Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜LIBRE}} Spring is coming
maybe life should be about more than just surviving


avatar
19/02/2018 Isis/Sara Artemia 516 Phoebe Tonkin philia informaticienne et mécanicienne Odyssey baby 154


Sujet: LIBRE}} Spring is coming
Mar 20 Mar 2018 - 16:41

Spring is coming

20 mars 2118

Le printemps arrive. S’il ne fait pas beaucoup plus chaud, s’il pleut toujours énormément, tu sais qu’il est là. Tu l’entends aux oiseaux qui reviennent, tu le vois aux jours qui commencent à rallonger, aux bourgeons de plus en plus visibles sur les branches des arbres. La nature commence à renaitre et tu espères que, maintenant, tout va aller pour le mieux pour vous. Que vous allez pouvoir accéder à ce qui est resté coincé tout l’hiver dans le gouffre du métro, que vous allez pouvoir semer à nouveau et avoir une récolte qui vous permettra d’affronter l’hiver futur, que vous parviendrez à recréer de l’électricité pour enfin avoir un peu de confort, que tu puisses te sentir un peu utile à nouveau. Là, en cette saison, la cueillette est quelque chose de particulièrement limité. Il n’y a rien, encore sur les arbres. Tu pourrais continuer à bricoler sur ta maquette de bras articulé, mais… Mais pour cela, il te faudrait aller à la décharge, voire si tu trouves la pièce qu’il te manque – voire si tu parviens à récupérer ce vélo, aussi – pour que tu puisses finir ta maquette, et avoir de nouveaux projets. Tu pousses un soupir à fendre l’âme alors que tu t’équipes pour affronter les giboulées de ce début de printemps. Tu en as assez de ce temps. Plus que marre, même. Mais il faut faire avec. Pourtant, c’est dans ces cas-là que tu te surprends à regretter la vie dans l’espace. Là-haut, vous étiez dans une grosse boîte de métal. Vous n’aviez jamais à subir la fureur des éléments. Ce n’était pas si mal, au fond du fond.

Tu quittes le bâtiment dans lequel presque tous les Odysséens et toi vivez. Tu en as marre aussi, de cette promiscuité. Au moins, dans l’espace, tu avais ton propre appartement plus une cellule qu’autre chose, comme dans les monastères autrefois… Mais au moins, c’était une pièce à toi, où tu pouvais le cas échéant laisser trainer ton bordel. Peut-être serait-il temps que tu te cherches quelque chose, autre chose. Il faudra tout retaper, bien entendu. Tu en as conscience. A part le bâtiment dans lequel vous logez tous, tout n’est que ruine. Surtout après le cyclone qui est passé, dévastant tout ou presque sur son passage en novembre. Déjà quatre mois… Un temps infini et très court à la fois. Tu shootes dans une pierre qui se trouve là, trainant sur le sol et qui va finir sa course dans un petit bâtiment très abîmé. Tu as l’impression que le petit choc va faire s’effondrer la construction, mais il n’en est rien. Si votre campement n’a pas encore trop souffert du cyclone, tu sais que ce dernier a néanmoins grandement fragilisé les structures et qu’il faudra un dur labeur pour tout consolider, réparer, et rendre habitable.

Tu t’écartes bientôt du campement, au fur et à mesure que tu te perds dans tes pensées. Tu te laisses guider par tes pieds, ou plutôt par tes oreilles qui t’emmènent vers la rivière que tu entends se promener, dévaler même un peu plus loin. Le son te plait et t’attire comme un aimant. Avec le chant des oiseaux, le bruit de l’eau est une des choses que tu préfères sur Terre. Ca, et sentir le soleil sur ta peau, même si tu as tendance à ne pas trop t’y exposer quand même… Tu n’as pas vraiment envie de cramer. Mais ce n’est pas avec le timide soleil présent aujourd’hui que tu vas brûler, ça, c’est sûr. Tu pousses un soupir de bien être en débouchant près du cours d’eau affolé qui s’ébat dans son lit. Tu as presque l’impression qu’il cherche à se libérer, ce flot tumultueux, et tu admires le spectacle, sans te rendre compte que tu n’es plus seule. Un jour, ton inattention te perdre…


Dernière édition par Isaïah Stowaway le Sam 2 Juin 2018 - 23:26, édité 1 fois

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3202 Juno Temple ava by vulpecula ;; signa Beylin 61
Admin


Sujet: Re: LIBRE}} Spring is coming
Dim 22 Avr 2018 - 11:06


20 mars 2118


Douce fleur qu’est Charlie. L’innocence de la blonde frappe à chacun de ses pas ou presque. La jeune femme a envie de profiter du temps, de la météo et de la douceur du printemps qui se profile à l’horizon. Ils en ont besoin. Une nécessité sans nom à laquelle il est à ce point difficile de faire face. Elle ne cherche jamais à faire attention à ce que les gens peuvent bien penser d’elle. En réalité, elle s’en amuse et elle abuse toujours un peu de ses manières et de son comportement. Elle ne risque pas d’aller contre ça et elle ne risque pas non plus de se perdre au milieu des remarques et de la bêtise des gens. En réalité, à ce niveau-là, tout lui paraît toujours plus facile et supportable. Mais les choses ne sont pas toujours évidentes et il est bon, en général, de ne pas s’offusquer des pensées des autres. De toute manière, elle ne voit pas vraiment ce que ça pourrait changer. Elle n’a pas envie d’être la cible des songes déplacées, et en même temps, elle n’a pas non plus envie de se retrouver au milieu d’une histoire qui la dépasse. Elle fait avec ce qu’elle voit et en réalité, la blonde se contente toujours des bonnes choses, des bons côtés. On la dit rêveuse, oui, sans doute. Mais parfois, la vie est plus facile, lorsqu’on rêve un peu trop.

Le printemps se dessine enfin à l’horizon. L’hiver disparaît et les températures semblent enfin monter. Il était temps, en réalité. Charlie déteste le froid, elle déteste le fait de devoir dormir dans la navette serrée contre les autres. Elle ne supporte pas toutes ces bêtises. Et en réalité, elle ne préfère pas y penser, ou même y réfléchir. C’est une affaire un peu compliquée, une affaire contre laquelle il n’est pas évident de réfléchir contre tout ça. Elle a envie de profiter de la météo, elle a envie de savourer ce qu’elle trouve autour d’elle et puisqu’elle est garde la nuit, elle a jusque là pour pouvoir se promener. Peut-être que les gens ont un peu de mal à comprendre son rythme, et même elle, parfois, elle ne comprend pas tout. Elle n’a juste pas envie de chercher plus loin. Tout paraît plus supportable, d’une certaine manière, et le reste n’a pas vraiment d’importance. Elle ne dort pas beaucoup, c’est vrai, et elle n’a jamais éprouvé de réel besoin de sommeil. Oh, parfois, elle tape une sieste dans l’après-midi, mais ce n’est qu’un détail, et une histoire à laquelle elle choisit de ne pas trop penser, de manière général. De toute manière, ils sont libres de faire ce qu’ils veulent non ? C’est aussi un peu pour ça qu’ils n’ont pas rejoint le campement des adultes. Ils sont libres de décider de ce qu’ils veulent et ils prennent absolument toutes les décisions qu’ils veulent. Tout, alors, devient plus supportable. Mais elle a parfois du mal à comprendre pourquoi ils ne fusionnent pas. Plus puissant, et alors, plus nombreux. Tout serait peut-être même plus facile. Mais elle comprend. Et elle ne cherche pas plus loin. Elle n’a pas le même contact avec eux, après tout. De son point de vu, les choses peuvent même paraître un peu plus complexes, par instant. Mais c’est une affaire à laquelle il n’est pas préférable de réfléchir.

Avec cette envie de se la couler douce, et de se promener, c’est naturellement qu’elle se dirige vers la rivière. Son envie de se poser, son envie de mettre les pieds dans l’eau et de virer ses chaussures rapiécés de toute part. C’est que ça fait du bien, de temps en temps, de faire trempette. En tout cas, elle adore ça, et elle ne risque donc pas de s’en formaliser pour aussi peu. A quoi est-ce que ça pourrait bien servir, hein ? Elle n’a demandé à personne de l’accompagner, d’ailleurs. C’est vrai qu’elle aurait pu. Andrew n’aurait peut-être pas dit non. Mais elle avait envie d’être tranquille, de se poser dans son coin, de profiter du calme. C’est vrai qu’elle aime être entourée, mais de temps en temps, le silence peut faire du bien, quoi qu’elle puisse bien en dire. Et elle, elle ne s’en formalise absolument pas. De toute manière, Charlie est plutôt lunatique. Elle change d’avis assez régulièrement et même que parfois, elle se moque d’elle-même. On ne peut pas le lui reprocher. C’est même impossible, de manière général. On ne cherche jamais à la comprendre, pour tout dire, parce que ça ne sert à rien et que c’est peine perdue. Chiante ? Ah mais elle ne l’a jamais nié.

Lorsqu’elle arrive, elle soupire. Elle n’est pas seule. Quelqu’un est déjà là. Une fille de l’autre campement. Son âge ? Peut-être. Aucune idée. On s’en moque ? Elles n’ont jamais trop parlé, même quand elles étaient dans le ciel. Mais elle l’a déjà vu. Un souvenir cependant un peu lointain aujourd’hui. Pour autant, elle sourit. Faire de nouvelles rencontres, et faire connaissance, les pieds dans l’eau, pourquoi pas ? ” Visiblement, je ne suis pas la seule à avoir eu l’idée”. Un fin sourire se glisse sur ses lèvres à cette pensée. C’est aussi vachement plaisant de parler en anglais sans avoir à parler lentement pour être comprise ! Oh, elle ne reproche rien aux Terriens mais… C’est quand même vachement cool.
AVENGEDINCHAINS

avatar
19/02/2018 Isis/Sara Artemia 516 Phoebe Tonkin philia informaticienne et mécanicienne Odyssey baby 154


Sujet: Re: LIBRE}} Spring is coming
Sam 2 Juin 2018 - 23:28

Spring is coming

20 mars 2118

Toute entière aux sensations qui t’envahissent, tu ne te rends comptes de rien, Isaïah. Tu es complètement sourde et aveugle à tout ce qui n’est pas l’eau, le bruissement des vaguelettes, celui du vent dans les branches des arbres, les gazouillis des oiseaux et… Merde… Pourquoi ils chantent plus ? songes-tu en faisant enfin attention à ce qui commence à t’entourer. Un frisson glacé parcourt ton échine, et pourtant, tu ne te retournes pas, par crainte de ce sur quoi tu vas tomber. Tu avales ta salive avec peine, craignant le fauve qui va se jeter sur ton dos. Pourtant, le fauve prend la parole. Pas si sauvage et dangereux que ça. Depuis quand les animaux savent parler ? te demandes-tu brusquement saisie d’une envie de rire intense. Pourtant, tu n’en fais rien, à part te tourner avec un sourire vers la fille qui t’a rejointe. « Salut ! En fait… J’avais pas vraiment d’idée, en venant là… » réponds-tu avant d’expliquer : « J’ai juste voulu faire un petit tour autour du… village – on va dire que c’en est un, hein… - et je me suis paumée ici… »

Cette fois, tu ris. A l’accent, tu as compris que cette fille était comme toi : née dans l’espace. Pourtant, tu ne la connais pas réellement. Tout juste l’as-tu aperçue à quelques reprises sur l’Odyssée à l’époque. Avant qu’elle ne fasse une connerie. Laquelle, t’en sais rien. Ce que tu sais c’est que c’est du passé. Et pour toi elle l’a suffisamment payé. « Moi, c’est Isaïah » ajoutes-tu avec un nouveau sourire. « Et toi ? » enchaines-tu. T’aimes bien savoir à qui t’as à faire, en plus. « C’est quoi ta spécialité ? » T’es bavarde, Isaïah. Mais c’est tout toi, ça. Garder le silence… Au bout d’un moment, ça te stresse. Si l’autre parle, ça te va très bien, ceci dit. Mais si personne ne pipe mot, tu as besoin de meubler le silence. Tu as conscience que ça peut déranger, parfois. Mais bon… Il faut qu’on t’accepte comme tu es. Sinon, ça passe pas. Et… Ca passe pas auprès de tout le monde. Tu es loin de faire l’unanimité. Tu aimerais, pourtant, parfois. Tu aimerais sentir que les gens t’apprécient pour qui tu es. Il n’y a guère que Tennessee – et encore, elle se rapproche de plus en plus de Murphy et t’as l’impression de la voir s’éloigner de toi comme tous les autres avant elle – et John – qui ne semble pourtant plus aussi certain d’avoir sa place sur Terre et que tu soupçonnes avoir des envies suicidaires – qui t’apprécient encore un tant soit peu. Pour les autres, tu as parfois l’impression que c’est juste de la tolérance à ton égard. Bref… Rien de bien folichon. Bon… C’est pas pire que ce que ton père pensait de toi, toujours… « Moi, je suis mécanicienne. L’informatique, ça a un peu disparu, pour l’instant… Mais en ce moment, je suis en cale sèche sur ce que j’essaye de fabriquer et… Ca m’énerve. J’avais besoin de prendre l’air. »

Bon… T’as peut-être été suffisamment bavarde sur ce coup, pas vrai ? Tu te mordilles la lèvre avant de hausser les épaules en guise d’excuses pour tout ton blabla qui n’intéresse sans doute pas le moins du monde la jeune fille à tes côtés – qui doit sûrement regretter d’être tombée sur toi à cet instant. « Désolée… Je sais jamais quand je dois me taire… »

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3202 Juno Temple ava by vulpecula ;; signa Beylin 61
Admin


Sujet: Re: LIBRE}} Spring is coming
Jeu 28 Juin 2018 - 16:57


spring is coming

20 mars 2118 ;; Il est évident que Charlie n’en est pas à se comporter comme une idiote qui n’est pas capable de faire la part des choses. Une unique personne ne va pas la pousser à s’éloigner ou à disparaître. Il est hors de question pour elle de se prendre la tête. Ce n’est pas un homme, pas non plus un étranger bizarre et insupportable. Elle n’a jamais été quelqu’un de pudique, et se déshabiller devant les gens, ça n’a jamais été une crainte. Pour autant, là, il n’est pas forcément question de ça, elle n’a aucune raison de se mettre nue devant une inconnue et il n’a, d’ailleurs, jamais été question de ça. Heureusement. Aujourd’hui, son intention n’était pas de se laver, de nager ou quoi que ce soit d’autre. Et il n’a d’ailleurs jamais été question de ça. Elle veut juste profiter un peu, elle veut juste se poser, elle veut juste se détendre un minimum. Juste un peu de fraîcheur au bout des pieds. Elle est triste bien sûr, elle ne connaît pas la personne qui se tient devant elle, et dans le fond, elle n’a pas particulièrement envie de réfléchir davantage. Il ne s’agit pas d’une Terrienne et elle se dit que c’est déjà ça. Elle n’aurait pas voulu s’installer sur un terrain miné, surtout si c’était genre son petit coin habituel sur lequel elle ne veut pas voir quelqu’un d’autre. Elle ne sait pas, et elle n’a pas particulièrement envie de poser la question, non plus. Au moins, elle sourit et ne semble pas trop mordre. Un ami plutôt qu’un ennemi, ça fait du bien quand même. Pas trop d’hostilité, c’est l’idéal.

Un village ? Elle soupire, regarde autour d’elle, marque un temps d’arrêt. On ne peut pas vraiment dire que ce soit quelque chose qu’elle attendait. Paumée ? Clairement, parce qu’en venant, elle n’a pas vu le moindre village qui soit. Mais elles ne venaient peut-être pas du même côté et pour cette raison, oui, peut être que c’est ce qui fait qu’elle n’ait pas vu le village. Mais elle ne sait pas trop. Et elle n’a pas particulièrement envie d’y réfléchir. Elle ne va pas non plus la traiter de folle, si ? Elle finit par hausser les épaules, intriguée par cette fille. Elle l’est toujours, pour les gens qu’elle ne connaît pas, justement. Et c’est l’aspect qui lui pose un réel problème, une situation qu’elle ne contrôle pas. Elle veut connaître les gens, les découvrir, elle veut savoir le plus de choses possible sur les gens. Pas toujours, cela dit, il faut déjà qu’ils lui inspirent un minimum de confiance et ce n’est pas toujours une réussite. Parfois, elle faute, parfois elle tombe de haut. ce n’est pas forcément être naïf, parfois, c’est juste qu’on éprouve le besoin de découvrir les gens et oui, parfois, on fait des erreurs, est-ce que ce n’est pas normal ? On ne peut pas jauger quelqu’un aux premiers mots échangés, et ça n’a jamais fonctionné, même. Mais on essaie, encore et toujours et parfois, on réussit. Mais pas toujours, en effet. ” Tu as dû vachement marché avant de voir que tu t’étais paumée”. Son rire se joint à celui de cette fille. Elle est intrigante mais amusante. Ou du moins, c’est l’impression qu’elle a, maintenant. On verra par la suite. De toute manière, la forêt est grande, si elle vient à ne plus supporter la fille qui se tient devant elle, elle n’aura qu’à partir et disparaître. C’est stupide, sans doute, mais c’est vrai que c’est aussi simple que ça. Son visage lui dit quelque chose, sans doute se sont-elles déjà croisés là haut. Elle ne saurait le dire avec certitude. Elle est jolie mais ça reste des traits assez simples. Elle n’a pas un aspects hors du commun qui pourrait lui rappeler quelque chose qu’elle connaît. Pourquoi est-ce qu’elle n’a pas un tatouage sur le front, par exemple ? Ou une grosse cicatrice sur la joue ? Bon, elle abuse légèrement, mais qu’est-ce qu’elle y peut ? De toute manière, ça concerne un passé auquel elle n’a pas particulièrement envie de penser. Ils sont quand même mieux ici, non ? ” Moi c’est Charlie”. Un prénom qu’on donne généralement aux garçons, en général, et elle le sait. Mais elle n’a pas envie d’y réfléchir parce qu’elle ne voit pas l’intérêt.

Elle bugue un peu quand la fille lui demande sa spécialité. Ah mais son prénom aussi, il fait un peu masculin non ? Isaïah ? M’enfin bon, c’est pas trop le sujet ici. Et elle ne va quand même pas lui balancer un truc comme ça dans la tête, à quoi ça pourrait servir ? Pour autant, elle ne voit pas ce qu’elle pourrait répondre à cette question. Elle n’en a pas la moindre idée. Elle ne sait pas, elle est un peu perdue. Son problème, c’est qu’elle n’en a pas. Elle ne sait pas pourquoi elle est vraiment douée, elle ne sait pas ce qu’elle pourrait faire pour que les choses se passent au mieux possible et en réalité, elle n’a pas non plus envie d’y réfléchir. Elle sait qu’elle n’est pas exceptionnelle, sait que ses capacités sont limitées. ” Je suis la spécialiste des bêtises !”. Elle rit un peu, détourne le regard. Dans le fond, c’est un peu de ça qu’il est question, n’est-ce pas ? Elle ne sait pas ce qu’elle devrait dire, et elle ne connaît pas cette fille, elle n’a pas non plus envie de se rabaisser devant quelqu’un qu’elle ne connaît pas. C’est ça le problème. Un soupir s’échappe une nouvelle fois de ses lèvres. Elle ne va certainement pas en rester là, impossible. ” Je suis patrouilleuse, de nuit.”. Oui, cette fille qui ne la connaît pas, elle n’a pas franchement besoin de savoir qu’elle a essayé bon nombre de jobs sans trouver sa voie. La patrouille, c’est la seule chose qu’elle sache plus ou moins faire. Ca, et se battre, un peu. Se servir d’armes blanches, aussi. Bien sûr, tu vas lui retourner la question. Après tout, si elle a posé cette question, il doit bien y avoir une raison derrière ça. Elle espère cependant que ce n’est pas dans le but de fanfaronner parce qu’elle est super douée dans quelque chose, parce qu’elle le prendrait carrément trop mal. Et Charlie, autant elle peut être adorable, autant par moment, elle peut être vilaine. En fait, y a même pas besoin de le faire. ” C’est quoi que tu essaies de fabriquer ?”. La politesse veut qu’elle apporte de l’intérêt. Elle ne sait pas si ça l’intéresse vraiment, mais elle ne peut pas nier que c’est un certain besoin qu’elle ne comprend pas forcément. C’est comme ça. Elle a envie de parler et pour le coup, elle peut être une oreilles. Mais elle ne voit pas quoi dire de plus, c’est simple. Elle ne voit pas quoi ajouter parce que forcément, elle ne sait pas de quoi on parle, ici. Fabriquer des trucs elle ne sait pas faire, et puisqu’elle ne sait pas, elle ne pourra même pas l’aider en trouver une astuce miracle. Mais bon, elle lui en parle et elle doit faire preuve d’une tentative d’intérêt. C’est tout. Elle ne maîtrise pas très bien mais elle fait ce qu’elle peut, c’est déjà bien.

Elle sourit quand la fille lui dit qu’elle ne sait jamais comment se taire. Elle n’est pas toujours douée pour dire les choses comme il faut mais elle comprend ce qu’elle veut dire et puis bon, elle s’en rend bien compte, aussi. C’est une évidence à laquelle il est difficile de faire attention. Les choses sont juste comme elles sont. ” Ouais, ça arrive à tout le monde. “. Y en a beaucoup qui ne savent pas à quel moment il est bon de fermer la bouche. Mais bon, rares sont ceux qui l’acceptent et qui s’en rendent vraiment compte.
AVENGEDINCHAINS

avatar
19/02/2018 Isis/Sara Artemia 516 Phoebe Tonkin philia informaticienne et mécanicienne Odyssey baby 154


Sujet: Re: LIBRE}} Spring is coming
Jeu 16 Aoû 2018 - 9:58

Spring is coming

20 mars 2118

« Ouais… Un peu, je crois… Mais c’est pas grave… » réponds-tu en haussant les épaules. Après tout, si tu ne t’étais pas perdue, ça n’aurait pas été toi, Isaïah… Te perdre, tu ne sais faire que ça. « J’ai l’habitude… » renchéris-tu. Même si tu ne peux qu’espérer que quelqu’un connaissant le chemin finira par tomber sur toi. Tu soupires malgré ton amusement car tu sais que ce n’est pas gagné. Tu as presque envie de demander à la jeune fille si elle ne sait pas où se situe ce que tu appelles le village, mais tu te retiens… Un instant seulement. Bientôt, les mots recommencent à jaillir sans que tu ne puisses les empêcher : « Tu ne sais pas où c’est, des fois ? Il y a le gouffre d’un ancien métro, un ancien centre commercial, des ruines de maisons… » C’est vachement précis, clairement, et ça peut correspondre à des dizaines d’endroits sur cette planète, à n’en pas douter. Tu esquisses un sourire piteux en guise d’excuses.

Tu n’es pas sans remarquer en tout cas que la jeune fille a elle aussi un prénom de garçon, à la base. Un fait qui t’amuse. Comme si, comme ton père, celui de la demoiselle avait absolument voulu un garçon. Tu ne fais, cependant, aucun commentaire sur ce point-là. Un point qui t’irritait fortement plus jeune lorsqu’on t’en faisait la réflexion. A la place, tu préfères lui demander quelle est sa spécialité. Pas son métier, non… Simplement ce qu’elle aime faire, ou doit faire pour les autres Cents. Pour sa communauté. Parce que t’as bien compris que c’était comme ça que ça fonctionnait, sur Terre. Toi, tu es mécanicienne et informaticienne. Pour autant, sur Terre, actuellement, tes capacités ne servent pas forcément à grand-chose. Enfin… La mécanique, si. Parce qu’il y a toujours des choses à réparer. De fait, tu deviens plus une bricoleuse qu'autre chose. Mais l’informatique… Disons que tu as dû te recycler. Et tu fais de la cueillette. Parce que là, tu ne fais pas trop de connerie. ” Je suis la spécialiste des bêtises !” Tu ris avec Charlie à sa réponse avant de lâcher un : « Je sais ce que c’est… Il y a pas plus maladroite que moi… » Preuve en est que tu as encore réussi à te paumer alors que ça fait un moment que vous habitez là, maintenant… Bon en même temps, toi, dès que t’as plus les bâtiments en point de repère, tu es perdue et tu t’égares. Il suffit qu’un arbre ou deux cachent le campement et tu t’enfonces complètement perdue dans la forêt. Ce n’est plus de la maladresse, à ce point-là.  Heureusement, la jeune fille finit par t’expliquer qu’elle est patrouilleuse de nuit. Tu finis par t’asseoir, et enlèves chaussures et chaussettes pour glisser tes pieds dans l’eau froide. « Elle est glacée ! » t’exclames-tu, sans pour autant en sortir des jambes. « Mais ça fait un bien fou ! »

Tu lui expliques alors ce que tu fais toi, sans pouvoir t’empêcher de te sentir ô combien inutile de n’arriver à rien en ce moment.  Finalement, alors qu’elle te demande sur quoi tu planches en ce moment, tu commences par lui répondre : « Parfois, j’aimerais bien pouvoir faire quelque chose de plus utile… Patrouilleuse, tu œuvres pour la sécurité des tiens. Moi… Heureusement qu’ils ont fini par me mettre aussi à la cueillette… Sinon,… » Tu ne termines pas ta phrase. Elle est trop semblable aux pensées dont John t’a fait part il y a un peu plus de deux semaines. Tu pousses un soupir avant de répondre à la question de la jeune débarquée : « J’essaye de faire un bras articulé. Depuis le cyclone, on a des choses qui sont enfouies sous terre. Je me suis dit que si j’arrivais à faire un truc de ce genre, qui parviendrait à creuser le sol, on gagnerait du temps… Et puis… Ca pourrait servir aussi dans d’autres domaines, notamment l’agriculture… Mais il y a toujours un truc qui bugue. Bref… » Autant laisser tomber… songes-tu, presque avec conviction. Presque. Parce que ça a beau être un casse-tête, ça te passionne. Sans doute plus que ça ne devrait, et que tu sais pertinemment que tu vas continuer à t’arracher les cheveux là-dessus.

Tu invites Charlie à s’asseoir à tes côtés – il serait temps – et tu te mordilles la lèvre avant de poser une question que tu n’as pourtant jamais osé poser à Ailina ou à Hope : « Qu’est-ce que ça t’a fait, lorsqu’ils se sont… lorsqu’ils ont… lorsqu’ils vous ont… Bref. Lorsque vous avez atterri ici ? » Une question maladroite, comme tu peux souvent l’être, mais qui témoigne d’un véritable intérêt. D’une véritable sollicitude.

désolée @charlie solomons pour le retard

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3202 Juno Temple ava by vulpecula ;; signa Beylin 61
Admin


Sujet: Re: LIBRE}} Spring is coming
Mer 22 Aoû 2018 - 12:15


spring is coming

20 mars 2118 ;; Charlie n’est pas toujours très adroite et il lui arrive régulièrement de se perdre. Elle n’a pas vraiment la science infuse quand il est question d’orientation, mais elle essaie de ne pas partir dans des directions trop lointaines. C’est quand elle le fait qu’elle perd la route et perd tous ses sens. Elle ne sait pas toujours comment elle doit faire et elle ne sait pas toujours quels sont les bons comportements à avoir pour ne pas trop se perdre. C’est juste un peu compliqué mais il ne préfère pas y réfléchir. C’est mieux oui, dans un sens du moins. Enfin bref, tout ça pour dire que la blonde a l’habitude de se perdre et qu’elle ne peut pas en vouloir à cette fille d’en faire de même. Par contre, marcher autant avant de voir qu’on s’est perdu, c’est un peu plus triste. Elle sait toujours assez rapidement quand elle se trompe de chemin. Enfin bon, si elle a l’habitude, tant mieux pour elle, d’une certaine manière. Mais dans ce cas, pour quelle raison ne fait-elle pas un effort ? Charlie n’a pas pour habitude de se perdre, cela n’arrive pas souvent et elle apprend à explorer et à découvrir un peu plus les choses. Rien n’est facile. Le pire, c’est qu’elle ne peut même pas l’aider vu qu’elle ne sait pas vraiment où est le nouveau campement des autres. Elle ne s’est pas posée la question encore et n’a questionné personne. Sans doute aurait-il fallu qu’elle le fasse, cela dit. En tout cas, quand elle lui pose la question, elle hausse les épaules, un peu mal à l’aise. “ Je ne sais pas, j’en suis désolée.”. Le métro, Devos lui en a parlé mais elle n’en sait pas plus, elle ne s’est jamais aventurée à ce niveau-là. Peut-être que c’est sympa comme coin, surtout s’ils ont établi le campement à côté. Elle n’est pourtant pas certaine que ce soit plus rassurant. Au contraire.

La spécialiste des bêtises hein ? C’est joliment dit mais sans doute un peu trop. Des erreurs, elle en a fait un bon paquet et il aurait sans doute fallu qu’elle s’en abstienne. Pourtant, quand cette fille se met à dire qu’elle est aussi maladroite, ça la fait sourire. Elles se sont bien trouvé tiens, bien que le ridicule de la situation soit un peu agaçant aussi. Enfin bon, ce n’est qu’un maigre détail, évidemment, et c’est mieux comme ça. Le principal problème ici, c’est que les choses ne sont pas faciles. Et il a fallu s’adapter à un monde auquel on ne comprend rien. “ Je ne suis pas certaine qu’on puisse s’en vanter, en fait”. Elle sourit légèrement et se retient de rire. De toute manière, des bêtises, ils en font tous et continueront à en faire. Tant pis.

L’autre met ses pieds dans l’eau et elle réalise que l’eau est trop froide. Ah bah heureusement qu’elle ne s’est pas totalement baignée finalement ! Mais bon, ne serait-ce que mettre les pieds, ça pourrait être sympa, c’est vrai. Elle sourit doucement, et en fait de même. Elle retire ses chaussures et ce qui ressemble encore un peu à des chaussettes. Au contact de l’eau, elle frissonne carrément. Un frisson qui lui parcourt tout le corps, c’est vrai. Elle s’en moque un peu. ” Oui, c’est vrai que c’est froid. Faudra pas y rester trop longtemps sinon, on va tomber malade”. Enfin bon, elle n’est pas non plus si froide que ça. Disons plutôt que c’est le choc de différence de température qui fait ça. Parce que dans l’idée, ça fait quand même du bien.

La sécurité ouais, à n’en pas douter mais ce n’est certainement pas elle qui va s’en offusquer. Elle aime son poste, elle sait que sa position est importante au niveau de la sécurité. Elle sait que ça compte. Et que si elle fait une erreur, ça pourrait avoir de sales conséquences. Mais les choses sont comme elles sont et il n’est pas nécessaire d’y réfléchir plus longtemps. Cette histoire de bras articulé, elle n’y comprend absolument rien. Mais l’idée que ça puisse creuser le sol, ça donne l’impression que ça va être un très gros truc. Mais bon, c’est une histoire sur laquelle elle en peut pas l’aider. Charlie se débrouille avec les choses qu’elle sait faire et elle est pleinement incapable de fabriquer des choses. ‘ Et personne ne peut t’aider à ce niveau ?”. Bien sûr qu’elle ne lui propose pas son aide hein. Faudrait pas qu’elle abîme un peu plus le truc. Ce serait une catastrophe.

Elle se rapproche d’Isa quand cette dernière l’invite à se rapprocher et à s’installer à côté d’elle. Elle sourit et suit le mouvement. Sa question ne fait pas disparaître son sourire, d’ailleurs. “ Je dirais que ça m’a fait peur. Au début. Je n’étais pas en prison pour une longue durée en plus. Du coup, j’ai été choisi sans réelle raison. Mais je m’en moque un peu. On est bien ici, même si des fois, c’est un peu effrayant sur les bords”. Clairement effrayant sur les bords. Mais bon. ” Et toi alors, ça t’a fait quoi ?”.
AVENGEDINCHAINS

avatar
19/02/2018 Isis/Sara Artemia 516 Phoebe Tonkin philia informaticienne et mécanicienne Odyssey baby 154


Sujet: Re: LIBRE}} Spring is coming
Mar 9 Oct 2018 - 20:06

Spring is coming

20 mars 2118

T’as conscience, Isaïah, d’être complètement ridicule en admettant que t’es perdue et que tu as l’habitude de cet état de fait. C’est comme ça. Et pour ceux qui te connaissaient déjà dans l’espace, ce n’est pas nouveau. Il t’arrivait déjà de te perdre lorsque tu étais perdue dans tes pensées – ce qui arrivait très souvent – sur l’Odyssée. Du genre… Tu avais beau connaître la station par cœur, le fait d’arriver quelque part sans savoir comment tu t’y étais rendue, suffisait à te donner cette sensation d’égarement. T’es comme ça. Néanmoins, si tu paniquais, au départ, lorsque tu t’égarais sur Terre, tu as appris à relativiser. Maintenant, tu ne paniques plus que lorsque la nuit tombe autour de toi sans que tu n’aies retrouvé ton chemin. C’est un peu plus sain, et ça te permet, avec le calme, de parfois retrouver ton chemin. Enfin parfois… Régulièrement. Plus souvent, en tout cas, que lorsque tu te mettais à paniquer. Non. Ce qui te fait le plus peur, maintenant, c’est de tomber sur un terrien agressif – quoique les relations semblent s’apaiser – ou sur un prédateur qui voudrait se servir de toi comme d’un casse-dalle. Ouais… Voilà. C’est ça qui t’effraye. Parce que clairement, ton marteau et ta clé à molette ne te seraient pas d’une grande aide face à des griffes et à des crocs. Bref. Malgré toi, tu demandes à la jeune fille si elle ne sait pas où est ton campement. Le sien, celui des débarqués ? Tu ne poses pas la question. Si toi, tu n’as rien contre eux, d’autant moins que tu comptes des amies parmi eux – Hope et Ailina, entre autres – tu aurais très bien pu te retrouver à leur place si tu étais passée à l’acte contre ton père si violent. La réponse de la jeune fille, en tout cas, ne t’étonne pas et du lui souris, pas le moins du monde déçue de sa réponse. « Ce n’est pas grave… Ne t’inquiète pas. J’ai fini par comprendre que si j’arrêtais de chercher mon chemin, le parvenais le plus souvent à rentrer. » Tu ne peux, d’ailleurs, t’empêcher de rire à cette réponse. A croire qu’à force, ton esprit se repère inconsciemment mais que ça n’a pas encore atteint le stade où tu t’en rends compte.

Tu apprécies, en tout cas, le côté bon enfant de cette rencontre, tout en te demandant pourquoi, sur l’Odyssée, tu n’as pas fréquenté cette jeune femme qui semble pourtant être sensiblement de ton âge. Peut-être n’évoluiez-vous pas dans les mêmes sphères. Peut-être a-t-elle été arrêtée très jeune pour tu ne sais pas trop quoi – et à dire vrai, tu t’en fous comme de ta première couche culotte – ce qui expliquerait que tu n’aies pas eu l’occasion de la côtoyer. C’est dommage, d’autant que vous avez l’air d’avoir des points communs. Maladroites, faisant facilement des bêtises… Toi, ça ne te gêne pas de mettre cet aspect de ta personnalité en avant. Elle, ça ne semble pas être totalement son cas. « Bah… Ca fait partie de nous… C’est ce qui fait de nous des filles attachiantes. » dis-tu avec conviction alors qu’elle sourit légèrement. Ouais… Attachiante. C’est très exactement comme ça que tu voudrais te définir. Pour toi, tu es juste chiante. Si ton père n’a jamais été capable de t’aimer, la partie attachante ne doit pas te correspondre. Néanmoins, tu caches au plus profond de toi cette insécurité que tu ressens depuis toujours. Elle n’a pas besoin de le savoir, d’être au courant. Ca ne regarde que toi.

Fidèle à toi-même, tu enlèves tes chaussures pour mettre tes pieds dans l’eau avant de t’exclamer sur la froideur du liquide. Si tu enlèves un instant tes pieds, tu les remets rapidement et attends de voir si tu t’y habitues. Oui. C’est déjà nettement plus agréable et tu regardes Charlie faire de même. Elle confirme ton opinion sur la température avant d’ajouter que ça ne serait pas raisonnable de rester longtemps. Tu tournes la tête vers elle, un petit sourire en coin et tu lui réponds, taquine : « Oui, Maman. » Ton cœur se serre après ce simple mot que tu n’as prononcé depuis tes quinze ans. Tu as mal au cœur au souvenir de ta mère morte trop tôt à ton goût et tu cherches à changer de sujet, comme si de rien n’était. Heureusement, le sujet dérive rapidement sur vos fonctions dans vos campements respectifs. Ce qu’elle fait elle, et ce que tu fais toi. Tu essayes de ne pas trop parler, de ne pas t’emballer sur le sujet. Mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Heureusement, tu finis par arrêter le flot de paroles. Avant de l’avoir saoulée, en tout cas, tu l’espères. « Désolée… J’ai vraiment du mal à m’arrêter quand je commence. » t’excuses-tu une nouvelle fois avant qu’elle ne te demande si personne ne peut t’aider. Chez les Odysséens, tu ne vois pas trop qui. Chez les débarqués par contre… « Oh ! Je suis certaine que si je pouvais en parler à Ailina elle pourrait m’aider. Faudrait que je vienne sur votre campement… » dis-tu, sans réaliser que, si tu y vas, tu ne pourras pas du tout la croiser. Parce que si oui, tu t’es étonnée de ne pas la voir la dernière fois, tu n’as pas réalisé qu’elle avait purement et simplement disparu.

En parlant de Lina, d’ailleurs, tu ne peux t’empêcher de repenser à ce qu’il s’est passé la première fois que les Cents sont venus sur votre ancien campement. L’accueil a été tellement mauvais pour eux. Tu en éprouves de la honte, toi qui n’aspires qu’à une chose : que vous soyez à nouveau réunis. Dans le meilleur des mondes, ce serait déjà le cas. Dans la réalité…. Tu as envie de te battre pour cela. De fait, tu finis par demander à la jeune femme ce qu’elle a ressenti lorsque ces traitres du Conseil le Conseil a décidé de les envoyer sur Terre. Tu apprends alors qu’elle n’est pas restée longtemps en prison, question qui t’est passée par la tête un peu plus tôt. « Je crois qu’ils ont pris un peu au pif. Enfin… J’en sais rien en fait. On a été mis devant le fait accompli, en réalité. » Ce qui est vrai. Vous n’avez pas eu votre mot à dire sur l’envoi des jeunes « délinquants » sur Terre. Tu pousses un petit soupir avant de répondre à la question qu’elle te retourne : « Pour moi, la façon dont nous sommes descendus sur Terre n’était ni faite ni à faire. Ils se sont précipités. Alors oui, je comprends qu’il fallait qu’on vienne vous aider, mais… Soyons sérieux… L’Odyssée s’est cassée en deux, et regarde le nombre de morts ! On a perdu une partie de la station dans la chute. Et il y a eu aussi des morts dans le crash. » Ce dont tu ne te plains pas, cependant, c’est de la disparition de ton père au passage, qui était dans l’autre partie. Bon débarras… Sinon, pour le reste… « Je dois t’avouer que… J’étais effrayée au départ d’être là. Et je ne peux pas dire que je trouve les terriens fort rassurants…

@charlie solomons voilà!

Admin
avatar
05/03/2015 avengedinchains baelfire, astrid, richard, meeka & elias 3202 Juno Temple ava by vulpecula ;; signa Beylin 61
Admin


Sujet: Re: LIBRE}} Spring is coming
Mer 5 Déc 2018 - 16:08


spring is coming

20 mars 2118 ;; Il est vrai que c’est une règle qui marche avec tout. Lorsqu’on arrête de chercher quelque chose, on finit par le trouver plus facilement. Mais ce n’est pas toujours évident et il faut donc faire bien attention quand même. Pour la route, pour marcher comme ça, aussi simplement, elle n’est pas certaine qu’il soit bon de se contenter d’arrêter de chercher. D’ailleurs, pour tout dire, quand elle perd sa route, elle a un peu tendance à paniquer un peu sur les bords. Mais elle n’y peut pas grand chose, c’est plus fort qu’elle et dans le fond, elle n’a pas particulièrement envie de chercher plus loin. De toute manière, Charlie se perd assez régulièrement et ça lui permet d’explorer de nouvelles zones. Et quand elle finit par rentrer et bien… C’est de la chance, ou alors c’est qu’elle a croisé quelqu’un qui l’a aidé, comme la fois avec le Natif. Mais bon, elle a aussi sincèrement cru qu’elle allait mourir le jour-là, mais c’est un tout autre débat. Elle rit, sa partenaire et elle, elle hausse les épaules. Elle ne saurait pas vraiment comment la juger, si elle l’aime bien ou pas. Elle est un peu trop enjouée et pourtant, Charlie est enfantine et la plupart du temps, elle n’a probablement pas les bons comportements. Elle s’en moque en général mais ouais, elle est tombée sur quelqu’un de plus enjouée qu’elle. Ca fait bizarre. " Oh bah oui, c’est une technique qui fonctionne aussi. Sinon, des fois, tu tombes sur des gens qui t’aident”. Mais dans le fond, ils ne sont pas toujours tous disposés à filer un coup de main. Et elle les comprend. Ils sont un peu envahisseurs à leur manière. Mais bon, faut quand même tenter de changer de mentalité à un moment donné. Oh, ça prend cette direction bien sûr, mais ça prend du temps et c’est normal.

En tout cas, bien que cette fille soit un peu différente et un peu agaçante à sa manière, elle reste de bonne compagnie et assez agréable, malgré tout. Du coup, ça chang et ça fait quand même du bien. Certes, elle avait dans l’idée d’être seule mais bon, qu’est-ce que ça change, hein ? Le plus drôle, c’est qu’elles semblent avoir le même âge mais que Charlie ne la connaît pas vraiment. Sans doute l’a-t-elle déjà vu mais ça s’est arrêté là, finalement. Mais bon, c’est surtout qu’on ne peut pas connaître tout le monde. Des filles attachantes parce qu’elles font souvent des conneries ? Pas sûr que ce soit le terme que les gens utilisent. Ah non, elle a mal compris. Attachiantes oui, sans doute.  "Plus chiantes qu’attachantes, si tu veux mon avis. Mais bon, ça nous rend uniques, d’une certaine manière.”. Mais il est plutôt conseillé de ne pas faire une fixette sur le sujet, si on veut avoir son avis. De toute manière, elle n’est pas du genre à chercher les compliments ou l’attention des gens. Elle se contente de ce qu’elle a et ne cherche jamais plus loin.

Son intention n’est pas de lui donner la liste des choses à faire ni de lui montrer ce qu’elle doit faire, ce serait un peu ridicule non ? Elle ne la connaît pas et elle n’a donc pas la moindre raison de prétendre que tout va bien. Ce n’est pas non plus à elle de lui dire ce qu’il est bon ou non de faire. Dans le fond, elle ne le dit pas, mais si la fille devant elle vient à tomber malade, ça ne changera rien et ça ne l’atteindra pas vraiment non plus. Oh, elle serait un peu triste, éventuellement, mais ce n’est même pas sûr non plus. Et encore, parce que dans l’idée, elle ne sait même pas si elle l’apprendrait, parce que c’est aussi ça, le problème dans leur cas. Il est plus ou moins impossible de savoir si nos proches vont bien, dès le moment où ils ne sont pas avec nous. Et il n’y a rien à faire pour aller contre ça, justement. Oh bien sûr, elle ne voit pas ce qui cloche avec “maman” elle n’y prête qu’à moitié attention et dans le fond, ça ne la concerne pas vraiment. Elle ne se voit pas ouvrir la bouche et lui demander ce qui ne va pas, elle voit ça de manière un peu déplacée, disons. " Pas sûr que tu veuilles de moi comme mère. ”. Elle tente de plaisanter, l’intention est simple mais sait-on jamais que ça puisse dégénérer d’une quelconque façon. Avec elle, elle ne sait pas forcément comment elle doit se comporter, en général.

Ailina, un nom vague, elle ne lui a jamais vraiment parlé. Oh, elle sait à quoi elle ressemblait, mais elle ne la connaissait pas vraiment. Pouvoir l’identifier, ça ne veut absolument pas dire qu’on la connaît, n’est-ce pas ? Nombreux sont ceux qui savent qui est Charlie, s’ils la voient, mais qui la connaît vraiment hein ? C’est un peu pareil. Mais un jour, elle a juste disparu, de ce qu’elle a pu comprendre, elle s’est envolée. Elle ne sait même pas si elle est toujours en vie et dans l’idée… Elle ne peut pas non plus dire qu’elle lui manque vraiment. " Ah mais Ailina, elle n’est plus sur le campement.. Ca fait un moment déjà.”. Si elle la connaît, il est étrange que personne ne lui ait dit qu’elle a disparu. Mais qui est-elle pour juger ?

Ils ont été envoyés sur Terre mais franchement, ça ne la dérange même pas. Elle ne sait pas vraiment où se situer vis à vis des décisions du Conseil parce que dans le fond, elle ne s’est jamais posée la question. En réalité, pour la jeune femme, c’était une base simple, et ça n’a jamais été plus loin. Elle a toujours trouvé leurs options limités et leurs choix plus ou moins justifiés. Alors pourquoi chercher plus loin, hein ? Quant au fait accompli, ça la fait un peu rire puisqu’il en a été de même pour elle, finalement. Pour eux tous, qui avaient été choisis. Ils n’ont guère eu le choix. Et ils n’ont pas été prévenus en avance, non plus. Charlie garde le silence un temps, vis à vis de ce qu’elle dit, sur le nombre de morts et tout ça. Elle avait entendu certaines rumeurs comme quoi ils ne pourraient pas rester sur Terre, et eux, bah ils ont fini par tomber en guerre et le reste de l’Odyssée a fini par descendre. Peut-être que c’était un peu rapide, et maladroit, et peut-être que certaines morts auraient pu être épargnées mais… Comment le savoir ? Elle trouve un peu culottée que la jeune femme puisse l’ouvrir comme elle le fait. Parce que dans le fond, certes, elle a peut-être perdu des proches, mais c’est le cas de tout le monde, n’est-ce pas ? " Tu sais, on a tous perdu des gens dans le crash. Et puisque la Terre était viable, c’était un truc à tenter. Tu ne peux pas demander à l’espace de faire les choses comme il faut. Ca n’a jamais fonctionné comme ça.”. Ce n’est pas non plus à elle de lui faire la leçon ou même de lui dire comment elle doit se comporter, c’est vrai. Elle estime qu’elle n’en a pas le droit mais bon, elle non plus, elle n’en a pas le droit, n’est-ce pas ? Quant à son avis sur les Terriens… Elle le partageait aussi au début, parce que le relationnel était catastrophique. Il y a eu une guerre hein, et puis bon, certains de ses proches ont été kidnappés aussi, ça n’a pas été en s’arrangeant, du coup. Mais les choses ont évolué et désormais, elle voit les choses sous un autre angle. Enfin… Ca dépend tout de même de la tête de certains Natifs. " Nous étions tous effrayés. Il faut juste faire en sorte que ça évolue dans le bon sens. ”. Et voilà que Charlie se fait presque moralisatrice. Dire qu’en général… C’est elle l’enfant.
AVENGEDINCHAINS

Contenu sponsorisé



 

LIBRE}} Spring is coming

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Intrigue n°11 : spring is coming
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La rivière-