Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Seven days to the wolves (Ft Astrid)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
27/11/2017 Lov' Aucun 181 Nathan Filion FOLK SOUL Mécanicien / Diplomate & Combat au corps à corps 24


Sujet: Seven days to the wolves (Ft Astrid)
Mar 20 Fév - 20:45

Il n’aurait jamais dû mettre les pieds sur Terre. Sa génération au complet ne devait, en fait, que servir de tremplin pour la prochaine. Même s’il s’était initialement révolté contre l’idée, le passage de l’adolescence lui avait permis de l’apprivoiser, puis de la faire sienne, même. Il y avait une certaine beauté monastique dans cette pseudo abnégation, qui parvenait constamment à charmer son esprit dans les moments plus difficiles. Les pièces exiguës, les routines mécaniques, le métal – c’était ça, sa vie. Il avait fait sa paix. Paix qui avait fini par éclater, comme tout le reste d’ailleurs, lorsque l’Odyssée s’était décrochée des étoiles.

Un cri de douleur lui échappa, accompagné d’une énième malédiction envers dame Fortune. Sa cheville à moitié transpercée par un pieu en bois appartenant très certainement à une sorte de piège lui rappelait que, très littéralement, il n’aurait jamais dû mettre les pieds sur Terre. Mais maintenant que c’était fait, qu’elles options lui restait-il ?

Il avait longuement réfléchi aux conséquences de ses décisions, ainsi qu’à celles de son inaction. Après quelques années, le constat s’imposait de lui-même : il vivait encore sur l’arche. Aussi ravagée et inhabitée soit-elle. Incapable de s’adapter à cette nouvelle réalité, à ces nouvelles opportunités et à ces nouvelles menaces, il sombrait inexorablement vers les tréfonds du pire des Maelstrom. La dernière fraction de l’homme qu’il avait été trouva cependant suffisamment de courage pour tenter une ultime sortie.

Sans prévenir qui que ce soit, à l’aube d’une journée de mars, il fit ses adieux silencieux au campement des odysséens, mettant ainsi derrière lui les dernières reliques d’un passé si difficile à quitter. Il mentionna brièvement au patrouilleur qui croisa sa route qu’il partait chercher une pièce de bois bien spécifique pour son nouveau projet, et qu’il planifiait rentrer juste avant l’aurore. Dans les faits, il doutait que ça ‘disparition’ ne soit évoquée avant quelques jours. Il n’avait rien pris avec lui, si ce n’était que les vêtements qu’il portait et un petit récipient pour trainer de l’eau, et n’avait laissé derrière qu’une petite figure de bois sculptée représentant un cerf (avec une seule tête s’il vous plaît, merci) sur l’espace où il dormait.

Il se doutait bien qu’en abandonnant la sécurité du campement pour faire cap vers l’ouest jusqu’à ce que ce ne soit plus possible, il se dirigeait, si non vers une mort violente et ingrate, au moins vers des aventures risquées et probablement douloureuses. Exactement comme sa situation présente, tout compte fait –même s’il avait espéré qu’elle ne s’avère que quelques jours après le début de son aventure. Une belle preuve de son inadaptation à ce brave nouveau monde. Mais même de se retrouver ainsi coincé, incertain de la gravité de sa blessure, valait mieux que la perspective de sa lente et inéluctable asphyxie, provoquée par l’effondrement de son âme.

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains Charlie, Baelfire, Meeka, Elias & Richard 1375 Rose Leslie sign by beylin Mercenaire et voleuse Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. 0
Admin


Sujet: Re: Seven days to the wolves (Ft Astrid)
Lun 19 Mar - 17:41


10 mars 2118


Lourde balade que celle de la Rahjak qui erre en forêt. Le cheval est au repos et il l’attendra là où elle l’a laissé. Oh non, pas seul, dans la maison qui garde l’entrée de la forêt. Au moins, ils sont réglo et ne demandent pas le monde. Alors elle passe toujours par eux. Sans l’animal, elle ne tiendrait pas forcément dans le désert, ou du moins, peut-être pas tout le parcours. Elle n’a pas forcément envie de savoir. En réalité, la jeune femme n’est pas du genre à se plaindre du désert, bien qu’elle fasse toujours en sorte de ne pas y passer trop de temps lorsque les températures sont trop fortes. En réalité, à chaque été, la rousse se rappelle que ce n’est pas son coin, qu’elle n’est pas née là et qu’elle ne parviendra sans doute jamais à s’y habituer. Les années passent et les plaques continuent d’apparaître sur sa peau toujours trop clair, sur ses traits toujours trop pâles. Elle se moque d’à quoi elle ressemble et de la différence qu’il y a entre elle et les autres personnes de sa tribu. Elle n’y a jamais porté attention, et de toute manière, ils l’ont toujours fait pour elle. Pour autant, il est toujours un peu difficile de s’intégrer quand on est différent, quand on doit rester enfermée lorsque le soleil est trop haut ou les températures trop fortes. Bien sur qu’elle n’est pas la seule dans la cité du désert à qui cela arrive. Mais quand on n’est pas née là, les choses sont toujours un peu différentes. Et c’est une histoire prise de tête, et il n’est donc pas possible de chercher plus loin. Mais est-il nécessaire d’en faire toute une histoire ?

Un soupir s’échappe des lèvres de la jeune femme alors qu’elle regarde autour d’elle et qu’elle se faufile doucement entre les arbres. Les températures remontent enfin et elle se permet de se dire que ça fait du bien. Faut dire que l’écart entre le désert et la forêt était quand même grand. C’est un fait. Et oui, certes, dans le désert aussi, ça a baissé, mais ce n’est pas pareil, comme toujours. Un peu comme une habitude à laquelle il ne servirait pas à grand chose de chercher plus loin. Les choses sont très bien comme elles sont. Et là, pour le coup, elle ne voit pas quel pourrait être l’intérêt de tout ceci. Et puis bon, elle n’est pas en position de prétendre que c’est bien ou pas bien. Elle ne cherche pas à voir les choses ‘une manière ou d’une autre manière, et ce n’est pas non plus à elle de faire la merde. Cela n’a jamais fonctionné comme ça, et c’est mieux comme ça. A n’en pas douter. La rousse ne va pas faire sa vie en fonction des autres et de leurs histoires. Ses troubles, son existence, tout ça, ça n’a jamais été remis en question vis à vis des autres, vis à vis de ce qui se passe dans son univers. Mais ça, c’est une chose un peu compliquée.

De toute manière, Astrid n’a jamais vraiment porté d’attention aux décisions et aux motivations des gens. Et ça ne risque pas de changer ou de devenir différent. C’est sans doute mieux comme ça. Il est difficile de se développer soi-même si on se concentre sur les choses qui ne vont pas bien chez les autres. Comment est-ce qu’on fait pour avancer si les choses s’écroulent autour de nous ? La Rahjak le sait, et elle a compris. Alors elle se concentre sur elle et sur les seules choses qui aient vraiment de l’importance. Parce que c’est ça qui est important, non ? C’est ça qui compte, et rien de plus.

Et pourtant, parfois, elle s’écarte de ce qu’elle pense, c’est ce qu’elle se dit quand son regard se pose sur un débarqué. Elle voit bien qu’il s’agit d’un débarqué, là dos à elle, qui se dirige vers un coin de la rivière un peu caché. Un petit ravin, un trou qui se fait discret au milieu de la mousse, de la boue et du sol instable. De toute manière, si on ne fait pas toujours attention à ce qui nous entoure, on peut facilement se faire berner par cette forêt. Surtout maintenant, alors que tout peut s’effondrer sous nos pas. “ Je n’irais pas par-là, si j’étais toi. Tu vas tomber.”. La moquerie dans la voix, un sourire en coin sur les lèvres. Elle n’ira pas prétendre que la chute l’amuserait. Mais sans doute n’est-ce pas vraiment le moment d’en parler à voix haute. C’est le moment d’y faire attention. Un peu du moins. Et puis bon, elle ne cache pas que s’il venait à se faire mal, elle s’en amuserait, mais il serait capable de chouiner suffisamment fort pour qu’elle se sente obligée de l’aider. Ou pire, s’il venait à attirer l’attention d’autres débarqués et que ça venait à leurs tomber dessus. Oui, clairement pire. Ils seraient capable de dire que c’est elle qui l’a mis dans cette situation. “Oui, tu devrais reculer.”. Oui, il devrait vraiment reculer.
AVENGEDINCHAINS

avatar
27/11/2017 Lov' Aucun 181 Nathan Filion FOLK SOUL Mécanicien / Diplomate & Combat au corps à corps 24


Sujet: Re: Seven days to the wolves (Ft Astrid)
Lun 30 Avr - 21:48

L’apparition soundaine d’une voix humaine manqua de lui faire exploser la cage thoracique. Après à peine une demi-journée à voyager seul, accompagné uniquement par les bruits de la nature sauvage, l’anglais lui apparaissait, de façon fort appropriée, extraterrestre.

Pivotant sur lui-même, il tenta d’en identifier la provenance, tout en faisait de son mieux pour écouter ses conseils. Ce n’est que lorsqu’elle s’exprima une seconde fois qu’il parvint à la discerner, appuyée contre un arbre et affichant le sourire moqueur d’un félin qui découvre un oisillon tombé en bas de son nid.

John n’avait encore jamais rencontré de terriens ‘dans leur habitat naturel’, et même si les rapports conflictuels avec les membres des différentes tribus ne faisaient pas légion, il y avait une probabilité non nulle que cette rencontre ait la même conclusion que celle de la métaphore évoquée.

Visiblement nerveux, John regarda par-dessus son épaule pour tenter de voir de quelle menace venait de le sauver cette mystérieuse étrangère. Sans succès.

« Merci», finit-il par répondre d’une voix incertaine, ne parvenant absolument pas à identifier duquel des deux dangers, entre celui qui se trouvait derrière lui et celui qui lui faisait face, il devait se méfier davantage.

La réponse se présenta sous un angle inattendu, lorsqu'il prit conscience qu'il préférait de loin abandonner la vie entre les mains de son meurtrier qu’en croupissant seul dans les dieux seuls savaient quel trou à rat.

Curieusement, le fait de ressentir un sol sous ses pieds, même s’il s’agissait du fond du baril, lui redonna une forme de confiance et de courage, et c’est avec un sourire né de l’ironie de sa situation qu’il retrouva ses moyens et fit un pas dans la direction de la rousse.

Un seul, cependant – témérité et folie demeurait deux concepts encore bien distincts.

« Je dois absolument me rendre jusqu’à l’océan», lança-t-il d’entrée de jeu. À ce stade-ci, quel choix lui restait-il, mis à part embrasser son destin de tout son être ?

« Je crois qu’il serait totalement superflu de prétendre que j’ai une chance d’y parvenir par mes propres moyens. Mais est-ce qu’il y aurait un scénario où je parviens à te convaincre de m’y accompagner ? »

Il s’agissait d’une proposition aussi farfelue qu’impertinente, il le réalisait très bien. En même temps, que lui restait-il à offrir, si ce n’était que la surprise et l’inattendu ? Il ne rebrousserait pas chemin, mais il était maintenant plus que jamais évident que son périple connaîtrait une conclusion funeste s’il était laissé à ses propres moyens. Dans ces circonstances, l’arrivée de cette terrienne si sûre d’elle-même constituait une opportunité providentielle.

À moins qu’il ne s’agisse d’une dernière plaisanterie de l’univers.

Auquel cas, il avait bien l’intention d’en rire.

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains Charlie, Baelfire, Meeka, Elias & Richard 1375 Rose Leslie sign by beylin Mercenaire et voleuse Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. 0
Admin


Sujet: Re: Seven days to the wolves (Ft Astrid)
Ven 29 Juin - 12:14


seven days to the wolves

10 mars 2118 ;; Il fut un temps, Astrid n’aurait pas réfléchi une seule seconde et se serait contenter de le voir mourir. Une solution facile et atteignable avec une facilité déconcertante. Elle n’était pas suffisamment proche des gens et elle n’a jamais cherché à l’être. Mais les choses évoluent, parfois, elles changent, avancent dans une direction qui pourrait être agréable, que ce soit facile ou non, d’ailleurs. Un soupir s’échappe des lèvres de la jeune femme. Elle a énormément changé, c’est vrai, et elle n’a jamais cherché à le faire, mais les choses sont juste comme elles sont. Et elle ne va certainement pas se mettre à regretter le fait d’avoir évolué à sa manière. Pour ce qu’il en est de ce que Tom aurait pu penser, elle ne préfère même pas y réfléchir, de près ou de loin. Elle ne sait que trop bien que les choses auraient été une catastrophe sans nom. On ne peut pas forcément faire les choses comme les gens l’auraient voulu. Toute cette histoire peut parfois être compliquée sans qu’elle ne puisse vouloir le contraire. De toute manière, tout le monde change, un jour ou l’autre. Et pour le coup, on pourrait presque dire que de son côté, c’est dans le bon sens. Elle sauve un homme qu’elle ne connaît pas, et oui, ça n’a strictement rien de facile. Peut-être qu’il n’en vaut pas la peine, peut-être qu’il est quelqu’un qui ne mérite pas qu’on lui sauve la vie, peut-être faudrait-il qu’il perde la vie. Mais elle ne saurait le dire et elle n’a pas particulièrement envie d’y réfléchir.

« Merci». C’est un mot qu’elle n’a pas souvent entendu, c’est vrai. Elle a souvent été la méchante, peu important les situation et les états un peu catastrophique. Et dans le fond, elle n’a jamais vraiment cherché à être la gentille, il faut le dire. Capturer les esclaves, gagner  le pactole. Elle n’a jamais cherché plus loin. Et encore aujourd’hui, ce sont des choses qui lui conviennent et qui lui servent, c’est un fait. Alors qu’il la remercie, ça lui fait bizarre et lui arrache une légère grimace. Les remerciements ne contiennent pas la moindre pièce d’or et pour cette raison, sans doute que cela l’intéresse beaucoup moins. Oh, son remerciement n’est pas très fort ou catégorique. Sans doute se méfie-t-il, il doit se demander si la jeune femme est une personne digne de confiance. Il ne le saura certainement pas aujourd’hui. Alors elle en vient à se demander ce que peuvent bien contenir ses poches. Parce que ça, ce n’est même pas une histoire de bonne ou mauvaise personne. Fouiller ses poches, c’est un besoin, comme une envie qu’elle ne parvient pas à affronter. Elle ne peut rien y faire, elle ne peut pas changer grand chose à cette histoire. Elle ne saurait le dire et elle n’a pas envie de se prendre la tête. Oui, c’est sans doute mieux, d’une certaine manière. Enfin bref. ” Il serait dommage de perdre la vie aussi bêtement”.

Elle n’en a pas rencontré tant que ça, des personnes du ciel, c’est vrai. Quelques unes, quelques contacts qu’elle apprécie, d’autres dont elle se moque allégrement. Mais il est vrai qu’elle ne connaît pas tout le monde, loin de là. Certains comportements continuent même de la dépasser et elle aime les embrouiller de sorte à voir jusqu’où ils pourraient aller et ce qu’ils pourraient faire. Alors qu’ils ne sont encore coupables de rien, évidemment. Mais il y a déjà eu quelques embrouilles, par le passé. Mais ces histoires n’en valent pas vraiment la peine. Pas vraiment. Elle a envie d’apprendre plus de choses sur eux, surtout si cela lui permet d’entrer dans le campement et de voler certaines choses. Il doit y avoir des objets de valeurs par ici, elle n’en doute même pas un seul instant. Mais bon. Elle ne risque pas de s’y rendre tout de suite, et c’est justement le point problématique, l’aspect triste de l’histoire. Les choses sont comme elles sont, et le traité ne concerne pas vraiment le peuple du désert. Alors ils peuvent se montrer sceptique et sur certains points, ils pourraient être désagréables à souhait. Et ça pourrait aussi provoquer une colère sans nom. Et une guerre. Et les Rahjaks pourraient perdre bien trop de choses. Les tribus de la plaine, de la montagne et de la forêt ne se battraient probablement même pas pour eux.

« Je dois absolument me rendre jusqu’à l’océan». Marquant un temps d’arrêt, elle se met à le regarder, à se demander de quoi il peut bien être question, ici. C’est un peu perturbant. Il est bizarre d’avoir ce genre d’envie ou du moins, d’entreprendre d’aller aussi loin sans même Elle comprend qu’on puisse vouloir voir l’océan mais on se prépare un minimum et quand on vient du ciel, il n’est pas forcément bon de faire le trajet tout seul. Perplexe face à la situation, la rousse se pose de lourdes questions, elle n’est pas la personne la plus délicate du monde, c’est vrai, certaines de ses décisions sont des catastrophes et des actes un peu maladroits. Mais elle est toujours un peu fonceuse, quoi qu’elle puisse y faire ou en dire. Donc elle peut comprendre et en même temps, elle n’est pas non plus certaine d’en avoir envie. C’est une affaire réellement compliquée, à dire vrai. Astrid est un peu trop complexe par instant. Et il aurait sans doute fallu qu’elle fasse plus attention, certaines fois. Elle aurait pu perdre la vie tout un tas de fois, d’ailleurs. Mais que peut-on faire lorsqu’on est incapable de se baser sur le danger ? Elle s’en moque, comme elle s’en est toujours moquée, pour tout dire. Ce n’est pas aux gens de lui dire ce qu’elle doit faire ou comment elle doit le faire. Et puisqu’elle ne possède qu’une seule vie, pourquoi faudrait-il qu’elle se méfie du monde ? A quoi bon ? Oh, bien sûr, elle ne fait pas confiance à tout le monde, parce qu’elle n’est pas stupide à ce point là, mais pour autant, elle continuera à prendre des risques dans la vie parce que c’est comme ça qu’il faut vivre, en affrontant les dangers qui se profilent. ” Pourquoi ce besoin de se rendre à l’océan ?”. Et vu comment il semble se débrouiller, il y a fort à parier qu’il perde la vie avant même d’y arriver. Mais ça, bien sûr, elle le garde pour elle. Elle ne voudrait pas non plus lui faire peur.

« Je crois qu’il serait totalement superflu de prétendre que j’ai une chance d’y parvenir par mes propres moyens. Mais est-ce qu’il y aurait un scénario où je parviens à te convaincre de m’y accompagner ? ». Celle là, elle ne s’y attendait pas. Elle penche un peu la tête sur le côté, le regarde, sceptique. On peut clairement dire qu’elle ne s’attendait pas à le voir agir comme ça. Pas un seul instant, en plus. Pourquoi lui demander, à elle ? Alors qu’une seconde plus tôt, il se demandait encore s’il était judicieux de quitter un piège pour tomber dans un autre. S’il est réaliste en disant qu’il n’est pas certain d’y arriver, c’est déjà un bon début. Mais pour le reste… Encore que, il veut la convaincre et donc, il pourrait peut-être avoir quelque chose à lui proposer. Et dans ce cas, ça pourrait devenir intéressant. ” Qu’est-ce que tu pourrais avoir à me proposer, dans ce cas ?”. Tant qu’à faire, autant qu’il lui propose quelque chose d’intéressant et qu’elle y gagne quelque chose. L’océan, pourquoi pas ?
AVENGEDINCHAINS

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Seven days to the wolves (Ft Astrid)

 

Seven days to the wolves (Ft Astrid)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Space wolves VS tyranides
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» 06. Sunday, Monday, Happy Days. || with Chris Lorentz
» Juliette apprend que sa mère est vivante (pv Pascal/Astrid)
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Aux alentours de l’Odyssée-