Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜People In The Shadow (Ft Kayden)
maybe life should be about more than just surviving


Admin - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat Liam Cohen, Saoirse Crowley, Cassandre Darcy, Near Reinhart 1789 Cillian Murphy lux aeterna ♥ , signa Perséphone + bckstreetbystumblr, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Paroles signa : Public Service Sroadcasting Evrest Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège Blue for the win, Odysséen. 237
Admin - Panic Station


Sujet: People In The Shadow (Ft Kayden)
Jeu 8 Mar - 1:44





People In The Shadow


Kayden et Elijah

Il avait besoin de prendre l’air, de se vider la tête. C’était bête dit ainsi parce qu’ils vivaient en pleine nature, dans des maisons retapées et qui avaient encore besoin de l’être pour la plupart, mais c’était une façon de parler. La fatigue et la non envie de dormir du moment n’aidait en rien cet agacement constant qui le prenait en grippe depuis quelques jours. Il ne savait pas depuis quand exactement ça avait commencé, depuis quand il avait eu envie à ce point de quitter cet endroit pour une durée indéterminée. Oh il n’allait pas chercher à en finir ou une autre connerie de ce genre mais s’il ne voulait pas en secouer certains comme des pruneaux il lui faudrait bien se calmer, chercher ailleurs cette sérénité qui lui avait fait défaut depuis le crash de l’Odyssée. Leur changement de vie avait été brutal mais il s’y était fait quoique peut-être pas totalement.

Il revoyait les têtes qui étaient venues le voir pour parler, pour le forcer à les écouter sans qu’ils y mettent forcément du leur dans leur façon d’être par rapport à leur problème qui n’était pas le sien. Qui n’était plus le sien. S’il voulait bien tenter d’aider certaines personnes, il n’avait pas besoin de ces parasites qui s’incrustaient dans sa vie pour se plaindre ensuite qu’il s’y prenait mal.

Qu’il s’y prenait mal ?
Foutaises.

Il s’y prenait comme il le souhaitait et s’ils n’étaient pas contents, ils iraient voir ailleurs.

Ils n’avaient pas été nombreux à agir ainsi à son égard mais c’était suffisant pour lui donner cette envie de s’éloigner, même encore plus loin de la maison à l’écart qu’il avait choisi de retaper avec Nathaël. Il ne savait pas trop ce que la cohabitation allait donner, il avait détesté celle imposée mais nécessaire sur l’Odyssée, il ne voyait pas pourquoi cela allait bien se passer cette fois-ci mais peut-être qu’il pouvait se donner une chance même minime. « T’es ridicule. » Il était ridicule à fuir un souci qui n’en était pas un, un ras le bol inexistant.

Il était juste agacé, ce n’était pas un drame, il n’irait pas hors du campement juste pour se calmer, il allait juste faire avec et se débrouiller comme il l’avait toujours fait. Il allait s’occuper l’esprit pour ne plus y penser tout en doutant que cela fonctionne parce que cela faisait plusieurs jours qu’il était ainsi agacé.

Énervé.

Il les regardait tous s’affairer, avoir quelque chose en tête à penser, à réaliser. Il pensait à Sam et son jeu d’échec qu’il avait mis plus d’un an à construire. C’était peut-être ça le souci, lui n’avait comme préoccupation que tous les problèmes des autres qui auraient pu être résolus bien facilement s’ils se mettaient juste à penser rien qu’un tout petit peu. Mais non pour la plus part c’était toujours plus simple quand quelqu’un le faisait à leur place et pourquoi pas donc un psy parce que c’était bien la seule chose à laquelle ils étaient utiles.

Il était curieux, ça l’intéressait depuis toujours les failles dans l’esprit d’êtres humains qui rendait ces derniers plus faibles et plus forts à la fois mais tout le reste c’était autre chose. Ça l’ennuyait mais voilà qu’il était psy alors en plus d’avoir expressément choisi d’être veilleur de nuit pour ne plus être dérangé, le voilà qu’il devait avoir la double casquette sur le moment bien souvent non désirée. Le passage du cyclone aurait pu donner à tout le monde le temps de penser différemment mais certaines choses restaient immuables. Et lui avait du mal à faire la part des choses entre le nécessaire à garder et l’inutile. A force de l’avoir fait sur l’Odyssée, il se retrouvait avec un peu trop d’informations en tête et ce n’était pas bon signe. Jamais. Il parvenait à ne pas tous les envoyer bouler de façon plus ou moins élégante mais il ne savait pas pour combien de temps il tiendrait encore. S’il tentait d’être patient, ce n’était pas dans son caractère de l’être et là cela se voyait qu’il se forçait malgré cet air à moitié impassible et blasé qui le caractérisait si bien la plupart du temps.

Son regard se posa sur quelqu’un. Il l’avait déjà vu plusieurs fois et toutes ces fois, il avait ce calme imparable qui lui manquait. Il s’interrogeait souvent sur les plus calmes d’entre eux, se demandait pourquoi c’étaient souvent les plus bruyants qui étaient mis en avant, reconnus par tant d’autres parce qu’ils faisaient beaucoup de cinéma pour pas grand-chose alors que lui, (il avait du mal à se souvenir de son prénom), il était différent, aurait beaucoup de choses à dire si on lui laissait un peu de place, s’il n’était pas entouré de toutes ces grandes gueules (lui y compris : il se connaissait assez bien pour savoir ne pas se mentir aussi effrontément).

C’était pas très poli de fixer les gens ainsi sans trop les approcher il s’en doutait bien mais il se demandait ce qu’il avait en tête, comment il fonctionnait. Réfléchir sur quelqu’un qui lui semblait d’emblée, juste comme ça, intéressant, l’aidait quelque part à se débarrasser de toutes ces autres pensées qui l’empêchaient d’être serein comme le barbu semblait l’être.

Sembler.

Parce que tout n’était peut-être qu’apparence comme lui avait plutôt l’air calme si l’on ne se penchait pas un peu plus sur son cas.




— code by lizzou —


Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul Harlan Tikaani & Einar Helgusson 6645 Dan Stevens BoxShock & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture Odysséen 349
Admin △ I'll dream you real


Sujet: Re: People In The Shadow (Ft Kayden)
Dim 1 Avr - 18:08

On a toujours eu tendance à aller facilement vers Kay.

Peut-être parce qu'il a l'air gentil et inoffensif. Peut-être parce qu'il a du mal à dire non. Il a déjà entendu certains – ou plutôt certaines – de ses élèves le qualifier d'"adorable" ou de "mignon". Des termes qui devraient être plutôt vexants pour un trentenaire. Mais Kay s'est fait une raison, il est gentil, il a l'air gentil, il le sait, et c'est comme ça. La plupart du temps, ce n'est pas vraiment un handicap. On ne lui cherche pas forcément des noises, et on est plus prompt à discuter philosophie ou poésie avec lui, en sachant qu'il est quelqu'un d'ouvert. Il ne juge pas, Kay, ou très peu, et il est toujours attentif aux autres, ou du moins il essaie. Parfois, il a des jours où il veut jouer les ermites et juste rester dans son coin, avec ses livres électroniques (désormais disparus) ou son imagination. Depuis qu'il est sur Terre, il en a un peu moins l'occasion. Ou du moins, pas sous la forme je-m'enferme-dans-un-coin-et-j'oublie-le-monde. Non, avec tout ce qu'il y a à faire, et la survie de tous les instants et le fait qu'ils vivent en pleine nature, on ne peut pas spécialement s'offrir le luxe de passer son temps à lézarder. Alors, Kay a trouvé d'autres moyens de laisser vagabonder son esprit. Travailler la terre, partir en forêt pour chercher de quoi manger. Ce sont des choses utiles, un peu manuelles aussi, mais qui permettent également à son esprit d'errer, d'échafauder mille théories et histoires invraisemblables. Éphémères, présentes juste le temps de quelques instants dans son esprit. La plus petite chose, le plus petit bruit enflamment son imagination. Quelle merveille, cette Terre sur laquelle ils vivent. Même après deux ans ici – cela fait-il vraiment déjà si longtemps ? – il ne se lasse pas de tous les trésors insoupçonnés qu'on peut y trouver. Des fleurs aux formes variées, des insectes aux couleurs chatoyantes, des oiseaux aux chants mélodieux. Et cette bioluminescence, qui a quelque chose de magique. Qu'importe combien de fois il a vu ces papillons ou ces plantes briller dans la nuit, il ne s'en lasse pas. Ce sont ses nouvelles étoiles. Ses nouveaux points de repère.

Mais tout n'est pas toujours rose. Parfois, enseigner lui manque. Ne plus avoir tous ces jeunes à qui il peut parler de philosophie ou de littérature lui manque. Il ne comprend pas pourquoi ils continuent de vivre dans deux camps séparés. Ne sont-ils pas les mêmes ? N'ont-ils pas tous vécu ensemble ? Kay sait qu'il est idéaliste, que malheureusement, beaucoup de ces jeunes ne pardonnent pas d'avoir été emprisonnés et traités comme des cobayes, mais le passé est le passé, non ? Ils ont une nouvelle vie, ici. Alors pourquoi s'acharnent-ils à ruminer sur le fait qu'ils ont été emprisonnés ? Ne serait-il pas plus simple, mieux pour tous de se regrouper ? Kay n'est pas naïf au point de penser qu'ils forment une grande et même famille mais...n'est-ce pas un peu ça, au final ? Même s'il apprécie certains natifs, il reconnaît le clivage entre eux. Et les jeunes criminels sont ce qu'il y a de plus proche d'eux, idéologiquement parlant, culturellement parlant. Il aimerait pouvoir s'affranchir de ces barrières, arrêter les soupçons entre les camps. Il aimerait savoir comment ces jeunes vont, sans devoir faire une route de plusieurs heures et se présenter sous la méfiance et l'hostilité des gardes postés à l'entrée du camp. Kay n'est pas méchant. Il veut juste retrouver des visages familiers, s'assurer qu'ils vont bien. Il a écouté plusieurs d'entre eux, a même servi de guide, peut-être même de parent ou de grand-frère de substitution pour certains. Parce qu'ils ne pouvaient pas s'ouvrir sur ce qu'il y avait chez eux à leurs parents ou leurs autres professeurs, et que Kay, de par son champ d'expertise, n'était pas aussi froid ou porté sur la pure utilité ou efficacité des études. Il ne voulait pas créer des machines, Kay, il voulait former des humains. Il voulait aider, à sa façon. Pousser à rêver, imaginer, penser par soi-même. Même si sur l'Odyssée, ça confinait à l'hérésie, à l'insubordination.

Kay n'a jamais été courageux. Mais il a toujours été un peu rebelle, à sa façon. À repousser les barreaux de la cage autant qu'il le pouvait, sans pour autant s'en échapper. Du moins, pas physiquement. Mentalement, c'était autre chose.

Trop rêveur. Trop gamin. Mais c'était une façon de survivre comme une autre, quand tout autour de soi le monde paraissait trop froid et stérile.

C'est un peu à tout ça, qu'il pense, alors qu'il prend soin de planter les graines – nouvellement acquises aux terriens via le troc et précieuses, si précieuses, il ne faut pas en gâcher une seule, le printemps arrive et ils doivent obtenir de quoi vivre – quand il sent un regard fiché sur sa nuque. D'habitude, il n'y prêterait pas tellement attention, mais quand il relève le regard et cherche des yeux d'où peu bien venir cette impression invasive, il a un léger mouvement de recul en voyant l'air renfrogné d'Elijah. Hm, ça s'annonce pas bon, ça. Qu'est-ce qu'il a pu lui faire ? Il ne lui a rien emprunté qu'il ait oublié de rendre, n'est-ce pas ? Kay ne pense pas, mais il est parfois distrait et il est possible qu'il ait pris quelque chose sans se rendre compte que ça ne lui appartenait pas.

Intérieurement, Kay commence un peu à paniquer. Elijah ne bouge pas vraiment vers lui et continue de le fixer. Est-ce que c'est à lui de bouger ? Mais il ne sait pas ce qu'il lui veut. Est-ce que ce serait une provocation, s'il s'avançait ? Est-ce qu'Elijah fixe le vide et bizarrement ce vide se contre sur Kay d'une façon ou d'une autre ? Il n'en sait rien. Mais le regard est difficile à ignorer, et Kay n'a jamais aimé les confrontations ou être victime d'hostilité. Décidant que ne pas bouger mais faire un geste était un bon compromis, l'ex-professeur lève une main timide pour lancer un petit salut à Elijah, tout en affichant un sourire un peu vacillant. À voir si tout ça n'est que pur produit de l'imagination de Kay ou non.

Admin - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat Liam Cohen, Saoirse Crowley, Cassandre Darcy, Near Reinhart 1789 Cillian Murphy lux aeterna ♥ , signa Perséphone + bckstreetbystumblr, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Paroles signa : Public Service Sroadcasting Evrest Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège Blue for the win, Odysséen. 237
Admin - Panic Station


Sujet: Re: People In The Shadow (Ft Kayden)
Mer 13 Juin - 1:11




People In The Shadow


Kayden et Elijah

Il observait pour ne plus penser à ce qui l’agaçait mais cela ne fonctionnait qu’à moitié. Ce qui était embêtant dans son cas c’est que ça avait été son boulot pendant des années celui que d’écouter les autres raconter des histoires qui n’avaient généralement aucun intérêt. Parfois c’était différent, parfois c’était plus sérieux mais ça lui revenait toujours en mémoire par la suite et il ne comprenait pas comment certains faisaient pour être encore en vie à cette heure ci tellement ils ne parvenaient pas à se débrouiller par eux-mêmes parfois avec des problèmes bien futiles, du moins en son sens. On pouvait s’aider à aller mieux et si on ne le voulait pas alors là, il ne pouvait rien faire. Dès que la personne avait décidé que c’était la fin ben il n’allait pas y mettre plus du sien puisque le patient ne avait de toute façon décidé de ne rien écouter, de ne pas s’en sortir.

Il ne comprenait pas cette façon de penser. Il n’était pourtant pas des plus optimistes mais il aimait à penser que chacun pouvait se donner les moyens d’y arriver. Il tentait d’analyser celui qui avait le calme qui lui manquait. Il se demanda si les calmes étaient aussi calmes qu’ils le montraient, si intérieurement ils n’étaient pas qu’une boule de nerfs ne demandant qu’à exploser. Il ne pourrait le savoir qu’en s’approchant mais il n’allait pas non plus le lui demander comme ça, il ne savait tout simplement pas comment l’aborder alors il allait rester ainsi et l’observer encore un peu comme pour le tester malgré lui. Il n’était pas le stalker dans l’histoire mais c’était vrai que ça l’amusait un peu de voir comment certains réagissaient dans des situations dans lesquels ils n’étaient pas des plus à l’aise. Il trouverait une situation pour chacun d’entre eux, c’était pas si difficile pour un psy finalement, ça avait ces avantages de connaitre la nature humaine sans pour autant pouvoir trouver celle de chacun d’entre eux. Ceux qu’il rencontrait plus souvent que les autres, par contre, ça serait super simple parce qu’ils devenaient prévisibles. Celui qu’il regardait comme ça ? Il n’en savait rien, c’était juste un test choisi au hasard pour qu’il n’ait pas à réaliser le premier pas.

Il est terre à terre Elijah alors évidement ce qui semble logique pour lui ne l’est pas pour d’autres et ça a toujours été le problème pour lui il le sait bien mais il a toujours réussi à s’en sortir d’une façon ou d’une autre. Il n’est peut-être pas celui qui a le plus de tact, celui qui s’y prend avec délicatesse et pourtant il n’a jamais tué personne donc c’est qu’il peut continuer. S’il s’accommode aux autres, c’est qu’ils peuvent s’accommoder à lui sans trop en faire une histoire à chaque fois. L’imagination lui manque mais pas celle qu’il a besoin pour tenter de cerner les autres. Pour ce qui est de l’imaginaire ça c’est autre chose. Il arrive à cerner quand d’autres sont carrément à l’ouest mais ça devient de plus en plus difficile quand il s’agit d’entrer dans leur monde souvent bien complexe et c’est bien pour ça qu’il s’y prend mal parfois si certains semblent agir de la sorte, il en a repéré Mila qui l'évite un peu même s’il sent quelque chose de pas logique, de pas normal chez elle. Il n’en sait pas assez, n’en a pas su assez par le passé que pour pouvoir découvrir le fin mot de l’histoire alors il observe encore sauf qu’elle n’est pas présente et c’est un autre qui a pris conscience qu’il l’observait. Un professeur, quelqu’un qui comprend mieux les choses, les autres, enfin. Quelqu'un qui a ce côté un peu plus humain qui lui manque parfois à force d’être si terre à terre.

Un signe maladroit. Il hésite un peu, ne sait toujours pas trop que faire, il a de l’idée parce qu’en fait il pourrait lui demander pourquoi les gens aiment se créer des problèmes. C’est un sujet d’histoire ça non parce que Kayden est bien professeur s’il ne se trompe pas de personne. Le nom lui revient en mémoire tout doucement parce que ce n’est pas la première fois qu’ils se croisent mais que l’information a toujours du mal à venir jusqu’à lui lorsqu’il se trouve dans des moments de réflexion comme ça. Il se lève finalement, ne sait toujours pas ce qu’il va lui dire quand il vient tranquillement vers celui qui est un peu plus grand que lui et qui est finalement celui qui semble le plus mal à l’aise des deux. « J’pensais à nos métiers. » Chacun écoute de façon différente, donne des conseils de la façon qui lui est propre. « Tu les aides à ta façon, n’est-ce pas ? » Il suppose, c’est pas le métier le plus reconnu, il n’a pas l’impression qu’être psychologue c’est plus reconnu qu'être professeur mais bon ils ont aidé chacun à leur manière, comme ils pouvaient ceux qui ne voulaient parfois pas être aidé. C’était ceux là qui l’énervaient le plus. « Sauf que t’es beaucoup plus calme, ça te dit pas de me remplacer ? Tu te débrouillerais très bien. » Il avait l’air de savoir écouter, de ne pas s’énerver trop vite, toutes ces qualités qu’il lui manquaient dans ce métier ou alors c’était simplement qu’il ne supportait pas la façon dont se comportaient ceux qui venaient le voir tout simplement parce qu’il n’avait soit disant que ça à faire. « C’est arrivé souvent pas vrai dans l’Histoire. J’pense que l’Homme est né pour se créer des problèmes et s’en plaindre ensuite. » Il était pessimiste, encore un peu énervé par rapport à ce qu’il s’était passé quelques jours plus tôt. Il avait vraiment besoin de prendre une pause ou peut-être besoin des conseils de quelqu’un qui semblait avoir pris le parti de la patience. « Désolé Kayden, tu vas finir par croire que je te prends pour mon psy. » Était-ce une plaisanterie déguisée, il n’avait pas forcément envie de donner de réponse à cette question.
— code by lizzou —


Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul Harlan Tikaani & Einar Helgusson 6645 Dan Stevens BoxShock & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture Odysséen 349
Admin △ I'll dream you real


Sujet: Re: People In The Shadow (Ft Kayden)
Sam 23 Juin - 12:33

Kay, il a jamais été bien courageux. Il n'aime pas la confrontation, les tons grandiloquents ou encore les actes de bravoure dignes des romans d'aventure ou des épopées. Non, Kay sait parfaitement ce qu'il est et courageux, il ne l'est pas.

Alors, quand on se met à l'observer d'une façon insistante et pas forcément très rassurante, Kay s'inquiète un peu, c'est normal. Il n'est pas le genre de gars à qui on va chercher des problèmes en général, parce que Kay n'aime pas s'attirer les ennuis et il agit en conséquence. Il élève rarement la voix, il évite de prendre position dans des débats houleux et inutiles – il parle par contre quand c'est un sujet qui lui tient à coeur, pas très courageux, mais pas totalement pleutre non plus –, il évite les gens à problèmes ou qui lui sont trop opposés idéologiquement, en bref, ce n'est pas le genre d'homme qui crée les scissions. En général, il dirait même plutôt qu'il cherche à rassembler, à réunir les points de vue, gommer les différences. C'est un optimiste, Kay, et il est persuadé qu'à force de détermination et avec un peu d'effort de diplomatie de chaque partie, on peut réussir à construire quelque chose de positif et solide.

Il ne sait pas vraiment pourquoi Elijah le fixe comme ça. Le psy n'a pas forcément la réputation d'être un homme très facile et Kay ignore s'il est victime de ses foudres ou si simplement il se fait analyser comme un insecte sous un microscope. Aucune des deux options n'est franchement très agréable.

Quand, au lieu de répondre par un simple salut comme Kay espère vaguement qu'il le fera, Elijah finit par se lever et se diriger vers lui, Kay fait taire la minuscule onde de panique. Pas la peine de paniquer. Ce n'est pas comme si c'était le chancelier qui se dirigeait vers lui pour lui demander des comptes à rendre. Ou quelqu'un de notoirement bagarreur. Non, Elijah n'est pas dangereux, pas vrai ? Il est juste direct, apparemment. Parce que Kay n'a jamais vraiment eu affaire à lui, le connaît davantage par son métier et sa réputation, et il ne devrait pas vraiment se laisser façonner par ça, il le sait. Si ça tombe, Elijah est un type très bien et adorable, seulement mal compris par les autres. Oui. Kay aime bien cette version des choses. Partons là-dessus. Optimisme on.

L'entrée en matière est...un peu perturbante. Pas vraiment de bonjour, mais une phrase droit au but. D'accord. Kay peut faire avec ça, pas de problème, il doit juste un peu recalibrer ses attentes, pas de souci avec ça. Le sujet de son ancien métier est un peu surprenant, mais Kay continue de se considérer principalement par son passé d'enseignant, donc il peut comprendre que ce soit comme ça que d'autres le voient également. Il est un peu surpris face aux paroles qui sortent de la bouche d'Elijah. Il doit vraiment en avoir gros sur le coeur ou en avoir ras la patate. Des gens trop difficiles ? Kay peut comprendre ça. Il ne s'attendait pas spécialement à jouer les confidents et les psys de substitution quand il est devenu professeur mais il s'est vite rendu compte que les jeunes se confiaient un peu plus facilement à lui qu'à leurs autres professeurs ou à leurs parents. Ça fait un petit moment qu'il n'a plus vraiment rempli cette fonction, mais il n'a pas oublié pour autant. Alors Kay, il écoute, il essaie de comprendre. Il sourit un peu et il laisse même échapper un léger éclat de rire quand Elijah lui demande s'il ne veut pas le remplacer.

« C'est gentil mais je ne pense pas être assez doué ou qualifié pour être un psy convenable. » qu'il répond, un peu amusé. Oui, finalement, il est pas méchant Elijah. Un peu bizarre et direct, c'est tout. Kay a déjà vu bien pire dans sa vie. Il hausse les épaules, ne sachant pas vraiment comment expliquer tout ça. Il n'a pas du tout les qualifications pour être psy, il est juste...quelqu'un de solidaire ? Qui n'aime pas que les autres soient mis de côté ? C'est un peu être un humain convenable à ses yeux, mais il sait qu'il ne l'est pas toujours et que parfois, il s'aveugle quand la réalité est trop sale pour lui. « J'écoute juste, c'est tout. J'essaie de ne pas juger et d'aider quand je peux et, quand on me le demande, je donne un autre point de vue, une autre perspective. J'essaie de donner mon avis, les solutions que je vois. Un peu comme toi, j'imagine ? » Parce qu'il est persuadé qu'il fait plus ou moins pareil, Elijah. C'est son métier, pas vrai ? Les psys aident à mieux se comprendre soi-même, à avancer, à se déchiffrer ? Enfin, c'est comme ça que Kay voit les choses. Il a bien des notions de psychologie, mais ça n'est quand même pas son premier champ d'expertise.

Il penche un peu la tête sur le côté, se demandant si tout ça vient d'un patient particulièrement difficile. L'Homme est né pour se créer des problèmes et s'en plaindre ensuite ? On dirait bien.

« Certaines personnes aiment beaucoup se plaindre et ne bougent pas vraiment pour améliorer leur situation. » Il se frotte légèrement les mains, fait tomber la terre qui continue de coller à ses doigts. « Certains ne changeront jamais, parce que c'est dans leur nature d'avoir l'impression d'être persécuté, incompris ou de tout voir en noir. On peut essayer de les faire se rendre compte de ça, de les aider à changer leur façon d'être, mais au final, ça reste leur choix, on peut juste guider, pas changer fondamentalement quelqu'un. »

Un léger sourire étire ses lèvres, face à l'excuse. Il repense à ces romans, lus il y a longtemps, sur un professeur qui donnait du chocolat à ses élèves pour qu'ils se sentent mieux. Il se dit que s'il avait du chocolat – ou mieux encore, un lapin en chocolat, ils sont pas loin de Pâques, pas vrai ? – il en aurait bien offert un à Elijah. Ça remonte le moral, il paraît. Dommage qu'ils n'en aient pas ici, Kay aurait bien voulu goûter.

« Y'a pas de souci. J'ai plus trop l'habitude et j'étais surtout face à des adolescents ou des jeunes adultes mais j'peux encore écouter. J'en déduis que tu t'es retrouvé face à des gens qui aiment beaucoup se plaindre ? »

Admin - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat Liam Cohen, Saoirse Crowley, Cassandre Darcy, Near Reinhart 1789 Cillian Murphy lux aeterna ♥ , signa Perséphone + bckstreetbystumblr, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Paroles signa : Public Service Sroadcasting Evrest Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège Blue for the win, Odysséen. 237
Admin - Panic Station


Sujet: Re: People In The Shadow (Ft Kayden)
Mer 15 Aoû - 9:52





People In The Shadow


Kayden et Elijah

Il ne l’a pas abordé de façon des plus optimales pour discuter mais il n’y en a pas des plus optimales que d’autres. Chacun est comme il est et finalement n’est-ce pas ce qu’ils font depuis qu’ils se sont cassés la gueule sur terre ? S’adapter aux autres, à un vivre ensemble bien différent que ce qu’il se faisait là-haut. Il ne va pas changer, aurait du mal. Pour lui, de toute façon, c’est déjà trop tard. Il n’est pas des plus simple Elijah et pourtant Kayden reste même le psychologue s’y est pris comme une merde pour amorcer un semblant de conversation. S’il n’a pas tort, il y avait d’autres façons d’aborder les choses. Comment ? Il n’en sait rien, il sait simplement qu’il fera avec et verra comment se goupillent les choses par la suite. C’est le mieux qu’il puisse faire. Il ne vient pas en ennemi, n’est jamais venu en tant que tel même si sa façon d’être peut le supposer.

« C'est gentil mais je ne pense pas être assez doué ou qualifié pour être un psy convenable. » Il a un sourire devant son rire. C’est qu’il ne s’y est pas si mal pris finalement. Remarque ça reste dommage cette réponse. Qu’est-ce qu’un bon psy finalement ? Quelqu’un qui écoute tout en se retrouvant face à des murs de béton bien solides. Déprimant. Ça l’a pas toujours ennuyé ce métier mais parfois c’est vrai qu’il aimerait qu’ils cessent un peu de venir le voir pour des problèmes qui pourraient être résolus avec un peu de bon sens. « J'écoute juste, c'est tout. J'essaie de ne pas juger et d'aider quand je peux et, quand on me le demande, je donne un autre point de vue, une autre perspective. J'essaie de donner mon avis, les solutions que je vois. Un peu comme toi, j'imagine ? » Il hoche la tête. Un peu oui même s’il doit analyser, juger un peu, c’est ne pas avoir d’apriori qui reste le plus difficile. Il fait au cas par cas. « Pas si mal. On ne m’avait pas dit qu’être professeur c’était être un Psy sous couverture. » Serait-ce une blague ? Peut-être que oui, peut-être que non. Après tous ils ont deux savoirs différents. L’avantage de Kayden est qu’on ne lui a peut-être pas toujours demandé d’être la solution à tous les problèmes tout en ne voulant pas écouter. Quoique ? Qu’est-ce qu’un élève difficile ? Un patient chiant ? Il y a des similitudes entre leurs deux métiers, il ne dira jamais le contraire même s’ils ont chacun des spécificités que l’autre ne pourra pas réaliser à sa place. Lui enseignant ? S’il se montre difficile avec les adultes, qu’en serait-il des gosses ? Il y a des exceptions bien évidemment mais ce n’est pas demain qu’il parviendra à avoir autant de patience que ça. Il observe Kayden lorsque ce dernier continue d’analyser ce qu’il lui demande.

« Tout juste. Je ne comprends pas pourquoi ceux-là viennent pour de l’aide qu’ils rejetteront, si c’est pas décidé d’avance, par la suite. » Il n’est pas le plus facile à vivre : il en a conscience et le vit très bien. Si le problème est plus grave, délicat, agirait-il autrement ? La question trouve rapidement une réponse négative. Il essaierait peut être mais sait pertinemment que la patience ne s’apprend plus à son âge. Il s’en accommode, peut se montrer différent si cela en vaut la peine mais dans le cas contraire, ceux qui viennent le voir devraient être conscient de comment il est avant de se vautrer parce qu’il n’est pas de ceux qui met le patient en avant en dépit de tout le reste, de ce qu’il peut dire, faire. Bien sur il va tenter de trouver une solution à ses problèmes, il l’écoutera mais tout dépendra de la personne en question et dernièrement, il faut bien dire que ceux qui sont venus le voir n’ont pas été des plus loquaces.

« Quelques uns. » Il l’admet et à présent il fait partie de ceux-là, en a parfaitement conscience. « Ils font souvent partie de la deuxième catégorie. Là avec toi, j’dois faire partie de cette catégorie là aussi mais j’vais pas m’amuser à aller voir quelqu’un en lui faisant comprendre qu’il me fait perdre mon temps. » Ce n’était pas très compréhensible tout ça, il allait embrouiller Kayden à force et il était toujours aussi calme. « On t’énerve pas facilement, pas vrai ? » C’était tout son contraire. Un mélange de leurs deux caractères donnerait probablement le meilleur psychologue de cette planète bleue. « Ça t’arrive d’enseigner encore ou tu t’es reconverti ? » L’arrivée sur terre avait changé beaucoup de choses pour eux. Lui à part écouter les autres et les aider quand ils voulaient bien l’être, il préférait le silence plutôt que le bruit inutile tout autour. Surveiller les alentours la nuit tombée avait bien vite été la solution idéale, ça lui permettait entre autre d’éviter quelques patients irréductibles même si sa réputation faisait surement un bon nettoyage depuis lors : c’était tant mieux comme ça.


— code by lizzou —


Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul Harlan Tikaani & Einar Helgusson 6645 Dan Stevens BoxShock & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture Odysséen 349
Admin △ I'll dream you real


Sujet: Re: People In The Shadow (Ft Kayden)
Mar 4 Sep - 18:04

Quand il s'est levé ce matin, Kay ne s'attendait pas vraiment à ce que la situation tourne comme ça. En même temps, ce genre de choses, c'est difficile à prévoir. Mais d'un côté, c'est pas plus mal, ça lui permet de connaître un peu mieux quelqu'un qu'il n'aurait peut-être pas approché en temps normal et de mettre de côté ses a priori. La réputation qu'on peut faire de quelqu'un ne lui rend parfois vraiment pas justice. Elijah n'est pas horrible, en réalité, même s'il est un peu intimidant. Il est juste très direct. Kay peut se débrouiller avec ça. La sensation qu'il a, c'est que Elijah en a peut-être un peu marre que tout le monde vienne lui raconter ses problèmes et que  lui n'a peut-être pas de soupape de sécurité, de psy personnel. Même les psys ont des psys, non ? Enfin, Kay suppose. Il n'en sait trop rien en vérité. Il a un regard plutôt positif sur tout et quand la situation tourne un peu plus mal, il se tourne vers Leary ou Tennessee. Ça aide, d'avoir un autre point de vue. Peut-être que la personne vers qui Elijah se tourne habituellement n'est pas présente sur le campement à l'instant précis et que Kay est juste...là ? Enfin, il vaut mieux arrêter de se perdre dans ces idées. Elijah est là et lui parle, point barre. Et avec un peu de chance, Kay peut un peu l'aider.

Il lui donne son point de vue, l'ex-professeur, et Elijah souligne qu'il ignorait qu'un professeur était un psy sous couverture. Critique ? Il ne pense pas. Plutôt un trait d'humour. Enfin, c'est comme ça que Kay choisit de le prendre. Il préfère toujours la solution la plus positive, Kay.

« Être professeur c'est un peu être polyvalent. » répond-t-il, un peu amusé. Avec un haussement d'épaules, il ajoute, un poil plus sérieux : « Les ados peuvent pas toujours se confier à leurs parents ou à leurs amis. Parfois, leur prof est un peu bizarre peut faire figure d'adulte avec un autre point de vue. Mais je suis loin d'avoir la solution à tout. » Il a jamais promis de solution miracle, Kay. Il a juste essayé de pousser au dialogue, quand c'était possible, a joué les intermédiaires, quelques fois, a servi de guide quand les parents étaient pas trop là, aussi. Comme il l'a dit, prof, c'est un peu un métier polyvalent.

Ça lui fait ridiculement plaisir que Elijah approuve son analyse. Comme quoi, il n'est pas totalement à côté de la plaque pour les relations humaines. Bon, il s'en doutait un peu, il n'a jamais vraiment collecté d'ennemis et a un petit entourage qui lui va bien, mais c'est toujours chouette d'être validé par un professionnel.

« Ils veulent juste se donner l'impression qu'ils font un effort pour changer les choses, se donner bonne conscience. Même si au final rien ne bouge. C'est l'illusion qui compte, j'imagine ? » propose-t-il face au désarroi d'Elijah. L'humain est complexe et contradictoire, c'est comme ça. Dans les livres, le héros évolue presque toujours. Et le vilain, même quand il essaie de se réformer, tombe toujours dans ses mêmes travers. Ça lui fait un peu penser à ça. Mais bon, il se retient de faire une comparaison littéraire. On lui a assez répété que les livres, c'étaient les livres, pas la réalité. Kay a envie de leur répondre que dans toute fiction il y a une part de réalité. Mais bon, allez dire ça à quelqu'un qui pense que tout est à prendre au sens littéral dans les livres pour enfants ou la Bible.

Ah, donc c'est bien le ras-le-bol face à certains patients, donc. Distraitement, Kay se demande comment ça se passe. Sur l'Odyssée, Elijah avait certainement un bureau ou du moins un espace où consulter. Mais ici ? Est-ce qu'il retape une maison pour lui servir de cabinet ? Ou est-ce que les gens supposent que comme il était psy sur l'Odyssée, il peut faire psy sur Terre et l'abordent un peu n'importe comment ? Bizarrement, Kay tend plutôt vers la seconde solution. Mais c'est parce l'image du patient allongé sur un canapé qui déblatère sa vie lui paraît tellement incongrue, ici. Il a probablement regardé trop de films dans les archives. Le bureau d'Elijah ne devait probablement pas ressembler à ça, là-haut.

Peut-être que c'est l'énervement de l'autre homme qui explique le discours un peu confus. Il perd un peu Kay, à dire vrai, mais il se retient de le dire à voix haute pour pas le vexer. Du coup, il choisit sagement d'éviter de dire que Elijah fait partie d'une catégorie ou d'une autre. Il a déjà un peu oublié de quelles catégories il a parlé, pour être franc. Il ne s'agit pas d'un cours magistral qu'il a préparé, après tout.

Kay lâche un bref rire quand Elijah remarque qu'il ne s'énerve pas facilement. « Non, pas trop. Je crois avoir pas mal de patience, à moins qu'on ne raconte plein d'inepties. Là, j'admets, je peux m'emporter un peu pour vouloir rectifier les choses. » ajoute-t-il avec un sourire un poil timide. On s'étonne toujours un peu de le voir hausser le ton mais quand un sujet le touche...et bien Kay le défend un peu bec et ongles. C'est comme ça.

« Hm, reconverti. Ce n'est pas comme s'il y avait encore énormément de jeunes à qui enseigner. » fait-il, avec un air un peu triste. Des centaines et des centaines de morts dans ce crash. Kay essaie de ne pas trop y penser. Il y a perdu des gens, comme tout le monde. Mais ça ne sert à rien de s'enfoncer dans le chagrin. Ce n'est pas ce que voudraient les morts. « Et puis, je n'ai pas une mémoire d'éléphant et sans toutes les œuvres archivées à étudier, je ne peux pas faire grand-chose. C'est ma parole contre du matériel électronique inutilisable et ça ressemble un poil trop à de l'endoctrinement à mes yeux. » Enfin, ce n'était pas comme si Kay allait endoctriner qui que ce soit en leur récitant du Edgar Allan Poe, par exemple. Mais y'en a qui en profiteraient, pour déformer tout l'enseignement, tout simplifier. Y'avait eu tellement de dérives par le passé. Des discours simplifiés, en ne prenant que des extraits soigneusement choisis de livres sacrés. C'est tout l'opposé de ce que Kay veut. Avec un soupir, il tourne son regard vers ces champs, qui ont souffert du cyclone. Tout reconstruire, oui. « Et puis, on a d'autres priorités sur Terre. D'autres utilités. Ce n'est pas plus mal. » finit-il, avec un petit sourire. Avant de se retourner vers Elijah et hausser un sourcil interrogateur. « Mais j'en conclus que tu continues d'exercer ? »

Admin - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat Liam Cohen, Saoirse Crowley, Cassandre Darcy, Near Reinhart 1789 Cillian Murphy lux aeterna ♥ , signa Perséphone + bckstreetbystumblr, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Paroles signa : Public Service Sroadcasting Evrest Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège Blue for the win, Odysséen. 237
Admin - Panic Station


Sujet: Re: People In The Shadow (Ft Kayden)
Ven 26 Oct - 11:10




People In The Shadow


Kayden et Elijah


C’est sympa de parler de ce qui l’emmerde un peu beaucoup mais promis il ne va pas le bassiner pendant une heure avec ça, enfin il va essayer. Parler d’autre chose c’est bien aussi, se vider la tête l’est tout autant. C’est une bonne chose, ça permet de penser à autre chose, de ne pas se focaliser juste sur ça, de pouvoir repartir après l’esprit un peu calme si c’est possible, comme reposé. Kayden est patient, il a cet effet là. Il est, comment dire, quelqu’un qui inconsciemment fait que l’on se sent un peu zen. C’est cette façon de prendre les choses avec un peu de philosophie ou peut-être est-ce du recul. Il ne s’énerve pas aussi, ne l’envoie pas bouler même s’il aurait pu même s’il a l’impression aussi que ce n’est pas vraiment son genre.  « Être professeur c'est un peu être polyvalent. » Il hoche la tête puis ils connaissent beaucoup de choses les professeurs. Elijah ne sait pas réellement ce qu’enseignait Kayden, peut-être un peu de tout, c’est peut-être pour cela que certains se sont plus facilement adaptés par ici et il a l’impression que le brun est de ceux-là. Qu’il n’est pas hermétique au changement.  « Les ados peuvent pas toujours se confier à leurs parents ou à leurs amis. Parfois, leur prof est un peu bizarre peut faire figure d'adulte avec un autre point de vue. Mais je suis loin d'avoir la solution à tout. » Il n’a pas d’enfant, n’a jamais envisagé cette possibilité. Trop d’entre eux n’ont fait que de réussir à se faire enfermer, la suite logique de cette génération qui n’a jamais rien compris même s’ils ne sont pas tous identiques, il le sait bien. « Oh le jour où quelqu’un aura la solution à tout, il faudra me le présenter. Même les plus hauts placés n’ont pas cette capacité. » Capacité, est-ce une capacité comme un super héro l’aurait que d’avoir la solution à tout, peut-être bien. Ca faciliterait les choses mais il y en aurait toujours pour contredire même si la solution est bonne, il y en a qui seront toujours comme ça.

Ce n’est pas si mal d’écouter, d’être juste présent pour l’autre. Lui ? Il préfère écouter, ne pas trop se sentir envahit dès fois que quelqu’un viendrait toujours le voir, dès fois qu’il se sentirait comme attaché à cette personne sans le savoir. C’est pour cela aussi qu’il ne compte aucun proche dans ses patients, c’est mieux comme ça. Il y en a bien qui viennent lui parler sans pour autant qu’ils soient des patients mais toujours il préfère avoir cette distance avec eux. « L’illusion de faire un pas en avant oui. J’suis p’etre un peu trop exigeant mais bon s’ils aiment bien leur situation que peut-on y faire ? » Pas grand-chose en réalité. S’ils ne bougeaient pas c’est qu’inconsciemment ils sont bien avec ça avec cette chose qui ne va pas et qui ne bougera pas avant qu’ils se mettent un bon coup de pied dans le cul pour faire bouger les choses, réellement. « C’est comme, ça n’allait pas dans l’ancien campement, ils ont décidé des explorations mais auraient pu reculer en se disant qu’ils étaient bien là. Ils s’habituent aussi, sans doute. » Sauf qu’ils se sont déplacés, rapprochés des Cent, il ne sait pas si c’est une bonne chose mais ne pas se retrouver dans la carcasse de l’Odyssée est une bonne chose enfin, il suppose. Puis il ne sait pas combien de temps elle aurait tenu encore. Il hoche la tête devant les propos de l’ancien enseignant ou peut-être l’est-il encore. C’est le problème, il n’a pas autant de patience que lui. « Des inepties, t’as du être épargné pour le moment. » Il n’a pas du rencontrer les cas sociaux de ce campement, il ne lui dira pas qui, il découvrira par lui-même et les repérera peut-être de loin pour les éviter avant qu’ils ne viennent l’aborder, l’esprit d’analyse de Kayden lui évitera sans doute ça, de devoir les affronter. Il n’y a peut-être pas de raison pour qu’ils viennent le voir, aussi, il n’en sait trop rien dans  tous les cas, il suppose que Kay ne se doute pas de cette chance qu’il a eue pour le moment.

Il hoche la tête au sujet de la reconversion. Plus beaucoup de jeunes, c’est vrai, enfin il ne dira pas non plus que tous les jeunes sont soit morts dans le crash ou de l’autre côté. Il y en a quelques uns c’est sur mais beaucoup plus d’adultes qui ne voient peut-être pas d’intérêt à l’enseignement alors qu’il y a plein de choses que l’enseignant pourrait savoir et pas eux, et pas lui. « Il n’y a pas d’âge pour apprendre. » Il doit savoir plein de choses sur lesquelles il ne s’est pas interrogé parce qu’il n’en voyait pas la nécessité là-haut. La terre est un terrain plutôt inconnu pour lui, oh il connait les bases mais ce n’est pas grand-chose par rapport à tout ce qu’ils pourraient bien connaitre ceux qui transmettent le savoir. « Et puis, je n'ai pas une mémoire d'éléphant et sans toutes les œuvres archivées à étudier, je ne peux pas faire grand-chose. C'est ma parole contre du matériel électronique inutilisable et ça ressemble un poil trop à de l'endoctrinement à mes yeux. » « Littérature ? » Il ne sait pas trop, pose des questions pour savoir un peu dans quoi se spécialisait-il, peut-être un peu plus de philosophie même si  ça a souvent été lié. « Je vois, on ne nous a jamais vraiment laissé de marge là-haut, c’était nécessaire je suppose. » Il n’a jamais été contre l’ordre établi, l’ordre aide à de la stabilité. Ici c’est différent. « Mais tu aurais plus de liberté maintenant, c’est toujours intéressant, ça les aide à penser par eux même, à déchiffrer le monde comme certains le faisaient à l’époque. » Il a beaucoup oublié, n’a jamais été un féru d’histoire, plus quelqu’un qui se base sur les faits de société même si c’est lié. Le présent l’a toujours beaucoup plus intéressé.

« Et puis, on a d'autres priorités sur Terre. D'autres utilités. Ce n'est pas plus mal. » C’est vrai, ils ont d’autres occupations mais avoir des choses à penser pourraient en aider plus d’un par exemple ceux qui peinent à dormir ou d’autres qui cherchent encore leur voie sur cette terre. « Oh pas beaucoup, quand on vient me voir. » Il aimait bien ne pas se dire à nouveau psychologue, l’être quand on lui forçait la main ou quand il en avait envie, c’était plus juste. « Comme tu dis la terre offre plein de possibilités. » Ça aurait été dommage qu’il ne puisse pas lui aussi la découvrir même s’il n’avait pas été bien loin, ne l'avait pas beaucoup explorée. « De se dire qu’on n’a jamais connu grand-chose c’est à la fois super intéressant et pas évident. » Là-haut, ils connaissaient qu’une partie microscopique de l’univers, sur terre ils en connaissent bien moins que les terriens malgré leur savoir de l’odyssée.



— code by lizzou —


Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul Harlan Tikaani & Einar Helgusson 6645 Dan Stevens BoxShock & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture Odysséen 349
Admin △ I'll dream you real


Sujet: Re: People In The Shadow (Ft Kayden)
Dim 11 Nov - 16:33

Les propos d'Elijah prêtent à sourire, alors c'est ce qu'il fait.

« Certains diraient que celui qui a la réponse à tout est Dieu. » fait-il, mi-sérieux, mi-blagueur.

Il n'est pas vraiment croyant, Kay. Enfin, pas pratiquant. Croyant, un peu, oui. Plus pour l'aspect philosophique qu'autre chose. Il voit la Bible comme un recueil de leçons de vie et de contes, plutôt que des histoires réelles ou un rapport de faits passés. Cette vision des choses le ferait passer pour hérétique, pour certains, mais Kay n'a jamais aimé être forcé à croire en quoi que ce soit. Il aime apprendre de tout, se faire à toutes les opinions et idées, les intégrer, et puis retirer le meilleur de chacune. Pour lui, la religion peut avoir une utilité, si c'est pour élever sa conscience, être un meilleur être humain. Idéalement, c'est ce qu'il trouve que chacun devrait faire. Mais il sait bien qu'il y a des courants philosophiques terriblement déprimants. Il les a enseignés, il sait de quoi il parle.

Peut-être que du coup, on ne pourrait pas le considérer comme croyant. Tant pis, Kay s'en fiche un peu des opinions des autres.

L'ex-professeur hausse les épaules, tout aussi impuissant qu'Elijah devant ceux qui s'enlisent dans leur situation et préfèrent s'en plaindre que bouger ou changer quoi que ce soit. C'est comme ça, il y en a toujours qui préféreront geindre. Ça lui arrive de temps en temps, à Kay, mais il y a toujours quelqu'un – en général, Leary – pour lui rappeler qu'il y a pire ailleurs et qu'il doit arrêter d'être un bébé et bouger pour que ça change. En général, le coup de pied au cul métaphorique marche bien.

« Pour le moment, oui. J'essaie de corriger calmement quand ça ne va pas. Et puis peut-être un peu moins calmement quand ce qu'on raconte me hérisse particulièrement et qu'on persiste dans une vision des choses que je ne cautionne pas. Mais ça n'arrive pas souvent. » fait-il avec un léger sourire. En tout cas, ça doit sûrement moins arriver qu'à Elijah. Le pauvre a l'air un peu à bout de nerfs. Kay se demande bien qui peut l'énerver autant. « Ce n'est peut-être pas la meilleure solution, mais tu peux toujours tenter d'éviter ceux avec qui ça ne va vraiment pas ? Si vous n'arrivez pas du tout à voir les choses de la même façon, c'est peut-être mieux pour vous deux. » fait-il, avant de s'éloigner un peu des cultures. Il préfère ne pas gêner le passage.

Du moins, Kay pense que ça ne sert à rien de s'acharner. Ça ne colle pas, ça ne colle pas, c'est tout. Certaines personnes ne sont pas faites pour s'entendre. Pour la plupart, on peut essayer de mettre un peu d'eau dans son vin, de se faire à l'idée de l'autre. Mais des fois, les différences sont juste irréconciliables. Dans ces cas-là, il vaut mieux abandonner.

Un sourire étire ses lèvres quand Elijah dit qu'il n'y a pas d'âge pour apprendre. Oui, Kay est tout à fait d'accord avec ça ! Et puis, la Terre regorge de tellement de choses nouvelles qu'ils ne connaissent pas. Il n'y a que des choses à apprendre, tout autour d'eux. Ça enflamme l'imagination de Kay, de penser à toutes les possibilités qu'il y a, ici.

Il hoche la tête à la question d'Elijah. Il pensait qu'il savait quelles matières il enseignait mais c'était vrai qu'ils étaient nombreux et que sans gosse à lui confier, on ne savait probablement pas trop ce qu'il faisait comme boulot, là-haut : « Littérature et philosophie. Enfin, philo et lettres en général, en somme. » Ça n'étaient pas les matières les plus importantes, sur l'Odyssée, alors on avait jeté un peu tout ça pêle-mêle dans une seule grosse matière. Comprendre Kant, c'était moins important que savoir comment réparer la machine qui s'assurait que l'eau était recyclée en permanence.

Il est un peu confus sur la direction que prennent les propos du psy. Hm, oui, Kay n'avait peut-être pas une tonne de marge de manœuvre, là-haut, mais ici ?

« Je crois que les gens ont peut-être autre chose à faire que penser à de vieux philosophes ou écrivains. » répond-t-il, le sourire un peu triste. « Bien sûr, ça peut dépasser tout ça et j'ai toujours essayé de pousser les jeunes à penser par eux-mêmes mais...je ne me vois plus trop donner cours. » finit-il avec un geste un peu impuissant.

Sans classe, sans matériel, avec si peu de jeunes qui restent et tant d'autres choses plus pressantes à faire, Kay ne peut plus vraiment faire exactement ce qu'il faisait avant. Et ça lui va, il s'y est fait, ça ne le dérange pas. Il peut s'adapter et il s'est adapté. Il a toujours eu un naturel très rêveur, mais il est réaliste quand il le faut.

Il reçoit la confirmation qu'Elijah continue d'exercer. Par intermittence, certes, mais il n'a pas totalement abandonné sa vocation. Kay imagine que si jamais on venait lui parler philosophie ou littérature, il pourrait toujours bien sûr en parler, partager tout ce qu'il sait. Mais ce n'est peut-être pas tout à fait pareil ? Il n'en sait rien, en fait.

Aux mots d'Elijah, Kay tourne le regard vers les environs, vers le ciel.

« C'est pas toujours facile, non. Mais je me dis qu'on a eu une chance que nos parents n'ont pas eu. On est nés dans l'espace et on peut revenir vivre sur Terre. On peut à nouveau construire un monde, en ne commettant pas les erreurs du passé. C'est dur, oui, mais je trouve ça fantastique. » ajoute-t-il avec une petite pointe d'émerveillement dans la voix.

Contenu sponsorisé



 

People In The Shadow (Ft Kayden)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» I want to know you, People in the Shadow | Shadow Facilier
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Le campement de l’Odyssée-