Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Cohabitation de hautes voltiges - James
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
06/10/2016 Mr Hyde None 125 Sam Way ahimsa Pêcheur - Sculpteur - Dessinateur Ancien calusa - voyageur 10



Lorsque Adriel annonce qu’ils iront pêcher ensemble, James sourit doucement un peu surprit. Il ne s’attendait pas à pouvoir partager cette passion avec lui. Il aime plus que tout cela et le perdre serait un déchirement pour lui. Lui montrer ce qu’il aime tant faire est un peu une sorte de partage, de la même manière que lui partage désormais son mode d’habitation. Il le fixe un moment et sourit de nouveau puis fixe l’endroit des yeux. « La pêche est quelque chose de long tu sais ? » qu’il tente d’entreprendre, plus pour le taquiner qu’autre chose. Il dit pourtant une part de vérité, car la pêche est une chose patiente et il ne sait pas bien si son ami en est doté.

Il marche lentement dans l’habitacle fixant les choses aux murs et se disant qu’il faudrait plus de dessins. Il a toujours eu l’habitude d’avoir les siens partout et désormais, ceux qu’il adore sont sûrement détruits à tout jamais. C’est un art éphémère. Le rejet que fait son ami au sujet de dormir à deux le surprend un peu. Il s’attendait à … autre chose. Adriel n’est pas un ermite pour rien, il n’a pas l’habitude des contacts sociaux, et cela transpire dans chacun de ses actes. Même ses réponses sont courtes, concises, peu enclines à l’échange. Il sait que ce n’est pas contre lui, juste la force de l’habitude. Une habitude qu’il va devoir lui faire perdre petit à petit néanmoins. Il le fixe un moment et vient près de lui, il s’assoit de nouveau et plonge dans ses bras sans préavis. Parce que Jamie est aussi insaisissable que surprenant.

« C’était pas vraiment une question…bien dormir c’est pas le plus important là pour moi. Je préfère dormir avec toi… » Il le dit doucement, presque timidement quand même. Parce que l’avouer trop fort cela lui coute, plus qu’il ne l’ose le dire. C’est un garçon prudent, qui a tendance à éviter de s’engager trop en général. Mais s’il ne s’engage pas, il ne se passera jamais rien non plus. « Je bouge pas beaucoup crois moi… » qu’il dit tout doucement, comme pour le convaincre. Il craint un petit peu un autre refus et se demande s’il a raison d’insister. Il le fixe un moment et l’embrasse doucement puis se recule pour reprendre la discussion où elle en était.

Il reste tout de même dans ses bras et dessine lentement pour terminer le dessin. Il ne sait pas vraiment quoi ajouter de plus. Après lui avoir donner le dessin, il s’alonge lentement après avoir enlever au moins son pantalon, épuisé. La marche a été longue et il a besoin d’un peu de confort. Demain il pensera à se glisser dans la rivière pour faire sa toilette, en attendant il fixe Adriel tandis qu’il est allongé et sourit doucement. « J’espère que je serais à la hauteur, pour vivre avec toi. En tout cas, je suis heureux de t’avoir rencontré. Je…j’ai pas l’habitude d’être avec quelqu’un que j’apprécie comme ça. » Il a envie de l’embrasser encore, à la place il ferme les yeux fredonnant une chanson qu’il chantait à son petit frère avant de dormir. Sa famille lui manque déjà et il sait qu’il ne pourra pas la revoir très vite.

avatar
18/01/2015 Sammix Sierra 188 Ben Barnes Tumblr Solitaire 0



    Adriel a déjà pêché de nombreuses fois dans la rivière, le poisson est une denrée qu'il ne possède pas toujours mais lorsque c'est le cas, il l'apprécie grandement, comme lors de leur première rencontre. Qu'il soit cuit ou cru, le poisson reste appréciable, et avec l'aide de James, il ne fait aucun doute qu'ils auront plus facilement du poisson ici ou dans ses autres habitations, plus souvent aussi, car James a pour habitude d'en avoir, et ce serait dommage de le priver de cela après tout, surtout s'il y en a à disposition. James semble surprit. Il ne pensait sans doute pas qu'Adriel serait de la partie, qu'il accepterait de partager la pèche avec lui, mais cela va s'en dire qu'ils n'ont pas la même façon de faire. Mais quand il le faut, l'ancien athna est patient, calme, ce qui aux yeux de l'ancien calusa doit être quelques choses qu'il n'a encore jamais véritablement vu.

    " Cela dépend de la façon de faire pour la pêche. En général, là où je la pratique, je n'ai pas forcément besoin d'attendre très longtemps, tu sais. "

    Il dit cela comme pour conforter l'autres dans son idée, dans l'idée qu'il n'est pas quelqu'un de très patient, mais plutôt quelqu'un d'impulsif, et au fond, ce n'est pas vraiment faux, il faut bien se l'avouer. Mais Adriel a des ressources qui semblent presque inespérée dans certains domaines, pourtant, il va lui falloir faire de gros efforts dans bien des choses, ce sera un apprentissage par la force parfois, ou plus naturellement, et s'il en est ainsi pour lui, il en est de même pour son compagnon. Les deux vont devoir agir pour que tout se passe bien dans le meilleur des mondes. Et ce soir, Adriel va peut être devoir revoir ses idées, pour une nuit seulement, mais il va devoir le faire. Va-t-il seulement y arriver ? Ce n'est pas certains malheureusement, il ne s'est pas encore complètement fait à l'idée de partager ses espaces avec un autre malgré tout. Et James est à nouveau surpris du refus qui s'offre à lui. Il ne demande pas grand chose après tout. Alors, il vient se loger dans ses bras. Il s'en fiche de mal dormir pour cette nuit, il veut juste dormir avec lui, rien de plus. Alors le brun hésite, il ne sait pas quoi faire, car le confort ici est déjà peu évident, et James a besoin d'une bonne nuit de repos pour affronter les prochains jours. Dans la tête du solitaire, deux théories se font la guerre, et les deux sont pour le bien de James. Doit-il céder pour qu'il dorme contre lui quitte à ce que la nuit soit moyenne mais qu'il soit contre lui, mieux sur le plan émotionnel ? Ou doit-il lui faire comprendre qu'il doit passer une bonne nuit de repos réparatrice pour que les jours suivants puissent se faire dans de bonnes conditions pour lui ? Adriel n'est pas encore habitué à ce contact néanmoins, il n'a pas repoussé James. Ce dernier tente de le convaincre en disant qu'il ne bouge pas beaucoup même si là n'est pas la question. Pourtant, c'est le côté pragmatique qui finit par l'emporter dans la tête de celui qui n'est à présent plus un solitaire, mais un duettiste.

    " J'ai aussi envie de dormir avec toi James, mais nous pourrons le faire durant tous les autres jours. Tu as eu une rude journée, il te faut plus de confort pour passer la nuit qui te permettra de te reposer au mieux. Les prochaines journées vont être rude, d'une autre intensité que celle d'aujourd'hui, mais quand même. Il faut que tu sois reposer pour tenir le rythme, j'espère que tu comprends. "


    Et même s'il ne comprend pas, Adriel a pris sa décision pour ce soir, que cela plaise ou non à son compagnon. Il lui sourit, un vrai sourire pour mieux faire passer la pilule. Alors James s'allonge, il est épuisé, cela se lit sur son visage. Et déjà, il est presque en train de dormir mais avant cela, il lui fait sa déclaration, comme quoi il est heureux d'être là et de l'avoir rencontré. Si Adriel n'était pas aussi "insensible" extérieurement, cela aurait pu embué son regard, mais ce n'est pas le cas. Pourtant, ces mots le touchent plus qu'il ne le croit, qu'il ne le pense. Alors il passe une main dans les cheveux de James, comme pour le décoiffer, mais ce geste veut en dire beaucoup.

    " Moi aussi je suis content de t'avoir rencontrer car au fond, tu m'as redonné une raison de croire que la vie avait un but véritable. "

    Car avant de le rencontrer, il était là, il errait dans cette vie pour survivre, mais là, il allait pouvoir tenter de vivre véritablement en pensant pour deux, pour James et pour lui, choses qui ne lui était plus arrivée depuis longtemps, choses qui allait changer sa vie en profondeur, plus qu'il ne l'aurait imaginé.

avatar
06/10/2016 Mr Hyde None 125 Sam Way ahimsa Pêcheur - Sculpteur - Dessinateur Ancien calusa - voyageur 10



Le refus d’Adriel trouble assez James pour qu’il fronce les sourcils. Puisque la raison qu’il expose n’est pas logique à ses yeux, qu’il voulait dormir avec lui et que ce besoin est refusé. Il ne comprend pas pourquoi, même rationnellement son ami souhaite esquiver une nuit avec lui. Il l’observe un moment, déçu et un peu déboussolé. Il vient de perdre sa famille, il a besoin de ce contact humain et se demande si les autres nuits seront comme celle-ci. Il aimerait cruellement pouvoir rester contre lui, à la place il regarde tout autour de lui, parcourant l’habitation un peu plus triste que quand il est arrivé.

« Je saisis l’idée mais elle me rend triste. » Il sait pourtant que sa capacité physique est limitée en comparaison et qu’il va devoir se ménager pour suivre la cadence. Pour autant, bien qu’il omette ces éléments de survie, il a envie d’apprendre un petit peu à son ami ce que c’est de vivre de manière moins…organisée. L’aveu qu’il lui fait suffit à le faire sourire et tout doucement il l’approche pour l’embrasser tendrement. Le baiser le fait rougir un peu mais il ne se démonte pas, continuant à lui offrir ce petit bout de lui, comme une bouteille à la mer. Sa décision est peut-être prise mais ils ne sont pas obligés de se coucher tout de suite pour autant. Il murmure à son oreille : « Ce que tu me dis me plait. » qu’il dit en souriant. Il frôle le lobe de l’oreille de sa langue, assez entreprenant. Les rougeurs apparaissent sans doute sur ses joues mais s’il ne se lance pas ce soir, il ne le fera probablement jamais. Le premier baiser et les quelques câlins bien reçus l’aident à comprendre que cela ne le sera pas non plus. Il se presse tout doucement contre lui, ses mains glissant sous son vêtement pour caresser la peau douce de son ventre.

Jamie frémit un petit peu, son regard se posant dans les yeux de son ami, qu’il ne connaît pas depuis si longtemps pourtant il a l’impression de le connaître depuis une vie. Il l’embrasse à nouveau, ses lèvres devenant plus douces, sa langue perçant la barrière de la bouche de son ami pour pénétrer son antre et lui offrir un baiser plus approfondi. Lentement, comme sur son propre rythme il décide de le pousser lentement sur la couche, s’asseyent à cheval sur lui. Il pose alors son front délicatement contre le sien en murmurant : « Adriel tu me plais tu sais.. ? Vraiment. » Un dernier aveu tandis qu’il presse délicatement son bassin contre le sien, les tissus frôlant juste assez pour permettre une friction électrisante sans l’être trop, ne soulageant aucune envie. Il expire laborieusement, son cœur battant à une allure incroyable, tandis qu’ils ne peuvent être que deux à constater son envie troublante de lui. Le savait-il ? Le jour où ils se sont rencontrés sur cette plage ? Le savait-il qu’alors il deviendrait peu à peu le centre de son monde, dénué de sa famille, de son propre peuple ? Il le fixe interloqué droit dans les yeux, comme pour lui demander son accord pour poursuivre.

avatar
18/01/2015 Sammix Sierra 188 Ben Barnes Tumblr Solitaire 0



    De toute évidence, leur logique n'est pas la même, il va falloir qu'ils s'accordent, mais en vérité, Adriel n'a pas encore réalisé que dans certains domaines, ils sont deux. C'est lui qui va devoir se mettre au diapason, il va devoir s'adapter à James, à ses besoins qu'au fond Adriel a aussi, mais qui sont bien plus refoulé que le calusa le pense. Vivre seul depuis maintenant plusieurs années n'aidera pas. Le solitaire ne ressent pas le besoin de contact prolongé, il ne ressent pas ces besoins là. Or James est absolument tout le contraire, cela parait évident, et cela le serait pour tout le monde, mais l'ex athna n'est pas tout le monde, pas encore, et pour le moment, il a encore du mal à rentrer dans le moule déformé, qui le déforme lui profondément, mais qui au bout d'un certain temps ne sera plus qu'une seconde nature. Mais celle-ci est loin d'être encore là, elle n'est pas même un réflexe, juste une lointaine pensée qui peine à arriver en surface, c'est peut être ça le plus triste. La réponse qu'il a donné à James lui parait donc normale. Pourtant, qu'est ce qui empêche la chose ? Rien, ou presque, juste l'esprit d'Adriel qui n'envisage pas vraiment d'agir ainsi, aussi fou que cela puisse paraître. Et James le lui fait savoir, par les traits de son visage tout d'abord, il semble triste de ce refus, mais Adriel ne l'a pas compris. Alors, il y a des mots qui sont dis, mais Adriel n'en saisit pas d'avantage la nuance. Il y a tellement de choses qu'il s'est refusé avant aujourd'hui, car elles n'étaient pas la priorité du moment, que là, il ne voit pas encore cela devrait le rendre triste. Ce soir, ils ne vont pas dormir ensemble, mais demain oui, en quoi cette attente serait-elle insupportable, dommageable ? Ce ne sont que quelques heures, une journée à peine, alors ça ne fait pas sens pour Adriel. Demain, ils pourront le faire, dans de bonnes conditions, n'étais-ce pas mieux ? Mais James s'en fichait bien des "bonnes" conditions, ce qu'il voulait, c'était Adriel, mais ce dernier ne le comprenait pas, alors que pourtant, s'il l'avait fait venir ici, il le désirait aussi, mais ce n'était pas sa première réaction, ce n'était pas sa réaction spontanée qui voulait ça.

    Pourtant les mots sont là. Adriel ne faisait que survivre dans la vie qu'il avait depuis maintenant un petit moment. Mais sans doute allait-il pouvoir un peu plus vivre cette vie, car elle ne serait plus seulement une survie. Est ce que c'est la porte ouverte à quelques choses de plus intime pour ce soir ? Il n'en sait rien. Il sait qu'il ne fera quoiqu'il arrive pas les premiers pas, mais si James se lance alors, il pourrait se laisser faire, et c'est ce qui se passe. Leurs lèvres se croisent et l'ex-athna ne réussit pas à repousser le désormais ex-calusa. Ce qu'Adriel dit plait à James qui le lui susurre à l'oreille. Et les mains de James viennent sous le vêtement d'Adriel qui ne dit rien, mais qui ne bouge pas forcément non plus, signe inconscient qu'il accepte le traitement ce qui est déjà une bonne chose, car cette main là, même si à présent, il la connait, il la tolère, il n'a pas pour habitude d'en avoir une sur cette partie de son corps. Et leurs lèvres se croisent à nouveau. Adriel se laisse simplement faire, sans doute que James est le plus expérimenté à ce niveau, disons que pour l'ancien athna, cela remonte à longtemps, peu de temps avant qu'il ne quitte sa tribu voilà plusieurs années. Et encore, c'était avec une jeune femme qui avait réussi à le séduire, pas avec un autre homme. Alors James pose son front contre celui d'Adriel et il lui dit qu'il lui plait. Un sourire se place sur la tête de celui qui est en dessous de l'autre, et celui-ci est venu de façon presque naturelle, comme si finalement, sa nature tendre était en train de prendre le dessus, dans cet instant qui serait presque solennel.

    " Toi aussi, tu me plais. "


    Et les mots sortent alors qu'Adriel passe sa main droite dans la chevelure de James, comme pour l'encourager à continuer, comme si finalement, ce dernier pouvait être maître de son corps, qu'il allait pouvoir en faire ce qu'il désirait. James n'avait qu'à mener la danse, et l'autre suivrait le mouvement, jusqu'à un certain point peut être, car il avait oublié depuis le temps où se trouvait ses propres limites dans ce domaine là.

avatar
06/10/2016 Mr Hyde None 125 Sam Way ahimsa Pêcheur - Sculpteur - Dessinateur Ancien calusa - voyageur 10



Un soupire, juste un et le monde se renverse. James a l’impression irrépressible d’être de nouveau chez lui. A la maison. Face à la mer. Parce qu’Adriel lui inspire le plus doux des souvenirs. Il lui inspire cette belle rencontre en bord de mer à l’époque où tout était plus simple. L’époque où son monde était encore entier. Entier de ce monde d’océan, de ces rêveries enfantines sur les plages à dessiner et sculpter en silence. Le son du ressac se perdant dans les mélodies de ses propres pensées. Une immensité de beaux moments, tous plus doux que passionnés. Adriel lui inspire ces beaux sourires, sa peau rougissant devant les flammes d’un feu, près de l’immensité de la belle dame bleue un beau soir.

Une rencontre aussi fortuite que magnifique, un sentiment adorable d’être de retour chez soi. Pourtant, il n’y est pas vraiment, pas totalement. Un mélange de quelques choses de très nouveau et un mélange de beaucoup d’autres choses. Deux mers qui se croisent, des chemins qui s’entrelacent et une nouveauté qui deviendra peut-être un quotidien. Forcément qu’il lui plait. Parce que désormais, la seule maison qu’il possède sont les yeux de l’ermite, la douceur de sa peau. Le front collé au sien, il se retrouve quelques mois en arrière, l’envie dans les yeux, ce dessin qu’il a esquissé dans son regard d’artiste. Il ignorait tout ce que lui inspire cet homme. Ce dernier murmure presque contre son oreille tandis que les frissons paradent, intransigeants sur sa propre peau. Et c’est délicieux comme sentiment, comme les prémices de quelque chose de grandiose. Comme quand on se retrouve au bord d’une falaise prêt à sauter. La peur au ventre et quelque chose d’autre aussi. Quelque chose qui relève de la magie.

Il caresse fugacement sa joue, comprenant par les silences, ces non-dits un peu trop présents, qu’il serait le maître de la valse ce soir. Car le sourire tendre et doux de son ami n’est qu’un aveu fragile de son inexpérience. Il ne peut lui en vouloir, il a vécu longtemps sans contact social. Il est presque surprenant qu’il se laisse ainsi aborder. Pourtant, le temps fera les choses. Les frissons dévalent lentement son échine et il en rirait presque de joie à l’entendre affirmer une chose si évidente. Une petite victoire qui parvient à lui réchauffer le cœur entièrement.

Tendrement, ses mains dévoilent un peu de peau, soulevant le vêtement de son ami pour lui enlever par-dessus sa tête. Les vêtements sont superficiels et c’est le contact de la chair qu’il désire un petit peu. Comme un conquérant, le regarde de Jamie se pose sur son ami, comme un homme en regarde parfois un autre quand il le désire. Une petite partie d’incertitude le gagne, le rouge aux joues. Pourtant il le sait, il devra faire face à cette timidité maladive, pour leur bien à tous les deux. Progressivement, ses lèvres réclament leur dues, possédant en un baiser bien moins chaste celles d’Adriel. Il prend sn temps, ses mains inquisitrices formant des mouvements circulaires sur sa peau, titillant des zones parfois plus sensibles que d’autres. Depuis combien de temps ne l’a-t-on pas touché ainsi ? Un an ? Une décennie ? Il sourit presque en pensant que peut être il est le premier depuis très, trop longtemps. Un sentiment protecteur l’envahissant.

Bien moins sûr, il défait lentement le pantalon de son futur amant pour dévoiler un peu plus de peau, lui offrant quelques caresses tendres mais soutenues. Il est obligé de se dégager de la position initiale pour le dévêtir plus amplement, le laissant uniquement dans une tenue, légère. Cela lui permet ensuite de revenir à califourchon sur lui pour se frotter doucement, son torse puis parfois ses cuisses en l’embrassant un peu plus amplement.

avatar
18/01/2015 Sammix Sierra 188 Ben Barnes Tumblr Solitaire 0



    Adriel n'est pas dans un exercice qu'il apprécie encore véritablement. Il faut dire qu'à chaque fois qu'il y a eu de la proximité entre lui et quelqu'un, cela a mal fini, plus ou moins. Est ce que cela veut dire que ça finira mal entre lui et James ? C'est une possibilité qu'il a malheureusement envisagé, le fait qu'il n'arrive pas à se faire à cette proximité, à cette intimité entre les deux. Il a tué, pour ça, alors qu'il n'était pas sobre. Mais là, il n'a rien bu depuis des lustres, il est parfaitement lucide sur ce que veut le jeune homme, mais le veut-il vraiment ? Le veut-il là maintenant, tout de suite ? Il ne sait pas trop, pour le moment, il se laisse faire, il le laisse agir, il le laisse prendre les devants. Il ne veut pas être trop brusque, car il n'a plus l'habitude d'avoir quelqu'un près de lui. Cela fait trop longtemps, cela fait des années qu'Adriel semble presque vivre le même jour sans fin, mais avec James, cela va changer, sa routine, ses habitudes, tout sera différent, car il ne va plus raisonner pour un, mais pour deux, un raisonnement pas si éloigné que ça, mais bien différent quand même. Il le sait, il ne peut pas continuer à agir comme il le faisait, et peut être qu'ils vont devoir se sédentariser un peu plus. Pour ce soir, ils sont ici, mais peut être qu'ils devront se rendre au niveau des ruines pour un endroit plus sur et plus confortable. Il ne sait pas quoi en penser encore le solitaire qui ne l'est donc plus vraiment. Mais il finit par ne plus penser à cela, là où ils seraient le mieux pour vivre, il se laisse aller, comme c'est rarement le cas, comme ce n'est jamais le cas, car surtout, personne n'est là pour agir ainsi avec lui. Il se souvient encore de ces folles soirées qu'il pouvait faire chez les athnas, il s'est bien amusé parfois, il était différent à l'époque, violent, colérique, toujours, mais plus sociable, car même si ces partenaires finissaient souvent par recevoir des coups, c'était parfois dans le feu de l'action, un coup de hanche trop prononcé, des gestes un peu brusques, des gestes d'un homme qui dominait la situation. Adriel n'est pas un tendre, et certaines athnas s'en souviennent bien. Parfois, il laissait des marques sur leur hanche ou leur bras après une partie de jambes en l'air trop bestiale. Parfois même les hommes qui osaient s'aventurer dans des plans à plusieurs n'en ressortaient pas indemnes. Mais en vérité, il n'a pas le souvenir de s'être un jour retrouver seulement en tête à tête avec un homme dans une position aussi intime. Il y avait toujours une fille dans le coin, pour faire la viande, ou au moins pour observer. Mais là, il n'y a pas de spectateurs, il n'y a qu'eux deux, et déjà Adriel se retrouve sans le haut de ses vêtements. Le contact de la peau de James sur la sienne le fait avoir un frisson, mais il ne saurait dire si cela est un frisson de plaisir ou d'effroi, peut être un peu des deux. Il faut dire que personne ne l'a touché de cette façon depuis plusieurs années. La dernière fois remonte à trop longtemps pour qu'il puisse réellement s'en souvenir, c'était encore peu de temps après qu'il soit partie d'ailleurs, et c'était avec une jeune femme qui était venue prendre de ces nouvelles. Il avait cédé à la tentation avant de lui faire volontairement assez mal pour qu'elle ne revienne plus vers lui, pour qu'il ne finisse pas par la tuer, trop en colère après avoir trop bu. Mais là, il n'était pas en colère, non, il était plutôt calme, peut être trop, car son coeur ne battait pas aussi vite qu'il ne l'aurait pensé. Il faut dire que pour le moment, il se concentrait pour ne pas faire de mauvais geste, pour que sa nature profonde dans ce genre de situation ne remonte pas à la surface, pour qu'il ne fasse pas peur à James en le blessant inutilement. Il savait que cela était possible, alors même des deux, il était peut être celui ayant le plus d'expérience, il préférait le laisser agir, comme pour que cette étape devienne sacré, lui tentant de garder une nature tendre, James tentant de lutter contre une certaine timidité, car si Adriel le laissait faire, il voyait clairement que le visage de son ami était d'une couleur plus rouge que précédemment. Mais il ne le stoppait aucunement dans ces gestes, pas encore ...

Contenu sponsorisé



 

Cohabitation de hautes voltiges - James

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Morrell James ( Haiti Democracy Project) 202-588-8700
» Davy James' Fiche technique
» With Aristide's return comes hope (Selma James, widow of C.L. R. James)
» Cohabitation chat / ratoux
» All i wanted was you [PV James Stanford]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: La plaine-