Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
04/01/2018 57 Eliza Taylor obsession27 (ava) Justayne (signa) Professeur / Diplomatie + Soins 428


Sujet: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Jeu 11 Jan - 21:21

La journée d'hier avait été vraiment éprouvante pour Chiraz, mais elle ne se reposa cependant pas sur ses lauriers. Elle était rentrée tard. Si, tard. Elle était encore complètement k.o mais elle avait fais son apparition à l'infirmerie, s'excusant de son absence, même si elle avait prévenu qu'elle ne serait pas présente. Et elle en profita pour expliquer ses mésaventures. Plus encore, elle expliqua qu'elle serait absente le lendemain, parce qu'elle comptait retenter l'expérience. La jolie blonde avait tenté de se rendre au campement des cents pour s'assurer que les autres allaient bien. Mais aussi pour mettre de la distance entre elle et Chris, après la fin de conversation qu'ils avaient eu il y a peu. Elle n'avait pas réussi à aller le voir comme elle se l'était promis. Préférant le fuir comme la peste et prendre du recul sur la situation. Préférant y réfléchir à tête reposer et voir ce qui ressortirait de cette réflexion. Sauf que son voyage s'était très mal passée. Elle s'était trompée de destination, était tombée sur le lynx le plus féroce de toute la terre sans doute et c'était un Naori très compliqué qui lui avait filé un coup de main.

Le résultat était sans appel, elle devrait préparer se second "voyage" de façon correct. Et elle ne voyait que Chris pour l'aider un petit peu à préparer ça correctement. Parce qu'au moins, elle avait plus de connaissance qu'elle. Mais surtout, elle voyait en cela une façon de peut-être se réconcilier, et lui raconter cette petite mésaventure. Elle avait pu y réfléchir. A deux doigts de se faire croquer par l'animal, elle avait repenser à plusieurs personnes qu'elle chérissait, elle avait pensé à ses regrets. Plus que le reste, mourir fâché avec Chris la rendait dingue. C'était peut-être puéril, mais elle devait réparer les choses. Elle ne savait pas encore bien comment elle allait s'en occuper... Mais elle le ferait.

Les heures semblaient s'allonger, ne pas passer. Elle s'ennuyait comme un rat mort. Un seul malade pendant la matinée, elle le surveillait mais il n'y avait rien d'autre à faire qu'attendre que tout cela passe. Finalement, on la remplaça dans l'après-midi et elle s'en alla déjà à la recherche de Wilson. Questionnant les Odysséens sur son passage, essayant de savoir où il pouvait bien se trouver. En patrouille, évidemment. Elle grommela un petit peu. Elle n'allait pas y aller. Au lieu de quoi, elle gagna la couchette du garçon y s'affala simplement dessus, retirant ses chaussures pour ne pas salir. Chiraz s'installa en croissant les bras derrière la nuque, mais sans s'en rendre compte, le sommeil l'avait rattrapée pendant qu'elle attendait son retour.

En tout les cas. Elle n'allait peut-être pas aborder la conversation de la dernière fois, mais plutôt jouer la carte de l'ignorance. Quoique... Elle ne savait pas encore comment elle allait s'y prendre. Et même si l'histoire l'avait tracassé, elle dormait très bien. Ce qui était rare. Mais elle ne saurait dire si c'était parce que la couchette était plus confortable que la sienne -alors qu'il s'agissait des deux même- ou si c'est parce qu'elle s'était couverte d'une veste appartenant à l'Odysséen qu'elle attendait.

avatar
01/11/2015 Glacy 1548 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 521
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Sam 13 Jan - 19:23


L'air froid extérieur. Les branches des arbres qui ne pouvaient que se balancer au vent. Le bruit des pas qui résonnaient contre le sol. Le craquement des brindilles sous les semelles de bottes. Un nuage de fumée qui s'évaporait dans l'air après s'être maintenu pendant une seconde à la surface de la terre. Un souffle froid. Des températures qui restaient peu élevés même si le soleil était là. Certes discret mais il restait toutefois là alors que je pouvais ressentir les rayons du soleil sur mon visage. Presque aveuglé pendant l'espace d'une seconde avant que mon regard ne se détourne vers les arbres les plus proches. Une forêt tout autour. Alors que plus loin, plus au nord, se trouvait la plaine. Un endroit où je n'étais retourné depuis un moment, n'ayant pas retrouvé des traces de campement qui auraient pu indiquer le passage d'une personne, et  d'une en particulier. Ne pouvant m'empêcher d'ouvrir l'oeil pas tant à la recherche d'une potentielle menace qu'à la recherche de silhouettes reconnaissables qui apparaîtraient comme par magie entre les arbres, tant la silhouette de Faust que de celle Ailina, quelque part dans la nature. Des silhouettes que je n'aperçu pas bien que je ne pouvais m'empêcher de jeter un regard autour. Toujours une lueur d'espoir qui était là même si les mois continuaient de défiler inlassablement. Préférant les imaginer vivantes que mortes. Préférant imaginer qu'elles allaient bien en effet. Tentative de vivre dans un monde un peu plus réjouissant, plus coloré et non qu'en noir et blanc. Mais ce n'était pas tant leurs silhouettes que je tentais de retrouver si ce n'était des traces de passages extérieurs à celles des odysséens, des traces de présence. Tant animale qu'humaine. La recherche de pièges aussi même si je n'en n'avais pas revu depuis que j'avais fait mon rapport auprès de Skylar. Ce qui ne m'empêchait pas à vrai dire de faire attention ou de rechercher une potentielle menace. Des patrouilles régulières. Un chemin empruntait qui changeait à chaque fois pour la recherche d'éléments dangereux. Ne patrouillant seul alors que comme usuellement, Seth était là à mes côtés. Une présence silencieuse qui me convenait alors que ni l'un ni l'autre n'avait besoin de se forcer pour se parler, s'adresser des mots. La conversation qui venait toute seule bien que nous n'avions pu que nous replonger dans le silence. Concentrés. Un regard qui se croisait sans besoin de mot particulier alors que d'un même mouvement, les pas pivotaient. La distance entre le campement qui se réduisait. Des silhouettes qui s'apercevaient ores et déjà quoiqu'encore petites, étant éloignées et des points qui grossissaient. Des collègues salués. Quelques mots échangés. Un tour de garde ou plus précisément une patrouille qui se terminait. Et remplacés par d'autres collègues qui pourraient à leur tour assurer un mouvement autour de campement, en assurant la sécurité. Quelques mots autant glissés alors que je ne pouvais qu'hocher la tête avant de me diriger vers le centre du campement.

Tentant de retrouver la silhouette de Chiraz qui me cherchait apparement. Presque un petit froncement de sourcils même si je n'avais rien dit de plus, m'étant juste renseigné avant de m'éloigner pour tenter de savoir ce qu'elle me voulait. Sans doute légèrement surpris qu'elle puisse vouloir me parler de nouveau si rapidement alors qu'un fossé s'était creusé. Ne pouvant que rapidement traverser le campement à sa recherche. Un campement que je passais pour ainsi au peigne à fin sans la rencontrer particulièrement. Me contentant de balayer de regard le campement avant de me diriger finalement vers le dortoir. Une dernière tentative. Ne pouvant que me retrouver à saluer d'un hochement de tête certains avant de jeter un coup d'oeil en direction de la pièce. M'approchant un peu plus à l'intérieur du dortoir pour jeter un regard en direction de son lit qui se trouvait à quelques pas du miens. Un lit qui était vide. Une couverture posée dessus. Un regard qui ne pouvait que se poser un peu plus loin pour découvrir une masse sur la couverture. enfin non ce n'était comme si la couverture en boule mais comme si une silhouette était dessus. Et des cheveux blonds visibles. Des chaussures sur le sol. Des chaussures qu'elle ne pouvait qu'être la seule à avoir déposé par terre pour ne pas salir évidemment. Ce qui n'expliquait pas pourquoi elle s'était enroulée dans ma veste pour dormir. M'approchant un peu plus silencieusement et mon regard qui se posait sur ses traits endormis, apaisés. Un instant d'hésitation. Celui de la réveiller ou de la laisser dormir. Autant cette possibilité de partir sans qu'elle ne se rende compte rien, sans qu'elle n'ait eu connaissance de ce fait. Mais la curiosité restait là, celle de savoir pourquoi elle m'avait cherché dans tout le campement. Et autant cet éclat de curiosité alors que je me demandais pourquoi elle s'était endormie avec ma veste posée sur sol. Finissant finalement par me glisser contre le mur, me décidant à attendre qu'elle se réveille tout simplement. Toujours préférable que de voir une personne sursauter ou tomber du lit pour avoir soudainement eu peur de la personne qui se trouvait à côté. Non pas que mon regard ne se finissait pas par se poser sur elle, non pas ce genre de regard qu'aurait un chat sur une souris qui lui paraitrait particulièrement apaisante, plus un regard songeur alors que je pouvais que me perdre facilement dans mes pensées. Autant un instant de répit.

avatar
04/01/2018 57 Eliza Taylor obsession27 (ava) Justayne (signa) Professeur / Diplomatie + Soins 428


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Sam 13 Jan - 23:58

Un sommeil réparateur et sans rêve, c'était là ce que Chiraz subissait actuellement. Ou plutôt que ce terme plutôt pérojatif aurait-il mieux fallut dire qu'elle profitait de ce sommeil si particulier et bon pour elle. Mais toujours est-il qu'il ne dura pas. Non pas parce que Chris avait été bruyant, bien au contraire, mais parce qu'à force d'être regarder, elle se sentit inconsciemment mal à l'aise. Et fatalement, elle se réveilla. Peut-être bien une dizaine de minutes après qu'il ne soit arrivé.

Frottant son visage, écartant quelques mèches rebellent de ses yeux, elle se redressa assisse et balaya la pièce des yeux dans l'espoir de découvrir d'où pouvait venir l'origine de son malaise intérieur. Et lorsqu'elle repéra Chris, installé assit par terre, ses yeux sur elle, elle comprit. Finalement, elle s'était bien sentie observée. Même endormie ainsi. La main sur sa nuque, elle s'étira un peu. La blonde ne se sentait subitement plus vraiment à sa place. Surtout que le fait de s'être endormie aussi facilement et de se faire surprendre la rendait un peu plus timide. La gorge nouée, elle esquissa une légère grimace, détournant déjà les yeux de Chris pour les porter sur ses propres chaussures toujours sur le sol. Devait-elle vraiment lui parler ? Essayer de se réconcilier ? Ou bien fuir ? Wexforth n'avait aucune certitudes pour quoique se soit. « B...Bonsoir.... Je venais prendre des nouvelles et... et te demande de l'aide. J-Je voudrais que tu m'apprennes deux trois trucs, pour pouvoir rejoindre le campement cent demain. » Et même si elle insistait davantage sur la raison de sa présence, qu'elle allait plutôt à l'essentiel, il n'en restait pas moins qu'elle voulait réellement savoir comment il allait. Plus encore, elle voulait des détails. Et plus particulièrement, savoir si elle lui avait manqué. S'il avait un petit peu réfléchi de son côté. Mais elle préféra ne pas plus brusquer les choses. Il était rare qu'elle prenne des chemins aussi long et tortueux, mais pour le coup, il le fallait pour faire profil bas. Mais sans se rendre compte, quelques bégaiements étaient de retour. Chiraz était sur la défensive. Totalement sur la défensive. Le moindre mot de travers et elle s'enfuierait sans doute. Parce qu'après ce qu'elle avait fais à Chris, la culpabilité pesait bien trop sur ses épaules. Et toujours dans cette optique d'éviter les conflits, elle préférait fuir. Tout simplement. Mais elle prenait sur elle actuellement, elle résistait à cette envie. Pour la simple et bonne raison qu'elle tenait suffisamment à lui pour le faire. Dans cet acte, elle voulait montrer à l'Odysséen qu'elle tenait à ce lien établi entre eux. Elle voulait l'explorer davantage. Même si l'ombre d'Ailina serait toujours présente. Ça ne changerait jamais de son côté, elle avait été bien claire la dernière fois. Malgré tout, elle n'arrivait pas à accepter le fait qu'il ne veuille plus lui parler si elle songeait à cela.

De nouveau, un effort. Elle descendit du lit pour s'approcher de lui. S'accroupissant juste en face de lui. La lèvre pincée dans une moue toujours timide et témoignant à la fois de sa timidité. Elle glissa ses doigts dans la chevelure de Chris, plaquant quelques mèches rebelles sur sa tête. Retirant même une feuille de sa chevelure. « Je suis désolée... pour la dernière fois. Je le pensais pas.. ce que j'ai dis.. tu sais... sur le fait d-de..de me laisser tranquille... » Prenant son temps pour bien trouver les mots et ne rien brusquer, comme si d'un mot elle pourrait tout briser sur le sol, Chris, ce lien ou peut-être bien elle-même, elle préférait prendre le temps. Et les excuses étant un passage obligé, elle préférait le faire maintenant. Avant même d'entamer une vraie conversation. A moins qu'il n'en ai pas du tout l'envie en réalité. Peut-être bien qu'il n'allait pas lui pardonner. Peut-être même pas l'écouter ? L'ignorance lui ferait mal, mais au moins, elle pourrait continuer à s'excuser, à moins qu'il ne la laisse planter-là et s'en aille. Et vint l'idée à Wexforth que peut-être Chris n'était assit par terre, non pour attendre son réveil, mais pour qu'elle lui rende son lit ? C'était une possibilité. Une seule, parmi tellement d'autres... elle appréhendait réellement cette situation. Et c'est pourquoi elle avait tenu aujourd'hui à venir se confronter à lui directement.

avatar
01/11/2015 Glacy 1548 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 521
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Dim 14 Jan - 8:58


L'esprit qui divaguait. Une facilité de se perdre dans les limbes de mon esprit, d'oublier la notion de temps. Cela n'avait jamais été compliqué même si je ne pouvais qu'éviter de faire de même lorsque j'étais de garde au plein coeur de la nuit. Une preuve de négligence, n'osant ce qui arriverait si je me perdais dans mes pensées et que je ne réagissais pas à temps pour faire face une menace. Ce que je préférai éviter même si cela ne voulait pas dire que mon esprit ne se perdait pas ailleurs pendant des longues heures. La possibilité de prendre le temps de réfléchir, de penser face à la solitude du froid. Un tour de garde qui pouvait dire longtemps, qui n'était forcément réjouissant alors que bien souvent cela signifiait de rester immobile face au froid et au vent. M'y étant pourtant habitué bien que ces missions n'avaient rien de similaires à celles qui se déroulaient sur l'arche. Là-haut il s'agissait de s'assurer que tout le monde respectait les règles, ce qui était encore le cas avec la nécessité de refermer des portes derrière des visages, derrière des jeunes considérés comme des criminels. Ici, la justice était différente alors qu'au lieu d'être expulsé dans le ciel, la personne était simplement bannie du campement. Ce qui était arrivé déjà, ce qui pouvait autant arriver si autres membres rebelles se dévoilaient. Un risque à prendre. Des variables à calculer ou juste le désir que le système change de nouveau. Trop de sacrifices faits en chemin juste pour renoncer à l'idée d'être rebelle même si pour autant aucun résultats n'étaient concluants. Aucun résultat ne l'était alors que chacun tentait de faire des tentatives les uns envers les autres, il y avait encore un fossé, un mouvement rebelle qui s'était dispatché et certains membres comme Isaïah qui avait décidé de partir face à l'incompétence de leurs leaders. Ce que nous avions été incapables de faire, incapables de nous entendre, de discuter calmement. Et maintenant des tentatives pour se remettre sur les rails sans certitude que cela fonctionne. Un nouveau risque à prendre. Et toujours autant de manière sur laquelle penser alors que si ce n'était les tours de garde, de patrouille que ces moments qui permettaient de prendre du recul. Ou du moins pouvoir espérer de prendre du recul par rapport à une situation précise, pour pouvoir réussir à faire le vide et tirer un nouveau trait. Des traits qui s'entrecroisaient. Un quadrillage indistinct. Des tiroirs qui étaient fermés, une clef qui était jetée. Des portes que je continuais de fermer non sans en rouvrir des nouvelles. Et perdant facilement la notion des minutes bien que ce ne fut pas au bout d'une heure que la belle au bois dormant se réveilla si ce n'était de dix minutes.

Le grincement de la couche. Mon regard qui se reportait sur la silhouette qui avait endormie dessus. Des yeux hagards, encore ensommeillés. Des mèches blondes écartaient de son visage alors qu'elle se redressait. Ne m'ayant encore remarqué. Ce qui n'était qu'une question de secondes pour qu'elle découvre ma silhouette. Et autant ses joues qui se teintaient d'une touche rose. Adorable. Des yeux qui se détournaient et mon regard qui continuait d'être posé sur elle alors que je continuais de la scruter, sans aucun jugement. Juste un instant silencieux qui retournait autour. Comme si j'étais le propre spectateur de cette scène, en attendant le dénouement. Ce que je faisais à vrai dire alors qu'à j'attendais de savoir ce qui allait se passer après. Ne pouvant que me demandait si ce semblant de mal à l'aise allait continuer à s'étioler, si elle allait prendre la fuite ou se montrer particulièrement farouche maintenant que la personne qu'elle avait passé une partie de la journée à rechercher se trouvait désormais là. Car, en effet j'étais bien là, installé juste par terre, contre le mur. Et mon regard toujours posait sur elle dans lequel pétillait un éclat de curiosité alors que j'étais en effet intéressé, voulant savoir pourquoi elle me cherchait ou ce qu'elle avait à me dire. Autant qu'à cet instant, elle ne pouvait que sembler à court de mots. Ce moment où je me demandais si j'allais prendre la parole pour rompre la glace, que je laissais passer en le saluant de la main.

Et finalement elle ne pouvait que prendre la parole. « B...Bonsoir.... Je venais prendre des nouvelles et... et te demande de l'aide. J-Je voudrais que tu m'apprennes deux trois trucs, pour pouvoir rejoindre le campement cent demain. » Une autre facette de sa personne que je n'avais encore jamais vu. N'ayant jamais été là quand ses bégaiements étaient de retour, autant qu'elle n'avait pu qu'entrevoir pendant une once de seconde ce silence dans lequel j'étais plongé sans m'en rendre compte lorsqu'elle était venue me soigner à l'infirmerie. Une autre facette de la jeune femme que je ne connaissais pas alors que notre première rencontre avait été surtout marquée par la curiosité et ce désir implacable d'avouer finalement une tranchante vérité. Et ses mots qui ne pouvaient que résonner dans ma tête. Les battements de mon coeur qui manquait s'accélérer, l'adrénaline qui manquait de courir des mes veines alors que je me retrouvais à penser pendant ce bref éclat de seconde avant qu'elle était venue me présenter des excuses. Peut être un sentiment trop égoïste ou trop arrogant. Ou peut être que ce n'était qu'elle qui pouvait ressentir ces sentiments alors qu'après une longue journée ses mots ne résonnaient que platement dans mon esprit. Une pointe de déception là, trop rapide, insaisissable alors qu'elle n'était pas tant venue pour moi que parce qu'elle avait besoin de mes services. Ayant presque pu lui rire au nez alors qu'il était si facile que la colère resurgisse, qu'elle fasse de nouveaux éclats. Ces mots soufflés dans mon esprit qui l'enverraient balader aussi rapidement, alors que je n'étais juste là pour rendre service, n'en n'ayant peut être pas envie cette fois. Et pourtant autant que ces pensées que noircies auraient pu prendre le dessus, je ne me retrouvais qu'à les enfermer dans un tiroir et en jeter un clef. Non pas sauvée par le coup de gong, si ce n'était par sa maladresse et le fait que je pouvais constater qu'elle faisait bien des efforts, tentant certes maladroitement d'engager la conversation. Non pas que je pouvais lui reprocher de le faire maladroitement alors qu'une conversation était toujours compliquée à engager, que je m'étais retrouvée mainte fois dans cette position en tentant de combler un fossé qui semblait s'allonger un peu plus à chaque fois. « Bien sûr il n'y a pas de soucis. » Tentative de la mettre à l'aise ou de faire comme si de rien ne s'était passé. Ce qui était la partie facile alors qu'en vérité tout n'était pas oublier. Souvent des mensonges et des illusions pour avancer. Des faux semblants. Et n'ayant pourtant pas envie de me battre avec elle. Non pas que les mots qui avaient été dits, étaient totalement oubliés mais à cet instant face à son regard incertain, il semblait difficile de vouloir la faire ramer plus. Comme une poupée de verre prête à se briser de nouveau.

La jolie blonde qui s'accroupissait au sol. Proche. Quelques centimètres entre nos corps. Une moue timide esquissée sur son visage, trahissant sa timidité. Des efforts de fait. Sa main qui se levait. Un éclat de seconde où je ne pus que croire qu'elle serait peut être autant capable de me mettre une gifle mais à vrai dire sa main n'en venait qu'à passer dans mes cheveux. Une feuille qui ne pouvait que s'envoler et tomber sur le sol. Ne la voyant pas tomber alors que mon regard restait posé sur elle. Et toujours un mystère à déchiffrer dont je n'en connaissais les éléments, les contours. Sa voix qui résonnait finalement, presque un chuchotement dans le dortoir qui était à cet heure désert. « Je suis désolée... pour la dernière fois. Je le pensais pas.. ce que j'ai dis.. tu sais... sur le fait d-de..de me laisser tranquille... » Au moins la sagesse bien plus que je ne l'avais eu d'être honnête. Sincère car elle l'était à cet instant comme je pouvais le voir dans l'éclat de son regard. Et n'ayant pu que la laisser s'en aller cette fois-ci. « Tu es là maintenant. » Et en effet, elle l'était, n'ayant pu que prendre place, n'ayant pu que tenter de me retrouver pour s'excuser tout comme je l'avais fait auprès des autres. Peut être ce soudain sentiment de lassitude à l'idée de mener un combat que je n'avais pas envie de mener contre elle. « Des mots où on était dit. » Des mots qui avaient été dits avec dans l'ombre le prénom d'Ailina qui avait été dit. Des mots qui avaient été peut être prononcés hâtivement ou qui trahissaient juste la vérité. Ce qui arrivait, ce qui continuerait d'arriver alors que personne ne pouvait vivre d'amour et d'eau fraiche. « Mais ils ne veulent pas pour autant dire que nous ne sommes pas amis ou quoi.. » Autant cette difficulté de définir cette relation, ou de poser un mot sur ce lien qui se créait pas à pas entre Chiraz à moi. Voisins. Amis. Sans doute encore amis maintenant même si je ne pouvais qu'espérer avoir coché la bonne définition, et ce que je préférais que nous soyons encore. « Ni que je veux que tu ... partes. » Et un regard plongé dans le sien.

avatar
04/01/2018 57 Eliza Taylor obsession27 (ava) Justayne (signa) Professeur / Diplomatie + Soins 428


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Hier à 1:15

Le silence pouvait être d'or parfois, mais présentement ça n'était pas réellement le cas. Chiraz appréhendait réellement la réaction de Chris. Et puisqu'il ne parlait pas, que le silence devenait de plus en plus pesant. La blonde ne pouvait que se sentir de plus en plus mal. Sa mâchoire commençait même à trembler. La panique la submergeait peu à peu. Le degrés était différent de cette fois-là, différent du jour où elle avait perdu l'être le plus cher à son coeur. Et pourtant, elle paniquait intérieurement. Il n'était pas plus important que sa mère évidemment, mais il avait quand même énormément d'importance à ses yeux. Assez pour se mettre dans un état pareil. A deux doigts de pleurer, il ouvrit enfin la bouche pour accepter sa requête. Et même bien loin d'une requête, en réalité, pour la blonde, ça n'était pas juste une excuse pour venir l'aborder, c'était vraiment la seule option qu'elle avait trouvé pour avoir le courage nécessaire d'affronter une erreur commise qu'elle regrettait.

Mais cela en avait valu la peine. IL en valait la peine. A peine plus soulagée, elle cessait de gigoter par nervosité. Un peu plus sereine. Elle osait l'affronter un peu plus et même l'approcher. Tandis qu'il résumait un peu la situation face à ses piètres excuses. Elle aurait aimé avoir plus que ça à offrir, enfin en réalité, elle avait plus à offrir. Mais le présent n'était pas pour toute suite. Quoiqu'elle ne tarderait pas à lui offrir cette découverte.

Des mots avaient été prononcés. Il avait raison. Même des excuses ne pourraient pas changer ça. Il était impossible de revenir en arrière, si ça avait été le cas, elle aurait certainement tout fait pour parvenir à ce résultat et changer les propos qu'elle lui avait tenu ce fameux soir. Les excuses n'étaient qu'un début pour se racheter. Essayer de faire table rase de ce qui avait été dit. Mais elle voyait bien que ça ne saurait être totalement oublié, même pour elle. La discussion, aussi mauvaise ait-elle été, Wexforth se doutait qu'elle aurait de nouveau lieu. Parce que l'ombre d'Ailina serait toujours là, quelque part. Pesant sur ses propres épaules. Elle était à peu près certaine que jamais elle ne pourrait accepter cette idée, mais perdre Chris à cause de ça, elle le refusait aussi. Malgré cela, Wilson continua sur sa lancée, expliquant que même si ces mots-là avaient gâchés cette soirée en particulier et une partie de cette amitié -sans doute-, cela ne signifiait pas, justement, que cette amitié n'existait plus. Peut-être était-elle écorchée. Fissurée. Mais rien qui n'était irréparable. Il fallait l'espérer en tout cas. Prête à parler à son tour, elle n'en fit rien, puisqu'il lâche de nouveau quelque chose. Quelque chose qui ne pouvait que réchauffer un peu plus le coeur de l'Odysséenne. Il ne souhaitait pas son départ.

En résumé, il acceptait ses excuses, indiquait qu'ils étaient toujours amis et en plus, il lui demandait de rester pour lui tenir compagnie ? Elle ne pouvait réellement pas espérer meilleur accueil. « J-Je.... Merci, Chris. » Les bégaiements cessèrent finalement. Totalement soulagée cette fois. Un sourire se dessina finalement sur les lèvres de la femme et sans crier gare, toujours accroupie, elle se laissa tomber vers l'avant, en direction de Chris. Les bras ouverts et elle l'enlaça. Il était rare qu'elle se laisse aller ainsi, mais la joie de ce qu'il avait pu dire la guidait en cet instant. Et mieux valait en profiter, parce qu'elle n'était pas dû genre très tactile et encore moins dégoulinante d'affections. Ou en tout cas, elle l'était seulement avec de rare personne. A vrai dire, elle ne s'en rendait pas bien compte elle-même. Le serrant contre elle, elle s'installa finalement assisse à ses côtés, les bras autour de lui. Collant sa joue contre l'épaule de l'ancien militaire. « J'avais tellement peur que tu me repousses. Que tu me rejettes. C'était plus facile pour moi de le faire en premier, de te dire de plus venir. C'était la solution de facilité. Mais dès que je l'ai dis j'ai regretté. Encore plus quand je suis partie. J'ai pas dormi de la nuit ce soir-là, et j'ai que des insomnies depuis. Ça c'était calmé depuis quelques temps, depuis qu'on discute un peu avant de dormir. Je suis tellement désolée, je te jure. J'ai fais que des bêtises sans toi... » Un aveu. Elle lâchait enfin du leste. Peut-être un peu tardivement, ou trop tôt, selon les points de vues. Mais Chiraz lui offrait un petit peu de sa confiance et il n'avait plus qu'à s'en saisir. Sans la pousser trop loin évidemment, mais elle se confiait un peu, ce soir. Elle donnait même de sa personne dans cette accolade. Et pour donner un peu plus de poids à ces fameuses bêtises, elle sortit finalement une fleur de sa poche. Le voyage l'avait un petit peu amochée et elle n'était plus phosphorescente depuis qu'elle avait été cueillis, mais c'était un bien que Chiraz estimait réellement précieux. Une rareté, sans nul doute. Elle la déposa délicatement dans la paume de Chris et de nouveau, elle plongea ses iris dans celle de l'Odysséen.

avatar
01/11/2015 Glacy 1548 Brett Dalton murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 521
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Hier à 19:56


« J-Je.... Merci, Chris. » Sans doute plus qu'elle pouvait m'accorder même si en soit je n'avais pas souhaité me disputer avec elle. Et pourtant des mots qui semblaient lui réchauffer le coeur, et effacer ces bégaiements. Ne pouvant que regarder un sourire se dessiner sur son visage qui ne put qu'aussitôt illuminer ses traits. Bien plus jolie avec un sourire qu'avec des larmes incurvés au bord de ses yeux. Et n'ayant le temps d'ajouter un mot alors que soudainement elle se laissait tomber en avant, les bras ouverts pour m'élancer. Mes muscles qui se tendaient aussitôt comme un arc alors que je ne pouvais que me figer sur place tandis qu'elle resserrait sa prise. N'ayant jamais été trop porté sur les contacts tactiles sauf peut être avec Ailina. Mais après son enfermement, la donne avait pour ainsi dire changer et alors que mon coeur était devenu un peu plus froid, je n'avais pu qu'instaurer une certaine distance physique avec les autres. Des câlins dans lequel je n'avais jamais donné à la différence de Rachel qui avait réussi à me prendre par surprise de maintes fois et sans doute autant Chiraz. Et ne pouvant que me forcer à me détendre alors que je me rappelais que c'était Chiraz, nullement une autre personne. Décidé à ne pas briser ce court instant où chacun s'efforçait de faire tomber les barrières, où ce lien certes étrange semblait redevenir ce qu'il avait été. Les battements de mon coeur qui n'avaient pu que s'accélérer alors que finalement je lui rendais son câlin. Me morigénant tout seul face à mon attitude désespérée. Et sa joue qui ne venait qu'à coller contre mon épaule, ses bras encore autour de moi. « Personne ne t'a dit que je n'étais pas trop porté sur les câlins ? » Certes une note moqueuse alors que l'ambiance réussissait à revenir plus légère, toujours préférable alors que j'appréciais en effet sa compagnie. La colère qui ayant manqué de refaire surface qui avait disparu face à la découverte d'une autre facette de sa personne, plus vulnérable. Et des barrières qui continuaient de s'effondrer les unes après les autres contre des dominos dont on aurait poussé l'un d'entre eux.

« J'avais tellement peur que tu me repousses. [...] J'ai fais que des bêtises sans toi... » « Je suis là maintenant. » Des maladresses peut être qui étaient enchaînées. Non pas que je me plaçais sur un piédestral ou que mon ego était à cet instant flatté à l'idée qu'elle puisse dormir mieux après nos conversations. Enfin, dans un sens ce n'était pas mon ego qui était flatté mais il n'y avait pas moins ce petit quelque chose qui ne pouvait que me faire ressentir ce doux attrait de chaleur. Des tentatives de devenir meilleur, de se racheter qui ne se soldaient pas toujours par des échecs. Et autant ses mots qui continuaient de tourbillonner dans ma tête. Si elle avait choisi l'option de facilité cette fois-ci, il ne restait pas moins qu'elle restait bien plus courageuse que moi. Une option que je n'avais pu que saisir à de multiples reprises, en n'osant faire face à Ailina et la laissant derrière même si je savais qu'elle allait être enfermée en prison. Tentant de me convaincre que le rébellion comptait avant elle, ce qui était faux. Plus facile de prétendre l'arrogance et un masque de pierre. Ayant autant fui Faust même alors que j'étais attiré par elle, tout comme j'avais fui Robb après que chacun ne pouvait que dire que violence auprès de l'autre, comme des poignards plantés dans le dos. Mais si seulement j'avais fui ces seules fois-ci, peut être que je si voyais mon reflet dans l'eau, je n'éprouverai cet arrière-goût amer en bouche. Peut être que je ne me sentirai pas si lâche alors que dans un sens, je continuais de fuir. Continuant de porter des masques encore et encore, prétendant que les mots n'avaient aucun effet même si cela n'était pas le cas. Prétendant que cela ne me faisait rien de rejeter mes amis ou de m'enfoncer un peu plus dans ce chemin que trop sombre, alors que ce n'était pas le cas. Et une lueur qui ne pouvait que passer dans mon regard. Toujours ces mêmes démons que j'affrontais. Mila nullement là pour me prêter renfort. Bien qu'autant que possible, si je ne l'avais remarqué, il n'en restait pas moins que je n'étais pas le seul visiblement à avoir des insomnies. Ne pouvant tomber dans les bras de Morphée dans un claquement de droits et les horaires parfois décalées des militaires n'aidait pas forcément à avoir un rythme de sommeil plus régulier. Sommeil que je ne pouvais que tenter de trouver par intermittence, goutte après goutte comme toujours. Autant que je tentais petit à petit de changer. « Si tu es lâches parce que tu as pris cette option de facilité cette fois-ci, je me demande qui je suis. » Presque une note amère malgré moi ou juste ces notes réalistes qui retentissaient. Et ne pouvant que me forcer à reporter mon attention sur Chiraz plutôt que sur des pensées plus tourmentées.

Une fleur bleu un petit peu amochée que je ne pus reconnaître aussitôt. L'une de ces fleurs phosphorescentes que nul ne pouvait voir ailleurs que sur terre. Et son regard qui se replongeait dans le mien que je ne pouvais que soutenir avant de reporter mon attention sur la fleur qui se trouvait maintenant dans ma paume. « Et c'est cela pour toi ta définition de faire des bêtises sans moi ? » Et ne pouvant que rire alors que dans un sens elle ne pouvait que paraître un peu plus innocente, sage ou juste une pointe de naïveté. Des chemins qu'elle empruntait toujours bien qu'elle semblait découvrir un soupçon d'interdit en tentant de franchir des limites qu'elle avait posé. Ce qui dans un sens ne pouvait que la changer. Doutant que ce soit toutefois parce que je n'étais pas là qu'elle commettait des bêtises, ayant dû mal à imaginer quel niveau de bêtises elle pouvait avoir commise alors qu'elle était de loin la personne du genre à prendre le moins de risques possibles. Bien qu'il n'y avait pas à dire que dans un sens elle ne pouvait que changer ses habitudes alors que je tentais de la forcer à repousser ses limites. Et mon regard qui restait posé sur la fleur. « On devrait aller dehors cette nuit, les voir. » Parlant des fleurs qui rendaient un paysage magnifique de nuit, des étincelles de lumière. Et puis ce n'était visiblement comme si nous allions de nouveau réussir à trouver le sommeil, bien que la nuit n'était encore tombée loin de là. Certes elle approcherait petit à petit mais pas encore pour le moment. « A moins que tu ne dormes.. Ma veste était confortable ? » Une pointe de moquerie dans le ton de ma voix, alors qu'il était certain que je tentais de continuer de détendre l'atmosphère, faisant du mieux que je pouvais.

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]

 

Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Le campement de l’Odyssée :: Les habitations :: Les dortoirs-