Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜People In The Shadow (Ft Kayden)
maybe life should be about more than just surviving


Admin - Panic Station
avatar
24/03/2017 bbchat Liam Cohen, Saoirse Crowley, Cassandre Darcy, Near Reinhart 1158 Cillian Murphy Avengedinchains, signa Perséphone, gif profil Murphy Lux aeterna ♥ Psychologue blasé ne demandant qu'à être surpris, à nouveau emballé par cette voie qu'il a choisie. veilleur de nuit, stratège Blue for the win, Odysséen. 110
Admin - Panic Station


Sujet: People In The Shadow (Ft Kayden)
Jeu 8 Mar - 1:44





People In The Shadow


Kayden et Elijah

Il avait besoin de prendre l’air, de se vider la tête. C’était bête dit ainsi parce qu’ils vivaient en pleine nature, dans des maisons retapées et qui avaient encore besoin de l’être pour la plupart, mais c’était une façon de parler. La fatigue et la non envie de dormir du moment n’aidait en rien cet agacement constant qui le prenait en grippe depuis quelques jours. Il ne savait pas depuis quand exactement ça avait commencé, depuis quand il avait eu envie à ce point de quitter cet endroit pour une durée indéterminée. Oh il n’allait pas chercher à en finir ou une autre connerie de ce genre mais s’il ne voulait pas en secouer certains comme des pruneaux il lui faudrait bien se calmer, chercher ailleurs cette sérénité qui lui avait fait défaut depuis le crash de l’Odyssée. Leur changement de vie avait été brutal mais il s’y était fait quoique peut-être pas totalement.

Il revoyait les têtes qui étaient venues le voir pour parler, pour le forcer à les écouter sans qu’ils y mettent forcément du leur dans leur façon d’être par rapport à leur problème qui n’était pas le sien. Qui n’était plus le sien. S’il voulait bien tenter d’aider certaines personnes, il n’avait pas besoin de ces parasites qui s’incrustaient dans sa vie pour se plaindre ensuite qu’il s’y prenait mal.

Qu’il s’y prenait mal ?
Foutaises.

Il s’y prenait comme il le souhaitait et s’ils n’étaient pas contents, ils iraient voir ailleurs.

Ils n’avaient pas été nombreux à agir ainsi à son égard mais c’était suffisant pour lui donner cette envie de s’éloigner, même encore plus loin de la maison à l’écart qu’il avait choisi de retaper avec Nathaël. Il ne savait pas trop ce que la cohabitation allait donner, il avait détesté celle imposée mais nécessaire sur l’Odyssée, il ne voyait pas pourquoi cela allait bien se passer cette fois-ci mais peut-être qu’il pouvait se donner une chance même minime. « T’es ridicule. » Il était ridicule à fuir un souci qui n’en était pas un, un ras le bol inexistant.

Il était juste agacé, ce n’était pas un drame, il n’irait pas hors du campement juste pour se calmer, il allait juste faire avec et se débrouiller comme il l’avait toujours fait. Il allait s’occuper l’esprit pour ne plus y penser tout en doutant que cela fonctionne parce que cela faisait plusieurs jours qu’il était ainsi agacé.

Énervé.

Il les regardait tous s’affairer, avoir quelque chose en tête à penser, à réaliser. Il pensait à Sam et son jeu d’échec qu’il avait mis plus d’un an à construire. C’était peut-être ça le souci, lui n’avait comme préoccupation que tous les problèmes des autres qui auraient pu être résolus bien facilement s’ils se mettaient juste à penser rien qu’un tout petit peu. Mais non pour la plus part c’était toujours plus simple quand quelqu’un le faisait à leur place et pourquoi pas donc un psy parce que c’était bien la seule chose à laquelle ils étaient utiles.

Il était curieux, ça l’intéressait depuis toujours les failles dans l’esprit d’êtres humains qui rendait ces derniers plus faibles et plus forts à la fois mais tout le reste c’était autre chose. Ça l’ennuyait mais voilà qu’il était psy alors en plus d’avoir expressément choisi d’être veilleur de nuit pour ne plus être dérangé, le voilà qu’il devait avoir la double casquette sur le moment bien souvent non désirée. Le passage du cyclone aurait pu donner à tout le monde le temps de penser différemment mais certaines choses restaient immuables. Et lui avait du mal à faire la part des choses entre le nécessaire à garder et l’inutile. A force de l’avoir fait sur l’Odyssée, il se retrouvait avec un peu trop d’informations en tête et ce n’était pas bon signe. Jamais. Il parvenait à ne pas tous les envoyer bouler de façon plus ou moins élégante mais il ne savait pas pour combien de temps il tiendrait encore. S’il tentait d’être patient, ce n’était pas dans son caractère de l’être et là cela se voyait qu’il se forçait malgré cet air à moitié impassible et blasé qui le caractérisait si bien la plupart du temps.

Son regard se posa sur quelqu’un. Il l’avait déjà vu plusieurs fois et toutes ces fois, il avait ce calme imparable qui lui manquait. Il s’interrogeait souvent sur les plus calmes d’entre eux, se demandait pourquoi c’étaient souvent les plus bruyants qui étaient mis en avant, reconnus par tant d’autres parce qu’ils faisaient beaucoup de cinéma pour pas grand-chose alors que lui, (il avait du mal à se souvenir de son prénom), il était différent, aurait beaucoup de choses à dire si on lui laissait un peu de place, s’il n’était pas entouré de toutes ces grandes gueules (lui y compris : il se connaissait assez bien pour savoir ne pas se mentir aussi effrontément).

C’était pas très poli de fixer les gens ainsi sans trop les approcher il s’en doutait bien mais il se demandait ce qu’il avait en tête, comment il fonctionnait. Réfléchir sur quelqu’un qui lui semblait d’emblée, juste comme ça, intéressant, l’aidait quelque part à se débarrasser de toutes ces autres pensées qui l’empêchaient d’être serein comme le barbu semblait l’être.

Sembler.

Parce que tout n’était peut-être qu’apparence comme lui avait plutôt l’air calme si l’on ne se penchait pas un peu plus sur son cas.




— code by lizzou —


Admin △ I'll dream you real
avatar
05/10/2015 Electric Soul Harlan Tikaani 6369 Dan Stevens Tag & tumblr Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture Odysséen 62
Admin △ I'll dream you real


Sujet: Re: People In The Shadow (Ft Kayden)
Dim 1 Avr - 18:08

On a toujours eu tendance à aller facilement vers Kay.

Peut-être parce qu'il a l'air gentil et inoffensif. Peut-être parce qu'il a du mal à dire non. Il a déjà entendu certains – ou plutôt certaines – de ses élèves le qualifier d'"adorable" ou de "mignon". Des termes qui devraient être plutôt vexants pour un trentenaire. Mais Kay s'est fait une raison, il est gentil, il a l'air gentil, il le sait, et c'est comme ça. La plupart du temps, ce n'est pas vraiment un handicap. On ne lui cherche pas forcément des noises, et on est plus prompt à discuter philosophie ou poésie avec lui, en sachant qu'il est quelqu'un d'ouvert. Il ne juge pas, Kay, ou très peu, et il est toujours attentif aux autres, ou du moins il essaie. Parfois, il a des jours où il veut jouer les ermites et juste rester dans son coin, avec ses livres électroniques (désormais disparus) ou son imagination. Depuis qu'il est sur Terre, il en a un peu moins l'occasion. Ou du moins, pas sous la forme je-m'enferme-dans-un-coin-et-j'oublie-le-monde. Non, avec tout ce qu'il y a à faire, et la survie de tous les instants et le fait qu'ils vivent en pleine nature, on ne peut pas spécialement s'offrir le luxe de passer son temps à lézarder. Alors, Kay a trouvé d'autres moyens de laisser vagabonder son esprit. Travailler la terre, partir en forêt pour chercher de quoi manger. Ce sont des choses utiles, un peu manuelles aussi, mais qui permettent également à son esprit d'errer, d'échafauder mille théories et histoires invraisemblables. Éphémères, présentes juste le temps de quelques instants dans son esprit. La plus petite chose, le plus petit bruit enflamment son imagination. Quelle merveille, cette Terre sur laquelle ils vivent. Même après deux ans ici – cela fait-il vraiment déjà si longtemps ? – il ne se lasse pas de tous les trésors insoupçonnés qu'on peut y trouver. Des fleurs aux formes variées, des insectes aux couleurs chatoyantes, des oiseaux aux chants mélodieux. Et cette bioluminescence, qui a quelque chose de magique. Qu'importe combien de fois il a vu ces papillons ou ces plantes briller dans la nuit, il ne s'en lasse pas. Ce sont ses nouvelles étoiles. Ses nouveaux points de repère.

Mais tout n'est pas toujours rose. Parfois, enseigner lui manque. Ne plus avoir tous ces jeunes à qui il peut parler de philosophie ou de littérature lui manque. Il ne comprend pas pourquoi ils continuent de vivre dans deux camps séparés. Ne sont-ils pas les mêmes ? N'ont-ils pas tous vécu ensemble ? Kay sait qu'il est idéaliste, que malheureusement, beaucoup de ces jeunes ne pardonnent pas d'avoir été emprisonnés et traités comme des cobayes, mais le passé est le passé, non ? Ils ont une nouvelle vie, ici. Alors pourquoi s'acharnent-ils à ruminer sur le fait qu'ils ont été emprisonnés ? Ne serait-il pas plus simple, mieux pour tous de se regrouper ? Kay n'est pas naïf au point de penser qu'ils forment une grande et même famille mais...n'est-ce pas un peu ça, au final ? Même s'il apprécie certains natifs, il reconnaît le clivage entre eux. Et les jeunes criminels sont ce qu'il y a de plus proche d'eux, idéologiquement parlant, culturellement parlant. Il aimerait pouvoir s'affranchir de ces barrières, arrêter les soupçons entre les camps. Il aimerait savoir comment ces jeunes vont, sans devoir faire une route de plusieurs heures et se présenter sous la méfiance et l'hostilité des gardes postés à l'entrée du camp. Kay n'est pas méchant. Il veut juste retrouver des visages familiers, s'assurer qu'ils vont bien. Il a écouté plusieurs d'entre eux, a même servi de guide, peut-être même de parent ou de grand-frère de substitution pour certains. Parce qu'ils ne pouvaient pas s'ouvrir sur ce qu'il y avait chez eux à leurs parents ou leurs autres professeurs, et que Kay, de par son champ d'expertise, n'était pas aussi froid ou porté sur la pure utilité ou efficacité des études. Il ne voulait pas créer des machines, Kay, il voulait former des humains. Il voulait aider, à sa façon. Pousser à rêver, imaginer, penser par soi-même. Même si sur l'Odyssée, ça confinait à l'hérésie, à l'insubordination.

Kay n'a jamais été courageux. Mais il a toujours été un peu rebelle, à sa façon. À repousser les barreaux de la cage autant qu'il le pouvait, sans pour autant s'en échapper. Du moins, pas physiquement. Mentalement, c'était autre chose.

Trop rêveur. Trop gamin. Mais c'était une façon de survivre comme une autre, quand tout autour de soi le monde paraissait trop froid et stérile.

C'est un peu à tout ça, qu'il pense, alors qu'il prend soin de planter les graines – nouvellement acquises aux terriens via le troc et précieuses, si précieuses, il ne faut pas en gâcher une seule, le printemps arrive et ils doivent obtenir de quoi vivre – quand il sent un regard fiché sur sa nuque. D'habitude, il n'y prêterait pas tellement attention, mais quand il relève le regard et cherche des yeux d'où peu bien venir cette impression invasive, il a un léger mouvement de recul en voyant l'air renfrogné d'Elijah. Hm, ça s'annonce pas bon, ça. Qu'est-ce qu'il a pu lui faire ? Il ne lui a rien emprunté qu'il ait oublié de rendre, n'est-ce pas ? Kay ne pense pas, mais il est parfois distrait et il est possible qu'il ait pris quelque chose sans se rendre compte que ça ne lui appartenait pas.

Intérieurement, Kay commence un peu à paniquer. Elijah ne bouge pas vraiment vers lui et continue de le fixer. Est-ce que c'est à lui de bouger ? Mais il ne sait pas ce qu'il lui veut. Est-ce que ce serait une provocation, s'il s'avançait ? Est-ce qu'Elijah fixe le vide et bizarrement ce vide se contre sur Kay d'une façon ou d'une autre ? Il n'en sait rien. Mais le regard est difficile à ignorer, et Kay n'a jamais aimé les confrontations ou être victime d'hostilité. Décidant que ne pas bouger mais faire un geste était un bon compromis, l'ex-professeur lève une main timide pour lancer un petit salut à Elijah, tout en affichant un sourire un peu vacillant. À voir si tout ça n'est que pur produit de l'imagination de Kay ou non.
 

People In The Shadow (Ft Kayden)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Le campement de l’Odyssée-