Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2250 Brett Dalton Dreamy (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1024
- Whatever it takes -


Sujet: Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]
Mar 1 Mai - 18:35


« J'avoue que je ne pensais pas te trouver là. Encore Rachel en train de ramasser les fleurs, et se balader parmi les lapins, cela semble possible mais toi ?! Tu ne devrais pas être en train de t'entraîner So' ? » Ton que moqueur. Une personne que je ne m'étais pas attendue à voir traîner ici près du potager et l'enclos qui contenait non seulement des lapins mais des cochons sauvages. Ayant bien suivi les instructions données, ayant pensé y trouver Rachel. C'était ce qui était censé arrivé. Censé retrouver Rachel là, du moins c'était à cet endroit précis qu'on m'avait indiqué que je pouvais la trouver. Mais trouver Solveig là c'était totalement nouveau. Solveig ou So comme j'avais tendance à diminuer son prénom que je ne connaissais pas seulement d'ici mais d'avant. D'un autre côté ce n'était pas comme s'il y avait beaucoup de ces jeunes pour ainsi dire que je ne connaissais pas avant.

Là quand ils avaient été enfermés. Là quand il avait fallut repousser la porte derrière eux. Chacun d'entre eux condamnés pour avoir été considéré comme un criminel. Ils avaient été chanceux dans un sens. Ils avaient évité la sanction la plus mortelle. Ne se retrouvant pas expulsé dans l'espace. Nullement condamnés à prendre un ticket ou plutôt un aller-simple en direction de la mort. Parce qu'ils étaient jeunes on avait estimé que leur vie valait le coût, qu'ils pouvaient connaître la rédemption. Ce qui n'était pas tout à fait exact alors qu'autant qu'ils avaient pu connaître cette chance de rédemption, ils avaient été envoyés sur terre. Des cobayes envoyés pour tester la vitalité de la planète, pour nous assurer qu'il était possible de redescendre sans risque. Un atterrissage qui ne s'était pas fait sans risque. Une décision qui n'avait pas été sans conséquences. Une décision qui était aussi restée au travers de la gorge de nombreux. Et si les tensions avaient diminué, c'était pour dire assouplis maintenant, il ne restait pas moins qu'il était parfois délicat de venir là. Pour autant, il était tout aussi important de s'assurer que Rachel allait bien. Elle et les autres. Trop de personnes disparues. L'once de la culpabilité toujours là. Ce sentiment d'échec que je ne pouvais que tenter de chasser d'un geste de la main. Comptant aussi voir s'il avait eu des nouvelles d'Ailina. Toujours à sa recherche quand je pouvais autant que celle de Faust. L'espoir qui faisait vivre alors même que les jours continuaient de s'écouler, que l'incertitude restait.

Et Rachel que je pensais trouver là. Non pas So. La jolie brune que j'avais peut être pas pris sous mon aile mais que je n'avais pu que forcer à surpasser ces limites. Cet éclat d'étincelle dans son regard. Cette détermination qui ne pouvait que me pousser à vouloir voir si elle allait se briser ou au contraire résister. Et elle n'avait pu que me rendre fier alors qu'en effet, il n'y avait pas à dire elle était douée. Mais tout comme Robb, tout comme pour Rachel, il n'y avait pu qu'avoir cette once de déception. Ce regard qui avait changé quand je l'avais vu tabasser un autre garde. Obligé de la mettre hors d'état de nuire avant qu'elle ne fasse pire. Un aller simple en direction des prisons qui existaient encore sur l'arche. Condamnée à aller sur terre. La loi est dure mais c'est la loi. Et la jeune femme qui ne savait toujours pas que j'étais celui qui avait refermé la porte derrière elle, comme je l'avais fait pour tant d'autres.

Sourire que je me forçais à dessiner sur mon visage en chassant ces pensées. Ne venant qu'à m'approcher d'elle non sans jeter un coup d'oeil aux cochons sauvages qui s'agitaient à côté. Un cochon qui serait sans doute plus utile mort que vivant. Mais leur choix alors que leur campement était organisé différemment. Ce qui n'était pas plus mal alors qu'ils n'avaient pu que survivre, s'adaptant à la terre et continuant à vivre malgré les épreuves imposées par mère nature. Et si certes j'aurai peut être préféré revoir Rachel, je n'étais pas moins qu'heureux de voir Solveig. Un ton légèrement moqueur alors que je ne pouvais pas moins que l'observer. Comme si je l'analysais. Comme j'aurai fait auparavant dans les salles réservées aux entraînements. Analysant ses forces et faiblesses pour la forcer à repartir sur un bon pied, ou lever ses bras plus hauts. Toujours ces instincts naturels qui avaient du mal à me quitter, même si pour l'occasion je ne pouvais que la taquiner. « Je doute vraiment que ramasser des plantes puissent t'aider à améliorer ta garde mais allons-y. Après tout cela ne serait pas la première chose étrange qui serait arrivée ici ou que j'aurai vu. » Ce qui ne serait certainement pas le cas alors que la radioactivité avait agi, que les événements naturels se chargeant de nous compliquer la tâche. Bien qu'il était aussi certain qu'il était facile de se compliquer la tâche par nous-mêmes. Chassant aussitôt l'image du rébellion en reportant mon attention sur Solveig. Un moment qui n'était pas celui de penser au rébellion. « Tu aurais pas vu mini-miller d'ailleurs ? brune, taille moyenne, souvent en cuisine ? on m'a dit que je pourrai la trouver ici mais apparemment non. Non pas que cela me dérange de tomber sur toi. » Sourire charmeur aux lèvres alors qu'en effet cela n'était pas le cas. Que satisfait de voir qu'elle était toujours en vie. Un seul objectif : celui de vivre si ce n'était de survivre un jour de plus sur terre. Toujours repousser l'échéance de la mort. Y ayant réussi jusqu'à là. Et elle aussi. Et des retrouvailles qui pouvaient en effet avoir lieux ou disons de nouvelles.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]
Mar 1 Mai - 19:36



Corvée cueillette. Le rêve. Quand on t’as annoncé qu’on te remplaçait pour le tour de surveillance de la journée, que t’avais quartier libre c’matin, les cuistots du campement ont en tout de suite profiter pour t’demander d’leur filer un coup de main. Y’en a qui t’ont demandé d’aller même faire un tour au potager du campement. Pas loin des bestioles dans leur enclos, lapins, cochons, bref, pas très loin de là où ça n’sent pas vraiment la rose.
T’aurais pourtant largement préféré faire autre chose. Genre aller t’entraîner, ne pas rester inactive, d’accord, ramasser quelques légumes et autres plantes ce n’est pas rester inactif, mais ça n’a rien de bien passionnant. T’aurais préféré... t’en sais trop rien, tout mais pas ça en fait, t’as l’impression de perdre ton temps alors que tu pourrais donner deux trois astuces aux plus jeunes parmi les cents, par exemple leur apprendre à se défendre, à savoir où cogner pour déstabiliser l’adversaire.

Leur apprendre... ça te coûte de le dire, c’que Chris t’avais appris. Rien que d’penser à lui, ça t’file de l’urticaire. Uniquement parce qu’il fait partie de ceux qui vivaient encore sur l’Odyssée pendant que toi t’as été envoyée sur Terre. Ce coup-là, les «adultes» ont été complètement inconscients, cons, bref, t’as plein d’noms d’oiseaux en tête pour les qualifier mais tu préfères ne rien dire. Y penser, ça va t’filer un mal de crâne monumental et y’a pas vraiment de pharmacie dans le coin. Enfin... oui et non, tu sais qu’il suffirait d’aller au campement des odysséens pour demander de l’aspirine, mais t’es pas super chaude pour aller les voir.

Moins tu les croises mieux c’est. Surtout que tu ne les porte pas vraiment dans ton cœur depuis qu’ils ont décidé d’éjecter tes parents. Depuis qu’ils t’ont mise sur la liste des cents condamnés, envoyés sur Terre. Enfin, t’es toujours vivante et ce n’est pas grâce à eux ça non. T’es vivante grâce aux Cents, grâce à tes skills en combat, défense, connaissances en herbes médicinales aussi, ça vous a pas mal aidés.

Revenons à nos cochons. Le potager est toujours en bon état, grâce à ceux qui se sont proclamés agriculteurs dans le groupe des cents, parfois tu leur demandes d’faire pousser des plantes médicinales que tu trouves lorsque tu t’éloignes un peu - mais pas trop - du campement. Pour trouver de nouvelles plantes. Pour souffler un peu aussi. T’as commencé à zieuter c’qu’il y avait dans le potager quand une voix te tire de tes pensées. Chris. Un Odysséen. Ton ancien instructeur, enfin, plus le seul qui avait vraiment la patience de tout t’apprendre. Il traîne trop souvent dans le campement, trop à ton goût, toi qui a toujours vu l’arrivée de l’Odyssée d’un mauvais œil. Et ça ne changera jamais.

«J’suis plus sous tes ordres mon grand.» tu réponds du tac-au-tac alors que tu te redresses, que t’étais sur le point de ramasser du houblon, pour ta fabrication perso de bière. Il se permet de faire des remarques. Avant, avant d’être envoyée sur Terre, elles étaient les bienvenues. Plus maintenant.
«J’en ai pas pour longtemps.» tu le fixes pendant quelques secondes, il est certainement là pour trouver Rachel. La brune avec qui il traîne souvent ici, dans votre campement. Tu t’tiens contre l’enclos des bestioles, des cochons qui grognent, des lapins qui grignotent leur carottes, celles que vous ne mangerez pas.
«Elle est pas là, désolée pour toi. Puis...range moi ce sourire charmeur, ça n’prends plus avec moi. Peut-être avec Rachel, mais pas avec moi.» tu soupires, agacée par sa seule présence ici.

«T’en as pas marre de venir traîner au campement, alors qu’on sait tous les deux que t’as participé à l’arrestation de certains ?» Toi aussi, mais la rancœur s’est vite barrée quand ils ont pu voir que tu leur étais finalement utile.

«Tiens rends-toi utile et aide-moi à ramasser quelques pommes de terre.» tu rajoutes, un sourire taquin aux lèvres. «Puis si tu fais bien le boulot, t’auras peut-être la chance d’goûter ma bière faite maison, et d’éviter la fosse aux cochons.»

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2250 Brett Dalton Dreamy (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1024
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]
Mar 1 Mai - 21:06


Cette fissure elle existait. Elle était visible à l'oeil nu, plus ou moins profonde. Cette fissure elle existait réellement entre les 100 et l'odyssée. Et certains jeunes continuaient de rester en colère envers l'odyssée. Pourtant ce n'était pas l'odyssée qui avait pris la décision de les envoyer sous terre. Non. Cette décision avait été prise par le Conseil, un groupe de personne particulier. Mais il semblait plus facile de ranger tout le monde dans la même catégorie, de conserver cette colère à leur égard. Cette fissure elle continuait d'existait, se matérialisant plus particulièrement dans certains comportements. Et là encore je n'allais que pouvoir retrouver cette fissure en l'entendant parler.

N'ayant pu que la taquiner alors qu'elle était là dans ce potager, et non l'entrainement. Que conscient à vrai dire qu'il n'était possible d'avoir une seule tâche, qu'il était autant nécessaire de mettre la main à la pâte. Nécessaire d'aider les autres. Ce qui semblait aussi une juste action à réaliser. Bien qu'il était certain, qu'il était tout aussi étrange de retrouver la jolie brune là et non sur un terrain d'entraînement. « J’suis plus sous tes ordres mon grand. » « Je sais. » Un simple constat. Elle ne l'était plus en effet. N'étant plus cette rookie que je devais entrainer. Elle avait grandi, évolué. Elle s'était forgée une place sur terre. Ne semblant que naturel qu'elle ne puisse vouloir répondre de ses anciens supérieurs. Ici, ils avaient acquis leur liberté. La nécessité que deux camps se forment. Ce qui ne me semblait mieux qu'à vrai dire. Des décisions du conseil qui n'étaient pas toujours appréciées. D'autant que cela n'était pas pour rien que je faisais partie du mouvement rebelle. Mon regard qui restait posé sur la jolie brune alors que je l'observais calmement. « J’en ai pas pour longtemps. » « Prend ton temps, je ne suis pas pressé. » Des visites de quelques heures quand je pouvais. M'arrangeant parfois avec certains gardes pour les remplacer ensuite. Disposant en effet de cette source de temps, bien qu'il me faudrait tôt ou tard rentrer. L'impossibilité de s'absenter pendant une longue durée à moins d'avertir Skylar ou Richard. Un protocole à respecter auquel j'étais habitué. Mais parfois quelques heures étaient suffisantes pour s'assurer que tout allait bien, me rendant compte qu'en effet, j'en avais besoin. En ayant besoin plus que je n'aurai pu m'en douter. Une vie trop précieuse pour être gaspillée que rapidement.

Et aussitôt je ne pouvais que lui demander si elle avait vu Rachel non sans lui donner une brève description au passage. N'ayant à vrai dire aucune idée si les deux jeunes femmes étaient amies ou non. « Elle est pas là, désolée pour toi. Puis...range moi ce sourire charmeur, ça n’prends plus avec moi. Peut-être avec Rachel, mais pas avec moi. » Cet éclat dans mon regard qui changeait alors que remarquais que tout son comportement trahissait des signes d'agacement. Des signes d'agacement qui existaient. Des signes de colère que je n'avais pu que déjà noter lors de nos précédentes rencontres à l'égard de l'odyssée, de ces adultes qui les avaient envoyés là sur terre. Aucun mot qui était dit alors que je me contentais de l'observer, comme lorsqu'elle prenait trop à coeur l'entrainement et que je me contentais de la regarder, impassiblement. « T’en as pas marre de venir traîner au campement, alors qu’on sait tous les deux que t’as participé à l’arrestation de certains ? » La rancoeur toujours là. Le coeur du problème. Des décisions qu'elle n'avait toujours pas accepté. N'étant pourtant pas responsable de son arrestation alors qu'elle seule avait enfreint la loi. Y ayant participé certes en suivant les ordres et la mettant derrière ses barreaux. Mais il n'était que facile de rejeter la faute sur les gardes. N'étant d'autant moins responsable de son envoi sur terre alors que personne n'était au courant. Des remarques parfois immatures que je passais outre alors que c'était calmement que j'en venais à lui répondre. « J'ai fait ce qu'on me demandait. » Ne précisant pas que dans ce cas-ci, j'avais été celui qui l'avais mis hors d'état de nuire. Ne comptant jeter plus d'huile sur le feu. « La loi est dure mais c'est la loi. Et tu peux t'énerver contre moi si cela te fait plaisir, mais rien ne changera au fait que je n'étais pas celui qui prenait les décisions, seulement celui qui les exécutait. » Mon regard qui ne l'avait pas quitté, peut être cette note de désapprobation en son coeur. Plus douée que cela. Plus intelligente que pour s'arrêter à ces idées fixes, et à retenir cette rancoeur qui ne lui permettrait pas d'avancer. Peut-être cette pointe de déception pourtant masquée alors que je l'observais.

Et un ton pourtant plus léger qu'elle employa lorsqu'elle reprit la parole. « Tiens rends-toi utile et aide-moi à ramasser quelques pommes de terre. » « Entendu. » Ce qui ne me dérangeait pas, loin de là. « Puis si tu fais bien le boulot, t’auras peut-être la chance d’goûter ma bière faite maison, et d’éviter la fosse aux cochons. » « Il faudrait déjà que tu arrives à me mettre dedans. » Lueur de malice alors que là était une autre question. Ne revenant pas sur le fait qu'elle créait sa propre bière maison. Me contentant aussitôt d'aller ramasser les pommes de terre. Et si je ne m'occupais de la partie agriculture, je ne pouvais que noter certains détails tout en effectuant des comparaisons avec ce qui existait déjà au sein de l'autre campement. Quelques instants de silence qui s'écoulèrent avant que je n'en vienne à reprendre la parole. « Qu'est-ce que tu deviens So ? A moins que le So soit trop impersonnel ? » Une simple question pour voir à quel point la fissure était profonde, sans pour autant rechercher le conflit. A moins que peut être ce ne soit ce qu'elle ait voulu depuis le début.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]
Mer 2 Mai - 21:18

Tu prends vraiment sur toi depuis qu’il s’est pointé au potager. Tu prends sur toi pour n’pas l’envoyer chier comme tu sais si bien le faire. Pour ne pas l’envoyer chier, plus qu’avant, plus que quand vous étiez encore tous les deux sur l’Odyssée. Tu ne saurais dire si cette époque te manque. Non. Ou peut-être un tout petit peu, peut-être que si tu avais mieux géré le coup, tes parents seraient toujours là. Et t’aurais pas été envoyée sur Terre. Enfin t’y serais ptêt quand même à tous les coups, mais avec tes vieux. Bien vivants. T’aurais pas eu besoin d’te casser le cul pour survivre. Un peu quand même, mais moins avec le reste des odysséens.

C’est en partie pour ça que t’es haineuse envers eux. Eux, ils ont pas eu cette peur en arrivant sur Terre après vous, eux, ils ont su que l’air était respirable grâce aux Cents, pas grâce à eux.
Mais Chris... tu n’peux pas continuer éternellement à lui en vouloir. Vous êtes tous les deux responsables de quelques arrestations des Cents présents dans le campement, tu n’peux pas continuer à ressasser le passé. T’as survécu avec eux pendant quatre ans. Les rancœurs ont disparu, petit à petit, difficilement, mais c’est fini.

Tu n’sais pas si tu seras capable d’apprécier de nouveau les Odysséens, mais avec le temps qui sait un jour ?
Alors non, tu n’es plus sous les ordres de Chris, même si tu dois l’avouer ce temps-là te manque, bien sûr tu t’retiens de le lui dire, il serait trop fier, et en profiterait très probablement pour te taquiner sur ça. Le connaissant ouais, il en serait capable ce con. Tu l’écoutes blablater sur comme quoi la loi c’est la loi, que tous les deux vous exécutiez les ordres et que vous n’aviez pas grand chose à redire ça. De toute façon ça n’aurait servi à rien. Mais toi, t’as pas supporté qu’on s’en prenne à tes parents. T’aurais dû prendre sur toi, mais ça a été tout le contraire.

«T’as raison, j’vais passer mes nerfs sur toi.» tu réponds, un peu amusée, toujours charmée par son sourire, ça t’agace tellement que si jamais l’occasion se présente, tu le pousseras dans la boue avec les cochons. Ça lui apprendra.
«Si j’y arrive ? T’inquiète pas pour ça, tu sais très bien que j’en ai pas l’air, mais j’ai d’la force.» tu le fixes très sérieusement, alors qu’il se met au boulot, à ramasser des patates par-ci par-là pendant que tu ramasses de ton côté quelques carottes et autres légumes mangeables.

«C’que je deviens ? Je survis, j’suis soldat au campement, j’ai commencé à entraîner les plus jeunes aussi, en leur donnant... les mêmes conseils que tu m’donnais. T’as toujours le droit de m’appeler So’ tu sais. J’te déteste pas Chris.» tu le rassures, un peu, pas trop, qu’il n’y prenne pas goût non plus.
«Et toi ? La vie avec les odysséens se passe bien ?»

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2250 Brett Dalton Dreamy (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1024
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]
Lun 7 Mai - 13:44


«T’as raison, j’vais passer mes nerfs sur toi.» Ce qu'elle pouvait faire autant que non. Et mon regard qui restait posé sur elle pendant un bref instant avant que je n'en vienne qu'à continuer de prêter la main à la pâte. Et ce ne fut qu'avec un ton bien plus détendu, que je ne pouvais que la mettre au défi de me mettre à côté. La mettant au défi de me pousser dans la fosse aux cochons autant qu'il en soit possible. «Si j’y arrive ? T’inquiète pas pour ça, tu sais très bien que j’en ai pas l’air, mais j’ai d’la force. » « Je n'en doute pas sur ce point. » L'ayant formé pour qu'elle gagne en masse musculaire. Un début nécessaire avant de pouvoir passer à des entraînements bien plus physiques, plus intenses. N'ayant pas hésiter à la pousser à se réveiller tôt pour venir s'entraîner. Des entraînements que je ne pouvais qu'organiser au coeur de l'arche de métal, au sein de l'espace dès que je pouvais. Mon rôle de garde, de soldat passait avant. Puis en parallèle, je ne pouvais qu'user le temps qui restait pour profiter auprès de la bande, auprès de mes amis si ce n'était que j'en étais venu à prendre plaisir à entraîner certains comme Siobhan, comme Solveig.  Des jeunes dans lequel il me semblait déceler cette étincelle que je ne pouvais que tenter de former. Mais s'il y avait les entraînements, les temps passés à profiter, il y avait aussi le mouvement rebelle. Bien que peut être il était plus facile d'admettre que là-haut les choses étaient plus simples. Des choses qui étaient plus strictes mais peut être aussi plus simples en effet. Ce qui était aussi appréciables à vrai dire. Mais le monde ne pouvait qu'évoluer, changeait. Ce qui était toutefois certain était que la jeune femme avait gardé sa force musculaire. Sa silhouette athlétique le prouvait. Et ores et déjà cette étincelle dans mon regard alors que je ne pouvais que me demander ce qu'il en serait si nous nous combattions amicalement l'instant d'après. Des entraînements qui avaient toujours lieu pour le corps militaire alors que le nouveau local nous avait permis d'acquérir un véritable endroit. Un corps militaire qui existait bel et bien même si la guerre n'était pas à nos portes pour le moment.

Mon regard qui ne pouvait que se poser sur elle alors que je pouvais que lui demander ce qu'elle devenait. «C’que je deviens ? Je survis, j’suis soldat au campement, j’ai commencé à entraîner les plus jeunes aussi, en leur donnant... les mêmes conseils que tu m’donnais. T’as toujours le droit de m’appeler So’ tu sais. J’te déteste pas Chris.» En effet, chacun ne pouvait survivre. Ce que nous faisions le mieux. Sans doute fier quand elle avouait s'être mis à donner des conseils à certains, les mêmes que je lui avais donné. Bien qu'autant il était facile d'acquérir des conseils, certaines techniques étaient apprises par soi-même. Chacun ne pouvant que trouver sa propre voie. Et ne pouvant autant que me demander si elle se mettrait à me détester si je lui disais être celui qui avait refermé la porte derrière elle. Une question qui restait suspendue dans mon esprit. Un point d'interrogation que je ne mentionnais pas à voix haute, pour ne pas raviver le passé ou même jeter de l'huile sur le feu. Au contraire je ne pouvais que prendre la parole. « Et je ne doute pas que tu as développé tes propres techniques. » Sortant au passage mes lames que je lui montrais. « Quel type d'arme as-tu choisi ? » La curiosité là. Des arcs qui avaient pu être construits. Certains qui préféraient les lances, mais de mon côté, il restait certain que c'était ces lames que j'avais choisi, qui ne me quittaient pas. Vigilance constante. Chacun qui restait armé alors qu'il était que préférable d'être prudent. Une pointe de méfiance ou de paranoïa qui nous permettait de rester en vie, de survivre. Certains qui préféraient autant se battre avec leur poing. Un choix propre à chacun qui pouvait être logique. Des armes qui ne devaient que devenir l'extension de son propre bras, de son propre corps. Des armes qui étaient différentes de celles qui existaient sur l'odyssée. Ou du moins il était possible de dire que là il n'y avait pas d'armes à feu, exceptées celles gardées ou celles volées par le rébellion.

« Et toi ? La vie avec les odysséens se passe bien ? » « Toujours garde. Toujours vivant. Et oui, la vie avec les odysséens se passe bien. » Semi-vérité. La vie se passait bien mais il ne restait pas moins que des points de divergence existaient. Le mouvement rebelle qui existait. Des désaccords. Des disputes qui pouvaient surgir. Mais l'essentiel était de rester en vie alors que là était toujours le cas. Et un campement qui était sans hésiter que plus confortable que le précédent, plus facile à protéger d'autant. Certaines décisions critiquables, d'autres moins. « Le cyclone a fait des dégâts, mais le campement n'a pas été particulièrement endommagé. Et tout est désormais réparé. Le vôtre ? » Des échos que j'avais entendu. Thaïs qui était morte, qu'il n'avait été possible de sauver. La vie qui continuait en dépit du lot de tristesse apporté. Et des dommages qui avaient été pour la plupart réparé alors que chacun ne pouvait que tenter de reprendre du poil de la bête, de rester soudés. Des émissaires qui étaient d'autant arrivés en début de semaine au campement, porteur d'un message, invitant les natifs et ceux venus du ciel à se réunir. « Viendrez-vous lors de la réunion avec les autres tribus ? » Ce qui serait mon cas, mais me demandant aussitôt quel serait les faits de leur côté, s'ils viendront. Un aller-retour facilité. Des échanges facilités. Mais des décisions prises séparément, sans doute pour le mieux. Tout qui n'était pas pardonné.


Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7015 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 1854
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]
Dim 24 Juin - 21:08

RP archivé suite à la suppression de Solveig

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]

 

Potatoes have skin. I have skin. Therefore I must be a potato. [Solveig]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» skin d'un tigrou
» [Achat]Skin de chat
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]
» Skin Interface
» [skin]Magie sur ma skin de chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-