Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Eirik ♣ there are no good guys
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3161 Juno Temple signa Beylin 11
Admin


Sujet: Eirik ♣ there are no good guys
Mar 1 Mai - 10:29


01 mai 2118


Cela fait combien de temps qu’ils sont sur Terre ? Sans doute trop de temps. En réalité, la jeune blonde se sent un peu minable parfois, vis à vis de ses capacités et des choses dont elle a été capable. Charlie est maladroite sur bien des points mais sur celui-ci c’est pire que tout, et c’est vraiment là que se situe le gros du problème. En réalité, après les quoi ? Trois ou quatre années passées ici (il est difficile parfois de tenir le compte) et il serait normal qu’on sache enfin se retrouver au coeur de la forêt. Surtout quand on est patrouilleur et qu’on doit gérer le campement de nuit. Mais allez donc savoir, tout semble plus facile pour elle la nuit, c’est une réalité qu’elle ne comprend pas forcément, encore une fois. Et en général, elle fait toujours de son mieux pour ne pas s’attarder sur tout ça. Est-ce une réussite ? Absolument pas. Mais au coeur de la forêt, tout se ressemble et la blonde se demande sincèrement comment font les gens pour ne pas voir que tout se ressemble hein. Lui, il n’y comprend absolument rien. C’est une affaire qu’elle ne comprend pas. Perdue ? Totalement. Et elle a beau regarder autour d’elle, elle ne comprend absolument rien à ce qui peut bien se passer. C’est une affaire qui lui prend sincèrement la tête, en tout cas, et ça ne peut pas continuer comme ça. Hors de question. Vraiment hors de question.

Tout était relativement bien parti, en plus. Il faisait enfin bon, la météo semblait avoir décidé à se montrer clémente. C’était un peu un besoin, une nécessité, si on peut le dire ainsi. Il faut savoir profiter un minimum, en tout cas. L’hiver, c’est un peu une saison qu’elle ne supporte que par manque de choix. Elle s’étonne de ne pas avoir attraper une saleté de maladie, d’ailleurs. Le froid a bien failli dévorer ses doigts de pieds. Mais que peut-elle bien y faire ? Des chaussettes en poil d’animal ? Et à quel moment est-ce que ça ne démange pas ? Les options ne sont pas aussi nombreuses qu’on ne pourrait bien le vouloir. Les choses étant comme elles sont, elle n’est que trop du genre à s’offusquer de bien des choses. Et elle ne risque pas de changer de méthode ou de manière d’être. A quoi est-ce que ça pourrait bien servir ? Elle fait ce qu’il faut, quand c’est nécessaire, mais le reste ne l’intéresse guère.

Mais son problème du jour n’a strictement rien à voir avec le temps. Même s’il avait plu, la situation aurait été relativement identique.  En réalité, la jeune femme est perdue. Tous les arbres se ressemblent, et ce ne sont pas les oiseaux chantant qui vont lui permettre de trouver la bonne direction à prendre. Elle est là, le nez levé, à regarder en l’air en espérant parvenir à voir le ciel. Comme si ça allait l’aider à se diriger. Il ne faut pas rêver. Elle finit par baisser la tête, mais le sol ne la guide pas davantage. Au moins, à rester immobile comme ça, elle s’est mise à devenir plus ou moins invisible. Et ça a carrément bien aidé. Ce n’est pas négligeable.

Surtout lorsqu’un homme passe non loin d’elle. Elle est vraiment discrète, au milieu des arbres, visiblement. Et la situation la fait légèrement sourire. Pourtant, il pourrait avoir de mauvaises intentions. Pire, il pourrait la tuer en imaginant un danger si elle débarque à son niveau et se fait un peu trop brusque. Oui, son sourire ne tarde pas à disparaître. C’est qu’elle est capable de se faire peur cette idiote. Elle décide d’inspirer un grand coup, de serrer les dents et serre les poings, aussi. Elle ne doit pas s’attarder trop longtemps, sinon, il va finir par s’envoler, par disparaître et ce serait sans doute pire que tout.

Elle décide donc de bouger et de s’avancer vers lui. Doucement, mais pas trop. Elle va même jusqu’à marcher sur une branche exprès pour que ça fasse plein de bruit. Hors de question de faire sursauter un Terrien. On ne sait jamais, s’il a de bons réflexes. ”Je viens en paix !”. S’il ne parle pas anglais, elle vient en bruit, surtout. Tant qu’il n’essaie pas de la tuer…
AVENGEDINCHAINS

avatar
15/06/2015 Gen Deng, Leary Wrath, Skylar Rees, Cyd Raye 359 Colin Farrell ABΔИDON ancien esclave, participe à la rébellion Rahjak Rahjak 0


Sujet: Re: Eirik ♣ there are no good guys
Mer 6 Juin - 22:04

Il avait été jusqu’à la mer, il avait besoin de voir l’eau. Eirik n’allait pas bien en ce moment et plus le temps passait, plus son corps semblait fatigué, rattrapé par les années dans les mines. L’homme devait prendre de plus en plus de plantes pour faire taire les voix, furieuses d’être retenues, muselées. L’eau l’avait apaisé rapidement et il était resté plusieurs jours là-bas. Il avait pu constater que le village des calusas n’était plus. Le cyclone avait dû les balayer. Il avait échappé et survécu à la fameuse tempête, reculé du monde, cloîtré dans une grotte. Maintenant, Eirik constatait que le monde avait changé et que les tribus s’entraidaient. Quel étrange spectacle qui se déroulait devant les yeux. L’homme se dit qu’il devrait bouger, ne pas rester statique. C’était mauvais, cela le rendait paranoïaque. Il pensa à Elouan et regarda Avoine qui était non loin de lui. A la mort de l’autre homme, ou du moins il l’avait laissé pour mort, le chien des montagnes l’avait suivi. Eirik n’avait pas eu le cœur de le chasser, il s’était contenté de lui jeter de la viande les premiers jours avant de le laisser approcher. L’ancien esclave ne savait pas quoi penser de cet animal. Les chiens étaient pour les maîtres esclaves selon lui. Il avait beau avoir quitté Rahjak depuis longtemps, certaines habitudes restaient.

L’homme savait qu’il devrait bouger tôt ou tard et cela le stressait. Néanmoins il n’avait pas le choix, il devait bouger, c’était une question de survie. Il ne pouvait pas rester sur ses acquis, clairement. L’homme se redressa et siffla, aussitôt Avoine se redressa et le regarda, la langue pendante. L’homme s’approcha de l’animal et le flatta. Il pensait souvent à Elouan et se dit qu’il garderait toujours une forme de respect pour cet homme qui avait semblé dangereux. Le brun s’approcha de son étalon gris qui broutait sagement, pour une fois. Il ajusta le harnachement et le détacha. L’animal réagit aussitôt, tentant de partir loin, plus pour l’image que pour réellement s’enfuir. L’homme n’eut qu’à tirer sur les rênes pour le calmer. C’était presque un jeu entre ces deux-là. Eirik se hissa en selle et n’eut qu’à lui presser les flancs pour laisser l’équidé partir de manière vive, tout en le retenant un peu car ils avaient une sacrée route à faire. Avoine trottinait à côté d’eux, mais partait de temps en temps. Eirik ne se faisait aucun souci, il savait que le chien reviendrait. Il ne s’inquiétait pas vraiment. L’homme savait précisément où il allait. Il allait non loin du campement des cents.

Il ne savait pas ce qu’il cherchait. Le brun se laissait guider par ses pulsions. Peut-être que voir une fille du ciel allait lui retirer ce sentiment qui le dévorait, de la mélancolie. Depuis la mort de Kyran, il n’était que l’ombre de lui-même. Comme si une dernière part de lui était partie et que cette fois-ci, c’était plus douloureux que la dernière fois. L’homme ne savait pas s’il allait s’en remettre, il se faisait tellement vieux. Son corps souffrait en plus de son esprit. Il enchaîna les kilomètres, se reposa quelques heures. Il sut que quand il remonta en selle, c’était pour y aller directement sur le lieu de sa destination. L’homme traversa le pont et décida qu’à partir de là, il pouvait continuer à pied. Il laissa son étalon à l’abri des regards et attaché. Eirik eut vaguement une pensée pour Avoine, se demandant bien où se trouvait la bête, mais ne se faisait pas trop de souci, il le verrait bien. Le brun traversa la forêt, silencieux, mais bien loin de se douter qu’on l’observait. Une branche craqua et lui fit tourner vivement la tête. Était-ce un mercenaire qui venait de le coincer ? Il ne s’y attendait pas, mais une voix féminine s’adressa à lui. Il se figea complètement et soudainement, il vit une chevelure blonde. Lui avait-elle parlé en anglais ? Oui car il avait à peine compris les mots qu’elle avait dit. « N’approche pas. » Il parla automatiquement dans sa langue natale, ne disant rien en anglais. Il n’avait pas pratiqué depuis des mois et même s’il savait parler anglais, aujourd’hui il ne voulait pas le faire.

Il avait un peu aboyé les mots, en se disant que la femme comprendrait très bien son ton. Eirik pivota légèrement, mettant clairement une distance entre eux deux. « Qui es-tu ? » Il avait dit cela en anglais, mais en articulant très mal et avec un très fort accent. Un accent qui pouvait entraver la compréhension. Il la détailla sans même s’en cacher. Visiblement, c’était une fille du ciel, aucun doute en la voyant. Il venait de trouver sa distraction.

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3161 Juno Temple signa Beylin 11
Admin


Sujet: Re: Eirik ♣ there are no good guys
Mer 4 Juil - 19:35


There are no good guys

01 mai 2118 ;; Charlie n’a pas eu l’occasion d’affronter beaucoup de Terriens. Encore que le terme n’est peut-être même pas le bon. Il faut dire que la jeune femme ne sait pas toujours comment il faut parler d’eux. Il y a eu la guerre puis la paix et désormais, on tâtonne pour trouver un terrain sur lequel on pourrait finir en paix. Elle ne saurait dire comment elle doit s’y prendre, et elle n’a pas non plus envie de se tracasser pour aussi peu de chose. C’est une douleur qui tape dans le bide. On n’a pas envie de voir le monde s’écrouler et en même temps, on a envie de faire les choses comme il faut, ce n’est pas facile. Ce monde, il est compliqué, parfois, et juger des gens sans les connaître en fonction de ce qu’ils sont capables de faire, ce n’est pas aisé. Elle veut croire en la paix, elle veut croire que les choses pourraient éventuellement changer et évoluer autrement. Mais ce n’est pas facile si personne n’y met du sien. Elle essaie et elle observe, elle ne saurait dire comment faire les choses. Mais elle a envie d’imaginer que ça pourrait se passer de la bonne manière. Elle a envie de croire, elle a envie d’espérer, mais ce n’est pas toujours évidente. Charlie est pleine de rêve mais parfois, ce n’est pas suffisant.

Alors elle l’observe, se fait remarquer et elle ne sait pas quoi dire. Elle a peur, parce que ses mots sont susceptibles de faire un bordel insupportable. Elle ne s’étonne pas des décisions qu’elle prend et parfois, elle les regrette. Elle cherche, se dépatouille et ses quelques mots paraissent dérisoirs. Elle se sent minable. En réalité, ridicule, clairement. Parce que la paix n’est pas toujours facile à mettre en place. Dire qu’on ne veut pas de mal à quelqu’un, ce n’est pas évident, parce que la personne ne nous connaît pas. Et ça, elle le sait et c’est justement le problème. En réalité, Charlie ne saurait pas comment lui demander de la croire. Il ne la connaît pas et il pourrait mal prendre un quelconque geste de sa part. Vu qu’elle est gauche, elle a parfois peur de fauter. Et elle ne pourrait pas lui en vouloir de s’être trompé ou d’avoir mal pris ce qu’elle dit. Son intention n’est pas de faire mal aux gens, mais elle sait que ça arrive parfois. Son caractère n’est pas toujours facile à gérer et par moment, elle est insupportable à crever. Elle le sait et puisqu’elle en est consciente, elle essaie parfois de prendre des gants. Elle n’y arrive juste pas toujours.

L’homme est grand, il paraît fort. Impressionnée, la jeune femme garde les mains levées pour lui montrer à quel point il a mal, à quel point les choses peuvent mal se passer, parfois. Elle ne sait donc pas vraiment quoi dire et elle n’ose pas parler davantage. Elle sert les dents, et elle attend. Si ça se trouve, il va lui tomber dessus et lui faire salement mal. Peut-être qu’elle va mourir, là, dans quelques instants. Elle n’a pas assez vécu, surtout pas depuis qu’elle est sur Terre. On ne peut même pas dire que sur Terre, les choses se soient passées comme elle l’avait imaginé au moment où elle avait posé un pied sur l’herbe. Et puis bon, la guerre n’avait rien arrangé après. Elle sait en tout cas que certains natifs ne s’inquiètent pas de ce qui pourrait se produire s’ils brisaient le traité. D’ailleurs, il lui semble que les tribus ne sont même pas toutes concernées. Il n’y a qu’à voir le peuple du désert qui avait enlevé des gens, ça n’aide pas vraiment à développer quelque chose. C’est compliqué.

Enfin bon, pourquoi faudrait-il pour autant que ça se passe mal hein ? Elle inspire un grand coup, si ça se trouve, il est super gentil et il va lui proposer de passer un peu de temps avec elle. Il va peut-être même lui apprendre des choses, elle ne saurait le dire. Et surtout, elle panique.

« N’approche pas. ». Elle n’a rien compris. Il a parlé dans sa langue. Il a dit quoi ? Elle soupire, faut vraiment qu’elle en trouve un suffisamment sympa pour comprendre ce qu’il peut bien lui dire. Mais elle voit bien que ce n’est pas forcément gagné. Soit il l’invite à rester, soit il lui dit de se barrer. Dans tous les cas, vu qu’il a gardé une certaine distance de sécurité, elle ne sait pas ce qu’elle pourrait faire pour survivre. Et elle n’est pas forcément à l’aise non plus. Bon, il faut qu’elle devine ce qu’il a dit. Au vu de sa gestuelle, ça n’a strictement rien de rassurant. Il a peut-être insulté sa mère en plus. Bon, là, elle va loin. Faudrait peut-être qu’elle arrête de réfléchir et qu’elle réponde un truc. Mais qu’est-ce qu’on répond quand on n’a même pas compris ce qu’on nous a dit ? Parce que là, pour le coup, elle n’en a pas la moindre idée et c’est un peu frustrant. Ou alors, il est vachement cordial et il l’a juste salué. ” Je vais bien merci !”. Oui, bon, quel est le degré de chances que c’est ce qu’il vient de lui demander ? Faible, certes, mais il faut y croire un peu ! On sait jamais, si elle se trompe, il va peut être quand même trouver ça drôle ?

« Qui es-tu ? ». Finalement, il n’a sans doute pas dû lui poser une question tout à l’heure, vu qu’il ne se met à parler anglais que maintenant. Ce n’est pas terrible et elle a plissé le front pour essayer de comprendre, mais il lui semble avoir entendu qu’il lui demandait qui elle était. Bon, redire qu’elle vient en paix, ça, ne servirait à rien. Mais il a forcément compris l’idée hein ? Bon, bah elle n’a plus qu’à se présenter maintenant. Et il faut qu’elle soit brève. Faudrait pas qu’en plus elle lui tape sur le système. Quoique, c’est peut-être déjà le cas juste parce qu’elle est entrée dans son champ de vision. Il y en a qui aime être seul avec eux-mêmes. ” Euh bah moi c’est Charlie ! Je suis une gentille !”. Enfin ça dépend, elle ne s’avouera pas vaincu, s’il l’attaque, elle répliquera. Et elle perdra, clairement. Mais au moins, elle aura essayé ! ” Et toi ?”. Si ça se trouve, il va même pas lui répondre et il va s’en aller. Et elle sera là comme une débile. Ouais, de toute manière, elle a l’air d’une débile déjà.
AVENGEDINCHAINS

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Eirik ♣ there are no good guys

 

Eirik ♣ there are no good guys

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bruce Wayne | Batman | 20 years in Gotham, how many good guys are left...
» Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde :: La clairière-