Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜ “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
11/03/2017 ELOW ; DEVOS, IRINA & JONAS ; 452 MATHIAS LAURIDSEN ELOW ; CRÉATEUR D'ARCS ET DE FLÈCHES, HOMME DE MAIN ET DE FOI DÉVOUÉ. FAUX IDIOT AUX PENSÉES PRONONCÉS. KOVARII ; 123
— hand gon wamplei —


Sujet: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Dim 22 Avr - 19:46




Pain can be cured with a smile,
so smile.
22 AVRIL 2117

Les tâches de Ćiro n’étaient pas si différentes. L’hiver passait, le plus dur était derrière lui. L’habitat qui avait été confié à sa famille, était désormais entièrement rénové. Pas grand-chose, certes, mais suffisant. Au moins, ils avaient une maison, un endroit où se réfugier, un lieu à eux. À l’extérieur de la petite cabane en bois, Ćiro avait commencé à retrouver le nécessaire pour ses arcs. Sur une étagère couverte, il avait déposé tout ce dont il avait besoin : ses outils, ses pierres pour ses embouts, certains éléments décoratifs, quelques flèches en préparation… Il s’était même reconstruit un petit banc sur lequel il pouvait s’asseoir lorsqu’il s’occupait du bois, ou même dormir. Il savait bien que sa présence à l’intérieur n’était pas très appréciée par sa mère, alors il s’était dépêché de retrouver sa chambre à lui : l’extérieur. Les étoiles lui avaient toujours tenu compagnie et maintenant que les températures s’amélioraient, Ćiro pouvait retrouver sa place, libérant le petit coin de la pièce principale qui avait été aménagé avec un rideau pour lui donner un peu d’espace privée. Il était d’ailleurs en train de défaire le tissu du plafond, pour ranger la pièce commune. Sa mère dormait déjà, alors que le soleil se couchait. Ses jours-ci, elle semblait un peu faible, alors Ćiro essayait d’être attentif. Elle mangeait de moins en moins, mais ce qui l’inquiétait le plus était son regard, parfois vide. Parfois triste. Il avait toujours vu en sa mère une force certaines, avec un esprit aiguisé et un moral à toute épreuve. Peut-être que la tempête avait eu raison d’elle, peut-être qu’elle avait perdu quelque chose que personne ne soupçonnait. Ćiro n’était malheureusement pas devin et il savait que même lui demander, ne servirait à rien. Il serait bien incapable d’améliorer quoi que ce soit, malheureusement. En revanche, se tenir à son rôle et tout faire pour qu’elle ne manque de rien, voilà une chose qu’il pouvait accomplir. Peut-être qu’avec le temps, ses problèmes disparaîtront.

Ćialla, sa sœur, arriva subitement, les bras chargés. La manière dont elle entra dans la pièce le fit sursauter, lui qui s’était habitué au calme de ses dernières heures. Il avait encore un peu de temps avant de retrouver Hécate, qu’il apercevait de moins en moins. La faute à cette situation, les Kovariis étaient toujours en transition. Il lui avait promis qu’à la première lueur de la lune, dès que ses tâches seraient achevées, il la retrouvait. Pour rattraper le temps perdu, le temps qu’ils avaient utilisé pour s’acclimatait à une nouvelle vie. Il souleva les fourrures qui lui avait servi de matelas et s’apprêtait à sortir, quand sa sœur lui fit face.

Tu pars enfin ? Il était temps. Gardant le silence, Ćiro tenta de la contourner, mais rien à faire. Elle n’avait pas envie de le laisser passer. J’imagine que maman dort, pas étonnant vu comment ta présence l’épuise. Elle s’avança, forçant Ćiro à reculer. Il ne voyait pas trop où elle voulait en venir, mais Ćialla avait l’habitude de toujours reporter toutes les fautes sur lui. Rien d’étonnant, alors il baissa la tête, attendant la fin. Elle a mangé au moins ? Tu n’es même pas capable de prendre soin d’elle, mais qu’est-ce qu’on va faire de toi ! Dans un geste brusque, elle attrapa un bol en bois qu’elle jeta sur son frère. La mixture aux champignons et aux herbes qu’il avait laissées pour elle, se colla à lui et à la fourrure qu’il tenait.

Tu vas la réveiller. Tenta-t-il, mais c’était trop tard. Elle agrippa son transport qu’elle jeta au sol, coinçant ensuite Ćiro dans un coin. Elle le força à lever la tête, une main sur son cou.

Tu finiras par t’en aller, petite merde. Définitivement. Il trouvait toujours des excuses pour ne pas lui en vouloir, pour prendre sur lui les remarques qu’elle lui lançait toujours. Mais ces derniers temps, elle n’envisageait qu’une chose : son départ. Elle ne voulait plus de son frère, elle n’avait jamais voulu de lui et son regard devenait de plus en plus insistant. Cet objectif la démangeait, c’était une obsession. Maman a honte de toi, tu l’as rendu malade. Qui sait, peut-être n’avait-elle pas tort ? Elle avait mal pris le fait qu’il se rapproche des Naoris et du passé de son père… Peut-être bien que le souci, c’était ça. La poigne de sa sœur se fit plus forte, au point que sa respiration en devienne difficile. Automatiquement, il tenta de se défaire de son emprise et remarquant ce geste, Ćialla le balança de l’autre côté de la pièce. Dégage !

Toussant, Ćiro attrapa les fourrures et se dépêcha de sortir. Il posa les énormes morceaux aux dessus d’une malle en bois, à côté de son futur espace de travail. Il passa la main sur son visage pour retirer les mixtures qui restaient sur son visage. Par chance, le pire était sur les fourrures. Il massa ensuite ses côtes dont la douleur était encore vive. Il y a une semaine, sa sœur lui avait donné un coup pour qu’il se réveille. Un énorme hématome d’un violet profond dessinait une flamme à droite, sur son bas-ventre. Heureusement pour lui, un léger tissu couvrait son corps. Il gratta la tête, assis sur son petit banc, puis leva la tête. En voyant la lune, il se précipita, négligeant ses douleurs pour courir en direction de la vallée. Hécate l’attendait et cela le réconfortait sans doute de voir les papillons blues.

Mais sur place, ni Hécate, ni papillon, seulement les battements de son cœur affolé et le silence.


avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 182 Mimi Elashiry Afanen Guerrière et chasseuse Kovarii 20


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Dim 29 Avr - 17:14

La routine s’installait doucement. La tempête était encore bien présente dans l’esprit d’Hécate mais elle commençait à trouver ses marques. Ce n’était pas facile tous les jours, elle regrettait encore sa vie sur l’île des Kovariis. Elle savait que ce temps était désormais révolu et qu’elle devait continuer d’avancer. Cette nouvelle vie auprès des Naoris n’était finalement qu’un nouveau défi. De nouvelles opportunités s’offraient à elle, notamment celle de laisser derrière elle certains fantômes de son passé. Celui de sa petite sœur. Jamais la jeune femme ne pourrait l’oublier mais ici, sur le continent, rien ne lui rappelait ce qui s’était passé il y a plus de dix ans. Elle ne passait plus devant la plage où elles avaient embarqués dans la pirogue, elle ne voyait plus chaque soir son lit vide… Une nouvelle vie s’offrait à elle et elle comptait bien essayer de vivre enfin pour elle.

La journée était passée lentement, trop lentement à son goût. Peut-être parce qu’elle était rentrée bredouille de la chasse. C’était du moins ce qu’elle essayait de se dire mais elle savait qu’au fond, la raison était toute autre. Elle avait rendez-vous avec Ćiro dans la vallée, près du village Naori. Sa mère avait remarqué son air distrait et l’avait interrogé, fronçant des sourcils et observant le visage de sa fille. Hécate avait éludé les questions de sa mère et avait rapidement pris son arc et ses flèches pour aller chasser et ne pas avoir à mentir plus longtemps. Elle ne savait pas ce que sa mère pourrait penser de Ćiro et d’un sens, elle s’en fichait. Elle n’avait jamais eu une relation fusionnelle avec elle, loin de là. Elle ne lui en voulait pas et elle savait que perdre un enfant était la pire chose qui puisse arriver. Mais Hécate ne supportait pas que celle-ci tente d’interférer dans sa vie et elle comptait bien garder pour elle ses secrètes pensées.

Hécate était rentrée tard de la chasse et n’était passé qu’en coup de vent, prenant tout juste le temps de se débarbouiller un peu avant de retrouver le jeune homme. « Tu vas où ? » Hécate n’avait pas entendu sa mère rentrer dans leur cabane. La jeune femme avait prévu sa réponse, elle savait qu’elle ne manquerait pas à l’interrogatoire. « Je vais retrouver Clio. » Hécate se surprenait à mentir avec autant de faciliter à sa mère. Cette dernière plissa les yeux, creusant ses rides au coin des yeux. C’était toujours une très belle femme et Hécate avait toujours été impressionné par sa force de caractère malgré leurs différends. « A l’heure-là ? » Hécate hocha la tête faisant attention à ne pas croiser son regard. Elle n’avait pas beaucoup croisé Ćiro depuis la tempête donc il y avait peu de chance que sa mère face le lien. Elle crût que sa mère avait laissé tomber quand celle-ci reprit la parole alors qu’Hécate passait la porte. « Moi aussi j’ai été jeune Hécate. » La jeune femme referma derrière elle sans se retourner et poussa un lourd soupir. La nouvelle tunique qu’elle portait l’avait sans doute trahi. Elle se doutait que ce n’était pas avec Clio qu’Hécate allait passer la soirée mais elle n’avait rien fait pour la retenir. Pour sa mère, les hommes ne devaient permettre que d’enfanter et perpétuer la tribu. Rien d’autre. Hécate ne connaissait rien de son père et enfant, elle avait vite compris qu’elle n’obtiendrait aucune réponse. Elle avait donc arrêté de poser des questions. Hécate ne partageait plus cette vision des choses. Plus jeune, elle n’envisageait pas de faire autrement que la plupart des femmes Kovariis. Elle voulait être une farouche guerrière, indépendante et libre. Mais elle avait progressivement changé d’avis et comprenait que d’autres paramètres entraient en jeu : les sentiments.

La lune était déjà bien visible dans le ciel et la jeune femme prit la direction de la vallée. Elle espérait ne pas avoir trop de retard. Lorsqu’enfin, elle atteignit le bord de la vallée, elle distingua une silhouette un peu plus loin. Elle savait qu’il s’agissait de Ćiro, reconnaissant sans difficulté sa silhouette. Elle sentit son cœur battre légèrement plus vite et se dirigea vers lui. Il ne l’avait pas vu et Hécate prit garde de ne faire aucun bruit. Discrètement, elle se posta derrière son dos et se mit sur la pointe des pieds. Elle posa délicatement ses mains sur les yeux du Kovarii. « Devine qui c’est. » Sa devinette n’en était pas vraiment une et Hécate ne put s’empêcher de rire, tout simplement heureuse de savoir qu’elle allait passer un peu de temps avec Ćiro. Elle enleva ses mains et adressa un grand sourire à son ami. « Je suis désolée, je suis un petit peu en retard. »

avatar
11/03/2017 ELOW ; DEVOS, IRINA & JONAS ; 452 MATHIAS LAURIDSEN ELOW ; CRÉATEUR D'ARCS ET DE FLÈCHES, HOMME DE MAIN ET DE FOI DÉVOUÉ. FAUX IDIOT AUX PENSÉES PRONONCÉS. KOVARII ; 123
— hand gon wamplei —


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Lun 21 Mai - 14:12




Pain can be cured with a smile,
so smile.
22 AVRIL 2117

Lorsqu'il arriva, il ne trouva rien. Et pendant une seconde, son esprit s'arrêta. Comme si tous les rouages de son corps cessèrent de fonctionner. Et peut-être était-ce un signe. Ćiro avait besoin d'une pause, d'un éloignement. Il avait besoin de regarder l'horizon, de sentir l'air glisser sur sa peau. Il avait besoin des caresses de la lune et du silence. Il avait besoin de s'entendre vivre, dans le chaos que constituait ce début de soirée. Il ne l'avouait jamais, trop habitué à tout ça, mais c'était la peur qui le dévorait à chaque fois. La peur qui prenait une plus grande place à chaque occasion que sa soeur saisissait pour le maltraiter. Il avait beau fermer les yeux, se disant que c'était son droit, la peur était là. Elle se moquait de lui, elle le forçait à baisser les yeux et à ne rien dire. Elle le poussait à subir, toujours plus. Et alors qu'il était là, debout, au milieu de cette vallée, Ćiro se laissa entièrement consumer par la peur qui le paralysa. La prochaine étape, ça allait être quoi ? La mort ? Une langue coupée pour ne plus l'entendre parler ? Des yeux brûlés pour ne plus croisé son regard ? Son esprit s'emballa, ce qu'il ne lui était jamais arrivé jusqu'ici. Cette façon qu'elle avait de le traiter, ce n'était pas nouveau. Pourtant, ce soir, il répondait différemment à ces attaques. Il le ressentait. Il tremblait, incapable de retenir son coeur qui battait trop rapidement. Il ne pouvait plus bouger, envahis par la crainte que la prochaine fois, ça soit pire. Que la prochaine fois, soit la dernière fois... Il cessa maintenant de respirer à l'idée de mourir sous les coups de sa propre soeur. C'était trop triste, comme possibilité. Et il ne voulait pas mourir.

Alors, quand Hécate voila son regard de ses mains, elle brisa ce trou noir dans lequel il était tombé. Il sursauta et se retourna, apaisé par le sourire d'Hécate qu'il attendait.

C-C'est r-r-rien. Évidemment, ce n'était pas aussi simple de se calmer. Il tenta de respirer plus calmement, se grattant la tête. De-Désolé, j'ai cou-couru. Il décida de s'asseoir sur l'herbe, là, au milieu de nulle part, sous les étoiles. De toute manière, ils n'allaient pas se balader dans le noir - il n'avait aucune envie de se faire prendre dans un piège. Il souffla plusieurs fois, apaisant son coeur affolé. Et puis, Hécate était là. Il n'avait rien à craindre à ses côtés, au contraire. Ce soir, il rattraperait le temps perdu à s'acclimater au continent. Ce soir, il pourrait lui parler et la regarder, il pourrait l'écouter et chérir ce souvenir pour l'éternité. Il attendit d'être complètement serein pour ouvrir de nouveau la bouche, quitte à ce qu'un blanc s'installe. Il ne voulait pas l'inquiéter et il était persuadé qu'elle était capable de lire à travers son bégaiement, la peur qui était encore là.

Il n'y a pas de papillon, c'est dommage. Il regarda autour d'eux, mais rien. Un Naori lui avait parlé de cet endroit et il avait espéré croiser les bêtes volantes. Et puis, il était persuadé que cela aurait fait plaisir à Hécate. Ils n'avaient plus leurs îles et il savait qu'elle aimait autant que lui leur ancienne maison. Que dans la jungle féroce, ils avaient trouvé des refuges beaux et rassurants. Ils n'étaient plus chez eux et ils devaient s'habituer à cette nouvelle terre.

Comment va ta mère ? Dit-il alors, se tournant vers son amie. Vous vous en sortez bien ? Ils n'étaient plus très nombreux, les Kovariis. Quand il repensait à tous ceux qui sont restés sur l'île, il est bien heureux de savoir qu'Hécate était là, à ses côtés. Il ne savait vraiment pas comment il aurait réagi si elle était morte avec les autres. Il se serait sans doute effondré, brisant tout ce qu'il avait construit jusqu'ici, emporté par la peine et l'incompréhension. Mais, merci à la déesse qu'elle soit là. Souriante et en vie.



avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 182 Mimi Elashiry Afanen Guerrière et chasseuse Kovarii 20


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Dim 17 Juin - 19:20

Toujours aussi gentil, Ćiro ne se formalisa pas de son retard. Il fallut quelques secondes à Hécate pour s’apercevoir que Ćiro paraissait essouffler. Elle le regarda se gratter la tête, de plus en plus curieuse. Il justifia sa respiration par la course. Pourtant, il était arrivé avant elle et Hécate trouvait étonnant que sa respiration soit toujours aussi rapide. Il était sans doute arrivé quelques secondes avant qu’elle ne puisse voir la vallée. Hécate décida d’arrêter de s’inquiéter pour un rien et de profiter du moment présent. Mais elle était comme ça, elle ne pouvait s’empêcher d’être au petit soin pour ses amis et de faire attention à leur bien-être, même si Hécate devait avouer que Ćiro commençait à occuper une place particulière dans son cœur et sa tête. « Ah, d’accord. »

Elle suivit le mouvement du jeune homme et s’assit à son tour dans l’herbe, à ses côtés. Elle le regarda souffler, ralentissant progressivement sa respiration. Hécate attendit patiemment, laissant le silence remplir l’espace entre eux. Elle ne le trouvait pas gênant, bien au contraire. Elle savait apprécier chaque moment en compagnie de Ćiro. La jeune femme ne put s’empêcher d’observer le visage de Ćiro, appréciant ses traits fins et son regard magnétique. C’est son propre cœur qui commença à accélérer.

Quand il reprit la parole, Hécate constata qu’il semblait avoir retrouvé le calme qui le caractérisait. Hécate observa autour d’elle et hocha la tête. « C’est vrai. Mais ce n’est pas grave, ce n’est pas pour les papillons que je suis venue. » Un léger sourire persistait sur les lèvres de la Kovarii et elle osa ancrer son regard dans celui du jeune homme à la fin de sa phrase. Ses paroles étaient sans équivoques et si sur l’île, elle était restée quelque peu sur la réserve, elle avait aujourd’hui envie que Ćiro comprenne qu’il comptait énormément pour elle. Elle sentait qu’elle avait changé depuis la tempête, elle ne voulait plus respecter spectatrice de sa propre vie. Elle avait aussi le droit au bonheur et elle savait maintenant que sa petite sœur aurait souhaité qu’elle soit heureuse. Elle se doutait que les derniers évènements avaient aussi impacté Ćiro mais elle ne savait pas dans quelle mesure.

Ćiro embraya alors en demandant des nouvelles de sa mère. « Ça va. Elle a eu un peu de mal au début. Comme nous tous. Mais elle est solide. Finalement, elle s’est adaptée plus vite que moi. Mais tout doucement une nouvelle routine s’installe. » Hécate adressa un sourire rassurant à Ćiro pour ne pas l’inquiéter. Il est vrai que l’île lui manquait toujours énormément mais elle le vivait un peu mieux depuis quelques jours. « Et toi, ça va ? Ta mère et ta sœur vont bien ? » Il semblait à Hécate qu’elle avait croisé sa sœur quelques fois au village des Naoris. Elle n’avait jamais été proche de cette dernière. Elle ne saurait pas vraiment dire pourquoi. Sans doute la différence d’âge et le fait qu’elle n’était pas spécialement souriante. Il y avait quelque chose qui la dérangeait chez elle mais Hécate ne le dirait jamais à Ćiro. Il pouvait arriver parfois d’avoir un avis préconçu sur les gens et on réalisait alors que celui-ci était complètement erroné en apprenant à les connaitre.

Hécate leva ensuite les yeux au ciel et admira les étoiles qui scintillaient dans le ciel. « On a peut-être pas les papillons, mais les étoiles sont au rendez-vous. » Pas un seul nuage ne venait gâcher le spectacle à cet instant.  Hécate s’allongea doucement près de Ćiro et observa le ciel, suivant les tracés que formaient les étoiles. A cet instant, au côté de Ćiro, tout lui semblait plus beau. Elle était tout simplement heureuse.

avatar
11/03/2017 ELOW ; DEVOS, IRINA & JONAS ; 452 MATHIAS LAURIDSEN ELOW ; CRÉATEUR D'ARCS ET DE FLÈCHES, HOMME DE MAIN ET DE FOI DÉVOUÉ. FAUX IDIOT AUX PENSÉES PRONONCÉS. KOVARII ; 123
— hand gon wamplei —


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Ven 29 Juin - 15:07




Pain can be cured with a smile,
so smile.
22 AVRIL 2117

Depuis qu’ils n’étaient plus sur l’île, la vie était différente. Ćiro lui-même avait l’impression que plus rien n’était pareil qu’avant. Comme si tout avait changé, qu’un voile s’était déposé sur chaque chose en ce monde pour le faire évoluer. Il ne savait pas comment s’ajuster à cette nouvelle vie, mais il faisait des efforts. Si c’était la volonté de la déesse, alors il devait la suivre. Le continent était désormais le refuge des Kovariis. Et grâce aux Naoris, ils avaient une maison et la possibilité d’avancer dans la vie malgré toutes les pertes et les peines. Peu de tribus se seraient montrées aussi généreuses. Il pensa notamment aux Iskaars, qui auraient bien ri de la situation. Ils avaient tous une nouvelle chance, mais la plupart restaient en retrait. Les cultures et traditions n’étaient pas identiques aux Naoris et forcément, cela allait être compliqué. Ćiro se doutait que sa mère était particulièrement déstabilisée par cette proximité. Ćiro lui-même avait ressenti un malaise à être là, loin de la jungle et des plages. Maintenant, il essayait de voir les choses différemment, de prendre sur lui. D’une part, parce qu’une partie de son histoire se trouve chez les Naoris. D’une autre, parce qu’il ne voulait pas ajouter plus de problème. Sa mère et sa sœur étaient déjà bien assez inquiètes de ce qui allait arriver, alors Ćiro voulait aider. Rendre la situation plus facile à accepter. Il n’était pas certain d’y parvenir vraiment.

Ce moment avec Hécate, il l’avait attendu, parce que cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas pris du temps pour lui et pour elle. Pour retrouver son amie, l’écouter et l’observer. Il pouvait quitter maintenant l’ombre qui le suivait pour se concentrer sur quelque chose de plus joyeux. Il s’installa sur l’herbe, reprit son souffle et se calma espérant qu’Hécate ne lui poserait pas trop de questions sur son état. Par chance, elle resta des plus silencieuses, attendant tranquillement. Elle était toujours compréhensive, Hécate. Il voulait profiter de ce moment avec elle sans rien laisser gâcher ses sentiments. Pas même les papillons invisibles.

Pour le calme alors ? C’est si paisible ici… Il s’attarda un moment dans ses yeux avant de lever le regard vers l’horizon. Il sentait qu’elle était là pour lui, mais n’osait pas l’avouer à voix haute. Pas encore, du moins. Lui était là pour elle également, c’était tellement évident. Il se gratta la tête, se demandant s’il pouvait s’allonger pour mieux compter les étoiles, mais se ravisa, préférant poursuivre la conversation et en savoir plus sur la vie de son amie. Comment s’était passé la transition pour elle ? Et pour sa famille ?

Tant mieux. Dit-il, assez content de savoir qu’une nouvelle routine prenait place. La routine, c’était bien. C’était la preuve qu’elles avaient trouvé leurs places et qu’elle s’investissait dans cette nouvelle vie. Il conserva le silence un peu plus longtemps avant de donner sa réponse. Elles vont bien. Maman est un peu malade, par contre. Je pense que l’hiver ne lui convient pas. J’espère que ça ira mieux une fois que le soleil sera plus fort. Sa mère n’était jamais tombée malade. Pas comme ça du moins. C’était un peu effrayant de la voir dans cet état et de ne pas savoir quoi faire pour qu’elle aille mieux. C’était peut-être qu’une question de temps. L’environnement et les températures n’étaient pas les mêmes que sur l’île, alors sans doute qu’elle avait besoin de s’accoutumer à tout ça.

Il lui offrit un sourire radieux alors qu’elle parla d’étoile, puis s’allongea à ses côtés sans crainte, posant son regard désormais serein vers les lumières. Il se sentait léger désormais, paisible. Hécate avait ce don magique avec lui. Sans rien dire, sans rien faire. Sa simple présence suffisait.

Tu crois vraiment qu’il y a des hommes qui ont vécu là-haut ? Demanda-t-il à son amie. Lui, n’y avait pas cru une seule seconde. Il n’y croyait toujours pas. Mais Cyd semblait être assez catégorique et finalement, lui qui craignait la perdre sur le continent, était finalement à ses côtés. Comme si la déesse ne voulait pas le séparer de la jeune femme.


avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 182 Mimi Elashiry Afanen Guerrière et chasseuse Kovarii 20


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Dim 8 Juil - 15:48

Aucun bruit ne venait perturber leur moment. Hécate avait presque l’impression qu’ils étaient seuls au monde. Rien n’avait plus d’importance et tous ces sens étaient concentrés sur la seule présence du jeune homme. Elle s’était toujours sentie apaiser en sa présence. Sans doute était-ce la douceur dont Ćiro faisait preuve avec elle. Hécate ne savait pas trop à quel moment la nature de ses sentiments avaient changé. C’était peut-être depuis le moment qu’ils avaient passé seuls tous les deux dans la jungle. La jeune femme s’était montrée vulnérable et lui avait offert sa confiance sans hésiter. Elle n’aurait pas fait ça avec n’importe qui.

Quand il proposa qu’elle était là pour le calme, elle se retint de lever les yeux au ciel et un sourire énigmatique se dessina sur son visage. Hécate se demandait parfois s’il ne faisait pas exprès de ne pas comprendre les perches qu’elle lui tendait. Même si cela pouvait s’avérer frustrant, elle appréciait cet entre-deux dans lequel ils se trouvaient. Une fois qu’elle eut donné des nouvelles de sa mère, elle interrogea Ćiro sur sa famille et elle sentit avant même qu’il ne donne sa réponse que quelque chose n’allait pas. Celui-ci lui annonça que sa mère n’allait pas bien. Il ne fallait pas être devin pour comprendre que le chamboulement qu’ils avaient vécu, avait des conséquences sur la santé de certains Kovariis. Il était vrai qu’ils faisaient beaucoup plus frais que chez eux. Mais cela risquait d’être inquiétant si cela durait. « Tu en as parlé à Cyd ? Elle pourrait peut-être préparer des plantes pour l’aider. » Cyd avait toujours été là pour elle et ses préparations lui avaient souvent permis de retrouver le sommeil. Elle était incollable sur les plantes à utiliser et sa générosité était connue de tous les Kovariis. Elle s’inquiétait toujours pour sa tribu et elle savait qu’elle ferait tout pour aider la mère de Ćiro si ce n’était pas déjà le cas.

Lorsqu’elle s’allongea et évoqua les étoiles, elle vit le sourire illuminé le visage de Ćiro, ce qui lui réchauffa le cœur. Elle se doutait que cela ne devait pas être facile pour lui en ce moment alors le voir sourire, suffisait à la rendre heureuse. Elle le sentit s’allonger près d’elle et ils regardèrent tous les deux les étoiles. La question de Ćiro rompit le silence qui s’était installé. Hécate observa plus attentivement le ciel, comme si celui-ci était détenteur de la réponse. « Je crois, oui. Même si je ne sais pas comment cela est possible. » Elle n’avait jamais rencontré les personnes descendus du ciel. Elle avait entendu les histoires qu’on racontait sur eux sans savoir ce qui était vrai ou faux. Mais toutes les versions concordaient à dire qu’ils avaient vécu dans le ciel. Cette immensité bleuté qui un beau jour les avait recrachés sur la Terre. « Je n’aimerai pas vivre là-haut. Ça a l’air si grand…et vide. » Il y avait certes les étoiles mais il n’y avait pas d’arbres, pas d’animaux… Jamais elle n’aurait pu chasser ou plonger ses orteils dans du sable chaud. Seul le silence devait accompagner ceux qui avaient vécu au milieu des étoiles.

« Et toi, tu y crois ? » Elle tourna doucement la tête vers Ćiro. Son visage s’était détendu et plus aucune trace de l’inquiétude qu’elle avait perçue lorsqu’il avait évoqué sa mère, ne subsistait. Sans réfléchir, elle décala doucement sa main sur le côté et ses doigts frôlèrent ceux du jeune homme. Elle ne voulait pas le brusquer et lui laissait le choix de mêler ses doigts aux siens. « Tu m’as manqué, Ćiro. » Les mots étaient sortis tout seul. Hécate avait ressenti le besoin de les lui dire et qu’il comprenne l’importance qu’il avait à ses yeux.

avatar
11/03/2017 ELOW ; DEVOS, IRINA & JONAS ; 452 MATHIAS LAURIDSEN ELOW ; CRÉATEUR D'ARCS ET DE FLÈCHES, HOMME DE MAIN ET DE FOI DÉVOUÉ. FAUX IDIOT AUX PENSÉES PRONONCÉS. KOVARII ; 123
— hand gon wamplei —


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Mer 25 Juil - 18:45




Pain can be cured with a smile,
so smile.
22 AVRIL 2117

Un regard sur l’horizon et le voilà apaisé. Ils étaient seuls, unique être vivant aux alentours, observant le monde paisible. Avec cette hauteur, Ćiro avait la sensation de pouvoir contrôler les vies plus loin. Comme s’il avait là un aperçu du pouvoir de la déesse. C’était fantastique. Il n’irait jamais jusqu’à se comparer aux Dieux, mais se sentir proche d’eux le rassurer. Malgré l’obscurité, il pouvait parfaitement distinguer les formes des arbres et des montagnes, plus éloigné encore. Et puis il y avait les étoiles. Elles éclairaient tout, accompagné de la lune puissante. C’était une si belle vision et il se sentait d’autant plus heureux de savoir qu’il partageait ce moment avec Hécate. Son regard glissa naturellement vers elle. Hécate était splendide. Nul doute qu’elle faisait partie des plus belles femmes Kovariis. Elle possédait aussi un cœur si extraordinaire que cela l’effrayait presque d’être si proche. Il ne méritait pas la confiance qu’elle lui accorder, ni son amitié. Il n’était rien en comparaison à d’autres, surtout sur le continent. Maintenant qu’il y songeait, peut-être bien qu’elle risquait de croiser le chemin d’un Naori bien plus puissant et intelligent que lui. Jaloux d’un homme imaginaire, il reporta son regard au loin, mettant la faute sur les papillons.

Il n’osait toujours pas donner de nom à ses sentiments, pourtant elles étaient là et depuis toujours. La première fois qu’il avait vu Hécate, elle avait saisi son âme. Il l’avait entendu rire et c’était fait. Il avait été charmé et envahi par de l'amour aussi simple que réel. L’approcher avait été délicat, mais finalement une relation avait trouvé sa place et avec l’aide d’un pirate, il tâchait de trouver les mots justes pour se rapprocher encore plus d’elle. Cependant, il n’oserait jamais prononcer les mots qui risqueraient de choquer la tribu. Lui, avec une Kovariis ? Elles n’avaient besoin de personne et si besoin de progéniture, il y avait, et bien là, c’était autre chose. Lui, il risque de représenter quelque chose de nouveau, surtout avec Hécate qui est plus jeune. On le pointerait du doigt comme un danger, un imbécile. Et elle, on lui reprocherait son ignorance et le fait d’être attaché à ce qui ressemble sans doute à un enfant. S’ils s’aiment, si ça arrive, beaucoup seront ceux qui les jugeront, alors Ćiro essaye de ne rien imaginer. Il n’ose pas. Jamais. Il pouvait garder pour lui tout sentiment, offrant à la belle Hécate tout ce dont elle aurait besoin, et ce, jusqu’à la fin des temps. C’était suffisant. La rendre heureuse lui suffisait.

Oui, je suis allé la voir directement. Maman boit déjà une coction, mais nous devons nous montrer patients. Cyd était toujours d’un grand secours quand il en avait besoin. Il la savait aussi très heureuse d’être ici. C’est une femme forte, ça passera je n’en doute pas. Contrairement à sa sœur qui s’inquiète chaque fois un peu plus, n’hésitant pas à le rendre fautif du moindre éternuement.

Allongé, il en oublia tout le reste pour se concentrer sur sa propre respiration et celle de son amie. Cette fois, il n’y avait plus qu’eux et les étoiles. Rien d’autre et c’était incroyable. Il rêverait presque de passer des heures ainsi, sans bouger, sans rien dire. Juste eux. Il posa alors la question qui lui traversa l’esprit, se demandant qu’elle était l’avis d’Hécate à ce sujet. Celle-ci semblait y croire, mais à moitié.

C’est vrai, ça a l’air vide. Les pauvres… Quelle tristesse. Heureusement qu’ils avaient eu leur île. La jungle et les plages. La mer même, bien qu’effrayante pour la plupart, restaient si belles en comparaison du néant. Peut-être que c’est ce qui rend ces hommes encore plus absurdes. Comment vivre dans le vide ? Sans air, sans terres, sans eau ? C’est impossible, et pourtant…

Il y a quelques mois, je t’aurais dit non sans aucun doute. Mais maintenant. J’ai entendu dire que les Naoris ont souvent parlé avec eux. Pourquoi mentiraient-ils à ce sujet ? Eux qui les avaient si généreusement accueilli. Ćiro ne voulait pas remettre en doute les Naoris. Surtout pas après tout ce qu’ils avaient fait. Il se tourna vers son amie et sentait sa main toucher la sienne. Il laissa ses doigts effleuraient les siens. Oui, il était si bien là, tout de suite.

Toi aussi, Hécate. Un frisson le parcourut. Le temps n’avait désormais plus d’impact. Les étoiles pouvaient être jalouses, lui avait la plus belle à ses côtés.


avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 182 Mimi Elashiry Afanen Guerrière et chasseuse Kovarii 20


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Sam 25 Aoû - 16:33

La plénitude qu’elle ressentait ainsi allongée dans l’herbe en compagnie de Ćiro, lui rappelait celle qu’elle ressentait lorsqu’elle était sur l’île. La douce lumière des étoiles lui rappelaient celles qu’elle contemplait lors de ces insomnies avant que la catastrophe n’arrive. S’ils vivaient désormais dans une forêt, ce qu’elle chérissait le plus était toujours à ses côtés. Elle avait eu de la chance, comparée à d’autres. Et elle comptait bien en profiter. Hécate savait enfin ce qu’elle souhaitait et avec qui elle voulait passer le reste de sa vie. C’était comme une évidence qui s’imposait à elle. Il n’était pas une partie d’elle, mais son complément. Il lui apportait douceur et compréhension. Ćiro disposait de nombreuses qualités qu’il semblait lui-même ignorer. Aux yeux d’Hécate, il valait tous les hommes de cette Terre.

Le jeune homme semblait préoccuper par l’état de sa mère, ce qu’Hécate comprenait tout à fait. Comme elle l’avait deviné, il était allé voir Cyd mais les effets se faisaient encore attendre. Ćiro n’avait pas besoin de lui faire part de ses inquiétudes pour qu’elle le sente. Elle savait que les choses pouvaient évoluer très vite, dans un sens comme dans l’autre. Elle espérait de tout cœur que sa maman se remette vite afin que son ami n’ait plus cette angoisse permanente. Hécate hocha la tête, tentant de lui offrir un sourire rassurant quand il évoqua sa mère comme une femme forte. Il lui semblait que la mère de Ćiro était faite du même bois que sa propre mère. Elles ne s’écoutaient jamais et ne manquait pas de courage, ce qui était d’autant plus inquiétant lorsqu’elles n’avaient plus la force de faire comme si tout allait bien. « J’en suis sûre aussi. »

Le calme de la nuit était reposant et pouvoir partager ce moment en toute intimité, était une chance qu’Hécate savourait. Elle ne savait pas quand cela se reproduirait et elle était bien décidée à savourer chaque seconde. La jeune femme était de plus en plus surprise des sentiments que Ćiro éveillait chez elle. Tout avait basculé dans la jungle. Elle se souvient encore de la chaleur de l’île du regard de Ćiro lorsqu’elle avait avoué sa peur de l’eau et qu’elle lui avait demandé de l’aide. Cela lui semblait tellement loin aujourd’hui.

Comme elle, Ćiro ne mettait plus en doute la présence d’Hommes descendus du ciel. « Je les crois aussi. Il y a des choses qui ne s’inventent pas. Et peut-être qu’un jour, on aura l’occasion de croiser ses Hommes nés dans les étoiles. » Elle était d’un naturel curieux et elle aurait tellement de questions à leur poser sur la vie qu’ils avaient mené dans le ciel. Elle ne les considérait pas comme une menace et la Terre était assez grande pour tous les accueillir. Leur arrivée avait été source d’énormément d’inquiétudes et les anciens s’étaient plusieurs fois réunis. Les Kovariis étaient certes un peu moins concernés par ce qu’il se passait sur le continent mais Hécate se rappelaient des discussions animées et des rumeurs échangés autour du feu.

Ses doigts effleuraient doucement ceux de Ćiro et elle lui avait avoué sans réfléchir le manque qu’elle avait ressenti sans sa présence à ses côtés. Quand il l’entendit déclarer qu’elle aussi lui avait manqué, elle roula pour se retrouver sur le ventre et comblant par la même occasion la distance entre leur deux corps. Ainsi, elle pouvait observer un peu mieux le visage de Ćiro. Hécate affichait un grand sourire alors qu’elle sentait son cœur palpiter de joie. Reprenant un peu confiance en elle et retrouvant son côté taquin, elle ne put s’empêcher d’embêter un peu Ćiro. « Ah oui ? Je t’ai manqué seulement un peu ? Ou beaucoup ? » Elle observait les réactions Ćiro, les coudes appuyés dans l’herbe. Hécate savait qu’il allait être un peu mal à l’aise à cause de sa question mais cela l’amusait. Elle avait bien noté ses réactions quand le pirate l’avait taquiné sur l’île.

Les yeux d’Hécate balayèrent le visage de Ćiro avant de s’arrêter sur ses lèvres. Ce n’était pas l’envie qui lui manquait mais comment Ćiro réagirait-il si elle tentait quelque chose ? Elle ne voulait pas gâcher leur amitié et elle ne voulait pas non plus qu’il la rejette. Elle remonta ses yeux pour s’ancrer au regard de Ćiro. Elle était certaine qu’il n’était même pas conscient de sa beauté, ce qui lui donnait un charme supplémentaire. Elle passa distraitement une mèche derrière son oreille alors qu’elle se penchait doucement vers le visage de Ćiro. Elle avait laissé ses cheveux retomber librement sur ses épaules et le vent venait doucement les balayer. Son cœur était prêt à sortir de sa cage thoracique et Hécate guettait les réactions de Ćiro. Elle pose délicatement ses lèvres à la commissure de celles de Ćiro, sa main prenant appui sur son torse. Elle recula son visage, observant la réaction de son ami et espérant qu’il ne pourrait pas voir la teinte rouge qu’avaient pris ses joues. Hécate ne souhaitait surtout pas que le jeune homme se sente forcé de quoi que ce soit. La femme commandait chez les Kovariis mais il était hors de question qu’un tel rapport de force s’immisce dans leur relation, que celle-ci soit amicale ou autre. Hécate retira sa main du corps de Ćiro et sourit timidement, soudain gênée de son audace. Son regard se perdit au loin alors que ses doigts torturaient une pauvre herbe qu’elle avait arrachée du sol, espérant ne pas avoir fait une grosse erreur. Elle n’avait pas réfléchi et elle espérait ne pas perdre son ami.

avatar
11/03/2017 ELOW ; DEVOS, IRINA & JONAS ; 452 MATHIAS LAURIDSEN ELOW ; CRÉATEUR D'ARCS ET DE FLÈCHES, HOMME DE MAIN ET DE FOI DÉVOUÉ. FAUX IDIOT AUX PENSÉES PRONONCÉS. KOVARII ; 123
— hand gon wamplei —


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Jeu 30 Aoû - 19:16




Pain can be cured with a smile,
so smile.
22 AVRIL 2117

C’était si rare de profiter d’instant comme celui-ci. Si rare pour lui, qui devait toujours travailler plus dur. Il avait passé ses derniers mois à se plier en quatre pour sa famille. À faire tout le nécessaire pour qu’elles ne manquent de rien, pour qu’elles survivent après la tempête et la perte de l’île. Il s’était mis en second plan, comme toujours. Il le faisait si naturellement, que cela lui paraissait presque impensable de profiter d’un peu de liberté. Pourtant, allongé près d’Hécate, il réussissait à se vider l’esprit. Elle insufflait de la douceur et du calme dans l’esprit parfois très agité du jeune Kovarii. Ćiro ne l’exprimait peut-être pas, mais il réfléchissait souvent à tout. Il essayait d’avoir de l’avance sur ce qui pourrait arriver, il essayait de se préparer à répondre aux attentes qu’on aurait de lui. Il n’était pas si bête, naïf peut-être, un peu maladroit aussi, mais pas idiot pour autant. Et puis il restait dans cette forêt, plus il s’éloignait de ce jeu qui l’avait si longtemps protégé… Il craignait toujours d’être exclu de la tribu, il avait toujours peur de se faire bannir, même en dehors de l’île, mais les Naoris avaient offert de l’espoir à son cœur. Et cette forêt lui avait ouvert les yeux sur ses propres racines.

Ćiro devait accepter la part de Naori qui était en lui et il comptait bien sûr sa cousine @Tamara Quetzalcoalt pour ça ! En attendant, pour une fois, il allait respirer. Laissez l’air le parcourir et oublier tout ce qu’il y a de désagréable dans ce monde. La déesse avait des projets, d’extraordinaire idées pour lui et pour les autres. Il devait être prêt le moment venue. Ćiro a toujours été optimiste. Il a toujours vu le positif en chaque chose, même dans les pires moments. Même sous les coups de sa propre famille. Il comprenait, d’une certaine manière. Ou alors il avait une fausse idée de la situation, mais ce n’était pas important. Tant qu’il était en vie, tant qu’il était avec les siens, rien d'autre ne comptait.

« Peut-être, mais pas tout de suite, j’espère. » Et s’ils avaient une tête en plus ou des doigts bizarres ? Et s’ils étaient plus grands ou qu’ils avaient un troisième œil caché ? Vraiment, Ćiro se posait des questions qu’il préférait même ignorer. Et puis, s’il avait bien compris, ces étrangers avaient causé une guerre ou quelque chose dans le genre. Peu importe, tant qu’ils étaient en sécurité, ils pouvaient vivre leur vie à l’autre bout du continent ! Pourtant, une étrange étincelle brillait dans les yeux de la jeune femme. Il pouvait prédire sa curiosité prendre le dessus. Comme Ćiro, elle avait participé à quelque discussion autour du feu, écoutant les rumeurs et les histoires sur ces hommes venus des étoiles. Tout d’un coup, il imaginait la rencontre qu’elle ferait et refusait de laisser sa si belle amie se faire avoir par des inconnus. Pires, ils pourraient bien remarquer à quel point elle est bien, Hécate, et la kidnapper ! Il garda pour lui ses craintes et se concentra sur les étoiles.

« Est-ce que j’ai vraiment besoin de répondre ? » Ses yeux étaient posés sur la jeune femme à ses côtés. Elle avait l’air de s’amuser à essayer de lui extirper la réponse à sa question et, étrangement, Ćiro était prêt à jouer le jeu. Il y avait quelque chose d’incroyablement tentateur à jouer avec les mots et les regards. Surtout avec elle. Soudain, il se figea, le regard complètement perdu sur le visage d’Hécate incroyablement proche. Il pouvait sentir quelques mèches de cheveux lui caressait une partie du visage alors que les lèvres de la belle Kovarii se posèrent sur les siennes. Bref et rapide, elle se recula, gardant sa main sur son torse.

Tout ce à quoi il pensa, c’est à quel point se baiser était doux, et à quel point il voulait qu’Hécate recommence. Il refusa de laisser Hécate prendre plus de distance et se releva légèrement, coude planté dans la terre, l’observant torturé une herbe qui n’avait rien fait. À cet instant, Ćiro n’avait pas peur. Au contraire, il se sentait animé par quelque chose de nouveau.

« Ne t’éloigne pas. » Il caressa son épaule de ses longs doigts, offrant un sourire qu’il n’avait jamais exprimé jusqu’ici. « S’il te plaît, ne t’éloigne pas… » Cette fois, c’est à son tour de se rapprocher, espère de tout cœur qu’elle accepterait cette nouvelle intimité.


avatar
06/04/2017 Aenah / Marie 182 Mimi Elashiry Afanen Guerrière et chasseuse Kovarii 20


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)
Dim 16 Sep - 16:21

Ćiro ne semblait pas partager la envie de connaitre les terriens. Il faut dire qu’ils ne savaient finalement que peu de chose. Aucun des deux jeunes gens n’en avaient rencontré. Mais la curiosité d’Hécate n’était pas un mythe et elle savait qu’un jour ou l’autre, elle ne pourrait s’empêcher de trainer autour de leur campement. Juste pour les voir. Découvrir à quoi ressemblait ces humains venus des étoiles. Mais cela n’était pas encore d’actualité, pour le moment, elle voulait profiter de chaque seconde qu’elle passait avec le jeune homme.

Hécate avait ensuite tenté de taquiner un peu le Kovarii. Elle savait qu’il était parfois facile à déstabiliser et elle s’amusait de le faire rougir. Pourtant il ne semblait pas gêné par sa question et entra dans le jeu qu’elle avait instauré. La jeune femme pouvait presque sentir l’électricité dans l’air, à moins que ce n’était que son imagination. Le geste qu’elle fit ensuite, elle ne l’avait pas prémédité. Elle avait eu envie de goûter à ses lèvres, essayer rien qu’une fois de l’embrasser. Cela avait été doux mais rapide, trop rapide à son goût, mais elle n’avait aucune idée de comment allait réagir Ćiro. Elle ne savait pas vraiment ce qu’il ressentait à son égard. Ils étaient proches mais peut être qu’il n’attendait rien d’autre qu’une amitié. Peut être qu’elle ne lui plaisait pas ou que son coeur était déjà pris, par une femme ou par un homme… Hécate s’était donc reculée gênée de son geste et pourtant elle ne le regrettait pas. Elle avait aimé ce moment et elle espérait ne pas avoir mis Ćiro dans une position délicate. Elle comprendrait tout à fait s’il faisait le choix de faire comme si de rien était… C’est perdu dans ses pensées qu’elle s’en prenait à la fine herbe entre ses doigts. Elle était maintenant divisée en plus de morceaux qu’elle ne l’aurait cru possible.

Elle entendit Ćiro bouger à côté d’elle et elle ne put s’empêcher de tourner son visage vers lui, afin de sonder sa réaction. Lorsqu’elle l’entendit prononcer lui demander de ne pas s’éloigner, elle mit quelques secondes à comprendre ce que cela signifiait. Elle avait l’impression de sentir son cerveau complètement engourdi. Il ne voulait pas qu’elle s’éloigne… Ces quelques mots finirent par avoir un sens. Elle sentit les doigts de Ćiro toucher son épaule avec une douceur qui ne la surprenait pas et le sourire qu’il lui offrit faisait partie des plus beaux qu’il lui avait offert jusque là. Il semblait heureux. Vraiment heureux… Hécate ne répondit rien, elle se sentait incapable d’articuler le moindre mot. Elle était prisonnière de son regard, de son sourire, de la douceur de sa peau contre son épaule… « Ćiro... », sa voix n’était qu’un faible murmure.

Elle vit approcher doucement son visage du sien et elle cessa de penser. Elle réduisit elle-aussi la distance qui les séparait pour poser ses lèves sur les siennes. Ce n’était plus un baiser hésitant où elle avait peur de le faire fuir. Elle savait qu’il en avait autant envie qu’elle et le plaisir de l’embrasser en était décuplé. Hécate sentait une douce chaleur s’insinuer en elle, celle-ci étant nouvelle et agréable. La jeune femme posa doucement sa main sur la joue de Ćiro, avant de la glisser dans son cou, à la base de ses cheveux. Leur baiser n’était que douceur, pourtant Hécate avait l’impression de lui dire tout ce qu’elle ressentait pour lui. Tout ce qu’elle n’avait jamais pu lui dire. Ses sentiments n’avaient fait que grandir depuis un an. Elle avait mis du temps à comprendre ce qu’elle ressentait pour lui mais aujourd’hui elle n’hésitait plus. Elle savait que c’était avec lui qu’elle voulait être.

Hécate finit par rompre le baiser, reprenant son souffle avec un grand sourire aux lèvres. Elle descendit sa main de son cou à son torse, savourant de pouvoir le toucher, de le sentir aussi près d’elle. Elle prit ensuite son courage à deux mains pour lui dévoiler ses pensées. « ça fait un moment que j’en avais envie, mais… J’avais peur que tu ne ressentes que de l’amitié pour moi. » Hécate sentait encore la sensation des lèvres de Ćiro sur les siennes, et elle n’avait qu’une envie, recommencer.

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: “ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)

 

“ Pain can be cured with a smile, so smile. ” (Hécate)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]
» La Cascade de Pain : Illustration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: La sylve :: La vallée radioactive-