Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Wild and free [Kara]
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Wild and free [Kara]
Sam 16 Juin - 16:14


Aller plus loin. Découvrir de nouveaux paysages. Ce que je lui avais dit que je ferai. Ce que j'avais dit à Arméthyse. Non pas une promesse mais un simple fait. Consciente que ce désir de voyager serait là. Ce qui était le cas, désireuse de voyage. Désireuse de découvrir de nouveaux endroits. Une opportunité. Une opportunité que je voulais saisir. Une opportunité que je n'avais jamais pu saisir avant. Prisonnière entre quatre murs. Prisonnière de la cité de feu. Mais maintenant j'étais libre. Un sentiment de liberté qui était gonflé. Sourire qui était désormais là. L'impression d'avoir une vie normale. Ce que je savais était un mensonge. Ce dont je tentais de me convaincre. Il n'y avait pas de normalité. Pas pour moi. Il n'y avait pas de normalité pour un esclave en fuite. La normalité n'existait pas. La normalité n'était qu'une illusion. La normalité qui n'existait pas, pas pour une esclave en fuite. Ni pour moi, ni pour Arméthyse. Pourtant on espérait. On tentait de créer quelque chose de solide. On tentait de créer une illusion même éphémère de sécurité. On se convainquait qu'il y avait plus que la fuite. Mais c'était faux à vrai dire. Pourtant on pouvait espérer survivre encore. Volonté de gagner du temps. Ce qui pouvait être possible. Tentative de devenir un fantôme comme l'était devenu Eirik. Alors on continuait. On essayait. On souriait. On dansait. On profitait de chaque seconde comme s'il s'agissait de la dernière. Ce qui pouvait être le cas. Au-delà de cela on vivait. Ce qui comptait même si cette vie qui semblait bien plus réelle que la dernière pouvait prendre fin à tout instant. Liberté qui pouvait être écrasée contre le sol. Ce qui était possible. Mais en attendant que ce soit le cas, je ne pouvais que fermer les yeux et tenter le coup.

Ce que je faisais. L'ayant laissée derrière elle. Un geste qui n'était pas définitif. Elle savait que j'allais revenir. Et en effet, je ne pourrai que revenir aux abords de la plage. Pas tout de suite toutefois. Comme je lui avais dit, je voulais voir d'autres endroits. Sentiment de sécurité que je savais laisser s'envoler. La possibilité d'apprendre à combattre encore plus qui était mise de côté. Des leçons qu'elle m'avait, que je me doutais pourrait me servir. Mais en attendant de me retrouver face à eux, je ne pouvais que chasser cette idée. Chassant la peur et toute source d'inquiétude, d'incertitude pour admirer le paysage qui s'étendait devant moi. M'étant dirigé vers le nord cette fois-ci. Un endroit vers lequel je n'avais jamais été. Un endroit dont je ne connaissais rien. Regard attiré par les pics qui se dressaient au loin. Ne sachant même pas si j'allais pouvoir les atteindre, ce que j'allais pouvoir trouver là-bas. Ce n'était pas comme si j'avais alors un but précis. Non, il semblerait que je ne pouvais que me diriger dans cette direction. Pas après l'autre. Ce qui n'était pas tout à fait exact. Je n'étais pas à pied loin de là. J'étais jugée sur Argo. Compagnon de route. Il était toujours là. Plus qu'un simple dromadaire. Plus qu'un moyen de transport. Un lien qui s'était créé et je me retrouvais trop souvent à lui faire des câlins. Un bijou dont je n'étais prête à me séparer pour rien au monde. Au-delà d'un bijou alors qu'il me rattachait toujours à Shanareth. Consciente que je devais continuer à aller de l'avant. Une chance qui lui était donnée. Il fallait avancer. Soupir alors que je m'arrêtais l'espace d'un instant. Tête qui se tournait légèrement alors que j'observais le pic rocheux qui semblait plus prête que jamais. N'ayant jamais été du côté des mines. Les mines, un endroit qui en terrorrissait plus d'un à la cité. Lieu où je finissais de finir et de mourir. Chassant de nouveau cette image de mon esprit. Nullement là pour penser à la cité, ou pour avoir des regrets. Au contraire une bouffée d'air frais alors qu'ici l'air semblait plus pur. Plus pur, cela était certain. Robe qui avait laissée place à une tenue bien différente pour pouvoir voyager. M'étant inspirée des conseils et des conversations avec Arméthyse. Et une expédition que je n'avais pu que préparer non sans continuer de sourire. Un sourire sans doute un peu idiot alors que je restais en effet hypnotisée par le spectacle. Grandeur du paysage qu'il m'était impossible de décrire. Si j'avais toujours pensé qu'il n'y avait pas de lieu possible dans le monde plus captivant que la cité, j'en venais à remettre de nouveau cette version de penser en question. Hypnotisée, oui. Ce que j'étais. Léger sifflement et l'instant plus tard, Argo ne pouvait que se remettre en route. Toujours plus loin, toujours plus vers le nord.

avatar
31/05/2018 Blanche, peut être d'autres mais je ne les connais pas Non 43 Helen Stifler Moi Eclaireuse / guérisseuse Athna 15


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Sam 16 Juin - 16:59

J'ai toujours voulu voyager, faire comme les guerriers de mon village et parcourir le monde dans lequel je vis. Je l'observais souvent du haut de mes montagnes, je voyais les plaines, le désert, beaucoup de forêts, la mer aussi même si elle était loin et à peine visible. C'est effrayant la mer, on m'a toujours dit qu'elle n'avait pas de fond et que les créatures qui vivent à l'intérieur sont redoutables ! Mais sont elles plus redoutables qu'Isdès ? Parce que sincèrement, ce type est surement un très bel homme, mais c'est surtout un combattant redoutables et contre lequel je n'aimerai pas me battre. C'est un peu comme ma référence en fait. Enfin bref, avant de partir voir la mer, j'ai besoin de voir un être venu du ciel ! C'est pour cette raison que j'ai décidé de partir aussi, que j'ai décidé de descendre de ma montagne. J'ai quitté mon chez moi il y a peu de temps, seulement quelques jours et il y a tellement à voir, que je me perds dans certains coins et que je traîne devant une cascade, un arbre voire même un caillou. Oui, il y a de quoi se moquer de moi mais il faut savoir que je ne suis jamais allée aussi loin et que j'ai énormément à voir et à apprendre.

En parlant d'apprentissage, je viens d'en avoir un malgré moi. Je sais que je dois me méfier des Rahjaks, qu'ils sont violents, qu'ils kidnappent n'importe qui pour en faire de parfait esclave, les torturer, les violer... je vais m'arrêter ici c'est déjà trop. Vous l'aurez compris, ils sont à éviter et même à tuer. Je ne serais pas contre une éradication complète de ses barbares. Je viens d'en rencontrer un, il y a quelques heures seulement, je n'ai pas pu échapper à un combat et.... même si je sais me battre, que je sais manier ma hache, je n'ai pas fait le poids face à lui. Sa technique était meilleure, j'ai bien vu qu'il était plus entrainé que moi, que lui était un guerrier aguerrie... J'ai tenté de l'éviter mais il était trop tard, il m'avait repéré. Quand je me suis prit le coup au visage j'ai alors décidé d'utiliser mon énergie restante pour fuir. J'ai claqué mon cheval pour qu'il fuit aussi, j'ai couru droit devant jusqu'à tomber sur un ravin avec la rivière en contre bas puis j'ai sauté sans réfléchir.

Je viens de me réveillée au bord de l'eau, je ne sais pas où est mon compagnon de route à quatre pattes, j'ai mal au visage et je suis épuisée. Je n'ai que ma hache, tout le reste de mon équipement étant resté sur mon cheval, comprenant aussi mes affaires de guérisseuse. Je sais que je ne dois pas traîner ici, alors titubante et le visage meurtrie je parcours les abords de la forêt à la recherche de certaines plantes. En ce qui concerne mon cheval je sais qu'il va me retrouver, son flaire et son instinct le guideront vers moi. En attendant je dois panser ma blessure avec les moyens du bord, quant aux points de sutures je les ferai une fois mon matériel retrouvé.

Alors que je suis en train de regarder le sol à la recherche de ma fleur, j'entends quelqu'un qui s'approche de moi, ou du moins, qui vient dans ma direction. Je n'ai pas la force de me battre à nouveau contre le même adversaire, mais pour défendre ma vie je me battrai jusqu'au bout quand même ! Je me camoufle dans un arbre, en grimpant sur une solide branche, prête à bondir la première sur l'inconnu. Dès que je l'aperçois, j'attaque et saute sur..... Hein ? ELLE ! C'est une femme ! Bonne nouvelle ce n'est pas le barbare de tout à l'heure, par contre, je peux affirmer que je suis en présence d'une femme de la même tribu ! Sa peau est basanée, ses cheveux noirs,... aucun doute !

" Ton ami et toi ne m'aurez pas vivante ! Laissez moi tranquille ! "

Avec mon état, cela ne doit pas être très convaincant malgré l'arme que je pointe vers elle, mais peu importe, parce que chez nous, on ne se fit jamais aux apparences surtout quand il s'agit d'une femme !

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Mar 19 Juin - 21:08


La chute. Un corps qui tombait, entraîné délibérément par le poids exerçait sur moi. Une chute qui fut loin d'être gracieuse. N'en venant qu'à tomber au sol comme le ferait un sac de patate. Ces moments-là où vous n'avez pas le temps de comprendre, où vous n'avez rien remarqué qui aurait pu laisser présager ce genre d’événement. Le coeur, étrange élément, qui se mettait à battre un peu plus vite alors que je roulais sur le sol pour me rétablir sur mes pieds. Lame qui se trouvait désormais dans mes mains. Argo qui s'était éloigné. Argo que je ne pourrai que retrouver par la suite. Mon attention qui était focalisée sur mon adversaire, que je pensais être mercenaire. Certes une nuance alors qu'avec un peu de recul, il serait que simple de se souvenir que les mercenaires n'avaient pas pour habitude de se jeter des arbres. Une autre tribu. Une autre personne. Mais face à cet environnement hostile, ce même instinct ne pouvait que me forcer à prendre les armes. Un regard qui se posait sur mon adversaire pour découvrir que la première option était fausse. Membre d'une autre tribu. Une femme. Ce qui aurait pu m'inciter à laisser tomber ma lame mais je n'en fis rien. Il y avait trop de méfiance si ce n'était que la jeune femme avait été la première à me tomber dessus. Doutant que ce soit une erreur, qu'elle se soit trompée de personne. Peut être un mouvement délibéré alors que mon appartenance aux rahjaks restait que facilement reconnaissable avec mon teint de peau si ce n'était la présence d'Argo. Il y avait ces détails qui ne trompaient pas. Pointe d'hostilité là. Car si je n'avais rien contre les autres tribus, il ne restait pas moins qu'à l'inverse de nombreuses avaient une dent contre les rahjaks. Ce qui semblait avec quelques explications compréhensible.  Une hostilité qui était ancrée. Un jeu de dupes et de violence auquel les dignitaires, les membres de la famille royale étaient avant tout cités. Eux qui jouaient un rôle, non moi. Les esclaves qui ne leur servaient que pour les tâches ingrates. Mais si j'avais réussi à fuir, je ne pouvais que constater o comment que cette image allait me suivre. Peut être encore prisonnière de la cité rahjak alors qu'une réputation nous précédait. Ce qui n'était pas dans un sens terrible bien que cette réputation était bâtie sur le sang. Réputation autant utile que destructrice.

Un regard qui ne quittait pas la jeune femme qui se trouvait devant moi. Une lame dans ses mains. Jeune bien plus jeune que je ne l'étais. N'ayant sans doute pas encore atteint l'âge réelle d'être une femme. Jolie avec ses cheveux d'un ton blond et cela malgré la cicatrice qui barrait son visage. « Ton ami et toi ne m'aurez pas vivante ! Laissez moi tranquille ! » Pas tant un éclat de férocité de ce qui semblait être la peur. Des mots qui résonnaient. La jeune femme qui était trempée, des cicatrices. Jeune femme qui était peut être traquée mais qui avait en tout cas mené un combat il y a peu. Ce qui n'expliquait pas de la manière la plus logique qu'elle soit pourquoi elle était trempée si ce n'était la présence d'un point d'eau non loin. « Pose cette lame, tu vas te blesser avec. » Conversation que je préférerai avoir sans. Doutant toutefois qu'elle le fasse alors que je n'étais pas son adversaire. Ce qu'elle croyait que j'étais. La présence d'un certain ami. L'aura de la peur qui était en train d'éclore que je masquais. Crainte que de par un ami, elle parle d'un membre de la cité, ce qui n'était bon ni pour moi ni pour elle. Des réponses que je devais obtenir, vite. « Je ne suis venue avec personne. Et je ne suis pas là pour te blesser. » Ce qui était vrai, bien que je n'avais baissé ma lame. Encore trop de méfiance. Reprenant la parole pas moins rapidement. La barrière des langues qui ne devenait pas un obstacle comme avec ceux du ciel bien que certaines intonations étaient différentes. « Je n'ai pas d'ami. Je suis seule. Qui as-tu vu ? »

avatar
31/05/2018 Blanche, peut être d'autres mais je ne les connais pas Non 43 Helen Stifler Moi Eclaireuse / guérisseuse Athna 15


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Mar 3 Juil - 20:11

Après un magnifique roule boule et après avoir emporté ma poursuivante avec moi, je m’en retrouve arme à la main face a elle.

« Pose cette lame tu vas te blesser avec. »

Ah ouais, je ne suis vraiment pas crédible ... je dois vraiment avoir une tête défaite pour qu’elle me dise cela.... Je sais m'en servir, qu’elle se méfie tout de même parce que je pourrais la blesser. D’ailleurs je ne lache pas mon arme, ma hache est toujours pointée vers elle dans le doute ! Un filet de sang perle sur mon œil m’empechant de voir correctement et me rappelant aussi au passage que tout mon corps est douloureux. Le combat que je viens de mener, ou j’ai faillit perdre ma liberté voire même la vie, m’a totalement vidé de mon énergie.

Quand elle me dit être seule je me sens soulagée, même si une partie de moi reste méfiante à son égard. En fait, j’aimerai tellement qu’elle dise vrai que je la crois sans grand mal. En reculant je percute un arbre et m’y adosse... en fait l’arbre me tient. De ma main libre je me tiens les flancs, me donnant l’impression de soulager la douleur qui me lance. Je dois être couverte de contusion, le salaud n’y est pas allé de main morte ! J’abaisse mon arme, sans pour autant la lâcher du regard.

" Un grand brun, peau brulée par le soleil, l'air plutôt méchant, fort.... "

En général, ce clan ne dépasse pas beaucoup le désert, ils ne sont pas du genre à pénétrer dans la forêt sans aucune raison et celui ci cherchait bien quelque chose, à moins que ce soit quelqu'un.

Mes jambes plient sous le poids de mon corps affaiblie et malgré tout ma volonté, je cède. Même si je tiens debout et qu'elle me provoque en duel je suis cuite, alors pourquoi se fatiguer ? Je lâche ma hache pour essuyer le sang qui coule sur mon visage.

" Ca a l'air grave ? "

La question parait surement idiote vu la situation mais je n'ai pas mon matériel, ni mon miroir et je suis incapable part un simple toucher de déterminer si la blessure est profonde ou pas. Seule mon interlocutrice peut me le dire.

" Et toi, que fais tu ici ? "

Ah ! La c'est une question intéressante !

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Ven 6 Juil - 17:34


Mon regard qui restait posé sur la jeune femme aux cheveux blonds voir même de la couleur de l'argent. Des cheveux d'une couleur si pâle que mon regard était aussitôt attiré dessus. Un regard qui ne pouvait autant que se poser sur sa plaie sur son visage. Le sang qui tâchait sa peau. Et une femme qui ne reculait pas tant qui ne pouvait que prendre appui contre l'arbre qui se trouvait derrière elle. Elle n'était pas en état de se battre. Ou peut être qu'elle l'était. Mais elle n'était pas une réelle menace. Non la menace était celle qu'elle décrivait. Celle qui n'avait de nom alors que mes doigts serraient un peu plus fermement la dague que je tenais. La peur qui refaisait surface. " Un grand brun, peau brulée par le soleil, l'air plutôt méchant, fort.... " Et dans un sens je n'aurai plus que rire de sa description. Il y avait tant de possibilités de complaire à cette description. Une description qui restait floue mais mon esprit ne pouvait que me jouer des tours. Un esprit qui ne se focalisait pas sur un visage flou si ce n'était sur un en particulier. Comme si c'était forcément lui. Comme si c'était forcément un mercenaire rahjak et non un membre d'une autre tribu. D'un autre côté il était aberrent de penser qu'il s'agissait des membres des autres tribus. Des tribus qui à l'est du monde avaient conclu une trêve fragile. Les naoris qui ne voulaient que paix et bonheur qui étaient éliminés aussi. Il n'y avait que les rahjaks pour correspondre à cette description, pour se lancer dans un combat. La seule description de tribu qui semblait correspondre. Et la description d'un seul homme. Ce que je pensais. Mon sang qui ne faisait qu'un tour. Ce que la voix tapie dans un coin de ma tête me disait alors qu'il devait s'agir de Roan. Cela ne pouvait être que lui, que mon maître. Mon regard qui s'attardait sur elle puis sur chaque recoin. La peur elle était désormais là, me concernant.

Et mon regard qui se reportait sur elle au son de la hache qui tombait sur le sol. Hache qui retombait qui m'incitait presque à baisser mon arme. Ou plutôt ce fut ses mots qui manquèrent de faire tomber légèrement ma méfiance. " Ca a l'air grave ? " « Cela a l'air. » Faisant un pas vers elle, non pas pour l'achever. Faisant un pas vers elle un peu plus non sans cesser de rester méfiante. Voix qui me disait que c'était peut être une ruse. Alors qu'autant que j'approchais, que la peur était là, je restais méfiante. Méfiante alors que je continuais de franchir la distance entre nous pour l'observer de plus près. Tout était remis en question. Et pourtant un regard presque compatissant en vue de sa blessure. Un combat qui se jouait de mon esprit pour déterminer si elle était une menace ou non. Si elle disait vraie, alors elle n'était pas la menace. La menace résiderait en Roan. Menace qui apparaissait soudainement prédominante. Et pourtant. " Et toi, que fais tu ici ? " Me glaçant alors qu'elle posait cette question. Une couverture qui avait été inventé. Un profil qui s'était créé pour que nous faisions croire que nous étions des marchands. Mais je doutais qu'elle y croirait. Une question que j'ignorai. Moment d'hésitation. « On ne peut pas rester là. » Mots que je ne pouvais que répéter. Qui que ce soit, une cible était recherchée. Le sang attirait le sang. Il n'y avait aucun doute dessus. Le sang qui attirait les charognards. Comme si les mercenaires suivaient une piste. Des scénarios qui se jouaient sans aucune certitude alors que j'en venais commencer à croire ses mots. La méfiance là pourtant mais autant en fuite. Cette fuite, ce statut qui me collait à la peur et ses heures à courir. Ce qui n'était pas censé finir ainsi, pas aujourd'hui. Là pour découvrir le monde. Illusion dans lequel je voulais me bercer et qui prenait de nouveau fin alors que j'en venais à l'observer et reculer. « Il faut soigner ta blessure. » Un constat. Le problème résidait en non ou lui faire confiance. La question qui existait alors que je ne savais pas si je pouvais lui faire confiance, et pourtant ses blessures ne pouvaient que trahir sa fuite à elle aussi. Son état qui m'incitait à m'adapter. Un sifflement léger pour qu'Argo revienne par là. « On ne peut pas rester là. » Des mots que je répétais. « Je ne peux pas te demander de me faire confiance mais si tu as raison, alors nous devons partir. Maintenant. » Insistant sur ces mots. N'indiquant pas que je ne lui faisais pas confiance. Une confiance difficile à acquérir. Mais si elle avait raison, nous devrons même prendre nos jambes à notre cou. La nécessité de trouver un endroit plus certain ou de se diriger vers des ruines, n'importe quel endroit pouvant permettre de former un abri, de disparaître dans le paysage.

avatar
31/05/2018 Blanche, peut être d'autres mais je ne les connais pas Non 43 Helen Stifler Moi Eclaireuse / guérisseuse Athna 15


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Lun 16 Juil - 11:13

Vous vous êtes déjà retrouvé dans cette situation ? Face à quelqu’un dont vous ne savez rien, qui pourrait être ennemi, ou allié ? Être pourchassée en même temps par un homme motivé par la violence et la domination ? Que dois je faire ? La douleur, lorsque l’adrenaline retombera, risque de me faire tomber dans les choux, ou de m’empecher de penser correctement. Mais dans tous les cas, je n’ai qu’elle. Je n’ai que cette inconnue, à la peau bronzée, belle, qui finalement me semble aussi paniquée que moi et pressée de partir. Elle sait quelque chose sur cet homme c’est évident, mais je n’ai pas le temps d’en savoir plus. Elle siffle son..... chameau...qui s’approche doucement. C’est la première fois que j’en vois un... c’est bizarre... il a une drôle de tête. Je le dessinerais dans mon cahier dès que j’y verrai mieux.

« Ma monture devrait me retrouver, si tu la vois ne l’effraie pas elle porte tout mon matériel. »

Je m’appuie sur l’arbre pour me redresser et sens la tête qui me tourne. Je sens Mon coeur battre dans ma plaie, mes muscles qui s’affaiblissent... je regretterai presque d’avoir quitté ma montagne. Mais nous sommes des guerriers, pas des pleutres qui restent cachés derrières des barrières !

« Je m’appelle Kara... je viens de la montagne et je suis guérisseuse. Écoute, si jamais je m’evanouie, tu dois nettoyer ma plaie avec de l’eau et un linge propre. Quand mon cheval reviendra, si tu es d’accord, je t’apprendrai à faire des points de suture et un cataplasme apaisant. Ça pourrait te servir un jour. »

Si je lui fais confiance ? Pas encore, mais si elle fait tout ça, alors je commencerai éventuellement à revoir mon jugement. Si elle me raconte son histoire et ce qu’elle fait ici, cela pourrait aussi aller dans son intérêt. Si elle m’aide vraiment, vu qu’elle aussi est seule et visiblement aussi en fuite, je lui enseignerai quelques trucs pour survivre et panser les plaies, guérir les douleurs, apaiser certains maux, ou même empoisonner si besoin quelques boissons quand la situation l’oblige.


Dernière édition par Kara Bolkàn le Mar 17 Juil - 8:23, édité 1 fois

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Lun 16 Juil - 19:14


Ne pouvant pas tarder à siffler Argo. Consciente que le camélidé ne tarderait pas à me retrouver. Il ne s'enfuyait jamais bien loin. Mais préférant sans aucun doute qu'il s'enfuie plutôt que de finir entre les mains des mercenaires ou de n'importe quel autre. Un camélidé qui n'était pas une possession, une simple monture mais un compagnon de route, un ami. Un peu comme un enfant que je n'avais jamais eu. Un lien qui s'était tissé, qui ne devenait plus fort. Argo que je ne pouvais que gâter. Parfois la culpabilité là alors que je l'avais arraché des mains de Shanareth. Si la jolie brune mercenaire n'avait pu que le nourrir au biberon dès lors qu'il était petit, je n'avais pu que m'en emparer. Un vol que j'avais commis alors que j'avais besoin de lui pour me transporter en dehors de la cité, pour vaincre le désert. La culpabilité qui était là parfois, tout comme d'avoir laissé Shanareth derrière. Une culpabilité qui s'effaçait. Un coeur qui était devenu moins lourd alors que j'avais réussi à tourner la page. Si je n'avais pu que tenter de retrouver la jolie brune, de la convaincre de mon amour pour elle comme je l'avais promis à Arméthyse, j'avais aussi du accepter qu'il était vain de s'acharner. Un livre qui s'était bel et bien terminé. Une histoire qui s'était terminée. Des souvenirs heureux qui restaient malgré la haine qui avait transpercé dans nos dernières rencontres, malgré la douleur. Argo qui ne tardait à arriver jusqu'à moi. Un baiser que je déposais. Alors que le camélidé ne pouvait que blatérer tout seul. Un sourire qui se dessinait sur mon visage. Nous formions un étrange couple. Un couple facilement remarquable alors qu'en sa compagnie, il était facile de savoir que je venais de la tribu rahjak. Argo dont je ne pourrai jamais me séparer toutefois, ne comptant pas l'abandonner. Certes un risque qui était pris alors qu'il était plus facile pour les mercenaires de me retrouver. Mais un risque que j'étais prêt à prendre. Mon attention qui se reportait toutefois sur la jeune femme aux cheveux blonds voir même platine. « Le mien devrait me retrouver, si tu le vois ne l’effraie pas il porte tout mon matériel. » « Je ferai attention. Quel est son nom ? » Un brin de curiosité qui surpassait la méfiance.

La méfiance qui était surpassée alors qu'il était nécessaire aussi de bouger. Ce que je savais. La nécessité de bouger face à la crainte que celui qui la traquait nous trouve. Mais j'avais aussi conscience qu'elle était blessée, qu'elle ne pouvait marcher comme elle le souhaitait. M'approchant d'elle un peu plus. « Je m’appelle Kara... je viens de la montagne et je suis guérisseuse. Écoute, si jamais je m’evanouie, tu dois nettoyer ma plaie avec de l’eau et un linge propre. Quand mon cheval reviendra, si tu es d’accord, je t’apprendrai à faire des points de suture et un cataplasme apaisant. Ça pourrait te servir un jour. » Alors qu'elle s'ouvrait à moi, se laissant en position de vulnérabilité, je n'en venais qu'à décider de m'identifier à mon tour. « Tu es de la tribu des athnas donc ? » Une question pas moins. Une tribu dont je ne savais que si peu si ce n'était qu'ils étaient aussi des féroces guerriers. Un rôle qu'elle n'occupait pas alors qu'elle était guérisseuse. Ne tardant pas à reprendre la parole. « Je m'appelle Ezra. » Un premier pas de fait plus littéralement parlant que physiquement même si j'étais désormais proche d'elle. « Comme tu peux t'en douter je fais partie des rahjaks. » A croire que cette tribu ne me quitterait jamais. Consciente qu'il ne serait pas possible là de prétendre être une simple marchande, voyageuse ou solitaire. Des identités inventés que nous avions décidé de créer avec Arméthyse. Mais ici le masque tombait sans pour autant que je m'avance trop. « Je ne fais pas partie de ceux qui te cherche. Mais je peux t'aider. Je ne suis pas une guérisseuse mais je sais soigner les blessures, recoudre les plaies. Il faudra par contre que tu m'indiques la marche à suivre pour te faire un cataplasme. » Ne connaissant pas cette marche à suivre alors que souvent je ne pouvais que me servir des mixtures que je trouvais sur les étalages de marché, ou avant auprès de Skyra, sorcière. Des blessures que j'avais appris à recoudre et à soigner alors qu'à de nombreuses reprises Roan était revenu blessé. Faire des points de suture qui n'était pas bien plus difficile que de coudre. Ce que je savais faire même les yeux fermés si cela était nécessaire. « On  devrait avancer avant. » Ne pouvant simplement soigner ces blessures ici. Sortant de la besace, une étoffe de tissus. « Tu devrais t'en servir. Est-ce que tu peux marcher ? Il est vraiment nécessaire qu'on trouve un abri ou un endroit où camper avant que je n'en vienne à soigner tes blessures. » Une note d'inquiétude alors perceptible dans sa voix alors qu'en effet il était préférable de bouger. Mon instinct qui me criait de bouger. La jeune femme que j'espérai en capacité de marche. Mais soudainement comme pour nous aider, son cheval refit apparition. Adressant une prière silencieuse au dieu du soleil avant de m'approcher de l'équidé doucement. Le reconduisant auprès de sa maîtresse. La meilleure solution pour s'éloigner rapidement en espérant trouver un endroit pour monter un campement, une grotte ou des ruines dans lesquelles s'abriter. « As-tu besoin de mon aide ? » Désignant sa monture. La méfiance soudainement en train de retomber alors qu'une alliance pour le moment était en train de se dessiner.


avatar
31/05/2018 Blanche, peut être d'autres mais je ne les connais pas Non 43 Helen Stifler Moi Eclaireuse / guérisseuse Athna 15


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Lun 23 Juil - 10:41

Ezra. Elle s’appelle Ezra. C’est beau. À la fois agressif et doux comme prénom. Pour une fille du désert ça lui va bien. Quand elle me dit que je peux avoir confiance en elle, qu’elle peut m’aider, ai je le choix ? Je suis perdue au milieu de là forêt avec elle pour seul « repère » donc bon, je vais lui faire confiance. Elle me tend un linge que je prends en affichant un petit sourire en coin avant de me le coller sur le visage.

« Je peux marcher oui, mais pas bien loin. Je sens les forces disparaître petit à petit. »

Elle semble inquiète pour de vrai, elle tient vraiment à m’aider je crois. Mais là elle va devoir me porter parce que.... en même temps on tourne la tête vers les fourrés, un bruit nous surprend. Rapidement la pression redescend lorsque nous voyons mon cheval s’approcher.

« Izmir.... mon frère... »

C’est un soulagement ! Ezra s’avance vers lui, elle attrape ses rênes et revient vers moi.

« As tu besoin de mon aide ? »

« Ça va aller, merci. Grimpe sur ta monture du désert. Si tu dis que nous ne sommes pas en sécurité alors partons vite. »

Je fais un bruit avec ma bouche, un claquement de langue que mon cheval comprend immédiatement. Il s’allonge au sol, serein et confiant, tandis que je l’enjambe un peu titubante. Doucement mais sûrement, Izmir se redresse m’emportant avec lui sur son dos. J’ai du mal à me tenir droite, je tiens les rênes faiblement, les cuisses ne sont pas aussi fermement cramponner à mon cheval...

« Passe devant Ezra, mon cheval te suit. »

Je jette un œil sur mon matériel bien attaché à la selle. Je pense que tout est là. Je ne sais pas combien de temps nous allons vagabonder avant de trouver un refuge, je ne sais pas combien de temps je vais tenir. Mais une chose est sure : voilà de longues minutes que nous voyageons et je me sens partir. J’enroule les rênes autour de ma taille et de la selle pour m’eviter une douloureuse chute et décide de donner mes dernières instructions.

« Ezra... dans ma sacoche.... tu vas trouver une fleur orange fraîchement cueillit. Il faut récupérer les pétales et les écraser. Ensuite tu presses la feuille verte, une sorte de plante grasse, feuille épaisse gorgée de « lait » avec  de petites épines sur les bords. Tu peux pas te tromper j’en ai plein elles me servent pour tout. Quelques gouttes de ce lait devrai te suffire. Si c’est pas assez pâteux tu peux mettre un peu d’eau. Ensuite tu pourras l’appliquer sur ma coupure une fois les sutures faites proprement. »

Je balance tout d’un trait. Je sens que mon corps s’en va petit à petit, que mes yeux roulent, que mes muscles se relâchent, que la douleur me lance, que ma tête tourne. Puis... c’est le noir total.

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Ven 27 Juil - 12:09


La nécessité de bouger. Il fallait toujours bouger. Il ne fallait jamais s'arrêter ou presque. N'ayant pu m'en empêcher alors que près d'Arméthyse, je me sens en sécurité. Des projets qui nous donnaient le sourire. Croyant en cette sécurité, en cette bulle de bonheur. Mais pourtant le danger n'était jamais loin. « Je peux marcher oui, mais pas bien loin. Je sens les forces disparaître petit à petit. » Une grimace qui s'esquissait sur mon visage alors qu'il me faudrait l'aider à marcher. Au moins sa carrure était similaire à la mienne. Semblant légère et non d'une carrure plus imposante comme l'était certains mercenaires de la cité. Ce qui était un point plus rassurant. Mais ce qui l'était encore plus était la soudaine arrivée de son cheval. Presque un soulagement alors que je n'osais sinon imaginer le bazar. La meilleure alternative qui aurait été toutefois de l'aider à grimper sur Argo pour ensuite nous diriger dans un endroit plus sûr. Au moins sa monture était revenue. Des retrouvailles que je lui laissais avoir non sans garder un oeil sur elle. Voulant m'assurer qu'elle ne tomberait pas en cours de route alors que blessée, elle l'était bel et bien. « Ça va aller, merci. Grimpe sur ta monture du désert. Si tu dis que nous ne sommes pas en sécurité alors partons vite. » Des yeux presque levés au ciel suite à la dénomination d'Argo qui n'était pas une simple monture du désert. Ne surenchérissant pas sans quoi je me savais consciente de m'emporter. Argo qui n'était pas une simple monture, plus qu'un animal. Il était devenu un ami, le seul lien qui me rattachait encore à Shanareth si ce n'était un peu comme un enfant. M'approchant à mon tour d'Argo. Un sifflement qui retentissait alors que le camélidé s'assurait de me laisser la possibilité de se monter sur son dos. Ce que je ne tardais à faire, me retrouvant avec une vue bien plus précise sur les arbres qui se trouvaient autour de nous. Une forêt dans laquelle je n'étais pas encore tout à fait à l'aise.

Et n'ayant pas d'idée précise de la destination qu'il nous fallait suivre. Simplement consciente qu'il était nécessaire que nous bougions, que nous tentons de trouver un autre endroit. Des réflexions. Si nous allons plus loin, en continuant tout droit, nous risquons de nous diriger vers le désert. L'une des meilleures possibilités semblait de remonter légèrement ou de descendre. Mais peu importait notre choix alors qu'il fallait se mettre avant tout en mouvement, en espérant ne pas se tromper de direction. Une erreur qui nous pouvait être fatale. Des mercenaires qui pouvaient nous retrouver. Car c'était eux. Cela ne faisait aucun doute. Ce que je croyais alors même que je pouvais me tromper, ne me fiant alors qu'aux descriptions de Kara et à ma peur. La peur qui avait refait surface bien que je pouvais que tenter de la contrôler. La situation qui restait grave alors qu'il nous fallait en priorité trouver un abri puis soigner ses plaies comme Eirik, Varghause avaient fait pour moi. « Passe devant Ezra, mon cheval te suit. » « Fais attention à ne pas tomber. » Un risque quand la cadence s'accélérait. Il restait toutefois de naviguer rapidement entre les arbres. Des arbres qui nous offraient une couverture mais qui pouvaient aussi nous ralentir. Une forêt qui avait ses attraits et ses inconvénients. Une forêt qui restait sans doute bien trop sombre à mes yeux. Sifflant de nouveau pour que le camélidé s'ébranle. En route et à l'affut. A la recherche du moindre signe. Tendue de nouveau. Prête à me retourner au premier craquement alors que derrière les troncs pouvaient aussi se cacher une menace. Tentatives aussi de repérer un abri. Des minutes qui défilaient. Un tas de pierre au loin. « Peut être là-bas.. » Mais à peine avais-je terminé ma phrase que l'athna reprenait la parole. « Ezra... dans ma sacoche.... [...] l’appliquer sur ma coupure une fois les sutures faites proprement. » Et je n'avais pu que me tourner vers elle alors qu'elle me donnait des indications. Sifflant en même temps alors que doucement ou trop rapidement je la voyais glisser en direction du sol. Sautant à terre mais nullement assez rapide pour faire obstacle de mon corps. Ne réussissant pas à la réceptionner complètement alors qu'elle glissait bel et bien. Poussant un grognement alors qu'elle manquait de m'entraîner dans sa chute. Me servant de son équidé comme allié pour tenter de la redresser avec des efforts. Chanceuse. Chanceuse qu'elle ne pèse pas des tonnes. Une situation qui devenait plus urgente alors qu'attrapant les rênes de son équidé, je ne pouvais que la guider vers le tas de pierre qui se trouvait non loin. Argo qui nous suivait après un sifflement. Ne m'arrêtant pas pour suivre ses instructions et la soigner là à même le sol. La jolie blonde qui avait déjà perdu connaissance. Quelques minutes qui ne changeraient rien à son état alors que je m'efforçais de la traîner jusqu'à l'abri des ruines. Un tas de pierre qui n'en n'était seulement un. Des mouvements plus précipités alors que je tentais de dissimiler les montures. Attrapant au même instant sa sacoche pour suivre ses instructions. Un foulard dont je me servais tantôt pour stopper l'hémorragie. Espérant qu'elle ait raison. Tentative de l'installer plus confortablement alors que j'appliquais un linge humide contre son front. Un feu que j'hésitais  à faire. Ses vêtements qui restaient encore trempées. Le froid qui ne pourrait que se saisir d'elle si je ne réagissais pas non plus. Alors je ne pouvais qu'allumer un feu délicatement, essayant de le protéger pour que la fumée ou sa lueur n'attire personne. Son corps que je déshabillais avant de la recouvrir d'une étoffe. Des vêtements que je mettais à sécher auprès du feu non sans regarder les flammes briller un peu plus avant de revenir auprès d'elle. La nécessité d'attendre, attendre qu'elle reprenne connaissance.

avatar
31/05/2018 Blanche, peut être d'autres mais je ne les connais pas Non 43 Helen Stifler Moi Eclaireuse / guérisseuse Athna 15


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Mar 7 Aoû - 11:34

Je me sens... bizarre, mais bien. J’ai chaud. Je sens une légère source de chaleur qui me rassure. Je soulève doucement mes paupières et vois autour de moi le gris des pierres, comme si elles me protégeaient. Le premier mot que je prononce n’est autre que le prénom de la femme qui m’accompagne. C’est la seule sur qui je peux compter en cet instant. Elle aurait pu me tuer, m’abandonner, me vendre et pourtant je suis encore en vie et visiblement libre. Je dirais a tout le monde maintenant qu’il ne faut jamais mettre tout le monde dans le même panier. Que même parmi les fruits pourris on peut trouver un des meilleurs fruits. Ezra en est l’exemple. Elle vient du peuple le plus barbare que je connaisse et aujourd’hui, elle fait preuve d’une gentillesse sans égale. Je dois l’aider en retour au moins a valeur egale.

« Ezra ? On est en sécurité ? Tu vas bien ? »

Oui, j’ai tendance à toujours m’inquiéter pour les autres avant moi même, c’est comme ça. J’ai envie de toucher mon visage mais sans miroir il m’est impossible de pouvoir faire quoi que ce soit. Et puis toucher une plaie avec ses doigts sales c’est vraiment une mauvaise idée. Je me redresse doucement pour éviter que ma tete ne tourne avant de chercher la jeune femme du regard. Une fois fait, je lui souris la tête un peu dans le pâté.

« Ça fait longtemps que je dors ? Comment s’annonce ma plaie ? »

Je la laisse répondre avant de poursuivre.

« Il reste quoi à faire dessus ? »

Je sais que je vais avoir une belle cicatrice, une balafre, une marque à vie pour que je m’en souvienne de mon aventure et d’Ezra. Je la regarde, avec insistance, détaillant tous les traits de son visage. Sa peau brune. Ses yeux bruns en amandes. Ses dents blanches. Ses cheveux noirs ébènes. Elle est belle. Et finalement plus douce qu’il n’y parait.

« Tu as de quoi manger ? Sinon j’ai ce qu’il faut dans mes affaires. »

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Mar 7 Aoû - 18:10


Accroupie auprès d'elle, je ne bougeais pas excepté pour attiser les flammes. Ce que je continuais de faire non sans la surveiller, non sans jeter un coup d'oeil au dehors par crainte que quelqu'un nous repère. Mais il n'y avait personne. Il n'y avait personne pour le moment. Seulement en train d'écouter les crépitements du feu non sans en venir ensuite à m'assurer que la jeune femme aux cheveux clairs ne bougeait pas. N'étant pas encore réveillée. Le choc lui ayant fait perdre connaissance et ne pouvant qu'attendre qu'elle se réveille doucement. Nos ombres projetés sur les parois autour de nous. Et finalement ses paupières s’entrouvrirent. Mon prénom qu'elle répétait aussitôt sans que je ne tarde à prendre la parole après. « Ne bouge pas. » Ce qu'il valait mieux qu'elle évite. Au lieu de cela, je ne pouvais que lui tendre ma gourde. « Bois. Le choc t'a fait perdre connaissance. » Je ne pouvais que croire que ces mêmes gestes elle les avait répété auprès d'autres membres de sa tribu. Des gestes que j'avais aussi répété. Des gestes que j'avais aussi assuré pour soigner les plaies et les blessures. Je n'étais pas une guérisseuse, ni une sorcière, ni une devin. Je n'étais qu'une esclave. Un métier que de nombreux considéraient comme étant ingrats. Il y en avait de nombreux pour nous considérer comme des moins que rien, des objets, des serviteurs tout bon pour la casse. Des serviteurs c'était ce que nous étions. Mais pas seulement, ce que je n'étais pas seulement. Ayant plus l'impression d'être multi-tâche, aussi parce que j'avais été vendue à de nombreuses reprises. Si je savais coudre, je savais autant me servir de mon corps, sachant gérer la demeure, cuisiner si ce n'était soigner les blessures. Ce n'était que des petits détails à chaque fois mais au final j'avais accumulé de nombreuses compétences. Et désormais aussi apte à me battre à petite dose. Pourtant ces compétences ne seraient jamais entièrement valorisées, ne le seraient sans doute jamais. J'étais une esclave. Cela devait rester ainsi pour eux. Un statut que je n'avais plus à porter mais que je continuais de porter dans un sens. Ayant cette difficulté à me détacher entièrement du passé. Au moins maintenant j'avais la choix. La faculté aussi de l'aider elle, alors que mon attention s'était de nouveau dirigé sur sa personne.

La jeune guérisseuse qui ne tardait pas moins à reprendre la parole non sans s'être relevé doucement. Une volonté que je pouvais comprendre d'obtenir des questions. Mon regard posé sur elle alors que je reprenais non moins la gourde pour en boire une gorgée à mon tour. « Ça fait longtemps que je dors ? Comment s’annonce ma plaie ? » J'hochais la tête pour répondre à sa première question avant de reprendre la parole non sans esquisser une grimace. « Tu vas avoir une cicatrice... » Une cicatrice qui serait visible sur une partie de son visage. Une balafre qui pourrait la défigurer. Pourtant je ne pensais pas que cela serait le cas. Ne pensant pas que sa beauté puisse se fader. A la cité, tous arboraient leurs cicatrices avec honneur. Et autant qu'il était possible de détester les combats dans les gladiateurs, ceux qui mourraient dans les arènes étaient honorés, célébrés et respectés. Du pain et des jeux. Chassant cette image de mon esprit pour prendre la parole de nouveau alors qu'elle continuait de me dévisager. « ...sur une partie de ton visage. Les guerriers en ont tous. » N'ajoutant pas qu'elle pouvait être en fier. Il restait parfois difficile d'ajouter ces mots. En tout cas, elle était toujours vivante. Elle avait survécu, c'était ce qui comptait. « Il reste quoi à faire dessus ? » « Rien si ce n'est laisser le temps faire son oeuvre. J'ai suivi tes instructions. » Ce que j'avais fait. Maintenant elle ne pouvait qu'attendre que la plaie guérisse. Une nécessité pour elle d'attendre et de voir si la situation s'améliorerait. Si j'avais suivi ces précautions, j'espérai qu'il n'y ait pas d'infection. Ne pouvant qu'adresser une prière au dieu du soleil pour cela. C'était entre ses mains. Tantôt, elle était apte pour faire cela, pour s'assurer que sa guérison opérerait.

Constatant alors qu'elle me regardait toujours. « Pourquoi me regardes-tu ? » Si un sourire s'était esquissé sur mon visage, je restais curieuse. Me demandant si c'était à raison de sa cicatrice ou d'une toute autre raison. Me demandant si elle avait toujours des craintes. Pour le moment saine et sauve bien que je ne pouvais que de nouveau jeter un regard vers le feu qui brûlait, au-delà. « Tu as de quoi manger ? Sinon j’ai ce qu’il faut dans mes affaires. » J'hochai de nouveau la tête. « Un peu, il est préférable qu'on mange froid. Laisse ton corps se réchauffer. J'ai mis tes affaires près du feu pour qu'il sèche. » Un détail dont j'espérai qu'elle ne s'offusquerait pas. N'étant pas gênée comme d'autres pourraient l'être face à la nudité. Ayant après tout vécu dans un bordel. Chacun fait de chair et d'os. Pensive alors que je ne pouvais pas moins reprendre de nouveau la parole, toujours craintive à l'idée qu'on nous retrouve. « Il ne faudra pas laisser le feu brûler trop longtemps. On est à peu près dissimilés pour le moment mais j'ai peur qu'on nous retrouve. » Ce que je craignais. Reprenant ma respiration avant de me relever pour aller chercher ma sacoche. Des provisions facilement transportables non moins. Des provisions que je ne tardais pas à partager en sa compagnie.


avatar
31/05/2018 Blanche, peut être d'autres mais je ne les connais pas Non 43 Helen Stifler Moi Eclaireuse / guérisseuse Athna 15


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Mer 8 Aoû - 8:43

Je ne peux m’empecher de poser mon regard sur elle et je crois que ça la gêne. On peut dire qu’on est quitte, car moi je suis un peu gênée d’être nue au milieu de nul part. Mais quand on décide de manger alors là tout s’efface. Je crois que l’une comme l’autre on se fait une grande joie d’avaler quelque chose. Ça remonte le moral aussi.

Elle me tend un peu de ses provisions. Je goûte. Je ne sais pas ce que c’est. Je crois que j’ai vraiment énormément de choses à découvrir encore et je ne dois pas oublier de passer par les cuisines de chaque clan.

« C’est bon. Comment appelles tu cela ? Je ne connais pas. »

Nos mondes sont totalement opposés, pas étonnant que la cuisine le soit aussi. J’ai l’impression que l’ambiance est tendue ou du moins timide. Je dois débloquer ça et ça tombe bien j’ai deux petites choses à lui dire.

« Merci Ezra de m’aider. J’aimerai que tu acceptes mes excuses pour t’avoir sauter dessus tout à l’heure. Et si je te regarde, c’est parce que tu es là première personne que je rencontre qui ne veut pas me tuer et qu’en plus je te trouve très belle. »

Alors oui, dis comme ça c’est bizarre, surtout quand on ne me connaît pas. Je suis comme les enfants : je dis ce que je pense et sans presque aucun filtre. Je lui offre un large sourire comme pour appuyer mes mots, pour lui montrer que je parle sincèrement. Je pense qu’elle a montré patte blanche avec moi, elle m’a soigné, protègé... je peux me montrer plus douce et attentive avec elle maintenant. J’en profiterai aussi pour lui donner de quoi l’aider durant son voyage, comme des provisions et bien de quoi panser quelques bobos. Ma sacoche est pleine de plantes, de graines, de poudre et de fleurs pour concocter des baumes, je lui en donnerai si elle le souhaite.

« Qui es tu Ezra ? Qui est ce que tu fuis ? »

Vu comment elle était à l’affut, elle aussi devait fuir, se cacher d’en quelqu’un ou quelque chose. Peut être est elle une fugitive ?

« Tu m’as probablement sauvé la vie, alors tu peux compter sur moi. »

Si elle fuit son clan parce qu’elle a commit quelque chose de grave, je ne la jugerai pas, mais savoir qui elle est nous permettrai de mieux nous connaître et de renforcer le début de confiance qu’il y a entre nous.

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Mer 8 Aoû - 10:50


Partageant mes rations. L'une des meilleures alternatives. Il fallait préserver les ressources. Il ne me restait pas forcément beaucoup mais j'arrivais à tenir. Ayant dû m'adapter lorsque j'avais franchi le désert. Tout qui était différent. Comme un enfant qui la première fois découvrait ce qui était bon et ce qui ne l'était pas. Certains mets qui m'avaient arraché une grimace comme la texture des poissons. Une saveur que je n'aimais pas la première fois. Mais en voyageant autour, mon palet avait découvert de nouvelles saveurs. Des saveurs dont je n'avais pas idée. Dans le désert le repas consistait en généralité de viande ou de fruits secs, de graine. Je n'avais jamais goûté à certains fruits qui avaient une saveur si juteuse qu'ils m'avaient mis l'eau à la bouche. Découvrir de nouvelles saveurs tout était nouveau, tout était passionnant. Mais tout autant j'avais du faire attention. S'il n'était pas possible de réellement voir au sein de la cité les conséquences de la radioactivité, au sein de la forêt là était le cas. Des faits que je n'avais pas su expliqué. Trop ignorante sur ce point. Chaque tribu qui avait ses histoires, ses légendes. Celle qui devait à vrai dire être la plus au courant de ce qui s'était passé restée celle venue du ciel. Un peuple qui me fascinait autant que les différentes tribus. N'ayant jamais été autant passionnée par le monde qu'en franchissant finalement les portes de la cité. Mon attention qui se reportait alors sur Kara. « C’est bon. Comment appelles tu cela ? Je ne connais pas. » « Des dattes. » Les dernières qui me restaient à vrai dire. Elles avaient survécu jusqu'à là. En mangeant une dernière bouchée avec une pointe de nostalgie. Parfois la nostalgie refaisait surface. C'était plus fort que moi. Il m'était impossible d'oublier totalement certains souvenirs de la cité, certaines saveurs. Et si ces fruits secs avaient survécu jusqu'à là, cette dernière trace de leur existence allait elle aussi être effacée. « Il ne me reste plus rien de la cité. Que manges-tu toi ? » Je n'en n'avais aucune idée à vrai dire. Ne pouvant que me montrer curieuse alors que je doutais qu'ils en viennent à manger de la viande de chèvre, de crocodile ou des fruits secs en quantité. Pourtant, même au sein de la cité, chacun ne mangeait pas à sa faim. Pas tout le monde n'avait accès à des mets luxueux comme pouvait en avoir la possibilité les membres de la famille royale. Eux étaient riches. Eux disposaient des ressources qu'ils voulaient, il leur suffisait de donner un ordre pour que tout leur soit servi sur un plateau d'argent. Les autres ne pouvaient qu'espérer les imiter, ne pouvaient que les envier. Envieuse, je l'avais été. Moins maintenant. Moins maintenant que j'étais enfin libre, me sentant heureuse du moins tant qu'on pouvait l'être lorsqu'on était en fuite.

En fuite et pourtant cela ne m'avait pas empêcher de l'aider. Pas tout le monde n'était comme mon peuple. Ne pouvant renier leur férocité, leur force guerrière qui était admirable. Ce qui se constatait. Autant que je pouvais être fière de mon peuple, je haïssais le sang qu'ils avaient sur les mains. Ce même sang que j'avais désormais sur mes mains. Si je n'étais pas une esclave sans doute aurais-je pu être une plus fervente défendeuse de la famille royale, de ses valeurs. Pourtant ce n'était pas comme si je ne respectais pas les valeurs de la cité, comme si je n'en priais pas l'unique dieu ou que je ne rendais pas hommage aux gladiateurs qui tombaient dans les arènes. Cependant, il m'était impossible de fermer les yeux sur ma condition. N'ayant jamais pu le faire, pas après que Basile se soit emparé de toute trace de mon innocence. Loin désormais. Si loin que j'avais pu entrevoir d'autres peuples, que ce n'était pas coutume de se servir d'homme comme de serviteurs. Une différence de culture totale. Mais si mon peuple était ainsi, chacun de ses habitants ne partageait pas forcément la même opinion.

« Merci Ezra de m’aider. [...] que je rencontre qui ne veut pas me tuer et qu’en plus je te trouve très belle. » Elle était sincère qu'il m'était impossible de ne pas croire en ses mots. L'excusant forcément, automatiquement alors que les barrières issues de la méfiance s'abaissaient totalement ou presque. Ses mots qui résonnaient dans mon esprit. Belle je savais que je l'étais. J'avais vu les regards des clients du bordel. Ce n'était pas pour rien qu'ils recherchaient les meilleures proies, les plus belles filles. Ce n'était pas seulement pour le plaisir qu'ils se rendaient là. Il y avait eu de nombreux compliments mais chacun sonnait faux. Comment croire une personne qui vous payait pour la faire jouir. Ironique. L'impossibilité de la croire. Consciente de mon charme mais pour autant ses compliments n'avaient jamais réchauffé mon coeur ou ne m'avaient jamais fait sourire. Y ayant vraiment cru quand Shanareth les avait prononcé parce que je savais qu'elle était sincère. Venant d'une autre, je l'avais cru. Croyant ceux en qui j'avais fait confiance. Les autres, si peu. Mais elle, il était simple de la croire. Elle ne disait que ce qui lui passait dans son esprit. Rafraîchissant. « La beauté n'est pas tant physique qu'intérieur. » M'étant approchée d'elle pour poser ma main à l'endroit où se tenait ton coeur. « Ne laisse jamais personne te dire le contraire. » Faisant autant référence à sa cicatrice. Ce que je disais aux filles. Certaines qui perdaient le goût de vivre au bordel, qui ne vivaient plus que pour l'or. Certaines qui ne ressemblaient plus à rien. Certaines qui portaient des masques que pour s'effondrer après. Fermant les yeux alors que je manquais de replonger dans mes souvenirs. Heureuse d'avoir quitté le bordel bien que je n'avais jamais réussi à franchir les portes de la cité. Dans un sens j'étais heureuse que Roan m'ait acheté mais cette joie avait été ternie par le personnage.

Si Shanareth n'était plus à mes trousses, lui l'était. Peut être était-ce lui qu'elle avait rencontré, qu'elle avait affronté. Chanceuse si c'était le cas. Les mercenaires n'étaient pas connus pour leur miséricorde. Ils n'étaient pas connus pour épargnerdes vies loin de là. Devenant célèbres pour leurs prises. Et célèbres je pensais qu'ils l'avaient été, Roan, Shanareth, Astrid, Radoslav et Shell. Mais ces derniers étaient morts. Des nouvelles qu'Arméthyse m'avait transmise qui m'avaient choqués. Ne m'étant pas y attendus. Alors qu'ils incarnaient les cauchemars des uns et des autres, il était difficile de croire qu'ils pouvaient mourir. Mais toute personne pouvait mourir. Personne n'échappait à la mort. Un rappel qu'ils n'étaient pas à l'abri de la mort. Heureusement sans quoi ils ne resteraient plus qu'eux. Des secrets. Ce que j'avais pu espérer. Mais je n'avais plus de raison de les vouloir eux en particulier mort maintenant qu'ils n'étaient plus. Attristée pour Roan, Shanareth pendant un temps avant que mon instinct de survie ne me pousse à rester confiante, à ne pas leur accorder un brin de mes pensées. Ne pouvant me montrer gentille. Devant arrêter de chercher une trace d'humanité en eux. C'était eux contre moi. Ne pouvant de nouveau tomber entre leurs crocs ou leurs bras. Et la voix de Kara qui me forçait à reporter mon attention sur elle. « Qui es tu Ezra ? Qui est ce que tu fuis ? » « Tu ne veux pas connaître ces réponses Kara. » L'ignorance était parfois mieux. L'ignorance vous permettait de rester en vie. Ce n'était pas pour rien qu'il y en avait si peu au courant de mes plans. Ce n'était pas pour rien que j'en avais mis si peu dans la confidence, uniquement les personnes dont j'avais besoin ou en qui j'avais confiance. Il n'y avait qu'Arméthyse et Ozvan pour savoir la vérité. Je n'avais rien dit à Shanareth. Je n'avais rien dit à Roan. Je n'avais rien dit à Ariane. Je n'avais rien dit aux autres. Parler n'était pas forcément la solution. Les uns auraient été mis en danger. Les uns m'auraient empêchés de partir. Les uns m'auraient tués. Excepté que je ne faisais pas ce choix pour eux, seulement pour moi. Egoïste et l'assumant alors que c'était ma vie, mon choix non le leur. Ce que je ne regrettais pas quand bien même j'avais laissé des plumes derrière-moi. Et tout comme pour eux, mieux valait que Kara ne sache rien. Si je ne pouvais pas encore lui faire entièrement confiance, il ne restait pas moins que dans tous les cas mieux valait qu'elle ne sache rien. Elle serait sauve en ne connaissant pas mon passé, en ne connaissant rien de moi.

« Tu m’as probablement sauvé la vie, alors tu peux compter sur moi. » « Je n'en doute pas Kara. » Ne doutant pas qu'elle voulait me rendre la pareille. Mais cela ne changeait rien. « Tu ne peux pas savoir qui je suis, jamais. Si tu le découvres, tu seras encore plus en danger que maintenant. Si tu parles, ce ne sera pas seulement une cicatrice qui t'attendra si ce n'est la mort. Mieux vaut taire certaines histoires. » Ne voulant pas qu'elle soit plus en danger qu'elle ne l'était déjà. Elle avait survécu à une attaque. Pour moi il s'agissait forcément d'une attaque de mercenaires. C'était forcément eux. C'était forcément Roan. Ne pouvant pas imaginer quelqu'un d'autre alors même que cela pouvait être un tour de mon esprit. Peu importait. Plus elle était à mes côtés, plus elle était en danger. Je n'étais pas une princesse en fuite. Je n'avais pas une grande renommée. Je n'étais qu'une esclave. Mais le simple fait d'être une esclave en fuite suffisait pour avoir une cible rouge sur le dos. Encore plus quand je savais qu'il ne renoncerait pas à moi, qu'il ne pourrait laisser cet affront. « Si tu croises quelqu'un, tu ne m'as jamais vu. Tu oublieras tout de moi. Tu ne dois le dire à personne ! » M'étant emparé de ses mains avec une certaine force lorsque j'avais prononcé ses mots. Mon regard qui était accroché au sien que je ne quittais pas. Il était important qu'elle ne me trahisse pas. « Si tu veux à tout prix m'aider alors tu ne dois rien dire sur notre rencontre ! » Peut être que j'allais passer pour une hystérique. Peut être que j'allais passer pour une personne paranoïaque. Peu importait. Ce n'était pas pour rien que nous avons imaginé d'autres identités. Et Kara, elle en savait déjà d'autres. Mais si des membres de la cité n'hésiteraient pas à la tuer pour qu'elle garde ses secrets, là n'était pas mon objectif. Ne comptant pas la tuer. L'ayant encore moins sauvée pour qu'elle meure de mes mains.

Une tentative pour retrouver mes esprits non moins alors que je ne tardais pas à reprendre la parole après avoir lâché ses mains. « Parle-moi de toi plutôt. » Ce que je lui proposais. Si je ne pouvais rien dire me concernant, ne comptant pas en dévoiler plus sur mon identité que ce qu'elle savait déjà, je restais curieuse. Curieuse de savoir qui elle était elle. Curieuse de connaître son histoire ou d'en connaître plus sur sa tribu. Une tribu dont je ne connaissais rien ou si peu. « Parle-moi de ton peuple s'il te plait. » Il n'y avait que les naoris que nous connaissions vraiment et encore ils étaient à l'opposé de notre culture, de notre mode de vie. Les autres tribus, je les connaissais si peu. Fuir m'avait permis d'apprendre sur les moeurs comme sur les calusas, mais il ne restait pas moins que de l'autre côté du désert ils semblaient des fantômes. Indifférents à eux. Ne voulant dépendre d'eux. Ce qui était compréhensible. Mais l'ignorance qui ne restait pas moins une arme de taille pour le roi, tout comme la peur, la loyauté. Ne voulant plus jamais être ignorante, voulant au contraire me ravir de chacune des histoires contées comme si c'était la dernière. Ce que je craignais désormais que tout prenne fin trop rapidement, qu'ils me rattrapent et que ce frisson de liberté ne soit plus qu'un mirage.

avatar
31/05/2018 Blanche, peut être d'autres mais je ne les connais pas Non 43 Helen Stifler Moi Eclaireuse / guérisseuse Athna 15


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Jeu 16 Aoû - 14:00

Je parlerai donc d’Ezra sous le nom de Celys. Ainsi, personne ne saura de qui je parle. Si pour la protéger elle ne doit pas exister alors soit, j’espere juste qu’un jour je pourrais la revoir.

« C’est d’accord Ezra, je te protégerai du monde par mon silence. Si jamais un jour tu es en danger, les montagnes te protégeront. Mes éclaireurs te trouveront et tu pourras leur donner mon nom. Je suis connue, ils t’aideront si tu en as besoin. »

Mon peuple est froid, c’est vrai. Nous sommes enfermés dans nos montagnes, coupés du monde extérieur, très méfiants mais nous ne sommes pas des tueurs aveuglés par la violence. Nous sommes loyaux, fidèles et honorables. Ezra pourra toujours compter sur moi maintenant qu’elle m’a sauvé.

Je ne m’attarde pas plus longtemps sur ce sujet qu’elle souhaite visiblement éviter. Je préfère repenser aux mots qu’elle m’a dis, ceux qui parlent de la beauté. Ma cicatrice doit vraiment être moche pour qu’elle me dise cela, aussi douce, pour qu’elle pose sa main sur moi comme ça. Je vais devoir m’y faire, je suis défigurée.... pour toujours.... mais comme elle dit, n’est ce pas le cœur qui compte plutôt que le physique ? Après tout, le physique vieillit et change avec le temps, contrairement à la bonté du cœur. Elle me tire de mes rêveries brusquement en m’interrogeant sur moi, mon peuple, ma culture. Je souris et la regarde avec les yeux pétillants.

« Pour commencer goute ça. Ça, c’est un morceau d’agneau, et ça c’est du fromage. On vit beaucoup du mouton chez nous. Les terres sont rudes, froides, et rien ne pousse l’hiver. Faut vivre sur nos réserves. Et ça, c’est notre pain. Goûte un morceau avec le fromage. »

C’est chouette qu’elle s’interesse a tout cela, je pense que le savoir est aussi important que le maniement des armes.

« Je peux dessiner ta monture ? C’est la première fois que j’en vois une comme ça. Elle a une tête vraiment très drôle tu sais ! Quand elle mange, sa mâchoire inferieure fait des mouvements étranges et décalés. »

Oui c’est vrai cette créature est vraiment surprenante en plus d’être grande et cabossée. On n’a pas ça chez nous.

« Il y a quelques jours j’étais encore dans mon village. J’ai appris la guérison avec ma mère et le combat avec mon père. L’appel de l’aventure a eu raison de moi et j’ai décidé de partir. J’en avais assez de rester enfermée chez moi. De vivre dans l’ignorance du monde extérieur. Première chose que j’en recolte, c’est ma balafre, mais si c’etait a refaire, je referais. Juste pour te rencontrer Ezra. Même si à la base mon rêve est de rencontrer un Homme du ciel ! Je me demande à quoi ils ressemblent. Tu en as vu ? »

Si oui, comment les trouve t elle ? Sont ils aussi horribles qu’on le dit ? Violents ? Parce que bon, questions violences.. Athènes ou Rahjaks on est pas mal quand même. En même temps qu’elle me répond, je farfouille dans ma sacoche à la recherche de plusieurs petites plantes et graines bien précises. Elle en aura peut être besoin durant son voyage solitaire.

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: Wild and free [Kara]
Ven 17 Aoû - 11:15


Elle avait cette volonté de me protéger mais elle ne le pouvait. « C’est d’accord Ezra, je te protégerai du monde par mon silence. [...] Je suis connue, ils t’aideront si tu en as besoin. »« Non ils ne le feront pas. » Naïve à mes yeux de penser comme tel. « Et s'ils le font, je ne serai qu'une source de danger pour eux. » Pour l'ensemble des tribus les rahjaks apparaissaient comme des adversaires, comme un peuple violent. Ils auraient tôt de penser le contraire d'ailleurs, de croire que les rahjaks étaient doux comme des agneaux. Ce n'était pas le cas. Certes, une personne ne représentait pas son peuple mais il ne restait pas moins que le danger était là. Si certaines relations pouvaient s'améliorer, il y aurait toujours de la méfiance. Cette même méfiance qui persistait d'ailleurs entre les terriens de la forêt et ceux venus du ciel malgré la trêve. Il était possible d'instaurer des trêves, espérer pour la paix mais l'idée restait naïve. Ne pouvant totalement condamner mon peuple alors même que je ne réussissais à me défaire de mon identité. A mes yeux autant que je pouvais dire que j'étais libre, en fuite, une solitaire désormais une part de moi appartenait toujours à la cité rahjak. Je ne pouvais haïr mon peuple sans en être fier. Je ne pouvais haïr des siècles de traditions et de coutumes sans en apprécier les moeurs. La haine et l'amour se mêlait. Des sentiments qui étaient si ce n'est contradictoires que proches. Un peuple que je haïssais pour sa volonté à faire des hommes des esclaves, pour sa royauté mais dont j'étais aussi fière même en tant qu'esclave. Indépendant et fort. Un peuple qui continuait de survivre au coeur du désert brûlant. Mais un peuple qui était aussi craint par ses éclats de violence. Ce n'était pas pour rien que je tenais tant à taire mon identité, que j'estimais qu'elle ne pouvait m'aider. J'étais une source de danger quand bien même je n'étais pas une princesse en fuite, quand bien même j'étais une esclave. Si certaines tribus acceptaient les exilés, la question restait délicate. Encore plus pour les esclaves en fuite. Sachant que ce n'était qu'une raison en plus qui m'assurait que non, son rêve même s'il n'était que fait de gentillesse. Elle ne pouvait m'aider. Elle ne pouvait me protéger. Personne ne le pouvait. Pas même Arméthyse. Personne ne pouvait m'aider à échapper à la traque. Personne ne pouvait assurer à personne que tout irait bien. C'était un fait qu'il fallait accepter aussi simplement qu'il soit et être prêt à l'inconnu. Une brève seconde qui transparaissait alors que je me demandais qui elle était pour être aussi connue, aussi certaine qu'on pourrait m'aider. Une brève seconde qui disparaissait à son tour alors que les minutes s'écoulaient, la conversation qui déviait de nouveau légèrement.

Mais si je ne pouvais parler de moi, il ne restait pas moins que je pouvais lui poser des questions. Curieuse d'en savoir plus sur son peuple malgré tout. « Pour commencer goute ça. [...] Et ça, c’est notre pain. Goûte un morceau avec le fromage. » Et si au départ, j'étais censée être la seule à partager mes ressources, il ne restait pas moins que j'acceptais de bon coeur le morceau qu'elle me tendit. La viande de mouton je connaissais. L'une des nombreuses viandes comestibles au coeur des dunes. Autant que celle de crocodile, chameau, gazelle mais avant tout, les fruits secs étaient aussi consommés sans retenu. Un goût que je connaissais et qui était bien préférable à d'autres goûts. Un goût que je préférai à celui du poisson. Carnassiers avant tout. Mais la texture du fromage je ne l'avais jamais connue autant que je n'avais jamais connu la saveur du pain. Un goût croquant bien qui me laissa un peu dépité face à cette nouvelle texture, celle du fromage. Un goût qui était plutôt fort. Préférant de loin la saveur de la viande. « C'est différent. » Etrange serait le mot le plus approprié. Mon regard qui se posait de nouveau sur le morceau de pain que je continuais de tenir en main. Mon regard qui contemplait le morceau de fromage avant de croquer de nouveau dedans. Comme si je picorais la tartine de fromage, ce qui était un peu le cas. Les expressions de mon visage qui changeaient au tour à tour alors que j'explorais de nouvelles saveurs. A cet instant je n'étais pas différente d'un enfant. Les éclats dans mon regard qui changeaient à chaque instant. Des étincelles qui pétillaient dans mon regard à chaque fois que je découvrais de nouvelles saveurs, textures, à chaque fois que je découvrais de nouveaux paysages. Le goût grisant de la liberté. Ce goût dont je ne pouvais jamais me lasser. Mon imagination qui trouvait enfin du sens à de nouvelles images. Mon imagination qui trouvait enfin ce puis sans fond qu'elle recherchait. Des couleurs et personnes qu'elle imagination. Ce que je pouvais enfin faire désormais avec le sourire. Croquant la vie à pleine dent autant que je croquais à pleine dent la tartine de chèvre pour en prendre une nouvelle bouchée.

Mon regard qui se reportait non moins sur elle alors qu'elle reprenait la parole. « Je peux dessiner ta monture ? C’est la première fois que j’en vois une comme ça. Elle a une tête vraiment très drôle tu sais ! Quand elle mange, sa mâchoire inferieure fait des mouvements étranges et décalés. » « Oui bien sûr. » Et je ne pouvais m'empêcher de rire à vrai dire. Ne pouvant m'empêcher de rire car en effet ce trait était coutumier de ceux qui n'avaient jamais vu de camélidé. La spécificité de ceux vivant au sein du désert. Un compagnon de route qu'il n'était possible que de trouver là-bas. Là-bas pourtant cet animal était monnaie courante. Il était courant d'en voir mais à chaque région ses spécificités. Chaque peuple différait du suivant non seulement en termes de caractéristiques mais aussi en termes de géolocalisation. Un des attraits de mon peuple alors qu'aussitôt des étincelles s'étaient mises à pétiller dans mon regard. Me relevant alors que je lui tendais ma main. Sifflant doucement. Et Argo qui ne pouvait que s'approcher. Aussitôt mes mains passaient près de lui, déposant un baiser sur sa tête que de nombreux pouvaient considéraient comme hors du commun. L'amour qui transperçait dans mes gestes alors que je tenais à lui. « Il s'appelle Argo. Et il est certainement mon meilleur ami. » Un sourire. Lui en quelque sorte, il était mon meilleur ami autant qu'un compagnon de route, autant qu'il appartenait à Shanareth. Là pour combler la solitude, là pour me donner le sourire. Attrapant délicatement sa main que je posais sur son flanc alors que le chameau restait immobile. Immobile et plus doux qu'il ne pourrait l'être avec n'importe qui. Adorable parce que j'étais là sans quoi il ne pouvait que tarder à redevenir différent. Plus sauvage. Le camélidé qui se laissait non moins caresser avant que je ne m'éloigne l'instant d'après. Et s'il était risqué qu'il soit vue en ma compagnie, trahissant mes origines, il ne restait pas moins que je ne l'aurai laissé pour rien au monde. Tenant trop à lui. Brève seconde d'ailleurs où je me figeai. Le dessiner était aussi dangereux dans un sens bien que je ne pouvais que reporter mon attention sur elle. « Garde le dessin pour toi s'il te plait... » Devant casser l'ambiance aussitôt en quelque sorte mais il ne restait pas moins qu'il était nécessaire que j'assure ma sécurité. Une nécessité qui restait. Hésitante soudainement à lui demandait à quoi ressemblait l'homme qu'elle avait affronté avant de retenir ma langue. Il me serait toujours possible de lui poser la question après. Préférant garder un ton plus léger pour le moment.

« Il y a quelques jours j’étais encore dans mon village. [...] Juste pour te rencontrer Ezra. Même si à la base mon rêve est de rencontrer un Homme du ciel ! Je me demande à quoi ils ressemblent. Tu en as vu ? » « J'imagine que ce n'était pas vraiment la personne sur laquelle tu aurais voulu tomber. » Du moins il était certain que si c'était la personne à laquelle je pensais, il m'était aussi préférable de ne pas tarder à reprendre la route. Ne pouvant croiser son chemin, il était trop tôt. Il était trop tôt pour que je me fasse capturer. N'ayant pas fini de ressentir ce sentiment grisant de liberté. Mon regard qui se reposait sur la jeune femme alors que je reprenais la parole. Les questions qui me taraudaient et ne pouvant attendre. « L'homme que tu as affronté, décris-le moi. » La description physique qui j'espérai ne donnerait pas sens à mes craintes. La description physique qu'elle me donnerait que j'espérerai ne confirmerait pas mes craintes. La peur qui remanquait de faire surface bien que je m'efforçais de rester détendue. Un ton que je voulais garder léger alors que je reprenais la parole pour répondre tout de même à sa question. « Mais oui j'ai déjà rencontré ceux venus du ciel. Peu. Ils sont différents. » Cela ne faisait aucun doute il était différent de ceux de ma cité tant physiquement que moralement. Un peuple qui était différent. Je n'en n'avais pas vu beaucoup et à la différence de son peuple, je n'avais pas eu à les affronter. Aucune guerre ne nous avait opposé, il n'y avait que la curiosité. Mais sans doute était-elle trop jeune, trop prisée pour prendre part aux combats. N'insistant pas dessus alors que je savais seulement qu'il y avait désormais une trêve entre eux. Connaissant moins d'eux que je ne le voudrai peut être. « Ils ne ressemblent pas à des monstres. Ils ont la peau plus pâle que toi et moi et je ne comprends rien à ce qu'ils disent. » Ce qui était la vérité. Il était difficile de décrire leurs moeurs ou ce que j'avais compris de nos brèves conversations, car je ne parlais pas leur langue. Haussant les épaules. A la différence de certains qui avaient des rudiments, qui pouvaient parler plus fluidement grâce à un contact renforcé, là n'était pas mon cas. N'ayant pas été intéressée particulièrement par leur arrivée, n'ayant pas eu non plus le temps de les concevoir comme des envahisseurs alors que je restais trop occupée par différentes tâches. Un avis qui restait neutre bien qu'en effet tout comme Kara, j'étais curieuse à leur sujet. « Tu comptes en rencontrer ? » Et mon regard se reportait ensuite sur la balafre laissée sur son visage. Une balafre qui semblait encore rougeoyante malgré le cataplasme, qui ne guérirait pas tout de suite. Une balafre que je doutais disparaîtrait complètement. Parfois certaines cicatrices ne disparaissaient pas. Il y avait toujours des cicatrices qui restaient. Il y avait des cicatrices qui étaient visibles à l'oeil nu comme celles-ci et d'autres non, mais dans son cas, j'étais certaine qu'il resterait une trace. Cela ne faisait aucun doute. Et sans doute serait-il mieux qu'elle retourne auprès de son peuple pour que son état s'améliore, pour vraiment guérir. Ne connaissant sa volonté. Sachant uniquement que dans mon cas, je ne pourrai qu'ensuite prendre la fuite. Consciente que je pourrai de nouveau que partir pour cheminer au coeur de la forêt, et peut être que je tenterai de retrouver le chemin de la plage. Attention qui restait portée sur elle non moins alors que je reprenais la parole doucement. « Est-ce que tu vas rentrer au sein des montagnes ? Ou continuer un peu plus longtemps cette expédition ? » Curieuse du choix qu'elle allait prendre. Des choix qui différaient autant que je savais qu'il ne nous serait pas possible de rester une éternité là. Nous n'étions pas saines et sauves. Il y avait un toit pour le moment au-dessus de nos têtes mais il ne restait pas moins que nous devrions repartir. L'impossibilité de s'attarder quand le danger existait, quand il planait au-dessus de nos têtes comme un rapace prêt à fendre sur sa proie.

Contenu sponsorisé



 

Wild and free [Kara]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» young, wild and free ✰ juyne & louis
» ∞ young, wild and free. (finish)
» ❝ LIVING YOUNG AND WILD AND FREE ❞ → roksane
» ++ young. wild. and free. (winnie a. mayfield)
» Candace ▬ Young, Wild & Free.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: La montagne-