Aller en bas
Eirik Thorvald
DATE D'INSCRIPTION : 15/06/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 378 CELEBRITE : Colin Farrell COPYRIGHT : ABΔИDON METIER/APTITUDES : ancien esclave, participe à la rébellion Rahjak TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Le chaînon manquant. | Tamara

le Sam 23 Juin - 22:33
Une ombre, il n’était qu’une ombre. L’homme réfléchissait à peine. Où allait-il, pourquoi faire ? Peu importe. Il attendait que le temps file. Comment en était-il arrivé là ? A avoir un chien de berger et un cheval ? Eirik se reposait à l’ombre, regardant Avoine à ses côtés, le chien d’Elouan. Elouan qui était probablement mort, il n’en savait rien, il ne l’avait pas cherché. Était-ce égoïste de sa part ? Probablement. Il s’était habitué à cet animal. Il le laissait maintenant se blottir à ses côtés et consentait même à passer sa main épaisse dans sa fourrure blanche. Il ferma un instant les yeux, épuisé et bercé par le bruit du vent dans les arbres. Il avait encore de la route avant d’atteindre l’auberge et il préférait être prudent. Depuis la mort de Kyran, sa paranoïa était remontée en flèche et il évitait tout le monde. Il savait que la mort l’attendait s’il n’y prenait pas garde. Avait-il peur de mourir ? Absolument pas. Quelques mois en arrière, il avait croisé un homme avec un pendentif en forme de colibri et cela avait réveillé de vieux souvenir. Il rêva d’une femme qu’il avait aimé et qui était enceinte, autrefois. Eirik rêva de son odeur, de ses cheveux si particuliers et de sa culture différente de la sienne. L’homme se réveilla avec un goût amer dans la bouche. Il ignorait jusqu’où avait été Leia et si elle avait pu mettre au monde l’enfant. Il savait que Near n’était pas son fils, ils ne se ressemblaient pas et leurs teints ne correspondaient pas. En tout cas au teint foncé de Leia.

Le Rahjak se redressa. C’était de l’histoire ancienne, il ne voulait pas y penser, absolument pas. Il remonta en selle sur son étalon gris fougueux de Rahjak qu’il avait récupéré d’une vieille connaissance haïe. Un sifflement rauque et il vit Avoine à ses côtés alors qu’il pressa les flancs de sa monture qui fila, excitée. Etalon et chien s’étaient habitués l’un à l’autre. Au début cela avait été difficile. La monture caractérielle d’Eirik n’avait pas supporté le chien, mais elle avait dû s’y faire. L’ancien esclave ne donnait pas le choix en réalité. Surtout pas aux animaux. Après plusieurs heures, il distingua l’auberge et alla mener sa monture dans l’écurie qu’il connaissait maintenant par cœur. Eirik ne savait pas combien de temps il resterait ici, ni même il irait ensuite. Il se glissa une poignée d’herbe médicinale dans la bouche et la mâcha longuement avant de décider d’aller dans l’auberge, accompagné d’Avoine. Même s’il était un client habituel, jamais personne n’avait osé lui demander pourquoi du jour au lendemain, il était apparu avec ce grand berger des montagnes. Il voyait bien la peur dans le regard des gens et cela lui donnait une intense satisfaction. Eirik aimait faire peur. Il était rasé pour une fois, par contre il n’avait pas coupé ses cheveux. D’habitude, il les coupait régulièrement, une vieille habitude du temps d’autrefois, mais là, ils étaient attachés avec une corde. Ils formaient une sorte de chignon sur sa tête, comme une sorte de guerrier.

Eirik aurait pu être guerrier s’il était né dans une autre tribu, si son destin n’avait pas été scellé. Avoine était à ses pieds, tout sage et c’était ainsi que le Rahjak l’aimait. Il n’aimait pas les animaux qui faisaient du bruit. Le chien n’était pas discret à cause de sa taille, mais le brun s’en fichait bien au final. Il restait avec sa bière à une table, l’air de rien. Mais quelqu’un le sortit de sa rêverie. Il la vit passer, cette silhouette belle, ces cheveux ondulés, ce regard particulier. Ce ne fut pas sa beauté qui l’attira, non ce fut ce qu’elle portait autour du cou. Un colibri, une coïncidence ? Elle était la deuxième personne qu’il croisait en quelques mois qui portait ce collier. Il se figea complètement. Avoine leva la tête, fixant son nouveau maître. L’homme devait savoir, il devait demander. Il la regarda s’asseoir. Il la fixait un peu trop, mais il s’en fichait. Il n’était pas le genre de gars qu’on venait emmerder, au contraire, il était le genre de gars qui terrifiait par sa stature et son regard glacial. Il se leva lentement. Il devait en avoir le cœur net. Eirik se leva, un peu dans un état second et s’approcha d’elle.

« Bonjour. » Sa voix était rauque tellement il l’utilisait peu. « Puis-je m’asseoir ? » Et il la regarda. Il eut un étrange sentiment de déjà vue. Quelque chose chez elle l’attirait et il ne se l’expliquait pas. Cela n’était pas arrivé depuis bien longtemps. Ce n’était pas une attirance malsaine comme il pouvait en avoir. Non juste un instinct qui le poussait à s’approcher d’elle. Avoine s’était levé et approché d’eux, battant doucement de la queue comme pour s’inviter entre ces deux êtres qui ne se connaissaient pas, mais qui avaient énormément en commun : le même sang.
❄ ☩ Le ≈ Monde ∈ Du ∋ Six ≈ lances ☩ ❄
Tamara Quetzalcoalt
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : I/RiverSoul MULTICOMPTES : Tael & Oz & Hyacinthe & Ten & Elouan MESSAGES : 1212 CELEBRITE : Imaan Hamman COPYRIGHT : Lux aeterna & Mini-miller ( Hela ) & kawaiinekoj METIER/APTITUDES : Sentinelle / Artisan ( potier ) TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 140
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Re: Le chaînon manquant. | Tamara

le Jeu 5 Juil - 18:15

Eirik & Tamaral  #Colibri @SomethingInTheAir



Ailleurs. Voilà un mot qui l'interpellait. Jusqu'à la venue des enfants du ciel, elle se contentait très bien de son petit monde. Oui elle rêvait de la mer, mais comme d'un lieu qu'elle n'atteindrait jamais, qu'elle fantasmait comme bon lui semblait. Seulement voilà, ces étrangers descendus de l'espace, qui se prétendaient descendants de la race humaine, éveillèrent son côté aventureux. Elle ne parvint pas à résister à son envie de les espionner pour en apprendre le plus sur eux.

Au point qu'elle se prit d'affection pour une blonde perdue ( Faust ), qui lui permit de rencontrer Murphy ( @Murphy Cavendish ), avec son drôle de caractère émouvant et son petit renard. Un tournant important dans sa vie, que cette Odysséenne. A cela s'ajoutait l'amusante et mystérieuse rencontre avec le Calusa aux fioles multicolores expérimentales, il lui donna le gout de découvrir cette tribu qui vivait prêt de l'eau. Malheureusement cette dernière fut détruite par le cyclone, voilà ce qu'on lui rapporta. Mais surtout que ces habitants furent accueillis par les Pikunis. Depuis tournoyait ce désir obsédant de s'y rendre afin de prendre des nouvelles du boiteux ( @Near Reinhart ).

De plus la disparition inquiétante d'Alysha lui mordillait sévèrement le cœur, ce qui la décida un matin de prendre la route, après en avoir demandé quelques jours à celui qui organisait les gardes des Sentinelles. On ne lui refusa pas, après tout elle ne refusait jamais de remplacer un malade au pied levé quand on lui demandait de l'aide.


Munie de son arc, d'une gourde bien remplie et d'un petit sac contenant de quoi se sustenter, si elle ne parvenait pas à chasser correctement, elle quitta le village d'un bon pas. Elle se retrouvait dans son élément, la forêt, bien qu'elle s'éloigna rapidement de son point d'encrage. Courageuse, elle se devait de partir à la rencontre du monde, celui qui s'étendait aux limites qu'elle se fixait. Là ou elle s'arrêtait pour admirer l'horizon, afin de rêvasser sur les longues branches d'un arbre à l'abri des feuillages de la canopée.

Mais cette fois la rivière deviendrait sa piste de petits cailloux blancs, selon les indications des siens ayant déjà voyagé vers les plaines. ces derniers  la conseillèrent de ne pas lâcher le cours de l'eau, car il la dirigerait vers son but au bout de quelques heures de marche. Bien qu'elle n’ait pas parcouru un territoire immense, elle ne cessait d’arpenter les terres sur lesquelles elle veillait. Donc  l'effort ne l'effrayait pas, et elle découvrait en même temps de nouveaux et merveilleux paysages. Non sans faire attention ou elle mettait les pieds.

Cependant malgré toute sa bonne volonté, elle éprouva le grand besoin de faire une pause pour étendre ses jambes, et se délasser avant de continuer sa route. Des bruits, des cris de voix s'élevèrent au loin, prudente, elle s'en rapprocha en se dissimulant derrière les troncs d'arbres. La Sentinelle fut très vite rassurée, une auberge... son existence ne la surprenait pas, quelques naoris l'évoquaient parfois lors de leur retours au cours de diverses démarches.


Tamara sorti donc de sa cachette, observant les personnes qui échangeaient entre elles au-devant de l'entrée de l'établissement. Elles  ne lui accordèrent qu'un regard indifférent, trop occupées par leurs affaires. Parfait, voilà la première fois qu'elle se risquait dans un endroit aussi peuplé d'inconnus, et bien que son palpitant battit très fort elle ne se laissa pas impressionnée.

Elle poussa la porte pour se retrouver dans une atmosphère plutôt irrespirable ou se mêlait les odeurs de bières, de nourritures, de sueurs mélangés à d'autres effluves repoussantes, mais surtout qu'on préférait ne pas identifier. Elle résista à l'envie impérieuse de se boucher le nez,  ne parvint pas à empêcher de naître la grimace qui se pointa sur son visage. Le tavernier lui jeta un regard torve, surtout qu'elle demeura planté à la même place quelques minutes.

Au loin elle aperçut un siège et s'y dirigea avec la rapidité d'un guépard. Ouf. Que se passait-il maintenant, se permettrait-elle de boire à sa gourde ? Elle voulut la déposer devant elle quand une ombre immense vint obscurcir son petit coin de paradis. Elle leva ses grandes prunelles chocolats vers la silhouette sombre dont une voix ténébreuse s'échappa
« Oui ... » Elle n'imaginait pas la raison qu'elle eut pu invoquer pour prononcer un non « Bonjour » Cependant les frissons qui parcoururent son dos disparurent dès que son regard croisa celui de l'immense chien blanc « Oh mon dieu qu'il est beau, c'est à vous ?  » Après tout l'animal eut très bien pu appartenir au lugubre aubergiste qui accueillait ses clients. La Naori elle ne remarqua pas l'intérêt que portait l'homme à son petit médaillon brisé ...
@Eirik Thorvald @Gen Deng  Le chaînon manquant. | Tamara 1802821642  Le chaînon manquant. | Tamara 484338566 Le chaînon manquant. | Tamara 3866652601
Eirik Thorvald
DATE D'INSCRIPTION : 15/06/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 378 CELEBRITE : Colin Farrell COPYRIGHT : ABΔИDON METIER/APTITUDES : ancien esclave, participe à la rébellion Rahjak TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Re: Le chaînon manquant. | Tamara

le Sam 28 Juil - 18:00
Eirik la regardait et plus il la regardait, plus il voyait Leia. Dès qu’elle ouvrit la bouche, l’autorisa à s’asseoir, il sentit le monde basculer. Le monde se flouta et il se retrouva dans la mine, aux côtés de Leia. Il sentit son odeur, vit la sueur couler le long de son dos et le souvenir le percuta de plein fouet. Il cligna mollement des yeux, revenant à la réalité alors que la fille parla du chien. Il fut frappé par la ressemblance de cette inconnue avec Leia. Il était assis et regarda Avoine qui avait posé sa tête sur ses genoux. « Oui il est à moi. Il se nomme Avoine, veux-tu le toucher ? » Parle-moi encore. Il la dévisageait sans se cacher. Ses traits, ses mouvements, tout lui rappelait Leia, sauf sa taille, elle était bien plus grande. Leia était enceinte et si cet enfant était né ? Et s’il venait de le trouver. « Veux-tu boire quelque chose ? » C’était une gamine et elle l’avait à ses pieds. Il serait prêt à retourner la terre pour elle, à lui offrir à boire ou même ce foutu chien. Mais était-elle celle qu’il recherchait ? Il regarda le colibri. Oui peut-être était-ce elle. Eirik fit approcher Avoine de la fille. « Il est gentil. » Jamais il ne parlait ainsi, les mots étaient étranges dans sa bouche, mais il était prêt à les prononcer, pour Leia. L’homme se retenait de la bousculer, de poser des questions, d’être rustre. C’était pour autant ce qu’il était.

Un rustre, un sauvage, un brisé, un fou. Les voix étaient folles dans sa tête, excitées, sauvages, elles voulaient savoir. Elles lui murmuraient de drôles de choses. Avoine sentait l’agitation de son maître et tourna la tête vers lui en jappant. Eirik le flatta alors qu’habituellement, il ne touchait pas cette bête. Il n’était pas animal, mais il en avait deux, quelle ironie. Des fois, la vie se moquait de lui, comme en ce moment et en mettant cette femme sur son chemin. Il observa ces cheveux, une chevelure si sublime. Sur la fin de sa vie, Leia avait eu les cheveux abimés, à cause du manque d’hygiène, de la faim, elle n’était qu’une ombre. « Je me nomme Eirik et toi ? » Il voulait savoir son prénom, sa tribu. Il voulait tout d’elle. Eirik était quelqu’un d’excessif qui ne réfléchissait pas tant que cela. Un être défait de toutes mœurs, sans limite. L’ancien esclave recula légèrement les épaules, ne voulant pas oppresser cette femme qui dégageait quelque chose qui lui rappelait sa douce et tendre Leia. L’homme se tut enfin, laissant le silence s’installer, avec les questions qui le rongeaient. Eirik menaçait d’exploser, il ne savait pas s’il aurait la patience nécessaire d’attendre. Il voulait tellement dire ce qui lui brûlait les lèvres. Finalement, ce silence ne dura que quelques minutes, mais il explosa.

« Où as-tu eu ce colibri ? » Et il désigna ce collier qu’il voyait pour la deuxième fois à un autre cou différent de celui de Leia. Il regarda Tamara, la détailla et sentit l’émotion monter. Leia, es-tu là ? Il soupira longuement et avala une gorgée de sa bière. Il pinça les lèvres. Les émotions appelaient le sang chez lui. Il voulait faire couler le sang, tuer pour se soulager. Mais il ne pouvait pas. Il aurait voulu toucher cette fille, rien que son bras, sentir sa chaleur. Rien qu’être avec elle lui rappelait son passé. Il se rappelait son ancienne vie, quand il était esclave, croyant encore à la bonté et assez fort pour aimer une femme. Assez fort pour lui permettre de fuir, de lui hurler de ne jamais s’arrêter, de ne pas fuir avec elle, de se faire battre. Il ferma les yeux, serra les poings, entendit les coups de fouet, entendit les pleurs, ne te retourne pas Leia, cours, j’arrive. Jamais il n’était arrivé, il était resté, battu durant des heures, sale chien. Il rouvrit les yeux, des yeux remplis de haine d’avoir été brisé tant de fois. Il posa son regard haineux sur Tamara et quand leurs yeux se croisèrent, sa haine s’envola. Elle avait le regard de Leia, ce regard de douceur que la femme avait au début dans les mines, qu’elle avait perdu, elle était devenue un zombi. Il laissa les mots lui échapper. « Elle a réussi, tu es en vie. » Il revit son ventre ronde, l’urgence de la faire sortir, jamais leur enfant ne serait esclave. L’enfant était vivant, maintenant il le savait. Une seule femme au monde avait pu l’apaiser et il avait son double en face belle et bien vivante. Leur enfant.
❄ ☩ Le ≈ Monde ∈ Du ∋ Six ≈ lances ☩ ❄
Tamara Quetzalcoalt
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : I/RiverSoul MULTICOMPTES : Tael & Oz & Hyacinthe & Ten & Elouan MESSAGES : 1212 CELEBRITE : Imaan Hamman COPYRIGHT : Lux aeterna & Mini-miller ( Hela ) & kawaiinekoj METIER/APTITUDES : Sentinelle / Artisan ( potier ) TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 140
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Re: Le chaînon manquant. | Tamara

le Ven 9 Nov - 16:07

Eirik & Tamaral  #Colibri @SomethingInTheAir



[justify]Son avidité envers le monde la poussait à franchir les barrières que généralement elle s'imposait avec des inconnus. Dans la forêt profonde elle réussissait à se cacher, observer les autres pendant des heures sans se dévoiler. Tamara elle adorait ça ! Mais ici la donne changeait. Une auberge, un lieu ou elle mettait les pieds pour la première fois, elle en ignorait les codes. Ici la sentinelle ne pouvait pas se dissimuler derrière les chaises, les tables ou le comptoir derrière lequel se tenait le gargotier attitré.

Elle se révélait donc dans toute son innocence, sa naïveté, sa jeunesse aux yeux des clients déjà attablés avant qu'elle ne pénétra dans l'endroit. L’atmosphère enfumée lui grattait follement la gorge, alors que les regards se posèrent pour la plupart distraitement sur sa silhouette longiligne. Pas encore assez femme pour ces terriens-là, toujours une grande môme Dans leurs prunelles embuées.

Cependant l’œil de cet homme-là, qui l'invita à s'assoir ne la quittait pas, comme hypnotisé. Elle s'imagina que ça devait être sa tenue qui sortait de l'ordinaire sans trop se tracasser les méninges. Tamara elle demeurait peu sensible à l'appréciation des autres, du moins tant qu'il ne s'agissait pas sa prétendue impossibilité à rester concentrer sur un sujet trop longtemps

« Avoine, Oh oui j'aimerais bien le caresser il est magnifique » La Naori tendit sa main vers l'animal pour encourager ce dernier à venir vers elle « Ah oui j'ai beaucoup marché et je suis un peu assoiffée qu'est qu'ils servent par ici ? » Interrogea-t-elle, peu instruite des boissons qu'on offrait dans ce type d’établissement.

Elle s'en remettait donc à l'inconnu, puisqu'il se découvrait assez aimable pour qu'il l'invita. Tamara, elle ne distinguait rien en lui de dangereux, elle arrivait même à comprendre l'insistance avec laquelle il la dévisageait. Parce que parfois la sentinelle agissait exactement comme-ça face aux étrangers, elle ne gardait pas ses pupilles dans sa poche. Cerise sur le gâteau il encourageait le gros nounours blanc à se rapprocher d'elle, tout en soulignant la gentillesse du Canidé. Tamara elle releva la tête pour offrir un flamboyant sourire à son interlocuteur, puis avança ses doigts pour flatter le mufle du canidé, alors qu'il décidait de japper juste là ... Elle retira rapidement sa main comme une enfant prise en faute « Je crois qu'il doit s'habituer un peu à moi d'abord »

Pas vraiment déçue la Frisée, elle adorait les animaux et consacrait un temps infini à apprivoiser les écureuils ou les renards sauvages qui croisaient son chemin. Elle savait pertinemment que la confiance chez eux restait dure à gagner. Tamara, elle se rassit donc face à l'homme généreux «  Eirik? Alors enchantée Eirik, moi c'est Tamara  » Répondit-elle sans une once de méfiance.

Alors qu'un petit silence s'installait, qui ne la gênait nullement puisqu'elle en profitait pour épier tout ce qui se tramait autour d'elle, les yeux aussi arrondis que des soucoupes, Eirik s'enquit d'un objet qui lui appartenait. Quand on évoquait son pendentif, rarement en vérité, son cœur s'accélérait toujours ... Et là encore il se mit à battre la chamade « Oh vous avez l’œil, vous avez reconnu un colibri alors qu'il est cassé, même plus entier »

Çà la touchait sans qu'elle sut exactement pourquoi, usuellement ses pairs, surtout plus jeunes, s'en moquaient bêtement, ce qui provoquait des bagarres qu'on finissait toujours par lui mettre sur les épaules « Il est cassé, je n'en ai plus que la moitié mais il appartenait à ma mère, Mon grand-père dit qu'elle me l'a mit autour du coup quand je suis née »

Elle lui racontait tout ça, comme si Eirik eut été son voisin, qu'elle le connut depuis un bout de temps. Mais tout ces souvenirs elle les enfermait si fort en elle, qu'au moindre coup de vent un peu trop impétueux ils en profitaient pour s'exposer en plein soleil. Jeune fille pleine de rire, au caractère trop emporté, qui ne permettait pas aux autres de lui marcher sur les pieds mais qui adorait les câlins. L'esprit de Tamara voyagea alors vers ses souvenirs trop vieux pour qu'elle puisse s'en souvenir, elle ne possédait aucune image de sa mère à laquelle se raccrocher que ce petit bout de bois sculpté et si abimé par le temps.

Elle secoua vivement la tête pour se reprendre, croisa ensuite  le regard noir de son vis à vis. Couleur sombre qui se volatilisa si vite qu'elle s'inquiéta intérieurement d'avoir des hallucinations. Il semblait si troublé cet homme là qu'elle posa sa paume sur son bras dans un geste spontané comme pour le rassurer « Qui ? Quoi ? » Questionna-t-elle un peu perdue, s'adressait-il à elle cet Eirik ou délirait-il tout simplement ?



@Eirik Thorvald @Gen Deng  Le chaînon manquant. | Tamara 1802821642  Le chaînon manquant. | Tamara 484338566 Le chaînon manquant. | Tamara 3866652601
Eirik Thorvald
DATE D'INSCRIPTION : 15/06/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 378 CELEBRITE : Colin Farrell COPYRIGHT : ABΔИDON METIER/APTITUDES : ancien esclave, participe à la rébellion Rahjak TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Re: Le chaînon manquant. | Tamara

le Sam 29 Déc - 22:01
Petite fille qui lui montrait qu’il y avait des solutions dans ce bas monde. Il la laisserait faire ce qu’elle voudrait. Il la traiterait mieux qu’on ne traitait mieux les femmes habituellement. Il comprenait soudainement ce désir sauvage de protéger un être non pas car on l’aimait comme il avait aimé Leia, mais parce que c’était sa chair. Il était complètement ivre dans cette sensation, son esprit était saoul. « De la bière, tu en bois ? » Il regarda Avoine s’approcher de la belle brune. Il suivait l’échange avec une certaine sévérité. Il ne savait pas si le chien mordait. Avoine n’était jamais agressif et là, il semblait content. « Il gardait les moutons et ce genre de bête. Il va apprendre. » Il rappela le chien d’un bref sifflement et le flatta avec fermeté. Il le calma légèrement et lui caressa le bout du museau, étrangement tendre. Il était sûr qu’elle y arriverait, elle semblait avoir de la patience et de la persévérance et il était fier d’elle à cet instant. Il avait peur de lui faire peur, qu’elle s’enfuit en courant. Eirik se contrôlait à peine. Il la regardait avec sa tenue étrange et se demandait bien où elle vivait dans la forêt. « Tamara, enchanté. » Réellement. Elle n’avait aucune idée à quel point il était enchanté en cet instant. Il la regarda alors qu’elle semblait calme.

Il ne cessait de la dévisager, gravant chacun de ses traits dans son esprit. Il ne voulait pas l’oublier au cas où elle s’enfuirait. Rien que de l’imaginer, il en serait malade. Le brun avait reconnu le colibri, même brisé. Jamais il n’oublierait ce pendentif. Il représentait beaucoup pour Leia, mais aussi pour lui après l’avoir écoutée durant des heures entretenir ses souvenirs pour ne pas oublier qui elle était, douce naori. « Puis-je ? » Il avait tendu la main, pas pour le prendre, mais pour le toucher. Tamara lui parlait naturellement comme s’il n’y avait aucune barrière entre eux, comme s’ils se connaissaient depuis toujours. Il avait envie de s’effondrer, elle l’avait reçu en naissant. « Où est ta mère ? » Il voulait savoir, Leia était-elle encore en vie ? Pourrait-elle le reconnaître ? Assurément, il n’avait jamais pu l’oublier. « Tu as ses yeux. » Souffla-t-il. Qu’avait pu bien prendre cette gamine de lui ? Il n’en savait rien. Il la regarda, la détailla et chercha des traces de lui en elle sans rien trouver. Il vit son expression et la connaissait bien, elle voyageait dans ses souvenirs. Eirik laissa les mots lui échapper et il avoua qu’elle avait réussi, sa Leia. Quand sa main se posa sur son bras, il sentit sa douce chaleur et la regarda avec étonnement. On n’avait jamais été doux avec lui depuis Leia, plus personne n’avait osé l’approcher et le toucher après la fuite de sa femme.

Même s’ils n’étaient pas mariés, Eirik la considérait comme sa femme. Il avait définitivement perdu l’esprit quand elle avait réussi à s’enfuir et pas lui. Ils savaient les risques, mais la perte n’en restait pas moins lourde. Il posa prudemment sa main sur celle de la douce Tamara. « Je connaissais ta mère. » Comment devait-il dire cela ? Il n’était pas très doué pour manier les gens et manier les mots. C’était quelqu’un de rude, violent, il voulait juste la ménager. « Elle… a été esclave, tu le savais ? Elle était esclave à Rahjak, dans les mines de sel. » Il ne savait pas quand s’arrêter, quoi dire de plus, dire la vérité sur lui, comment ? « Elle était avec moi dans les mines, je l’ai aidée à s’enfuir. » Il sentit sa gorge se serrer et de vieilles émotions remonter rien que d’y penser. Quand elle lui avait dévoilé sa grossesse, il s’était mis en tête de la faire sortir de cet enfer. Ils avaient élaboré un plan avec d’autres esclaves pour la sauver. La vie était importante dans l’enfer. « Je ne pensais pas qu’elle survivrait au désert, que tu survivrais. » Non, jamais. Il la regarda et il se revit plus de vingt ans en arrière, courant, poussant Leia dehors et lui disant de ne pas se retourner. Les souffrances en avaient valu la peine. Il baissa la tête, soudainement faible, le souffle rauque. Les émotions le déstabilisaient énormément. Il n’avait pas l’habitude de se sentir faible car clairement pour lui, les émotions s’étaient la faiblesse.



@Tamara Quetzalcoalt Le chaînon manquant. | Tamara 171928021
❄ ☩ Le ≈ Monde ∈ Du ∋ Six ≈ lances ☩ ❄
Tamara Quetzalcoalt
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : I/RiverSoul MULTICOMPTES : Tael & Oz & Hyacinthe & Ten & Elouan MESSAGES : 1212 CELEBRITE : Imaan Hamman COPYRIGHT : Lux aeterna & Mini-miller ( Hela ) & kawaiinekoj METIER/APTITUDES : Sentinelle / Artisan ( potier ) TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 140
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Re: Le chaînon manquant. | Tamara

le Dim 10 Fév - 1:10

Eirik & Tamaral  #Colibri @SomethingInTheAir



Le Brouillard imperceptible dégagé par la transpiration des corps échauffés en ces lieux confinés lui rappelait la fumée des herbes, aux effets tellement agréables que la Sentinelle en usait bien trop souvent. Attirée par les aventures nouvelles dans sa cachette végétale elle observait les autres vivre si souvent qu'elle oubliait parfois de profiter de la vie. Cependant quand la chance se présentait sous son nez elle ne rechignait à se laisser emporter dans la danse, quel que soit le message.

« Non je n'en bois pas, mais ça me plairait d'essayer » Se confia-t-elle à l'inconnu qui lui portait un intérêt plutôt flatteur. Usuellement les autres la jugeaient trop gamine pour lui adresser la parole, ou même bavarder un peu plus longuement. A part Murphy @Murphy Cavendish ou même ce Pikuni si étrange et plaisant @Near Reinhart, alors elle engrangeait cette sensation de se sentir un peu plus importante auprès d'un autre être, même s'il ne s'agissait que de plusieurs minutes furtives. Certainement l'homme retournerait à son silence après avoir eu la politesse de se montrer courtois envers elle

« Et vous avez des moutons ? ... Eirik »
Questionna-t-elle un peu rougissante quand il se déclara enchanté de la rencontrer. Son regard soulignait si fort ses paroles qu'elle en éprouva une impression particulièrement étrange, un peu comme une fillette qui se risquait sur des landes interdites. Sans doute que la prudence lui eut soufflé de s'enfuir dans le creux de l'oreille, mais ... Témérité quand tu nous tiens ...
 
Puis...

Les doigts du brun s'avancent vers elle, Tamara ne saisit pas directement ce qu'il voulait, elle imagina un instant qu'il souhaitait la toucher. Alors la Naori esquissa un léger mouvement de recul avant de remarquer le regard de son interlocuteur fixé sur son pendentif vieux et usé. Elle le croyait simplement poli, un peu curieux quand Eirik s'était enquit de ce qu'il représentait. Désormais elle supputait une autre explication qui lui échappait encore. Plutôt que de cacher l'objet, elle l'enleva puis le tendit à l'homme


« Oui, mais faites attention il m'est très précieux, c'est tout ... » A peine eut-elle terminé ce geste qu'il l'interrompit par un "flot" de questions, l'empêchant de terminer ses dernières paroles. Tamara un peu béate ne se démontait que rarement, elle possédait une flamme au cœur de son âme qui la poussait à faire face à toute personne petite, grande, effrayante ou dangereuse qui l'obligeait à sortir de sa réserve. Elle mordait toujours dans la pomme quand on lui en tendait une. Cette fois pourtant elle demeurait légèrement dubitative.

En quoi cela le regardait la vie intime de la sentinelle, pourquoi grignotait-il des renseignements aussi précieux et douloureux. Elle faillit lui arracher sa moitié de médaille quand une affirmation la figea sur place
« Comment vous le savez ? » EiriK il lui offrait cet étrange cadeau quand elle, Tamara, ne connaissait pas le visage de sa propre mère, décédée deux mois après sa naissance. La sentinelle, elle hésitait à juger le brun comme un être en plein délire ou un mystérieux revenant.

Alors Eirik il lui donna la réponse, il la connaissait, celle qui expulsa Tamara en ce monde. Toujours statufiée par le moment précieux, inquiétant, affolant qui se déroulait, elle ne senti pas la main de l'homme se poser sur la sienne. Ça éclatait si fort dans sa tête que Tamara elle ne parvenait que difficilement à entendre les mots de l'autre

« Non » Balbutia-telle. La sentinelle l'ignorait, l'ancêtre ne lui racontait rien, que des sottises  « Grand-père il ne m'a rien dit, jamais, sur elle, il délirait trop à cause de médicaments qu'il prenait pour la douleur »

Elle se rendait, ne se débattait pas contre l'inconnu, le brun, Eirik qui qu'il fut ... l'infime possibilité de pêcher un indice sur ses origines transformait l'Orpheline en proie bien trop facile. Lui il eut pu se transformer en charmeur de serpent avec cet appât il l'eut mené jusqu'au bout du monde « Oh je vous remercie, je vous remercie d'avoir pris soin d'elle »

Voilà que ses yeux brillaient à la Naori qui ne s'émeut jamais si rapidement. Et lui Eirik il gardait cette petite lumière dans ses prunelles à l'idée que Leïa puisse encore parcourir ce monde
« Je je je ne l'ai jamais connu, grand-père disait qu'elle était si abimée quand elle est revenue qu'elle n'a plus su faire qu'une chose, me donner la vie »

Alors non elle n'avait pas survécu, elle ne jugeait pas utile de le souligner tout haut pour ne pas le heurter


« Je suis désolée » Une immense partie de l'évidence se dérobait encore à elle ...
@Eirik Thorvald @Gen Deng  Le chaînon manquant. | Tamara 1802821642  Le chaînon manquant. | Tamara 484338566 Le chaînon manquant. | Tamara 3866652601
Eirik Thorvald
DATE D'INSCRIPTION : 15/06/2015 MULTICOMPTES : Gen Deng, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye MESSAGES : 378 CELEBRITE : Colin Farrell COPYRIGHT : ABΔИDON METIER/APTITUDES : ancien esclave, participe à la rébellion Rahjak TRIBU : Rahjak POINTS GAGNES : 20
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Re: Le chaînon manquant. | Tamara

le Dim 3 Mar - 18:47
Quand elle accepta d’essayer la bière, il en fut étonnement content. Tout ce qu’elle faisait le fascinait et le rendait content. Il avait parfaitement conscience que c’était ridicule. Mais Eirik s’en fichait. Il n’avait pas été heureux ainsi depuis des années. Avait-il été heureux un jour ? Probablement il y a plus de vingt ans. Rien que d’y penser, cela le rendait nostalgique. L’homme posa son regard sur une serveuse non loin d’eux et commanda une bière. Il parla de la fonction d’Avoine et il ne s’y attendait pas à la question de Tamara. Lui avoir des moutons ? Il était à peine capable de gérer son étalon et le chien, alors des moutons, non. « Non, jamais. Il était à un ami. » Enfin une sorte d’ami, Elouan. Mais pas besoin de le préciser. Cela avait été une relation compliquée, il l’avait à peine comprise. Et d’un côté, il aurait pu tuer Elouan s’il avait senti le berger très menaçant. Des amis, il n’en avait plus depuis des années. Tous ses amis étaient morts depuis bien longtemps. Le pendentif de Tamara attira son regard et raviva des souvenirs. Ce demi-pendentif, il le croisait partout. Cela lui donnait le vertige. Il demanda s’il pouvait toucher et à son grand étonnement, elle le lui tendit et il le prit avec précaution. Bien sûr qu’il ferait attention, mais il ne le précisa pas. A la place, il l’inonda de questions. Il crut la voir se figer et se demanda s’il avait un peu exagéré. Il lui avoua qu’elle avait les yeux de sa mère et vit que cela l’avait touché.

Il avoua la connaître, avoir été dans les mines de Rahjak avec elle. Pourtant, il n’avait pas la force de dire le lien qui le liait réellement à Leia, l’amour. Lui l’homme de pierre qui était tombé amoureux d’une inconnue, comme c’était drôle. A l’époque, il n’était pas complètement de pierre, ouvert encore sur les autres. Il avait le cœur tendre, mais cela, c’était avant. Eirik le savait bien. L’ancien esclave aurait espéré que la brune connaissait cette partie de l’histoire, mais visiblement non. Grand-père, le père de Leia n’avait rien dit, pas raconté. Eirik n’avait jamais rencontré cet homme et il ignorait ce qu’il avait su réellement de l’enfer qu’avait vécu Leia. « Je suis désolé que tu aies dû vivre cela. » Vivre avec un vieil homme délirant à cause des plantes. Lui connaissait bien cela car il était bel et bien ce vieil homme en devenir qui délirait. Il délirait déjà maintenant, alors il n’était pas dupe quant à son avenir. Avait-il peur ? Peut-être bien. Mais la peur ne durait qu’une demi-seconde avant qu’il soit englouti par les voix voraces.

Il sourit, un sourire rouillé, mais sincère alors qu’elle le remercia d’avoir pris soin de sa mère. « C’était normal pour moi. C’était une très belle personne. » Une belle âme dans cet enfer qu’ils avaient vécu. Il lui rendit avec précaution le pendentif qu’elle lui avait prêté. Il crut voir les yeux de la fille briller et il s’en voulut de créer de la tristesse chez elle, ou une quelconque émotion négative. Le brun ne savait pas vraiment quoi penser à dire vrai. Le monde se déroba, même s’il s’y attendait, mais il se déroba tout de même. Il apprit ainsi qu’elle n’avait jamais connu Leia. Elle avait survécu assez longtemps pour mettre la petite au monde, mais combien de temps avait-elle tenu avant de mourir ? Eirik baissa la tête, touché au plus profond de lui-même. Il s’en doutait, oh oui, tellement. Mais cela faisait mal. Il avait toujours eu ce petit espoir au fond de lui, mais cet espoir avait littéralement volé en fumée. « Tu n’y peux rien. » Il redressa la tête. Eirik se rendit compte qu’il ne restait que lui et probablement ce fou de grand-père, pour transmettre un héritage bancal. « Elle tenait à ce que tu survives tu sais. Tu étais l’espoir dans les ténèbres. » Un bébé conçut dans la froideur des mines. Lentement, le Rahjak prit une grande inspiration et décida de dire la vérité.

Il devait le faire maintenant ou jamais il n’oserait le faire. Il la regarda droit dans les yeux. Maintenant, allez. « Si je connais si bien ta mère et que je l’ai aidée à se sauver, si je connais ce pendentif, c’est… parce que j’étais avec elle. » Ce n’était pas clair, il se dérobait encore. Eirik détailla Tamara. Leia aurait voulu qu’il connaisse cette enfant, elle croyait en sa bonté, elle avait vu sa lumière alors qu’il commençait déjà, à l’époque, à perdre la raison. « Je suis ton père. » Il avait arraché le pansement, dit les mots rapidement, mais c’était dit. Il la regarda. Il aurait voulu lui dire d’une autre manière, de manière plus douce, mais impossible. Ce n’était pas lui. S’il ne l’avait pas dit ainsi, jamais il n’aurait eu le courage de le dire, c’était ainsi. Eirik se préparait à ce qu’elle le rejette. Cela ferait mal, mais si elle décidait cela, il l’accepterait. Il le devait bien à cette gamine qui avait vécu plus de vingt ans sans lui. Qui voudrait d’un père fou sincèrement ? Personne.
❄ ☩ Le ≈ Monde ∈ Du ∋ Six ≈ lances ☩ ❄
Tamara Quetzalcoalt
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : I/RiverSoul MULTICOMPTES : Tael & Oz & Hyacinthe & Ten & Elouan MESSAGES : 1212 CELEBRITE : Imaan Hamman COPYRIGHT : Lux aeterna & Mini-miller ( Hela ) & kawaiinekoj METIER/APTITUDES : Sentinelle / Artisan ( potier ) TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 140
Voir le profil de l'utilisateur

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Re: Le chaînon manquant. | Tamara

le Mar 2 Avr - 22:06

Eirik & Tamaral  #Colibri @SomethingInTheAir



Un soupçon de danger entourait cette rencontre. Tamara aimait à le croire, elle qui ne quittait pas beaucoup sa forêt et sa fonction de sentinelle. Cependant son âge, sa personne, son enthousiasme, sa folie réclamait de l'aventure. Si son grand-père eut été plus attentif à l'enfant, puis l'adolescente, au lieu de s'abrutir avec de la drogue pour faire taire ses douleurs, certainement il lui eut recommandé de ne pas parler avec les étrangers. Surtout les Rahjaks. Parce que sa mère avait péri à cause de l'un deux. Une histoire qu'il taisait pour la dissimuler aux yeux de l'enfant. Et la laisser croire à une maman magique qui volait désormais avec les Colibris.

Malheureusement Tamara ne gardait aucun souvenir tangible de cette mère fantôme qui lui manquait implacablement, et qui aurait pu lui offrir tous les câlins qu'elle réclamait ... Alors oui cette rencontre sortait de l'ordinaire, comme sa Murphy @Murphy Cavendish ou ce Calusa @Near Reinhart si Atypique des êtres qu'elle croisait chaque jour. Et aucune de ces deux personnes ne lui apporta de malheur. Au fond elle adorait se faire peur pour imaginer qu'elle se confrontait à des magnifiques péripéties. Elle fut donc ravie que Eirik lui commanda une bière, elle désirait follement tremper ses lèvres dans la mousse afin de découvrir l'effet que cela lui produirait. Et quand le brun lui parla de cet ami, elle détecta une note étrange dans sa voix « Oh dommage pour les moutons, on en croise généralement que dans les montagnes, ils sont si mignons ! »

Spontanée, elle lui tendit son pendentif, auquel elle tenait intensément parce qu'il demeurait le seul objet qui la rattachait à sa mère. La sentinelle, elle ne l'enlevait jamais, comme si eut manqué de respect à cette femme qui lui avait donné la vie. Jamais elle n'acceptait qu'on y touche, pourtant, presque sans méfiance elle le tendit à cet inconnu. Celui-ci paraissait si intrigué par son histoire, tout ce qui émanait d'elle, que la Naori prenait vie, fleurissait comme une plante qui s'épanouissait au soleil « Mais je l'aimais quand même Grand-Père, il disait que j'étais son rayon de soleil, alors je m'occupais de lui, parce qu'il était tout ce qui me restait. Je me disais qu'il avait dû beaucoup souffrir. Tant qu'il était là, même si c’était dur, la vie était plus belle. Ça été un peu plus difficile quand il a disparu »

Orpheline trop jeune, face à ses défaillances qu'elle ignorait, elle poussa comme de la mauvaise herbe, en se battant farouchement pour garder sa place, pour s'imposer. Elle sourit à l'homme, comme pour le rassurer, comme s'il en avait eu besoin. Pourtant il n'exprimait aucun désespoir visible « Et puis c'est pas votre faute, on est pas responsable de la vie des autres » Ou des drames. On y passe, comme un témoin, on disperse quelques paroles et puis on s'en va ... Tamara, de toute façon elle ne reprochait rien à personne, elle profitait de sa vie, avec des espérances perdues et des projets qu'elle réaliserait un jour, bientôt ... « Je suis allée une fois à la cité, ça s'est plutôt mal passé »

En dire plus, Tamara n'en éprouvait pas le besoin, Néanmoins elle souhaitait souligner cet évènement. Un de ses plus mauvais souvenirs, qui lui fit vivre quelques nuits pleines de tourments. Jamais elle ne retournerait dans cet endroit, une fois sortie de cet enfer, elle s'en fit le serment. Soudainement elle s'évada de cet instant tragique, réveillée par l'intonation intense d'Eirik, qui la bouleversa avec ce compliment. A propos de sa mère. Le brun l'emportait vers une silhouette de femme qui commençait à se dévoiler. Et pourtant il désirait en apprendre davantage, des détails qu'elle était dans l'incapacité de lui raconter. Elle devina sa déception, sa tristesse, elles rejoignaient les siennes.

« Mais vous ... Si vous avez un peu le temps, vous pourriez me parler d'elle ? Afin que je puisse ... » Ses mots s'abimèrent dans le silence. Sa gorge se serrait, et là au plus profond de son âme des petites gouttes d'eau prenaient essor. Elles voulaient absolument se matérialiser au coin de ses yeux, mais la Sentinelle luttait pour ne pas fondre en larmes devant cet homme dont la présence fendillait doucement l'amure si fragile de la Naori. Sans partir à sa recherche il venait de trouver la faille qui exposait sa vulnérabilité. Déstabilisée, elle refusait d'offrir au brun l'image d'une petite fille perdue dès qu'elle s'écartait un peu de son chemin. En voyant le serveur arrivé, elle souffla de satisfaction, la bière lui servirait de diversion et le monde ne tournerait plus à l'envers « Oh chouette ça va être mon baptême ! »

Pourtant lui, l'inconnu, il continuait à lui insuffler de l'émotion. Dans toutes ses phrases se dissimulaient un secret qui ne demandait qu'à être libéré. Cette dissonance la troublait totalement, elle aurait dû fuir, mais restait coller sur son siège caressant distraitement Avoine

« Les ténèbres » Murmura-t-elle en frissonnant, mais qu'essayait-il de lui transmettre ? être avec sa mère, qu'est-ce qui ça signifiait en vérité ? Un ami ou un amant ? Eirik la dévisageait si profondément qu'elle recula brusquement appuyant son dos contre le dossier.  Juste au moment où la révélation fusa comme un éclair qui illumine une nuit sombre et obscure.

Son père,

celui qu'on ne nommait pas, dont la simple évocation amenait la rage chez son grand-père. Mort. Parti. Disparu. Voilà ce qu'on lui répondait. Une solution différente à chaque question. Alors elle l'abandonna se réfugiant dans l'image d'une mère aimante mais sans texture qui veillait sur elle tout là-haut.

La voilà muette Tamara, l'effrontée qui ne se laissait jamais démontée. Elle ne doutait pas, il connaissait trop de choses ce brun-là, mais racontait-il l'histoire d'un autre ou la sienne. Elle balançait un peu avant d'embrasser cette confession.

Et s'il prenait peur, si son mutisme la rendait répulsive avant même qu'elle puisse décanter le feu d'artifice qui dansait dans ses pensées. Tamara elle posa sa main sur celle de l'homme, juste au cas l'idée de partir s'emparerait de lui

« Attends »
@Eirik Thorvald @Gen Deng Le chaînon manquant. | Tamara 171928021 Le chaînon manquant. | Tamara 1415237354 Le chaînon manquant. | Tamara 2790306669 Le chaînon manquant. | Tamara 620182214
Contenu sponsorisé

Le chaînon manquant. | Tamara Empty Re: Le chaînon manquant. | Tamara

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum