Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Another brick on the wall (Liam)
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
21/12/2017 Thinkky / Angel Rowena Chakraan 120 Sophie Turner (c) Lux aeterna mécanicienne (robotique) / construction & robotique/mécanique 29
Admin


Sujet: Another brick on the wall (Liam)
Sam 3 Mar - 0:36



Another brick on the wall
Faut toujours penser à un plan B.



Nuit étrangement calme, sans le moindre bruit à l’extérieur. Pour une fois, même les animaux sauvages s’étaient fait la malle. Au grand plaisir d’Eris, qui ne supportait pas de les savoir trop près du campement. Elle avait peur d’une attaque surprise. Parce que sur l’Odyssée, il n’y avait pas vraiment d’animaux, même domestiques. Personne n’avait pris le temps d’en embarquer et puis, la gamine le savait bien, ils auraient pris de l’oxygène et de la nourriture, et auraient détruit du matériel. Pourtant, quand elle y repensait, elle aurait apprécié avoir une petite bête à ses côtés, à caresser quand tout allait mal. Petit corps chaud à serrer contre elle. Eris n’avait jamais été du genre à montrer son amour pour les autres. Inconsciemment, elle s’était toujours renfermée, avait toujours suivi le chemin qu’on traçait pour elle. Ca avait fait des dégâts, tellement de dégâts… Et personne n’était jamais réellement parvenu à ouvrir son cœur depuis. Après vingt et quelques années, c’était plutôt logique. Elle s’interrogeait, maintenant. Avait-elle déjà dit ce qu’elle ressentait à quelqu’un, ou avait-elle tout intériorisé ? A y repenser, c’était ce qui l’avait fait péter un câble, et tué quelqu’un. Evénement encore flou dans l’esprit de la jeune fille, qui faisait un blocage dessus. Amnésie partielle due au choc.

Elle avait toujours cru qu’elle se souviendrait de tout, avec le temps. Pourtant, jamais la mémoire n’était revenue, et jamais elle ne l’avait vraiment désiré. Comment réagirait-elle en se rappelant dans les moindres détails de la lame transperçant le cœur de ce garde, si connard soit-il ? Elle ne le supporterait certainement pas. Eris, elle n’était pas la violence, ni la discorde, malgré ce que laissait penser son nom. Eris, tout ce qu’elle voulait, c’était un grand rassemblement, moins de jugement, et de la tendresse. Parce que dans le fond, elle était réellement seule, et ce, depuis le début de son adolescence. Depuis qu’on l’avait poussé dans cette voie dans laquelle elle ne se reconnaissait pas, qu’on l’avait obligé à s’occuper de machines pour la survie de la majorité. On s’en foutait, qu’elle finisse en dépression, qu’elle se suicide. Y’avait trop de pression à une époque. Trop de pression qui l’avait fait exploser, l’avait mené à l’irréversible. Aurait-elle agi autrement, s’il n’y avait pas eu tous ces éléments ? Elle osait espérer que oui, pour se dire que son problème n’était pas mental, mais seulement environnemental. Facteurs extérieurs à elle-même, pour se rassurer.

Elle était si perdue dans ses pensées qu’elle heurta quelqu’un sur son chemin, s’excusa rapidement. Son regard ne chercha pas le visage de l’autre, bien au contraire, il fuit loin, très loin, alors qu’on lui faisait la morale, une fois de plus. Finalement, pour les autres, elle était soit trop paranoïaque, soit trop tête en l’air. Pas quelqu’un sur qui on pouvait compter. Pas une leadeuse dont on avait besoin. Juste un poids lourd qu’on se trainait, sans réellement de confiance en elle, qu’on posait à un endroit, en priant pour qu’elle ne fasse pas trop de conneries. Pourtant, Eris, elle aidait comme elle pouvait, avec ses notions en construction et mécanique. Elle était douée, mais elle préférait l’ombre, et suivre les ordres. Alors, on ne la voyait pas trop, à part les responsables du camp. Si on ne lui posait pas réellement de questions, elle s’effaçait la gamine. Elle s’effaçait, comme si ça pouvait changer le passé dont elle était responsable. Comme si disparaître aujourd’hui changerait tout…

Elle alla se chercher un verre d’eau, avant que son regard fouille les quelques silhouettes présentes aux alentours. Liam devait l’attendre. Ou plutôt, elle devait aller le voir. Pour discuter du camp, des plans auxquels elle avait réfléchi une bonne partie de la semaine. A ses yeux, il était pertinent de renforcer ce campement qu’ils habitaient depuis quelques années. Ils avaient déjà essuyé un tremblement de terre à leurs débuts, et Dieu seul savait ce qui pouvait encore arriver. C’était la Terre, un environnement non stérilisé, sur lequel toutes sortes de catastrophes pouvaient arriver. Et à l’heure actuelle… Ils n’étaient absolument pas prêts. Le moindre coup de vent un peu trop violent arracherait les tentes et autres abris. Rien n’était assez solide. Et tout le monde semblait s’en moquer. Elle ne comprenait pas comment certains pouvaient se sentir invincibles en ces lieux. Ils étaient fous…

Quelques minutes de recherche, à bouger sur le campement, avant de trouver celui qu’elle recherchait. Au lieu habituel en quelque sorte. Oui, parfois (souvent même), Eris se prenait la tête et réfléchissait trop… Pour pas grand-chose. Sa voix se posa, une fois qu’elle fut assez proche : « Salut Liam. » Elle ne savait jamais trop quoi dire, pour commencer une conversation. Les relations sociales, ce n’était pas son truc. Même lorsqu’il s’agissait de son travail, plus ou moins. Pas très douée, la petite Eris…


Admin - Supermassive Black Hole
avatar
04/11/2014 Mystery Light Elijah & Near & Saoirse & Cassandre 26506 Thomas B.-Sangster lux aeterna (Mumu ♥) Signa perséphone Aaron Ancien kidnappé des Rahjaks. Apprenti soignant ancien traqueur Cent 241
Admin - Supermassive Black Hole


Sujet: Re: Another brick on the wall (Liam)
Mar 15 Mai - 16:04






Another brick on the wall


Eris & Liam
Il était un peu ailleurs, à se demander si tout se passerait bien, s’ils n’auraient pas de mauvaises nouvelles d’ici peu comme c’était coutume que cela arrive pour eux. S’ils avaient eu des temps calmes, ils s’étaient toujours suivit de mauvaises nouvelles et cette fois-ci, il n’était pas certain de vouloir savoir de quoi il s’agirait. C’était la surprise qu’on ne voulait pas connaitre à l’avance, qu’on ne voudrait jamais connaitre.

C’était calme. Un peu trop calme. Les Odysséens s’étaient rapprochés du groupe test qu’ils avaient envoyé sur terre quelques années plus tôt et côté terriens et bien, cela se passe plutôt bien depuis des mois, depuis peut-être bien trop longtemps et certains diront qu’il est beaucoup trop pessimiste mais c’est une idée que quelque chose va arriver qui ne le quitte pas sans pour autant qu’il soit devin ou quelque chose du genre comme il pouvait y avoir à la cité de feu. C’était comme un pressentiment qui disait que tout allait tellement bien et que c’était louche.

Il ne voulait pas pour autant que cela se passe mal mais il avait bien envie de savoir un peu ce qu’il se passait dans la tête des autres parfois juste pour en savoir un peu plus, juste un peu pour le rassurer et ça lui suffirait, il n’était pas bien difficile, pas bien compliqué. Cette pause lui avait permis de retrouver assez souvent le chemin des Odysséens même s’il savait que beaucoup d’entre eux ne voulaient pas en entendre parler, il ne faisait pas partie de ceux-là même s’il n’approuvait pas forcément toutes leurs méthodes, même s’il ne comprenait qu’à moitié la raison qu’ils avaient eue à les envoyer sur terre, ça avait eu du sens en théorie mais se retrouver là parmi tous ces gens ça avait été difficile parce qu’ils étaient tous différents mais que même si la raison était compréhensible sur papier, c’était pas … c’était pas cool de les avoir envoyé ici, pas cool du tout.

Puis finalement il s’y était fait, avait appris à connaitre tout ce petit monde même s’il y en avait certains avec lesquels il avait un peu plus de mal mais ça c’était normal, il ne connaissait pas un endroit sur cette terre où tout le monde aime tout le monde, pas même chez les Naori. Il soupira, préférant ne pas penser à ce peuple qui les avait sorti du désert et observa le campement qui n’allait pas tarder à n’être éclairé que par la lueur du feu de camp qui trônait en son centre comme élément immuable de ce campement qui changeait tant par les améliorations apportées que les personnes qui préféraient vivre de leur propres moyens sur cette terre qui leur ouvrait tous les possibles impossibles. Il n’avait jamais eu de leurs nouvelles et doutait qu’ils aient des nouvelles d’eux un jour, des bonnes. « Salut Liam. » Il tourna la tête des flemmes et reconnu facilement Eris  qui s’était approchée. « Hey Eris ! » Il était content d’avoir de la compagnie même si  c’était rare qu’il soit le seul à savoir qu’il ne parviendrait pas à dormir de la nuit qui s’approchait à grand pas. « Belle journée hein ? » C’est qu’ils étaient plutôt en soirée mais ça c’était pas l’problème, le soucis c’était que tout était beaucoup trop calme depuis un moment même s’il aimait bien l’idée idéaliste que cela dure ainsi éternellement. Il la regarda un moment puis tourna le regard près du feu, monument presque réconfortant qui ne changerait pas quoiqu’il advienne au sein du campement. Il ne voulait pas la forcer même si c’était bien d’avoir quelqu’un à qui parler, quelqu’un qu’il appréciait.

Spoiler:
 

— code by lizzou —

 

Another brick on the wall (Liam)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-