Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜We are many. They are few. [Tasha]
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

Accro des points
avatar
11/05/2018 Laenai / Alicia Jude & Lulu ♥ 2253 Willow Shields Laenai Princesse ~ Apprentie Sorcière Rahjak 440
Accro des points


Sujet: Re: We are many. They are few. [Tasha]
Mar 10 Juil - 20:55

Après avoir répondu à sa question, elle me demanda si je ne m'étais jamais enfuie. Elle précisa ensuite qu'elle pensait plus à une éclipse afin de découvrir la cité. Comme j'aurais aimé... Mais c'était déjà bien difficile de sortir en cachette pour me balader dans les couloirs du palais qui m'étaient interdits... Alors sortir du palais ? Impossible. Ou très difficile. J'y avais déjà pensé, c'est vrai. Plusieurs fois, d'ailleurs. Et j'avais même essayé une ou deux fois, avant d'être interceptée sans apercevoir les portes. Et maintenant que je peux sortir un peu plus et avec permission, autant en profiter.

- Non, jamais, finis-je par lui répondre. J'ai déjà essayé une ou deux fois, mais je n'ai jamais réussi. Mais... et toi ? Tu n'as jamais essayé de t'enfuir d'ici ?

Elle lâcha ma main quand elle sut qu'il n'y avait aucun danger et que la personne qui nous suivait n'était autre que mon garde. Elle n'avait pas l'air à l'aise, elle était sans doute bien plus méfiante que moi. La vie n'avait pas dû être des plus faciles pour elle. Ezra alla jusqu'à s'excuser d'avoir pris peur. Je lui souris, essayant d'être rassurante.

- Tu n'as pas à t'excuser, c'est normal. Si je n'avais pas su qui il était, j'aurais eu peur moi aussi. Mais il est là pour me protéger. Nous sommes en sécurité avec lui.

Je pris soin d'insister sur le « nous » afin de la rassurer le plus possible. Ma stratégie eut l'air de fonctionner. Elle m'avoua comprendre que mon père insiste pour que le garde me suive. Pourtant, je ne pus empêcher mes joues de rougir lorsqu'elle employa les mots « beauté » et « innocence » pour parler de moi. Je tentai de résorber cette sensation en lui adressant un sourire.

- Tu dois avoir raison... répondis-je. C'est vrai que je me sens en sécurité, ici. Et il fait frais, c'est agréable. Je suis contente d'avoir découvert cet endroit. Tu as d'autres lieux magiques à me montrer ?

Regardant le ciel, je me rendis compte que les heures passaient, et que je n'allais pas tarder à devoir rentrer. J'espérais encore découvrir un endroit qui me ferait rêver avant le coucher du soleil.

Spoiler:
 

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: We are many. They are few. [Tasha]
Mer 11 Juil - 15:32


La conversation qui ne pouvait que se poursuivre au pied de la fontaine, à l'abri des oreilles indiscrètes. « Non, jamais. J'ai déjà essayé une ou deux fois, mais je n'ai jamais réussi. Mais... et toi ? Tu n'as jamais essayé de t'enfuir d'ici ? » Le sujet qui devenait plus sensible. Aussitôt je n'avais pu que me reprendre pour préciser les mots que j'avais prononcé. Me reprenant pour préciser que je ne parlais pas de fuguer de la cité mais de s'échapper pendant l'espace d'un moment de notre demeure, de l'endroit dans lequel nous vivions. A vrai dire les deux plans étaient liés. Mais à défaut de pouvoir s'échapper pour de bon de la cité, il était facile d'espérer que ces moments prolongés au cours de la nuit ou lorsque l'opportunité était donnée en cours de journée, se répéteraient. Des moments ne serait-ce que pour aller sur la grande place chercher des provisions que je savourais. Cet instant de liberté sans avoir personne derrière son épaule. Ce qui n'était pas non plus tout à fait exact. Il y avait toujours quelqu'un pour regarder vos mouvements. Personne ne pouvait effacer le sentiment d'être épié. Mais peut être que ce sentiment ressenti n'était issu que d'un soupçon de paranoïa. Peut être qu'il ne s'agissait que de cela. Pourtant ici, ce sentiment n'était pas ressenti ou du moins pas encore. N'ayant pas à cet instant remarqué la présence de l'un des gardes de Tasha.

Au lieu de cela, je ne pouvais que l'observer avant de prendre la parole délicatement. « Tu as l'air surveillée encore plus que je ne le suis. » Ce qui semblait être le cas. Et pourtant surveillée je l'étais à la perfection. Surveillée par Roan. Sans aucun doute que s'il pouvait me retenir par tous les moyens, il n'avait pas à hésiter. Un sentiment de possessivité. Un sentiment que je pouvais comprendre alors que je ne m'échapper que pour retrouver une autre. Son ego qui était blessé, sans compter que pour une esclave, je n'avais pour ainsi dire aucune fidélité à son égard. Au contraire, je ne pouvais que profiter de ces passages au marché comme là pour respirer ou m'éloigner, revenir quelques instants plus tard. Un jeu qui était tout aussi risqué et pour lequel je m'étais aussi mordu les doigts. Mais je ne pouvais m'en empêcher. La difficulté de faire autrement une fois qu'on avait goûté à un semblant de liberté. L'impossibilité de revenir en arrière ou de ne pas vouloir plus. Car c'était ce que je voulais. En voulant plus, toujours plus. L'espoir de sortir de la cité. Mais l'avouer ne serait que revendiquer le crime que je me préparai à commettre. Sans compter que si elle paraissait plus surveillée que je ne l'étais, sans en trouver forcément la raison, je ne la connaissais pas. Ou du moins ces quelques minutes à discuter avec elle ne pouvaient suffire pour me permettre de lui confier mes secrets. Cependant, tout autant je ne pouvais que me sentir attirée par elle ou avoir cette impression qu'elle me comprenait autant que je la comprenais. « Non je ne me suis jamais enfuie plus loin qu'entre les murs de la cité. Personne ne le peut. » Ce que tous disait. Tout le monde disait que les esclaves ne pouvaient s'échapper de la cité, qu'il était impossible de s'échapper. Et si c'était le cas leur destin était bien pire, alors qu'ils en venaient à être traqués. « Du moins ceux qui y réussissent connaissent un sort qui est pire que la mort. Et je ne suis pas folle à ce point pour tenter le destin. » Ce qui était faux. Un mensonge alors que je l'étais. Prête à tenter le destin. Prête à jouer avec le feu de nouveau en toute connaissance de cause. « Mais pouvoir profiter des moments comme ceux-ci ne serait-ce que l'espace d'une seconde, cela je ne peux que le vouloir. » Ce que je faisais. Ce qu'elle avait sans doute deviné. Espérant ne pas en avoir trop dit. La nécessité d'être discrète. Ce que je n'étais pas forcément bien que j'espérai l'avoir convaincu que je restais un docile agneau.

Mais la docilité n'allait pas de pair avec la méfiance ou la peau. Ce sentiment d'être observé finalement ressenti alors que je ne pouvais que m'agiter jusqu'à ce qu'elle m'explique que le garde était là pour elle, pour la protéger. « Tu n'as pas à t'excuser, c'est normal. Si je n'avais pas su qui il était, j'aurais eu peur moi aussi. Mais il est là pour me protéger. Nous sommes en sécurité avec lui. » « J'imagine que je ne peux que te croire. » Devant la croire sur parole. Mais si elle était surveillée comme elle l'indiquait, je doutais à vrai dire qu'elle puisse avoir été attaquée déjà, qu'elle ait vu en action cet homme. « Est-ce que tu as déjà été attaquée ? »  Mon regard qui était posé sur le garde qui était à quelques pas. L'observant bel et bien alors que je ne pouvais que me demander s'il était réellement compétent. Ce dont je ne savais rien. Avoir une larme qui signifiait rien. Et la présence de gardes qui paraissait toujours insignifiante face à la présence de mercenaires, face à la réputation qui précédait ces derniers.

Mais d'un autre côté, je pouvais aussi comprendre que ses proches puissent vouloir la protéger. Ses joues qui se teintaient aussitôt de rose alors que je mentionnais sa beauté et son innocence. « Tu dois avoir raison... C'est vrai que je me sens en sécurité, ici. Et il fait frais, c'est agréable. Je suis contente d'avoir découvert cet endroit. Tu as d'autres lieux magiques à me montrer ? » « Oh je ne me trompe pas sur ce point. » Eclat qui allumait mon regard alors que non, cela ne faisait aucun doute. Ceci qui n'était pas un mensonge, ni une exagération alors qu'elle incarnait à la fois beauté, grâce et innocence. Comme un trésor précieux à protéger. Ce dont elle n'avait pas à s'excuser. « Suis-moi. » Et ne pouvant qu'attraper de nouveau sa main non sans lui avoir jeté un regard avant de l'entraîner dans les ruelles de la cité. « Par ici. » Un escalier que je dévalais alors que je continuais de la conduire dans des ruelles que j'avais parcouru avant. Ne pouvant que tantôt chercher dans un coin de mon esprit quel lieu je pourrai lui faire visiter. Un lieu qui était cette fois-ci un peu plus animé alors que non loin de la grande place se trouvait différentes ruelles adjointes dans lesquelles les étalages se suivaient. Les couleurs qui se mélangeaient et des ruelles dans lesquelles les sons de musique résonnaient. « C'est différent, mais tout aussi magique. » Et mes yeux qui ne pouvaient que briller un peu plus face à toutes ces couleurs, manquant de joindre les premiers danseurs.

Spoiler:
 

Accro des points
avatar
11/05/2018 Laenai / Alicia Jude & Lulu ♥ 2253 Willow Shields Laenai Princesse ~ Apprentie Sorcière Rahjak 440
Accro des points


Sujet: Re: We are many. They are few. [Tasha]
Dim 15 Juil - 10:29

Notre discussion me faisait du bien. J'avais peu l'occasion de parler de ce genre d'émotions à quelqu'un. Et très peu de personnes aurait pu le comprendre, selon moi. Mais là, tout était si fluide, si naturel. Cela me faisait un bien fou, même. Oui, j'étais surveillée, sans doute plus qu'elle ne l'était, mais je ne pouvais en être sûre. Qui la surveillait ? Pourquoi ? J'étais curieuse, mais je laissais venir à moi les révélations pour ne pas la brusquer. Ezra m'expliqua qu'elle ne s'était jamais enfuie hors de la cité car c'était impossible. Et, si par hasard quelqu'un y parvenait, il connaissait un sort pire que la mort. Je fus surprise par ses paroles, je pensais qu'il était possible de sortir et de rentrer dans la cité sans problème, et pourtant elle avait l'air de me dire le contraire. Mon père empêcherait-il vraiment les personnes souhaitant partir de le faire ? Alors que je me questionnais, elle continua en m'avouant que profiter des moments comme celui que nous vivions était ce qu'elle voulait. J'acquiesçai avec un grand sourire.

- Tu as raison, c'est ce que j'aimerais aussi.

Elle était toujours inquiète par rapport à Skander, je le voyais et je le sentais. Elle n'était pas à l'aise et je m'en désolais : je n'avais pas voulu la mettre mal à l'aise. Elle me demanda si j'avais déjà été attaquée et, pour la rassurer, je répondis en gardant mon sourire :

- Non, jamais ! Mais j'ai déjà vu Skander se battre à l’entraînement, et il est très fort !

Oh que oui, il était fort. Et gentil, adorable avec moi. Aux images de cet homme s’entraînant aux côtés de mon frère, mes joues s'empourprèrent à nouveau sans que je ne puisse les en empêcher. Il était aussi extrêmement beau. Il avait tout pour lui.

J'espérais qu'elle n'ait pas remarqué la couleur de mes joues en m'emmenant loin d'ici. Elle me fit passer par des escaliers, me donnant quelques indications pendant le trajet. Nous passâmes par de petites ruelles désertes jusqu'à ce que j'entende de la musique qui parvenait de plus en plus fort à mes oreilles. C'était une mélodie entraînante et harmonieuse que je ne connaissais pas, mais qui me plut tout de suite. Nous arrivâmes dans une rue plus large où une dizaine de personnes dansaient au rythme des musiciens. Ils portaient des habits très colorés, et toutes ces couleurs se mélangeaient et se côtoyaient avec grâce et énergie. J'avais rarement vu ce genre de spectacle, ceux joués au palais étaient plus... millimétrés, plus sophistiqués. Ici, devant mes yeux, les danseurs laissaient leur corps vagabonder au gré de leurs envies et du rythme de la musique. Ils étaient plus libres de leurs mouvements... Je resserrai mon foulard devant mon visage, prétextant un frisson en cette fin de journée qui se rafraîchissait. Si quelqu'un me reconnaissait, c'était la fin de la magie.

- Tu connais ces gens ? On dirait que leur corps est fait pour danser... C'est un magnifique spectacle !

Mes yeux brillaient autant que les siens. Je restai là pendant un long moment à les admirer. Jusqu'à ce que Skander s'approche et pose sa main sur mon épaule de manière discrète : il était temps de rentrer, le soleil était déjà très bas à l'horizon. Et si je ne respectais pas les règles du couvre-feu, je n'aurais plus l'occasion de sortir comme aujourd'hui. Le garde s'éloigna quelque peu pour me laisser faire mes adieux. Ce fut à mon tour de prendre ses mains, que je tins entre les miennes, lui faisant face.

- Je te remercie pour cette journée. C'est sans doute l'une des meilleures que j'aie jamais vécue. Tu m'as fait découvrir des lieux magiques que je ne connaissais pas, lui dis-je avant de marquer une petite pause, puis de poursuivre : Tu es quelqu'un de bien, une personne formidable, ne laisse jamais personne te dire ou te faire croire le contraire ! ajoutai-je avec sincérité.

avatar
28/02/2016 Glacy Chris Wilson 1447 Jessica Parker Kennedy Valtersen (avatar) esclave de Roan (de retour) ▲ métier ingrat ▲ ancienne couturière, esclave domestique, prostituée Rahjak 149
† Game of survival †


Sujet: Re: We are many. They are few. [Tasha]
Dim 15 Juil - 21:39


« Tu as raison, c'est ce que j'aimerais aussi. » Le sentiment d'être compris. Ce que nous faisions. Nous nous comprenions. Nous comprenions ce sentiment d'étouffement, ce sentiment d'oppression. Pourtant nos destinées et nos histoires étaient différentes. Des histoires dont nous ne savions si peu. Tasha, qui était elle, une princesse rahjak. Membre de la royauté. Et couvée par sa famille. Protégée férocement par ces derniers. Le sentiment d'oppression qui existait, alors qu'elle était prisonnière dans sa tour d'ivoire. Ne pouvant que respirer sans doute réellement quand elle s'échapper du palais. Et tout autant je connaissais ce sentiment d'oppression, en étant esclave. Des histoires qui étaient différentes alors que nous vivions dans deux mondes complètement opposées. Un avis que j'avais au sujet de la royauté qui ne serait jamais négative. Et peut être que si je connaissais réellement son identité, je n'aurai pas agi ainsi. Mais à cet instant, je ne pouvais que la comprendre et vouloir tout comme elle une bouffée d'oxygène en plus. Me nourrissant de chacune de ces sorties, de ces couleurs que j'entrevoyais. Cet instant n'était que complicité sans avoir besoin de connaître chaque détail de son passé. Nous restions deux inconnues l'une pour l'autre mais à cet instant, nous étions alliées. Ce qui pouvait être suffisant. Ce qui était suffisant. Un sourire sur mon visage alors que je ne pouvais que profiter à mon tour de ces moments-ci, aussi temporaires qu'ils étaient.

Et tout autant, je ne pouvais que me demander si elle avait déjà été attaquée. Cette petite bulle qui manquait d'être brisée alors que je reportais mon attention sur le garde. La jolie blonde qui ne tardait pas à me répondre. « Non, jamais ! Mais j'ai déjà vu Skander se battre à l’entraînement, et il est très fort ! » Skander que je présumais être le prénom de son protecteur. Celui chargé de l'accompagner, de s'assurer qu'elle rentrerait saine et sauve. Un luxe que je n'avais pas. Sans doute celui aussi chargé de la surveiller. Mais au ton de sa voix, il était difficile de croire qu'il était un simple garde et non un ami pour elle. La jeune femme qui ne pouvait qu'en effet vanter ses mérites. Toutefois autant qu'il pouvait être doué, il me semblait toujours difficile de croire qu'il pouvait être plus fort que les mercenaires. Les mercenaires qui restaient toujours dans mon esprit ceux qui étaient le plus fort, ceux qui pouvaient faire tomber les têtes. Cette crainte qui n'avait pu qu'être cultivée. Heureusement pour le moment, aucun danger n'était là. Rassurée sur le fait qu'il n'était pas un adversaire, les battements de mon coeur avaient ralenti. Un souffle repris alors que je respirai de nouveau normalement. Pour autant je ne pouvais que continuer de jouer avec le feu alors que je m'attardais.

Et comme elle le voulait, je ne pouvais que de nouveau l'entraîner au coeur de la cité, pour lui faire découvrir d'autres endroits. Les danseurs qui se mélangeaient là sous les notes de musique, offrant un spectacle unique. «  Tu connais ces gens ? On dirait que leur corps est fait pour danser... C'est un magnifique spectacle ! » « Certains d'entre eux, oui. D'autres non. Ici, les noms n'importent pas. Peu importe qui tu es, seulement la danse compte. » Une bouffée de liberté là aussi attrapée. Ces ruelles plus éloignées où les corps endiablés des danseurs se mélangeaient plus facilement. Certains qui étaient des esclaves, d'autres non. Ces ruelles tenues à l'écart, souvent désertées ou peu fréquentées qui n'avaient pas moins son renom dans le petit peuple. Certaines ruelles qui appartenaient en effet à un autre monde, ou certaines ruelles qui existaient dans lesquelles les membres de la royauté, les nobles ne pouvaient accéder. Comme un vent révolutionnaire où chacun ne devenait plus qu'un anonyme. Mon regard qui se perdait dans la foule. Toujours cette lueur de fascination alors qu'il m'était déjà arrivée de les rejoindre, de ressentir ce frisson d'adrénaline. L'impression d'être vivante. Tous ces moments qui me permettaient de sentir ce frisson dont je ne pouvais que m'emparer avec joie. Les minutes qui s'écoulaient au son des notes de musique. Son protecteur qui ne pouvait que finalement s'approcher. Mon regard qui s'était aussitôt portée sur elle. Consciente que les adieux étaient là. Et tout aussi consciente qu'il était le moment pour moi de m'esquiver en espérant n'être pas surprise à mon retour. Une éventualité. Des conséquences que j'étais prête à assumer alors que chacun de ces instants en valait le coût. «  Je te remercie pour cette journée. C'est sans doute l'une des meilleures que j'aie jamais vécue. Tu m'as fait découvrir des lieux magiques que je ne connaissais pas. Tu es quelqu'un de bien, une personne formidable, ne laisse jamais personne te dire ou te faire croire le contraire ! » Un sourire qui se dessinait sur mon visage. Sachant qu'elle était sincère. L'innocence à l'état pur. Des mains que j'attrapais délicatement alors que mon regard se plongeait dans le sien. « Ne change pas non plus, Tasha. S'il y avait plus d'âmes qui ressemblaient à les tiennes au coeur de la cité, le monde n'en serait que grandi. » Ce que je pensais. Un baiser que je déposais sur sa joue avant de croiser de nouveau son regard. L'instant d'après, je ne pouvais que le faufiler au coeur de la foule de danseurs et disparaître de sa vue alors que j'empruntais le chemin retour.

Accro des points
avatar
11/05/2018 Laenai / Alicia Jude & Lulu ♥ 2253 Willow Shields Laenai Princesse ~ Apprentie Sorcière Rahjak 440
Accro des points


Sujet: Re: We are many. They are few. [Tasha]
Lun 23 Juil - 16:51

Le spectacle était à couper le souffle, et je me laissais entraîner par la musique et par les danseurs, les observant avec des étoiles plein les yeux. Je compris instantanément ses paroles lorsqu'elle me révéla que seule la danse comptait ici. C'était le cas, et c'était beau. Cette journée avait été magique. Mais il y avait une fin à tout, malheureusement. Même à ces moments hors du temps, qui étaient toujours rattrapés par celui-ci. Je devais rentrer avant le coucher du soleil. Mes quatre gardes étaient à présent réunis. Elle n'avait vu que Skander, mais les autres n'étaient jamais loin. Et avec cette foule, ils s'étaient rapprochés de manière imperceptible pour qui n'avait pas l'habitude de sentir leur présence. Ou de ne plus la ressentir, en vérité. Mais je savais qu'ils étaient là.

Suite à mes paroles sincère, elle me sourit et attrapa mes mains. Sa réponse me réchauffa le cœur tandis qu'il se serrait de devoir quitter cette inconnue dont je ne connaissais que le nom. Ses mots me touchèrent, et je la remerciai avant de la laisser s'enfuir dans la foule, ayant déposé un baiser sur ma joue.

Skander, toujours à mes côtés, n'eut pas besoin de me faire signe de rentrer : je fis moi-même demi-tour et m'éloignai avec lui des danseurs et de la ruelle, accompagnée des gardes. Sur le chemin du retour, je repensai à toutes ces découvertes merveilleuses. Déjà, la nostalgie me touchait. Cela faisait 17 ans que je vivais au cœur de cette cité, et pourtant je n'en connaissais presque rien. Je ne côtoyais pas cette beauté, enfermée dans des murs qui me protégeaient de tout, même du monde.

Cette nuit-là, je rêvai du temple, de la fontaine et des danseurs. Je rêvai que j'étais parmi eux, simple danseuse, laissant mon corps et mon esprit à la musique. Ezra était là et m'accompagnait, gracieuse ballerine tournoyant près de moi. Toutes ces couleurs vives se mélangeaient sous mes paupières fermées. Ces découvertes, au lieu de me satisfaire, m'avaient donné encore bien plus envie de découvrir les secrets de notre grande cité Rahjak...

Contenu sponsorisé



 

We are many. They are few. [Tasha]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Présentation de Tasha Godspell
» « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » ▬ Tasha Octavie Mikhaïlov
» A killer pair [PV Tasha]
» Through the time (Tasha)
» Tasha Galkina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-