Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Tael . Paranoïa
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3177 Juno Temple signa Beylin 63
Admin


Sujet: Tael . Paranoïa
Sam 30 Juin - 10:22


Paranoïa

30 juin 2118 ;; La forêt est un univers insoutenable et destructeur, un environnement où chacun de nos pas pourrait amener à une catastrophe évidente et parfois, même la météo peut entraîner des catastrophe sans nom et une situation qui lui serait impossible d’avancer. Mais ça n’a jamais été bien comme ça, et il n’a jamais été judicieux de partir dans une direction compliquée et controversée. Mais Charlie n’est pas du genre à abandonner trop vite. Certes, elle panique un peu trop, parfois, et ne peut vraiment se résoudre à agir différemment. Elle aimerait faire les choses dans l’ordre, correctement. La pluie la terrifie, en réalité, et lui fait régulièrement penser à ce fameux jour où tout a dégénéré si vite, et si facilement. Et tout ce qui a pu suivre, toutes les épreuves qu’il y a eu et toutes les difficultés qui se sont enchainées. Alors elle est devenue un peu paranoïaque sur certains aspects de son existence, et il n’est pas vraiment étonnant de voir ce genre de chose. Déjà, parce que la jeune femme peut évoquer certains aspects maladroits. Les choses ne sont pas évidentes, en tout cas, et Charlie s’est créée une existence un peu bancale sur certains points. Il aurait juste fallu qu’elle se permette de faire un peu plus attention, mais elle n’y est pas parvenue complètement.

Un soupir s’échappe des lèvres de la jeune femme alors que ses pas la font se faufiler hors du campement. Elle ne s’y attendait pas vraiment mais les choses sont comme elles sont, si on peut le dire ainsi. De toute manière, il ne sert à rien de chercher plus loin. La jeune femme a envie de souffler. Aujourd’hui, elle n’a pas envie de socialiser, elle observe, un peu de loin, les gens qui l’entoure et essaie de ne pas s’attarder sur les choses qu’elle pourrait être amenée à entendre. Elle n’a pas envie de bavarder, d’écouter ou d’observer. Elle n’a envie que de souffler et de profiter, au moins un peu. La météo a changé, s’est métamorphosé en une délicate fraîcheur réchauffée. L’été se dessine à l’horizon et ça fait du bien, elle ne peut guère le nier. Elle n’a rien contre l’hiver, contre la neige, contre le reste. Elle se plaît dans certains contextes et elle ne risque pas de faire quelque chose de différent. Mais le froid, ce n’est pas une bénédiction. En plus, dès que les températures baissent, la patrouille se fait beaucoup moins plaisantes, les nuits sont horribles et il n’est même pas possible de vraiment se plaindre. C’est insupportable. Mais elle est disposée à faire avec, quoi qu’elle en dise. De toute manière, elle ne voit pas vraiment ce qu’elle pourrait en dire. Il n’y a pas quelqu’un ici, quelque part, qui pourrait être amené à changer le temps qu’il peut faire. Non, on se réveille le matin, on regarde ce qui se passe et on avise. Ils n’ont pas assez d’habits, pourtant, pour pallier les différents changements de temps et c’est sans doute le point le plus contraignant de toute cette histoire.

La jeune femme n’a absolument pas envie de se prendre la tête à propos d’une situation qui pourrait lui échapper. Mais on ne peut pas vraiment dire que ce soit évident. Loin de là. C’est une affaire qui ne roule pas vraiment mais il est obligatoire de faire avec. Mais ce n’est juste pas évident et il faut simplement faire avec. M’enfin bon, il n’est pas nécessaire de chercher plus loin ou du moins, pas nécessaire de le faire. A quoi ça pourrait bien servir ?

Lorsque son regard se pose sur Taël, elle ne voit pas tout de suite ce qui l’a poussé à rester là, prostré sur le sol. Mais le mouvement fugace et rapide du serpent finit par attirer son attention, plus que nécessaire. Les pensées se précipitent alors et se chevauchent. Maladroite, perdue, et effrayée, la jeune femme en vient à se demander si cette histoire ne va pas prendre une tournure dramatique. Parce que c’est sans doute de ça qu’il va s’agir, une situation qui va sans doute tout détruire. Taël est un pilier du campement, et il ne peut quand même pas mourir ! Elle panique, son coeur palpite et ses mains se font moites. Elle ne sait même pas si ses jambes seront en mesure de la porter bien longtemps. Mais il va falloir qu’elle fasse quelque chose, ou du moins, qu’elle dise quelque chose. Ce n’est pas facile, mais elle ne peut clairement pas garder le silence juste parce qu’elle en a envie. Et ça n’a jamais fonctionné comme ça. La panique ne permettra pas de le garder en vie. Mais elle ne sait pas, et elle n’a jamais su. C’est flippant, c’est sûr. Mais elle va bien trouver quoi dire ou comment le dire. Elle ne sait juste pas comment s’y prendre. Bordel. ” Qu’est-ce qui s’est passé ? Tu sais ce qu’il faut faire ? T’as été mordu y a longtemps ? TU VAS PAS MOURIR HEIN ?!”. Perdue, Charlie se met à paniquer, bien plus que nécessaire. Elle cherche, tente de comprendre comment arranger les choses mais elle n’y parvient pas et elle panique un peu trop. Elle déteste cette situation mais que pourrait-elle en dire ? Elle a presque envie de pleurer tant la situation la terrifie. Et qu’est-ce qu’elle fera s’il se met à la faire paniquer ? S’il se met à paraître peu cool ? Toute cette histoire est compliquée, en tout cas, mais il faut vraiment qu’elle parvienne à trouver quoi faire ou comment le faire. Il ne doit pas mourir ou elle n’y survivra même pas !
AVENGEDINCHAINS

 - Hit the Road -
avatar
16/04/2015 Isaïah/Burning Soul Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam 12539 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie Cent / Ex-kidnappé 181
- Hit the Road -


Sujet: Re: Tael . Paranoïa
Dim 8 Juil - 12:42


Charlie  &  Tael @ASnakeundertheStone


A force d'échapper aux pièges que vous tend la nature, ou même ceux des êtres humains, parfois on peut devenir un peu imprudent. On pourrait même se mettre à croire que finalement on est  invincible. Après tout Taël, quand on l'a choisi pour faire partie des cent, normalement il était condamné à mourir. Et puis non, et quand il a posé les pieds sur le sol de cette nouvelle terre, il ne donnait pas cher de sa peau, mais la mort n'a pas voulu de lui. Même chose avec les Rahjaks. Et la fois ou il s'est retrouvé accroché au-dessus de la falaise, que ce terrien monosyllabique à prit la peine de le remonter. Sans oublier les griffes de l'ours qui décorent encore son épaule, puis cette mésaventure dans la rivière gelée qui lui a coûté un orteil. Ce qu'il dérobe du mieux qu'il peut aux yeux des autres.

Parfois il trébuche ou boîte un peu quand la fatigue le submerge, mais personne ne parait l'avoir remarqué. Aussi pourquoi une petite excursion dans la forêt, à la recherche de quelques plantes à rapporter aux médecins, afin d'aider les malades pourrait lui causer un problème ? Désormais il sait de quoi se méfier, ou marcher, quoi éviter, mais surtout ce qu'il ne faut surtout pas cueillir ! Aussi en cette belle matinée, après avoir averti Rachel, puis Morgan il a amené James auprès de Rose, pour qu'il puisse s'amuser, et pas s'ennuyer à le regarder fourrager dans l'herbe à l'attendre.


Il à saisit sa besace, et une mélodie aux lèvres il s'est enfoncé dans la végétation. Bien que le cuisinier ne possédé pas un bon sens de l'orientation, il parvient malgré tout à se rendre à divers endroits qu'il à imprimé dans sa mémoire. Tael, il ne se perd désormais plus comme au début de son séjour ici, mais il évite de prendre des directions pas usuelles pour ne pas errer des heures bêlements. Et surtout ne pas inquiéter les autres cent. Ils sont beaucoup moins, désormais, et une absence inexpliquée pèse bien plus qu'il y a quatre ans. Ils sont solidaires, même les plus discrets sont couvés.

Aujourd'hui il va vers le ruisseau, là existe quelques herbes médicinales plus complexes à obtenir, et ce coin précieux vers lequel Sofia l'avait conduit, il le garde pour lui, comme il le lui avait promis à la terrienne, même si depuis la guerre, elle n'a jamais  réapparue. Pour les cas de plus grande nécessité. D'ailleurs avec le cyclone il manque constamment des tas de produits ou de composants.

Le chant de la rivière l'attire et le bouclé fait un petit détour pour se rafraîchir le visage. Ensuite il s'assied sur quelques rochers afin d'observer un peu cette nature qu'il aime mais qui demeure trop souvent une énigme pour lui. Il apprécierait de voir surgir Tristam. Bien qu'il se doute que ce dernier ne se montrera plus jamais, comme il n'a jamais découvert son corps, il espère un peu dans le vide qu'un miracle se produira. Et qu'un jour à nouveau ils partageront des moments magiques...


Là, un peu plus loin une jolie fleur à l'éclat rouge capture son œil, alors il se relève va se mettre à genou juste à côté, écarte une roche ... Et là, rapide comme l'éclair un truc noir... ou vert ? Ou rouge ? Taël il n'a pas le temps de vraiment regarder, lui saute sur le bras, juste au-dessus du coude. Alors il agite celui-ci, puis sautille pour s'en débarrasser, avant de penser à ressentir la crainte prendre sa poitrine en étau. Finalement ça le lâche, se faufile dans les herbes, passe entre deux jambes qui lui font relever le visage pour découvrir Charlie. L'a-t-elle suivit ? Voilà la première pensée qui surgit dans sa tête. Cependant une sensation de piqûre rappelle son regard vers son membre, il y voit deux petits points bien rouges ou transpire une larme de sang. Une morsure ... La merde.

Le désespoir, l'élément inattendu ... Et la blonde qui s'agite à ses côtés, celle dont il se tient le plus éloigné possible depuis des années. Pourquoi ? Il ne pourrait plus le dire, pourtant ce n’est pas comme si il possédait une mauvais mémoire. Mais avec tout ce qui leur est tombé sur la tête depuis leur arrivée, leur vie d'avant, bien que toujours présente, s'est atténuée par bien des aspects. Ce serait con en plus de la rembarrée alors que c'est peut-être elle qui va recueillir ses derniers mots. Bien oui, la fatalité le transporte maintenant vers les scénarios les plus dramatiques ...


« Un serpent  » Halète-t-il quand elle demande affolée de quoi il en retourne. iLe Bouclé lui montre les blessures en guise d'explications afin qu'elle puisse  les voir qui commencent à gonfler « Il m'a mordu, il était caché sous la pierre ... » Rajoute-t-il perdu, affolé ... Tout ce dont il parvient à se rappeler c'est le mot *Poison* qu'il répète d'ailleurs tout haut « Poison » En levant ses yeux gris vers la jeune fille.

D'ailleurs il ne se remémore pas l'avoir jamais vu paniquer comme en ce moment. Elle à toujours une répartie de derrière les fagots, un peu sauvage, lui la considère comme un personne joyeuse et trop moqueuse, mais courageuse et forte. Une de celles qui ne laissent jamais dominer par la peur. Alors lui il se laisse emporter par l'inquiétude plus que surprenante que Charlie manifeste à son sujet.

Lui au fond il ne connait pas la manière dont on s'occupe de ce genre de cas, bizarrement des cas comme celui-ci ne sont jamais arrivés jusqu'à l'infirmerie, bon ils n'ont peut-être pas eu le temps, ce qui expliquerait que ce soit un danger auquel on ne se réfère que très peu. D'ailleurs là tout de suite il a l'impression que la terre tourne autour de lui
« Je crois que je vais m'évanouir, ou alors je vais vomir » Parce qu'il a mal au cœur, et que des frissons le parcours désormais, comme si une fièvre s'emparait de lui « Tu crois que je vais souffrir beaucoup ? »


@Charlie Solomons @Elias Caroll @Astrid Helgusson
En ligne

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3177 Juno Temple signa Beylin 63
Admin


Sujet: Re: Tael . Paranoïa
Sam 14 Juil - 21:52


Paranoïa

30 juin 2118 ;; Taël, ce n’est pas un ami, c’est une personne qui ne doit pas beaucoup apprécier Charlie et Charlie, elle a tenté plusieurs fois mais elle ne va certainement pas se battre pour que cette personne la regarde de près ou de loin. Les choses sont comme elles sont et il ne sert à rien de chercher bien loin. La situation est comme elle est, et il n’est pas de son genre d’insister sans réelle raison. Les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent et si ça ne se passe pas toujours bien, il ne sert à rien de chercher. Il ne l’apprécie pas ? Tant pis, cela ne va sans doute pas l’empêcher de dormir. Mais pour autant, il reste quelqu’un de cool, et de sympa. Et elle ne peut pas vraiment le nier. Il compte sur le campement et de loin, elle l’apprécie quand même un peu. Et puis bon, elle ne va certainement pas laisser mourir quelqu’un. Pas comme ça, pas sous sa responsabilité et pas aussi bêtement non plus. Elle ne sait pas quoi dire, ni même comment le dire, elle panique déjà alors qu’elle ne sait pas forcément de quoi il est question. Oui, c’est sans doute un peu stupide mais qu’est-ce qu’elle y peut ? Elle a fait de son mieux pour que cela ne se voit pas et pour que ce ne soit pas une trop grosse catastrophe.

Elle lui tombe dessus et elle ne sait pas trop quoi dire, elle est perdue et en même temps, elle sait qu’elle ne peut pas le laisser comme ça. Sans doute voudrait-il l’envoyer buller, lui demander d’aller chercher quelqu’un d’autre. Oh sans doute est-elle en train de fabuler mais elle ne peut pas toujours faire ce qu’on voudrait d’elle. Disons qu’elle fait de son mieux dans l’instant. De toute manière, il n’a pas le choix, il doit faire avec elle et ses options sont presque inexistantes. Parce que bien sûr, il n’est pas tombé sur la médecin du camp, mais sur la nana qui a tenté plusieurs métiers et qui s’est résilié à être patrouilleur parce qu’elle ne savait pas quoi faire d’autre. Elle ne va certainement pas prétendre le contraire mais là, pour le coup, elle déteste l’idée que les choses puissent être une catastrophe de ce genre. Elle ne sait pas quoi faire, et en même temps, elle sait qu’il faut qu’elle fasse quelque chose. C’est compliqué, en tout cas. Elle s’agite, elle fait ce qu’elle peut mais en réalité, elle ne sait même pas comment elle est supposée s’y prendre. Ce qui rend la situation catastrophique.

« Un serpent ». Elle reprend un peu contenance. Le serpent, elle l’a vu se faufiler dans l’herbe, elle sait donc que c’est lui le responsable. Pour autant, ça ne veut pas dire que ça rend la situation plus pratique ou facile. L’animal est parti et de toute manière, ce n’est certainement pas avec lui qu’elle va y arriver. « Il m'a mordu, il était caché sous la pierre ... ». Ils se faufilent toujours un peu vite, et on peut à peine les repérer. Une belle prise de tête, un agacement improbable. Elle ne supporte pas ce qui vient de se passer, mais pour le reste, elle ne voit pas non plus ce qu’elle pourrait en dire. Pour tout dire, c’est pire, elle ne trouve pas les mots et d’habitude, elle sait toujours quoi dire ou comment le dire. C’est compliqué, c’est justement ça, l’histoire qui la perturbe. Mais les choses sont comme elles sont, si on peut le dire, dans un sens. Et du coup, elle n’ira pas dire que ces serpents lui font peur mais elle ne nie pas que c’est une histoire un peu effrayante. Parce que c’est justement de ça qu’il est question. C’est effrayant, en tout cas. « Poison ». Oui, malheureusement, ça aussi, elle l’avait deviné et c’est justement plus compliqué que le reste. C’est justement ça qui est flippant. Et c’est effrayant à souhait. ” Okay ! Tu sais comment on gère le poison ? Comment on l’enlève ? Tu vas pas mourir hein ? Je dois faire quoi, tu sais ?”. Elle panique un peu, elle panique à demi-mot mais surtout, elle ne sait pas quoi dire, et ça l’agace clairement. Elle ne supporte pas de ne pas savoir, de ne pas trouver les bons mots et de ne pas réussir à arranger les situation. Et pourtant, les choses n’ont jamais fonctionné comme ça. Elle n’a jamais été douée mais là, il est question de la vie de quelqu’un et c’est justement pour cette raison que l’histoire est plus compliquée encore. Elle essaie de réfléchir à toute vitesse, mais ça ne donne rien d’extraordinaire.

La mort lui fait peur, ça la terrifie et la laisse perdue. Et c’est justement pour cette raison qu’elle ne sait pas vraiment sur quel pied danser face à la situation bancale qui se faufile à l’horizon. Elle ne sait pas quoi dire mais il faut à tout prix que toute cette histoire s’arrange. Il faut que ça commence maintenant, que ça se passe bien. Mais ce n’est pas forcément une réussite. La mort, c’est le sujet face auquel elle perd les mots. « Je crois que je vais m'évanouir, ou alors je vais vomir ». Bon, s’il pouvait juste éviter de vomir sur elle, ce serait déjà bien. Ce n’est absolument pas plaisant ni même tentant. ” Retiens le tout, ça devrait aller. Si tu vomis, je vais vomir aussi et pourtant, aucun serpent ne m’a mordu !”. Elle ne préfère même pas y réfléchir. C’est déjà bien trop étrange ou même flippant, pour tout dire. Mais ouais, il y a certaines petites choses qui ne sont pas vivables du tout. Et là… M’enfin bon, ce n’est pas vraiment le sujet du moment. Là, pour le coup, elle doit d’abord l’aider. Et puisqu’elle ne sait pas comment, la situation ne se prête pas du tout à un sentiment calme et plaisant. « Tu crois que je vais souffrir beaucoup ? ». Bon, déjà faudrait voir où en est la situation. Là, tout de suite, est-ce qu’il souffre ? Il a mal où ? Comment il se sent ? Si ça va à peu près, peut-être qu’ils ont encore le temps de rentrer ? Elle l’aide un peu à marcher et le tour est joué ? Non, dans l’idée, elle ne sait pas du tout. ” Je ne sais pas. T’es comment là ? Tu pourrais marcher ?”. Principalement, si elle panique dans l’instant présent, c’est surtout parce qu’elle ne sait pas comment le guérir. Elle est la pire personne qui puisse se trouver avec lui. Mais c’est à elle et elle seule d’essayer de l’aider. Elle ne sait juste pas comment.
AVENGEDINCHAINS

 - Hit the Road -
avatar
16/04/2015 Isaïah/Burning Soul Ozvan & Hyacinthe & Ten & Celeste ( ex Elouan ) & Tam-Tam 12539 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna & Rowen & Harlan Cuisinier - Aide soignant/Leader Camp de vie Cent / Ex-kidnappé 181
- Hit the Road -


Sujet: Re: Tael . Paranoïa
Mer 22 Aoû - 17:14


Charlie  &  Tael @ASnakeundertheStone




Détester possédait une signification trop inéluctable, qui appelait à un  sentiment trop grave pour qu'on puisse lui accorder le pardon. Et surtout il ne haïssait personne le bouclé, seulement celui ou celle qui le dénonça sur L'Odyssée pour son acte. Un lâche qui ne montra jamais son visage, qui ne prit pas son courage pour venir le trouver, et lui offrir le choix de restituer la farine dérobée.

Bon en réalité il n'aurait pas su, car il l'utilisa directement pour faire un truc qui ressemblait à un gâteau pour sa mère. Et à moins que cette personne se révéla être Charlie, et bien il ne l'abhorrait pas. Non fuir paraissait une description plus heureuse. Ça datait probablement de loin, car sur terre, quand il vit son visage à la blonde, il recula aussitôt pour l'éviter. Le cuisinier ne chercha pas à lutter contre cette impression, tellement d'événements s'enchaînaient, les étourdissants tous complètement.

La survie commençait, alors plus tard il chercherait dans ses souvenirs de quoi il en retournait avec elle, mais des actes plus importants le pressait vers d'autres horizons pour ne pas se faire larguer par les autres ... Cependant il ne braqua pas ses intérêts sur ce léger problème, qui lui paraissait, à l'époque, plutôt futile. Puis de toute façon ils mourraient tous d'ici peu, il s'en persuada si bien qu'il se coupa un peu des relations sociales du campement.

La vie passant, il devint de plus en plus évident qu'il ne lui restait plus d'autre choix que de s'impliquer avec les siens. Peu à peu il s'ouvrit à quelques personnes, avec une main sur la poignée du seuil de sa sociabilité. Afin d'en claquer la porte si on osait en forcer le seuil plus qu'il ne le permettait. Taël, il bifurquait quand il la voyait, il s'arrangeait pour que ce soit un autre qui s'occupa d'elle dans les cuisines, et comme elle ne le poursuivait pas, ça ne causait pas de vrais soucis dans la vie quotidienne. Bon depuis qu'il se vit attribuer le rôle de leader de camp de vie, il se devait de composer un peu plus avec elle. Néanmoins comme Andrew  @Andrew Harrington les aidait pas mal,  lui et Liam @Liam Cohen, elle s'adressait souvent à ce dernier avec qui elle partageait un lien fort et particulier. Tant mieux, ça arrangeait tout le monde et surtout lui, Tael.

Mais il ne lui souhaitait aucun mal non plus , le jour du Cyclone il nota son absence, et s'élança au dehors en parti avec cause d'elle. Le bouclé, il n'acceptait de laisser personne derrière lui, qu'il les apprécia ou non. Alors si un jour s' il s'avérait vital qu'il prenne sa défense, il ne reculerait pas. Tant que par la suite ça demeurait statut Quo, et qu'il ne doive pas fréquenter la blonde. Il s'accrochait à cette idée un peu bêtement comme une règle de vie.

Mais il se présente parfois des circonstances ou tous les points qu'on s'applique de garder dans sa vie volent en éclat. Notamment en cet instant précis ou le bouclé se découvrait victime d'un incident imprévu, ridicule, dérisoire, désespérant... Généralement il possédait un certain sang-froid, mais comme les secondes s'affolaient, il ne parvenait pas à le retrouver.

Les Questions de Charlie traversaient ses oreilles comme un train emballé qui venait s'écraser en plein sur son cerveau. L'empêchant de formuler une phrase décente « On aspire ... On aspire » Tout prononçant ces mots il imitait le geste d'entailler sa peau. Ses dents claquaient au bouclé comme s'il venait de pénétrer dans un paysage hivernal et glacé .

« Je suis tombé dans l'eau » Avoua-t-il hors de propos, un incident jamais raconté à qui que ce soit « En plein hiver, j'avais fait un trou pour du poisson » Poison ... Elle lui demandait pas mourir la blonde. S'il suffisait de désirer, tout deviendrait  facile, il se relèverait, il s'éloignerait le plus possible de ce lieu

« Fais attention Charlie, si il y en avait d'autres » Une bonne mise en garde pour "rassurer" la jeune fille. Oui son estomac se retournait dans son ventre, ça refluait le long de son œsophage, mais il dégluti un gros coup comme le conseillait sa camarade« Putain c'est dégoutant » Et pourtant il ne jurait jamais Taël, mais quand on frôlait la mort, on se permettait parfois des privautés inédites.

Il anticipait Taël. Le Pire. Une paralysie peut-être ? Des convulsions ? Un coma ? La voix de la blonde le tira de ses fantasmagories « Ca me démange fort là où il a mordu, on dirait que ça creuse ... Sinon j'avais lu aussi qu'on pouvait brûler la morsure pour empêcher le poison de se répandre ? » Interrogea-t-il avec un certain espoir, non pas celui de se faire appliquer une flamme dévastatrice sur la main, mais de passer au travers l'inéluctable par miracle « Dis si je me mets à délirer tu te sauveras pas ? »

Généralement il ne demandait rien Taël, il confrontait le pire plus ou moins stoïque, cette fois confirmait l'exception. Le débarqué, il se dispersait dans tous les sens, incapable de suivre une idée jusqu'au bout. Il l'admettait difficilement mais en cet instant il ressentait le besoin de la présence de Charlie. Même si pas plus que lui elle ne connaissait la procédure à appliquer dans un tel cas « J'ai de la fièvre je crois Charlie, ça commence, ça envahit tout mon corps ... »

Il secoua sa chevelure bouclée avec force. Non non on ne pouvait pas perdre le cap. ça ne circulait pas si vite du venin ... Sa main intacte s'en alla à la recherche de la lame de tristam, qu'il ressorti triomphant de sous sa chemise, sous le nez de Charlie « Vois je coupe » Il entailla sa peau profondément sans prévenir puis tendit la blessure vers la blonde « Maintenant suce tout ce que tu peux... »


@Charlie Solomons @Elias Caroll @Astrid Helgusson
En ligne

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3177 Juno Temple signa Beylin 63
Admin


Sujet: Re: Tael . Paranoïa
Ven 7 Sep - 14:06


Paranoïa

30 juin 2118 ;; Depuis qu’ils sont sur Terre, les occasions ont été très nombreuses pour perdre la vie, c’est vrai. Il n’a pas toujours été facile de trouver le bon chemin à suivre et d’autres choses du genre. Charlie, elle s’est longtemps perdue au milieu de tout ça, elle ne s’est jamais sentie à son aise et sur bien des cas, elle a continué à se perdre. Il y a que par sa maladresse et certaines mauvaises décisions, elle aurait pu perdre la vie plusieurs fois. Quelques cicatrices, quelques marques sur le corps. Les choses ne se sont pas toujours bien passées. En tout cas, la jeune femme n’a pas envie de voir ce monde tourner en rond, les choses sont catastrophiques. Elle avance, fait de son mieux pour que ça se passe bien, mais ce n’est pas toujours le cas. Parfois, la blonde perd tout contrôle de ce monde, et parfois, elle se surprend à faire encore quelques erreurs mais on ne fait pas toujours ce qu’on veut n’est-ce pas ? Mais en réalité, bien qu’il y ait eu des morts sur le campement, elle a eu la chance de ne pas côtoyer la mort de trop près. Son problème, désormais, c’est qu’elle réalise que ce moment semble être finalement arrivé et ça ne facilite absolument pas la donne. Au contraire. Et désormais, il va juste falloir faire les choses dans l’ordre et de la bonne manière, disons. Mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne, n’est-ce pas ? Qu’on le veuille ou non, on doit faire face à toutes les éventualités, n’est-ce pas ?

Aspirer, ça la laisse perplexe, et à ses yeux, ce n’est peut-être pas ce qu’il faut faire. N’est-ce pas une manière de se contaminer sois-même ? A quel moment est-ce que ça pourrait être une bonne idée ? Mais elle n’est pas médecin, elle s’appuie juste sur l’idée qu’il ne l’est pas non plus et qu’il n’est pas judicieux de foncer pour des choses qui ne sont pas forcément nécessaire. ” Tu es sûr que c’est ce qu’il faut faire ? Je reste sceptique face à la manoeuvre”. Très sceptique même. Mais bon, elle suppose que quelqu’un sait ce qu’il faut faire. Elle ne sait juste pas ce qu’il faut faire et en plus de ça, elle n’a pas envie d’épiloguer plus longtemps. Il faut trouver une solution et quelque chose de rapide. Sans qu’elle n’y perde la vie elle-même. Elle ne sait pas ce qu’il faut faire, elle panique largement mais il est hors de question pour elle de faire une erreur et de foncer sans réfléchir. Elle ne veut pas que son ami meurt mais elle ne veut pas non plus mourir. Et ça complique la chose parce qu’elle ne sait pas vraiment ce qu’elle est censée dire ou faire. Et à force de se poser des tas de questions, il semble évident qu’elle ne fait rien et qu’elle n’avance absolument pas la situation. Et Tael, il pourrait mourir à tout instant, juste parce qu’elle n’a rien fait. N’est-ce pas pire encore ?

Cette histoire de poisson et d’eau, elle n’y comprend pas grand chose, elle ne sait pas ce qu’elle doit y répondre. Le temps d’une seconde, ou peut être deux, elle reste là, à le fixer, se demandant s’il n’est pas déjà en train de délirer. Et si c’est le cas, qu’est-ce qu’elle est censée faire ? Il est facile de serrer les dents, il serait tout aussi facile de se détourner et de disparaître, de prétendre que rien n’est arrivé et que non, elle ne l’a pas vu. Pourrait-elle vivre avec un tel souvenir à l’esprit ? Elle ne peut y croire. ” Pourquoi est-ce que tu me dis ça ?”. Elle grimace, s’il délire, alors les choses s’accélèrent. Et après? La mort ? Que pourra-t-elle dire aux autres ? Qu’une nouvelle fois elle n’a servi à rien ?

Il évoque l’idée qu’il puisse y en avoir d’autres et elle observe rapidement autour d’elle, elle n’a pas envie d’y croire mais c’est possible, n’est-ce pas ? Une nouvelle fois elle est tentée de fuire, et de disparaître mais la solution de facilitée n’est jamais la bonne n’est-ce pas ? Quant au côté dégoûtant de l’histoire, elle est assez bien d’accord et ne risque pas de le nier. Mais à quoi bon le dire à voix haute, hein ? Tael semble déjà être en train de délirer et pour tout dire, elle ne sait pas forcément ce qu’elle est censée lui dire. Il est sans doute grand temps pour elle de prendre un peu les choses en mains ou du moins, temps d’essayer d’y arriver. Ce qui n’est pas forcément gagné, soyons honnêtes.

En tout cas, elle n’a jamais rien lu des choses qu’on peut faire si on se fait mordre. Mais cette idée qu’on puisse brûler la plaie, elle ne lui paraît pas mieux que les autres, justement. Et c’est presque effrayant. ” Je crois qu’il faut que tu arrêtes de lire n’importe quoi Taël. T’es sûr que ça disait de brûler la plaie ?”. Si ça se trouve, il y avait deux pages collées ? parce que pour le coup, elle n’a peut-être aucune idée de ce qu’il faut faire mais toutes ses idées semblent un peu trop barbares pour qu’elle puisse y réfléchir un peu. ” Tu ne veux pas aussi qu’on coupe, ça ne va pas plus vite ?”. Sa remarque est sans doute un peu maladroite, mais elle n’a pas pu la retenir. Elle espère juste qu’il ne se mette pas à dire que c’est une bonne idée. Il semble déjà pris de folie. Elle a seulement envie de savoir s’il ne serait pas possible de l’emmener, en l’aidant à marcher, jusqu’au campement où quelqu’un sera en mesure de prendre la situation en mains. Ils ne peuvent pas être si loin que ça, si ? Peut-être qu’elle pourrait aussi le laisser là, aller chercher de l’aide. Mais dans ce cas, comment pourrait-elle agir ? Est-ce qu’elle peut vraiment le laisser tout seul, comme ça ? ” Je ne vais pas te laisser, t’inquiète pas”. Pourtant, elle-même est très inquiète. Qu’est-ce qu’elle est censée faire pour que ça se passe bien, hein ? Est-ce qu’il y a réellement une solution à tout ça ? Et dans ce cas, qu’est-ce qu’elle est censée faire ? Bordel, les solutions sont si faibles… Et en réalité, elle se permet de croire qu’il a déjà commencé à délirer. Et c’est le point le plus compliqué de cette histoire, justement.

De la fièvre… Est-ce que tout est fini ? Est-ce qu’il est trop tard ? Dans ces cas-là, qu’est-ce qu’il devrait bien dire ? Est-ce que c’est si simple que ça ? Toute cette affaire est compliquée et destructrice. Elle se demande comment elle va pouvoir avancer dans ce monde si elle ne parvient pas à sauver le jeune homme. Elle pose sa main sur son front et il lui paraît un peu chaud mais dans le fond, les températures sont un peu hautes et le stress ne doit pas aider grand chose. ” Tout ira bien, j’en suis sûre”. Elle ne l’est pas du tout mais elle tente de positiver parce que c’est tout ce qui lui reste, finalement. Et c’est loin d’être facile.

Plongée dans ses pensées, elle ne fait pas tout de suite attention à ce qu’il fait et reste un peu perplexe, c’est vrai. Quand elle voit le sang, elle ne s’y attendait tellement pas qu’elle ne sait même pas quoi lui dire ou comment réagir. Le temps d’une seconde, elle le regarde faire et se met à paniquer aussitôt. Elle arrête son geste, bloque sa main. Ses doigts sont tremblants et elle ne sait pas quoi lui dire. Elle sent les larmes lui monter aux yeux, et elle serre les dents pour ne pas pleurer. Mais vraiment, ça ne tient qu’à un cheveu, c’est une catastrophe. Quant à sucer la plaie, non, elle n’est toujours pas partante. ” Je vais t’aider, et on va aller au campement où un médecin pourra t’aider, d’accord ? Tu dois arrêter de te couper comme tu le fais !”. Elle se frotte le front, y laisse un peu de sang sans le faire exprès. L’arme dans sa main, elle espère qu’il ne tentera pas une nouvelle fois de se faire du mal. Ce fut déjà difficile de lui arracher de la main… ” Aide moi et nous y arriverons, d’accord ?”. C’est un dernier espoir, une unique solution. Il faut qu’il suive...
AVENGEDINCHAINS

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Tael . Paranoïa

 

Tael . Paranoïa

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Paranoïa dans les bois... Jusqu'à ce que le loup nous voit !
» Paranoïa XP
» Le mot que l'on entend beaucoup.....
» [Alone] La paranoïa n'est pas une maladie.
» Baoht Tael'Chath Himrelth [Haut Prêtre de Valas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Aux alentours des Cents :: Le ruisseau-