Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜[Intrigue 20] Les cyclones se jouent de nos peurs ¤Isandre
maybe life should be about more than just surviving


avatar
19/02/2018 Isis/Sara Artemia 517 Phoebe Tonkin philia informaticienne et mécanicienne Odyssey baby 154



[HRP/à coder/HRP]

24 novembre 2117

L’automne s’est depuis longtemps installé sur le continent où vous vivez depuis deux ans maintenant. Tu as parfois encore du mal à croire que tu es là, Isaïah. Que c’est ta vie à présent. Tu secoues la tête, chassant tes pensées de ton esprit quand quelqu’un déboule dans le réfectoire pour prévenir qu’il faut tout sécuriser sur ordre du Conseil. Qu’ont-ils encore inventé ? songes-tu en fronçant les sourcils. Pourtant, tu suis le mouvement en ce 24 novembre. Tu n’as pas le choix. Tu te fais discrète, afin que personne ne connaisse tes véritables pensées. Ceux qui les connaissent, les Rebelles, tu ne leur as pas parlé de la Rébellion depuis des mois, lorsque tu as claqué la porte du bunker. Individuellement, tu n’as absolument rien contre eux. Tu t’es d’ailleurs expliquée avec eux. Ce qui t’a causé problème, ce jour-là, c’est leur incapacité à se faire confiance, à s’entendre. Sur le coup, tu n’as pas compris pourquoi Devos avait agi dans le dos des autres. A présent… Tu es toute aussi perdue, mais tu ne juges pas. Comme tu n’as pas jugé ton amie parce qu’elle a gardé le secret de votre collègue. Il lui avait demandé de garder le silence jusqu’à ce qu’il le dise. Le problème, de ce que tu as compris après, c’est que cela n’a pas été dit dans les règles de l’art, mais par un fourchage de langue. Peut-être que tout se serait bien passé si c’était Devos lui-même qui l’avait appris à tout le monde. Mais c’est du passé, et tu as pris du recul pour le moment, espérant pouvoir y revenir lorsque les tensions seront calmées… En espérant qu’elles se calment un jour. En attendant, tu participes à l’effort général pour protéger tout ce qui doit être protégé. Et puis tu retournes à l’intérieur, anxieuse de savoir comment les choses vont se passer, pour vous. Il y a eu un tremblement de terre, l’année dernière, qui a mis à mal votre ancien campement, et tu as peur de ce qui vous attend à présent.

25 novembre 2117

Le vent souffle, fort. Tu restes bien à l’intérieur, au milieu du groupe, bien abritée sous une couverture. Tu regardes les visages autour de toi. Des visages que tu connais tous, même si tu ne parles pas forcément souvent à leur propriétaire. Mais au moins, ils te sont connus. Deux, pourtant, manquent à l’appel dans ceux qui devraient être présent ici. Pour les autres, sans doutes sont-ils nécessaires ailleurs. Mais Devos, et Cassandre, eux, devraient être là. Pourtant, tu ne bouges pas, Isa. Pas maintenant alors que le vent souffle aussi fort dehors. Quand il sera tombé, tu iras aux nouvelles. Pour le premier, tu l’estimes capable de s’en sortir seul. Mais la deuxième… Elle est jeune, encore, la petite Cassandre. Elle est fragile. Du moins, c’est ce que tu penses, après ces mois à avoir travaillé avec elle pour essayer de lui apprendre quelques notions de mécanique qui peuvent être utiles en cuisine… Notamment pour certains ustensiles. Mais pour l’heure, une rafale de vent plus forte que les autres vient secouer la structure du bâtiment dans lequel vous êtes réfugiés. Tu trembles un peu, beaucoup même, te demandant s’il va résister ou si vous allez tous être emportés.

26 novembre 2117

Il a résisté, finalement. Et vous êtes encore tous là, à l’intérieur. Le vent tombe enfin, et vous êtes autorisés à sortir pour récupérer vos affaires et faire un premier bilan. Mais toi, tu ne te diriges pas vers tes affaires. Tu commences à chercher la jeune Odysséenne que tu n’as pas aperçue la veille. La question étant où vas-tu la repérer ? Tu crains qu’elle ne soit restée coincée dehors, à la merci des éléments furieux. Mais avant de sortir, tu décides de fouiller le bâtiment de fond en comble, retardant le moment de sortir et de risquer une terrible découverte. Heureusement, il n’y aura pas de terrible découverte, car tu finis par la découvrir, bien cachée. « Cassandre ! » lances-tu, le soulagement clairement perceptible dans ta voix. Tu te précipites vers elle, Isa, et déposes sur ses épaules la couverture que tu avais gardée dans tes mains. « Qu’est-ce que tu fais là ! Pourquoi n’étais-tu pas avec tout le monde ? » continues-tu sur ta lancée, serrant le petit corps de celle qui est encore une adolescente à tes yeux contre toi.

@Cassandre Darcy

Admin - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight Liam, Near, Elijah, Saoirse, Jade 2961 Natalia Dyer carson. gif profil Murphy ** Signa, Sial (Alaska) gif loudsilence. Cuistot Odyssée 120
Admin - Falling Away with You






Les cyclones se jouent de nos peurs   


Cassandre & Isaïah

Elle était partie le matin même, n’avait pas véritablement entendu les murmures qui se faisaient dans le campement à propos d’une probable imminente tempête et pensait aller dans le campement des Cent pour tenter de renouer le dialogue avec Miles. Elle ne savait pas trop comment s’y prendre parce que c’était toujours un peu tendu pas forcément par sa faute ou celle de Miles mais parce qu’ils étaient dans deux groupes différents que les Odysséens tentaient de rapprocher sans forcément se rendre compte que ce n’était peut-être pas leur meilleure décision. C’était ce qu’elle souhaitait aussi, elle le savait bien mais savait aussi que la décision ne devait pas venir des Odysséens mais des Cent. C’était là ou tout coinçait dans cette envie de redevenir un groupe soudé comme ils avaient pu l’être autrefois. Cela rendait les rencontres toujours un peu bancales sans qu’elle puisse y faire grande chose et pourtant elle avait encore envie d’essayer. De le voir malgré le vent qui devenait plus violent. Elle avait tenté une avancée en prenant de quoi se défendre avant de partir mais avait vite renoncé avec le vent qui se faisait de plus en plus fort, l’empêchant réellement d’avancer. Il la forçait avec regret à rebrousser chemin. Elle chercha alors Sam du regard dans le campement à peine arrivée et ne le trouva pas, ne trouva personne même en regardant dans la maison de Murphy.

Ils devaient être tous dans le bâtiment principal mais il était encore loin, vers le centre du village et avec ce vent qui rendait toute traversée compliquée, elle se demandait comment elle allait faire pour arriver jusque là sans se prendre un matériau dans la figure. Elle scanna rapidement l’endroit, écarquilla des yeux quand une pierre passa à quelques centimètre de son visage et la fit s’arrêter net. Elle avait besoin de se dépêcher mais de faire en sorte qu’elle arrive entière, ça rendait l’ascension beaucoup plus difficile qu’elle le pensait. Elle avait rapidement regardé vers la pièce principale et était vite repartie en bas malgré le vent et la pluie qui s’engouffraient facilement. Tout le monde était au dortoir qui se trouvait à l’étage et elle avait préféré rester en bas pas parce qu’elle n’aimait pas le monde, bien au contraire mais parce qu’elle guettait l’entrée à la recherche de quelqu’un. Elle avait finit par s’endormir dans un coin en dessous de l’escalier. Pas très agréable, elle devait avoir une sale mine mais elle avait envie de le voir et guettait l’entrée tout en ayant loupé ceux qui étaient sorti, tout en ayant sans doute loupé celui qu’elle avait manqué dans la pièce principale la veille : Sam.

Elle entendit quelqu’un l’appeler en espérant que ça soit quelqu’un qui pouvait lui dire si tout le monde allait bien se fichant bien de savoir si elle n’était pas au final complètement folle d’avoir attendu toute la nuit ici, dans le froid. « Qu’est-ce que tu fais là ! Pourquoi n’étais-tu pas avec tout le monde ? » Elle répondit avec un bâillement. « J’suis arrivée plus tard. J’suis partie hier matin pour aller voir les Cent mais le vent m’a forcé à faire demi-tour et à mi chemin il était déjà super fort. » Elle n’avait pas été super rapide non plus parce qu’elle en avait profité comme toujours pour dessiner et ne sachant pas pour le mauvais temps annoncé, elle ne s’était pas non plus plus inquiétée que cela lorsqu’elle était rentrée jusqu’à ce qu’il soit déjà trop tard. « J’suis montée mais j’ai pas vu Sam alors j’ai attendu. J’ai p’etre mal regardé y’avait beaucoup de monde. » Elle ne savait pas trop quoi lui dire d’autre, n’allait pas se mettre à s’excuser, elle s’était pas tant mise en danger que ça, juste un petit peu. « J’l’ai p’etre juste loupé c’est bête hein. Sinon ça va ? Pas trop démoralisée ? » La tempête avait fait beaucoup de dégâts dehors, elle l’avait vu de ses propres yeux, se sentait chanceuse d’être entière face à son amie.

Spoiler:
 
— code by lizzou —


avatar
19/02/2018 Isis/Sara Artemia 517 Phoebe Tonkin philia informaticienne et mécanicienne Odyssey baby 154



Tu ne sais pas du tout à quoi t’attendre, Isaïah. Tu cherches deux personnes, sans certitude de les retrouver vivantes. Au fond, tu ne sais pas ce qui est le pire : retrouver leurs corps ou ne pas les retrouver du tout. Enfin… Tu en cherches une, surtout. Une jeune femme. Encore une adolescente. Où peut-elle bien être ? Elle n’a aucune raison de se trouver là dehors. Elle pas plus que Devos à ton humble avis. Tu sens ton cœur s’accélérer tandis que les minutes s’égrainent sans que tu ne puisses interrompre le temps. Finalement, tu finis par la trouver et le soulagement qui déferle sur toi est à l’image du cyclone de la veille : terrible. Pour un peu, tes jambes flageoleraient presque. Tu la recouvres d’une couverture, la serres contre toi comme si c’était ta propre enfant. Ce n’est pas le cas, bien entendu. Vous n’avez que quatorze ans d’écart. Mais il n’empêche. Tu es protectrice – trop – envers les plus jeune. Un trait de caractère que peu de personnes ont pu entrevoir par le passé. Tu fronces les sourcils au-dessus  du sommet du crâne de Cassandre lorsqu’elle t’explique qu’elle a voulu aller voir les Cents. N’a-t-elle pas entendu les consignes données par les leaders ? Ou ceux-ci se sont-ils contentés de les donner uniquement à certains des membres du groupe, estimant que d’autres pouvaient être des éléments dispensables ? Cette idée te hérisse le poil et tu regrettes d’autant plus d’avoir claqué la porte de la Rébellion quelques quatre mois plus tôt.

La jeune fille continue, enchainant qu’elle cherchait quelqu’un qu’elle n’avait pas trouvé. Tu fronces les sourcils. Tu te souviens pourtant d’avoir vu tout le monde, à l’exception de Devos et elle. Tu ne tardes pas, d’ailleurs à le préciser : « Il était là… Il me semble. Je suis, en tout cas, certaine de l’avoir aperçu. Je me trompe peut-être, mais… Non… Non… Je suis quasiment sûre qu’il était là. » Tu t’es reculée, pour répondre. Prenant ton menton entre ton pouce et ton indexe en signe de réflexion. Tu finis par hocher la tête. Après, tu peux comprendre que Cassandre ne l’ait pas vu. Comme elle dit, il y avait beaucoup de monde. Toi-même, tu n’étais pas forcément à l’aise. Blottie sous ta couverture. Tu n’as parlé à personne. Tu t’es contentée de les observer, tous autant qu’ils sont. Toi, tu attendais que ça soit fini. Tu te demandais si vous alliez vous en tirer. Qu’aurais-tu fais si tu t’étais retrouvée dans un endroit encore plus frappé que celui-ci par les vents ? Tu n’en sais rien, et tu remercies tu ne sais pas trop qui, ni quoi mais tu le remercies d’avoir survécu. « Soulagée que ça soit derrière nous, surtout. Que nous en soyons sortis. J’espère que les autres aussi.. » Tu penses aux Cents, notamment. Et aux Terriens, aussi. Même s’ils te terrorisent, un peu, parfois. Disons que… Ca dépend desquels, en fait. Il y en a des rassurant, et des inquiétants. C’est comme partout.

Spoiler:
 

Admin - Falling Away with You
avatar
23/09/2016 MysteryLight Liam, Near, Elijah, Saoirse, Jade 2961 Natalia Dyer carson. gif profil Murphy ** Signa, Sial (Alaska) gif loudsilence. Cuistot Odyssée 120
Admin - Falling Away with You







Les cyclones se jouent de nos peurs  


Cassandre & Isaïah

Elle était frigorifiée. Elle ne s’était pas attendue à une telle catastrophe en partant. Elle se rendait compte de sa folie soudaine qu’avait été son envie d’aller voir du côté des cent, d’aller du côté où le vent semblait souffler beaucoup plus fort. Elle s’était dirigée vers le bâtiment principal, s’était réfugiée un moment dans un espace qui la protégeait un peu de tout mais en entendant le bruit assourdissant de quelque chose s’écroulant, elle s’était forcée à se bouger, à aller là où c’était le plus sûr même si après toutes ces années, c’était comme un miracle que le bâtiment principal tienne debout. Elle n’y connaissait pas trop en construction mais savait que c’était un miracle que tout tienne à cette tempête, que ce petit village solide ou non ne tiendrait probablement pas à une deuxième catastrophe naturelle. Elle s’était expliquée à Isaiah qui s’était inquiétée. Elle en était désolée mais elle n’avait juste pas eu le sentiment que c’était aussi grave que ça ce qu’il y avait en prévision aujourd’hui, que ce cyclone n’était pas si alarmant. Grave erreur que de toujours sous estimer ce qu’il pourrait arriver, que de penser qu’ils pourraient toujours s’en sortir même si c’était le cas. Du moins, pour le moment.

Elle était restée en bas aussi pour attendre le retour d’un visage familier qu’elle n’avait pas distingué là-haut. Tout ce monde entassé pour leur propre bien ne rendait pas la visibilité facile et là encore elle se sentait stupide d’être restée ici dans le froid. C’était pas très malin même si elle s’inquiétait souvent pour les autres, lui fallait à présent prendre plus souvent le temps de prendre soin d’elle. Elle allait tomber malade, forcément. Elle était chanceuse mais à ce point, c’était plus que de la chance si elle n’avait pas de conséquences de ces dernières heures passées dehors dans le froid.

Elle accepte avec un sourire qui se veut réconfortant la couverture qu’elle lui donne. Cela fait du bien d’avoir un peu chaud même si le vent souffle encore, même si la tempête est loin d’être terminée, ce n’est peut-être que le début d’une nuit d’insomnie. « Il était là… Il me semble. Je suis, en tout cas, certaine de l’avoir aperçu. Je me trompe peut-être, mais… Non… Non… Je suis quasiment sûre qu’il était là. » Cassandre hoche la tête. « Il ne serait pas parti. » Elle pense. Elle doute qu’il serait parti avec ce danger planant au dessus de leur tête. Elle a été assez sotte que pour sortir, lui a toujours été le plus intelligent des deux. De ce qu’elle a pu observer sur terre en tout cas, là haut, ils ne se connaissaient pas si bien. Elle apprend encore à le connaitre aujourd’hui. « Tu as sans doute raison. Je le verrais tout à l’heure. Il y a encore beaucoup de vent mais ça s’est calmé depuis un petit moment. » C’était beaucoup moins violent à présent, ils pouvaient voir la fin de cette nuit d’enfer. « Soulagée que ça soit derrière nous, surtout. Que nous en soyons sortis. J’espère que les autres aussi… »

Cassandre hoche la tête. Elle suppose que beaucoup de ceux qu’elle connait se trouve là-haut, que quasi tout le monde est là-bas, elle espère avoir été la seule à avoir voulu aller dehors si tôt le matin en ce jour terrible. « Je croise les doigts avec toi. Je n’ai pas envie qu’il leur soit arrivé quelque chose. » Elle parle de ceux d’ici qui ne sont peut-être pas là, elle parle des cent qu’elle n’a finalement pas pu aller voir. « Ca a du être plus fort ailleurs. Ici je pense qu’il y a peut-être eu un éboulement de maison mais pas beaucoup plus. Le bâtiment en tout cas il a bien tenu. » C’était un miracle parce qu’il était si vieux ce bâtiment et qu’il tenait encore. « Ceux qui l’ont construit devaient penser à ça aussi. » A tout ce qu’ils ne pensaient plus depuis qu’ils voyageaient dans l’espace, ils avaient toujours eu d’autres soucis que ceux-là. « J’espère qu’il n’y aura pas d’autres catastrophes naturelle que celle-là. J’espère que les terriens n’auront pas eu trop de problème aussi. » Elle pensait à eux, à ceux qu’elle avait croisé une ou deux fois, elle espérait qu’ils allaient bien parce que personne ne méritait de mourir sous le coup d’une nature en colère.

— code by lizzou —


avatar
19/02/2018 Isis/Sara Artemia 517 Phoebe Tonkin philia informaticienne et mécanicienne Odyssey baby 154



Tu ne saurais exprimer assez ton soulagement, Isaïah, à voir Cassandre indemne. Enfin indemne… Tu ne l’as pas regardée sous toutes ses coutures, tu n’es pas médecin, après tout. Pourtant, à cet instant précis, tu le voudrais bien. Tu n’as qu’une envie: t’assurer qu’elle n’est pas blessée. Mais ne le montrerait-elle pas, si c’était le cas? Tout comme elle montre qu’elle a froid? Si… Sans nul doute. Aussi, après lui avoir posé ta couverture sur les épaules, tu entreprends de la frictionner pour la réchauffer plus vite. Tout en te retenant de lui proposer immédiatement d’aller se changer pour enfiler des vêtements qui seront peut-être plus chauds. Ce qui est dommage, ici, c’est qu’il n’y ait pas de feu. Il faut se contenter de la chaleur humaine. Alors tu la serres contre toi, pour lui procurer un peu de cette chaleur humaine à laquelle tu pensais juste avant, sans pour autant songer que, peut-être, ce contact pourrait la mettre mal à l’aise, ou que ce n’est pas ton contact qu’elle pourrait souhaiter. Cela te passe bien au-dessus de la tête. Et quand elle mentionne chercher Sam, après avoir froncé les sourcils, tu lui assures, avec plus ou moins de certitude dans la voix, qu’il est là. Qu’il a été là tout du long. Sousentendant, sans pour autant le lui reprocher, qu’elle s’est imposée cette attente seule dans le froid pour rien. Cassandre ne tarde pas à t’accorder la véracité sur ce fait et tu ne peux t’empêcher de penser qu’il y a peut-être une autre raison au fait qu’elle soit restée là toute seule, à un endroit où il aurait pu lui arriver quelque chose.

Tu ne peux, de fait, t’empêcher de penser à ton père et à la violence dont il pouvait faire preuve à ton encontre et à l’encontre de ta mère parce qu’il voulait un fils et qu’il t’a eue toi. Un concept totalement inepte à une époque où il faut, dans l’idéal, autant de filles que de garçons et où avoir un enfant aurait déjà dû être suffisant. Mais voilà… Ton père voulait sans doute façonner un enfant à son image. En faire un garde, tout comme lui et, si tu as toujours été douée en mécanique et en informatique, disons qu’en temps normal, tu as deux pieds gauches. Il n’y a guère que tes mains, qui soient habiles. Tu t’apprêtes, ainsi, à ouvrir la bouche pour demander à Cassandre s’il y a une autre raison, et lui dire qu’elle peut se confier à toi, que tu n’en parleras à personne, quand elle reprend la parole. « Tu as sans doute raison. Je le verrais tout à l’heure. Il y a encore beaucoup de vent mais ça s’est calmé depuis un petit moment. » Tu hoches la tête. C’est vrai, le vent est nettement moins violent, et tu t’empresses d’ailleurs de le souligner. Que vous vous en êtes sortis. Que tu espères qu’il en est de même pour les autres. Surtout pour les autres d’entre vous. Ceux qui ont été envoyés sur Terre comme chair à canon. Les terriens? Tu es persuadée qu’ils s’en sont sortis. Qu’ils ont l’habitude de ce genre de chose.

La conversation dérive ainsi sur le vent et ses conséquences. De nouveau, tu hoches la tête lorsque Cassandre souligne qu’elle espère qu’il ne leur est rien arrivé. L’idée qu’il put y avoir des morts… Tu frémis d’avance, Isaïah. Parce que tu ne sais pas ce que vous trouverez lorsque vous déblaierez les décombres. Combien de temps cela vous prendra-t-il? Tu n’en sais rien. Tu n’es pas allée voir dehors. T t’apprêtes à demander à Cassandre si elle le sait lorsqu’elle part en conjectures, montrant bien que vous pensez toutes les deux à la même chose. De nouveau, tu hoches la tête lorsqu’elle souligne la résistance de ce bâtiment dans lequel vous êtes. “Oui… Ils avaient peut-être l’habitude… Je ne suis pas certaine que notre vaisseau aurait aussi bien tenu…” renchéris-tu sans savoir à quel point tu es dans le juste. ”Qui sait… Je crois qu’avec la Terre, il faut s’attendre à tout…” Dans le fond, c’était presque plus tranquille dans l’espace… A part les risques d’astéroïdes. Peut-être aurait-il été plus sage d’y rester? Cette simple pensée suffit d’ailleurs à te faire frémir et tu regrettes aussitôt d’y avoir songé. Tu détestais la vie dans l’espace… Même si elle était plus routinière et en ce sens, plus facile pour toi.

Contenu sponsorisé



 

[Intrigue 20] Les cyclones se jouent de nos peurs ¤Isandre

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» Haïti/Cyclones : Des sinistrés auraient succombé à la faim
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-