Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Sauver les vivants (Saoirse)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
05/03/2018 Authenticity 312 Michiel Huisman @luxaeterna Prince | Diplomate & Stratège Rahjak 16


Sujet: Sauver les vivants (Saoirse)
Mar 10 Avr - 22:51

Panique. C'est ce qui résume la journée derrière les murs de la cité Rahjak. Une seule étincelle, et tout part en vrille. Tout semble avoir éclaté en un seul instant. D'un coup, le calme et la bataille se sont entremêlés dans une danse macabre à laquelle la plupart ne semblaient pas prêt d'échapper. Il y a eu révolte, fuite, coups et blessures. Le palais a semblé sens dessus dessous pendant des heures. Isaak était probablement furieux, lançant ordres sur ordres pour démêler tout ce chantier. Mais remettre en l'état une corde emmêlée depuis des années est bien vain. Il n'y avait pas eu tel fouillis dans la cité depuis des lustres. Le massacre des mines de sel a fait froid dans le dos à une bonne partie de la population du désert, et la royauté n'y a surement pas échappé. Mais toi, Demyan, tu en penses quoi ? On sait bien que tout ce qui est un peu trop réglementé te passes au dessus de la tête. Mais des massacres... Des "innocents" tués. T'enrages, tu trouves ça incroyable. On te parle de groupes rebelles, et ce sont des mots que tu entends, qui te touchent. T'as beau essayer de tuer les idées dans l’œuf, t'es conscient que ce pays manque d'égalité. Mais quel prix à payer pour l'égalité ? Celui du sang, de la vie des innocents. Tu sais pas réellement comment tout le monde va se dépatouiller de toute cette situation, mais tu sens que c'est pas la dernière fois que t'auras à imaginer passer la lavette derrière tous ces corps ensanglantés. Ces gens pensent peut-être qu'ils rendront le monde meilleur, et tu penses que leurs actes sont honorables, jusqu'à un certain point. T'es juste pas certain que leur manière de remettre en cause l'autorité royale sois la bonne.

Une foule de gens abasourdie revient des mines, tandis que toi, t'es la belle gueule à qui on a demandé "d'aller faire un tour et de tâter la température". Bien sur qu'ils espèrent que tu feras des miracles et que tout le monde va t'écouter. En soi, les gens ici t'écoutent, ils pensent que t'es pas le pire des pourris de la famille. T'espère qu'ils t'applaudiront pour le super discours que tu as préparé. En général, on te préviens bien avant, mais cette fois-ci c'était tellement le capharnaüm que c'était pas possible. Mais tant pis, c'est ton truc à toi de savoir être parfait en toute situation. Tu vois des visages apeurés, perdus ou colérique. Ces gens ont été trimbalés d'un coin à l'autre de la ville et du désert en si peu de temps. Enfermés sur un coup de tête, puis sauvés puis récupérés, ce ne sont pas de vulgaires chameaux après tout. Même si c'est ce que porte à  leur faire croire  les gardes, visiblement. Y'a des visages et des visages... Tu ne les compte plus. Et toi, tu es là, sur ton petit piédestal, attendant que les murmures se tournent vers toi. On t'a remarqué, forcément. T'es le prince, forcément qu'on t'as vu. Même le plus sot des imbéciles aurait compris qu'il est nécessaire de te respecter. Mais t'es pas là pour faire valoir tes droits, t'es là pour vérifier que ça va pas éclater de nouveau. T'es le démineur de la situation, mais sans aucun manuel. Au moins, t'as préparé un super discours et ta voix de prince enchantera tout le monde, c'est certain.

Voilà. Tu as parlé. Les grands esprits se sont rencontrés. T'as donné ton avis, dis à tout le monde de se calmer, t'as parlé de belles choses. Mais tes yeux ont parcouru la foule pendant que tu faisais ce qu'on t'avais demandé de faire, et t'as bien vu que certains ne suivaient pas vraiment. Après tout, c'est leur droit. Pourquoi s'en priveraient-ils ? Regarder les beautés du ciel bleu au lieux d'écouter un singe dansant tenter de lui apprendre la vie. Lui-même aurait été le premier à lever les yeux au ciel et tenter de dessiner des lapins à l'aide d'un caillou dans le sable. Seulement, c'est pas vraiment bon pour ton image. Tu préfères quand tout le monde t'écoutes, quand t'es le grand, le pouvoir. Tu veux qu'ils t'applaudissent, même lorsqu'ils sont mous et perdus. Alors tu mises sur une autre option : la participation active mais factice du peuple à cette remise en ordre. Tu parcoures la foule, tournant autour des rescapés des mines de sel, jetant parfois un regard à ceux qui ont été escortés pour être soignés, les autres interrogés. T'en vois une, une jeune fille, qui semble pas spécialement intéressée par ce que tu dis, et du'n coup, tu t'approches d'elle et la montre du doigt. Tu sais que tous les yeux sont tournés vers elle désormais, et tu ne tardes pas à reprendre la parole. « Toi, qu'en penses-tu? N'es-tu pas outrée par le traitement que tu as subis ? » Eh voilà, Demyan t'as l'air d'un prince sur son cheval blanc. T'espères juste que cette demoiselle ne te donnera pas des raisons d'ordonner son exécution, parce que c'est clairement pas ton job à toi ça.


Dernière édition par Demyan Draghsteel le Mer 23 Mai - 21:36, édité 1 fois

Admin - Apocalypse Please
avatar
13/04/2016 Mystery Light Liam, Near, Elijah, Cassandre 1939 Taissa Farmiga lux aeterna Mumu ♥ & Signa : ishtar ÐVÆLING, Soan Esclave Rahjaks, ancienne Pikuni (botaniste, soin) Ancienne Pikuni 78
Admin - Apocalypse Please


Sujet: Re: Sauver les vivants (Saoirse)
Mar 22 Mai - 1:15



Sauver les vivants


Demyan & Saoirse
Elle avait pensé s’y faire, pouvoir se dire qu’à force de les côtoyer elle finirait par s’y faire, par trouver les habitants de cette ville pas plus étranges que les autres. Sans Succès. Cette tribu ne pouvait décidément rien faire comme tout le monde. Elle vivait dans un désert, se retrouvait face à des gens tellement conditionnés dans leur petit monde que priver quelqu’un de sa liberté ne semblait pas les offusquer. Mais au fond, ça, elle avait fini par s’y faire, pas parce qu’elle approuvait, qu’elle était devenue une Rahjak à part entière mais simplement parce que le choix le plus intelligent était de se taire et de penser que peut-être un jour, ça irait mieux pour elle. Elle avait eu de la chance dans sa déprime, sa tentative de suicide manquée lui avait donné un autre maître, maîtresse et elle sait très bien qu’elle a eu de la chance, qu’elle aurait pu tomber sur beaucoup moins bien compréhensif qu’elle. Ce n’était pas forcément le bon mot mais au moins, Astrid la traitait bien, du mieux qu’elle le pouvait lorsque l’on parlait d’esclave.

Ce qu’il s’était passé aujourd’hui l’avait à la fois interpellée et effrayée même si elle ne se disait pas comme quelqu’un de craintif, au manque de répondant flagrant. Sa première vente l’avait rendue disons plus fantomatique, elle ne gardait de l’ancienne Saoirse que l’apparence. Tout avait commencé par des voix s’élevant dans les rues, des esclaves qui se révoltent et elle qui restait près d’Astrid en sachant bien que toute révolte dans ce lieu ne se terminait pas de façon heureuse. Elle s’était retrouvée dans des cachots puis emmenée dans des mines de sel avec des blessures légères mais ce n’était rien comparé à la violence dont avait fait preuve le prince héritier dans l’exécution sommaire de ceux qui leur avait résisté, aux esclaves qui avaient cru un jour pouvoir l’emporter en ces lieux.

Elle avait vu les mines de sel, s’était fait promettre à elle-même de ne jamais en arriver jusque là, de survivre assez longtemps pour espérer qu’Astrid change d’avis sur l’esclavagisme mais que d’ici là elle agirait comme il le faudrait. Si elle n’avait fait que se douter du prix à payer d’un tel affrontement contre le système à la cité, elle venait d’y assister et elle était  encore sous le choc quand on les avait tous ramené à la cité. Elle n’avait pas fait attention, s’était laissée emporter par la foule et Astrid était déjà bien loin. Il lui avait fallut un moment pour le réaliser mais déjà la foule l’emportait à nouveau dans un autre endroit ou s’élèverait une voix qu’elle n’avait pas si souvent entendue. La Grand Place.

Elle est encore un peu ailleurs, p’etre encore dans les mines. Quand son regard se perd dans la foule, il doit y en avoir deux trois comme elle mais qui fixent un point devant eux comme si quelque chose allait se passer. Elle se retourne rapidement, pas très certaine de vouloir savoir ce qu’il va se passer, ce qu’on va leur dire. Ce qu’il s’est passé ils le savent déjà. Elle remarque celui qui attire le regard, qui semble chercher une bonne poire à interpeller. Les rares fois ou elle suit les mouvements de foule, c’est souvent lui qui parle, qui interpelle, qui apaise. Elle a cette envie de ne pas rester là quand il se déplace de son piédestal mais c’est déjà trop tard parce qu’il fait vite et la désigne. « Toi, qu'en penses-tu? N'es-tu pas outrée par le traitement que tu as subis ? »

Elle ne sait pas trop comment s’y prendre ni même ce qu’elle va dire. Elle est encore un peu perdue que pour avoir un avis cohérent sur ce qu’il s’est passé, du moins, s’il est cohérent dans sa tête ce n’est pas pour autant qu’elle le dira de façon cohérente. Voilà. C’est ça tout le problème. Puis, elle ne parle pas beaucoup alors devoir se mettre à parler ici, ça la bloque un peu. Les murmures se font entendre, ils veulent l’entendre, entendre ce qu’il va se passer, ce que le Draghsteel va leur dire. Elle n’est pas si impatiente, n’est pas venue de son gré, s’est vue emportée par la foule. Elle ne veut pas être le centre d’un tout même pour un quart de seconde, même pour une interpellation qui ne restera pas gravée dans les esprits. « C’était un peu du grand n’importe quoi, Prince. » Sa voix n’est pas calme et assurée mais c’est qu’il aurait pu prendre n’importe qui d’autre ayant un peu plus d’aisance dans ce qu’il lui demande de réaliser. C’est simple juste deux questions et en même temps pas si simple que ça. Ce qu’elle lui a balancé c’est la seule chose qu’elle veut bien admettre. Elle n’aurait jamais du se retrouver dans les cachots et encore moins dans les mines de sel, pas si tôt. Jamais : c’est ce qu’elle espère. Elle ne voit pas ce qu’il attend d’elle dans ces questions, préfère ne pas répondre à la deuxième qui dépasserait le cadre de ce qu’il s’est passé juste aujourd’hui. Ce qu’il s’est passé ? Ces exécutions, elle n’aurait jamais du y assister.


— code by lizzou —

 

Sauver les vivants (Saoirse)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» URGENT aidez moi à sauver 2 caniches - ADOPTES
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Pétition pour sauver les galgos. (lévriers espagnols)
» [morts vivants] WIP de fond de tiroir
» URGENT à sauver chiot croisé caniche-cairn délaissé (Var)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-