Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous

Something's gotta give (Aliénor) Empty Something's gotta give (Aliénor)

le Jeu 31 Mai - 21:44
something's gotta give
aliénor & morgan
Morgan se retourne encore et encore sur sa couchette, au point de se faire disputer par son voisin de lit. Il essaye de rester immobile pendant quelques minutes, mais il a l’impression que ses membres le démangent lorsqu’il ne bouge pas, et il finit par repousser violemment ses couvertures, agacé. Quelque chose ne va pas. Depuis qu’il est arrivé sur Terre, on ne peut pas dire qu’il a eu les meilleures nuits de son existence, entre le fait de devoir dormir tous les uns sur les autres, d’être sur une planète sur laquelle ils ne pensaient pas survivre, sans compter qu’il a l’impression que toute la faune du globe se trouve désormais derrière un arbre aux abords du campement, à le fixer depuis les ténèbres. Il est persuadé que chaque animal déposé sur cette foutue planète a été créée pour le tyranniser personnellement, et il s’applique donc à ne pas regarder du côté des arbres qui pouvaient cacher une armée de bêtes bizarre, alors qu’il traverse le camp. Il a beau savoir que des personnes plus ou moins expérimentées surveillent les environs, il n’est pas à l’aise. Il a l’impression d’être redevenu un enfant, lorsqu’il éteignait la lumière de sa chambre et courait le plus vite possible jusqu’à son lit pour se rouler sous sa couette, en espérant que les démons sous son lit se diraient que sa couverture est une protection trop puissante pour qu’ils puissent l’atteindre.
C’est un peu pareil, là. Sauf qu’il a l’impression que sa couette ne le protège même plus, et il n’aime pas ce sentiment, pas du tout. Et de toute façon, il n’arrive pas à dormir. Pas spécialement à cause de la Terre en elle-même, en réalité. Depuis qu’il est arrivé, il a quand même réussi à avoir quelques bonnes nuits de sommeil – pas nombreuses, et souvent parce qu’il était exténué, mais tout de même. Mais cette nuit, c’est différent. Il s’est remis à penser aux cuisines, et aux fruits qui disparaissaient comme par magie chaque matin, et à partir de là, il savait qu’il ne dormirait plus du tout.
Il faut dire que Morgan n’est pas affecté aux cuisines depuis longtemps, et sa réputation de pickpocket lui colle à la peau. Ça l’agace, mais il ne peut pas vraiment se plaindre, parce qu’il n’est pas irréprochable et il a bien du mal à garder les mains dans ses poches. Mais pour une fois, ce n’est pas lui, et il voit bien les regards accusateurs qu’on peut lui envoyer. Oh certes, il a déjà volé dans les cuisines, mais à sa connaissance, personne ne l’avait encore remarqué, et il n’avait rien pris de très important... Mais le problème, là, c’est qu’on risque de l’accuser de quelque chose qu’il n’a même pas fait, et il n’y a rien qui l’agace plus. Ça ne le dérange pas qu’on vienne l’emmerder parce qu’il s’est fait prendre, mais il y a des limites à ne pas franchir.
Avec un peu de chance, il espère prendre le voleur sur le fait. Au pire, ça lui fera passer le temps jusqu’à ce qu’il soit trop fatigué pour tenir debout, et il pourra enfin aller dormir. Il ne se dit pas que son comportement est plus que suspect, et que si quelqu’un le croise en train de fouiner dans les cuisines à cette heure-là, il n’en aura l’air que plus coupable. Et puis, ça ne fait pas que l’agacer, ça l’intrigue aussi. C’est donc avec cette idée en tête qu’il arrive dans l’endroit qui leur sert de cuisine et qu’il va s’asseoir dans un coin, les yeux fixés sur le placard qui leur sert de garde-manger. Il a à peine conscience d’à quel point il peut avoir l’air ridicule, mais après tout, Morgan n’a jamais été du genre à se soucier du regard des autres. Il sait que ce qu’il fait peut avoir l’air con 90% du temps, mais il se dit que si ce qu’il fait à l’air stupide, mais que ça marche, c’est que ça ne l’est pas complètement.
Il perd rapidement le compte du temps qui passe, et il se met même à somnoler avant qu’un bruit ne le fasse sursauter. Il se redresse trop rapidement et sa tête heurte le rebord d’une table, lui arrachant un juron étouffé alors qu’il porte les mains à la tête. « Eh... Eh ! Toi là ! » Il réussit à grommeler, secouant la tête comme si ça pouvait faire partir les étoiles qui dansaient devant ses yeux. Parce que c’est bien la présence de quelqu’un, d’une fille, qui l’avait fait se relever comme ça. Il la tient la main dans le sac, et pendant quelques secondes il se sent très satisfait de lui-même, avant qu’il ne se rende compte qu’il n’a en réalité aucune idée de ce qu’il est censé faire maintenant. Il n’a pas l’habitude d’arriver aussi loin dans ses plans. Il pose une main sur la table, essayant d’avoir l’air sûr de lui pour cacher qu’il n’est pas très certain de son équilibre pour le moment. « Alors c’est toi qui vole les fruits, hein ? » T’es vraiment un putain de génie, Morgan, se dit-il mentalement, se demandant comment il a fait pour survivre aussi longtemps alors que même les tables se mettent à l’agresser.
(c) nightgaunt


Dernière édition par Morgan Frye le Mer 25 Juil - 1:04, édité 1 fois
✣ Speedy Gonzales ✣
Aliénor Blackwood
DATE D'INSCRIPTION : 20/04/2016 PSEUDO/PRENOM : AMNESIS MULTICOMPTES : AEDAN + ANDREW MESSAGES : 8784 CELEBRITE : ADELAIDE KANE COPYRIGHT : AVATAR + WANDERER • SIGNA - ASTRA + CHRYSALIS • GIF - CASSINI METIER/APTITUDES : CARTOGRAPHE + PATROUILLEUR TRIBU : DE DANA POINTS GAGNES : 0
Voir le profil de l'utilisateur

Something's gotta give (Aliénor) Empty Re: Something's gotta give (Aliénor)

le Mar 5 Juin - 21:30


SOMETHING'S GOTTA GIVE


2114 : Aliénor & Morgan
Cela faisait maintenant quelques mois qu'ils étaient arrivés sur terre. Au début l'adaptation avait été un peu compliquée et la découverte d'humains vivants encore sur terre en avait surpris plus d'un. Personne ne s'était douté que des formes de vie semblable à la leur était encore ici, à vivre comme si la fin du monde n'était jamais venue. Aliénor n'avait jamais pensé venir ici un jour alors imaginer que des gens puissent exister sur la planète bleue n'avait pas été la première chose à laquelle elle avait pensé. A vrai dire la première de ses préoccupations quand elle a appris qu'ils descendaient sur terre a été de savoir comment ils allaient pouvoir faire pour survivre. Certes il y avait eu quelques provisions, de quoi tenir deux voir trois semaines mais au vu du nombre qu'ils étaient et de l'endroit où ils se trouvaient, ils n'allaient pas tarder à devoir s'organiser pour survivre. Au final les choses s'étaient déroulées assez facilement et avec une rapidité déconcertante. A vrai dire, la plupart d'entre-eux étaient enfermés depuis plusieurs années maintenant et en un sens l'arrivée sur terre fut comme une sorte de délivrance pour beaucoup. Ali, elle, elle s'en fichait pas mal de vivre là-haut ou ici. Tout ce qu'elle voulait c'est qu'on lui foute la paix et surtout qu'elle puisse manger à sa faim. Elle n'avait jamais manqué de rien sur l'odyssée et parfois même, avec ces vols qu'ils opéraient sur le vaisseau, la jeune femme avait bien plus que ce qu'elle devait avoir. Les yeux plus gros que le ventre, sûrement. C'est ce qui avait dû faire que les gens la suspectèrent, que leur petit groupe eut subi toutes ces interrogations jusqu'à ce que l'un d'eux craque et les fassent enfermer. Elle gardait cette trahison au travers de la gorge. Celui que la patrouilleuse avait aimé était aujourd'hui un lointain souvenir, une personne qu'elle n'espérait jamais revoir. La crapule n'avait pas fait partie des cent jeunes envoyés sur terre. A vrai dire elle ne sait même pas s'il a été enfermé pour son crime ou avait juste reçu un avertissement. Avait-il menti pour sauver sa peau? Avait-il manipuler les gardes pour avoir la vie sauve? Elle n'en savait rien et ne voulait en aucun cas le savoir. Aliénor l'avait rayé de sa vie et si un jour elle le recroisait, s'en serait fini de lui et de sa nouvelle petite vie bien tranquille.

Depuis qu'ils étaient descendus sur terre, la faim lui rongeait de plus en plus l'estomac et ses nerfs. Certain soir il lui arrivait de se faufiler dans la réserve pour chopper deux ou trois fruits et repartir comme si de rien n'était. Ses talents de voleuse et sa petite taille lui avait longtemps permis de passer en douce dans les cuisines pour prendre quelques suppléments à manger. Ici c'était pareil. Les mauvaises habitudes ont souvent la vie dure et il est très clair qu'Aliénor aurait des difficultés à s'en débarrasser. Mais pour le moment elle n'en souciait pas plus que ça et se rendait avec une facilité déconcertante dans ce qu'ils appelaient le garde manger. C'était un petit endroit couvert, à l'abri des prédateurs et des intempéries. Mais les barrières et la toile qui recouvrait le lieu n'empêchèrent jamais la dessinatrice de s'immiscer à l'intérieur. Un soir, alors que la plupart des jeunes dormaient et que les patrouilles de nuit faisaient leur seconde ronde, la jeune femme eut une petite faim en rentrant de sa surveillance. Il était tard, pas loin de minuit. La lune était bien haute dans le ciel, recouverte par quelques nuages. Elle était pleine et permettait de parfaitement éclairer le camp malgré le fait qu'elle soit cachée par les cotons volant. A pas de loup elle entra dans le garde manger et se dirigea vers le fond, à l'endroit où se trouvait les corbeilles de fruits. Ce qui l'intéressait surtout c'était les prunes, un aliment qu'elle avait découvert en tombant ici. C'était, on peut le dire, ce qu'elle préférait parmi toutes les choses qu'ils avaient pu goûter. Gourmande, le ventre qui gargouille à l'idée de sentir le fruit dans le creux de sa bouche, la jeune fille s'avance et arrive à destination sans se rendre compte qu'une âme vagabonde commence à s'endormir non loin. Bien trop hâtive dans ses gestes, sans faire attention, Aliénor finit par se prendre le coin d'une étagère en repartant vers la sortie, les bras remplis des quelques prunes qui étaient stockées là. Le visage crispé, les yeux fermés, elle se demande si le bruit a bien pu alerter quelqu'un. C'est alors qu'elle entend un bruit sourd à quelques mètres de sa position. Intrigué, peut-être un peu stupide de rester comme ça, elle ne bougea pas. Devait-elle fuir? Ou confronter le regard de l'individu? Celui-ci se mit à parler, hésitant, l'air déboussolé. Cela la fit rire intérieurement en imaginant la scène qui se déroulait à l'instant. Elle sur place, n'osant plus bouger, lui derrière en train de la fixer. Elle n'avait pas été très maligne sur ce coup-là, tant pis.

- Alors c’est toi qui vole les fruits, hein ?

Voler? C'était un bien grand mot. Emprunté serait peut-être plus judicieux. Ou un échange de bons compromis. Elle prenait un petit supplément mais en échange elle redoublait d'effort pour protéger le campement et faciliter les déplacements de chacun. Elle, Ailina et Atlas avaient commencé à travailler sur une carte. Ils y avaient répertorié les lieux déjà visités et les endroits à éviter pour le moment. En tout cas elle ne prenait pas, volait d'après lui, pour rien. Une des prunes déjà enfournées dans sa bouche, elle se retourna doucement faire le jeune homme et lui répondit tout en avalant le fruit convoité.

- Voler? Si tu le dis. Elle haussa les épaules et continua. J’avais faim… Au fait tu ne t’es pas fait trop mal?

Elle avait rapidement compris que le bruit qu’elle avait entendu devait provenir de la collision entre lui et un bout de la table. Décidément, c’était la soirée des maladresses.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Invité
Invité
Anonymous

Something's gotta give (Aliénor) Empty Re: Something's gotta give (Aliénor)

le Mer 25 Juil - 1:04
something's gotta give
aliénor & morgan
Morgan n’en mène pas large, et pourtant ce n’est pas lui qui vient d’être pris en flagrant délit. Quoique, en flagrant délit de bêtise, peut-être. C’est toujours comme ça avec lui, il peut avoir tellement de chance que c’est de l’insolence à ce niveau, ou alors... il peut s’assommer tout seul, sur un coin de table, dans une cuisine. Et dans l’immédiat, sa chance semble être déjà partie se coucher, contrairement à lui. Peut-être aurait-il du l’imiter, pour son propre bien. Même si en réalité, la voleuse face à lui n’en menait pas large non plus. Au moins, il l’avait prise sur le fait, étant donné que ses bras étaient pleins de fruits, et il pouvait déjà mettre un nom sur son visage. Mais il n’avait pas pensé que son plan irait jusque là. Il ne réfléchit pas aussi loin, d’habitude. Il attend que la première partie du plan se réalise, puis il improvise. Ça marche... la plupart du temps. Il essaye de ne pas trop penser au reste, ça ne sert à rien de toute façon. Parfois, il se dit que c’est un miracle qu’il est survécu jusqu’ici, avant qu’il se rappelle, c’est un miracle qu’ils aient tous réussi à survivre. Les chances n’ont pas vraiment été en leur faveur depuis qu’ils se sont écrasés, mais ça aurait pu bien plus mal se passer. C’est ce qu’il essaye de se dire, mais ça ne lui remonte pas le moral, étrangement. Toutes ces difficultés, toutes ces désillusions, et il sait qu’ils ont été chanceux. Évidemment que la Terre est plus belle que les murs d’acier dans lesquels ils ont tous été enfermés, mais c’est l’inconnu. Il peut vous dire qu’elle est dangereuse, mais étant donné que la seule raison pour laquelle ils sont tous encore en vie, c’est parce que le gouvernement les a jugés trop jeunes pour être assassinés, il ne sait pas s’il peut dire ça de sa seule alternative. Si Morgan réfléchissait un peu plus, il n’aurait aucun mal à comprendre qu’ils n’ont pas eu le choix, là-haut, pour contrôler la population. Mais il est renfermé dans sa rancœur et dans une colère enfantine, refusant de voir plus loin que le bout de son nez.
« Voler? Si tu le dis. » Il hoche la tête en grimaçant, parce qu’elle est en train de manger son larcin juste sous ses yeux. Au niveau du vol, il s’y connaît un rayon. Et prendre des choses qui ne vous appartiennent pas sont au coeur de la définition, et c’est toujours mal vu, illégal dès que l’on met le pied dans un endroit avec des lois. « J’avais faim… Au fait tu ne t’es pas fait trop mal? » Morgan reste sans réagir pendant un instant.
« Hein ? Oh... non, ça va. » Il répond, pris par surprise, avant de secouer la tête et de se reprendre. « Écoute, tu peux pas juste prendre ce que tu veux quand ça t’arrange. » Il serre les dents, parce qu’il se rend bien compte d’à quel point il peut avoir l’air hypocrite. Il a passé sa vie à voler, c’est même l’activité dans laquelle il excelle le mieux. C’est même désormais quelque chose qui lui vient naturellement, presque un instinct, lorsqu’il voit quelque chose qu’il veut ou dont il a besoin sans surveillance, son premier réflexe est de s’assurer que personne ne le voie pour mettre ladite chose dans sa poche. Il est même plus ou moins connu pour ne pas être digne de confiance, et pour faire gaffe à ses poches lorsqu’il est dans les parages. Même si en pratique, il ne vole pas tant que ça les gens. Il le faisait souvent sur l’Odyssée, là où les intérieurs de veste de certains habitants pouvaient receler des trésors, mais ici, il ne trouvera pas grand-chose. Et puis, ce n’est pas comme s’il pouvait aller revendre ses larcins où que ce soit, et il ne compte pas amasser un trésor d’objets volés, à attendre que quelqu’un les découvre et qu’on lui file la raclée qu’il mérite. Non, depuis qu’il est arrivé sur Terre, il est plutôt calme... comparé à ce qu’il a pu être auparavant. Il n’est pas parfait, mais il désespère de trouver sa place parmi les cents, alors il est prêt à n’importe quoi pour ne pas se retrouver seul. Qu’on le chasse du camp doit être ce dont il a le plus peur.
« Je vais pas te dire que c’est parce que c’est mal, où j’sais pas, une connerie du genre, mais après ça me retombe dessus, et on pense que c’est ma faute. Du coup tu vois, ça m’arrange pas trop ce que tu fais. » Il grommelle en essayant d’ignorer son crâne qui lui fait encore mal. L’improvisation, ça a ses avantages... Mais l’inconvénient, c’est qu’il n’a aucune idée de ce qu’il est en train de faire, et qu’il y a des grandes chances que la fille lui rit au nez et s’enfuit avant qu’il n’ait pu dire quoi que ce soit d’autre. « J’ai pas envie de te dénoncer du tout, alors je demande gentiment... S’il te plaît ? Je pourrais te donner des rations plus importantes aux repas... dans la limite du raisonnable, » rajoute-t-il, pour que sa... proposition ne sonne pas trop comme le chantage qu’il est en train de lui faire. Il espère juste qu’elle ne devine pas qu’il est en train de bluffer, parce qu’il n’a aucune idée de si on le croira, s’il se met à accuser quelqu’un d’autre.
(c) nightgaunt

Spoiler:
@Aliénor Blackwood pardon du retard Something's gotta give (Aliénor) 480477335
✣ Speedy Gonzales ✣
Aliénor Blackwood
DATE D'INSCRIPTION : 20/04/2016 PSEUDO/PRENOM : AMNESIS MULTICOMPTES : AEDAN + ANDREW MESSAGES : 8784 CELEBRITE : ADELAIDE KANE COPYRIGHT : AVATAR + WANDERER • SIGNA - ASTRA + CHRYSALIS • GIF - CASSINI METIER/APTITUDES : CARTOGRAPHE + PATROUILLEUR TRIBU : DE DANA POINTS GAGNES : 0
Voir le profil de l'utilisateur

Something's gotta give (Aliénor) Empty Re: Something's gotta give (Aliénor)

le Sam 24 Nov - 17:33


SOMETHING'S GOTTA GIVE


2114 : Aliénor & Morgan
Aliénor ne pensait pas qu’elle serait prise la main dans le sac. Depuis le temps qu’elle venait prendre dans le garde manger, elle pensait que personne ne s’était rendu compte de rien. Elle était discrète, avait l’habitude de ce genre de choses et comme aucun des cents n’avaient fait de remarque, elle avait continué comme si de rien n’était. Mais ce soir là, cet instant où Morgan l’avait surprise ça l’avait vraiment surprise. Le fourbe s'était tapi dans l’ombre attendant sa proie tel un chasseur. Il n’avait qu’à attendre que la brunette arrive pour la prendre sur le fait. Bien sûr Aliénor ne s’était doutée de rien et avait comme d’habitude choisi de venir en pleine nuit alors que le campement dormait à poing fermé. Alors quand elle entendit la voix du garçon dans le fond de l'entrepôt, la cartographe fut bien surprise mais essaya de ne rien laisser paraître et répondit simplement en haussant les épaules, des fruits plein des bras. A vrai dire, elle n’osait plus bouger pensant certainement que si elle restait comme ça il finirait par ne plus la voir et partir comme si rien de tout ça ne s’était passé. Quand même un peu inquiète par rapport au bruit sourd qu’elle a entendu un peu avant, elle demande par acquis de conscience s’il va bien. Même si elle se doute que ça ne doit pas être bien grave, elle préfère être sûre qu’il ne faille pas l’envoyer à l’infirmerie. L’espion prend quelques secondes avant de réagir mais finit par lui répondre, encore un peu déboussolé. Aliénor ne peut pas s'empêcher de cacher un rire amusé. Il est plutôt drôle pour un gars qu’il serait logique pour elle de détester.

- Écoute, tu peux pas juste prendre ce que tu veux quand ça t’arrange.

De nouveau la jeune fille se mit à grimacer. Elle finit par se détendre et reprendre une position beaucoup plus naturelle malgré le fait que les fruits commençaient à vouloir fuir l’emprise de ses bras. Elle ne sait pas vraiment à quoi elle doit s’attendre de sa part, si elle doit fuir maintenant où si elle peut rester sans craindre de recevoir les foudre du jeune homme. Elle a cette étrange impression se retourner quelques années en arrière, au moment où les autorités étaient venus la chercher, elle et Nathaniel. Elle n’avait jamais vraiment réaliser ce qu’il leur était arrivé ce jour-là. La prison n’avait jamais été une option pour elle, jamais elle ne s’était imaginée qu’un jour elle se retrouverait entre quatre mur. Sa petite voix sortant du fond de la pièce la sortie de ses pensées.

- Je vais pas te dire que c’est parce que c’est mal, où j’sais pas, une connerie du genre, mais après ça me retombe dessus, et on pense que c’est ma faute. Du coup tu vois, ça m’arrange pas trop ce que tu fais.

Elle comprenait. Si ça avait été elle qui avait été à sa place elle aurait sûrement réagi de la même manière si ce n’est pire. A vrai dire, depuis qu’elle était sur terre, Ali était en roue libre et profitait autant que possible de ces instants de bonheur sur terre. Alors, le fait qu’elle puisse manger un peu ce qu’elle voulait, qu’elle puisse bouger comme bon lui semblait et qu’elle se sente enfin libre de ses mouvements et de sa façon de penser, tout cela la rendait bien plus qu’heureuse et pour une fois elle pouvait le dire: elle se sentait en vie. Elle remarqua avec amusement que celui qui l’avait surprise restait quelque peu désemparé par la situation.

- J’ai pas envie de te dénoncer du tout, alors je demande gentiment... S’il te plaît ? Je pourrais te donner des rations plus importantes aux repas... dans la limite du raisonnable.

Elle rigola à la demande du jeune homme. La brunette ne se moquait pas, loin de là, elle trouvait juste la situation dans laquelle elle se trouvait de plus en plus comique et les réactions en chaînes de son interlocuteur n’arrangeait en rien la chose. Passant son regard des fruits à Morgan, elle resta perplexe quelques instants avant de s’avancer vers la boite qui contenait les prunes qu’elle n’avait pas kidnappé. Délicatement, elle les remit à leur place, en n’en gardant une entre ses petits doigts tout fin. Son ventre se mit à gargouiller une première fois. Il faut dire qu’elles étaient quand même bien appétissantes. Hésitante, elle finit par déposer le dernier fruit dans la panière puis elle s’avança vers celui dont elle n’avait pas encore vu le visage.

- Ah c’est toi. Désolé si mes actions t’ont causé quelques soucis, c’était pas mon intention.

Elle ne connaissait pas son nom mais reconnaissait son visage. Aliénor avait l'avantage d'avoir une bonne mémoire lorsqu'il s'agissait de retenir la tête des gens qu'elle croisait. Il n'avait pas l'air méchant, il faisait juste son boulot malheureusement pour elle.

- Dommage, elles avaient l'air bonne ces prunes.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Spoiler:
Désolé pour le retard, j'espère que ça ira Something's gotta give (Aliénor) 484338566
Invité
Invité
Anonymous

Something's gotta give (Aliénor) Empty Re: Something's gotta give (Aliénor)

le Sam 22 Déc - 18:49
something's gotta give
aliénor & morgan
Morgan ne sait pas trop à quoi il s’attendait. À vrai dire, il ne réfléchit pas beaucoup aux conséquences de ses plans, et c’est très souvent un problème. Il ne s’attendait pas vraiment à aller aussi loin, il s’était imaginer que s’il réussissait à coincer le voleur – ou la voleuse, plutôt – celle-ci ce serait enfuie en courant avant qu’il ne puisse faire quoi que ce soit. Après, ça n’aurait pas été forcément très malin. Il ne sont que cent dans ce campement, et tout le monde connaît tout le monde, au moins de vue. Elle n’aurait pas pu se cacher très longtemps, même si elle avait réussi à le semer dans le campement, qui n’est déjà pas très grand. La fille qu’il a appréhendé a l’air aussi perdue que lui, cependant. Elle n’a pas l’air énervée, ni méchante, et au fond, Morgan la comprend. S’il ne travaillait pas déjà aux cuisines, il y aurait eu de grandes chances pour qu’il se retrouve à subtiliser la nourriture, s’il y en a assez pour tout le monde. Par gourmandise, mais par habitude, aussi. C’est comme si ça le démangeait, comme s’il ne savait rien faire d’autre. Il devrait ne plus vouloir de cette adrénaline, après tout ce qui est arrivé, et pourtant il en redemande, et il a du mal à raccrocher son tablier. Ça explique pourquoi on a du mal à lui faire confiance ou à le laisser seul avec des objets de valeur, mais encore une fois, il aurait bien du mal à dissimuler ses larcins. Il n’a aucun endroit où il pourrait les cacher, à part peut-être d’aller les enterrer dans la forêt. Et ça lui servirait à quoi ? S’il les gardait là où il dormait, il suffirait que quelqu’un vienne secouer ses couvertures pour qu’on le prenne la main dans le sac. Non, décidément, c’est mieux qu’il arrête, et il est déjà reconnaissant qu’on lui ait donné ce boulot aux cuisines. Il ne s’est jamais cru bon cuisinier, mais il aime ça, au final. Ça lui donne un but, il a l’impression d’être important, de faire partie d’un ensemble. C’est un sentiment qu’il n’a pas éprouvé depuis bien longtemps, depuis des années. Du coup, il veut faire de son mieux, Morgan. Il veut être accepté. En plus, ils ont tous quelque chose à se reprocher, dans ce camp. Au fond, il n’est pas un cas si désespéré que ça, comparé à d’autres, et il fait de son mieux.
Elle se met à rire après sa demande, et il fait la moue. Il prend ça pour une moquerie, parce que même lui se rend compte qu’il ne doit pas avoir l’air très malin. Sa tête lui fait encore mal d’ailleurs, et il se frotte l’arrière du crâne d’une main. Il ferait un très mauvais gardien, ça, c’est sûr. On n’a jamais vu quelqu’un demandé poliment à un voleur de remettre ce qu’il vient de voler. Après... les circonstances sont différentes, ici. Mais, à sa grande surprise, la jeune fille fini par retourner du côté des placards et à reposer les fruits qu’elle venait de subtiliser. Elle semble jeter un regard empli de regret au dernier fruit qu’elle tenait entre ses mains avant de le reposer. Un peu plus, et Morgan allait se sentir coupable. Il sait bien qu’elle n’avait pas besoin de ses fruits, pas pour survivre en tout cas, et que c’était différent de la situation dans laquelle il était sur l’Odyssée... Du moins, la situation dans laquelle il pensait être à l’époque. Mais il ne peut s’empêcher de faire un parallèle, peut-être stupide et totalement déplacé, entre ses deux situations.
« Ah c’est toi. Désolé si mes actions t’ont causé quelques soucis, c’était pas mon intention. » Finit-elle par dire, et il hausse les épaules. Il se sent beaucoup mieux d’un coup, toujours aussi surpris qu’elle l’ait écouté.  « Dommage, elles avaient l'air bonne ces prunes. » Il se mord les lèvres, jetant à son tour un regard sur les prunes. D’un autre côté, elle a pas tort. Il n’a pas spécialement faim, mais ça n’empêche pas son ventre de laisser échapper un grognement approbateur. Il jette un regard derrière lui, comme si quelqu’un allait subitement apparaître au moment où il prenait une mauvaise décision. Puis il pousse un soupir, et prie pour que Taël n’entende jamais parler de ce qui s’est passé ici cette nuit. « Hmm... En guise de cadeau d’adieu... J’imagine que tu peux en prendre une dernière. » Répond-il en haussant les épaules et avec un sourire espiègle. Il s’approche à son tour et en attrape une rapidement, avant de changer d’avis. « Mais c’est la dernière fois hein ! » Faudrait pas que ça continue à être une habitude juste parce qu’il n’a aucune autorité.
« Au passage, c’est quoi ton nom ? » Demande-t-il, curieux. Il ne sait plus s’ils se sont déjà croisés, mais il y a tellement de monde qu’il ne connaît pas vraiment dans le camp qu’il ne retient pas tout immédiatement. « J’vais pas te dénoncer, t’inquiète. Moi c’est Morgan, » dit-il, de nouveau avec un petit rire. Décidément, il ne pensait pas que toute cette situation irait dans ce sens.
(c) nightgaunt

Spoiler:
@Aliénor Blackwood j'espère que ça t'ira Something's gotta give (Aliénor) 2215546156
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Charlie, Baelfire, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 540 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : sign by anaelle METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 56
Voir le profil de l'utilisateur
Admin

Something's gotta give (Aliénor) Empty Re: Something's gotta give (Aliénor)

le Ven 22 Mar - 17:48

Ce RP est archivé pour n'avoir pas reçu de réponse depuis plus de trois mois.
Si vous souhaitez néanmoins le poursuivre, merci de mp un membre du staff Something's gotta give (Aliénor) 2215546156
Contenu sponsorisé

Something's gotta give (Aliénor) Empty Re: Something's gotta give (Aliénor)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum