Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜“ stay away of my burning mind. ” (Mila)
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
26/08/2017 ΛURORΛ BOREΛLIS nope 440 anna speckhart sharkloé. // endless love // mélanie martinez tu cultives la terre selon les saisons (botanique & agriculture) 30



You've been escaping the desert. Now you reminisce the sand. You hide yourself to open up. Now it's like you miss the sun. You just followed your sense. Losing yourself more than once. You kept walking that way. Do you understand me ? Are you reading my words ? Did you see ? (@rilès // beerus)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
☆ Devos
&
Mila


Tu ne connais aucun terme pour désigner précisémment ce qui se déroule dans ta tête lorsque tu l'entends murmurer au creux de ton oreille. Lorsque tu reconnais le timbre de sa voix parmi le brouhaha de tes pensées. Lorsque tu as l'impression de la frôler du bout des doigts. Cependant, tu ne la considères pas comme un fantôme du passé. Oh non, Thalia demeure une entité omniprésente avant tout. Alors tu cherches un mot qui parvienne à exprimer cette idée et tu finis par en trouver un adéquat. « Elle m'accompagne tu vois ? » Comme un parent guide son enfant, comme un érudit élève un novice. Il n'y a rien de mal qui en émane parce que tu ne perçois pas l'ampleur de ton affliction. « C'est rassurant. » Tu tentes de traduire ce que tu ressens afin qu'il comprenne mais la tâche n'est pas aisée pour toi, pour lui. A croire que vous êtes l'un pour l'autre, des énigmes compliquées à déchiffrer. Des pièces d'un puzzle trop différent pour s'assembler naturellement. Pourtant, tu persistes à croire qu'une similarité perdure entre vous. Un lien que ta dernière victime s'est évertuée de cacher.

« Seulement si tu échoues. » Ce n'est ni le premier ni le dernier à chercher une explication au détour de tes prunelles. Ils sont nombreux à tester leur théorie mais aucun n'est parvenu à valider son hypothèse. Alors tu le défies de ce regard insouciant qui te caractérise quand tu oublies le monde qui t'entoure. Quand tu accordes ton attention à une personne et une seule, peu importe ce qui se passe aux alentours. Devos te semble bien plus enclin à la discussion. A moins qu'il ne s'habitue progressivement à ta présence étrange. « Pas encore. » La voilà, la vérité brute, immaculée. L'éventualité soulevée, l'horizon imbibé. Un jour, tu décideras d'en finir pour passer dans l'autre monde. Et ce n'est pas un secret que tu souhaites cacher, seulement un vœu que tu tiens à réaliser. Voilà pourquoi tu ne fuis pas forcément le danger, la mort n'est pas ton ennemie. La solitude, elle, l'incarne dans toute sa splendeur.

« Tu veux savoir ce que je veux vraiment ? » La question s'ouvre une autre dimension mais cette dernière s'estompe aussitôt. En effet, les flocons de neige qui se déposent sur ta peau gelée, captivent ton regard en quelques secondes. Comme une enfant, tu es happée par les étincelles de l'hiver qui ne cessent de t'émerveiller. Chaque fois tu ne peux t'empêcher d'être contemplative. Dire que les terriens connaissent ce spectacle depuis leur tendre enfance. Comment ne pas les envier ? Ils sont tellement connectés à mère nature quand ton peuple peine à comprendre ses enjeux. Sa réaction face aux dégâts causés en est la preuve ultime. Il n'est pas encore prêt. « C'est sans aucun doute le plus beau phénomène qui existe sur Terre. » Naturellement, tu tends le bras pour atteindre le visage de Devos avant d'effleurer sa joue. Et ce, pour récupérer un cristal de glace sur ton index. « On dirait des étoiles tombés du ciel... »

→ devos, aux alentours de l'odyssée, 17 février 2118


avatar
20/12/2016 ELOW ; ĆIRO + IRINA + JONAS ; 1181 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 72
— Chi cerca, trova —





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

stay away of my burning mind
17 FEVRIER 2118

Elle l’accompagne. C’est rassurant. Ça, il comprend. C’est simple. Les mots résonnent alors en boucle, incapable de se détacher de la voix de Mila qui désormais s’enfonce dans le crâne de Devos. Peut-être qu’il l’entendra encore, demain, et le jour suivant. Peut-être que ça ne finira jamais. Peut-être qu’elle disparaîtra. Peut-être qu’il veut l’entendre, lui aussi. Qu’il veut sentir sa présence, l’écouter râler même et lui donner un coup quand il exagère. Elle le faisait souvent ça, lui donner un coup. Sur l’épaule. Parfois, ça ne voulait rien dire. Parfois, c’était l’inverse. En fait, il comprend. Il comprend Mila parfaitement. Il n’a peut-être pas cette connexion, mais il la désire. Il l’envie de pouvoir se sentir si proche de quelqu’un qui n’est plus de ce monde. De quelqu’un qui n’existe plus. Doucement, il baisse les yeux. Il a envie de tomber dans l’oubli et de se cacher derrière ses paupières. Quels que soient les doutes qui sont là, il aperçoit désormais une ressemblance déplaisante. Pendant trop longtemps, il a été unique, alors de savoir qu’il n’est plus désormais seul dans sa différence, ça l’étonne. Cette réflexion a pour effet de le calmer entièrement, comme si Mila venait de souffler la flamme en lui. Oui, c’est ça. Ce qui le brûlait, s’est éteint. Provisoirement sans aucun doute, mais c’est soulageant. Il préfère être ainsi. Il préfère ce calme.

« Je ne suis pas les autres. » Pas de ceux qui ne voient pas plus loin que ce qui semble évident. Pas de ceux qui imaginent n’importe quoi et donne un sens inutile à des mots pas compliqué. Mais ça n’a plus d’importance maintenant. Il veut toujours partir, la laisser, ne pas épuiser son temps à ses côtés. Du moins, c’est ce qu’il croit, car son corps est toujours là. Et à sa question, elle répond à un « pas encore » sincère qu’il trouve étrange. Est-ce qu’elle le dit dans l’hypothèse de passer le cap, ou dans celui d’accepter celle que la planète décidera de lui donner ? Car ça, c’était une éventualité. La mort, elle est partout sur cette terre. Il peut l’apercevoir dans le fond de ce trou qui était auparavant l’entrée du métro. Il y saute et il se fend le crâne contre le sol glacé. En voilà une, de mort. Ou alors elle tend ses mains vers son cou et en voilà une autre. Soudain, il se demande. Si elle est capable de vouloir sa fin, peut-elle la vouloir pour un autre ?

La neige tombe alors et empêche Devos de répondre à Mila. Oui, il veut savoir. Mais en même temps, le ciel donne une réponse. C’est chiant, la neige et un flocon se dépose dans son œil. Saleté de météo. Le temps de fermer les yeux une seconde, de laisser la neige fondre et glisser le long de sa joue. Il sent ensuite les doigts de Mila et la neige continue de tomber. Petit à petit, doucement, sans se soucier des êtres qui subissent sa présence.

« Ce sont des larmes. » De tous, d’eux, d’elle. Ou peut-être c’est lui, qui pleure sans le savoir. Pour une raison ou pour une autre, parce qu’il en marre aussi. Qu’il craque, au fond, de cette frustration qui le bloque. Et puis, Mila sous la neige, lui semble nouvelle. Illuminés par des flocons tendres, ses yeux témoignent d’un sentiment dont il ne sait pas le nom. « Si je disparais, tu crois que tu m’entendras, comme tu l’entends elle ? » Puis il se ravise. « Non, me dis pas. C'est stupide. » Boitant, il préfère esquiver cette drôle de situation et en traînant son pied trace une marque sur le sol. Comme une invitation, peut-être. « Va te mettre à l'abri au lieu de rester là. Ce n'est pas encore ton heure. » Il dit ça avec une certitude étrange, à croire qu'il est le maître de son avenir.


avatar
26/08/2017 ΛURORΛ BOREΛLIS nope 440 anna speckhart sharkloé. // endless love // mélanie martinez tu cultives la terre selon les saisons (botanique & agriculture) 30



You've been escaping the desert. Now you reminisce the sand. You hide yourself to open up. Now it's like you miss the sun. You just followed your sense. Losing yourself more than once. You kept walking that way. Do you understand me ? Are you reading my words ? Did you see ? (@rilès // beerus)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
☆ Devos
&
Mila


Tu en as presque le souffle coupé. A cet instant précis il semble si apaisé. Est-ce les flocons de neige qui lui font cet effet ? Tu l'ignores, ne cherchant pas à le savoir, bien trop perturbée par ta propre agitation parce que ce calme apparent n'est qu'un subterfuge, dissimulant le bruit assourdissant de tes pensées. Elles sont constamment en train de murmurer, de frapper les recoins de ton esprit, de le maintenir au coeur du tourment. Parfois, tu oublies presque la menace qui plane au dessus de ta tête. Ce silence terrifiant qui pourrait t'achever avant même que tu n'aies pu le réaliser. « Attends. » Et tu poses ta main sur son bras pour le retenir un bref moment, juste le temps de répondre à sa question. Tu le regardes quelques secondes avant de t'élancer sur la pointe des pieds pour rafler ses lèvres au passage. Geste imprévu ou acte prémédité ? Nul ne le sait et certainement pas toi. « Maintenant, je t'entendrai ... » Maintenant, il peut mourir, sans craindre de disparaître à tout jamais. N'est-ce pas cette peur, au fond, qui unit tous les êtres humains ? Celle de n'être plus rien, pas même un souvenir, un résidu qui puisse continuer de perdurer, d'une façon ou d'une autre.

La vérité, c'est que tu l'entendras parce qu'il te ressemble, au-delà de vos différences respectives. Parce qu'il comprend ce que tu ressens, cette distance que tu dois porter sur tes épaules chaque seconde de chaque heure. Ce chagrin qui te crève depuis l'enfance comme une chaîne à ton pied, t'empêchant de t'élever. La vérité, c'est ce que ce baiser furtif ne change absolument rien à la situation, à la destination. Tôt ou tard, il mourra. Toi aussi. Lequel restera pour se rappeler de l'autre ? « Mais je ne suis pas certaine que ce soit une bonne chose. » La mise en garde t'échappe aussitôt. Tu ne sais pas pourquoi tu fais un pas en arrière alors même que tu as fait un pas dans sa direction. Peut-être que tu crains de reproduire le schéma qui s'est produit avec Thalia ? Parce que tu sais pertinemment que tu ne résisteras pas indéfiniment à ses pulsions assassines qui courent sous tes veines comme un délicieux poison auquel tu résistes à peine. Il serait si facile de succomber, de le faire tomber, d'avoir le dessus. Une cheville endommagée est une faiblesse à exploiter. Non, pas encore. Toujours cette expression qui revient. Ce besoin de repousser l'inévitable. De nier que tu imagines mieux les vivants morts.

C'est devenu si compliqué de gérer ce penchant. Combien de fois as-tu pensé à les tuer pour qu'ils ne puissent jamais te quitter ? Tu ne saurais le dire. Tes proches sont en danger sans s'en douter une seule seconde. Tu es le poison qui rôde près d'eux, prêts à frapper sans prévenir; mais pour la toute première fois, tu préviens. « C'est souvent signe de mauvais présages. » Tu le préviens, lui. Certainement parce qu'il s'est beaucoup trop adouci à ton contact. Tu préfères encore qu'il se montre farouche et agressif afin de ne te laisser aucune chance de l'atteindre. Sauf qu'il est trop tard. « Ça doit être ma croix... alors c'est toi qui devrais de te mettre à l'abri. » Tu reprends ses termes, consciente qu'ils seront bien plus percutants que d'autres. S'il est persuadé que ce n'est pas ton heure, peut-il en dire autant de la sienne ? Peut-il, malgré la lueur qui brille à la surface de tes prunelles, percevoir le précipice au fond de ton rétine ? Le trou béant aspirant les âmes, les vies, les mémoires ? Tu aimerais faire disparaître cette facette de ton existence mais en es bien incapable. Ça voudrait dire accepter toutes les pertes, abandonner toutes les attaches. Laisser partir les morts, se contenter des vivants. Être l'orpheline d'antan.

→ devos, aux alentours de l'odyssée, 17 février 2118


avatar
20/12/2016 ELOW ; ĆIRO + IRINA + JONAS ; 1181 JAI COURTNEY ; ELOW ; INFORMATICIEN ET LIEUTENANT REBELLE / SPECIALISTE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLES, NOTIONS EN MÉCANIQUE ET ELECTRONIQUE, GÉNIE INCOMPRIS ; 72
— Chi cerca, trova —





[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

stay away of my burning mind
17 FEVRIER 2118

La neige aurait pu tomber à n’importe quel moment, mais c’est maintenant. Les flocons tombent lentement sur eux pour se briser en silence sur leur peau. L'un d’eux se colle à sa joue et Devos trouve ça irritant, mais il n’a pas le temps de faire quoi que ce soit que le doigt de Mila glisse sur sa peau pour retirer l’eau glacée. Lis-t-elle dans ses pensées, où sait-elle à quel point, il n’a pas besoin de larmes supplémentaires pour exprimer la tristesse qui le noie depuis toujours ? Il aurait pu rester là, à observer ses grands yeux et à se perdre dans l’instant sans plus jamais retourner à la réalité. Oui, il aurait pu, mais il préfère qu’elle aille se mettre à l’abri et lui aussi. Non, ce n’est pas son heure, et ce n’est pas la sienne encore. Avec la nature enivrante qui les entoure, ça peut arriver n’importe quand, la mort. Autant choisir de l’éviter encore un peu, non ? L’esquiver jusqu’à l’accueillir les bras ouverts. Ça lui plaît bien, ça. De toute façon, Devos, il rêve d’accomplir de grandes choses. De devenir un nom parmi ceux des plus impressionnants de l’histoire. Il se fiche de son héritage, de sa descendance. Il veut inventer, créer, innover. Il veut sublimer, réparer, vivre à travers chacune de ses créations. Même tout ça, pourtant, il aurait pu tout abandonner si Mila le lui demande. Parce que là, tout de suite, il est fragile. Incroyablement apaisé, incroyablement ouverte. Elle n’a qu’à tendre la main pour saisir son cœur et l’écraser sur le sol.

Mais à la place, c’est son bras qu’elle attrape. Elle est chiante, cette gamine. Elle pose rapidement ses lèvres sur les siennes, durant quelques secondes, le temps ensuite de lui dire qu’elle l’entendra. Il ne peut pas nier qu’il ait aimé ce contact et qu’il serait presque tenté d’attraper son visage pour ne plus le lâcher. Elle recule alors, l’avertit qu’elle doute que ça soit une bonne chose et, tout de suite, Devos fronce les sourcils. Pour une raison qui lui échappe, il croit presque sentir la présence de Thalia derrière lui. « Je n’ai pas peur. » Ni des sentiments qui pourraient naitre, ni de l’attirance physique qui le titille. Il ne sait pas pourquoi il dit ça, mais quelque chose le pousse à croire qu’elle l’avertit du danger qu’elle peut être et il semble nécessaire de lui dire que c’est le cadet de ses soucis. Non, vraiment, il s’en fout.

Alors il soupire, il préfère laisser tomber, mais ose tout de même avouer : « Je n’ai pas besoin de plus. Ne te force pas. » Et il plante son regard dans le sien. Qu’elle ne cherche pas à attendre plus de lui, il ne pourra pas. À ses yeux, elle reste celle que Thalia a aimée. Celle qui devrait encore la pleurer, comme lui regrette de ne plus avoir Faust à ses côtés. Il n’est pas du genre à avoir besoin d’être consolé et il sait qu’elle non plus. En fait, il sait que Mila va bien, qu’elle va peut-être même un peu trop bien, à son goût. Une partie de lui, pourtant, murmure de profiter. D’accepter la chaleur qu’elle peut lui offrir, tout en continuant de répondre au feu par le feu. Mais cette trop grande ressemblance, qui les lie, pourrait bien foutre la merde et vaut mieux éviter de tomber dans les profondeurs de son regard. Il risque de ne plus jamais en sortir. Il risque de sombrer et elle aussi.

« Rentre, idiote. » Et il s’en va. Inutile de le rattraper, de le retenir plus longtemps. Pourtant, avant de lui tourner le dos, il lui a offert un sourire. Un sourire sincère, sorti des profondeurs de sa triste âme. Derrière toute la colère qui le hante, il ne peut que la remercier. Après tout, elle l’entendra…


Spoiler:
 

Fin du sujet

Contenu sponsorisé



 

“ stay away of my burning mind. ” (Mila)

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Do you mind if I stay with you? - Adonis NIGHTSPRINGS
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» Fiche technique et news de Stay with me
» 01. Losing your mind
» Legend of the burning sands

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-