Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Intrigue n°21 : We Survive Together
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

avatar
19/12/2017 mika. Teagan S. Peverell 729 Jared Leto A: Schizophrenic Animiste pour la vie & Des aptitudes en Notions de soins, Zoologie mais aussi Gardien du Savoir. Naori 57



GÜZIS
& COMMUN

We Survive Together

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Calé contre ton tronc, tu t’accordais quelques minutes pour souffler, profiter de l’ombre, profiter aussi de t’éloigner un peu du gros de la foule… Tu avouerais volontiers que tu ne t’attendais pas à voir tant d’affluence à cette foire. Tu n’avais jamais été très friand de la foule. Les enfants entassés pour t’écouter raconter des histoires étaient une chose, devoir prendre garde à chaque geste, chaque pas pour ne heurter personne, en était une autre. Tu espérais du fond du cœur que tout se passe bien, car tu appréhendais un peu un éventuel problème dans toute cette foule, que tu observais d’un œil fatigué appuyé à ton arbre, ombre de fortune, alors que ta gorge sèche te réclamait son du sans que tu ne saches trop pour le moment comment accéder à sa requête. Tu avais l’habitude de la forêt, pas de ce sable et de ce temps aride qui circulait dans le désert. Tu n’avais pas prévu assez, maladroit que tu étais, malgré ce que tu avais pu apprendre du désert, malgré que tu t’y sois plus ou moins préparé. Mais tu n’étais pas désespéré pour autant, tu ne doutais pas de trouver quelque chose à boire par ici, ou peut-être même simplement te rafraichir au bord de l’eau… Tu survivrais, tu étais bien plus tenace que cela, mais la marche dans le désert t’avais fatigué plus que de raison, il te fallait quelques instants pour récupérer, tu en étais certain, quoique tu aies espéré être plus solide que cela face aux éléments. C’était dans ce genre de moments que tu remarquais que tu n’étais plus si jeune que tu aurais voulu te le faire croire.

Tu étais dans ta contemplation, perdu à regarder la foule aller et venir d’un étal à l’autre, lorsqu’une voix te sortit de tes pensées. Tu tournas vers la demoiselles tes grands yeux d’azur, sondant un instant son visage. Tu n’aurais pas pu assurer la connaître personnellement, mais sa mine ne t’était pas inconnue. Elles étaient rares, les personnes de ton village que tu ne connaissais pas vraiment. Après tout, tu étais peut-être une ombre dans le village, mais tu étais toujours un peu partout en même temps et les jeunes Naoris n’échappaient le plus souvent pas à ton regard. Tu ne penserais donc pas te tromper en te suggérant qu’il s’agissait peut-être de l’une des nouvelles venues dans votre tribu. Tu n’avais pas encore eu le temps d’assimiler tous leurs visages avec tout ce qu’avait apporté le cyclone en travail supplémentaire. Même toi qui n’étais pas un grand habile lorsqu’il s’agissait de construire, tu avais su mettre, à ta mesure, main à la pâte. Tu n’avais pu retrouvé ta maison dans les cimes pour le moment, mais tu espérais vivement que cela arrive bientôt, les étoiles te manquaient… La possibilité de disparaître sans être vu de personne aussi, peut-être. Tu rendis son sourire à la jeune femme par un sourire sincèrement aimable, un peu fatigué aussi. Tu sentais déjà tes lèvres sèches, preuve un peu folle de la vitesse qu’avaient les éléments pour vous rappeler leur présence. « Chaud, oui. C’est le moins qu’on puisse dire. Je pense que j’ai sous-estimé le désert… » ou sur-estimé ton propre corps, mais sans être égocentrique tu avais encore ta petite fierté, tu n’étais pas un vieillard. Tu tiras encore un peu sur les tissus qui te couvraient, te maintenant dans une relative sensation de fraicheur malgré tout, mais pas suffisante. « J’avouerai préférer le climat de la forêt… » lui soufflas tu dans un demi sourire un peu ennuyé. « Tu n’es pas d’ici non plus, je me trompe?.. Mais tu as l’air de t’en sortir mieux que moi… »

Tu ne terminas pas ta phrase, coupé par cette gourde qui te fut tendue sans que tu ne comprennes, sur l’instant, ce qu’il se passait ni qui était cette personne qui s’était approchée de vous accompagnée de près par un cheval qui faisait d’ailleurs froncer les sourcils à quelques passants certainement ennuyées par sa masse imposante au milieu d’une telle foule. Ton regard ne traina pas trop longtemps sur l’animal qu’il s’était de nouveau glissé sur l’inconnu, après un bref regard à la jeune Kovarii… Celui-là en revanche, tu ne le connaissais pas, et la présence du cheval te laissas imaginer, certainement sans trop te tromper qu’il s’agissait justement de l’un de ceux pour qui le désert n’était plus vraiment une nouveauté. Tu tendis la main pour attraper la gourde avec une délicatesse qui traduisait peut-être de ta surprise plus que d’une quelconque méfiance. Certains t’auraient peut-être sommé de te méfier d’ailleurs, il y aurait pu y avoir n’importe quoi dans cette gourde, mais même à ton âge, tu restais un grand naïf. Un « Merci. » franchit tes lèvres, plein d’humilité, alors que tu n’hésitas pas très longtemps pour l’ouvrir et avaler quelques gorgées qui te parurent au moins aussi sèches que sources de bien-être. Mh, décidément, aller se rafraichir vers l’eau un peu plus loin serait une bonne idée. Tu refermas la gourde pour la tendre à l’homme en retour, tu ignorais, pour tout dire, s’il comptait ou non la récupérer, mais tu imaginais ce geste plus prudent. On t’avait toujours dépeint les Rahjak d’une façon qui ne t’aurait pas donné envie de passer pour un voleur, quoique pour une première interaction, tu étais agréablement surpris, malgré qu’il ne vous ait pas submergé de paroles. Voilà de quoi raconter à Rowena lorsque tu la reverrais. C’est que tu avais eu vite fait de perdre tout le monde dans cette foule, toi qui avais laissé entendre à la conseillère que tu ne serais pas loin en cas d’ennuis…

« C’est vraiment aimable à vous, merci encore. » peut-être te montrais-tu un peu trop poli, tu n’en avais pas la moindre idée. L’homme ne semblait guère bavard, mais il avait fait preuve d’assez d’altruisme pour s’arrêter à vos côtés. Il méritait bien ta reconnaissance. Tu avouerais aussi être un grand curieux, et c’était une aubaine pour toi d’avoir l’occasion de côtoyer de si près ceux du désert, tu avais bien l’intention de donner une image positive des tiens, quoi qu’avec tes ennuis face à la chaleur, tu n’étais sans doute pas parti d’un bon pied. Un regard à la demoiselle, alors que tu tirais de nouveau sur tes vêtements pour te donner un peu plus d’air, malgré que l’oasis semble apporter une relative fraicheur à elle seule. Tu passas machinalement une main dans ta crinière, laissant ton regard couler sur la foule ou tu ne pus guère ne pas remarquer la présence, plutôt assez voyante, d’une personne que tu suspectas être de la famille royale, ou importante, à en juger par le cortège qui l’accompagnait, qui t’aurait volontiers tiré un air perplexe, que tu retins car tu n’étais pas seul. Vos conseillers n’étaient pas venus en aussi grandes pompes… Et tu croyais apercevoir Caleb déjà trop proche de cette femme à ton goût. Tu espérais que cela ne soit pas signe d’ennuis. « Je suis navré de vous avoir inquiété tous les deux… » ou quoiqu’ils aient pu ressentir à se sentir le besoin de venir s’enquérir de ton état. « Loin de moi l’envie de vous empêcher de profiter de l’évènement. » Tu n’étais pas habitué à avoir besoin d’aide, quelque part, cela te mettait toujours un peu mal à l’aise. Montrer ainsi des faiblesses face à des inconnus, en terres nouvelles, pas la meilleure entrée en matière à laquelle tu aurais pu penser. Et s'ils souhaitaient repartir à leurs occupations, évidemment, tu ne leur en tiendrais pas rigueur... Étais-tu seulement en position de le faire?
[#339900 - Anglais - Italique
#339900 - Trigedasleng
]
CODAGE PAR AMIANTE


Petit résumé:
 

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains Charlie, Baelfire, Meeka, Elias & Richard 1412 Rose Leslie sign by beylin ;; ava by lux Mercenaire et voleuse Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. 30
Admin




27 avril 2118.


Pour la plupart des gens, venir avec Saoirse n’est sans doute pas le meilleur choix à prendre ou la meilleure chose à faire. Il faut dire que se pointer à un événement avec un esclave, c’est un peu ridicule de sa part. Oh, elle ne se soucie pas vraiment de ce que les gens peuvent bien penser à son sujet, et elle ne risque pas de commencer maintenant. C’est vrai que le peuple de la forêt pourrait éventuellement bien mal le prendre. Mais ce n’est pas non plus marqué sur son front. Il est bon de rappeler que Saoirse est une esclave bien traitée. Bien qu’elle soit une mercenaire de renom, glaciale et insupportable, elle n’a jamais eu la prétention d’agir sans âme au sein de sa propre maison. Et il faut bien le dire, ou du moins le penser, la maison se fait plus chaleureuse désormais. On ne se sent vraiment seul qu’une fois qu’on a quelqu’un de nouveau chez nous. C’est une réalité à laquelle elle a été en mesure de faire face après un temps incertain et incontrôlable. La perte de Tom fut dure mais elle a su la surmonter ou du moins, c’est ce qu’elle pensait. Lorsqu’il a été question de prendre un esclave et qu’une vie supplémentaire est arrivé dans la maison, alors elle a réalisé que c’était une chose dont elle avait plus ou moins besoin. Elle n’a jamais eu de famille, n’a jamais eu l’occasion de connaître ses parents et avec le temps, elle s’est sincèrement mise à croire que ça n’arriverait jamais. Elle se construit dans une cité qui n’est pas forcément la sienne et elle apprend, bien malgré elle, à faire avec. Le choix ne lui est juste pas permis. Mais tout ça, elle n’en parle jamais et donne toujours l’illusion d’aller bien. Tout est ainsi plus facile n’est-ce pas ?

Du coin de l’oeil, elle observe son esclave s’éloigner un peu. La confiance oui, elle s’est doucement établie. Quelques doutes subsistent mais il s’agit alors d’une habitude professionnelle. Elle ne côtoie que trop d’esclaves en qui il est impossible d’avoir confiance. Mais les choses sont comme elles sont et elle finit par la laisser. Si elle vient à lui faire défaut, qu’elle ait commencé à l’apprécier ou non, ça ne changera rien, c’est une grosse évidence. Mais les choses ce dont il est question. Ses songes s’arrêtent lorsque son regard se pose sur certains membres de la famille royale. Les gardes, les esclaves, ils sont vraiment ridicules ou en tout cas, c’est son avis à elle. La situation la dépasse et l’amuse. Qu’on ne vienne pas lui parler de son esclave quand on voit la stupidité de la princesse. Bien sûr qu’elle ne dira pas ça à voix haute. Mais sans déconner. Tout ceci tourne au ridicule. Mais ça continue de la faire rire, au moins un peu. Il faut juste éviter de le dire à voix haute pour ne pas avoir de problème.

Il plaisante, et elle ne fait pas forcément attention. Il se comporte un peu bizarrement par moment, tout de même. Mais il est bon de s’en amuser de temps à autre. Elle ne trouve juste pas ça spécialement drôle alors elle esquisse un sourire, juste pour la forme. Il lui demande pourquoi elle est là et elle sourit doucement. Dans sa main, quelques herbes, surtout pour des potions ou autres stupidités de ce genre. Oui, pendant la bousculade, sa main est étrangement tombée dans la poche de l’homme. Bizarre hein ? Elle hausse les épaules. Et lui tend le contenu de sa main. ” Voir ce que je peux bien trouver. Mais les poches Naoris sont bien moins intéressantes que je le pensais”. La lueur de défi dans le regard ne semble jamais disparaître. Il faudrait sans doute qu’elle arrête, de temps en temps de faire n’importe quoi. Mais comment, alors que c’est juste plus fort qu’elle ?

Quant au commerce… ” Le mien oui, mais je doute qu’il s’agisse de celui dont tu veux parler”.

Spoiler:
 
AVENGEDINCHAINS

avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 184 Mimi Elashiry Afanen Guerrière et chasseuse Kovarii 20



Les étals étaient colorés et l’ambiance semblait détendue, du moins en apparence. Elle se sentait toujours un peu nue sans son arc et ses flèches. Hécate n’avait pas non plus pris le risque de garder sa dague qu’elle cachait le plus souvent sous ses vêtements. Elle connaissait la réputation et le caractère des Rahjaks alors elle avait choisi de respecter les règles. Ses pas l’avaient mené près de cet arbre où un homme semblait franchement souffrir de la chaleur. Elle en avait donc déduit qu’il s’agissait d’un Naori, plus habitué à la fraicheur de la forêt. Hécate s’était donc approché de lui pour s’assurer qu’il allait bien. Elle savait quels dégâts pouvaient entrainer la chaleur et la déshydratation. Il était plus âgé qu’elle, ce qui devait rendre la chaleur un peu plus difficile à supporter.

Il lui confirma ce qu’elle pensait et qu’il avait sans doute sous-estimé le désert. Hécate hocha la tête. Le climat du désert était en effet difficile à supporter, même pour elle qui était habitué à des températures plus élevées que les Naoris. Hécate ne put s’empêcher de rire légèrement en l’entendant dire qu’il préférait le climat de la forêt. « J’imagine. » Hécate hocha de nouveau la tête quand il avança qu’elle n’était pas d’ici mais elle n’eut pas le temps de répondre, qu’un homme au visage inconnu d’Hécate proposa sa gourde. La jeune femme haussa un sourcil surpris de cette apparition soudaine et observa l’inconnu (Ozvan). Il ne devait pas s’agir d’un Naori. Elle présuma qu’il s’agissait d’un Rahjak, peu bavard en apparence. Hécate observa le cheval, fasciné par la bête. Elle en avait vu quelque fois, mais n’en avait jamais monté. Elle avait envie de s’approcher, telle une enfant, curieuse de toucher ses flancs. Mais cela serait peut-être considéré comme irrespectueux et Hécate ne voulait pas s’attirer d’ennui. Elle préféra ainsi rester bien sagement près du Naori qui redonna sa gourde au nouvel arrivant.

Hécate prit alors la parole pour répondre à sa question. « Non je ne suis pas d’ici mais la chaleur me rappelle un peu mon île. Celle des Kovariis. » La jeune femme adressa un sourire nostalgique au Naori. Ce n’était pas un secret que son île lui manquait. Elle savait que celle-ci était désormais inhabitable. « ça ne me dérange pas. J’ai déjà fait un petit tour des étals. » Hécate se tourna vers l’inconnu. « Votre cheval est vraiment beau. » Hécate adressa un sourire poli à son interlocuteur. Les relations entre les Rahjaks et les Kovariis avaient toujours assez mauvaises. Ce qui expliquait l’absence de commerce entre ces deux tribus. Mais Hécate savait que les Rahjaks avaient toujours été un peu à part, les relations étant tendus avec la plupart des tribus. La jeune femme trouvait d’ailleurs étonnant que cette rencontre ait lieu.

Spoiler:
 

avatar
27/05/2015 I My Boy D'Arbanville & Hyacinthe & Dix & Elouan & Tam-Tam 4772 Anson Mount AVENGEDINCHAINS & Brimbelle & Pivette Eclaireur & Orientation & Combat Rahjak 34
† Hell Ain't Civilized †



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Kovariis & Naoris  & Rahjak  @Ozvan #What'sgoingon


Le dos tourné aux échoppes, le Rahjak ne voyait pas ce qui s'y passait, ni les éventuelles connaissances qu'il possédait, et qui s'attardaient dans ce coin-là. L'éclaireur attendait tranquillement que l'homme appuyé sur l'arbre, (  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ) accablé de chaleur se ressource un peu. Il ne discutait pas particulièrement, encore surpris de la foule bigarrée qui déambulaient sous ses yeux, tout autant de la présence de la princesse en ces lieux.

Son instinct lui dictait de se méfier, et ne de pas trop traîner ses guêtres par ici. Il écoutait distraitement les échanges de L'étranger qu'il identifiait comme un Naori, et de celle  ( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ) qui lui manifestait un gros élan de compassion, mais dont l'origine lui demeurait inconnue pour le moment.

Ozvan hocha doucement la tête quand l'autre le remercia. Il ne se mettait de toute façon pas en danger dans cette Oasis, il remplirait plus tard sa gourde avant de poursuivre son chemin. Comme il insistait le Rahjak laissa glisser un sourire sur ses lèvres
« C’est normal » Evidement, il n'agissait pas comme le plupart des hommes du désert envers les étrangers, tout simplement parce qu 'Ozvan passait beaucoup de son existence à leur côtés. Mais ça aucun des deux n'avait la capacité de le deviner par miracle.

Il s'en fichait un peu de la politesse L'éclaireur, il se montrait capable d'insulter comme tout un chacun et même mieux, et il ne se retournait pas sur la manière dont on l'abordait. Ozvan il trouvait juste inutile de se montrer "malpoli" quand ça ne s'avérait pas nécessaire

« Ne soyez pas navré, ça nous donne une raison d'échanger » Déclara le Rahjak alors qu'il observait la jeune femme qui mangeait Emzelt du regard, une kovarii d'après ses explications, la première qu'il croisait, à moins que sa mémoire commença à lui faire affreusement défaut  

« Merci pour lui, il m'a été offert, même s'il n'appartient qu'à lui-même, par un ami d'enfance. Il n'en fait d'ailleurs qu'à sa tête, mais vous pouvez le caressez si vous voulez, il s'appelle Emzelt »

Chaque fois qu'il prononçait ce prénom, la vision de Ahn, la petite albinos si particulière, fille d'un Naori lui revenait dans les pensées. Un an désormais sans la croiser, il n'espérait plus. Songeur il démêla doucement la crinière de l'équidé

« Oh rassurez-vous ... » finit-il par rajouter en direction de l'assoiffé « Je me suis retrouvé ici un peu par hasard, et je n'avais pas de but précis en arrivant  »

Ses prunelles soudain se figèrent, il venait d'apercevoir une silhouette connue, mais désormais un peu moins juvénile que dans ses souvenirs, qui se promenait près de l'eau  « Sao » ( [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ) Murmura-t-il avec une tonalité qu'on pouvait à peine percevoir...


Spoiler:
 

Admin
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel Eris Garfagnini 1120 Zoe Saldana Lux aeterna (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate Naori 89
Admin



C’était à prévoir, qu’à voir de trouver un intérêt soudain pour le sol, elle allait finir par se prendre quelqu’un. Elle le savait Rowena, qu’elle pouvait être maladroite. Et pourtant, elle avait refusé d’y prêter attention, et ce qui devait arriver arriva. Un corps devant elle, près, trop près, et elle ne put l’esquiver. Finalement, si elle n’était pas très douée, son acolyte non plus. Aucun des deux n’avait fait attention, tous les deux étaient coupables. Venant d’une conseillère naori et d’un prince rahjak… Ils étaient supposés être au sommet de leur tribu, si l’on peut dire, mais ils étaient si tête-en-l’air que c’en était presque étonnant qu’aucune guerre n’ait été déclenchée. D’autant plus qu’il s’agissait des deux diplomates du lot…

Elle n’avait pas réagi aux propos de l’homme, tout bonnement parce qu’elle, elle avait reconnu sa voix, puis sa silhouette. Et que merde, il était la dernière personne qu’elle voulait voir ici. Pourtant, elle finit par desserrer les dents, répondre : « Je pourrais vous retourner le compliment. Vous paraissez presque rayonnant aujourd’hui. » Les yeux glissèrent sur les gardes l’entourant. Décidément, ils étaient bien paranoïaques chez le peuple du feu. Rowena se retint néanmoins de faire la moindre remarque, leur adressant simplement un sourire. Leur présence rendrait la discussion plus compliquée, puisqu’il lui faudrait faire encore plus attention à ses choix de mots. Elle espérait au passage qu’aucune remarque ne serait fait sur sa petite escapade à la cité quelques mois auparavant. Si le peuple l’entendait, les rumeurs se répandraient vite. Trop vite. Et ce serait particulièrement dangereux au vu de la foire dans laquelle ils étaient. Bref, aura-t-il la présence d’esprit d’éviter, ou devait-elle fuir avant de mettre sa tribu dans l’embarras ? « Je ne pensais pas que la famille royale se déplacerait en si grandes pompes, mais il faut croire que vous aimez me donner tort. » Son regard coula par la même occasion vers Irina. Cependant, elle espérait que les deux avaient respecté la part du marché, et qu’aucune arme n’avait été emmenée… Enfin, tant qu’Isaak ne venait pas, ils avaient une possibilité d’avoir une foire tranquille. Le caractère sanguin du prince aîné était réputé malheureusement…

« Nous coexistons depuis des décennies mon cher Demyan. » Elle évitait l’appellation prince. L’enjeu n’était pas politique, donc un peu de familiarité ne ferait pas de mal. « Vous aviez envie de voir quelque chose en particulier sur les étalages ? Peut-être que les armes de nos compagnons ont attiré votre œil ? » Elle perçut une petite silhouette s’éloigner (Saoirse), mais ne s’y intéressa pas plus. Pour le moment, Demyan avait son attention. Entre diplomates, c’était aussi l’occasion de jouer pour en apprendre plus sur le camp adverse. Et puis avouons-le, le prince n’était pas une désagréable compagnie, malgré tout…


Spoiler:
 

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 258 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 50
— SMOKE MADE OF TEARS —






we survive together.
27 AVRIL 2117

Comment tu te sens ? Dit-elle en se penchant vers sa jeune cousine. Le trajet n'a pas été difficile ? Il était tellement rare pour Tasha de sortir des murs, encore plus rare que pour Irina. D'être ici, c'était une occasion en or, mais Irina voulait être certaine que la demoiselle était prête. Il faisait chaud, sec et la plupart des regards étaient posés sur elle. Plus que sur Irina, d'ailleurs. Si la princesse captivait les regards des hommes, Tasha elle, gagné l'admiration du peuple. Elle représentait un certain espoir et Irina le savait. Elle n'était pas jalouse de ce pouvoir dont l'enfant n'avait même pas conscience. Ne voulant pas forcer sa cousine à la suivre partout - elle devait en profiter pour savourer un peu cette liberté, Irina s'écarta espérant croisé les hauts placés Naoris. Et ce fut comme si le soleil avait répondu à cette prière secrète. Alors que ses yeux étaient posés sur des bijoux, que ses doigts glissés sur des pierres colorées, elle sentie une présence à ses côtés. Son regard glissa sur l'homme, en douceur. Mademoiselle ? Voilà qui lui imposa un sourire sur son visage.

Conseiller Hakara. Elle marque une légère pause, remarquant les différences flagrantes entre Caleb et Harlan. Elle avait déjà aperçu tous les conseiller, mais se surprenait toujours à les redécouvrir avec le temps. Je sais que nous sommes sur un terrain un neutre, mais tachez de ne pas oublier que je suis la princesse et qu'il faut ainsi me nommer. Son "Mademoiselle" l'avait à la fois irritée et flattée. Néanmoins, elle ne laisserait pas les autres oublier le sang royal qui coulait dans ses veines. Jamais.

Son regard se posa de nouveau sur les bijoux. Il y avait forcément du positif à cet événement, elle pouvait le voir. Les échangent n'étaient pas une mauvaise chose en soi. Mais les Rahjaks étaient du genre fier. Du genre à ne pas avoir besoin des autres. Elle remarqua alors du coin de l'oeil Demyan, en face de Rowena. Chacun son conseiller, pensa-t-elle.

Votre savoir-faire est toujours aussi intéressant, je dois dire. Elle attrape ce qui semblait être un collier, assez volumineux et brillant, qu'elle porta à son cou déjà paré. Qu'en pensez-vous ? Elle attendit une réponse, puis reposa ensuite l'objet sans s'y attarder plus que ça. Elle fit ensuite signe à Caleb qu'elle aimerait avancer, continuer à regarder les différentes oeuvres présentes. Et évidemment, qu'il l'accompagne.

Je me demande ce qui vous as décidé à proposer un tel évènement, Conseiller. C'est lui qu'elle regarde, désormais. Lui, à la peau si blanche en comparaison de la sienne. À l'aura si calme et détachée. J'ai cru comprendre que vos récoltes étaient plutôt bonnes, cette année. Je me trompe ?


Spoiler:
 

Accro des points
avatar
11/05/2018 Laenai / Alicia Jude & Lulu ♥ 2253 Willow Shields Laenai Princesse ~ Apprentie Sorcière Rahjak 440
Accro des points




Un vent de liberté m'envahissait depuis que nous avions démarré. Pour une fois, j'avais eu l'autorisation de sortir de la cité pour me rendre à une foire en compagnie d'Irina, ma cousine. Durant le trajet, je ne manquai pas d'admirer les paysages désertiques qui s'offraient à moi à perte de vue. On dit souvent que chaque dune du désert ressemble à la suivante, et pourtant, quand on n'a pu admirer que celles qui se donnaient à voir à travers les mêmes fenêtres à longueur d'années, elles s'en différenciaient grandement.

Quand nous arrivâmes à l'oasis où se déroulait la foire, je ne pus que m'émerveiller face aux échoppes qui s'étendaient de manière harmonieuse à mes yeux. Je descendis du transport royal sur lequel j'avais profité du trajet et laissai les esclaves installer un endroit où Irina et moi pourrions nous reposer. Mais plus tard. En cet instant, j'avais envie de me dégourdir les jambes et, surtout, de découvrir toutes les richesses que promettaient ces nombreuses étales. Me sortant de mes pensées, Irina me demanda comment je me sentais. Je lui répondis avec un grand sourire.

- Je me sens très bien. J'ai pu admirer le désert comme jamais encore je ne l'avais fait !

Elle s'éloigna et je la laissai faire. Je partis de mon côté, attirée par une échoppe présentant de nombreuses plantes. Accrochée à la ceinture qui resserrait ma robe légère de couleur claire, une petite bourse contenant quelques pièces fit entendre son bruit métallique quand j'enjambai un rocher pour m'avancer. Mes deux gardes me suivirent, attentifs au moindre signe de danger. Ils étaient un peu plus nerveux que d'habitude. Après tout, rares étaient les occasions me permettant de participer à un tel événement.

Zara, qui venait de déposer mes quelques affaires auprès des autres esclaves, me rejoignit lorsque j'arrivai devant l'échoppe. Je saluai le vendeur et il me fit sentir plusieurs herbes aromatiques. J'en reconnus certaines, mais d'autres m'étaient inconnues. J'appréciai particulièrement l'odeur du thym, que le vendeur m'affirma pouvoir se préparer en tisane. J'avais étudié cette plante récemment et me souvins de ces informations.

- Je pourrais en ramener, qu'en dis-tu ? demandai-je à Zara en me tournant vers elle. J'avais peu l'occasion d'acheter des choses moi-même, et je ressentis le besoin de lui demander son avis.

En examinant les herbes, elle me répondit : C'est une bonne idée. Je vous ferai des tisanes quand vous aurez vos migraines.

Je me remis en quête d'autres plantes, étant émerveillée par tant de choix.

Spoiler:
 

avatar
05/03/2018 Authenticity 398 Michiel Huisman @luxaeterna Prince | Diplomate & Stratège Rahjak 101



La voix de [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] semble un doux bourdonnement à tes oreilles, et tu te demandes si ses mots cachant l'étonnement de tes premiers mots à toi. T'as quand même pas été délicat.  « Je pourrais vous retourner le compliment. Vous paraissez presque rayonnant aujourd’hui. » Rayonnant ? Mais tu es toujours rayonnant ! Comment ferait la foule pour t'aimer, sinon ? « Je ne pensais pas que la famille royale se déplacerait en si grandes pompes, mais il faut croire que vous aimez me donner tort. » Bwarf... Ce n'est pas si flagrant que ça, si ? Tu jettes un coup d'oeil à tes deux gardes, te demandant si.. Ah, [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]. Oui, bon, bah elle c'est l'exception, tu diras. Même la douce [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] n'est pas plus gardée que lui. Et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], lui, n'a pas fait l'honneur de se déplacer, bien trop occupé. Ce n'est pas forcément plus mal, t'aurais vraiment pas voulu qu'il mettes le bazar. Parce que c'est son truc  à lui, ça, le bazar.

« Nous coexistons depuis des décennies mon cher Demyan. » Elle a bien raison. « Entre cris, galères et boutades. Coexister oui. » Wah, quelles belles paroles. Tes yeux dérivent sur la silhouette de la conseillère, si tous les Naoris étaient comme elle... Les Rahjak auraient probablement plié depuis la nuit des temps. « Vous aviez envie de voir quelque chose en particulier sur les étalages ? Peut-être que les armes de nos compagnons ont attiré votre œil ? » Tu suis les yeux de Rowena sur une silhouette familière d'esclave ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]), mais tu ne t'en soucis guère plus que cela. Les étalages sont le cadet de tes problèmes également, tu n'as jamais réellement aimé les armes, parce que t'es complètement malhabile de ses deux mains, et tu ferais bien trop de mal. Peut-être qu'un jour, tu t'essaiera au combat, sans aucun succès. Dans un coin de ta tête, tu te dis que t'aurais bien aimé voir si la conseillère savait se servir d'une arme, elle. T'aurais probablement fait un piètre esclave, et encore un plus piètre guerrier. Heureusement qu'ils ne remarquent rien.

Autour de toi, tout le monde semble apprécier la belle journée. Ils sont probablement subjugués par tous ces étals. Que pourrait-t-il arriver ? « Je me demandais plutôt quels genre de nouveautés j'aurais pu découvrir. Des armes, c'est trop banal. Mais votre culture est... » Tu soupires. « Impressionnante. » Tes yeux suivent le chemin de ta petite sœur, avant de revenir sur les étals et la conseillère. Dieux, faites que ce ne soit pas barbant. Tes yeux cherchent les siens. « En espérant que les miens trouvent cela attrayant... » Tu la fixe, résolu et interrogateur. « Vous allez trouver votre bonheur, ici, Rowena ? » Quelle discussion futile... Vos pas vous rapprochent lentement de l'eau, en quête de fraîcheur.

Spoiler:
 

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7437 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 625
Admin △ Underneath it's just a game



Tu peux voir Rahjaks et Naoris qui se mêlent, de façon étrangement apaisée – pour l'instant, encore aucun incident à signaler – et ça te soulage, même si tu ne t'autorises pas à relâcher la tension, pas encore. Avec le peuple du désert, tu ne peux jamais être sûr de rien, et voir les Draghsteel qui ont pris la peine de sortir du palais et faire le déplacement ne te dit rien qui vaille. Tu regrettes la présence d'Ashiri à tes côtés, mais tu sais que son absence est nécessaire : elle est ta relève, ton héritière, et s'il t'arrive quelque chose aujourd'hui, c'est elle qui prendra ta place. Tu espères que rien n'arrivera, mais il vaut mieux être prêt à toute éventualité. Même si tu aurais préféré la présence rassurante de ton apprentie, tu peux au moins composer avec les deux autres conseillers. Même si ceux-ci semblent être occupés chacun par un Draghsteel en particulier. Tu fais confiance à Rowena pour gérer Demyan – qui n'est pas le plus dangereux de sa famille – mais tu es plus circonspect vis-à-vis de Caleb et Irina. Tu sais la brute franchise qui caractérise plutôt l'autre conseiller et tu sais que ce n'est pas le langage le plus approprié pour converser avec cette princesse-là. Au moins, pour l'instant, les choses semblent bien se passer.

Tu reportes ton attention sur Astrid, qui te révèle tes propres remèdes – jusqu'alors dans tes poches désormais vides, après confirmation par tâtonnement – dans la paume de sa main. Tu n'es qu'à moitié surpris de ce geste. Comme il semble à chaque fois que tu la croises, tu es à la fois amusé et irrité par les manières de la mercenaire. Non, décidément, vous n'êtes pas faits du même moule.

Tu reprends tes remèdes en roulant légèrement des yeux.

« Heureusement que nous sommes en terrain neutre et que je doute que les Draghsteel présents aient très envie de condamner une voleuse. » Mais est-elle encore réellement voleuse si elle rend les biens ? Peut-être pas. Si le vol avait dû se passer chez les Naoris, tu aurais davantage compté sur la volonté maligne que l'acte en lui-même, mais ce n'est pas à toi de la juger aujourd'hui, n'est-ce pas ? Tu n'as jamais été le plus clément des membres du Conseil. Répondant à son défi, tu ajoutes, fixant brièvement les étals colorés des Rahjaks : « Si tu veux des proies plus intéressantes, je pense que tu devrais plutôt tourner ton attention vers les tiens, nous n'avons que peu d'intérêt pour l'or. »

L'or qui semble régir la vie de tous les Rahjaks. Qui régit probablement celle d'Astrid aussi, guerrière à sa solde qu'elle est. Il t'importe peu, après tout, qu'elle vole les poches des siens. Mais tu imagines que tout ça n'est qu'amusement, à ses yeux.
Un fin sourire décore tes lèvres devant sa franchise à toute épreuve.

« L'esclavage n'est pas ce que je préfère mais l'état de ce...commerce... » tu ne caches pas le dédain dans ton ton à ce mot. « ...reflète bien l'état de votre société. Il semblerait que vous avez eu des troubles avec ça il y a quelques temps, je me trompe ? »

Des révoltes d'esclaves indignés, des rebelles capturés. Oui, tu t'inquiètes de ce qui a bien pu échapper, de ce qui peut bien courir dans les rues de la cité. Tu te demandes si les rumeurs de la cité peuvent être marchandées, mais que pourrais-tu offrir à Astrid pour ses renseignements ? Car tu doutes qu'elle te donne cela sans prix.

À quelques pas de vous, tu entends quelques propos sur des tisanes et des plantes médicinales et le druide en toi tique sur les remèdes conseillés. Thym ? Migraine ? Non, pas trop. Gardant Astrid dans ton champ de vision, tu t'approches tout de même quelque peu de la jeune fille – que tu ne reconnais qu'un peu plus tard être la plus jeune princesse, Tasha – et lui adresses, la voix claire et après l'avoir saluée respectueusement :

« Si je peux me permettre, Princesse. L'écorce de saule, la camomille ou la menthe poivrée conviendraient mieux pour des migraines. »

Tu espères que sa garde – ou son esclave – ne s'offusquera pas de ta présence.



Spoiler:
 

avatar
19/12/2017 mika. Teagan S. Peverell 729 Jared Leto A: Schizophrenic Animiste pour la vie & Des aptitudes en Notions de soins, Zoologie mais aussi Gardien du Savoir. Naori 57



GÜZIS
& COMMUN

We Survive Together

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Une kovarii, tu ne t’étais pas vraiment trompé donc, et voilà la raison pour laquelle tu ne la connaissais pas vraiment non plus. Tu n’avais pas encore eu l’occasion, au village, d’apprendre à connaître les nouvelles venues, et tu n’étais d’ailleurs pas certain qu’elles se soient toutes réfugiées dans la forêt… « Je n’ai pas eu l’occasion de connaître votre île… Cela m’aurait pourtant plu. » Tu compatissais à sa nostalgie sans avoir pour autant vécu son traumatisme. Tu ne savais que trop bien combien le cyclone avait pu faire de mal, tu savais ce que les Naoris avaient perdu, et quand bien même cela n’était que matériel, c’était déjà une expérience douloureuse. Tu avais perdu ta maison, autrefois juchée sur les hauteurs, où tu pouvais t’adonner à observer le silence et le ciel au travers de feuillages bien plus éparses que quelques mètres en dessous. Cette vue te manquait, toi qui aujourd’hui avait retrouvé le sol du village… Tu n’avais perdu que ta maison, et tu refusais d’imaginer perdre ta forêt. Ton regard se faisais compréhensif, mais tu te refusas à remuer le couteau dans la plaie en te risquant à parler du cyclone. Tu avais toujours trouver les regrets quant à une perte quelle qu’elle soit quelques peu cruels. Cependant, tu étais un peu trop curieux. « Vous êtes venue de notre village? Je connais presque toutes les têtes de ma tribu -et pour cause tu te faisais vieux- mais j’ai encore des lacunes concernant nos nouvelles venues… » façon tu l’espérais délicate de t’assurer de savoir si tu aurais ou non l’occasion de la recroiser dans un futur plus ou moins proche.

La présence du Rahjak à vos côtés vous permis de trouver un terrain de discussion moins lourd, moins glissant aussi, et tu en fus soulagé. Oh, tu t’inquiétais sans doute trop quant à tes manières, mais tu voulais juste bien faire. Les premières impressions étaient fort importantes, on avait toujours tenté de te l’enseigner, alors aujourd’hui tu essayais de faire bonne figure, de montrer à ces inconnus un côté plus sociable, moins sauvage, que tes habitudes. Tu avais l’impression d’être si maladroit. Tu fus cependant soulagé d’apprendre que ni la Kovarii ni le Rahjak ne semblait te tenir rigueur de ton instant de faiblesse, et tu ne pus qu’offrir un sourire au Rahjak lorsque ce dernier souleva l’occasion d’échanger. Certains étaient là pour les étals, tu aurais pu en faire partie, mais échanger, voilà un bien plus précieux que beaucoup lorsque l’on était, comme toi, assoiffé de nouvelles connaissances, d’un savoir que tu n’avais jamais pu toucher du doigt… Puis tu n'avais aucun or pour négocier quelque bien qu'il soit... Le désert t’avait si longtemps nargué avec sa chaleur et ses dunes à perte de vue, aujourd’hui était une occasion rêvée, et ce qui ressemblait à une approche plutôt agréable avec une personne du désert, celles là que l’on t’avait toujours dé-picté comme hostiles. Étaient-ils tous comme cet homme, ou bien avais-tu… aviez-vous de la chance? « C’est certainement la plus attirante des richesses de cette foire. » Tu étais ravi de pouvoir parler avec un Rahjak, et une kovarii en prime, quel drôle de trio.

Le cheval… Ton regard d’azur se détourna sur l’animal… Oui, il était magnifique. Mais tu n’étais pas très objectif, toi, tu avais toujours aimé les animaux, plus certainement que bien des êtres humains, tu les comprenais plus facilement… Emzelt. « Elle a raison, il est très beau. » Tu tâcherais de te souvenir de son nom, et tu t’en souviendrais certainement, quoi que tu doutes pouvoir recroiser qui que ce soit après aujourd’hui. Tu n’avais jamais quitté la forêt, et même cette petite excursion t’étais déconseillé, tu étais venu tout de même, à tes propres risques. Tu remarquas sans y faire écho, l’instant pensif de ton mystérieux porteur d’eau. ton regard suivit ensuite le sien, sans que tu ne saches vraiment ce qu’il observait, tu crus l’entendre murmurer quelque chose, un nom peut-être? Le brouhaha de la foule environnante malheureusement, en avait rendu la perception maladroite. Tu en avais assez cependant pour comprendre que son attention s’était posée sur la jeune femme qui marchait un peu plus loin. tu aurais presque eu l’impression un instant qu’elle aussi avait posé son regard sur vous mais tu ne pourrais réellement l’assurer.  

Tu hésitas un instant, mais tu n’avais perçu ni dans le regard de l’un, ni dans celui de l’autre une quelconque animosité. Le plus souvent, tu ne te trompais pas vraiment sur ce genre de chose, quoi que tu sois humain aussi, malgré les esprits qui parfois prenaient le contrôle de ton corps… Non, pas aujourd’hui, tu l’espérais en tout cas. « Vous la connaissez? » Tu ne pus t’empêcher de demander à l’homme du désert, une fois ton regard reporté sur ce dernier. La silhouette qui à toi, t’était bien inconnue s’approchait sans venir à vous. Une Rahjak? Tu l’ignorais. L’homme au cheval te semblais être un voyageur, au delà d’un habitant de la cité. Tu t’apprêtais certainement à faire une stupidité, mais tu n’y pensas pas réellement sur le coup. La demoiselle te paraissait assez proche. Un simple signe de tête leur signifiant de t’attendre quelques secondes, et tu comblas l’espace en cette inconnue et toi avec un manque d’appréhension qui te surpris toi-même. « Excusez moi jeune fille… » le doute, c’était uniquement maintenant qu’il arrivait. « Je pense que cet homme, avec le cheval, vous connait… » Tu espérais ne pas être en train de commettre une énorme erreur… Ce serait bien ta chance après tout, n’est-ce pas?
[#339900 - Anglais - Italique
#339900 - Trigedasleng
]
CODAGE PAR AMIANTE


Petit résumé:
 

Accro des points
avatar
11/05/2018 Laenai / Alicia Jude & Lulu ♥ 2253 Willow Shields Laenai Princesse ~ Apprentie Sorcière Rahjak 440
Accro des points



Alors que Zara venait de me répondre, un homme s'approcha et me donna à son tour un conseil concernant les plantes. Il avait entendu mon esclave parler de mes migraines et me dirigea plutôt vers le saule, la camomille ou la menthe poivrée. Le vendeur parut un peu embêté par son intervention et en profita pour se tourner vers d'autres clients. Je levai les yeux vers l'homme qui venait de parler et lui sourit. Mes gardes, quant à eux, restaient aux aguets afin de prévenir tout risque.

- Je vous remercie pour vos conseils.

Zara observait discrètement l'inconnu mais ne dit rien, restant à sa place derrière moi et tenant toujours mes futurs achats entre ses mains.

- Pourrais-je connaître votre nom, je vous prie ?

Je n'avais nullement besoin de me présenter, il m'avait reconnue : il n'avait pas hésité une seconde à m'appeler « princesse ». Pour ma part, j'avais rarement l'occasion de sortir et de rencontrer d'autres personnes. Il ne me paraissait pas Rahjak – ses vêtements ne ressemblaient pas tout à fait aux nôtres –, mais je pouvais bien évidemment me tromper. Dans ses paroles transparaissaient un savoir acquis depuis longtemps : il savait de quoi il parlait. Était-il un soigneur ? Un sorcier, comme je tendais à le devenir ? Ma curiosité était, une nouvelle fois, piquée au vif.

Spoiler:
 

avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 184 Mimi Elashiry Afanen Guerrière et chasseuse Kovarii 20



Le Naori semblait aller un peu mieux depuis qu’il avait bu dans la gourde. Il ne semblait plus en nage comme au début de leur rencontre. Celui-ci déclara ne pas avoir connu l’île mais qu’il aurait aimé la découvrir. Hécate sentit son cœur se serrer en se disant que personne n’y mettrait plus jamais les pieds, elle la première. Elle savait que ce qu’elle y trouverait risquerait de la hanter par la suite. De nombreux Kovariis avaient fait le choix de rester avec leur chef. Cela avait la pire erreur de leur vie, et la dernière. « Je suis sûre qu’elle vous aurait plu. L’air était plus respirable qu’ici et il y avait toujours la mer pour se rafraîchir. »

L’île des Kovariis était un paradis sur Terre selon elle. Elle enviait toutes les générations de Kovariis qui avait eu la chance faire toute leur vie sur l’île. Hécate se secoua mentalement pour ne pas continuer à ressasser sans cesse les mêmes pensées. « Oui, ma mère et moi nous sommes installées au village. On ne vous remerciera jamais assez de nous avoir ainsi accueillis. » L’hospitalité des Naoris n’était pas une légende. Les Kovariis étaient tous reconnaissant de les avoir ainsi accueillis après la tempête.

L’attention de la jeune femme avait été attirée par le cheval de l’homme du désert et c’était tout naturellement qu’elle avait complimenté l’animal. Elle écouta le Rahjak raconter l’histoire du cheval et elle n’hésita pas longtemps à s’approcher de lui après qu’il lui ait donné l’autorisation. Elle s’approcha doucement de l’animal et tendit une main prudente vers le cheval. « Bonjour Emzelt ». Hécate en oubliait presque la présence des deux hommes à ses côtés. Elle présenta sa main au cheval, laissant celui-ci combler la distance. Elle sentit le souffle produit par ses naseaux et un sourire illumina le visage de la jeune femme lorsqu’elle posa doucement sa main. Elle passa délicatement sa main sur le pelage Emzelt, complètement fascinée. Il était fort possible qu’une fois rentrée au village des Naoris, elle réfléchisse au moyen d’avoir elle aussi un cheval.

Toute absorbée qu’elle était par l’animal, elle ne se rendait pas compte de ce qui se jouait à côté d’elle. Ce n’est qu’en se retournant vers le Rahjak pour le remercier de l’avoir autorisé à approcher son cheval qu’elle vit que les deux hommes semblaient absorber par une nouvelle venue. Celle-ci lui était totalement inconnue, mais Güzis s’approcha d’elle sans hésiter. Hécate était curieuse de savoir qui était celle qui semblait attirer toute l’attention des deux hommes.

Spoiler:
 

avatar
11/03/2017 ELOW ; DEVOS, IRINA & JONAS ; 475 MATHIAS LAURIDSEN ELOW ; CRÉATEUR D'ARCS ET DE FLÈCHES, HOMME DE MAIN ET DE FOI DÉVOUÉ. FAUX IDIOT AUX PENSÉES PRONONCÉS. KOVARII ; 41
— hand gon wamplei —






we survive together.
27 AVRIL 2117

Il était nerveux. C’était la première fois qu’il découvrait le désert, la première fois qu’il s’aventurait si loin. Assis devant son stand improvisé, il avait sorti quelques tâches inachevées pour s’occuper. La patience, ce n’était pas souvent son truc et par chance, certains visages inconnus s’arrêtèrent devant ses arcs et ses flèches, curieux et peut-être bien conquis par des armes aussi jolies. Mais la beauté ne faisait pas tout et il le savait. Il avait passé ses dernières semaines à s’épuiser dans la conception de nouveautés, parce que le plus gros de son travail avait été emportés par la tempête. À chaque fois, il repensait à sa petite cabane. À son espace de travail qui s’était façonné avec le temps. Quelle triste perte. Il était si loin d’avoir le matériel et les ressources dont il disposait autrefois, mais peut-être qu’avec ce qu’il échangerait aujourd’hui, il parviendrait à s’en sortir. Il doutait cependant de trouver du bois bleu ici. Sans doute devrait-il entreprendre une aventure vers les barbares pour aller récupérer ce dont il avait besoin ? Il n’en savait rien. La priorité aujourd’hui, c’était surtout d’échanger ses arcs par ce dont sa famille avait besoin en priorité pour trouver un mode de vie correcte.

La voix d’Artémia le sortie de ses pensées, le poussant à arrêter de polir un embout taillé. Il manqua de peu de se couper. Cette ressemblance était trop troublante et il n’y avait rien à faire : il ne voyait pas Artémia. Pour lui, c’était Helga. C’était elle. Fantôme vivant de son passé, lui rappelant constamment qu’il l’avait abandonné.

O… Oui, oui. Il se releva, attrapant le premier arc et une flèche qu’il tendit à la belle Naori. Juste là Hel… Artémia. Ce prénom sonnait faux. Tellement faux. Mais Ćiro lui indiqua un tissu accroché à l’un des palmiers un peu plus loin, à l’écart de la foire pour ne blesser personne. Vas-y, je t’en prie. Chaque fois qu'il l’observait, il retombait en arrière. Il n’y avait pas de sensation plus désagréable que de replonger dans de vieux regrets. Son regard se mit alors à se balader dans les alentours, pour s’arrêter sur une chevelure de feu familier.

Est-ce que tu as vu des choses intéressantes ? J’aimerais bien faire un tour, mais je dois m’occuper de mon stand. Peut-être plus tard. Il reporta son attention sur la jeune femme, l’observant avec l’arc et la flèche. Tu veux que je te montre ? Lui dit-il finalement. Il devait faire un effort, car il était injuste de la traiter avec autant de distances simplement parce qu’elle ne lui rappelais rien de bon. Quoi qu’il pourrait s’accrocher à de meilleurs souvenirs d’Helga, mais tout le ramenait constamment à cette chute dans l’eau, à cette noyade. Il devait apprendre à différencier Artémia de sa défunte amie, il n’avait pas le choix.


Spoiler:
 

Admin
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel Eris Garfagnini 1120 Zoe Saldana Lux aeterna (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate Naori 89
Admin



Coexister était le bon mot, et elle n’avait pas hésité à l’employer. Il y avait plusieurs décennies, les Rahjaks et les Naoris n’avaient formé qu’un, jusqu’à ce que les Hommes se déchirent. Aujourd’hui, les deux tribus ne pouvaient être plus à l’opposé qu’ils ne l’étaient. Entre l’esclavagisme et la royauté d’un côté, l’égalité et le mérite de l’autre… Pourtant, toute la culture Rahjak n’était pas mauvaise, seul leur comportement posait un problème à Rowena. Comment pouvait-on à ce point se penser supérieur aux autres, jusqu’à en priver certains – innocents – de leur liberté ? Le regard se refroidit  une seconde durant. Ils avaient pourtant une symbolique et un art tout à fait riche et étonnamment attractif. Un jour, elle se l’était dit, elle irait à la cité en tant que conseillère, et elle en profiterait pour se faire guider dans les rues. Il y avait de nombreux lieux à visiter, de nombreuses œuvres sur lesquelles poser son regard, sur lesquelles apprendre. Car la chamane, elle avait toujours eu appétit de nouvelles connaissances, même venant d’êtres considérés comme ennemis par certains. Pour elle, leur relation pouvait être amenée à changer, mais encore fallait-il trouver comment…

Elle nota l’idée dans un coin de sa tête, prête à la proposer à Demyan à l’occasion, même si une conseillère en visite au sein de la cité, ce ne serait pas forcément appréciable. « Nous ne nous sommes pas entretués, je considère cela comme plutôt pas mal. » Les crises n’avaient jamais été loin, mais elles avaient toujours été jugulées. Les Naoris n’avaient pas la force de frappe nécessaire pour rentrer en guerre, et les Rahjaks étaient encore trop effrayés par les supposés pouvoirs mystiques de leurs adversaires. Un statu quo précaire, mais que Rowena faisait tout pour garder. Elle sourit doucement aux propos du prince. « Je pourrais vous en parler pendant des heures, mais vous en serez rapidement ennuyé. » Si elle était passionnée par sa propre culture, en connaissait les moindres détails, elle n’était pas pour autant une conteuse hors-pair, du moins le pensait-elle. « Les armes sont plutôt l’apanage de votre aîné j’imagine. » Et je ne le vois nulle part. La remarque était sous-entendue, avec l’interrogation dans son regard. Elle n’était pas forcément dérangée par sa non-présence, même si avoir toute la famille royale aurait été un plus… « Je trouverai quelque chose de votre culture. Que me conseillez-vous comme objet symbolique ? » Après tout, on parlait de sa culture à lui ce coup-ci…

En quête d’eau et de fraîcheur, elle le suivait dans ce désert jaunâtre. Son regard s’attarda sur Harlan en pleine discussion avec celle qu’elle devinait être la princesse Tasha. Si jeune… Et elle inspirait bien plus à Rowena que sa cousine. Elle capta Güzis du coin de l’œil, distraction fatale à proximité de l’oasis et de la pente y menant. La chamane, elle n’était pas la meilleure coordinatrice de son corps, et une fois l’esprit ailleurs, ses pieds s’emmêlèrent, l’emmenant droit dans une chute magistrale qui finit dans l’eau. Plus de peur que de mal, puisque la profondeur n’était pas suffisante pour qu’elle s’y noie, mais sa dignité s’était fait la malle. Alors, à défaut de pouvoir la récupérer, la chamane éclata simplement de rire. Et ce fou rire, elle ne chercha même pas à l’arrêter. « Il fait nettement meilleur une fois dans l’eau ! »


Spoiler:
 

Admin - Apocalypse Please
avatar
13/04/2016 Mystery Light Liam, Near, Elijah, Cassandre 2071 Taissa Farmiga Lux aeterna murphy ♥ & Signa : ishtar ÐVÆLING, Soan Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) Ancienne Pikuni 68
Admin - Apocalypse Please






Intrigue n°21 : We Survive Together





Elle observe ce qu’il se passe autour d’elle, a l’impression d’être présente sans véritablement l’être. Elle est présente mais en même temps c’est comme si tout ce qui se passait ici ne l’intéressait pas. Elle n’est ni Naori, ni Rahjak. Elle ne connait pas les premiers, peine à comprendre les seconds. C’est une place qui est enviable à personne et pourtant c’est la sienne. Elle s’y fait, elle essaye. Elle aurait pu plus mal tomber, elle le sait dans l’histoire c’est elle la chanceuse. On ne cessera de le lui dire si elle décide d’en vouloir à la terre entière et cela ne changera rien alors elle préfère se taire et observer les petits attroupements qui se créent, qui ont bien de la chance de pouvoir dire que tout va bien.

Tout va bien. Elle ne connait pas vraiment leur passif à ces deux tribus et s’en moque royalement. Les Rahjaks sont des paumés dans leur désert, les Naoris dans leur forêt même si elle a pu en rencontrer deux trois mais savait-elle pour autant qu’ils étaient Naoris ? Un souvenir d’une tête blonde lui revient en mémoire mais pas de blonde. Que des brunes. Quelle chance. Elle ironise, observe à nouveau ce qui se trame sans parvenir à se décider quoi faire. En fait, elle est très bien ici, près de ce point d’eau qui lui rappelle ce vaste océan non loin des Calusas. Elle essaye de s’intéresser parce que c’est ce pourquoi ils sont là mais elle a du mal parce que tous ils lui rappellent qu’ils sont libres et qu’elle ne l’est pas. Elle fait des efforts pour penser à autre chose, pour ne pas se laisser aller à cette animosité soudaine qui n’a pas sa place ici. Elle les observe encore ceux à qui elle ne saurait que dire, comment le dire. Des nouvelles des terres, ce n’est que par eux qu’elle pourra les avoir. Par Astrid oui et parfois par d'autres mais il lui semble que leur statut de Rahjak prend le dessus et qu’ils tournent tout ce qu’il se passe à leur avantage. Même ici elle ne saurait dire ce qu’il se passe sous l’apparence tranquille des petits groupes plein de bonne volonté pour le rapprochement des peuples.

Ça la fait presque sourire parce qu’elle peut en voir quelques uns fureter autour de la famille royale sans trop savoir ce que chacun cherche en cet instant précis. Ce qu’elle veut s’est oublier un peu le désert même si ça doit raviver quelques souvenirs, même si le désert est omniprésent là où ils sont. Elle ose espérer que quelques rencontres l’aideront à penser à autre chose. « Excusez-moi jeune fille… » Elle tourne un moment la tête comme si elle n’était pas certaine d’avoir bien entendu. Elle ne pensait pas que l’on s’adresserait à elle dans ce marché plutôt étrange. Les Rahjaks lui ont toujours donné l’impression de ne rien devoir à personne. Alors elle est curieuse quand un homme (Naori, du moins elle le suppose) s’approche d’elle. Il peut être de la cité sans qu’elle l’ait déjà vu même si elle en doute. Il émane de lui une certaine bienveillance qu’elle n’a que rarement vu dans les parages. « Je pense que cet homme, avec le cheval, vous connait… » Elle avait vu plusieurs personnes dans l’observation de la scène qui se passait à la fois avec et sans elle. Elle n’avait pas tellement fait attention à quelques personnes en particulier, enfin pas plus que ça. « Je le connais oui, il est souvent venu à la cité. Je n’osais pas vous interrompre en pleine conversation. » Menteuse, elle n’avait tout simplement pas véritablement fait attention. Ce n’était que maintenant qu’elle reconnaissait Ozvan. Cela faisait un moment qu’elle ne l’avait pas vu. Il avait l’air d’aller bien. Elle était contente de revoir un visage familier dans cet Oasis. Ils s’approchaient d’Ozvan qui était accompagné d’une jolie brune qui devait avoir son âge, qui avait de la chance.

« Salut Ozvan, cela fait du bien de te revoir. » Elle restait non loin du Naori, plus trop certaine de savoir comment faire pour agir avec ceux qui la connaissaient, qui étaient de la cité ou des terres. « Ravie de vous rencontrer tous les deux. » Elle le pensait sincèrement, n’avait pas de nom pour les nommer, les saluer autrement, ne savait pas si elle l’aurait fait de façon différente en l’ayant sut. Elle se demandait s’ils étaient Naoris, s’ils n'étaient rien que des Naoris étant venus rencontrer des Rahjaks. « J’espère que tout va bien de l’autre côté. » Ça aussi, elle ne pouvait pas dire qu’elle n’était pas Rahjak, qu’elle n’avait pas beaucoup de nouvelles sans se trahir dans sa condition. Elle n’avait pas du tout envie que l’attention soit portée sur elle parce qu’elle n’aurait pas fait assez attention dans ses propos. « En tout cas vous avez trouvé le meilleur guide pour vous accompagner jusqu’ici. » Esclave ou pas, les citoyens Rahjaks n’étaient pas mieux lotis lorsque l’un d’entre eux voulait en savoir un peu plus sur autre chose que leur petite cité. Elle parlait beaucoup pour quelqu’un qui ne le souhaitait pas mais ça faisait du bien de voir d’autres têtes, d’en voir une ancienne, de pouvoir se dire qu’elle pouvait avoir l’impression d’être normale même juste pour quelques minutes.  

Spoiler:
 

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Contenu sponsorisé



 

Intrigue n°21 : We Survive Together

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Intrigue n°21 : We Survive Together
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-