterait ma demande, soit il s’emporterait et me montrerait de quel bois il se chauffe. Sa décision m’importait peu, alors que je rapprochais mes mains des flammes, afin de perdre la sensation de froid au bout de mes doigts. « Quoiqu’il m’arrive, c’est mon fardeau, de toute façon. » Je ne pouvais plus appeler ça un deuil. En fait, je devenais l’ombre de moi-même, non sans quelques brefs moments de lucidité où je sentais l’envie de pouvoir faire mieux, de trouver mon salut dans une activité autre que la cuisine. Peut-être qu’il me fallait canaliser ces idées noires, notamment, avec un certain entraînement. Cependant, je ne jugeais pas prête pour ce genre de choses.
code by EXORDIUM.



Admin
avatar
20/01/2016 avengedinchains Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Meeka 952 Tom Hardy ava by lux ;; signa by beylin guerrier Athna 39
Admin


Sujet: Re: learning how to trust ⊰ Elias
Ven 24 Aoû - 17:53


Learning how to trust

2 juillet 2118 ;; Il n’est pas évident de faire face à une débarqué quand on n’a pas pour habitude de poser les yeux sur eux. Elias n’est pas compétent avec eux et le pire, c’est qu’il les craint, d’une certaine manière. Il n’est pas possible d’affronter une chose qu’on ne connaît pas, une histoire dont on n’a jamais entendu parler, aussi. En réalité, ce n’est pas une peur physique, du moins, pas vraiment. Ils ne sont pas effrayants ni même imposants. En cas où un combat en un contre un vient à se produire, il sait qu’il pourra faire le maximum pour que ça se passe au mieux. Mais il sait aussi que ce n’est pas la seule chose qui ait de l’importance et pour cette raison, il préfère en général serrer les dents. Non, son problème est plus d’ordre de la trahison et de la confiance qui n’existe pas vraiment. Il réalise avec facilité qu’il ne sait rien d’eux et de ce dont ils sont capables. Violence, maladie.. Tout est bon pour se poser de lourdes questions. Et c’est bien ça le problème, justement.

Elle le fait grincer des dents au moment où elle parle d’un quelconque talent pour se battre. Il sait que son physique laisse à penser qu’on lui a ouvert les portes vers le monde de la guerre, plus qu’à d’autres. Isdès et lui, ils sont imposants ou même impressionnants. C’est vrai. Mais ça ne veut pas dire qu’ils n’ont pas tout fait pour devenir comme ça. Ils ont fait absolument tout ce qu’ils pouvaient pour que ça se passe bien et non, ça n’a pas toujours été facile. C’est le temps et l’expérience qui l’ont amené là où il en est. Et il sait que ça ne plaît pas à tout le monde. Il ne le sait que trop bien. Mais qu’on ne vienne pas lui dire qu’il est naît pour ça. S’il l’avait voulu, il aurait pu être cueilleur ou médecin. Ou une autre stupidité de ce genre, encore. Ses bras ? Ils sont tout petit, c’est vrai. Mais c’est tout. Et c’est une bricole, dans l’idée. En vrai, il a déjà eu l’occasion de voir d’autres personnes tout aussi frêles. Elle devrait venir dans sa montagne. Elle verrait que des femmes avec sa carrure sont de véritables machines de guerre. ” Si toi vouloir apprendre, toi apprendre. Bras rien changer”. Il la trouve ridicule, mais ça, il ne le dit pas à voix haute pour ne pas paraître déplaisant. Et pourtant, d’habitude, il fait bien moins de manière. Mais il a compris que le peuple du ciel passait bien trop de temps à râler. Et qu’il était conseillé de ne pas s’attarder à les critiquer sinon, ils ne feront que se plaindre, s’offusquer et râler. Et la vie devient bien moins facile quand ça se produit ainsi.

Pour autant, au moins, elle ne reste pas dans son coin à traîner les pieds et à ne rien faire. Elle fait à manger, s’active et fait donc quelque chose. Et la donne change en long et en large. Tout est bien plus plaisant comme ça. Il déteste les gens qui se plaignent de leurs physiques, qui se disent fragiles et qui choisissent de ne rien faire. C’est blessant et agaçant. Et il n’y a rien de plus à en dire et rien à faire pour que les choses redeviennent comme avant. C’est compliqué et étouffant. C’est tout. Mais il faut que ça reprenne, il faut que les choses reprennent un sens. Alors chacun doit faire quelque chose. Encore qu’il dit ça mais faire le repas, il trouve ça un peu bizarre. Eux, ils font à manger chacun pour soit. Sauf s’ils invitent des gens, évidemment. Mais c’est une autre histoire. Le peuple du ciel fonctionne différemment, sur bien des points et surtout celui là, par exemple. ” Autres pas capables de se nourrir seuls ?”. La question glisse hors de sa bouche et il n’a pas vraiment tendance à regretter de parler. Il ne le veut pas toujours mais ça arrive, et on ne peut pas toujours revenir en arrière. ” Toi chasser ?”. Ce serait encore raisonnable. Mais si elle se contente de cueillir des trucs sur les arbres, à quel moment devrait-elle obtenir de la reconnaissance ?

Sans le traité, sans doute l’aurait-il déjà éliminé. Ce n’est pas judicieux et c’est assez maladroit de sa part de songer à ça. Mais c’est vrai. Elle aurait disparu dans un claquement de doigts et on n’aurait jamais retrouvé son cadavre. Il ne se vante pas, il connaît ses valeurs et ses capacités. Il sait de quoi il est capable. Mais il y a le traité et son éternel respect envers Tyee et les siens. Rienne pourrait lui arriver dans un tel contexte, justement. Parce qu’il a promis, lui aussi. Mais il attend, sagement, qu’un jour, il y en ait un qui l’attaquerait en premier. Et ce jour finira bien par arriver, n’est-ce pas ?

Donc juste parce qu’il est un Terrien, elle ne veut pas l’écouter ? Son histoire est ridicule et n’a pas le moindre sens. C’est agaçant, si on peut le dire comme ça, mais les choses étant comme elles sont, on ne peut pas revenir en arrière. Il n’y a pas moyen de revenir en arrière, de toute façon. A quoi bon, hein ? Un soupir s’échappe de ses lèvres, alors que sa mâchoire se serre et se crispe. Et ce simple statut fait qu’elle ne lui fait pas confiance c’est ça ? C’est horrible comme préjugé mais sans doute aurait-il eu le même, dans l’autre sens, avant. Il n’a rien fait de mal, dans l’idée, il est venu lui parler, il est venu la mettre en garde et c’est tout. Mais qu’est-ce qu’il pourrait bien dire pour que ça se reprenne et que ça redescende ? C’est une affaire compliquée, en tout cas, et c’est la seule chose sur laquelle il faille se concentrer, de près ou de loin. S’il lui arrive quelque chose, ce sera juste son fardeau ? C’est quoi cette mentalité de défaitiste ? Son histoire n’a aucun sens et ne tourne pas vraiment rond, à ses yeux. Elle avait ce quelque chose, une ombre de tristesse qui lui collait à la peau sans qu’il ne puisse voir vraiment d’où ça venait. Et c’est le genre de chose qu’on repère parce que mine de rien… Quand on en souffre soi-même, on repère les choses un peu plus facilement. Bien qu’il n’ait pas particulièrement envie de la réconforter, évidemment. “ Toi juger mon peuple sans nous connaître. C’est stupide.”. Et encore, il se trouve très délicat en disant une chose pareille ou en le formulant de cette manière. Mais ça ne veut pas dire que ce n’est pas plus ridicule. Il fait ce qu’il peut mais ce n’est pas simple. Pas simple du tout. “ Pourquoi parler de fardeau ?”. Et il n’a peut être pas envie de savoir, mais… qu’est-ce qu’il pourrait en dire hein ? Il ne peut pas juste partir comme ça. Il est difficile parfois de faire comme si on n’avait rien vu, quand on souffre soi-même, justement.
 
AVENGEDINCHAINS

avatar
07/05/2018 Dumbass*Angel non 114 Chloe Bennet Valtersen (avatar), ROGERS (signature) cuistot, avec aptitudes en botanique et cuisine 440


Sujet: Re: learning how to trust ⊰ Elias
Mar 4 Sep - 6:34


learning how to trust
Des discussions encore parfois tendues, entre certains grounders. Du moins, c’est ce que je crus comprendre, en écoutant les conversations de quelques diplomates. Toujours cette suspicion, cette impression qu’à n’importe quel moment, les accords tomberaient et qu’une véritable apocalypse surviendrait. Plus que jamais, j’avais envie de simplement m’évader, me débrouiller seule. Une option favorable à ceux et celles qui ont la moindre base de survie et de combat, car pour moi, je ne pouvais croire être capable de m’en sortir très longtemps. Mon premier instinct n’était pas de prendre les armes et d’attaquer. À mes yeux, la violence n’attire que la violence, un cercle si vicieux dont personne ne réussit à sortir. Une idéologie pacifiste qui, finalement, me coûtera certainement ma vie, même si je préfèrerais nettement avoir mon propre petit recoin et laisser les plus téméraires jouer les héros. Quel malheur, de savoir l’indifférence des terriens par rapport à cette attitude. Pour eux, autant que pour nous à vrai dire, l’autre était l’ennemi, peu importe ce qu’ils pouvaient bien faire. Il me fallait donc toujours être sur mes gardes, car la mort me guettait tout autant que les gens dans les campements. Qui sait, si au tournant, en arrivant au beau milieu de ce boisée, je ne viendrais pas à croiser la faucheuse?

Pas si dramatique, en fait, quoique je me fis surprendre par nul autre qu’un grounder. Ironie du sort, n’est-ce pas, de penser à eux et qu’il se trouve maintenant à quelques pas? On dirait que le karma n’en avait pas fini, avec moi, car le voilà qui discutait de l’un des sujets causants encore beaucoup de chamailleries avec Chris. Bonté divine, pourquoi est-ce que tout le monde pense constamment au fait de se battre, à cet acquis jugé comme primordial? Il me semble que certains n’ont pas le talent pour ça, d’où la répartition des rôles, dans une communauté. Bon, je l’avoue, mon excuse quant mon apparence physique n’avait aucun lieu d’être. Cependant, je ne pouvais croire que le chemin pour les frêles soit le même que pour les costauds, tel que cet inconnu. « On croirait entendre quelqu’un que je connais. » Je secouais la tête, ne désirant pas trop penser à Chris. « Je n’aime pas la violence, donc non, je préfère ne pas apprendre. Et la dernière fois qu’on essayé de m’enseigner quoi que ce soit, on a perdu patience. Autant dire que je ne suis vraiment pas fait pour ça. » Me remémorant du temps passé sur le vaisseau et les maigres heures d’entraînements que je reçu, avant qu’un certain jeune homme ne décide de jeter le drapeau blanc. Une plainte silencieuse dont je ne fis pas part à mon interlocuteur. Une scène qui rejouait constamment et qui effaçait beaucoup de confiance.

Pourtant, j’ai d’autres talents! Dès que j’arrive dans le garde-manger, je deviens une tout autre personne. Je suis en parfait contrôle de ce que je dois faire, je travaille d’arrache-pied sans jamais broncher une seule seconde. C’est exactement ça qui me plaît, lorsque je me retrouve à cuisiner des repas. Je sens la tension se relâcher et mes soucis s’envoler. Cet épanouissement n’avait de comparable que mes escapades pour rechercher diverses plantes. « Certains oui, mais d’autres, je ne crois pas. En fait, je ne sais pas, je ne me pose même pas la question. J’aime bien préparer les repas, ça me permet de ne pas trop m’attarder sur tout ce qui ne va pas. » Une manière de penser qui changeait complètement de la nôtre. Des traditions qui changèrent et qu’il me tardait de connaître, lors de l’arrivée des Cents sur Terre et la découverte de diverses tribus. Mon esprit d’aventure et ma curiosité qui disparurent depuis un certain moment, cédant place à du dédain et de la méfiance, tout simplement. « Non, je ne chasse pas. Je m’occupe surtout de la préparation, ou de la botanique quand j’ai un peu de temps libre. » Une chose que je pourrais presque venir à envier, des grounders. Leurs vastes connaissances des plantes en étaient à un tel niveau, j’en devenais presque verte de jalousie. Malheureusement, accepter d’apprendre de l’un d’eux est un énorme risque, étant donner qu’on ne sait toujours pas leurs intentions. En leur demandant une telle chose, ne viendraient-ils pas à me soupçonner? Le traité ne nous sauverait pas encore très longtemps, je vous le dis!

Un avis que je maintenais depuis les premières attaques, celles qui eurent raison de plusieurs Cents. Extrêmement dubitative quant à ce calme, ayant été témoin de l’extrême violence avec laquelle ils s’attaquèrent à nous. Loin était l’envie d’en apprendre plus sur eux, leur façon de vivre, comment ils s’étaient adaptée à l’instabilité de la météo ainsi qu’à la menace des fauves. À chaque fois que je voyais un grounders, eh bien je le jugeais immédiatement comme étant un ennemi. Au moins comme ça, je ne risquerais pas de me faire tuer par idiotie ou naïveté. Je gardais un œil, je surveillais et guettais la suite pour mieux fuir, et ce, rapidement. « Et ton peuple n’en a pas fait autant? Je dirais que oui, tout le monde nous a jugé immédiatement. » Pas sans raison, c’est vrai, mais de là à tuer sans s’arrêter … je ne crois pas que c’était la meilleure des méthodes. Certaines familles n’ont pas pu revoir leurs enfants, lorsque l’Odyssée débarqua à son tour sur Terre. Des gens brisés, aigris et pourtant, ils n’agissaient pas comme moi. Une façade que je souhaitais semblable, mais malheureusement, des fissures se formaient et laissaient apparaître la femme brisée qui trouvait refuge derrière les mensonges. « Tu ne comprendrais pas. » Yeux qui se fermaient, avant que je ne pousse un énorme soupir. Quoique j’en pense, parler serait la meilleure des solutions, et ce, même s’il s’agissait de quelqu’un que je ne connaissais aucunement. « Je porte le fardeau de la mort de mon frère. Quoiqu’on me dise, je sais, tout au fond de moi, que je suis à blâmer pour ça, que j’aurais certainement dû faire plus attention à lui, à ce qu’il faisait. » L’envie de crier, de juste m’emporter et casser n’importe quoi sur mon passage. Tout, sauf laisser les larmes prendre le dessus. « Et je ne devrais pas avoir le droit de tourner la page. La douleur plus intense que toute blessure physique que je ressens est ma punition. » Il était plus facile de tenir de tels propos quand Chris n’était pas là, car il se précipiterait immédiatement pour me convaincre du contraire. Une réalité à laquelle il ne voulait pas faire face, mais que moi, j’avais complètement accepter. « Je ne sais même pas pourquoi je t’en parle, ce n’est pas ton problème. » Je me recroquevillais, ressentant le poids de la culpabilité qui me gagnait encore.
code by EXORDIUM.



Contenu sponsorisé


Sujet: Re: learning how to trust ⊰ Elias

 

learning how to trust ⊰ Elias

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» South Africa learning from Venezuela's initiatives - Mbeki
» Patrick Elias...
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» BE CAREFUL ▬ Declan & Elias & Aubépine & Kathaleen
» [JR] La Diva des Folies![Pv Elias]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde :: La clairière-