Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Funny sunny day | Ft. Near
maybe life should be about more than just surviving


Aliénor Blackwood
20/04/2016 AMNESIS AEDAN + ANDREW 8779 ADELAIDE KANE AVATAR - ME • SIGNA - ASTRA + PRIMALUCE • GIF - CASSINI CARTOGRAPHE + PATROUILLEUR DE DANA 21
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Funny sunny day | Ft. Near
Mar 15 Mai - 1:05



FUNNY SUNNY DAY


Mars 2118 : Aliénor & Near
Elle n'avait qu'une hâte, c'était de le revoir. Ils ne s'étaient croisés que deux fois. La première ça avait été au beau milieu de la foule alors que les terriens et les cents se rencontraient après un long moment. Et la seconde avait été du pur hasard. L'ancienne prison avait été le lieu de cette rencontre non prémédité et ils avaient passé une petite partie de l'après-midi à échanger sur tout et rien à la fois. Elle avait trouvé en lui une part de ce qu'elle était, une insouciance et un sourire qui la faisait se sentir bien. Cette retrouvailles hasardeuse avait alors renforcé ce lien qu'ils avaient déjà commencé à créer lors de cette première fois au camp des Pikunis. C'était comme une évidence en le voyant et cette évidence était encore présente alors qu'elle marchait en direction de la côte. Elle avait son coeur qui battait la chamade en sachant qu'elle allait revoir le visage de celui qui lui avait sauvé la vie. Aujourd'hui sa cheville ne lui faisait plus mal et la patrouilleuse pouvait bouger habilement sans craindre de tomber à terre harassés par la douleur. Cette liberté elle l'appréciait fortement et ces quelques jours à ne pas pouvoir s'éloigner du campement l'avait mis quelque peu sur les nerfs. Aliénor n'était pas forcément du genre à s'énerver pour un rien mais si on l'empêchait de sortir elle pouvait rapidement devenir de mauvais poil et ne rien supporter de ce qu'on pouvait lui dire. Mais rapidement elle fut remise sur pied et les choses redevinrent ce qu'elles étaient. Seulement, elle remarqua depuis quelques mois que Near hantait beaucoup plus ses pensées qu'elle ne l'aurait imaginé. Son visage, son sourire et ses yeux rieurs lui revenaient souvent en tête quand elle n'avait rien à faire. A vrai dire, elle n'avait qu'une hâte, qu'ils se revoient comme ils se l'étaient promis ce jour-là.

Cela faisait une bonne heure qu'elle était partie du camp. Elle leur avait dit qu'elle rentrerait avant la nuit et qu'elle partait en quête de nouvelles choses à ajouter à la cartographie. La tempête avait bousculé tellement de choses que bien des endroits étaient ravagés par le temps. C'était une bonne excuse pour ne pas dire ce qu'elle allait faire, qui elle allait voir. A vrai dire, la jeune femme ne savait pas vraiment comment pourrait réagir les siens faces à cette nouvelle. Les relations entre terriens et cents s'étaient grandement améliorées depuis leur arrivée mais elle n'était pas sûre qu'ils acceptent ces petites rencontres en cachettes. Bas, au final elle s'en fichait pas mal de leurs avis, après tout elle faisait ce dont elle avait envie là où elle le voulait. Elle finit par passer le pont qui lui permi de traverser la rivière sans encombre. Aujourd'hui ils avaient de la chance, le soleil brillait de mille feux, haut dans le ciel. Il était maintenant midi passé et les jolies feuilles des arbres laissaient passer les quelques rayons qui venaient réchauffer la peau d'Aliénor qui se retrouva bien vite en t-shirt, sa veste nouée autour de sa taille. Les cheveux attachés en une longue queue de cheval pour y voir plus clair, la jeune femme ne tarda pas à voir les ruines de l'ancienne ville délaissée par le temps et les gens. Elle se demandait bien comment les bâtiments avaient fait pour tenir si longtemps sans entretien. Même le cyclone n'était pas parvenu à arracher ne serait-ce qu'une infime partie de ce lieu encore bien conservé. Certain cent était déjà passé par là pour récolter un peu de matériel mais elle n'était pas revenue depuis leur premier jour sur terre. Cela devait maintenant faire trois ou quatre ans qu'elle n'avait pas foulé cette terre. La mer était aussi un vague souvenir et elle avait hâte de la redécouvrir aux côtés de Near qui ne devait plus être très loin. Peut-être que le jeune homme était déjà arrivé et l'attendait près de la côte? Depuis que son village avait été détruit, Aliénor ne savait pas vraiment ce que sa tribu allait faire. A vrai dire, la jeune femme avait toujours été pas mal intriguée par ces gens de la mer qui voyageaient et découvraient de nouveaux horizons. Elle continua d'avancer en direction de la mer qui se trouvait à quelques pas de là où elle se trouvait. La cartographe pouvait déjà entendre le bruit des vagues et le chant des mouettes au loin. D'un pas vif, elle s'aventura donc vers la petite plage et remarqua au loin une silhouette qui ne lui était pas inconnue. C'était lui. D'un pas délicat, elle s'approcha de l'homme qui se trouvait assis sur l'un des murets de pierre encore debout. C'est alors qu'elle arriva à sa hauteur et plaça ses deux mains sur les yeux de l'homme qui se retrouva sans vision. Un sourire amusé sur les lèvres, elle lui posa la question tel l'enfant qu'elle était.

- Qui c’est? Pas le squelette de la prison en tout cas!


— code by lizzou —


Admin - The Kids From Yesterday
Near Reinhart
25/05/2015 Emma, plum Liam & Eijah & Saoirse & Cassandre 2366 Colin Morgan lemontart. cass(ini) profil , crack in time, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc Calusa né Rahjak, désormais réfugié chez les Pikunis après la destruction du village par le cyclone. 113
Admin - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Funny sunny day | Ft. Near
Jeu 21 Juin - 13:47





FUNNY SUNNY DAY


Mars 2118 : Aliénor & Near
Il aimait bien venir sur cette plage même sans réel but. C’était la plage, le lien entre les Calusa et la mer, entre les Calusa et la terre. C’était l’entre deux pour ceux qui ne voulaient pas choisir, qui aimaient bien dans l’idée d’être à la fois capable d’aller passer des heures sur l’eau et à la fois prendre le temps de découvrir cette île qui leur était enfin de compte pas totalement connue, pas entièrement. Du moins lui n’avait pas vraiment eu connaissance des Naori avant deux trois ans alors qu’ils étaient apparemment là depuis super longtemps alors c’est qu’il y avait encore peut-être d’autres surprises sur cette terre et peut-être encore d’avantage sur le terrain où l’eau salée était dominante. Mais pour le moment il était là principalement parce qu’il allait retrouver quelqu’un, qu’ils s’étaient en quelque sorte donné rendez-vous ici même les jours suivants le grand rassemblement chez les Pikunis qu’il avait suivit d’un air distrait. Il avait aidé les Débarqués comme il le pouvait mais bon parfois c’était pas si simple entre ce qu’il était possible avec les débarqués et leurs tribus mais il aimait à croire que cela allait aller en s’arrangeant, du moins c’était ce qu’il avait compris.

Il était déjà revenu dans son ancien village depuis le cyclone mais il préférait se retrouver un peu plus loin, sur cette plage qui même si on sentait qu’elle avait un peu souffert du cyclone, les mois avaient passés et c’était tout comme si elle avait été toute nettoyée, tout comme s’il ne s’était rien passé dans les environs, qu’elle avait été épargnée par les caprices de la nature. Ca lui faisait du bien de revenir ici aujourd’hui parce que s’il ne s’était pas trompé dans ce qu’ils s’étaient dit, elle devait arriver dans peu de temps, du moins c’est ce qu’il lui semblait, c’est ce qu’il espérait. Il ne voulait pas retourner tout de suite chez les Pikunis, n’avait pas totalement la notion du temps mais supposait qu’il ne s’était pas totalement trompé dans l’idée qu’ils avaient eu de se retrouver aujourd’hui.

Ils étaient dans un coin un peu éloigné du village mais proche de l’endroit où ils s’étaient rencontrés la première fois et c’était toujours étonnant pour Near de voir à quel point cette pierre n’avait pas plus cédé que cela sous le vent et la pluie, sous les tonnerres qui avaient décimé la région quelques mois auparavant. Il y avait bien entendu quelques signes que quelque chose s’était passé mais dans l’ensemble, ici même, ça avait été plutôt préservé. Il avait envie d’aller au bord de l’eau mais attendrait un petit peu histoire qu’il ne s’aventure pas plus loin comme il avait si souvent l’habitude de le faire quand il était seul, ça aurait été dommage qu’ils se loupent juste pour ça, pour son hyperactivité.

« Qui c’est? Pas le squelette de la prison en tout cas ! » Il éclate de rire sans pouvoir s’en empêcher. « D’habitude faut pas trop se trahir hein. » Elle savait ça au moins mais bon là aussi il y avait peu de chance pour que cela soit quelqu’un d’autre sauf si quelqu’un s’était amusé à la suivre. Il se leva pas trop rapidement pour ne pas la faire tomber parce qu’il y aurait été de façon trop vive, le but ici n’était pas qu’elle se blesse comme cette autre fois avec justement les squelettes de la prison. Il s’était rapproché d’elle sans pour autant être trop envahissant, ne savait pas tellement encore comment se comporter envers elle-même s’il était généralement plutôt du genre expressif. « Allez viens, la plage est quasiment la même. On l’a un peu nettoyée. » Il l’informait aussi des avancées de ce qu’il s’était passé pour les Calusa depuis qu’ils s’étaient vu au rassemblement, ce qu’il s’était passé avant. C’était pour ça aussi qu’ils avaient été peu nombreux de la tribu à se trouver là-bas. « Y’en a beaucoup qui ont préféré rester ici. » Pas lui, enfin si il avait toujours un pieds chez les Calusa et l’autre dans les terres, ne voulait pas choisir, ne devait pas avoir à choisir.

— code by lizzou —


Aliénor Blackwood
20/04/2016 AMNESIS AEDAN + ANDREW 8779 ADELAIDE KANE AVATAR - ME • SIGNA - ASTRA + PRIMALUCE • GIF - CASSINI CARTOGRAPHE + PATROUILLEUR DE DANA 21
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: Funny sunny day | Ft. Near
Mar 2 Oct - 17:06



FUNNY SUNNY DAY


Mars 2118 : Aliénor & Near
Elle était contente de le revoir. C'était la seule pensée qu'elle avait depuis quelques jours et plus le moment fatidique approchait, plus le monde lui paraissait merveilleux. Les oiseaux chantaient, le soleil rayonnait de mille feux et même la pluie avait le goût du bonheur. Même si son comportement ne dénotait pas de façon d'être, certaine personne l'avait trouvé bien à l'ouest, un sourire beaucoup moins franc mais beaucoup plus adoucit. Oui, elle était heureuse de pouvoir le revoir et encore plus de pouvoir partager encore quelques souvenirs à ses côtés. Elle s'imaginait déjà au bord de l'eau à essayer de nager alors que lui serait déjà bien loin à l'horizon. Vers midi, la jeune femme était partie en quête de la crique abandonnée. Le soleil continuait son chemin vers la fin du monde tandis qu'elle s'aventurait de plus en plus profond dans la forêt, sans la moindre hésitation, sans crainte et sans peur. Elle voyait seulement et simplement le doux visage de celui qui se prénommait Near tout en empruntant de bien joli chemin, comme elle n'en avait jamais vu. Bizarrement tout lui paraissait plus beau, tout était propice à de nouvelles découvertes. Parfois elle s'arrêtait en chemin pour croquer un animal dans son carnet à dessin puis repartait toute guillerette vers l'ouest. Les cheveux attachés en queue de cheval et sa veste nouée autour de sa taille, elle finit par atteindre le village en ruine qui se trouvait non loin de leur point de rendez-vous. Son cœur battait déjà la chamade et son visage ne pouvait s'arrêter de sourire tandis que les rayons du soleil venaient doucement se poser sur sa peau déjà brunit par l'arrivée imminente de l'été.

D’abord, elle entendit le son des vagues puis son regard se posa sur une silhouette au loin. Un muret tenait encore debout et le jeune homme était installé tranquillement sur celui-ci. L’image était bucolique et avait quelque chose de lointain, comme un instant suspendu dans le temps. Telle une enfant, un sourire mesquin dessiné sur son visage, elle s’approche doucement de sa cible et vient délicatement poser ses mains sur les yeux du calusa. Sa voix clair résonne et un rire retentit avant que l’homme ne prenne la parole. Amusée, la jeune fille finit par enlever ce qui cachait la vu du marin et vint sautiller gaiement face à lui. Rapidement, ils se retrouvèrent tous les deux cotes à cotes, se dirigeant vers la mer dont les vagues venaient mourir sur le sable chaud. En effet, la plage était toute propre, on aurait dit que rien ne s'était passé, que le cyclone n'était plus qu'un lointain souvenir. La jeune femme remarqua ça et là quelques coquillages qui étaient dispersés un peu partout sur la plage. Leur forme était amusante et elle se dit qu'elle essayerait bien de les dessiner dès qu'elle en aurait le temps.

- Y’en a beaucoup qui ont préféré rester ici.

Rester ici? Alors qu'il n'y a plus rien pour vivre. Aliénor se demanda comment ceux qui avaient décidé cela pouvait bien faire pour vivre loin de tout comme cela. Et puis ils devaient être bien seuls maintenant que la plupart des calusas s'étaient séparés entre les différentes tribus. En un sens, elle trouvait ça un peu triste de voir un groupe devoir être séparé de la sorte. Ils avaient tous grandi ensemble et les voilà séparé du jour au lendemain. La cartographe se demanda comme lui il gérait ça, comment il avait ressenti ce qu'il s'était passé. Il devait être un peu triste, enfin c'est ce qu'elle se disait.

- C’est compréhensible, en un sens. Ça doit être difficile de quitter un endroit qu’on a toujours connu plein de vie.

Si certain arrivait à aller de l'avant, à se renouveler et passer à autre chose, d'autre n'y arrivait pas. Chacun avançait à son rythme, c'était tout. Eux aussi avait failli partir pour rejoindre les Odysséens. Même si cette idée ne l'avait pas franchement enchanté au départ, elle avait quand même eu une pensée pour son père et aussi pour Murphy. Elle aurait pu vivre avec eux, ça n'aurait pas été si détestable que ça de quitter leur campement au final. Mais ils avaient pris l'habitude de se débrouiller et de faire leur petite vie sans eux alors au final, elle était contente que les choses se soient passés ainsi.

- Et toi? Ca a pas été trop dur de devoir se séparer de tout le monde? Nous on a presque du rejoindre les autres hommes descendus du ciel. Mais certain ne s'entendent pas super bien alors ça c'est pas fait. Puis bon, on pouvait toujours essayer de reconstruire, il restait de quoi faire.


— code by lizzou —


Admin - The Kids From Yesterday
Near Reinhart
25/05/2015 Emma, plum Liam & Eijah & Saoirse & Cassandre 2366 Colin Morgan lemontart. cass(ini) profil , crack in time, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc Calusa né Rahjak, désormais réfugié chez les Pikunis après la destruction du village par le cyclone. 113
Admin - The Kids From Yesterday


Sujet: Re: Funny sunny day | Ft. Near
Lun 19 Nov - 0:03




FUNNY SUNNY DAY


Mars 2118 : Aliénor & Near
C’était étrange de revenir ici, d’avoir attendu tout ce temps pour se revoir, de revenir sur cette plage après tout ce qu’il s’était passé et en même temps pas tant. Il aimait bien se dire que la vie était encore possible malgré les morts, malgré la tragédie. Tout n’était jamais réellement fini même si le bout du tunnel semble si loin lorsque l’on se trouvait dans la tourmente. Aujourd’hui ? Il avait perdu des proches, de la famille qui était du coin des Athnas et s’ils n’étaient plus avec lui depuis toujours, ils restaient sa famille adoptive et pour le moment ne restait plus que lui. Il n’avait pas de nouvelles de certaines personnes mais se disait qu’il saurait bien. Il ne se voyait pas parcourir l’île pour savoir si des personnes qui avaient choisi de vivre loin des Calusas étaient encore debout sur leurs deux pieds. Il y avait Kate, il y avait Aedan, les noms s’arrêtaient là et à ceux qu’il avait rencontré en chemin. Il y en avait eu beaucoup, il espérait que chacun d’entre eux allait bien mais parfois ils n’avaient tout simplement pas de nouvelles mais cela ne voulait pas pour autant dire que la nouvelle serait mauvaise. Il n’avait pas réellement entendu parler d’Aliénor et pourtant elle était là bien vivante devant lui. L’absence d’une personne qui nous était chère ne voulait rien dire. S’il savait par des Athnas rencontrés quelques semaines plus tôt que sa mère adoptive n’avait pas survécu, pour les autres il préférait se dire qu’il y avait une chance pour qu’ils soient encore présents dans ce monde mais pour le moment il ne voulait pas tellement y penser.

Il préférait profiter de l’instant présent avec celle qui se trahissait en lui posant la question même si devenir la femme invisible n’avait pas été son but, même s’il n’y aurait eu qu’elle pour la rejoindre à cet endroit aujourd’hui. Il eut un sourire nostalgique en pensant à la plage. Elle n’avait pas trop souffert comme si le temps avait voulu l’épargner, la laisser quasi intacte alors que la misère se trouvait à quelques pas. Il y avait des débris ci et là mais avec un peu d’effort, l’on pouvait faire comme s’ils n’étaient pas là. Dans l’ensemble, la plage lui paraissait toujours aussi belle à moins que cela ne soit à cause de ce soleil étincelant qui avait toujours réussi à leur faire tout oublier dans un tel cadre. « C’est compréhensible, en un sens. Ça doit être difficile de quitter un endroit qu’on a toujours connu plein de vie. » Il acquiesce même s’il n’a pas toujours été d’accord. Enfin, le monde fait ce qu’il veut, les Calusa aussi. S’ils veulent rester, ils resteront malgré les difficultés. Lui n’est pas un Calusa, c’est différent. C’est sa deuxième maison, il s’est toujours senti comme chez lui mais il a toujours eu l’envie du voyage, de rencontrer les autres, de ne pas rester en arrière avec l’amertume qui vous prend à la gorge. Ce n’est pas simple tous les jours, c’est parfois même super difficile mais se lamenter n’est pas dans ses habitudes alors il continue parce que c’est comme ça la vie.

« Et toi? Ca n’a pas été trop dur de devoir se séparer de tout le monde? Nous on a presque du rejoindre les autres hommes descendus du ciel. Mais certain ne s'entendent pas super bien alors ça c'est pas fait. Puis bon, on pouvait toujours essayer de reconstruire, il restait de quoi faire. » « Alors vous avez de la chance. » Ca n’avait pas trop été dans ses projets d’en parler aujourd’hui mais ils étaient là ou tout s’était passé alors évidemment c’était sur que le sujet allait tomber. « Oh y’a des jours où c’est pas simple, ça doit être pareil pour chez toi mais c’est pas si mal chez les Pikunis. » Ca lui change de les aider dans les champs plutôt que de passer son temps en mer même s’il le passe tout aussi bien à vadrouiller sur les terres. « J’ai perdu de la famille même s’ils n’étaient plus là depuis longtemps. » C’est pas facile d’en parler parce qu’il n’aime pas ressasser les mauvais souvenirs. « Ils étaient manquants chez les Athnas. » Il explique de façon si simple pour ne pas aller dans les détails, au fond il ne sait pas ce qu’il s’est passé, pas vraiment. « Mais tu n’es pas venue ici pour parler des morts pas vrai, on en a assez vu la dernière fois. » Il a un faible sourire de celui qui tente de changer le sujet de façon malhabile. Elle aussi a peut-être perdu quelqu’un, il n’en sait trop rien. La journée est si belle pour la ternir ainsi même s’il ne les oublie pas pour autant et il sait que c’est pareil pour elle. « Du vrai poisson ça court pas la forêt, ça te tente pour manger ? » Il lui posait la question juste comme ça, savait bien qu’elle devait bien crever de faim à l’heure qu’il est. « Puis l’eau est très bonne et super claire aujourd’hui. » Si elle voulait en parler, il serait la pour écouter mais c’était tout aussi bien de garder pour après, pour plus tard histoire de ne pas passer leur retrouvailles dans la déprime à force d’en avoir trop parlé.

Spoiler:
 


— code by lizzou —


Aliénor Blackwood
20/04/2016 AMNESIS AEDAN + ANDREW 8779 ADELAIDE KANE AVATAR - ME • SIGNA - ASTRA + PRIMALUCE • GIF - CASSINI CARTOGRAPHE + PATROUILLEUR DE DANA 21
✣ Speedy Gonzales ✣


Sujet: Re: Funny sunny day | Ft. Near
Mar 5 Mar - 17:27



FUNNY SUNNY DAY


Mars 2118 : Aliénor & Near
Le son des vagues l’avaient instinctivement mené à lui. Elle savait qu’il serait là à contempler le vaste océan. Après tout, il avait grandi près de la mer, entre les poissons et les marins revenant au port. Elle ne le connaissait pas encore beaucoup mais les petits détails qu’elle avait pu découvrir de lui faisait qu’elle le connaissait presque aussi bien que certain de son “peuple”. Elle ne se trompa pas dans sa déduction et lorsqu’elle vit ses petites bouclettes brune au loin, elle ne put s’empêcher de sourire tellement elle était heureuse de le voir là, si proche d’elle mais à la fois si loin. Aliénor n’était pas très patiente ni même très délicate mais il est une chose qu’elle pouvait faire pendant des heures et ça, c’était de regarder les gens dans leur penser. Elle pensa à Liam que parfois elle observait dormir. Il était tellement plus doux avec les yeux clos et l’esprit rêveur. Enfin bref. Doucement elle s’approche de sa cible et elle parvient à le faire rire, en rigolant elle-même. Ils viennent doucement à discuter de tout et de rien, du passé et de l’avenir, mais surtout du passé. La tempête qui a causé la destruction de son village, la séparation des calusas ou bien encore les morts ou les blessé. Comme il l’avait fait savoir, il est vrai que la plage était bien propre pour un endroit qui avait subi l’une des plus grosses intempéries de son temps. Aliénor se demanda, curieuse, si cet océan, ce sable et ses ancêtres avaient vécu un tel cataclysme, voir bien pire. Il était impensable pour elle que ce cyclone qui les avait touché de plein fouet puisse trouver pire opposant. Bien sur la fin du monde ne comptait, rien n’était plus destructeur que cette fin là. Le cyclone avait été pour certain une fin, pour d’autre un recommencement comme l’avait pu être l’apocalypse. Pour elle, ça avait été une continuité, quelque chose qui s’était passé mais qui ne devait pas les démoraliser pour autant. Certain disparition les avait gravement touché, d’autre moins. C’était juste comme ça, ce qui devait se passer c’était passé et maintenant il fallait avancer. Elle demanda à l'intéressé si certaine chose lui manquait, si son chez lui ou ce qu’il avait avant le rendait nostalgique.

- Oh y’a des jours où c’est pas simple, ça doit être pareil pour chez toi mais c’est pas si mal chez les Pikunis. J’ai perdu de la famille même s’ils n’étaient plus là depuis longtemps.

Elle comprenait. Certaine personne devait sûrement lui manquer comme à eux les cents. Elle pensait notamment à Thaïs mais bien d’autre avait périt ce jour-là. Quand il se mit à parler un peu de sa famille la jeune femme eut un petit pincement au coeur. Elle pensa à son papa dont elle s’était inquiété. Heureusement pour elle les odysséens avaient eu bien plus de chance qu’eux à ce niveau-là et leur nouveau lieu de vie les avait vraiment aidé à mieux passer cette tempête. Cependant, même si il avait de ne pas trop leur parler, Aliénor fut triste pour lui. Perdre des gens de sa famille n’était jamais un événement joyeux, enfin perdre des gens tout court n’était jamais une mince affaire.

Rapidement, et voyant sûrement que toute cette histoire plombait un peu le moral et l’ambiance, Near changea de sujet comme si de rien était. Elle aimait bien cette façon de fonctionner chez lui. Parler de tout et de rien, communiquer sur tout ce qui pouvait leur passer par la tête sans trop se soucier du jugement. Elle lui sourit quand il blague sur les morts, repensant à cette rencontre au cœur de la prison et du squelette qu’elle avait bien faillit embrasser.

- Du vrai poisson ça court pas la forêt, ça te tente pour manger? Puis l’eau est très bonne et super claire aujourd’hui.

- Carrément! Par contre, ça ne m'étonnerait même pas que l'on puisse trouver un poisson avec des jambes en train de courir dans la forêt.

Elle tenta une imitation de poisson marchant peu fructueuse mais cela l’a fit bien rigoler le temps d’un instant. Tranquillement ils arrivèrent près de l’eau. Vivement la jeune femme retira ses chaussures et le tissu qui lui servait de chaussette. Puis, remontant son pantalon jusqu’aux genoux et sans peur, elle s’avança vers l’océan et y plongea ses pieds qui de suite s'enfoncèrent dans le sable mouillé. L’eau était froide mais avec le retour des beaux jours c’était plutôt agréable.

- Par contre… uhm… je sais pas nager, j’espère qu’on aura pas besoin d’aller trop loin hein?

Elle avait un peu peur, c’est vrai. Cette grande étendu d’eau était un peu effrayante quand on la regardait de près. Mais, pourtant, Aliénor avait envie de la découvrir, de s’y jeter corps et âme pour apprendre à la connaître et ne plus ressentir cette méfiance vis à vis d’elle. Elle était persuadé que Near y parviendrait, lui qui avait l’air si à l’aise autant sur les eaux que sur la terre.

— code by lizzou —


Contenu sponsorisé



 

Funny sunny day | Ft. Near

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» funny video
» The funny thing about a strong woman is that she doesn't need you... She wants you. And if you start slacking she'll be content without you. ~ Kanon.
» Ethanael Osborne or how to be clever & funny
» Historique des couples du RPG
» My Funny Valentine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: La mer :: La plage-