Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Teintes glacées [Nadja]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Teintes glacées [Nadja]
Mar 6 Fév - 7:59

L'hiver était là. Un manteau blanc qui recouvrait chaque parcelle du sol alentour. La neige qui avait fait son retour pour une nouvelle saison. Des conditions différentes. Des empreintes d'animaux sur le sol que je ne pouvais qu'étudier à la recherche autant que possible de traces de gibier. Toutes les opportunités étaient bonnes à prendre pour remplir la réserve de provisions. Des bouches qui étaient à nourrir, qui restaient à nourrir. Alors comme la fois précédente, pour ce second hiver passé sur terre, je ne pouvais que poser mon regard un peu partout. Le gibier qui restait toutefois tapi à l'abri. Nulle trace en vue si ce n'était les marques distinctives des pattes des oiseaux qui s'étaient posés sur le sol, suivant un chemin connu d'eux-même. Relevant la tête alors que de nouveau des flocons se mettaient à tomber du ciel pour se poser sur le sol. Et des pas de nouveau qui s'inscrivaient dans le sol alors que je pouvais entendre le craquement de la neige sous le poids transposé dessus. L'air vif là autant que je ne ressentais une certaine froideur grâce à la peau de chamois qui me gardait au choc. Ne regrettant pas cet échange qui avait eu lieu avec Isdès, alors que j'étais désormais au chaud, en état d'affronter la neige et la glace. N'ayant rien demandé de plus alors qu'autant que possible je ne pouvais que continuer de me mettre en mouvement. Ne pas s'arrêter si ce n'était un minimum pour que les muscles ne se refroidissent pas.

Une expédition dans laquelle je faisais partie qui se dirigeait en direction de l'ancien campement de l'odyssée. Une expédition composée d'un petit groupe de personnes dont moi-même et deux autres gardes. Sans doute une importance si grande car Nadja était de l'expédition, membre du conseil. Une expédition qui était commandée par ses soins où je ne pouvais que prendre part pour en assurer la protection. Là pour protéger ceux qui ne pouvaient se protéger eux-mêmes. Et autant sur mes gardes alors que certes si une partie du territoire autour des anciens vestiges de l'odyssée restait connue, il ne restait pas moins que personne n'était à l'abri d'une attaque. Rien n'était fixé. Il pouvait toujours avoir un élément inconnu qui apparaissait dans l'équation. Et après la tempête, chacun ne pouvait être que plus prudent lors des expéditions menées à l'extérieur. Obligés par instant de s'écarter du chemin suivi pour faire un détour alors que des arbres étaient couchés sur la route. Obligés de s'écarter du chemin qui aurait pu être dessiné alors qu'il n'était pas parfois possible de faire autrement. Un geste plus prudent. C'était ce qui était préférable littéralement.

Un craquement. Comme l'écho d'un pas. M'arrêtant soudainement. Cette impression. Mon instinct qui me criait d'être sur mes gardes alors que je ne pouvais que poser un regard méfiant autour. Certes il ne semblait avoir personne autour mais cela ne voulait rien dire. Me rappelant très bien ce que m'avait dit Arméthyse. La combattant rahjak qui avait pris la fuite n'avait pu que me conseiller de rester sur mes gardes. Ce que je ne pouvais faire alors qu'il y avait toujours une possibilité qu'un natif plus hostile que les autres réagisse violemment. Il y avait toujours ces possibilités autant que je ne pouvais que me demander ce que j'avais cru voir ou entendre. Presque hésitant à aller voir ce qu'il en était. Et mon regard qui ne pouvait que se poser de nouveau sur ce qui se trouvait non loin. Ayant autant conscience que les marécages n'étaient pas loin. Ce qui pouvait être aussi une explication. Sans doute rien. La possibilité que ce soit un tour de mon esprit autant qu'une réalité saugrenue.

Pivotant sur mes talons pour jeter un coup d'oeil au reste du groupe. M'approchant de Seth qui était aussi de la partie. « Je vais vérifier quelque chose, je vous retrouve rapidement. » Ce dernier qui hochait la tête. Une totale confiance en lui. Et me connaissant suffisamment pour savoir que je ne tarderai à revenir, voulant juste m'assurer que ce n'était rien. Un échange silencieux de regards avant que je n'en vienne qu'à m'écarter rapidement du petit groupe pour me diriger vers l'endroit supposé d'où s'était fait entendre les bruits. Ne comptant pas m'éloigner longtemps mais au-delà de ces minutes qui s'écoulaient, je comptais tenter de repérer des traces de passage. Tous ces détails qui m'assureraient que ce n'était rien alors que depuis mes dernières mésaventures à l'extérieur du campement, je ne pouvais être que plus méfiant. Ne voulant répéter les mêmes erreurs du passé ou me retrouver dans une situation identique à celle que j'avais déjà vécue. N'écartant pas moins les ombres du passé pour me concentrer, alors que lame en main je ne pouvais m'avancer un peu plus prudemment. Tentant d'être aussi silencieux que possible. Et ne pouvant autant que m'accroupir en repérant des empreintes dans la neige L'explication que je recherchais et qui s'éloignait de là dans la direction opposée. Empreintes non moins fraîches qui ne viendraient pas moins à être balayées par la neige qui ne pouvait que tomber de plus belle, pour recouvrir le paysage d'une teinte glacée.

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 539 Felicity Jones lux aeterna (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 64
— caught in the middle —


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Sam 17 Fév - 21:53


Teintes glacées
Nadja & Chris

« It's like I'm running away from me. It's like I've taken the puzzle in me. And left it scrambled for all to see. It's like I'm fighting behind these walls. And hiding through metaphors. This is real, these are flaws »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]6 Février 2118 — Le froid qui lui tiraille les joues et les pieds qui gèlent dans ses chaussures de mauvaise fortune. L’air frais qui lui glace les veines et la caresse du vent qui lui lacère le visage. Elle s’est portée volontaire pour cette expédition. Elle en a expressément formulé la demande auprès de ses collègues du Conseil. Se demandant bien ce qui a pu lui prendre, maintenant qu’elle se retrouve à patauger dans la neige, l’humidité s’infiltrant partout, brûlant son épiderme refroidi par l’atmosphère. Le petit groupe avance avec peine dans la forêt dense. Et la chirurgienne resserre l’étreinte de ses bras autour des tissus qui l’enveloppent pour mieux se protéger des bourrasques qui les assaillent. Bien plus à l’aise sous de fortes chaleurs que dans ce climat quasi polaire à son goût. Elle serre les dents pour ne rien laisser passer, pas la moindre bribe d’air froid. Un voile enveloppe son visage dans un veine tentative de se prémunir du vent. Elle peste intérieurement et force sur ses jambes pour accéder le pas. Plus vite ils atteindront leur objectif, plus vite ils pourront tenter de se réchauffer.

Son regard reste bas la plupart du temps, bien que la scientifique porte une grande attention à l’environnement souvent hostile qui les entoure. On a assigné trois autres personnes pour l’accompagner dans son entreprise. Deux gardes. Un autre qu’elle aurait préféré ne pas avoir à supporter pendant ce voyage, mais dont elle ne peut renier l’efficacité, Chris. Une quête qui ne devrait pas prendre très longtemps, si l’on fait abstraction de cette misère climatique qui les ralentit considérablement. Les prunelles divaguent entre chaque silhouette qui progresse non loin d’elle. S’assurant à chaque instant que tout va bien pour chacun d’entre eux. Surtout lorsqu’ils se retrouvent contraints de s’éloigner de leur chemin initial par les aléas de la nature. Séquelles de la tempête passée encore bien visibles. Des images violentes lui reviennent en tête mais la médecin fait rapidement abstraction de cet évènement encore trop frais pour être digéré.

Le craquement, elle l’entend aussi. Fronce les sourcils en relevant brusquement la tête. Tous les sens aux aguets. Elle ne respire plus, ne bouge plus, le temps de quelques secondes. Ses yeux se posent sur Chris qui semble avoir perçu les mêmes bruissements. Elle pense à toute. Une branche qui plie sous le poids de la neige. Le vent qui leur joue des tours. Son imagination, même. La chirurgienne ne quitte pas son allié du regard, encore moins lorsqu’elle constate qu’il s’éloigne après avoir échangé avec Seth. Soupir las. À quoi pense-t-il ? Se séparer du groupe ne fait pas partie des plans. Ils n’ont pas de temps à perdre. Pas maintenant. Pas tant qu’ils ne sont pas arrivés à destination. Et merde, raille-t-elle en prenant la suite de Chris, accélérant le pas pour le rattraper. « - Continuez, on se retrouve plus loin », ordonne-t-elle dans un dernier regard aux deux autres militaires, son ton autoritaire ne laissant aucun doute sur ses intentions. Un geste de la main pour les encourager à l’écouter alors qu’elle détourne les yeux pour mieux voir où est parti Wilson.

Elle tente de se rassurer comme elle peut, la médecin. Elle n’est pas de nature peureuse, bien loin de là. C’est elle qui a demandé à quitté le pseudo confort de leur campement actuel. C’est elle qui a demandé à partir en expédition, depuis le temps qu’elle réclame ce genre d’occasion. Mais s’attarder, ici et maintenant, après ce qu’elle a entendu, elle n’y trouve aucun avantage. « - Les consignes étaient pourtant claires. On ne se sépare pas » Le mécontentement peut se lire jusque dans la buée qui se dégage de ses lèvres alors qu’elle murmure dans un souffle. Elle retrouve Chris un peu plus loin, quelques pas à peine, accroupi dans la neige. Nadja se baisse, se fait discrète à son tour. « - On peut savoir ce que tu fais ? », demande-t-elle en chuchotant, perplexe. Sans vraiment attendre de réponse. Très vite, ses prunelles avelines se posent sur les traces repérées par le garde. « - On devrait pas traîner », se contente-t-elle d’ajouter en baissant encore plus la voix. Elle n’est pas idiote. Harlan lui a déjà beaucoup appris sur tout ce que la nature terrestre peut receler. Mais la scientifique n’est pas prête à affronter tous les dangers que cette dernière peut leur réserver.
(c) DΛNDELION

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Lun 26 Fév - 20:13


Juste la volonté de m'assurer que ce n'était pas une menace. Nullement certain qu'il ne s'agissait que des bruissements réalisés par un animal. Ce qu'il était impossible de savoir. Et le risque qui existait tout autant de s'éloigner du groupe. Pourtant parfois cette nécessité et cet accord tacite toujours passé avec Seth. Chacun habitué à travailler avec l'autre. Un des partenaires avec lequel j'appréciais le plus travailler, et qui était au-delà de cela un frère d'arme à défaut de sang. Une confiance qui existait alors que j'avais grandi avec lui. Homme qui n'avait pu que rejoindre le mouvement rebelle, qui avait si ce n'était acquis mon respect mais que j'appréciais d'autant plus. Un lien complice qui s'était installé au fil des années. Des entraînements réalisés ensembles autant des tours de garde souvent réalisés au coeur de la nuit froide. N'ayant forcément besoin de mots pour communiquer avec lui alors que seul un regard suffisait. Tout ce qui comptait pour que nous nous comprenions et autant des techniques acquises. Chacun assurant les arrières de l'autre. Un risque qui existait de s'éloigner pendant quelques minutes du groupe mais une variable tout aussi éliminée. Un risque mesuré pour m'assurer que ce n'était rien alors que je ne pouvais que m'accroupir en direction de la poudreuse pour examiner les empreintes. Une explication qui ne pouvait que m'être donnée simplement en observant ces empreintes dans la neige, et qui me suffisait autant.

Et le craquement de botte dans la neige qui manquaient de faire accélérer les battements de mon coeur. Des doigts qui trouvaient une de mes lames. Geste rapide. Cet instinct de soldat qui reprenait le dessus alors que la lame aurait pu autant fendre l'air. L'adrénaline qui courait dans les veines. Toujours ce grain de méfiance alors que chaque bruit n'était pas synonyme d'une présence alliée si ce n'était parfois hostile. Un regard qui se posait sur la silhouette qui arrivait par-derrière. Nadja. Le mécontement lisible dans son regard. Ne pouvant entendre ce qu'elle disait. Un regard qui en disait long. Pouvant presque imaginer les reproches résonnaient en écho dans ma tête parce que je m'étais éloigné. Mon regard qui glissait sur elle alors qu'elle s'approchait, tentant de se faire discrète à son tour alors que je reportais mon attention sur les empreintes qui se trouvaient moi. Presque son souffle contre ma peau alors qu'elle s'accroupissait à son tour à mes côtés. « On peut savoir ce que tu fais ? » « J'ai entendu quelque chose. » Ce qui paraissait évident dans un sens alors que je n'allais tout simplement m'éloigner pour ramasser des fleurs. Ce qui n'était prévu dans un coin de mon esprit. « On devrait pas traîner » Presque une trace d'inquiétude perceptible dans sa voix. Une question qui surgissait dans un coin de mon esprit alors que je pouvais que me demander si elle était sortie récemment du campement, bien qu'il était certain que comparé à d'autres conseillers, elle était au coeur de l'action bien plus souvent. Hochant juste la tête en signe d'assentiment. L'inutilité de répondre que je le savais. Alors que là était le cas. Un bref apparté alors qu'il restait plus important de rester groupé.

Et mon regard qui se reportait sur les empreintes qui se trouvaient là. Des empreintes qui n'étaient pas humaines mais animal. Et les rouages de mon cerveau qui ne pouvaient que tourner à vive allure. Des noms d'animaux qui défilaient autant qu'un seul ne pouvait que s'imposer. Car là n'existait une seule empreinte mais plusieurs, encore fraîches. Des empreintes que je ne pus que reconnaître aussitôt alors qu'elles étaient les mêmes que j'avais vu autour du cadavre de Robb. Des empreintes de loup. Des images qui se dessinaient dans mon esprit. Flash-back. Un visage qui s'assombrissait face à ces souvenirs avant que je n'en les chasse. Me tournant vers Nadja. Des traits qui se dessinaient sur mon visage de nouveau impassibles. « Ce sont des empreintes de loup fraîches. Une meute sans aucun doute. Ils ne s'approchent pas des hommes normalement mais.. » ... l'hiver était là, la faim ne pouvant que les tirailler. Les lois du wild où il fallait manger ou être mangé. Des prédateurs qui prenaient le risque de s'approcher plus près des campements humains, attirés par les odeurs de nourriture. Des animaux que je n'aurai jamais pensé pourraient s'attaquer à des êtres humains ou de voir de si près. Mais ces événements s'étaient produits. Et Robb était mort. Un regard qui se reportait sur les empreintes visibles dans la neige.Des empreintes fraîches qui semblaient s'éloigner de notre chemin dans la direction opposée mais rien qui ne voulait dire qu'ils n'étaient pas là autour. Et des réponses qui avaient été à leur tour trouvés. Un bruit suspect identifié. « On devrait retourner auprès des autres, les prévenir. »

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 539 Felicity Jones lux aeterna (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 64
— caught in the middle —


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Dim 4 Mar - 17:56


Teintes glacées
Nadja & Chris

« It's like I'm running away from me. It's like I've taken the puzzle in me. And left it scrambled for all to see. It's like I'm fighting behind these walls. And hiding through metaphors. This is real, these are flaws »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]6 Février 2118 — La menace qui plane malgré le silence. Présente, comme une épée de Damoclès pendue au dessus de leurs têtes. Elle peut la sentir à chaque instant. Méfiante, elle l’est toujours un peu, Nadja. Assimilant cet aspect de son caractère à de la prudence. Bien qu’elle déplore le manque de courage et d’initiative de ses pairs. Elle ressent toujours cette impression que n’importe quoi peut leur arriver. Le pire, surtout. Ils ont déjà du affronter beaucoup trop d’épreuves. Une autre serait terrible. Terrible à encaisser. La menace, elle la sent exactement de la même manière à cet instant. Alors que le froid la tiraille de toutes parts. Elle la sent comme le bruissement des feuilles et le le craquement des branches sous ses pieds, rendu étrangement sourd et puissant par le silence ambiant. Pesant, tout autour d’eux.

Le front plissé, elle s’approche de Chris qui n’aurait pas du s’éloigner du groupe qu’ils avaient judicieusement formé. Elle peste intérieurement alors qu’elle évolue dans la neige, bien consciente des bruits qu’elle a également perçu mais qu’elle préfère reléguer au second plan pour le moment. Chaque son lui semble décuplé. Elle imagine peut-être le pire alors qu’il ne s’agit en réalité que d’une bestiole inoffensive fuyant leur présence. Ça doit être ça. Ça ne peut être que ça. Elle se met à analyser chaque détail autour d’elle, accroupie au niveau du patrouilleur. Ses interrogations sont faussement sincères. Ils ne doivent pas traîner ici, pas maintenant, c’est un fait. « - Moi aussi. Raison de plus pour ne pas s’éloigner des autres », rétorque-t-elle sèchement en lui jetant un regard réprobateur. Est-il vraiment inconscient ou simplement en manque d’adrénaline ? Peu importe. Tout ce qui importe à la scientifique, c’est qu’ils rentrent tous sains et saufs au campement.

Quelques seconde à peine avant que les prunelles neurasthéniques de la médecin de rencontrent les empreintes fraîchement laissées, non loin d’eux. Les formes se dessinent clairement dans la poudreuse, nul besoin d’être un grand spécialiste pour reconnaître le type d’animal dont il s’agit. Mais les paroles de Chris achèvent d’inquiéter Nadja. Des loups, bien sûr. Ils avaient vraiment besoin de ça. « - Mais ? Mais quoi ? Ils sont affamés, ce qui fait de nous des proies parfaites, c’est ça ? » L’agacement porté en évidence sur son visage, elle ne parvient pas à réfréner son timbre vindicatif. « - Parfait. Vraiment, parfait », raille-t-elle en laissant retomber mollement ses bras le long de sa silhouette emmitouflée dans plusieurs couches de tissus. Une meute, rien que ça. Ils sont armés, certes. Mais si des loups décident de faire d’eux leur déjeuner, ils ne pourront pas aller à l’encontre de leur volonté bestiale. Elle le sait, au fond. Mais ne peut pas le permettre.

« - T’as raison, on bouge de là », admet-elle finalement dans un soupir las. Ses yeux roulent dans leurs orbites alors qu’elle ne peut s’empêcher de penser qu’ils n’auraient jamais du les quitter en premiers lieux. Après le cyclone et les conséquences qu’il a eu pour elle, elle n’est pas prête à revivre un nouveau drame, bien qu’elle sache pertinemment qu’aucun moment de répit ne lui est jamais vraiment accordé. Vision embuée le temps d’un instant par ses pensées. La scientifique se redresse sur ses jambes, étire sa colonne. Une énième craque sous son poids et elle esquisse un premier pas vers là d’où elle vient. Avant de s’arrêter nette. Le front plissé, tétanisée par les grognements s’élevant bien trop près d’elle à son goût.
(c) DΛNDELION

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Jeu 8 Mar - 12:55


« Moi aussi. Raison de plus pour ne pas s’éloigner des autres. » M'apprêtant à ouvrir ma bouche pour lui répondre. Ce que je ne fis finalement pas. Me contentant d'entrouvrir mes lèvres avant de les fermer. Nullement certain qu'il était une bonne idée de lui répondre ou de lui donner mon opinion sur la matière. Comme s'il ne serait possible pour elle de comprendre que je voulais vérifier d'où provenait cette source de bruit. Ce qui était le cas. Bien qu'à cet instant, je ne pouvais que jeter un coup d'oeil aux empreintes d'animal. Des empreintes que je reconnus aussitôt. Comment oublier les empreintes qui s'étaient dessinées dans la neige un hiver auparavant. Difficile d'oublier des souvenirs douloureux même si j'étais finalement passé à autre chose. Ayant de nouveau réussi à avancer même si cela n'avait pas été gagné aussitôt. Et des empreintes de loup qui n'étaient pas seules alors qu'il était certain qu'ils étaient plusieurs. Si je n'avais dû qu'affronter un loup, il n'en restait pas moins qu'il y en avait désormais plusieurs. Ce qui était tout sauf rien. « Mais ? Mais quoi ? Ils sont affamés, ce qui fait de nous des proies parfaites, c’est ça ? »« J'imagine. » Une possibilité. Doutant qu'ils veuillent nous manger bien que face à ce qui s'était passé auparavant, je ne pouvais que me poser des questions. Des loups que la faim rendait sans aucun doute téméraires alors que face au froid, ils ne pouvaient que s'approcher au plus près des êtres humains. Les lois de la nature, du wild. Manger ou être mangé. Ce qui semblait un schéma assez simple pour résumer ma pensée à cet instant. « Parfait. Vraiment, parfait » Et ne pouvant qu'être du même avis de la jolie brune.  « Est-ce que maintenant j'avais raison de vouloir voir de quoi il s'agissait ?! » Une pointe de sarcasme. Mais à vrai dire je ne pouvais qu'être du même avis que la jeune femme. Pour une fois. Etant bel et bien de son avis alors qu'entrevoir des empreintes de loup n'était pas de bonne augure selon moi. Une meute que je préférai autant éviter. Et la nécessité de prévenir tout autant le reste du groupe.

« T’as raison, on bouge de là »Un hochement de tête alors qu'il paraissait plus assuré de suivre le mouvement, et de rejoindre les autres rapidement. Ce que je ne tardais à faire alors que je me relevais, non sans tenir mes lames entre mes doigts. « Allons-y. » Une pensée partagée alors qu'aucun de nous ne semblait vouloir s'attarder dans les environs. Ce qui était plutôt compréhensible alors que la solution la plus assurée était de rejoindre le groupe rapidement pour les prévenir. Ce qui ne se produirait sans doute pas. Un craquement sourd. Mon regard qui se posait sur Nadja alors que les grognements des loups étaient entendus en écho. Un instant immobile alors que je levai un sourcil. Bel et bien un craquement. Mon regard qui se posait sur le sol ou sur le tas de neige. La paroi enneigée qui s'effondrait alors que je me rendais compte de l'endroit auquel nous nous trouvions. Près des marécages. La tourbière. Les marécages qui se trouvaient tout autour de l'ancien campement de l'odyssée, désormais abandonné. Mon regard qui se reportait sur Nadja alors que je comprenais une seconde trop tôt ce qui allait se produire. Le craquement de la neige sous ses pieds et sous les miens. La jeune femme qui semblait soudainement s'enfoncer sous terre alors que sous elle la neige craquelait. N'ayant le temps de faire un pas de côté alors que je ne pouvais que subir le même sort. Mes mains qui glissaient dans la neige alors que je me rétablissais. Pas réellement une tourbière alors que dans un sens la neige avait amorti nos pas. Rien qui ne semblait cassé. L'echo des craquements de la neige qui se répercutaient autour alors que je ne pouvais que me tourner aussitôt vers elle. « Est-ce que tu es blessée ? » Un éclat d'inquiétude dans mon regard alors que si elle ne semblait s'enfoncer dans une tourbière enneigée, il n'en restait pas moins que je ne pouvais qu'être inquiet à l'idée que sa cheville soit cassée. Une possibilité. Ou qu'elle soit blessée. Ayant évité cette option, bien qu'autant qu'elle je ne pouvais qu'être prisonnier des marécages enneigés à mon tour. Et les hurlements en écho. Comment dire. Certes une impression de déjà vu alors que je m'étais déjà retrouvé dans la tourbière enneigée en compagnie d'Isaïah alors que cette dernière croyait avoir des hallucinations. Ce qui n'était le cas cette fois. Cependant cela ne voulait pas dire que la situation était plus envisageable. Car si elle était blessée, cela ne voudrait que dire que je devrais la transporter. Une idée qui n'était toutefois pas acquise alors que pour le moment je n'en savais rien. Et ne pouvant autant que ramasser rapidement mes lames, qui avaient glissés dans la neige. Ne comptant pas les perdre. Mon attention qui ne pouvait que se reposer sur la jeune femme alors que je rangeais mes lames. « Est-ce que tu es certaine que tu vas bien, parce que si affirmatif il serait sans doute préférable qu'on sort de là rapidement. » Notre intention de départ celle de repartir rapidement en direction du groupe même si cela ne voulait pas dire pour autant que cette fois-ci là serait le cas. Des questions qui restaient en suspens pour le moment. Même si pour le moment, mon but principal restait de m'assurer qu'elle allait bien. Car certes si nous n'étions pas des meilleurs amis, il ne restait pas moins que je ne pouvais que m'assurer qu'elle rentrer sauve. Ma mission. Et un regard qui restait certes posé sur elle en attendant sa réponse.

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 539 Felicity Jones lux aeterna (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 64
— caught in the middle —


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Dim 1 Avr - 15:39


Teintes glacées
Nadja & Chris

« It's like I'm running away from me. It's like I've taken the puzzle in me. And left it scrambled for all to see. It's like I'm fighting behind these walls. And hiding through metaphors. This is real, these are flaws »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]6 Février 2118 — L’agacement est palpable chez la scientifique. Elle en viendrait presque à regretter d’avoir elle aussi quitté le groupe. Se demandant désormais ce qui a bien pu lui passer par la tête pour en venir à courir après Chris pour qui elle ne porte qu’une affection plus que modérée, juste cordiale tout au mieux. Les yeux roulent dans leurs orbites alors que le constat est inévitable. Des loups ne sont pas très loin d’eux. Une meute. Rien que ça. Le front plissé de la médecin traduit son inquiétude. Si elle peut se montrer téméraire, elle n’en est pas moins anxieuse à l’idée de devoir possiblement affronter des animaux sauvages affamés en cette saison froide. Et on ne peut pas dire que Chris soit rassurant à ce sujet. Bien que rien ne pourrait la rassurer à ce moment précis, autre que d’atteindre le campement en vie, elle et son groupe.

« - Non, bien au contraire », rétorque-t-elle au sarcasme du patrouilleur. Bien sûr que non, il n’a pas eu raison de s’éloigner. Ils auraient mieux fait de continuer leur route sans se préoccuper de la faune évoluant autour d’eux. Marcher en silence et progresser rapidement, sans s’arrêter, était leur meilleure chance. Des chances désormais bafouées. Les dizaines de possibilités qui se profilent maintenant, toutes plus inquiétantes les unes que les autres, défilent dans l’esprit acharné de Nadja qui cherche à entrevoir une solution à leur problème. Un problème qui semble s’aggraver plus vite que prévu, alors que des craquements sourds se font entendre juste sous ses pieds. Elle a d’abord pensé qu’il s’agissait d’une énième branche brisée sous son poids. Elle ne pourrait pas se tromper plus.

Les grognements bestiaux qui se mêlent au bruit sourd, trop proches d’eux pour ne pas vouloir dire quelque chose. Une fraction de seconde plus tard, le sol se dérobe sous ses pieds alors que, après un regard inquiet vers Chris, Nadja se retrouve noyée jusqu’aux genoux dans la tourbière. La neige qui dissimule son piège. Ils sont pile sur les marécages autour de leur ancien campement. Et ne s’en sont même pas aperçu. La scientifique se rattrape comme elle peut à la paroi solide, pestant intérieurement contre la substance venant déjà se coller contre sa peau, passant sans aucun problème au travers du tissus recouvrant ses jambes. Le froid la saisit un peu plus alors qu’elle se redresse non sans difficultés. Prisonnière de la tourbière. Elle s’accroche à la première surface, à la première branche à sa portée pour retrouver une stabilité suffisante.

« - Non, tout va bien », souffle-t-elle mécaniquement alors qu’elle peut déjà sentir sa cheville enfler dans sa chaussure. Pas de fracture, elle ne pourrait pas se tenir droite s’il en était ainsi. Plutôt une foulure. Une entorse, au pire des cas. La médecin qui pose son propre diagnostique à la va vite. Elle peut déjà entendre Adélaïde la sermonner pour ne pas avoir pris le temps de se soigner. Mais le temps, ils n’en n’ont pas. Nadja se redresse un peu, sourcils froncés. Elle n’a jamais eu autant envie de rentrer au campement qu’en cet instant. « - Je te dis que ça va, c'est que de la boue », répète-t-elle sans cacher son énervement face à la situation. Un rapide coup d’œil analytique vers le patrouilleur lui permet de voir qu’il va bien lui aussi. Ou qu’il ne laisse rien voir. Quoi qu’il en soit, il paraît en état de marcher.

« - On devrait déjà plus être là. Tu te souviens jusqu’où s’étendent les marécages ? Si on doit courir, autant le faire dans la direction la plus sûre » C’est sa première intuition. Celle de se sortir de cet endroit, et vite. Elle passe une main dans ses cheveux, dégage son visage en observant les alentours. Ses souvenirs sont vagues, concernant cet endroit. Elle ne y est pas aventurée souvent lorsque leur campement était encore à proximité et la manteau blanc qui s’étend tout autour d’eux n’arrange rien à sa mémoire. « - En espérant que la meute a été effrayée par notre mésaventure », elle formule sa pensée à voix haute. Cherchant à se rassurer elle-même autant que la patrouilleur à ses côtés. Le bruit engendré a peut-être découragé les loups de s’aventurer trop près d’eux. Bien qu’elle ne croit que moyennement à cette théorie.
(c) DΛNDELION

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Ven 6 Avr - 19:03



« Non, tout va bien » « Comment je sais que tu me mens pas ? » Et sans doute était-il plus qu'osé d'insinuer qu'elle était en train de me mentir, alors qu'elle était non seulement ma supérieure mais aussi un médecin, mais je ne pouvais m'empêcher de poser la question. « Si tu es blessée mieux vaut que tu le dises, que je sache si je doive t'aider à marcher ou te porter, ou même qu'on voit comment se tirer là. » Insistant de nouveau alors qu'il n'y avait pas seulement cette trace d'inquiétude de savoir si elle allait bien, mais aussi le fait qu'il nous fallait encore sortir d'ici. Et une difficulté qui existait de plus était la présence de la meute autour. Sentant qu'ils étaient là, bien qu'il y avait sans doute aussi cette pointe de paranoïa en plus, très certainement. « Je te dis que ça va, c'est que de la boue » Un regard qui s'attardait. Laissant couler. Décidant de lui faire confiance même si avec la jeune femme il y avait toujours cette petite pointe de réserve, de méfiance qui dépassait sans doute nos chamailleries d'enfants. Toutefois fixé alors que je pouvais désormais me concentrer sur un autre problème, celui de sortir de là rapidement. Ne pouvant que comme la jolie brune tenter de trouver un semblant de stabilité pour éviter de s'enfoncer plus profondément. Le poids tantôt dû par la neige qui n'aidait pas non plus.

« On devrait déjà plus être là. Tu te souviens jusqu’où s’étendent les marécages ? Si on doit courir, autant le faire dans la direction la plus sûre » « Si tu as pas remarqué, ils s'étendent sur une bonne longueur autour de nous mais qu'en attendant tant qu'on est coincé là ils nous servira à rien de courir. » Un brin de sarcasme. Ne servant en effet à rien de courir si nous n'étions pas partir du point de départ. Un point de départ qui n'était pas encore franchi. Enfoncés dans les marécages. La vase se mélangeant à la neige. Une accroche trouvée mais devant encore se hisser un peu plus haut, sur une plateforme plus solide en espérant ne pas faire un nouveau pas et y retrouver. « En espérant que la meute a été effrayée par notre mésaventure » « Sans doute trop beau pour être vrai. » Non il n'y avait pas à dire. « Je déteste les loups. » Eclat dans mon regard. Je détestais les loups. Loin d'adore les voir en peluche, l'idée de me retrouver de nouveau à croiser leur route ne pouvait que m'irriter. Des mauvais souvenirs. Des pensées tourmentées repoussées. L'ombre de souvenirs où je me retrouvais incapable d'aider Robb. Ne pouvant qu'enfoncer la lame dans le corps de la bête. Mais le mal était déjà fait. Robb qui était mort en me sauvant la vie. Goût amer de culpabilité qui manquait de rejaillir. Tentant d'en masquer le goût en pensant à autre chose. D'autant que je détestais encore plus le sentiment de vulnérabilité qui venait avec ou le fait que la jeune femme avait été aussi là à me voir au plus bas alors que je me retrouvais à l'infirmerie. « Et puis de toute manière je doute qu'ils trouvent de quoi se remplir l'estomac. Tu as rien sur les os. » Parce qu'il était sans doute plus facile de se retrouver à taquiner Nadja, à me chamailler avec elle comme nous avions tendance à faire petits que de penser à ce qui s'était passé. Et autant que je pouvais lui envoyer des petites piques, que je savais elle ne laisserait sans doute pas passer, je ne pouvais que tenter de me hisser sur une plateforme plus consolidée. Cette manie de se retrouver dans des endroits insolites. Cette manie de se retrouver dans les marécages à tenter de fuir un ours géant qu'Isaïah n'avait pu qu'imaginer, ou à tenter de sortir d'une rivière déchaînée. Cette manie de devoir affronter les événements naturels comme ceux-ci. Et continuant de survivre. Me hissant finalement au-delà. Une inspiration et une expiration avant de reprendre mes appuis. L'instant d'après en train de me tourner vers Nadja pour l'aider à sortir de là à son tour. Sans doute chanceux que la neige amassée retenait nos poids. La neige qui s'était déposée tout autour. Des traces de pas presque déjà effacés alors que les flocons n'avaient pu que se remettre à tomber. Etouffant un grognement. Autour des plaques glacées s'étaient formées là où l'humidité était plus ancrée. Un marécage qui devenait autant une prison. Pas encore piégés totalement mais chaque pas pouvait flancher, et il était autant facile de se retrouver de nouveau enfoncer dans la tourbière. La difficulté d'imaginer qu'il serait facile de courir sans savoir réellement où nous mettions les pas. « Il faut qu'on revienne sur nos pas. Mais courir, sachant qu'on sait pas si on peut retomber à côté je doute que ce soit l'idée du siècle. Mais rester là l'est encore moins. » Et ne pouvant qu'autant sortir un de mes couteaux, me servant de la branche usée précédemment pour la tailler à la va-vite. En faire un bâton. Volonté de tâter le terrain avant. Et mon regard qui se reposait aussitôt sur la jolie brune. « Prête à poursuivre ? »

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 539 Felicity Jones lux aeterna (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 64
— caught in the middle —


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Dim 8 Avr - 12:00


Teintes glacées
Nadja & Chris

« It's like I'm running away from me. It's like I've taken the puzzle in me. And left it scrambled for all to see. It's like I'm fighting behind these walls. And hiding through metaphors. This is real, these are flaws »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]6 Février 2118 — La question l’irrite. Et la patience de Nadja se dissipe à mesure que les secondes passées les pieds dans la tourbière s’allongent. Elle ne veut pas avoir à se justifier. Plus que la manifestation de sa fierté, c’est l’envie irrépressible de se sortir de là une bonne fois pour toute qui se fait entendre. La chirurgienne n’est pas en sucre, ni en porcelaine. Si elle dit qu’elle va bien, alors elle va bien. Elle fait taire la douleur à la seule force de sa volonté, largement aidée par une montée d’adrénaline. « - Pas la peine de jouer les chevaliers servants, ça te va pas au teint. Je te dit que ça va » Le regard de la chirurgienne se fait noir. Qu’il passe à autre chose, c’est tout ce qu’elle demande. Elle cherche un semblant de stabilité sur ce sol trop meuble pour supporter son poids. Son regard analyse déjà son environnement très proche, à la recherche d’un élément assez solide pour la tirer d’affaire.

« - T’as raison, continue de me prendre pour une idiote, au lieu de te rendre vraiment utile », raille-t-elle, plus vindicative que jamais. Il lui tape sur les nerfs. Sérieusement. Et depuis toujours. Leur relation est conflictuelle depuis qu’ils fréquentent les mêmes bancs d’école. Et ça n’a pas changé depuis. Elle lui répond avec le même timbre agacé que celui qu’elle adoptait quand ils étaient adolescents. Les pieds toujours enfoncés dans les marécages, Nadja ne parvient plus à retenir sa verve caractéristique. « - Personne n’apprécie de se retrouver dans la position de la proie », se contente-t-elle de répondre au constat formulé par le patrouilleur. L’idée que des loups bien dissimulés dans les alentours puissent leur tomber dessus à tout moment la rend plus anxieuse qu’elle ne veut bien l’avouer. Son comportement en dit long, pourtant, sur sa véritable inquiétude. Pensant également aux deux autres membres de son équipe restés sur le sentier.

« - Parfait, qu’ils se rabattent sur toi, dans ce cas », répond-t-elle à la pique légère lancée par l’ancien militaire alors qu’il se hisse sur une plateforme visiblement plus solide. Quelques secondes lui suffisent pour qu’ils retrouvent ses appuis alors que la brune se trouve toujours les pieds dans la vase. Ses chaussures détrempées commencent à la dégouter sérieusement. Elle craint déjà l’état dans lequel elle va les retrouver. Le froid la saisit immédiatement quand elle rejoint à son tour Chris sur le monticule encore entier, s’accrochant à lui pour contrer la force d’attraction des marécages. Elle grimace quand sa cheville blessée se pose brutalement sur le sol durci par la glace et la couche de neige. Grimace qui s’efface presque immédiatement au profit d’un soupir las.

« - Qu’on ne traîne pas, c’est tout ce que je demande », dit-elle, allant droit au but alors que le patrouilleur se saisit d’un long bâton. Nadja en devine l’usage qu’il souhaite en faire et hoche la tête quand il s’adresse à elle. Poursuivre, c’est tout ce qu’elle veut. Partir et s’éloigner le plus vite possible des animaux qui semblent après eux. Retrouver leurs collègues d’équipage et rentrer au campement avant la nuit. L’objectif est clair. « - Je te suis », annonce-t-elle ensuite en essayant tant bien que mal l’inconfort du à la boue accrochée à ses vêtements. Marchant dans les pas de son acolyte, Nadja reste particulièrement attentive aux bruits alentours. Chris étant concentré sur ce qui se trouve devant eux, la chirurgienne, elle, se concentre sur ce qu’il a partout ailleurs. La neige ne rendant pas leur entreprise facile.

Quelques minutes s’écoulent à naviguer sur des plaques gelées. Quelques minutes à peine, avant que de nouveaux grognements se fassent entendre. Plus proches. Plus forts. Nadja tourne la tête, étouffe un cri, la gorge serrée. « - Chris », souffle-t-elle, un murmure à peine audible. « - Je crois qu’on va devoir courir, finalement » Sur sa gauche, une silhouette se dessine. Et pas des plus amicales. Lentement, les doigts de Nadja s’enroulent autour du poignet du patrouilleur, l’alertant de la gravité de la situation dans un geste qu’elle veut salvateur. Pas de mouvements brusques qui pourraient leur être fatal.
(c) DΛNDELION

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Sam 28 Avr - 18:52


« Pas la peine de jouer les chevaliers servants, ça te va pas au teint. Je te dit que ça va » Sourire en coin qui se dessinait sur mon visage, plus amusé qu'autre chose pour sa remarque. « Adieu la galanterie donc ? » Un brin moqueur même dans cette situation, alors que mon intérêt restait avant tout de voir si elle allait bien. Voulant m'en effet m'assurer qu'elle n'était pas blessée. Une blessure qui ne pourrait que nous ralentir s'il nous fallait courir. Et un regard qu'elle me lançait qui ne pouvait que suffire pour me faire comprendre qu'elle n'appréciait pas cette attention. Estimant sans doute que tout ceci n'était du flan, alors que là n'était pas le cas. N'appréciant sans doute pas non plus que je puisse remettre en doute ses compétences. Ce qui n'était pas réellement l'intention si ce n'était vraiment de m'assurer qu'elle allait bien. Toujours cette possibilité qu'elle puisse faire semblant pour nous ralentir. Non pas tant paranoïaque que méfiant. « T’as raison, continue de me prendre pour une idiote, au lieu de te rendre vraiment utile » Ne pouvant que lever les yeux au ciel alors que comme souhaitée je ne pouvais que me hisser en dehors de ce trou dans lequel nous étions tombés. Ce qui était préférable alors qu'il n'y avait rien d'intéressant à s'enfoncer au coeur des marécages. Pouvant d'autant plus sentir l'humidité prendre le contrôle, s'infiltrer dans mes vêtements alors qu'à cet instant la neige était loin d'être une alliée. Une neige qui recouvrait tous les marécages et qui était autant traître alors que les précipices et crevasses étaient dissimilés.

Nous retrouvant désormais dans la position de proie alors que les hurlements se faisaient plus proches. Les yeux qui ne pouvaient s'empêcher de scanner chaque recoin. A découvert. La lisière de la forêt qui se dessinait bien plus loin. Certes plus piégés, nous n'étions plus embourbés mais dans un sens nous étions toujours piégés. « Personne n’apprécie de se retrouver dans la position de la proie » Et pourtant un calme qu'il était nécessaire de garder. Ne pouvant juste céder à la panique alors que cela n'aiderait pas. Des questions qui n'existaient pas moins alors que les autres étaient loin. Seth qui avait sans doute pris le contrôle concernant la garde, sachant la marche à suivre et me faisant autant confiance. « Parfait, qu’ils se rabattent sur toi, dans ce cas » Des taquineries qui ne pouvaient que servir à réchauffer l'atmosphère à défaut des corps. Le froid et l'humidité qui se faisait bel et bien sentir. Des vêtements qui étaient trempés. L'incapacité de faire un feu dans l'immédiat. La nécessité de se mettre en mouvement. Et n'ayant pu que faire contre-force pour aider la jeune femme à se hisser sur le monticule improvisé. Nadja qui ne réussis à cacher pendant une brève seconde la grimace qui se dessinait sur son visage. Aussitôt cet éclat de méfiance qui resurgissait alors qu'elle n'avait peut être rien dit mais étais bien blessé. Cette ombre d'hésitation à relancer le sujet mais la jolie brune était autant capable d'évaluer ses forces, ses faiblesses. Et n'ayant le besoin de me poser plus la question alors qu'elle reprenait la parole. « Qu’on ne traîne pas, c’est tout ce que je demande » Un objectif commun. Un seul but, retrouver le groupe si ce n'était le campement avant la nuit. Et autant un bâton rapidement esquissé, coupé qui ne pourrait que nous servir à tâter le terrain. Bel et bien le désir d'éviter de se retrouver prisonnier dans la tourbière de nouveau. « Je te suis » Et m'exécutant aussitôt alors que je prenais la tête de l'opérative. Creusant autant le terrain non seulement pour repérer les crevasses, mais permettant aussi à la jeune femme de poser ses pas dans les miens. Un moyen d'économiser le souffle. Un moyen d'avancer un peu plus rapidement et d'économiser de l'énergie. Mais autant que possible de l'énergie était bien dépensée. Une marche qui était à la fois lente et progressive. La neige qui ralentissait nos mouvements. La neige qui devait être sondée à chaque nouveau pas pour repérer un sentier stable qui n'était pas visible à l'oeil nu. Ne pouvant qu'évoluer devant elle alors que nous ne pouvions que former qu'un étrange duo. Ne pouvant que lutter contre les éléments alors que les premiers flocons de neige recommençaient à tomber.

Et soudain des grognements que je n'avais pu autant que guetter même si mon attention s'était focalisée sur l'étendue de neige devant. Des grognements sans doute autant redoutés alors que les bêtes étaient proches. Les silhouettes des loups qui composaient la meute qui se dessinaient désormais clairement. Autant majestueux que redoutés alors que d'un même mouvement ils ne pouvaient que se rapprocher. « Chris » Un murmure entendu alors que chacun se figeait sur place. « Je crois qu’on va devoir courir, finalement » Ses doigts qui se refermaient sur mon poignet. Mais il était sans aucun doute déjà trop tard alors que la meute était déjà là. Les loups qui se dispersaient pour nous encercler dans un même mouvement. « Trop tard. » Et un bout de bois que je ne pouvais que lui tendre aussitôt alors que j'attrapais mes lames. Bel et bien encerclés. Des bêtes qui n'étaient censés s'approcher des hommes mais face à l'hiver, à la faim ils ne pouvaient que se rapprocher des présences humaines. Une seule loi, manger ou être mangé. Des lames qui se retrouvaient dans mes mains aussitôt alors que mon cerveau ne pouvait que tourner à toute allure. « Du feu, il nous faut du feu ! » Et autant que possible une de mes mains ne pouvait que se glisser dans la poche de mon pantalon que trempé à la recherche de tout possible signe de feu. Que conscient que de nouveau la situation n'était pas à notre avantage, bien loin de là.


avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 539 Felicity Jones lux aeterna (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 64
— caught in the middle —


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Dim 6 Mai - 22:50


Teintes glacées
Nadja & Chris

« It's like I'm running away from me. It's like I've taken the puzzle in me. And left it scrambled for all to see. It's like I'm fighting behind these walls. And hiding through metaphors. This is real, these are flaws »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]6 Février 2118 — La moquerie lui passe au dessus de la tête. Comme tout le reste. Comme tout ce qu’il peut prononcer à son égard depuis leur adolescence. À croise qu’ils sont restés des gamins, au fond. Que leur relation en est restée là. Ça la détend, au fond. De voir que malgré tout, certaines choses restent les mêmes. Malgré les épreuves, malgré les combats. Malgré les pertes. Certaines choses ne bougent pas. Percent le silence de leur stabilité éclatante. Une courbe longiligne imperturbable. Que rien ne saurait venir troubler. Nadja étouffe un rire , sourd et bref. La galanterie à disparue depuis longtemps. Mais l’inquiétude qu’elle discerne dans le regard du patrouilleur la rend nerveuse. Qu’il passe à autre chose, une bonne fois pour toute. Elle ne dit rien de plus. N’en rajoute pas une couche, alors qu’elle tente encore de se dépêtrer de la boue qui l’entoure. Une tâche sombre au milieu d’une plaine immaculée. Quand elle relève finalement les yeux, elle se retrouve presque éblouie par la blancheur de ce sol couvert de neige. Elle peut encore apercevoir les traces de pas qu’ils ont laissé derrière eux en déplaçant au passage le manteaux neigeux. Pourquoi a-t-il fallut qu’il s’éloigne ?

Le froid la saisit au corps, quand elle se hisse finalement sur un monticule plus solide, aux côté de Chris. L’amertume n’est pas dissimulée, tout comme l’envie de quitter cet endroit maudit. Très vite, elle encourage le miliaire à avancer, le suivant de près alors qu’il sonde soigneusement le sol sur lequel ils sont tous deux censés reposer. Retomber les pieds dans la boue est la première chose à éviter. Se faire dévorer, la seconde. Pourtant, l’inquiétude de la chirurgienne ne fait que grandir lorsque les grognements se rapprochent de plus en plus. Se font entendre dangereusement, le bruit sourd, animal, résonnant chaque fois un peu contre les arbres qui les surplombent. Le duo évolue difficilement depuis le début de leurs mésaventures. Mais cette fois, c’est Nadja qui stoppe le cortège d’un mouvement de bras voulu discret. Tout comme le murmure qu’elle initie. Prévenant Chris du danger imminent alors qu’il semble trop concentré sur le chemin à prendre. C’est tout ce qu’elle redoutait. Devoir se retrouver confrontés à l’instinct lupin dans des circonstances peu engageantes pour les deux humains. Les prunelles sombres de la brune se posent rapidement sur la silhouette d’un animal, évitant soigneusement de croiser son regard. Féroce.

Très rapidement, Nadja se retrouve avec la longue branche utilisée précédemment par Chris dans les mains. Alors que lui, abandonne sa première mission pour se saisir de ces couteaux qu’il semble ne jamais quitter. La respiration s’interrompt naturellement sous l’effet de l’adrénaline, ne reprend qu’au bout de longues secondes passées en apnée. Analysant la situation, Nadja tente de trouver la solution miracle qui pourrait les tirer de là. Du feu ? Elle n’a pas de quoi faire du feu sur elle. Elle n’avait pas prévu de se retrouver hors du campement plus de vingt-quatre heures et peut très bien compter sur ses réserves jusque là. Voyager léger, c’était les consignes. D’autant plus qu’en tant que médecin, le feu n’est pas sa priorité. « - De nous deux, c’est toi le soldat. Si t’as pas de quoi faire du feu rapidement et dans une situation aussi précaire, alors moi non plus », conclut-elle sèchement, les yeux rivés sur les bêtes qui continuent de grogner à quelques mètres d’eux. De ce qu’elle a pu apprendre et mémoriser au cours de sa vie, les loups ne sont pas censés s’approcher de l’Homme. Préfèrent même s’en tenir rigoureusement éloignés. Espérons qu’ils s’en tiennent à cette règle.

« - Continue d’avancer, doucement. Avec un peu de chance, ils cherchent simplement à nous effrayer » C’est la seule conclusion qu’elle parvient à tirer. La seule explication viable à ce qu’ils sont en train de vivre. Les loups doivent avoir aussi peur qu’eux en cet instant précis. Ça ne peut être que ça. Ça ne peut être que pour ça, qu’ils ont pris le risque de s’approcher aussi près d’eux Continuer leur progression vers la route qu’ils ont quittée à tort - lentement et sans les provoquer - semble être l’alternative la plus sage qu’il leur reste.
(c) DΛNDELION

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Mar 8 Mai - 21:46


C'était le problème d'être sur terre. Ici la technologie n'était pas la même. Alors lorsque nous étions cerclés par les loups, que je pensais à cette possibilité de faire du feu pour les effrayer et tenir à distance, il y avait certainement un petit problème. Un hic comme certains appelleraient ce problème. Un hic qui existait bel et bien alors qu'il n'y avait aucun briquet, source nous permettant de faire du feu si ce n'était par la bonne vieille méthode. Revenu à un âge plus préhistorique, plus ancien, la seule possibilité de faire du feu était en frottant des silex, en frottant du bois. L'espoir de créer une étincelle, quelque chose. Le feu qui pouvait autant représenter un signe d'espoir mais qui à cet instant était plutôt vain. Et si je ne pouvais que proposer cette idée, il ne restait pas moins que la réaction de la jeune femme était tout aussi sèche. « De nous deux, c’est toi le soldat. Si t’as pas de quoi faire du feu rapidement et dans une situation aussi précaire, alors moi non plus » « Ce n'était pas comme si on avait des briquets, ou des allumettes. Et non désolé, on est peut être des soldats mais on a pas encore trouvé le moyen de faire du feu plus rapidement ici. Mais tu peux toujours l'écrire sur la liste d'idée des choses à faire quand on sera sorti d'ici. » Note de sarcasme. Cela n'était pas le cas en effet, alors que chacun ne se retrouvait qu'à tenter de survivre basiquement dans un sens. Et une idée que je regrettais d'avoir proposé. Une idée qui avait parut être la bonne sur le coup mais qui ne l'était peut être pas finalement. « J'avoue c'était pas l'idée du siècle. » Cela ne l'était certainement pas. Et l'autre idée qui me passait en tête était contraire à celle qu'elle avait proposée. Cette idée était différente alors qu'elle ne consistait pas à courir, bouger sur place mais à rester immobile. Une idée que j'avais pas encore partagé alors que je ne pouvais que réfléchir à la prochaine alternative.

« Continue d’avancer, doucement. Avec un peu de chance, ils cherchent simplement à nous effrayer » « On devrait plutôt reculer, ne pas leur tourner le dos. Ou tenter de leur faire peur à eux sinon.. » Pas convaincu que l'inverse serait mieux, qu'ils nous prendraient pas pour des adversaires. Sans doute que mon jugement n'était que déformé alors qu'il était plus facile de revoir Robb à terre qu'autre chose. Des créatures vicieuses. Oui des créatures qui l'étaient, cela ne faisait aucun doute. Un point de vue qui ne risquerait pas d'être objectif de sitôt c'était certain. Et une autre idée qui me traversait l'esprit alors que je lui faisais signe à mon tour de ne pas bouger. Faisant glisser la fermeture qui fermait mon sac doucement pour en sortir ce qui avait été emmené comme en-cas. « Et avant qu'on s'éloigne, autant faire diversion ! » Après tout s'ils étaient aussi proches c'était aussi parce qu'ils avaient faim. Ouvrant le sac un peu plus alors que je plongeai ma main à l'intérieur pour récupérer ceux qui s'y trouvaient. Des bouts de viande cuits pour le trajet, pour ainsi dire séchés au soleil. Des morceaux de viande que j'étais prêt de sacrifier de bon coeur si cela voulait dire rester en vie. « Dès que je les lance, on s'éloigne doucement comme tu as dit. Direction la forêt ! » Tout pour s'éloigner du marécage. L'idée qui n'était pas de se retrouver prisonnier de la neige, ni de se retrouver de nouveau enfoncés dans la neige. Non une fois suffisait toujours. Tout pour s'éloigner des loups. Un objectif commun. Alliés malgré les chamailleries. Et ne pouvant que lui adresser un sourire rassurant. Il n'y avait pas de raison pour que l'on ne s'en sorte pas. Certes nous étions en minorité mais tout restait possible. Ne comptant pas finir mort de nouveau. Ne comptant pas que la sacrifice de Roan soit vain. Ne voulant pas que sa mort n'ait rien valu. Vivant grâce à lui. Et chassant aussi ces images de mon esprit alors que je lançai le premier morceau le plus loin possible. Et les claquements des crocs alors qu'aussitôt les loups se déplaçaient, se ruaient dessus. Se bousculant, roulant dans la neige alors qu'aussitôt je ne pouvais que me mettre en mouvement doucement. Un bâton rapidement tendu à Nadja autant pour pouvoir avoir les mains libres et être en mesure de jeter tout ce que j'avais sous la main, peut être aussi. Tout qui était bon à prendre pour éloigner les loups. Et c'était certain que le stock de provision emportait risquer de ne pas satisfaire. Mais comme je continuais de le penser tout était bon à prendre.

« Ne cours pas surtout ! » Pas un ordre. Ou peut être que si. Plus une supplication peut être. Une erreur à ne pas commettre d'après ce que je savais. Du moins l'impression que ce serait une erreur de se mettre à courir. Car de prédateur nous passerons à être considérés comme des proies. Des proies que nous étions peut être déjà. Ce que je n'espérai pas. Ne comptant pas mourir. Non. On avait pas réussi à enfin arriver sur terre pour mourir. On avait pas survécu à tout ce bazar, perdu tant de proche pour se faire manger ou attaquer de nouveau par des loups. Il n'y avait pas à dire ceci était une affaire personnelle. Et se mettre à courir, il n'y avait pas à dire c'était tentant. Que tentant. Un instinct qui me criait de fuir. Mais freinant des fers pour ne pas devenir lièvre. Me contentant au contraire de suivre le mouvement, de suivre de près Nadja en envoyant ce que j'avais sous la main. « Tout doux. Gentil. » Et un regard que je lui lançais. « Tu aurais pas de quoi manger ?  » Des estomacs que je jugeais moins important que le leur.

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 539 Felicity Jones lux aeterna (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 64
— caught in the middle —


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Dim 26 Aoû - 11:05


Teintes glacées
Nadja & Chris

« It's like I'm running away from me. It's like I've taken the puzzle in me. And left it scrambled for all to see. It's like I'm fighting behind these walls. And hiding through metaphors. This is real, these are flaws »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]6 Février 2118 — C’est dans ce genre de moment qu’elle prend conscience de la place si imposante que pouvait prendre la technologie dans sa vie. Dans ce type d’épreuve qu’elle regrette tout ce qu’elle pouvait posséder, avoir à sa disposition lorsqu’ils étaient encore dans le ciel. C’est lorsque l’on perd quelque chose qu’on se rend compte de son importance. L’adage fonctionne aussi bien avec les gens. Elle a appris la leçon de la plus brute des manières. Et n’est certainement pas prête de se reprendre cette gifle en pleine figure. La pensée la surprend elle-même, lorsqu’elle réalise qu’elle s’est formée à propos de Chris. Il l’énerve comme peu de personnes parviennent à l’énerver. Il lui a toujours foutu les nerfs, depuis qu’ils se connaissent. Pourtant, la chirurgienne n’est pas prête à le voir disparaître. De quelque manière que ce soit, quand bien même elle succomberait avec lui. Les grognements à la fois lointains et trop proches la ramènent brusquement à la réalité. Dure réalité. Leurs options s’amenuisent à chaque seconde qui s’écoule. Pas l’idée du siècle, non certainement pas. La médecin n’en a cependant pas d’autres à proposer. La situation l’éloigne bien trop de son domaine de prédilection. Elle n’a jamais été très fan de bêtes sauvages. Et cela ne risque pas de changer de si tôt.

« - Sinon quoi ? », raille-t-elle immédiatement, le regard ancré sur les silhouettes lapines tournant dangereusement autour d’eux. « - C’est pas le moment de commencer des phrases que tu peux pas finir » La remarque est amère, mais surtout impatiente. Elle n’a qu’une envie : se sortir de là et retourner au campement le plus rapidement possible. Mais à cet instant plus qu’à un autre, confondre vitesse et précipitation ne leur apporterait rien de bon. Alors, elle prend sur elle. Soupire lentement, évacue la nervosité du mieux qu’elle peut. Sans que cela ne fonctionne réellement. Chris finit par évoquer une diversion. Suggestion à laquelle Nadja porte une toute nouvelle attention, les pupilles se dirigent alors sur le militaire qui semble fouiller dans son sac pour en ressortir leurs provisions. Bien sûr. Les loups ont faim. Autant les nourrir. Sans un mot, la scientifique hoche la tête, acquiesce, approuve, sans rien ajouter, l’initiative de son allié inattendu. Bouillonnant déjà de retrouver la sécurité de la forêt. Le front plissé, elle fait preuve d’une toute nouvelle concentration, de la retenue, alors que Chris ne tarde pas à lancer les morceaux de viande séchée en direction des fauves.

Nadja se mure dans un silence salvateur. Tous ses sens centralisés sur les mouvements des loups non loin d’eux, et les instructions du militaire tout près d’elle. Jugeant plutôt bon de se soumettre à l’expérience de ce dernier. Courir ne fait plus partie de ses intentions. Les bruits de crocs se jetant sur la nourriture l’ont assez refroidie. L’idée que ce soit éventuellement sa propre chair entre les mâchoires de ces bêtes lui glace le sang. Elle n’est pas prête à mourrir, et encore moins de cette façon. « - J’ai une ration dans mon sac », approuve-t-elle alors qu’elle entame des gestes lents pour se saisir de la nourriture en question dans sa besace. « - En espérant que ce sera suffisant », ajoute-t-elle tout en continuant d’avancer prudemment sur la neige. Les mètres s’amenuisent doucement jusqu’à la lisière de la forêt. Le regard de Nadja oscille entre les loups et leur objectif. Elle bouge les doigts à l’aveugle pour trouver la viande dans le sac qu’elle porte en bandoulière. Finit par atteindre ce qu’elle cherche, le sort lentement pour ne pas attirer l’attention sur elle. La ration dans la main, elle la tend au militaire, les prunelles rivées sur les animaux dont les cris résonnent dans sa cage thoracique comme une menace. « - À toi l’honneur » Elle fait mine de rien, mais la scientifique ne se sent pas capable d’un tel geste. Trop peur de se louper lamentablement dans son lancer, et que ça leur coûte trop cher. Beaucoup trop cher.
(c) DΛNDELION

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Lun 27 Aoû - 18:41


Une diversion qui serait plus que nécessaire. Il fallait les éloigner. En soit la forêt n'était pas loin, peut être même qu'à quelques pas mais avec la pression de la neige, il était plus difficile d'avancer. Chaque pas devait être mesuré. Aucun de nous ne voulant retomber dans une creuvasse, s'enfoncer dans le marécage. Aucun de nous ne voulait être gelé ou même mourir là. Une mauvaise expérience avec les loups qui restaient. Une mauvaise expérience en effet alors que je ne pouvais que rester méfiant. Un cerveau qui fonctionnait rapidement pour trouver une stratégie et ensuite retrouver le couvert de la forêt. Il n'était pas dit que là-bas nous serions sains et saufs, mais l'option était préférable à celle-ci. Mon regard qui s'était posé sur elle alors que j'espérai qu'elle avait à son tour une ration voir même plusieurs. Associer nos forces pour les entraîner plus loin. « J’ai une ration dans mon sac » « Moi aussi. » Un hochement de tête alors que mon regard se reportait de nouveau sur le point que nous devons atteindre. « En espérant que ce sera suffisant » Je l'espérai aussi alors que je cherchais à mon tour des rations dans mon sac. Chacun qui devenait venir paré. Les expéditions qui étaient toujours préparées avec soin. Cette notion d'utilité d'autant plus quand des imprévus s'annonçaient comme celui-ci. Un événement inattendu en effet. Les loups qui avaient faim. Me tournant légèrement vers elle délicatement alors qu'elle me tendait sa ration alimentaire. Comprenant son rationnement. « À toi l’honneur » Ce qu'il en serait. Pouvant comprendre qu'elle craigne de se louper. Il était certain qu'il valait mieux que cela ne soit pas le cas. L'adrénaline qui commençait à courir dans mes veines. Cette petite seconde d'excitation alors que je repérai le point que je comptais viser. Lançant la ration le plus loin possible, non sans tarder à envoyer une autre dans une autre direction. Des diversions pour les éloigner de nous alors qu'aussitôt nous ne pouvions que diriger vers les arbres les plus proches.

Ne pouvant courir. Il serait que plus dangereux de courir alors qu'une solution restait de sonder pas après pas les couches de neige pour repérer le chemin le plus certain. Une progression qui pouvait être trop lente, qui semblait trop lente. Mais il ne restait pas moins que se mettre à courir pourrait être autant une mauvaise idée. Pourtant, il était possible encore d'avancer. Ne pas confondre rapidité et précipitation. Tout n'était qu'une question de minutes. Il fallait taire la voix dans son esprit qui vous criait de courir. Il fallait taire cette voix qui vous faisait douter et imaginer les pires des scénarios. Il fallait taire cette voix qui vous disait de vous précipiter ou que les loups pouvaient soudainement se précipiter sur vous. Ce que nous voulions éviter. Comptant éviter que les loups changent de direction. Mais pourtant là encore il paraissait difficile de ne pas vouloir presser le pas. Si facile d'imaginer au contraire que la ration allait être englouti en un éclat de seconde. Des loups qui n'étaient pas censés s'attaquer aux hommes. Mais qui l'avaient déjà fait. La faim qui jouait. L'hiver qui les forçait à s'approcher au plus près des présences humaines comme cela avait été le cas avec Robb.

Chassant l'image du blond de mon esprit alors que j'avançais un peu plus jusqu'à ce que ma main touche le tronc d'un arbre. Je ne pris toutefois pas le temps de continuer d'avancer. Si ici, le bâton que j'avais utilisé pour tâter les couches de neige et de glace ne me servait plus à rien, je le gardais pas moins en main. Une précaution en plus. Une précaution supplémentaire contre les loups. Ce que j'espérai serait le cas bien que j'en doutais. Continuant d'avancer non sans m'assurer que la conseillère était toujours à mes côtés. S'enfonçant de nouveau dans la forêt sans faire un bruit. Le couvert des arbres qui commençait ores et déjà à rendre impossible la distinction des marécages glacés. Le couvert des arbres que nous avions que voulu retrouver. Après cela, l'objectif était simple, celui de retrouver les autres membres du groupe. Une expédition partie plutôt. Nous étant écartés du groupe mais il était encore possible voir pour le moment les empreintes dans la neige. J'espérai que cela durerait. Autant que j'espérai que les loups ne nous suivrait pas. « Il nous reste encore à retrouver les autres en espérant qu'ils ne nous suivent pas. » Plus un marmonnement que des phrases complètement distinctives. Ce n'était pas le cas. Un marmonnement alors qu'en effet je préférai éviter de me retrouver de nouveau face aux bêtes. Si je n'étais pas particulièrement effrayé, il ne restait pas moins que des souvenirs trop violents manquaient toujours de faire leur apparition. Ce dont je ne préférai pas parler à la jolie brune. Ne préférant pas en parler tout court. Et espérant autant que Nadja ne me prendrait pas la tête bien que je ne pouvais que lui jeter de nouveau un regard. Cette fois-ci non pas pour m'assurer qu'elle me suivait mais pour m'assurer qu'elle n'était pas blessée en effet. Tous trempés. Mieux valait en effet retrouver le groupe vite.

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 539 Felicity Jones lux aeterna (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 64
— caught in the middle —


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Dim 9 Sep - 11:18


Teintes glacées
Nadja & Chris

« It's like I'm running away from me. It's like I've taken the puzzle in me. And left it scrambled for all to see. It's like I'm fighting behind these walls. And hiding through metaphors. This is real, these are flaws »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]6 Février 2118 — Le regard de la chirurgienne oscille entre les loups et la forêt, plus très loin d’eux à présent. L’un étant la solution de l’autre. Gagner la sylve pour échapper aux bêtes, leur seule solution pour le moment. Et créer une diversion pour y parvenir reste leur seule alternative. Nadja avance lentement, emboitant le pas du militaire à ses côtés, suivant ses traces pour assurer le sol sous ses pieds. Toujours trempée, la brune commence à ressentir les effets du froid sur sa carcasse. Ses jambes sont de plus en plus lourdes, il lui est de plus en plus difficile d’avancer dans la neige et sa cheville la lance plus sérieusement. Mais la scientifique ne prête pas attention à ces signaux internes. Trop concentrée sur ce qui se déroule sous ses yeux. La suggestion de Chris qu’elle valide et s’emploie immédiatement à mettre en pratique. Tirant de son sac de voyage la ration qu’elle a emporté avec elle pour le trajet. C’est sans le moindre regret qu’elle la tend à son complice, lui confiant certainement leur seule échappatoire. Les loups ont faim, c’est indéniable. Elle le devine à leur manière de se jeter sur les morceaux de nourriture qu’ils leur lancent. À se battre presque entre eux pour en obtenir un peu plus. Sauvages, sur leur territoire. La bestialité dans sa globalité.

Leur progression vers la forêt est lente. Un peu trop lente à son goût mais leur avancée est sûre. Nadja prend sur elle, calme intérieurement ses nerfs pour ne pas précipiter leur fuite. Garde un oeil sur les loups de plus en plus loin d’eux. Enfin. Et quand finalement, Nadja peut se permettre de prendre appui contre le tronc d’un arbre. Elle ne peut retenir un soupire de soulagement. Ils ont atteint la forêt, retrouvé le chemin qu’ils n’auraient jamais du quitter. Mais les bêtes sont encore trop proches à son goût. La chirurgienne s’autorise une seconde de répit, une seconde pour souffler. Comprendre ce qu’il vient de se passer. Ce à quoi ils ont échappé. Ils reprennent leur marche presque instantanément, tous deux bien conscients qu’ils n’ont pas encore mis assez de distance entre eux et les fauves dont les bruits de crocs leur parviennent encore. Jamais elle n’aurait cru se sentir autant en sécurité dans la forêt, après avoir cru tout perdre dans les marécages. Elle se concentre pour occulter la douleur de sa jambe, le froid qui lui cisaille l’échine et l’impatience qui la gagne de plus en plus. L’impatience de retrouver le confort tout relatif du campement. De l’infirmerie. Son territoire.

« - On les retrouve et on rentre. Pas la peine de traîner » Le timbre déraille quand l’air glacé travers sa trachée. Elle a froid. De plus en plus froid. Elle suit machinalement le chemin emprunté par Chris, les guidant tout droit vers là d’où ils viennent. La scientifique tente de dissimuler son mal être. Ne souhaitant surtout pas perdre de temps avec ça. Les traces qu’ils peuvent discerner dans le tapis neigeux la rassurent. le reste de l’équipe n’est pas très loin. Peut-être ont-il décidé de les attendre avant d’atteindre leur objectif initial, l’ancien campement de l’Odyssée. Elle le souhaite, au fond. Cela leur éviterait d’avoir à aller jusqu’au bout dans cet état. Elle n’a pas la force de dire quoi que ce soit d’autre. Préfère concentrer l’énergie qu’il lui reste à produire un minimum de chaleur. En vain. Le vent lui glace le sang et marcher devient de plus en plus compliqué. L’étoffe de son pantalon est lourde, inconfortable. Elle peine à lever les jambes de manière régulière et peste intérieurement contre leur mésaventure. Soupire de soulagement lorsqu’elle finit par apercevoir les deux silhouettes familiers un peu plus loin sur leur chemin. Deux ombres indistinctes mais qu’elle reconnaît pourtant sans difficulté. Enfin. Ils vont pouvoir rentrer.
(c) DΛNDELION

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]
Dim 9 Sep - 13:32


Du même avis. Il était temps de rentrer. Il était temps de retrouver le reste du groupe. Autant la hâte de retrouver le couvert des arbres. Cela ne signifiait pas que nous étions plus saufs alors qu'en tête je traçais un chemin pour elle. Des points de repère dont je me rappelais pour retrouver notre chemin jusqu'au groupe. Une excursion qui n'était pas de repos. La nécessité d'avancer pour s'éloigner des loups, pour s'éloigner des marécages. La nécessité d'avancer aussi pour ne pas se transformer en glaçons. Il était nécessaire de bouger et d'avancer le plus rapidement possible. Enfin là encore la notion du temps était relative. Si les minutes avaient filé pendant que nous nous retrouvions prisonniers des marécages, des tourbières glacées, la notion du temps différait aussi pour notre avancée. Une avancée que nous voulions sans doute tous deux rapides mais qui n'était pas moins plus lente que prévue. Une avancée ralentie alors que je suivais un chemin tracé précédemment, repérant les traces de pas qui n'étaient pas encore recouverts par la neige. Tentant aussi de lui faciliter un passage. Tout comme moi elle était transie de froid. Ne pouvant que chacun espérer rejoindre le groupe. Et finalement après ce qui semblait être des heures, il y avait des silhouettes. « Ils sont devant nous ! » A quelques mètres seulement. La silhouette de Seth reconnaissable. Me tournant pour jeter un coup d'oeil à la conseillère. L'impression que son visage allait tourner au bleu. Peut être que ce n'était pas seulement une impression. La réalité qui restait que nous étions trempés mais à deux doigts finalement de retrouver le groupe. Criant pour attirer leur attentions sans craindre les loups. Leurs silhouettes qui se déplaçaient aussitôt dans notre direction. Soulagé de retrouver le groupe. Et toujours en un morceau ce qui comptait. S'il nous serait impossible d'éviter complètement la neige, et le froid nous avions enfin la possibilité de retrouver la sécurité du groupe. Heureusement. Plus qu'heureux de laisser derrière nous les teintes glacées du marécage. Et plus qu'heureux à cet instant de faire une accolade à Seth. Nous y étions. Mon regard qui croisait celui de Nadja. Nous étions rentrés à bon port. Enfin.

Rp terminé


Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Teintes glacées [Nadja]

 

Teintes glacées [Nadja]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Teintes glacées [Nadja]
» ¤ Température glacée & Tempérament de feu ¤
» Nadja Synx -- Une elfe aveugle
» Enfer: Brûlant ou glacé?
» Aquali ,clan de la riviere glacée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-