Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜ “ How long will you let it burn? ” (Roan)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 304 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 95
— SMOKE MADE OF TEARS —






How long will you let it burn?
5 février 2118

Elle n’avait pas eu peur, lorsque la tempête de sable était arrivée. Elle avait suivi les directives classiques dans ce genre de situation, s’isolant avec une partie de la famille royale dans une des pièces les plus sécurisées du palais. Elle ne craignait rien, elle le savait. Sa position lui permettait de survivre aux pires. Le sable, voilà longtemps qu’il était devenu un allié et non un ennemi. Cela avait pourtant réussi à effrayer Tasha, dont la sensibilité avait été mise à épreuve. La sensibilité et la patience. Mais à première vue, cette catastrophe semblait moins douloureuse que les précédents. Jusqu’à ce qu’ils découvrent que les eaux étaient fortement contaminées. Les nobles n’allaient pas trop souffrir de ce mal, mais Irina le savait : le trou s’étirait entre eux et le peuple, car l’eau allait manquer et certains allaient en souffrir. Peut-être même en mourir. Les problèmes grandissaient dans la cité et l’œil aiguisé d’Irina ne cessait de percevoir la révolution s’avancer. Elle n’aimait pas ça. Elle ne voulait pas être une cible pour les rebelles en colère, mais d’un autre côté cela pourrait peut-être lui permettre de renverser le roi et de prendre les choses en main ? Elle devait prendre son temps avant d’agir, mais le temps semblait lui manquait à chaque nouveau jour. Elle était coincée, et elle ne supportait pas ça.

Je vous conseille de ne pas trop tarder si vous tenez à vos jambes. Dit-elle à l’un de ses gardes, le regard sévère et la posture fière. La patience n’était pas l’une de ses plus grandes qualités. Elle avait fait des siennes pour des caprices de princesse bien prononcée. Elle devait jouer le jeu, après tout, pour qu’ils ignorent son véritable visage. Pour qu’ils ne l’associent qu’à une femme têtue qui joue de sa royauté.

Il fut un temps où elle ne laissait personne entrer dans sa chambre, à part Noah. Un temps où lui semble semblait avoir trouvé une place dans ses draps. Un temps où elle s’était laissé guider par des sentiments qu’elle n’osait jamais déclarer. Un temps où elle s’était volontiers laissé consumer par ce jeu qui existait entre eux. Elle prétendait qu’il n’était rien, sachant qu’il était plus. Alors quand elle se retrouvait seule, souvent, elle repensait à lui. Quand d'autres se retrouver ici, elle repensait à lui. Et peut-être bien qu’un rien, lui rappelait Noah sans qu’elle ne puisse le contrôler. Elle se sentait alors incroyablement faible et trouvait refuge dans une colère profonde que nul semblait réussir à calmer. À part peut-être la danse. Ce qu’elle se décida à faire, alors que le mercenaire qu’elle avait réclamé, ne tarderait pas à arriver. Ajustant quelques grelots à ses chevilles, elle se mit à effectuer quelques pas classiques dans une lenteur qui lui était propre. Cela l’aidait à assimiler ses connaissances en douceur et à réfléchir avec plus de clarté. La danse était un exercice particulièrement bénéfique, ne serait-ce que pour entretenir sa silhouette.

Évidemment, elle ne remarqua pas tout de suite la présence de Roan, mais elle ne se sentait pas surprise de sa discrétion et lui lança un regard ravi en le voyant à sa porte.

Tu peux entrer et fermer. Elle s’approcha du mercenaire. Je n’ai pas très envie que nos voix résonnent dans le couloir. Dit-elle amusée, le regardant faire. Elle alla ensuite s’asseoir sur son lit, longue jambe en évidence. Il faisait toujours chaud dans cette cité, ça en devenait parfois épuisant.

Si tu as soif, ne te fais pas prier. Elle tend le bras en direction d’une carafe, un peu plus loin. Quel que soit le chemin qu’il est effectué pour venir jusqu’ici, elle lui devait bien un peu d’eau. Encore une fois, elle ne se gêne pas pour laisser son regard s’attarder sur lui. Roan était agréable à observer, c’était certain. Comment ça se passe, dehors ? Demande-t-elle le plus sérieusement possible.



avatar
12/01/2018 Aucun 127 Zach McGowan Bazzart Mercenaire. Combat & maniement des armes Rahjak 65




 
How long will you let it burn ?
Irina & Roan

 
« Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède. »
Les vents avaient remué le sable à travers la cité et ses alentours. Dans l’immédiat, rien de bien grave était constaté, tout le contraire du tremblement de terre. Cette fois-ci les répercussions étaient plus… subtiles ? Loin du cyclone, la ville avait été épargnée, excepté les réserves d’eau potable recouvertes par le sable. Les agriculteurs en payaient également le prix. Lorsque Roan marchait dans la cité brûlante, il percevait d’une oreille alerte les tensions. La royauté faisait envie auprès des plus pauvres, elle créait une jalousie qui se transformait au fil des jours en désir de rébellion. Les esclaves s’étaient braqués, maintenant au tour des habitants libres sans moyen. La vie avait toujours été compliquée et difficile, mais depuis le cyclone… tout était pire; personne ne peut vivre sans eau. Certains n’y survivraient pas.

Roan était au marché, tentant de marchander quelques vivres auprès d’un pauvre commerçant. Voyant qu’il n’arrivait à rien, il se détourna. Les temps étaient difficiles quoique les mercenaires pouvaient s’en tirer pas trop mal. Il fut intercepté par un garde royal.

« La princesse désire vous recevoir. »

Ses yeux se posèrent sur son accoutrement, puis sur le visage de son interlocuteur. Il le jugea quelques secondes.

« Je vous suis. »


Le mercenaire n’affectionnait pas particulièrement la famille royale. Il était, certes, curieux de rencontrer la princesse et ce qu’elle avait bien à lui demander. Se retrouver dans ses bonnes grâces pouvaient lui apporter quelques bons avantages.

C’était la première fois qu’il entrait aussi loin dans le palais. Dans tout ce grand décor, il ne semblait pas y trouver sa place, complètement étranger. En pénétrant dans l’endroit, il avait l’impression que la dure réalité de l’extérieure avait disparue comme si rien ne pouvait affecter les apparences de l’endroit. Le garde s’arrêta devant une porte, indiquant de la main qu’il était arrivé. Son regard passa de ce dernier à cette porte close. Il entra sans faire de bruit, discret. Son attention ne fut pas attirée par la beauté de la pièce, mais plutôt par la femme qui s’y mouvait. Elle ne semblait pas l’avoir remarqué. À moitié dehors, à moitié dans la chambre, il semblait hésitant à savoir où se mettre. La voix de la princesse résonna. Il s’exécuta, entrant et refermant derrière lui. Il esquissa un sourire, pensait-elle que des oreilles indiscrètes puissent les entendre ? Le mercenaire ne pouvait s’empêcher de regarder autour de lui. Il n’avait jamais côtoyé autant de luxe même dans ses rêves les plus fou.

« Si tu as soif, ne te fais pas prier. » Il ne comptait pas se faire prier. Il suivit la direction vers la carafe. « Je vous remercie. » Il se versa à boire, s’approcha ensuite de la princesse. Il prit une précieuse gorgée avant de répondre à sa question. « Les gens ont soif. » D’un mouvement distrait, il faisait tournoyer le liquide de son verre. « Le petit peuple devient tendu quand il souffre, il jalouse ceux qui ont accès à ce qu’il n’a pas. » Roan se pinça les lèvres. « J’imagine que je ne suis pas ici seulement pour discuter de ce qui se trame dehors ? »
(c) DΛNDELION

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 304 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 95
— SMOKE MADE OF TEARS —






How long will you let it burn?
5 février 2118

Il fut une époque où Irina avait grandi dans l'ignorance la plus totale du monde extérieur. Fille unique du Roi, ils ne s’étaient pas priés pour la préserver de ce qu’elle ne pourrait comprendre. Et même à la mort de son père, son innocence avait persisté comme une mauvaise herbe. Parfois, elle avait laissé traîner son regard vers l’horizon, admirant la cité de feu sans douter de sa richesse. Parfois, elle avait imaginé les gens qu’elle croisait, leurs sourires, leurs vies, leurs bonheurs. Tout était si calme de là-haut, si beau. Avec le temps, c’était sa vengeance qui l’avait éloigné des causes justes. De la curiosité, des remises en question. Irina n’a jamais été pour ou contre, son avis n’avait pas de valeur. Il n’y avait pas de bon ou de mauvais, il y avait la royauté, l’or et le reste. La société était ce qu’elle était sans que la princesse Irina ne remette en cause son fonctionnement. Aujourd’hui encore, elle ne parvenait pas totalement à repenser la situation. Elle était sur tellement de fronts, qu’elle ne pouvait pas s’égarer. Elle aura la mort d’Arkhip, elle aura son sang sur les mains ou alors Isaak s’en chargera. Ensuite, Irina s’occupera de son cousin… Mais l’avenir était si peu fiable qu’elle se retrouvait plongée dans une phase de confusion depuis l’exécution de celle qu’elle avait toujours méprisé. Bientôt, cela ferait un an que Shell a tenté de toucher au Roi et cela en devant tous. Cet acte hante encore Irina.

La scène, elle pourrait la décrire à la perfection. Peindre les mots de ses lèvres tout en priant pour tout oublier. Cette mort l’avait détourné de son unique objectif et depuis, elle ne parvenait plus à faire demi-tour. Il y a aussi la voix de Noah, dans sa tête. Il s’était tant de fois amusé à lui dire qu’elle pouvait faire plus. Une nuance qu’elle avait toujours ignorée. Non, non, non. Et pourtant, la voilà qui s’inquiète pour ceux d’en bas. Le sable s’était perverti et les morts allaient suivre. Et en forte saison, le mal allait s'accroître. Mais ce n’était pas elle ou la noblesse qui allait en souffrir… Oh non.

Observatrice, elle ne se priva pas pour observer Roan dans toute sa carrure, se servir un peu d’eau. Il n’y en avait pas deux, comme lui. La violence était son ombre et plus Irina en entendait, plus elle l’appréciait. Il y avait bien des façons pour lui de se montrer utile et elle le savait. Et souvent, il avait les réponses dont elle avait besoin. Un soupir s’échappa alors qu’il avoua sans mal que le peuple a soif. Voilà déjà des semaines qu’ils subissaient le manque d’eau… Jusqu’à quand cela allait-il continuer ?

Et plus le temps passera, plus ils affuteront leurs lames. Dit-elle, songeuse, tout en se dirigeant vers une assise longue. Elle s’y installa comme la princesse qu’elle était, tout en replaçant légèrement un pan de sa robe sur ses jambes nues. Elle n’avait pas envie d’une révolution dans la cité. Sauf si elle était entièrement dirigée vers le Roi. Là, ce n’était pas le cas. Les pauvres se retourneront contre les nobles, elle comprise. L'anarchie totale.

Être ici, c’est déjà bien, non ? Il semblait tellement décalé, ici. Lui, le mercenaire dans la chambre d’une princesse. Je voulais en savoir plus sur l’ambiance dehors, c’est vrai. Et peut-être avoir un peu de compagnie, qui sait ?



avatar
12/01/2018 Aucun 127 Zach McGowan Bazzart Mercenaire. Combat & maniement des armes Rahjak 65




 
How long will you let it burn ?
Irina & Roan

 
« Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède. »
Le soupire de la jeune femme lui fit hausser un sourcil. Elle ne s’en foutait pas au même titre que les autres nobles ? Eux, si confortables dans leur demeure, à l’abris de tout, même la soif. Roan hocha la tête, appuyant les propos de la princesse. C’était inévitable. Si ce problème n’était pas réglé d’ici quelques semaines, le peuple se soulèverait. La noblesse serait menacée. Les habitants ne se laisseraient pas mourir de soif. Le mercenaire la suivit des yeux. « Être ici, c’est déjà bien, non ? » Il hocha une seconde fois de la tête. Par les temps qui couraient, il n’allait certainement pas cracher sur cet honneur. Il aurait peut-être rétorqué quelque chose, cependant, il voulait rester dans les bonnes grâces d’Irina. N’est-ce pas ? Roan restait farouche, sur ses gardes, n'osant piper mot, n'osant risquer de froisser la princesse. « Je voulais en savoir plus sur l’ambiance dehors, c’est vrai. Et peut-être avoir un peu de compagnie, qui sait ? » Roan avala d’un trait le restant de son verre. L’eau semblait si délicieuse maintenant qu’elle devenait rare. Il s’approcha, s’installant sur une chaise non loin de la jeune femme. « Si personne n'aide la population, il y aura un soulèvement, j'en suis certain. Mis à part quelques discours tenu avec ferveur par certains, les habitants semblent encore incertains de se dresser contre les nobles. Contre vous. Je ne vois rien d'alarmant pour l'instant. C'est tout ce que je sais. » Un petit sourire en coin se dessina sur son visage. Sa curiosité faisait surface. Les yeux posés sur la princesse, il ne se retenu pas de la détailler, constatant qu’il ne pouvait rester indifférent vis-à-vis son charme.  « De la compagnie ? J’imagine qu’en tant que princesse vous pouvez avoir celle de n’importe quel homme. Je me demande… Pourquoi moi ? »
(c) DΛNDELION

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 304 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 95
— SMOKE MADE OF TEARS —






How long will you let it burn?
5 février 2118

Que la révolution prenne le contrôle de la ville, ce n’était pas une bonne chose. La princesse en avait confiance et refusait l’idée que les pauvres décident de tuer les nobles faces au manque d’eau et de nourriture. Oui, c’était une période très difficile. Elle pouvait le comprendre et, elle avait beau réfléchir à une manière plus équitable de faire régner la paix, elle ne voyait pas pour autant de réelles solutions. Surtout, dans sa position, elle n’avait pas tous les pouvoirs. Pas encore… Mais, son instinct lui disait qu’avec un peu de temps, les choses finiraient par aller mieux. Oui, elle sentait le vent tourner à leur faveur après toutes les catastrophes qui s’étaient produit.

« S’il n’y a rien d’alarmant, c’est que nous avons encore du temps avant que tout tourne au vinaigre. » Dit-elle tout à fait sérieusement, se disant qu’avoir un peu de répit ne ferait de mal à personne et encore moins à la noblesse Rahjak dont elle savait la plupart des secrets. Mais oui, il faut aider la population et faire quelque chose, même subtilement. Pouvait-elle se servir de Roan pour distribuer de l’eau, même en quantité très faible ? Elle s’adossa un peu mieux à son siège, songeuse. Le mercenaire avait un sacré caractère et sans doute n’aimerait-il pas être utilisé comme larbin de la princesse… mais pourquoi pas. Si elle arrivait à lui offrir, en échange, ce qu’il voudrait ou, si ce geste envers la population pouvait lui servir, lui aussi ?

« N’importe quel homme. Peut-être bien. Mais je préfère la compagnie des vrais hommes, ce qui semble être ton cas si j’en juge par ta réputation. » Un sourire mesquin apparut sur son visage, alors qu’elle se rapprocher un peu plus de lui. « Et tu ne vas pas me faire croire que tu es modeste. Tu sais très bien que tu vaux bien mieux que quatre de mes meilleures gardes. » Et elle rayait volontiers de sa liste imaginaire Noah, qui avait pris la fuite comme un imbécile, emportant par la même occasion le peu de cœur qu’elle possédait.

« Dis-moi, ce n’est pas la première fois que tu entres dans ma chambre, si ? Serais-tu mal à l’aise ? » Soudain, elle se posa elle-même la question, amusée. Ils s’étaient souvent croisés, elle payant pour ses talents de mercenaires ou juste pour l’observer en train de s’entraîner… Maintenant qu’elle y pense, ça fait un moment qu’ils ne s’étaient pas retrouvés l’un en face de l’autre. Peut-être bien, parce que la dernière fois, Arméthyse avait pris la fuite avec son esclave. De ne pas avoir de nouvelle de son amie d’enfance laissait Irina dans le doute : et si celle-ci était morte face à la tempête qui avait empoisonné leurs eaux ?


avatar
12/01/2018 Aucun 127 Zach McGowan Bazzart Mercenaire. Combat & maniement des armes Rahjak 65




How long will you let it burn ?
Irina & Roan

« Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède. »
Le mercenaire resta silencieux vis-à-vis l’air songeur de la princesse, ne voulant pas interrompre ses réflexions. Il restait, néanmoins, curieux sur ce qu’elle mijotait. Une solution à leurs potentiels problèmes ? En effet, il serait sage de prévoir un plan avant que la crise arrive. Quoiqu’il en soit, Roan ne désirait pas mettre son nez dans les affaires de la noblesse. Il tiendrait sa langue et s’en remettrait à ce qu’on lui demande, non sans argumentation. « N’importe quel homme. Peut-être bien. Mais je préfère la compagnie des vrais hommes, ce qui semble être ton cas si j’en juge par ta réputation. » Un large sourire s’afficha sur son visage. « Et tu ne vas pas me faire croire que tu es modeste. Tu sais très bien que tu vaux bien mieux que quatre de mes meilleures gardes. » Que de compliments pour son égo surdimensionné bien qu’il en eût pris un sale coup avec la fuite de son esclave. Il comptait la retrouver rapidement. Il se pencha vers elle. « Je dirais même cinq. » L’amusement pouvait se lire dans son regard. Il était à mi-chemin entre la plaisanterie et le sérieux. Certes, il savait très bien sa valeur en tant que mercenaire. « Dis-moi, ce n’est pas la première fois que tu entres dans ma chambre, si ? Serais-tu mal à l’aise ? » Roan fronça les sourcils, pensif. Il se remémora les moments où ils s’étaient croisés. Ils avaient eu quelques moments seul à seul, mais à son souvenir, jamais dans un endroit si intime. Mal à l’aise ? Il eut un petit rire retenu. « Pourquoi le serais-je, princesse ? » Il s’adossa confortablement dans le creux du siège. « Je me trouve particulièrement à l’aise, non ? » Il était vrai que, dans un premier temps, se retrouver dans la chambre princière l’avait dépaysé. Lui qui vivait à l’extérieur de ses murs, il ne se sentait pas à sa place dans un endroit si luxueux. Néanmoins, rien ne l’empêchait d’apprécier le luxe. Il adorait le luxe, comme n’importe quel mercenaire, mais il adorait aussi voir la couleur de son or. Alors, il la gardait le plus souvent possible. Le mercenaire pencha légèrement la tête sur le côté, un petit sourire suspendu à ses lèvres. « J’avoue que vous voir danser avec une si grande grâce m’a un peu déstabilisé, tout à l’heure. »
(c) DΛNDELION


Spoiler:
 

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 304 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 95
— SMOKE MADE OF TEARS —






How long will you let it burn?
5 février 2118

« Cinq ? » Elle hésite, mais sourit. Elle apprécie un homme qui sait ce qu’il vaut, qui sait comment agir et quoi faire dans les pires situations. Oui, son esclave avait pris la fuite, mais Irina sait qu’Arméthyse y est pour quelque chose. Au fond, ça la rend furieuse de le savoir. Pire, peut-être, parce qu’il y a un parfum de trahison là-dedans, un parfum qu’elle ne supporte pas. Mais passons, elle n’a pas appelé Roan dans sa chambre pour parler de sa rancune envers une amie de confiance… Pire, une sœur en fait. Car c’est ce qu’Arméthyse représente aux yeux de la princesse. Malgré tout, elle se sent abandonnée par une sœur et ça, c’est terrible. Elle qui se focalise depuis toujours à ne faire confiance à personne, voilà dans quoi elle est tombée ! Pire, elle s’inquiète même pour cette amie. Ridicule. Et maintenant ? Rien. Elle doit se concentrer sur le manque d’eau et les pauvres plus bas qui n’en peuvent plus de la noblesse extravagante dont elle fait partie. Irina est une princesse vaniteuse, l’or coule toujours sur sa peau bronzée. Elle se sait parfaite, à quelques détails près parfaitement camouflés, comme la cicatrice sur son oreille. Ils doivent sans doute se dire qu’elle ne pense qu’à elle, mais pourtant, elle comprend la fissure grandissante qui partage le peuple en deux. Elle comprend, mais ne peut encore agir pleinement et elle joue son rôle pour ne pas perdre sa position.

Un jour, ils découvriront tous son vrai visage et alors, elle ne sera plus la princesse, mais la reine. Mais ce jour qu'elle chérie déjà, elle ne peut pas l'inventer en un claquement de doigts. Elle a encore beaucoup à faire avant...

« C’est bien mon seul talent. » Elle se lève, jouant avec les pans de sa robe pour ensuite s’asseoir sur les genoux du mercenaire. « Et tu as les tiens. » Elle glisse ses doigts sur l’une de ses dagues, appréciant la beauté de l’objet en lui-même. Elle, elle ne peut pas avouer avoir des qualités d’assassins, n’ayant jamais vraiment tué qui que ce soit. Mais lui, il a du sang sur les mains et elle adore ça. « Dis-moi, tu as des pistes pour retrouver ta petite esclave ? » Murmure-t-elle en toute simplicité, avant de poser son regard sur lui. Quelque part, elle comprend qu’il y a plus, dans sa colère, que juste celle d’avoir perdu une esclave. Il a peut-être perdu son jouet. Qui sait la relation qu’il avait avec cette petite, mais si une chose était sûre, c’est qu’Ezra était… différent. Pour l’avoir côtoyé une fois, lors du tremblement de terre, Irina peut le dire avec certitude. Et puis, pour pousser Arméthyse à faire ce qu’elle a fait, c’est que cette gamine avait un truc.

« Je me demande si la tempête n'a pas réduit à néant toutes nos chances de retrouver celles qui nous ont échappées. » Avoue-t-elle, caressant alors délicatement l'une de ses joues.



avatar
12/01/2018 Aucun 127 Zach McGowan Bazzart Mercenaire. Combat & maniement des armes Rahjak 65




How long will you let it burn ?
Irina & Roan

« Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède. »
« C’est bien mon seul talent. » Ses yeux la suivent du regard. Il voulut semer le doute quant à ses paroles, mais elle vint se poser sur ses genoux. « Et tu as les tiens. » Le mercenaire hocha la tête et esquissa un sourire la voyant toucher l’une de ses armes. Ces mêmes armes qui avaient fait couler le sang maintes fois. L’une d’elles avaient réduit à néant Luna. Une esclave sans importance à ses yeux, mais à ceux d’Arméthyse… elle avait une grande valeur. C’était exactement pour cette raison qu’il l’avait tuée. Une douce vengeance pour sa sottise d’avoir aidé Ezra à s’enfuir. Elle savait qu’il ne laisserait pas une telle action sans conséquence et, pourtant, elle s’y était risquée.

« Dis-moi, tu as des pistes pour retrouver ta petite esclave ? » Il passa une main sur sa barbe. Ozvan qui, normalement, lui fournissait des informations sur la location des esclaves en fuite ne l’aiderait pas. En fait, il n’avait même pas pris la peine d’aller à sa rencontre. Roan avait des doutes sur l’exactitude de ces informations. Des erreurs bien calculées selon lui. Shanareth qui était partie à ses trousses revint bredouille. Louche, mais il n’eut la chance de lui parler avant qu’elle ne disparaisse. Il tenterait une première fois d’aller vers les Naoris. Le peuple le plus près était logique. Trop évident peut-être. Ezra le savait, mais pour commencer à quelque part, c’était parfait. « Je ne me fie que sur moi-même. Je prépare un voyage. Bientôt. » Une certitude. Il ne manquait plus que les vivres et il serait prêt à partir. Il n’abandonnerait jamais et l’esclave n’aurait aucune chance. « Je me demande si la tempête n’a pas réduit à néant toutes nos chances de retrouver celles qui nous ont échappées. » « Je refuse de croire qu’une tempête puisse réduire à néant nos chances. » Il ferma les yeux un instant, la laissant caresser sa joue de ses doigts fins. Il était déterminé coûte que coûte à la retrouver, retrouver son cadavre s’il le fallait. « J’imagine qu’il y aurait une récompense pour retrouver un déserteur ? » Il haussa un sourcil, curieux. Puisque la garde royale avait aidé Ezra à s’enfuir, il avait fort à parier qu’elles s’étaient rejointes. Ils avaient plus de chances de s’en sortir à deux que seules. Et puis, même si elles ne se déplaçaient pas ensemble, le mercenaire pouvait quand même tomber sur les traces de son ex. Pourquoi ne pas profiter de l’occasion pour en tirer une belle bourse ? « À moins que cela ne soit pas votre désir, princesse. » Ajouta-t-il. Il se redressa un peu sur son siège et glissa un bras derrière elle.

(c) DΛNDELION

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 304 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 95
— SMOKE MADE OF TEARS —






How long will you let it burn?
5 février 2118

Irina est du genre à aimer les situations qui vont dans le sens de ce qu’elle désire. Peut-être bien un défaut de sa vie de princesse, mais elle adore le contrôle. Elle adore savoir ce qui se va se passer, savoir ce qui doit se passer. C’est simple, c’est une manipulatrice née qui a horreur de perdre l’avantage. Pourtant, face à Roan, elle n’a pas à craindre qu’il oublie en face de qui, il se trouve. Il sait qui elle est, tout comme elle a conscience de ce qu’il peut lui apporter. Ils sont l’exemple même du principe de l’échange équivalent. Ils se complètent, à leurs manières. La preuve, Irina ses propres ambitions vengeresses et elle sait bien que dans ce domaine, Roan excelle. Peut-elle l’utiliser pour tuer le roi ? Aucune idée pour le moment. Roan serait bien capable de la trahir, elle, pour des pièces d’ors en plus. Après tout, c’est un mercenaire. L’appel de la richesse surpasse tout autre chose. Ce n’est rien. Irina connaît trop bien les règles de sa cité pour ne pas avoir trouvé un avantage sur le Roi et les autres. Elle a ses propres richesses à offrir, Roan n’a qu’à lui demander…

Assise confortablement sur ses genoux, elle observe ses armes. Roan a une réputation bien particulière chez les Rahjaks. Il est connu pour être impitoyable et fort. Il n’a peur de rien, peut-être bien. Lui trouver une faiblesse, ça serait comme cherche une aiguille dans le sable. Peut-être qu’un jour, Irina pourra trouver quelque chose, mais elle n’en a, pour l’instant, pas besoin. Chercher à avoir l’avantage sur tout, c’est être stupide. Elle préfère la relation qu’ils ont maintenant. Un lien un peu ambigu, mais riche en partage.

« Ton instinct est si bon que ça ? » Dit-elle d’une voix taquine. S’il prépare un voyage, c’est qu’il a ses idées. Sur ce, elle ne peut pas le lui faire dire, mais est certaine qu’il arrivera à ses fins. S’il y a bien quelqu’un de capable de ramener cette idiote d’Ezra, c’est lui, son maitre.

Elle admire son entêtement. Il est, comme Irina, prêt à tout. C’est bien pour ça qu’elle adore Roan. Qu’elle le chérit presque, intérieurement. Il est imparfait, mais fier et têtu. Il a ses propres règles et fait ce qui doit être fait. Au diable cette tempête et le mal qu’elle a causé à travers le continent, s’il doit trouver un cadavre, il trouvera un cadavre. La princesse espère tout de même qu’Arméthyse est en vie, mais ce n’est pas à Roan qu’elle va le dire. C’est, pourtant, sans surprise que Roan est aussi arrivé à la même conclusion qu’Irina. Cela réveille un fond de jalousie chez la Draghsteel. Son amie d’enfance aurait préféré une esclave à celle qui l’avait aidé à être libre ? Quelle injustice. Elle se perdit un instant dans ses pensées, repensant à toutes ses années d’amitiés envolées. Puis, sentant le bras de Roan, elle reposa ses yeux sur lui.

« Non, tu ne te trompes pas. Il y a bien une récompense. » Elle en profite pour se rapprocher un peu plus de lui. « Ne serait-ce pas ironique, que tu retrouves celle que tu as aimée autrefois ? » Elle sourit, se demandant, au fond, quelle est la profondeur du lieu qui a lié autrefois son amie et le mercenaire. « Si quelqu’un est capable de la retrouver, c’est bien toi… et la récompense sera à la hauteur de tes attentes, crois-moi. » Tiens, n'as-t-il jamais rêvé d'être plus qu'un mercenaire ? D'un seul coup, cette question lui traverse rapidement l'esprit, lui offrant une image assez surprenante d'un Roan couronné.


avatar
12/01/2018 Aucun 127 Zach McGowan Bazzart Mercenaire. Combat & maniement des armes Rahjak 65




How long will you let it burn ?
Irina & Roan

« Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède. »
Elle doutait de son instinct ? Non, ce n’était qu’une taquinerie. Ce à quoi il répondit par un sourire narquois. Le mercenaire ne pouvait nier qu’il appréciait ces quelques moments de complicité avec la princesse. D’ailleurs cette dernière devait sans doute lui faire confiance. Enfin, assez pour lui permettre de conserver ses armes, seul avec elle. Mettant certainement ses gardes royaux sur le pied d’alerte. Il était, après tout, un tueur, un meurtrier sans pitié. Rien ne différenciait le sang royal du sang d’un esclave. Tous deux de couleur rouge, tous deux vulnérables. Chacun ayant une vie fragile. À quoi bon penser au meurtre d’une princesse s’il n’avait aucune raison pour le faire. Il n’était pas imbécile.

Une récompense ? De quoi accentuer son intérêt pour retrouver Arméthyse. Il avait ses propres motivations pour la retrouver et la ramener, mais s’il pouvait bénéficier d’un plus… d’un plus royal qui plus est, alors il avait tout intérêt à accomplir sa mission. Il perçut son rapprochement. Cette femme avait le don de faire naître en lui de nouveaux désirs, en dépit de son rang social. Il savait qu’il était un instrument à ses yeux. Il l’acceptait seulement, car cette position lui était bénéfique, il pouvait en tirer avantages. « Ne serait-ce pas ironique, que tu retrouves celle que tu as aimée autrefois ? » Il fronça les sourcils. « Peut-être. » Ne voulant ni approuver, ni contredire. Elle aborda de nouveau la récompense… à la hauteur de ses attentes ? Il croulerait sous la richesse ? Espoir de gravir un échelon supplémentaire inattendue dans cette société ? Il ne pouvait s’empêcher de l’interroger du regard. « J’ai envie de savoir, mais j’imagine que je dois d’abord la ramener. » Il esquissa un sourire un coin. Il savait. Quel intérêt à tout lui révéler maintenant ? Sa curiosité le pousserait une fois de plus à faire tout pour retrouver son ancienne flamme. Simplement pour obtenir des réponses quant à cette récompense encore mystère.


(c) DΛNDELION

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 304 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 95
— SMOKE MADE OF TEARS —






How long will you let it burn?
5 février 2118

Elle aime jouer avec le feu, Irina. Elle aime frôler les flammes du bout de doigt et se perdre dans les mouvements de cette chaleur dangereuse… C’est un peu comme ça qu’elle visualise Roan. Il est beau à sa manière, puissant et arrogant, capable de s’imposer quand c’est nécessaire. Elle aime se dire qu’elle a à porter de main, une arme puissante. Une arme unique. Tous les mercenaires n’ont pas le droit à ce traitement de faveur de la part de la princesse. Il est même assez rare qu’elle s’adresse à eux directement, sans doute parce qu’elle sait qu’en tant que simple princesse capricieuse et narcissique, elle a mieux à faire. Il y a pourtant chez Roan tout ce qui l’attire chez les hommes. Les vrais, comme elle aime le dire. Il y a avec un lui un jeu qu’elle apprécie et, d’une certaine manière, elle ne craint rien de lui. Peut-être qu’un jour, elle changera d’avis, mais pour le moment, elle doute être en danger. Elle le sait loyal à la couronne et plutôt du côté de ceux qui ont du pouvoir. Surtout, si un jour Irina prend les choses en main, il aura alors de quoi augmenter son propre pouvoir. Sa position au sein des mercenaires est déjà plutôt excellente, mais à l’avenir, elle sera encore meilleure. Il pourrait être intouchable…

Quelque part, elle admire sans doute sa capacité à tuer sans pitié. Elle aimerait être capable d’en faire autant, et même si elle s’en dit capable, elle ne peut que douter d’elle-même lorsque le moment sera venu. Depuis que la tête de Shell a roulé jusqu’à ses pieds, elle n’est plus certaine de rien. Elle sait que le mieux qu’elle puisse faire, c’est de convaincre d’autres de faire le travail à sa place.

Quand Irina parle de récompense, elle imagine parfaitement ce qu’un homme comme Roan ose espérer. Elle est prête, d’ailleurs, à lui fournir le nécessaire. Parfois, elle trouve ça dommage qu’il ne soit pas un noble, elle aurait fait avec lui un couple impitoyable... Jusqu'à son couronnement. Peut-être qu'il peut la surprendre, mais elle doute que son ego survivent à une Reine comme elle. Aussi, elle se demande, si un jour la tentation de la couronne ne lui a pas effleuré l’esprit. Tout le monde veut le trône, à un moment ou à un autre. Le pouvoir à lui seul suffit à attirer les pires mouches. Elle, c’est la vengeance qui l’anime. Elle ne veut que ce qui lui revient de droit.

« Exactement. » Elle effleure ses lèvres avec les siennes, sans succomber, laissant les secondes s’éterniser. Elle pourrait très bien s’éloigner maintenant, le laisser dans l’attente et dans l’inaccessible. Après tout, Irina n’est pas si facile à obtenir, mais elle préfère le jeu de la tentation. Surtout avec Roan. Elle se demande alors ce que penserait son ancienne amie si elle avait été là. Si elle avait trouvé Irina, dans cette position, avec Roan. D’une certaine façon, ce côté un peu interdit, un peu jaloux, il encourage la princesse à ne pas s’échapper tout de suite de l’aura que manifeste le mercenaire. Elle aussi elle a des désirs et des envies. Elle aussi elle peut jouer avec les corps, comme on joue avec les esprits.



avatar
12/01/2018 Aucun 127 Zach McGowan Bazzart Mercenaire. Combat & maniement des armes Rahjak 65




How long will you let it burn ?
Irina & Roan

« Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède. »
Le mercenaire n’avait jamais vraiment apprécié la royauté. Un rang social qui l’intéressait, un peu comme n’importe quel rahjak, mais qui ne l’intéressait pas non plus d’un autre côté. Il était un homme d’action. Stratège, oui. En revanche, ce qu’il aimait était de faire couler le sang. Un peu difficile pour la royauté de faire ces actions sous la lumière du jour. Néanmoins, ils avaient un important pouvoir et plusieurs richesses. Le rêve de tout mercenaire. Ce n’était qu’un côté de la médaille. De l’autre se trouvait les décisions discutables, les coups bas entre les familles, des condamnations à mort qui n’en étaient unes à première vue. Radoslav et sa mission suicide. Shell qui avait comploté contre la couronne, qui avait attenté à la vie du roi et qui avait fini la tête sur une pique. Un spectacle dont Roan allait se souvenir très longtemps. Un spectacle qui lui laissait un goût amer. Certes, les événements ne l’avaient pas empêché de se rapprocher de la princesse. Il s’était vite rendu compte qu’elle pouvait lui apporter beaucoup… et lui aussi. D’abord pour les affaires, puis doucement ils s’aventuraient vers ce jeu dangereux qu’était la séduction. Certainement pas insensible aux charmes de la femme. Il savait reconnaître sa beauté. « Exactement. » Son visage était plus près du sien, il pouvait percevoir son souffle contre le sien. Ses lèvres qu’elle ne se contentait que d’effleurer. Un jeu auquel il se prêtait sans hésitation. « Tu aimes jouer avec le feu. »  Il résistait à l’envie de briser cette infime distance qui les séparait toujours. Les politesses qui en venaient à disparaître par cette absence de vouvoiements soudain. Son bras dans son dos qui descendit un peu plus bas que sa taille. Son visage qui se déroba pour glisser avec lenteur dans le creux de son cou. Humant son odeur, effleurant sa peau de ses lèvres. Remontant pour lui souffler près de l'oreille. « Je ne t’apprends rien en disant qu’à jouer avec, tu vas finir par te brûler. »  Un sourire en coin qui lui donnait un air de défi. Sachant qu’elle ne céderait pas facilement alors que lui non plus. Il crevait d’envie de succomber, mais elle en tirerait une trop grande satisfaction, une victoire qu’il refusait de lui accorder.

(c) DΛNDELION

avatar
03/01/2018 ELOW ; DEVOS, ĆIRO & JONAS 304 BHUMI PEDNEKAR ; ELOW ; PRINCESSE A TEMPS PLEIN, ENSORCELEUSE EXPERTE, CONSPIRATRICE ET RÊVEUSE DE TRÔNE CAMOUFLÉE ; RAHJAK ; 95
— SMOKE MADE OF TEARS —






How long will you let it burn?
5 février 2118

Roan est un spécimen à part. En plus d’avoir des traits qui lui son propre, il est aussi imposant et respecter. Parmi les mercenaires, il possède une réputation distinguée et attirante. Faire appel à lui coûte un certain prix, mais ce n’est pas ce qui dérange Irina. Elle le paierait bien pour autre chose que d’aller trouver une esclave au milieu du continent. Oui, elle y a souvent songé, même à l’époque où il appartenait à Arméthyse. Un détail, c’est certain, mais un détail qui ne lui a pas échappé. Elle en était presque jalouse, de voir son amie avec un homme pareil. Un duo plutôt particulier, d’ailleurs, mais Irina n’avait pas son mot à dire. Elle gardait au fond d’elle un sentiment particulier, ses regards observant souvent le terrible Roan lors de ses entraînements. Oh, c’est quelque chose d’unique que de le voir manier les armes. De le voir transpirer sous le soleil magique de la cité, l’esprit concentré sur ses mouvements. Elle s’est toujours demandé qui de lui ou d’Isaak est réellement le plus fort. Si le prince est son cousin, nul doute qu’elle voterait pour Roan. Il saurait trouver le point faible d’Isaak et le maîtrisait par surprise. Peut-être un jour, peut-être, lorsqu’Isaak sera roi, l’espace d’une nuit, avant que Roan ne le détruise pour les beaux yeux de la princesse, qui sait ?

Inutile pourtant de rêver où de se laisser tenter. Oui, il est possible que l’ennui l’est guidé à faire appel à lui aujourd’hui. C’est toujours plus amusant d’avoir Roan dans son lit. Au moins, ça va l’occuper un moment. C’est bien aussi de renforcer les affaires et le lien qui les unit. Elle sait bien qu’elle joue avec le feu, elle s’en amuse. C’est ainsi qu’elle a toujours été. Et puis de voir Roan, si proche, de le sentir, ça éveillé en elle des désirs qu’elle ne saurait camoufler. Les hommes aussi devraient avoir l’opportunité de jouer avec leur beauté. C’est sans doute pour ça qu’elle lui donne le choix, qu’elle s’éternise sur lui, le visage si proche, les lèvres si assoiffées. Elle peut sentir ses doigts, dans le bas de son dos, si doux et pourtant capable du pire. Son souffle se répand sur sa peau, balancé par un tutoiement qu’elle ne désapprouve pas.

« Je suis une Draghsteel. Le feu ne me fait pas peur. » Murmure-t-elle à son oreille, avant de mordre celle-ci légèrement. Elle n’attend qu’une chose, qu’il la soulève et l’emporte. Elle imagine aisément ce dont il est capable. La férocité dont il pourrait faire preuve. « Qu’est-ce qui te retiens, toi ? » Ce jeu, il est dangereux, mais il est aussi excitant. Irina sait très bien qu’elle peut le faire craquer et sa main glisse désormais en lenteur sur son torse avec un objectif facile à deviner. C’est à lui de décider pourtant, s’il veut d’elle, maintenant, tout de suite, il sait ce qu’il peut faire. Tout, comme il pourrait très bien l’abandonner maintenant, frustré, mais néanmoins capable de se contenir face à la tentation. C’est peut-être bien parce qu’elle ne sait pas la manière dont il va réagir qu’elle est à ce point décidée. Elle le veut, maintenant, et tout de suite.



Spoiler:
 

avatar
12/01/2018 Aucun 127 Zach McGowan Bazzart Mercenaire. Combat & maniement des armes Rahjak 65




How long will you let it burn ?
Irina & Roan

« Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède. »
Le feu ne lui faisait pas peur. Il n’en attendait pas moins d’une princesse rahjak. Elle faisait tout honneur à son peuple. Son souffle près de son oreille qui mettait sa résistance à rude épreuve. Il n’avait rien à perdre à se laisser aller à ses envies. Ce jeu. Il adorait ça. Son sang bouillait non pas de rage, mais de désir. Une sensation toute aussi appréciable. Sang et luxure, il jonglait souvent entre les deux.

« Qu’est-ce qui te retiens, toi ? » Rien. Absolument rien. Il n’avait aucun compte à rendre à personne. Libre et sans réelle attache même si, à son âge, certains étaient déjà mariés et père. Même si Arméthyse avait tenté de le convaincre qu’il méritait ce bonheur. Il savait, contrairement à elle, que cette vie n’était pas pour lui. Trop impulsif, trop violent, trop cupide, sauvage, une bête impossible à domptée. Cette liberté lui plaisait et lui offrait des occasions que très peu pouvait saisir. Il pouvait profiter des contrats que la princesse lui donnait personnellement. Il était son outil. La noblesse qui ne voulait pas se tâcher les mains de sang. Il était là expressément pour cette raison et, ce, même s’il n’aimait pas particulièrement la royauté. Il était peut-être un outil, mais il tirait lui aussi un avantage de cette relation avec son lot de petits plaisirs supplémentaires.

La main d’Irina glissa sur son torse ce qui ne le laissa pas indifférent. Sa détermination qui était désormais affaiblie. Rien ne le retenait si ce n’était de cette fierté à lui tenir tête. Fierté qu’il pouvait remballer alors qu’il avait l’occasion d’aller plus loin dans cette relation d’affaire qui, actuellement, n’en n’était plus une. Sa question à laquelle il ne répondit pas et qu'il laissa sans gêne en suspens. Il ferma les yeux, laissant ses sens percevoir le moindre mouvement ses doigts sur son corps. Quelques secondes où il en profita. Puis, sans prévenir, il la souleva et la porta jusqu’au lit où il la jeta. Pouvant faire preuve de rudesse autant que de délicatesse. Gardant à l'esprit qui elle était. Une princesse. Néanmoins, elle était également une femme qu'il désirait avec réciprocité. Une femme qu'il voulait tout aussi surprendre. Il prit un court instant pour retirer les dagues qu’il avait emmenées avec lui. Il la rejoignit aussitôt guidé par son désir brûlant de passer un moment intime avec elle. Seul avec elle. Dans cette immense chambre royale.

(c) DΛNDELION

Spoiler:
 

Fin

Contenu sponsorisé



 

“ How long will you let it burn? ” (Roan)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un combat long....très long !!
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» Repos après un long voyage
» Retour d'un long voyage...
» L'homme au long nez ou Uldry D. Kenneth.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: Le désert :: La cité Rahjak :: Le Palais-