Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜[Intrigue n°20] Something In The Way (Ft Aedan)
maybe life should be about more than just surviving


Admin - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum Liam & Eijah & Saoirse & Cassandre 2176 Colin Morgan luxaeterna cass(ini) profil , crack in time, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc Calusa né Rahjak, désormais réfugié chez les Pikunis après la destruction du village par le cyclone. 64
Admin - The Kids From Yesterday










Intrigue n°20


Aedan & Near  
Toutes les tribus n’avaient pas été touchées de la même façon par le cyclone, il avait pu le voir en arrivant chez les Pikunis avec Grace et beaucoup d’autres. Cela faisait étrange de revenir ici pour des raisons si funestes. Les Calusas avaient subit beaucoup de pertes tant humaines que matérielles. Les Pikunis avaient eu beaucoup plus de chance de vivre dans les terres. Il était content qu’ils aient pu s’en sortir sans trop de mal. Ils avaient les récoltes pour l’hiver et les maisons semblaient avoir tenu face aux vents violents. Il n’avait pas eu des nouvelles sur ce qu’il s’était passé dans toutes l’île, chez ceux qui étaient arrivés sur Terre il y a quelques temps maintenant, mais il espérait que leurs dommages étaient moindres. Pour la première fois il pensa que vivre si près de la mer n’était pas une aubaine. Il pensa aux îles, à Eleos qui était de chez les Iskaar. Tous devaient être comme les Calusas. Ce n’était pas la première fois qu’ils vivaient au gré des humeurs des tempêtes et du ciel qui n’en faisait parfois qu’à sa tête mais cette fois-ci ça avait été différent, beaucoup plus violent.

Il avait vu les maisons s’effondrer même s’ils s’étaient dirigés vers les terres pour ne pas avoir plus de pertes que nécessaire mais tous n’avaient pas eu la chance de s’en sortir aussi bien que lui, aussi bien que Grace et son petit, aussi bien que quelques Calusas dont Aedan qui n’était heureusement pas reparti en mer avant le cyclone. Peut-être même plus que l’arrivée des Cent, ce moment ou la nature avait décidé que le village des Calusas ne serait plus était l’événement le plus marquant pour Near depuis qu’il avait été en âge de comprendre ce qu’il se passait. S’il n’était pas d’humeur généralement défaitiste, il devait bien admettre qu’il n’était pas au meilleur de sa forme même s’il faisait de son mieux pour ne pas trop changer, ne pas devenir le plus dépressif. Cela ne lui ressemblait pas. Il ne voulait pas qu’un tel évènement le change aussi drastiquement même s’il se demandait ce qu’il était arrivé à sa famille dispersée aux quatre coins de l’île. Pour le moment de ce qu’il savait, Grace était la seule personne qu’il lui restait. Il s’était habitué à l’absence de sa mère adoptive partie chez les Athnas, à ses cousines parties il ne savait où, à la vie de famille plutôt compliquée des Reinhart qui faisait qu’il était totalement normal pour eux de partir un moment pour une durée indéterminée sans trop donner de nouvelles. Ils étaient habitués, chacun faisait sa vie mais c’était dans des moments comme celui-ci qu’il aurait préféré avoir des réponses.

Que faire chez les Pikunis ? Il les avait regardé s’affairer sans réellement savoir où apporter son aide, l’avait donnée à celui qui la voudrait bien. Il continuerait à vadrouiller sur l’île pour retrouver d’anciennes connaissances, voir tout simplement si elles étaient en vie mais puisqu’il était à nouveau recueillit par un village, c’était la moindre des choses que de ne pas partir tout de suite, d’essayer de se faire à l’idée d’être Pikuni. D’Être Pikuni ? Il secoua la tête, il serait toujours Calusa, reviendrait le plus souvent possible du côté de la mer même si plus rien ne serait comme avant. Il savait que certains Calusas n’avaient pas choisi d’aller dans le village, préférant les Athnas pour diverses raisons. Il n’aimait pas l’idée qu’ils soient ainsi divisés mais leur village étant mort en même temps que Winema, sauf la mer, il n’y avait plus rien pour les garder unis. Il s’était dirigé vers la sortie du village, comme pour se diriger vers son village, comme avant, comme lors des rares fois où il avait été voir Grace quand Chavo était encore là. Il n’avait pas été très famille pour le coup, aurait tout le temps de se rattraper mais avant il avait comme une envie de voir comment certains s’en sortaient, ce qu’allait faire une silhouette à l’entrée du village qu’il reconnaissait toujours aussi bien. C’était pas bon signe qu’il soit là, ne s’affairaient à la sortie du village que ceux qui finiraient un jour par partir. « Alors toi aussi tu t’en vas ? » Ce n’était pas de la déception, juste la tristesse de connaitre la réponse avant qu’il la lui donne.  



— code by lizzou —


avatar
05/08/2016 AMNESIS ALIENOR + ANDREW + SAM + KARAH 1552 MAX RIEMELT AVATAR - AMNESIS • SIGNA - ASTRA + EILYAM • GIF PROFIL - CASSINI + CLIO PÊCHEUR + MUSICIEN + NAVIGATEUR SOLITAIRE (CALUSA) 47
✣ The sea and the moon we meet ✣





Something in the way


Aedan & Near
Les choses n'allaient plus. Toute sa vie partait en lambeau et ce n'était pas la première qu'Aedan en prenait conscience. Il était maudit. Tous ceux qu'il approchait finissaient irrémédiablement par disparaître. Son grand-père mort, son village détruit, sa soeur presque aux portes de la mort...il ne pouvait plus, ne le supportait pas, il fallait qu'il parte loin de tout, loin du monde, loin de ceux qu'il aimait. Le cyclone avait autant détruit la terre que sa propre existence. Depuis leur arrivée chez les pikunis il bouillonnait de l'intérieur. La peur, la tristesse, la colère. Toutes ces émotions le submergeaient de plus en plus chaque jour. Elles grandissaient une à une, il brûlait de l'intérieur, seul. La solitude qu'il avait eu l'habitude de côtoyer lui était aujourd'hui devenue presque insupportable. Le visage de Clio revenait dans ces moments de pur douleur. Il la voyait sourire et se disait qu'elle aussi n'était plus. La tempête avait balayé son île, c'est ce qu'il avait entendu, c'est ce qui avait fait déborder le vase. Il l'avait perdu, il en était certain. Il aurait dû lui dire quand il en avait eu l'occasion, il aurait dû lui faire savoir ce qu'il éprouvait. Tous deux auraient pu fuir, partir loin du monde et vivre ensemble. Son visage revenait encore et encore tandis que lui, marin oublié tombait de plus en plus dans les abîmes de sa propre tristesse.

Voilà trois jours, trois jours qu'il ressasse cette nuit, que ses pensées et ses émotions jouent avec lui. Son regard est vide, triste, mélancolique. Aedan pense aux paroles de son grand-père, à ces histoires, à cette promesse qu'il lui avait faite et qu'il ne pourra pas réaliser. Il aurait voulu l'emmener voir le monde une dernière fois. Il le voulait si fort qu'il en a oublié de le faire. Et voilà maintenant qu'il est trop tard. Dans l'ombre de la foule qui s'affaire à l'extérieur le voilà qu'il prépare ses affaires. Sa petite sœur est là, allongée dans son lit, rêvant à des jours meilleurs. Il ne veut plus la faire souffrir, ne veut plus que sa famille souffre par sa faute. Il laisse sur son front un baisé plein d'amour, laisse un mot sur la table de chevet et part comme s'il n'avait jamais été là. Cette vie n'est pas faite pour lui, jamais il ne pourra être loin de la mer. Il ne comprend pas comment tous peuvent vivre ainsi, comment les calusas ont pu si vite oublier leur vie d'avant. Il espère au fond de lui qu'ils reviendront sur leur terre, qu'ils reconstruiront tout de leur main, comme leurs ancêtres l'avaient fait avant qu'ils ne viennent au monde. Il jette un dernier regard sur sa sœur et se dirige vers la sortie du campement.

Durant quelques secondes il s'arrête. A-t-il vraiment envie de partir? Est-ce la bonne solution? La bonne voie? Il n'en sait rien mais vivre parmi eux il ne pourra pas le supporter plus longtemps. Il a besoin de voir la mer, besoin d'en vivre d'être près d'elle. Ici le monde est bien trop terre à terre, il ne sera qu'un poids qu'ils devront trainer. Il avance doucement, rongé par la culpabilité et le désespoir tandis qu'une personne qui ne lui est pas inconnu se dirige vers lui. La voix résonne au loin, tambourine dans sa tête comme un écho de son passé. Il le reconnaîtrait parmi mille personnes, il redoutait qu'il vienne.

- Alors toi aussi tu t’en vas ?

Aedan s’arrête, déjà à quelques mètres de la sortie. Soupirant il n’ose pas se retourner. Il sait que s’il le voit il ne pourra plus partir. Near est le seul ici qui est capable de le retenir, il est le seul qui puisse trouver les mots juste. Il voudrait continuer d’avancer comme s’il n’avait rien entendu mais il ne peut pas, il ne veut pas lui faire ça.

- Oui. Je ne peux pas, je ne peux plus. Ces gens, cette façon de vivre... C’est pas pour moi.


— code by lizzou —



Dernière édition par Aedan Caulfield le Sam 28 Avr - 16:29, édité 1 fois

Admin - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum Liam & Eijah & Saoirse & Cassandre 2176 Colin Morgan luxaeterna cass(ini) profil , crack in time, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc Calusa né Rahjak, désormais réfugié chez les Pikunis après la destruction du village par le cyclone. 64
Admin - The Kids From Yesterday








Intrigue n°20


Aedan & Near

Il devait encore s’habituer à la façon de vivre des Pikuni mais après tout il s’était déjà habitué depuis tout petit à la vie chez les Pikuni alors pourquoi pas. C’était vrai qu’on l’avait laissé aux bons soins des Pikunis, qu’il avait été abandonné trop jeune que pour qu’il s’habitue à une autre façon de vivre mais c’était la même chose. Le village Calusa les avait foutus dehors, certes pas de son plein gré mais c’était un résumé facile de la situation. Il avait du mal à se dire que c’était fini, qu’il ne restait plus qu’une poignée de Calusa en vie mais préférait voir le bon côté des choses, se dire qu’il était envie avait été sa solution à tous les soucis du quotidien dans une tribu qui n’était pas la leur. Il se sentait bien chez les Pikunis, essayait d’aider ci et là mais ils n’étaient pas au bord de la mer et cela changeait beaucoup de choses. Il y avait des nouvelles têtes qui remplaçaient les anciennes, les disparus irremplaçables. C’était toutes des informations difficiles à digérer en si peu de temps mais il préférait participer à la vie en communauté plutôt que de déprimer. Il était envie, ce n’était pas pour la gâcher, pour avoir le syndrome de celui qui s’en veut d’avoir eu la vie sauver, d’être dépressif. Cela ne servait à rien, juste à empirer la situation qui n’était pas facile mais avec du temps cela irait mieux.

C’était ce qu’il se disait quand il se dirigea vers la sortie du village. Il ne savait pas pourquoi il s’était dirigé la plutôt qu’ailleurs. Il aurait pu aller aider Grace ou d’autres Pikunis plutôt que de vagabonder vers ici, vers là ou les autres étaient en partance comme Aedan qu’il reconnaissait facilement. Il avait toujours été franc parce qu’il n’aimait souvent pas quand d’autres mettaient des heures à dire ce qu’ils avaient en tête. Parfois y aller de façon aussi franche pouvait blesser mais généralement il pensait plutôt bien s’en sortir. Il était franc parce qu’il n’était pas du genre à chercher ses mots mais pas dans le but de blesser. Il avait posé la question à Aedan, juste pour savoir parce qu’il n’allait juste pas partir sans le lui dire, pas comme ça. « Oui. Je ne peux pas, je ne peux plus. Ces gens, cette façon de vivre... C’est pas pour moi. »

« Sont pas si différent, y’a juste pas la mer. » Ils ne remplaceraient jamais ceux qu’ils avaient perdu, le village ne serait jamais véritablement le leur, ils seraient toujours les Calusa qu’ils avaient accueilli, peut-être qu’un jour ça serait possible mais là c’était beaucoup trop tôt. « T’as pas essayé. » Il doutait qu’Aedan soit resté longtemps dans le village, préférant de loin rester à l’écart comme toujours. La peine n’aidait pas mais ils avaient toujours réagit de façon différente, ce n’était pas aujourd’hui que cela allait changer. « Tu crois que ça ira mieux ailleurs ? » Vraiment ? Il croyait ça ? Il ne savait pas trop ce qu’Aedan cherchait à partir comme ça. « Ce n’est pas parce qu’on reste qu’on oublie, qu’on les oublie tu sais ? » Ce n’est pas en partant aussi que ça ira mieux, c’était pas toujours la meilleure des méthodes que celle de fuir, d’être tout seul, de gérer cette peine tout seul mais c’était celle d’Aedan. Il cherchait juste à comprendre ce qu’il allait devenir à présent, pas forcément à l’empêcher de partir.

Spoiler:
 


— code by lizzou —


avatar
05/08/2016 AMNESIS ALIENOR + ANDREW + SAM + KARAH 1552 MAX RIEMELT AVATAR - AMNESIS • SIGNA - ASTRA + EILYAM • GIF PROFIL - CASSINI + CLIO PÊCHEUR + MUSICIEN + NAVIGATEUR SOLITAIRE (CALUSA) 47
✣ The sea and the moon we meet ✣





Something in the way


Aedan & Near
Il ne pouvait plus le supporter. Toutes ces choses qui lui étaient arrivées, qui leur étaient arrivées, c'était trop. Il avait survécu à de nombreuses disparitions dans le passé, celle de son père, puis celle d'Alec. Mais là il ne pouvait plus avancer sans lui, sans son grand-père. Son visage revenait sans arrêt dans son esprit. C'est donc le visage grave et le mal au cœur qu'Aedan s'en allait au loin. Tel un cow-boy solitaire, un ermite en quête de solitude, le marin partait au loin, laissant derrière lui son ancienne vie. Enfin c'est ce qu'il espérait, c'est ce qu'il voulait avant qu'il n'arrive. Near.

Parfois les choses se passaient mal et les gens continuaient d'avancer. Après tout, la vie ne s'arrêtait pas, ne s'arrêterait jamais. Et c'est ce qui lui faisait peur à Aedan. Cette continuité, cet acharnement du temps à les faire souffrir, à les obliger de continuer à avancer. Il ne voulait plus écouter ce que le temps lui dictait, il ne voulait plus avoir ces chaînes de malheurs autour de lui. Alors, il avait décidé de partir, sans que personne ne soit au courant. Il ne voulait pas avoir affaire au regard de sa famille, de ceux qu'il connaissait depuis sa naissance. Les calusas étaient un peuple unis et les quitter revenait à laisser sa famille derrière lui. Il avançait lentement, comme s'il attendait que quelqu'un le retienne. Pourtant, le jeune homme était déterminé à tout laisser derrière lui, à partir loin de toute cette cacophonie. Puis Near était là, commença à parler, à poser cette question qui tourne encore en boucle dans sa tête. Oui, il s'en allait. Il parait et ne comptais pas revenir. Il ne pouvait pas vivre parmi ces gens malgré leur hospitalité. Il ne pouvait pas rester loin de la mer, loin de ce qui rythmait et animait sa vie. Alors, oui, il avait décidé de partir. Il rétorqua ce qu'il pensait à son ami, toujours de dos, comme si le regard de celui-ci l'obligerait à rester.

- Sont pas si différent, y’a juste pas la mer.

De son point de vue. Pour Aedan ils ne se ressemblaient en aucun point. Ils vivaient de la terre et lui de la mer. Near, il ne pouvait pas comprendre, ne pouvait pas savoir ce que c'était pour le blond de ne plus être au sein de son village natale. C'était comme si une partie de lui avait été détruite en même que ce maudit cyclone, comme si une partie de lui s'était envolée avec la mort de son grand-père.

- T’as pas essayé. Tu crois que ça ira mieux ailleurs ? Ce n’est pas parce qu’on reste qu’on oublie, qu’on les oublie tu sais ?

Et il continuait de parler, de poser des questions stupides auxquelles il n'avait pas envie de répondre. Aedan sentait le sang chauffer dans ses veines tandis que les larmes venaient monter sur le rebord de ses yeux. Resserrant les poings, il restait de dos, ne disait rien. Il voulait continuer à avancer vers la mer mais quelque chose l'en empêchait, Near l'en empêchait. Il ne savait pas ce qu'il pouvait lui répondre, n'avait pas vraiment envie de lancer le débat. Il haussa simplement les épaules puis après quelques secondes se décida à répondre.

- J’ai pas envie d’essayer. Toute cette foule, ces gens qui font comme si de rien n’était… Tout ça, ça va mal finir de toute façon.

Oui, il partait pessimiste. Il l’avait toujours plus ou moins été mais il se disait plus réaliste des choses qui l’entouraient que véritablement négatif. C’était seulement une image qui voulait laisser paraître mais aujourd’hui il l’était réellement.

- On se reverra un de ces quatre. Je serais sûrement pas très loin, il y a une crique vers le Nord...

Il continua d’avancer, un pincement au cœur. Il quittait les siens et cela, il savait qu’il le regretterait un jour. Mais aujourd’hui il s’en fichait royalement et il ne souhaitait qu’une chose, partir et vivre loin du monde et de la population.

— code by lizzou —


Admin - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum Liam & Eijah & Saoirse & Cassandre 2176 Colin Morgan luxaeterna cass(ini) profil , crack in time, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc Calusa né Rahjak, désormais réfugié chez les Pikunis après la destruction du village par le cyclone. 64
Admin - The Kids From Yesterday







Intrigue n°20


Aedan & Near  
Ce n’était pas parce qu’il était hyperactif que c’était simple pour lui, que c’était toujours simple. Ca n’avait rien à voir, c’était simplement dans son caractère d’essayer de voir toujours le bon côté des choses même quand il fallait vraiment les chercher. La destruction d’un village, la famille dispersée dans les quatre coins de l’île à même pas savoir s’ils étaient en vie, c’était difficile mais les Reinhart avaient souvent été comme ça à ne pas trop savoir où se trouvaient les uns les autres, c’était sans doute pour cela que cette catastrophe touchait beaucoup plus Aedan, parce que des proches étaient morts alors que ceux de Near n’étaient tout simplement plus là depuis un sacré bout de temps que pour qu’il en perde à se larmoyer sur leurs sort. Il avait envie de revoir sa mère adoptive mais elle était partie dans les montagnes et il n’avait pas eu envie de la suivre et leur route s’étaient simplement séparées. Cela ne voulait pas dire que s’était plus simple pour autant. Ca l’était dans un sens, il pourrait prétendre tant qu’il le souhaitait qu’ils étaient en vie et ça oui, ça lui facilitait grandement les choses parce qu’il ne s’imaginait tout simplement pas le contraire. C’était aussi simple que cela, le point d’interrogation lui allait mieux que savoir et en ça il était peut-être chanceux mais Aedan avait pu voir sa famille pendant tout ce temps où il n’était pas en mer, c’était toute la différence entre les deux. Lui au moins aurait pu les voir s’il avait passé moins de temps en mer.

Il n’était pas très juste, savait que cette tragédie a touché tout le monde de la même façon, l’on ne sait jamais comment l’on va réagir sauf lorsqu’on se trouve dans ce genre de situation. On le sait juste quand ça nous arrive, lorsque la dame malchance a voulu nous pointer du doigt et de ce qu’il sait, il réagit mieux. Il aime ce changement, la nouveauté même s’il est déjà venu plusieurs fois au village des sPikunis, ce n’est pas une première, il ne se sent pas complètement perdu. L’inverse pour Aedan et ceux qui ont choisi la mer au lieu de la terre, au lieu tout simplement de la terre et de la mer.

Il ne savait pas trop comment s’y prendre parce que si tout le monde finissait par réagir comme Aedan, chacun partirait de son côté et il n’y aurait plus de Calusas. Il n’y avait déjà plus de village près de la mer, il voulait qu’ils restent Calusas malgré tous, pas des Calusas aux quatre coins de l’île. « J’ai pas envie d’essayer. Toute cette foule, ces gens qui font comme si de rien n’était… Tout ça, ça va mal finir de toute façon. » « T’as jamais été le plus optimiste des deux. » Il ne connaissait pas l’optimisme, même pas rien qu’un peu. Near ne se disait pas optimiste envers et contre tout mais il préférait voir l’avenir que le passé, que la mort qui régnait encore dans les esprits des rescapés du village. « Tu t’entends parler au moins ? » Ce n’était pas parce qu’on allait mal qu’il ne fallait pas essayer de surmonter, de prendre le temps de vivre à nouveau. Il détestait l’entendre dire ces choses sur les Pikunis. « Tu crois sérieusement que y’avait pas des pikunis là-bas aussi ? Que chacun d’entre eux n’a pas perdu quelqu’un là-bas ? » Aedan réagissait comme si les tribus n’avaient jamais eu des liens forts entre elles, il agissait comme un parfait loup de mer, comme celui qui n’avait connu que l’océan, qui ne s’était jamais tourné que vers les Calusas sans voir qu’il y avait également l’île tout autour d’eux, d’autres moyens de tisser des liens qu’il ne l’avait fait sur les mers. « On se reverra un de ces quatre. Je serais sûrement pas très loin, il y a une crique vers le Nord. » « Je connais merci. » Il est un peu sec, ça lui ressemble pas, il en a marre de les voir tous partir parce qu’ils ne savent pas remonter la pente, qu’ils ne veuillent même pas essayer. « La terre a tremblé la dernière  fois j’suis pas certain que cette crique soit la meilleure des planques. » Aedan pouvait fuir tout ce qu’il voulait, un jour ou l’autre, il n’aurait pas d’autre choix que de revenir. L’on ne pouvait pas passer sa vie à fuir.

Spoiler:
 


— code by lizzou —


avatar
05/08/2016 AMNESIS ALIENOR + ANDREW + SAM + KARAH 1552 MAX RIEMELT AVATAR - AMNESIS • SIGNA - ASTRA + EILYAM • GIF PROFIL - CASSINI + CLIO PÊCHEUR + MUSICIEN + NAVIGATEUR SOLITAIRE (CALUSA) 47
✣ The sea and the moon we meet ✣





Something in the way


Aedan & Near
Il avait décidé qu'il partirait et rien, ni même lui avec ses yeux de merlan frit, ne pourrait lui faire changer d'avis. Near avait toujours plus ou moins fait parti de sa vie. Il avait été là quand ils étaient enfant, ils avaient grandi ensemble, avaient vécu les mêmes histoires, avaient même vu l'apparition des cents en même temps, au même endroit. Mais cette fois, leur chemin se séparait. Le regard vide, le cœur et l'âme brisée, Aedan est près à laisser derrière lui ceux à qui il tient le plus pour leur éviter la mort. Depuis qu'il était venu au monde les gens qui l'entouraient disparaissaient ou mourraient sans laisser la moindre trace. Ça avait commencé par son père, puis son meilleur ami et enfin son grand-père. Il ne voulait pas que ses sœurs ou sa mère subissent une nouvelle fois cette malédiction qui le suivait depuis sa naissance. Il avait peur. C'était la seule chose qui l'effrayait dans ce bas monde et c'était de perdre les gens qui lui étaient proches. La tempête n'était au final qu'une excuse. Ces changements dans leur vie étaient la solution pour lui, une échappatoire à ce qu'il ne voulait pas faire subir aux autres. Near faisait parti de ces gens qu'Aedan ne voulait pas voir disparaître. Il voulait qu'il vive sans se soucier de lui, sans se soucier des problèmes qu'il pouvait causer. Qu'il comprenne ou pas, le marin s'en fichait. Il voulait juste s'en aller d'ici, partir loin de la foule, loin de cette cage qui l'étouffait de plus en plus chaque jour. Alors oui, peut-être qu'il exagérait, peut-être qu'il se faisait toute une montagne de pas grand-chose mais il était convaincu au fond de lui que s'il partait, c'était pour le bien de tous. Il eut à cet instant précis une pensée pour Clio qu'il espérait revoir vivante. La tempête avait paraît-il touchée leur île de plein fouet et il ne restait que peu de survivant. La nouvelle avait été un choc pour lui qui s'était plus qu'attaché à cette tête de mule bien trop bavarde. Il avait le cœur serré en pensant qu'elle aussi était peut-être morte, qu'elle aussi avait pu subir la malédiction qui le suit. Il ne voulait pas y penser mais c'était plus fort que lui. Son optimisme avait pris le large depuis bien trop longtemps maintenant et voir une lueur d'espoir au milieu de toute cette noirceur devenait de plus en plus difficile pour lui. Il voulait se croire réaliste mais ce qu'il voyait reflétait belle et bien ce pessimisme qui s'était injecté et propagé dans son cœur.

Il voyait bien que Near essayait de trouver les mots, essayait de le retenir sans vraiment insister non plus. Il avait toujours été comme ça, n'avait jamais vraiment voulu imposer des choses aux autres. Pour ça, ils se ressemblaient et se comprenaient. Et cela le rassura en un sens, ils n'avaient pas trop changé dans le fond. Le brun tenait au marin, c'était un fait. Même s'ils ne ce le disaient pas, même si c'était des mots cachés parmi plein d'autre, au fond d'eux ils le savaient et Aedan serait toujours reconnaissant de cette amitié que l'autre calusa lui porte.

- T’as jamais été le plus optimiste des deux.

Il l'avait été, ne l'était plus. Il avait vécu beaucoup trop de choses pour que son optimiste subsiste au fond de son être. Il voudrait rétorquer mais n'en a pas la force. Il ne veut plus continuer, il veut juste s'en aller et ne jamais revenir. Il pensera toujours aux siens, croisera certain d'entre-eux lors des réunions ou lors d'une balade. Mais vivre avec des gens qui ne sont pas les siens, il n'en a pas le courage. Il ne connais presque aucun visage, ne sait même pas leur prénom. Pourtant, il pourrait faire l'effort de les connaitre, d'aller à leur rencontre mais, il n'est pas comme ça, ne l'a jamais été. C'était Alec qui s'occupait de ça, qui allait vers les autres et se faisait des amis. Aedan n'avait toujours été que le suiveur, le solitaire et le baroudeur. Alors, il préférait tout simplement s'en aller avant de faire quelque chose qu'il pourrait regretter. Near réplique une nouvelle fois. Le marin roule des yeux. Bien sûre qu'il s'entend parler, après tout, les oreilles ça sert à ça. C'est sûrement ce qu'il lui aurait répondu si le calusa n'avait pas continué ce qu'il avait commencé.

- Tu crois sérieusement que y’avait pas des pikunis là-bas aussi ? Que chacun d’entre eux n’a pas perdu quelqu’un là-bas ?

Sûrement. Ils avaient tous subit des pertes mais ce n’est pas ça qui le ferait rester. Il n’avait aucun lien avec eux, n’avait aucun intérêt à rester là. Il n’était pas fait pour vivre dans les terres, c’était ainsi que la vie l’avait forgé.

- Mais ce n'est pas une raison pour rester ici. Ils arriveront à se reconstruire qu'on soit là ou pas. Reste si tu veux, je ne te force pas à me suivre. Je te demande juste de me laisser faire mon deuil. Juste laisse-moi loin de tout, loin du monde, loin de la vie.

Il soupire tandis qu’un voile de tristesse vient recouvrir son visage. Il ne veut pas être là, il n’est pas à sa place avec ces gens. Alors il tourne les talons et commence à s’enfoncer dans la forêt, vers cette crique qu’il avait vu il y a quelques mois. Il l’indique à son ami, peut-être avec l’espoir que celui-ci vienne lui rendre visite? Au fond de lui il aimerait ne pas être totalement seul mais il en a besoin, c'est ce qu'il lui faut pour pouvoir vivre de nouveau. Near lui répond sèchement, chose rare chez les calusa. Cela surprend Aedan et il comprend que quelque chose est en train de se briser entre-eux. Leur amitié bien que longue et forte en prend un coup. Le brun ne comprend pas, ne veut peut-être pas chercher à comprendre. Après tout le blond ne peut pas lui en vouloir. Ils ont une façon bien différente de voir les choses.

- La terre a tremblé la dernière fois j’suis pas certain que cette crique soit la meilleure des planques.

Le tremblement de terre semblait si loin maintenant que le cyclone était passée. Ils passaient d'épreuves en épreuves et les conséquences étaient de plus en plus désastreuses. Des morts, des destructions, des disparitions. Aedan n'aimait pas le trop le changement et la nature ne lui offrait que de l'instabilité. De dos, le baroudeur baisse la tête et soupire. Il ne voulait pas se cacher, sinon pourquoi lui aurait-il indiqué l'endroit où il se rendait? Non. Ce qu'il voulait s'était retrouver des fragments de son passé pour mieux avancer. Vivre seul, en ermite et loin de toutes civilisations lui permettrait de mieux faire face à l'avenir. Enfin c'est ce qu'il pensait.

- Je ne compte pas me "planquer". Je veux juste retrouver une partie de ma vie, je veux voir la mer et vivre à ses côtés. Le quotidien des pikunis n’est simplement pas fait pour moi, c’est comme ça.

Il espérait que Near le comprenne, qu’il ne s’emporte pas. Sinon il risquait lui aussi de partir et leur dispute ferait accourir les petits curieux. Rester ici ne lui faisait ressentir aucune joie, aucun bien-être et ça, il ne pouvait pas le supporter. Ce qu’il lui fallait c'était un bateau, son bateau, et la mer.

— code by lizzou —


Admin - The Kids From Yesterday
avatar
25/05/2015 Emma, plum Liam & Eijah & Saoirse & Cassandre 2176 Colin Morgan luxaeterna cass(ini) profil , crack in time, Konoba paroles principalement pêcheur mais aussi amateur de troc Calusa né Rahjak, désormais réfugié chez les Pikunis après la destruction du village par le cyclone. 64
Admin - The Kids From Yesterday








Intrigue n°20


Aedan & Near
Cela finira mal que si personne n’y met du sien. Ils ne font pas comme si rien ne s’étaient passé. Ils essayent simplement de vivre comme ils l’ont toujours fait, en allant de l’avant. Chacun fait son deuil de bien des façons. Il n’a pas l’habitude Aedan. D’habitude c’est lui qui part, pas les autres qui partent avant lui. Il comprend, hein, ils n’ont pas le même caractère. Si Near a toujours préféré le partage d’être avec les autres, ça a toujours été l’inverse pour le marin plutôt fuyard aujourd’hui. Il cherche à faire son deuil loin de ceux qui le vivent aussi d’une toute autre façon. En agissant ainsi il ne fait que s’éloigner d’avantage et Near ne sait pas s’il reviendra un jour. Surement pas. Surement attendra t-il qu’on le rejoigne dans cette crique qu’il affectionne tant.

Il n’en sait rien, ne sait pas encore s’il fera le pas de suivre bientôt celui qui a choisi le pas de la solitude, ça aussi c’est pas pour lui. Ils sont différents et pourtant ils ne se sont jamais réellement pris la tête comme ça. C’est la violence du choc comme des propos du plus âgés qui s’enlise un peu plus dans un ton de caractère qui jamais ne le sauvera. S’il ne lui demande pas d’être optimiste à en crever, c’est un minimum que de ne pas voir tout en noir. Lui aussi à perdu, ils ont beaucoup perdu, tous et même avant, bien avant sa naissance aussi mais ça c’est sur qu’en n’ayant pas vécu les mêmes choses ils ne peuvent pas vraiment se comprendre. C’est compliqué, ça le sera toujours mais y’aura jamais de point de non retour, enfin c’est ce qu’il croit. Il l’espère en tout cas. « Tu aurais pu l’dire comme ça dès le départ, ça m’aurait moins fait peur. » Parler comme quelqu’un qui en a marre de la vie n’aide pas et pour le moment et comme toujours en fait, Near n’analyse jamais vraiment beaucoup parce que ça prend trop de temps et que pour le moment il est vraiment trop épuisé par ce qu’il vient de se passer pour faire un effort. « C’est pas facile hein de les voir partir. » Ce n’est pas la première fois pour lui, même pas la deuxième, il ne sait même pas si certains membres de sa famille sont en vie, ne sait même pas si Aura est vivante et ça c’est depuis plusieurs semaines, depuis qu’elle est partie avec l’autre Athna. « C’est possible de reconstruire tu penses ? » Il n’en sait trop rien, la construction n’a jamais été son domaine. Il sera peut-être possible de retaper certaines choses mais là encore sans certitudes. « J’espère que t’as encore le temps pour un peu de compagnie parce que de toute façon t’as pas l’choix. » Il avait envie de savoir beaucoup de chose avant d’y aller et lui laisser le temps qu’il voudrait pour son deuil. Du temps ils en avaient tous besoin, ils réagissaient simplement par rapport à la mort et aux disparitions de façons bien différentes.



— code by lizzou —


Contenu sponsorisé



 

[Intrigue n°20] Something In The Way (Ft Aedan)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Résumé de l'intrigue
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party
» ♣ intrigue oo5.
» "Une femme d'esprit est un diable en intrigue." [Eléonore - Emmanuelle]
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-