Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜“ To protect, you have to love. ” (Arméthyse)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 274 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 52
— SMOKE MADE OF TEARS —





To protect, you have to love.
a long time ago

Pas un jour ne passait sans qu’Irina patiente. Et pour une fois, sa patience allait payer. Aujourd’hui était un jour particulier, un jour qu’elle voulait savourer et explorer. Un jour qu’elle ne voulait pas oublier. Désormais, il n’était pas question du Roi ou du peuple. Cela ne touchait en rien le monde qui l’entourait. Cela ne la touchait qu’elle, personnellement. Et quel plaisir de savoir qu’une de ses plus grandes amies allaient être à ses côtés. Elle était peut-être naïve, Irina, mais elle avait confiance en Arméthyse. C’était une alliée pour les prochains jours. Pour les heures sombres qui finiraient pour surplomber la cité de feu, comme un orage lourd et inquiétant. Elle allait enfin faire partie de la garde royale, restant à ses côtés pour la protéger des pires situations. Pour la protéger elle, son amie. Irina se sentait fière. De voir une femme en arriver là, de la voire elle, en particulier, atteindre ce palier. C’était une preuve de la confiance qui lui était accordée, une preuve que dans certaines compétences, elle excellait. Oh, parfois, Irina aimerait bien être aussi douée. Combattre, s’entraînait, faire évoluer sa force. Mais c’est une princesse. Une princesse qu’on a laissé vivre par pitié. Si elle avait été un homme, son oncle l’aurait exécuté ou abandonné quelque part sans se soucier de son jeune âge. Il n’avait pas peur d’elle, parce qu’elle était une fille. Elle maudissait cette façon de penser, mais se jouer bien du fait qu'il la sous-estimé. Il n’avait qu’à la croire bonne à charmer et sourire, cela lui convenait pour le moment.

Vêtue de ses plus beaux tissus, elle faisait les cent pas dans sa chambre alors que le soleil se levait à peine à l’horizon. Elle n’avait pas fermé l’œil de la nuit, mais espérait que cela ne se verrait pas sur son visage. Avec la chaleur, elle coinça une dague fine dans ses longs cheveux, regardant par ses grandes ouvertures le monde plus bas. Comme convenu, sa gouvernante de toujours allait passer sa journée en famille, laissant ainsi Irina seule et libre de ses mouvements. Enfin, libre, pas totalement. Elle ne pouvait pas quitter la cité, à moins que… Un sourire au coin des lèvres, la voilà qui s’imaginait épuiser dès son premier jour sa chère amie. Et pourquoi pas ! Pourquoi pas affronter le danger avec celle à qui elle confierait sa vie sans la moindre hésitation ?

Il n’y avait pas plus belle chose à voir que le lever du soleil de sa chambre. De là, elle avait un aperçu du pouvoir qu’elle pourrait avoir un jour entre les mains. D’un regard, elle observa la cité s’éveillait. C’était une journée comme une autre dans le quotidien du peuple, mais pour elle, c’était différent. D’une part, parce que ses jours étaient tout autrement rythmés, d’une autre parce qu’elle attendait qu’Arméthyse se présente à sa porte, son nouveau rôle sur les épaules. À moins qu’elle ne soit déjà là, préparer à son nouvel emploi du temps. Fronçant les sourcils, Irina s’avança dans le calme jusqu’aux portes de sa chambre qu’elle ouvrit subitement. Comme elle s’y attendait, Arméthyse était là, debout, droite, gardienne royale admirablement vêtue.

Quand es-tu arrivée ? Dit-elle, curieuse, elle qui avait eu du mal à dormir et qui n’avait pas du tout capté le changement de garde. Souriante et un brin amusée, elle s’écarta puis fit signe à Arméthyse d’entrer. J’imagine que je n’ai pas besoin de te dire quoi faire, ils ont dû te répéter les choses mille fois. Elle s’approcha d’un panier dans lequel était posés quelques fruits. Elle en prie un délicatement en croqua dedans. La nuit avait été longue, mais l’excitation et la fierté étaient là. Ainsi que la faim. Irina était heureuse et rassurée. Avoir Arméthyse comme garde, c’était être en sécurité. C’était pouvoir avancer dans son objectif sans avoir à se cacher d’un regard indiscret.

On va bien s’amuser toi et moi. Ajouta-t-elle, malicieuse.


avatar
Invité
Invité






To protect, you have to love.
a long time ago

La maladresse. Il fallait que ça arrive aujourd'hui en particulier. Il était bien rare que Krikja soit aussi maladroite dans sa journée. Tout avait commencé très tôt le matin pour enfiler son pantalon. D'abord à l'envers. Puis deux pieds dans la même jambe. Un pantalon tout neuf, tout beau et presque déjà détruit. Tout ceci n'avait rien présagé de bon. Non sans raison. Si elle était autant anxieuse et si peu concentrée, c'est parce qu'elle avait reçu la veille une réponse à sa demande d'affectation dans la garde royale. Une première tentative réussi. Même si elle avait passé cinq ans en tant que gardienne lambda, elle avait attendu, faisant profil bas pour essayer de monter les échelons et ainsi remboursé sa dette vers son amie Irina. Et maintenant, elle le pouvait. Sa prise de poste se faisait justement aujourd'hui, raison pour laquelle elle était particulièrement empotée. Pas le bon jour pourtant.

Le point positif de la journée, c'est qu'elle avait réussi à se lever aux aurores pour se rendre au palais. Pas mal en avance, certes, mais à l'heure. En vérité, elle n'avait pas pu fermer l'oeil et avait préféré venir tôt. Les gardes postés à l'entrée du palais avaient rechigner à lui ouvrir jusqu'à céder. Arméthyse était dû genre coriace et très chieuse quand elle s'y mettait. Siffler à tue-tête et chantonner de sa voix gutturale et fausse avait payé. Elle avait alors rejoins la chambre de son amie et maître. Ce dernier mot ne convenait pas. Irina n'avait rien d'un maître. Être gardienne ne signifiait pas être esclave de nouveau. Même si ça pouvait s'y apparenter. Beaucoup n'avaient pas saisis le choix de Krikja. Sans savoir sa véritable identité, tous savaient qu'elle avait été esclave, la marque à son bras ne pouvant disparaitre. Même si elle la cachait le plus souvent, tous savaient qu'elle avait été esclave mais aussi qu'elle est une affranchie. Raison pour laquelle il lui a fallu cinq longues années pour pouvoir passer les épreuves pour devenir gardienne royale. La vision des gens importaient ici, à la cité de feu, beaucoup plus qu'on ne le croit.

Et finalement, elle était là aujourd'hui. Grâce à Irina pour ce qui est de son identité, de cette nouvelle vie fictive. Mais son nouveau statut de gardienne royale, ça, elle s'était donné les moyens de le faire seule. Un accomplissement. Une victoire.

Maintenant, elle se trouvait assisse contre le mur de la porte de la chambre. Le garde qui devait surveiller lui ayant délégué cette tâche puisqu'elle était là. Une première responsabilité donc. Avant même le réveil de la jolie Draghsteel. Si Krikja s'était imaginée sa princesse favorite roupiller jusque tard dans la matinée, elle faisait erreur puisque la porte s'ouvrit quelques minutes plus tard. De bien longues minutes certes, mais même pas une heure ne s'était écoulée. La fatigue était à prendre en compte. Droite comme un i, elle posa directement les yeux sur la rayonnante Draghsteel et pencha la tête sur le côté, elle non plus n'avait sans doute pas dormi énormément. Plissant les yeux pour la dévisager, Krikja croisa les bras.

▬ C'est plutôt à moi de te demander ce que tu fais-là à une heure pareil. Alors que t'as un joli plumard tout doux...

Loin du mensonge. Ça n'était pas la première fois qu'elle entrait au palais. Longtemps, Arméthyse avait eu des passes droits pour rejoindre son amie. Parfois même, elle escaladait et passait par la fenêtre pour la rejoindre dans son lit. Après tout, il suffisait de connaitre les heures de rondes, même si celles-ci variaient d'un jour à l'autre.
Le vouvoiement n'y était pas. Elle aurait dû faire preuve de plus de respect, de plus de politesse et pourtant, elle ne voulait pas changer ses habitudes. Quoiqu'elle devait sans doute, au cas où quelques oreilles traineraient dans le coin.

▬ Veuillez m'excusez, dame Irina. Je voulais dire que... que je suis arrivée il n'y a que bien peu de temps et que... je suis toute ouïe à propos des tâches que vous voudrez bien me confier.  

Frottant sa nuque, elle affichait à présent un air timide. Ça n'était pourtant pas son genre, mais la situation la dépassait, elle était déjà perdue et cela, dès son arrivée. Autant dire que la suite allait se corser. Davantage en voyant le petit air malicieux d'Irina et sa réplique. S'amuser ? Elles allaient s'amuser ? Ça n'était pas bien le but. Elle ne voyait pas réellement en quoi être gardienne royale pourraient être amusant. Il s'agissait d'assurer la sécurité, de rester tout à fait vigilant, l'oeil toujours partout, toujours ouvert. Mais s'amuser ?

Spoiler:
 

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 274 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 52
— SMOKE MADE OF TEARS —






To protect, you have to love.
a long time ago

Il suffisait de peu de chose pour amuser Irina. Vraiment. Aujourd’hui, cependant, elle était d’humeur légère et festive. Elle avait toutes les raisons du monde d’être fière de son amie et des échelons qu’elle a gravis. Elle voulait aussi se moquer un peu, la taquiner et jouer les divas pour son premier jour. Il fallait bien qu’elle trouve des façons comme d’autres pour s’amuser et donc, occuper ses longues journées. Irina n’était pas le genre à souvent sortir ou à faire ce qu’elle voulait quand elle le voulait. Non, elle avait le regard du roi sur les épaules et ne s’autorisait pas à lui donner raison, en revanche, elle jouait de ses charmes et de son statut de femme pour réussir à contourner certaines règles. Il n’y avait pas plus simple, surtout jolie comme elle était. C’était impressionnant ce que l’image devait être travaillée à la cité de feu. Le regard que le peuple portait pouvait vite être révélateur et source de jugement. La société était divisée en groupe distinct et si Irina était en haut de l’échelle, elle n’était pas pour autant la favorite. En comparaison à l’ange qu’était Tasha, une des héritières du roi, Irina n’était rien. Princesse oui, mais celle d’un ancien roi dont certains jugeait faible. Les critiques s’étaient noyés par les années, mais son oncle n’avait pas hésité à jouer des mots pour justifier son coup d'État. Peut-être bien que la seule raison qui explique pourquoi Irina est en vie, c’est pour dorée un peu cette journée fatidique où le sang avait coulé. Comme quoi, il peut faire preuve de merci…

Par sûr qu’il aurait agi de la même manière si Irina avait été un garçon. Ça, elle le savait comme tout. Les femmes avaient une étiquette précise que la princesse aimait bien décoller petit à petit. Son amie prouvait également qu’une fille pouvait aller loin, même chez les gardes. Aujourd’hui était une nouvelle étape dans son ascension. Pour elle, oui, mais aussi pour les femmes en générales. Toutes n’étaient aussi coriaces et battantes. Toutes n’étaient pas aussi brave. Arméthyse était un exemple et c’était si bon de l’avoir à ses côtés.

Elle haussa les épaules fasse à la réflexion de sa nouvelle garde et observa son lit, plus loin. En effet, il était doux. Parfois pour ses nuits, mais il faut dire qu’elle n’avait pas franchement réussi à fermer les yeux la vieille, trop ravie que la journée commence.

Oh ce n’est rien, ce n’est rien. Son sourire se fit plus grand alors qu’Arméthyse s’excuser et la vouvoyait comme n'importe quelle garde royale. Tu sais, il n’y a personne là, tu peux me parler normalement. Elle croqua de nouveau dans son fruit, sans aucune gêne. Elle perçut un brin d’inquiétude dans le regard de la jeune fille quand elle avoua qu’elles allaient bien s’amuser. Mais détends-toi Armé ! On va rien faire de dangereux, promis. Elle reposa son fruit et bu un peu d’eau, puis attrapa un long manteau en coton qui cachait parfaitement sa silhouette de rêve.

Sortons ! Elle s’enroula dans le tissu et releva la capuche. Quelques fentes sur le côté, laissaut son corps respirait malgré la chaleur. Elle en profita pour reprendre son fruit et le croquer de nouveau tout en sortant de sa chambre. Aujourd’hui, elle voulait sortir de la cité et se diriger vers l'une des oasis plus au nord. Elle avait entendu des gardes en parler et, elle rêvait de pouvoir plonger dans l’eau quelques minutes. Elle qui n’avait que rarement l’occasion de s’échapper un peu, voulait aller un peu plus loin que d’habitude, surtout avec sa nouvelle garde. Et puis, elle savait qu’avec Armé, elles seraient discrètes. Quelques heures, tout au plus. Il était trop tôt pour que qui que ce soit s’inquiète de sa disparition.


Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7556 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 877
Admin △ Underneath it's just a game



RP archivé suite au départ d'Arméthyse

Contenu sponsorisé



 

“ To protect, you have to love. ” (Arméthyse)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Haiti and the Danger of the Responsibility to Protect
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-