Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : 1, 2  Suivant

avatar
Invité
Invité


Sujet: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Jeu 11 Jan - 21:21

La journée d'hier avait été vraiment éprouvante pour Chiraz, mais elle ne se reposa cependant pas sur ses lauriers. Elle était rentrée tard. Si, tard. Elle était encore complètement k.o mais elle avait fais son apparition à l'infirmerie, s'excusant de son absence, même si elle avait prévenu qu'elle ne serait pas présente. Et elle en profita pour expliquer ses mésaventures. Plus encore, elle expliqua qu'elle serait absente le lendemain, parce qu'elle comptait retenter l'expérience. La jolie blonde avait tenté de se rendre au campement des cents pour s'assurer que les autres allaient bien. Mais aussi pour mettre de la distance entre elle et Chris, après la fin de conversation qu'ils avaient eu il y a peu. Elle n'avait pas réussi à aller le voir comme elle se l'était promis. Préférant le fuir comme la peste et prendre du recul sur la situation. Préférant y réfléchir à tête reposer et voir ce qui ressortirait de cette réflexion. Sauf que son voyage s'était très mal passée. Elle s'était trompée de destination, était tombée sur le lynx le plus féroce de toute la terre sans doute et c'était un Naori très compliqué qui lui avait filé un coup de main.

Le résultat était sans appel, elle devrait préparer se second "voyage" de façon correct. Et elle ne voyait que Chris pour l'aider un petit peu à préparer ça correctement. Parce qu'au moins, elle avait plus de connaissance qu'elle. Mais surtout, elle voyait en cela une façon de peut-être se réconcilier, et lui raconter cette petite mésaventure. Elle avait pu y réfléchir. A deux doigts de se faire croquer par l'animal, elle avait repenser à plusieurs personnes qu'elle chérissait, elle avait pensé à ses regrets. Plus que le reste, mourir fâché avec Chris la rendait dingue. C'était peut-être puéril, mais elle devait réparer les choses. Elle ne savait pas encore bien comment elle allait s'en occuper... Mais elle le ferait.

Les heures semblaient s'allonger, ne pas passer. Elle s'ennuyait comme un rat mort. Un seul malade pendant la matinée, elle le surveillait mais il n'y avait rien d'autre à faire qu'attendre que tout cela passe. Finalement, on la remplaça dans l'après-midi et elle s'en alla déjà à la recherche de Wilson. Questionnant les Odysséens sur son passage, essayant de savoir où il pouvait bien se trouver. En patrouille, évidemment. Elle grommela un petit peu. Elle n'allait pas y aller. Au lieu de quoi, elle gagna la couchette du garçon y s'affala simplement dessus, retirant ses chaussures pour ne pas salir. Chiraz s'installa en croissant les bras derrière la nuque, mais sans s'en rendre compte, le sommeil l'avait rattrapée pendant qu'elle attendait son retour.

En tout les cas. Elle n'allait peut-être pas aborder la conversation de la dernière fois, mais plutôt jouer la carte de l'ignorance. Quoique... Elle ne savait pas encore comment elle allait s'y prendre. Et même si l'histoire l'avait tracassé, elle dormait très bien. Ce qui était rare. Mais elle ne saurait dire si c'était parce que la couchette était plus confortable que la sienne -alors qu'il s'agissait des deux même- ou si c'est parce qu'elle s'était couverte d'une veste appartenant à l'Odysséen qu'elle attendait.

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Sam 13 Jan - 19:23


L'air froid extérieur. Les branches des arbres qui ne pouvaient que se balancer au vent. Le bruit des pas qui résonnaient contre le sol. Le craquement des brindilles sous les semelles de bottes. Un nuage de fumée qui s'évaporait dans l'air après s'être maintenu pendant une seconde à la surface de la terre. Un souffle froid. Des températures qui restaient peu élevés même si le soleil était là. Certes discret mais il restait toutefois là alors que je pouvais ressentir les rayons du soleil sur mon visage. Presque aveuglé pendant l'espace d'une seconde avant que mon regard ne se détourne vers les arbres les plus proches. Une forêt tout autour. Alors que plus loin, plus au nord, se trouvait la plaine. Un endroit où je n'étais retourné depuis un moment, n'ayant pas retrouvé des traces de campement qui auraient pu indiquer le passage d'une personne, et  d'une en particulier. Ne pouvant m'empêcher d'ouvrir l'oeil pas tant à la recherche d'une potentielle menace qu'à la recherche de silhouettes reconnaissables qui apparaîtraient comme par magie entre les arbres, tant la silhouette de Faust que de celle Ailina, quelque part dans la nature. Des silhouettes que je n'aperçu pas bien que je ne pouvais m'empêcher de jeter un regard autour. Toujours une lueur d'espoir qui était là même si les mois continuaient de défiler inlassablement. Préférant les imaginer vivantes que mortes. Préférant imaginer qu'elles allaient bien en effet. Tentative de vivre dans un monde un peu plus réjouissant, plus coloré et non qu'en noir et blanc. Mais ce n'était pas tant leurs silhouettes que je tentais de retrouver si ce n'était des traces de passages extérieurs à celles des odysséens, des traces de présence. Tant animale qu'humaine. La recherche de pièges aussi même si je n'en n'avais pas revu depuis que j'avais fait mon rapport auprès de Skylar. Ce qui ne m'empêchait pas à vrai dire de faire attention ou de rechercher une potentielle menace. Des patrouilles régulières. Un chemin empruntait qui changeait à chaque fois pour la recherche d'éléments dangereux. Ne patrouillant seul alors que comme usuellement, Seth était là à mes côtés. Une présence silencieuse qui me convenait alors que ni l'un ni l'autre n'avait besoin de se forcer pour se parler, s'adresser des mots. La conversation qui venait toute seule bien que nous n'avions pu que nous replonger dans le silence. Concentrés. Un regard qui se croisait sans besoin de mot particulier alors que d'un même mouvement, les pas pivotaient. La distance entre le campement qui se réduisait. Des silhouettes qui s'apercevaient ores et déjà quoiqu'encore petites, étant éloignées et des points qui grossissaient. Des collègues salués. Quelques mots échangés. Un tour de garde ou plus précisément une patrouille qui se terminait. Et remplacés par d'autres collègues qui pourraient à leur tour assurer un mouvement autour de campement, en assurant la sécurité. Quelques mots autant glissés alors que je ne pouvais qu'hocher la tête avant de me diriger vers le centre du campement.

Tentant de retrouver la silhouette de Chiraz qui me cherchait apparement. Presque un petit froncement de sourcils même si je n'avais rien dit de plus, m'étant juste renseigné avant de m'éloigner pour tenter de savoir ce qu'elle me voulait. Sans doute légèrement surpris qu'elle puisse vouloir me parler de nouveau si rapidement alors qu'un fossé s'était creusé. Ne pouvant que rapidement traverser le campement à sa recherche. Un campement que je passais pour ainsi au peigne à fin sans la rencontrer particulièrement. Me contentant de balayer de regard le campement avant de me diriger finalement vers le dortoir. Une dernière tentative. Ne pouvant que me retrouver à saluer d'un hochement de tête certains avant de jeter un coup d'oeil en direction de la pièce. M'approchant un peu plus à l'intérieur du dortoir pour jeter un regard en direction de son lit qui se trouvait à quelques pas du miens. Un lit qui était vide. Une couverture posée dessus. Un regard qui ne pouvait que se poser un peu plus loin pour découvrir une masse sur la couverture. enfin non ce n'était comme si la couverture en boule mais comme si une silhouette était dessus. Et des cheveux blonds visibles. Des chaussures sur le sol. Des chaussures qu'elle ne pouvait qu'être la seule à avoir déposé par terre pour ne pas salir évidemment. Ce qui n'expliquait pas pourquoi elle s'était enroulée dans ma veste pour dormir. M'approchant un peu plus silencieusement et mon regard qui se posait sur ses traits endormis, apaisés. Un instant d'hésitation. Celui de la réveiller ou de la laisser dormir. Autant cette possibilité de partir sans qu'elle ne se rende compte rien, sans qu'elle n'ait eu connaissance de ce fait. Mais la curiosité restait là, celle de savoir pourquoi elle m'avait cherché dans tout le campement. Et autant cet éclat de curiosité alors que je me demandais pourquoi elle s'était endormie avec ma veste posée sur sol. Finissant finalement par me glisser contre le mur, me décidant à attendre qu'elle se réveille tout simplement. Toujours préférable que de voir une personne sursauter ou tomber du lit pour avoir soudainement eu peur de la personne qui se trouvait à côté. Non pas que mon regard ne se finissait pas par se poser sur elle, non pas ce genre de regard qu'aurait un chat sur une souris qui lui paraitrait particulièrement apaisante, plus un regard songeur alors que je pouvais que me perdre facilement dans mes pensées. Autant un instant de répit.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Sam 13 Jan - 23:58

Un sommeil réparateur et sans rêve, c'était là ce que Chiraz subissait actuellement. Ou plutôt que ce terme plutôt pérojatif aurait-il mieux fallut dire qu'elle profitait de ce sommeil si particulier et bon pour elle. Mais toujours est-il qu'il ne dura pas. Non pas parce que Chris avait été bruyant, bien au contraire, mais parce qu'à force d'être regarder, elle se sentit inconsciemment mal à l'aise. Et fatalement, elle se réveilla. Peut-être bien une dizaine de minutes après qu'il ne soit arrivé.

Frottant son visage, écartant quelques mèches rebellent de ses yeux, elle se redressa assisse et balaya la pièce des yeux dans l'espoir de découvrir d'où pouvait venir l'origine de son malaise intérieur. Et lorsqu'elle repéra Chris, installé assit par terre, ses yeux sur elle, elle comprit. Finalement, elle s'était bien sentie observée. Même endormie ainsi. La main sur sa nuque, elle s'étira un peu. La blonde ne se sentait subitement plus vraiment à sa place. Surtout que le fait de s'être endormie aussi facilement et de se faire surprendre la rendait un peu plus timide. La gorge nouée, elle esquissa une légère grimace, détournant déjà les yeux de Chris pour les porter sur ses propres chaussures toujours sur le sol. Devait-elle vraiment lui parler ? Essayer de se réconcilier ? Ou bien fuir ? Wexforth n'avait aucune certitudes pour quoique se soit. « B...Bonsoir.... Je venais prendre des nouvelles et... et te demande de l'aide. J-Je voudrais que tu m'apprennes deux trois trucs, pour pouvoir rejoindre le campement cent demain. » Et même si elle insistait davantage sur la raison de sa présence, qu'elle allait plutôt à l'essentiel, il n'en restait pas moins qu'elle voulait réellement savoir comment il allait. Plus encore, elle voulait des détails. Et plus particulièrement, savoir si elle lui avait manqué. S'il avait un petit peu réfléchi de son côté. Mais elle préféra ne pas plus brusquer les choses. Il était rare qu'elle prenne des chemins aussi long et tortueux, mais pour le coup, il le fallait pour faire profil bas. Mais sans se rendre compte, quelques bégaiements étaient de retour. Chiraz était sur la défensive. Totalement sur la défensive. Le moindre mot de travers et elle s'enfuierait sans doute. Parce qu'après ce qu'elle avait fais à Chris, la culpabilité pesait bien trop sur ses épaules. Et toujours dans cette optique d'éviter les conflits, elle préférait fuir. Tout simplement. Mais elle prenait sur elle actuellement, elle résistait à cette envie. Pour la simple et bonne raison qu'elle tenait suffisamment à lui pour le faire. Dans cet acte, elle voulait montrer à l'Odysséen qu'elle tenait à ce lien établi entre eux. Elle voulait l'explorer davantage. Même si l'ombre d'Ailina serait toujours présente. Ça ne changerait jamais de son côté, elle avait été bien claire la dernière fois. Malgré tout, elle n'arrivait pas à accepter le fait qu'il ne veuille plus lui parler si elle songeait à cela.

De nouveau, un effort. Elle descendit du lit pour s'approcher de lui. S'accroupissant juste en face de lui. La lèvre pincée dans une moue toujours timide et témoignant à la fois de sa timidité. Elle glissa ses doigts dans la chevelure de Chris, plaquant quelques mèches rebelles sur sa tête. Retirant même une feuille de sa chevelure. « Je suis désolée... pour la dernière fois. Je le pensais pas.. ce que j'ai dis.. tu sais... sur le fait d-de..de me laisser tranquille... » Prenant son temps pour bien trouver les mots et ne rien brusquer, comme si d'un mot elle pourrait tout briser sur le sol, Chris, ce lien ou peut-être bien elle-même, elle préférait prendre le temps. Et les excuses étant un passage obligé, elle préférait le faire maintenant. Avant même d'entamer une vraie conversation. A moins qu'il n'en ai pas du tout l'envie en réalité. Peut-être bien qu'il n'allait pas lui pardonner. Peut-être même pas l'écouter ? L'ignorance lui ferait mal, mais au moins, elle pourrait continuer à s'excuser, à moins qu'il ne la laisse planter-là et s'en aille. Et vint l'idée à Wexforth que peut-être Chris n'était assit par terre, non pour attendre son réveil, mais pour qu'elle lui rende son lit ? C'était une possibilité. Une seule, parmi tellement d'autres... elle appréhendait réellement cette situation. Et c'est pourquoi elle avait tenu aujourd'hui à venir se confronter à lui directement.

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Dim 14 Jan - 8:58


L'esprit qui divaguait. Une facilité de se perdre dans les limbes de mon esprit, d'oublier la notion de temps. Cela n'avait jamais été compliqué même si je ne pouvais qu'éviter de faire de même lorsque j'étais de garde au plein coeur de la nuit. Une preuve de négligence, n'osant ce qui arriverait si je me perdais dans mes pensées et que je ne réagissais pas à temps pour faire face une menace. Ce que je préférai éviter même si cela ne voulait pas dire que mon esprit ne se perdait pas ailleurs pendant des longues heures. La possibilité de prendre le temps de réfléchir, de penser face à la solitude du froid. Un tour de garde qui pouvait dire longtemps, qui n'était forcément réjouissant alors que bien souvent cela signifiait de rester immobile face au froid et au vent. M'y étant pourtant habitué bien que ces missions n'avaient rien de similaires à celles qui se déroulaient sur l'arche. Là-haut il s'agissait de s'assurer que tout le monde respectait les règles, ce qui était encore le cas avec la nécessité de refermer des portes derrière des visages, derrière des jeunes considérés comme des criminels. Ici, la justice était différente alors qu'au lieu d'être expulsé dans le ciel, la personne était simplement bannie du campement. Ce qui était arrivé déjà, ce qui pouvait autant arriver si autres membres rebelles se dévoilaient. Un risque à prendre. Des variables à calculer ou juste le désir que le système change de nouveau. Trop de sacrifices faits en chemin juste pour renoncer à l'idée d'être rebelle même si pour autant aucun résultats n'étaient concluants. Aucun résultat ne l'était alors que chacun tentait de faire des tentatives les uns envers les autres, il y avait encore un fossé, un mouvement rebelle qui s'était dispatché et certains membres comme Isaïah qui avait décidé de partir face à l'incompétence de leurs leaders. Ce que nous avions été incapables de faire, incapables de nous entendre, de discuter calmement. Et maintenant des tentatives pour se remettre sur les rails sans certitude que cela fonctionne. Un nouveau risque à prendre. Et toujours autant de manière sur laquelle penser alors que si ce n'était les tours de garde, de patrouille que ces moments qui permettaient de prendre du recul. Ou du moins pouvoir espérer de prendre du recul par rapport à une situation précise, pour pouvoir réussir à faire le vide et tirer un nouveau trait. Des traits qui s'entrecroisaient. Un quadrillage indistinct. Des tiroirs qui étaient fermés, une clef qui était jetée. Des portes que je continuais de fermer non sans en rouvrir des nouvelles. Et perdant facilement la notion des minutes bien que ce ne fut pas au bout d'une heure que la belle au bois dormant se réveilla si ce n'était de dix minutes.

Le grincement de la couche. Mon regard qui se reportait sur la silhouette qui avait endormie dessus. Des yeux hagards, encore ensommeillés. Des mèches blondes écartaient de son visage alors qu'elle se redressait. Ne m'ayant encore remarqué. Ce qui n'était qu'une question de secondes pour qu'elle découvre ma silhouette. Et autant ses joues qui se teintaient d'une touche rose. Adorable. Des yeux qui se détournaient et mon regard qui continuait d'être posé sur elle alors que je continuais de la scruter, sans aucun jugement. Juste un instant silencieux qui retournait autour. Comme si j'étais le propre spectateur de cette scène, en attendant le dénouement. Ce que je faisais à vrai dire alors qu'à j'attendais de savoir ce qui allait se passer après. Ne pouvant que me demandait si ce semblant de mal à l'aise allait continuer à s'étioler, si elle allait prendre la fuite ou se montrer particulièrement farouche maintenant que la personne qu'elle avait passé une partie de la journée à rechercher se trouvait désormais là. Car, en effet j'étais bien là, installé juste par terre, contre le mur. Et mon regard toujours posait sur elle dans lequel pétillait un éclat de curiosité alors que j'étais en effet intéressé, voulant savoir pourquoi elle me cherchait ou ce qu'elle avait à me dire. Autant qu'à cet instant, elle ne pouvait que sembler à court de mots. Ce moment où je me demandais si j'allais prendre la parole pour rompre la glace, que je laissais passer en le saluant de la main.

Et finalement elle ne pouvait que prendre la parole. « B...Bonsoir.... Je venais prendre des nouvelles et... et te demande de l'aide. J-Je voudrais que tu m'apprennes deux trois trucs, pour pouvoir rejoindre le campement cent demain. » Une autre facette de sa personne que je n'avais encore jamais vu. N'ayant jamais été là quand ses bégaiements étaient de retour, autant qu'elle n'avait pu qu'entrevoir pendant une once de seconde ce silence dans lequel j'étais plongé sans m'en rendre compte lorsqu'elle était venue me soigner à l'infirmerie. Une autre facette de la jeune femme que je ne connaissais pas alors que notre première rencontre avait été surtout marquée par la curiosité et ce désir implacable d'avouer finalement une tranchante vérité. Et ses mots qui ne pouvaient que résonner dans ma tête. Les battements de mon coeur qui manquait s'accélérer, l'adrénaline qui manquait de courir des mes veines alors que je me retrouvais à penser pendant ce bref éclat de seconde avant qu'elle était venue me présenter des excuses. Peut être un sentiment trop égoïste ou trop arrogant. Ou peut être que ce n'était qu'elle qui pouvait ressentir ces sentiments alors qu'après une longue journée ses mots ne résonnaient que platement dans mon esprit. Une pointe de déception là, trop rapide, insaisissable alors qu'elle n'était pas tant venue pour moi que parce qu'elle avait besoin de mes services. Ayant presque pu lui rire au nez alors qu'il était si facile que la colère resurgisse, qu'elle fasse de nouveaux éclats. Ces mots soufflés dans mon esprit qui l'enverraient balader aussi rapidement, alors que je n'étais juste là pour rendre service, n'en n'ayant peut être pas envie cette fois. Et pourtant autant que ces pensées que noircies auraient pu prendre le dessus, je ne me retrouvais qu'à les enfermer dans un tiroir et en jeter un clef. Non pas sauvée par le coup de gong, si ce n'était par sa maladresse et le fait que je pouvais constater qu'elle faisait bien des efforts, tentant certes maladroitement d'engager la conversation. Non pas que je pouvais lui reprocher de le faire maladroitement alors qu'une conversation était toujours compliquée à engager, que je m'étais retrouvée mainte fois dans cette position en tentant de combler un fossé qui semblait s'allonger un peu plus à chaque fois. « Bien sûr il n'y a pas de soucis. » Tentative de la mettre à l'aise ou de faire comme si de rien ne s'était passé. Ce qui était la partie facile alors qu'en vérité tout n'était pas oublier. Souvent des mensonges et des illusions pour avancer. Des faux semblants. Et n'ayant pourtant pas envie de me battre avec elle. Non pas que les mots qui avaient été dits, étaient totalement oubliés mais à cet instant face à son regard incertain, il semblait difficile de vouloir la faire ramer plus. Comme une poupée de verre prête à se briser de nouveau.

La jolie blonde qui s'accroupissait au sol. Proche. Quelques centimètres entre nos corps. Une moue timide esquissée sur son visage, trahissant sa timidité. Des efforts de fait. Sa main qui se levait. Un éclat de seconde où je ne pus que croire qu'elle serait peut être autant capable de me mettre une gifle mais à vrai dire sa main n'en venait qu'à passer dans mes cheveux. Une feuille qui ne pouvait que s'envoler et tomber sur le sol. Ne la voyant pas tomber alors que mon regard restait posé sur elle. Et toujours un mystère à déchiffrer dont je n'en connaissais les éléments, les contours. Sa voix qui résonnait finalement, presque un chuchotement dans le dortoir qui était à cet heure désert. « Je suis désolée... pour la dernière fois. Je le pensais pas.. ce que j'ai dis.. tu sais... sur le fait d-de..de me laisser tranquille... » Au moins la sagesse bien plus que je ne l'avais eu d'être honnête. Sincère car elle l'était à cet instant comme je pouvais le voir dans l'éclat de son regard. Et n'ayant pu que la laisser s'en aller cette fois-ci. « Tu es là maintenant. » Et en effet, elle l'était, n'ayant pu que prendre place, n'ayant pu que tenter de me retrouver pour s'excuser tout comme je l'avais fait auprès des autres. Peut être ce soudain sentiment de lassitude à l'idée de mener un combat que je n'avais pas envie de mener contre elle. « Des mots où on était dit. » Des mots qui avaient été dits avec dans l'ombre le prénom d'Ailina qui avait été dit. Des mots qui avaient été peut être prononcés hâtivement ou qui trahissaient juste la vérité. Ce qui arrivait, ce qui continuerait d'arriver alors que personne ne pouvait vivre d'amour et d'eau fraiche. « Mais ils ne veulent pas pour autant dire que nous ne sommes pas amis ou quoi.. » Autant cette difficulté de définir cette relation, ou de poser un mot sur ce lien qui se créait pas à pas entre Chiraz à moi. Voisins. Amis. Sans doute encore amis maintenant même si je ne pouvais qu'espérer avoir coché la bonne définition, et ce que je préférais que nous soyons encore. « Ni que je veux que tu ... partes. » Et un regard plongé dans le sien.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Jeu 18 Jan - 1:15

Le silence pouvait être d'or parfois, mais présentement ça n'était pas réellement le cas. Chiraz appréhendait réellement la réaction de Chris. Et puisqu'il ne parlait pas, que le silence devenait de plus en plus pesant. La blonde ne pouvait que se sentir de plus en plus mal. Sa mâchoire commençait même à trembler. La panique la submergeait peu à peu. Le degrés était différent de cette fois-là, différent du jour où elle avait perdu l'être le plus cher à son coeur. Et pourtant, elle paniquait intérieurement. Il n'était pas plus important que sa mère évidemment, mais il avait quand même énormément d'importance à ses yeux. Assez pour se mettre dans un état pareil. A deux doigts de pleurer, il ouvrit enfin la bouche pour accepter sa requête. Et même bien loin d'une requête, en réalité, pour la blonde, ça n'était pas juste une excuse pour venir l'aborder, c'était vraiment la seule option qu'elle avait trouvé pour avoir le courage nécessaire d'affronter une erreur commise qu'elle regrettait.

Mais cela en avait valu la peine. IL en valait la peine. A peine plus soulagée, elle cessait de gigoter par nervosité. Un peu plus sereine. Elle osait l'affronter un peu plus et même l'approcher. Tandis qu'il résumait un peu la situation face à ses piètres excuses. Elle aurait aimé avoir plus que ça à offrir, enfin en réalité, elle avait plus à offrir. Mais le présent n'était pas pour toute suite. Quoiqu'elle ne tarderait pas à lui offrir cette découverte.

Des mots avaient été prononcés. Il avait raison. Même des excuses ne pourraient pas changer ça. Il était impossible de revenir en arrière, si ça avait été le cas, elle aurait certainement tout fait pour parvenir à ce résultat et changer les propos qu'elle lui avait tenu ce fameux soir. Les excuses n'étaient qu'un début pour se racheter. Essayer de faire table rase de ce qui avait été dit. Mais elle voyait bien que ça ne saurait être totalement oublié, même pour elle. La discussion, aussi mauvaise ait-elle été, Wexforth se doutait qu'elle aurait de nouveau lieu. Parce que l'ombre d'Ailina serait toujours là, quelque part. Pesant sur ses propres épaules. Elle était à peu près certaine que jamais elle ne pourrait accepter cette idée, mais perdre Chris à cause de ça, elle le refusait aussi. Malgré cela, Wilson continua sur sa lancée, expliquant que même si ces mots-là avaient gâchés cette soirée en particulier et une partie de cette amitié -sans doute-, cela ne signifiait pas, justement, que cette amitié n'existait plus. Peut-être était-elle écorchée. Fissurée. Mais rien qui n'était irréparable. Il fallait l'espérer en tout cas. Prête à parler à son tour, elle n'en fit rien, puisqu'il lâche de nouveau quelque chose. Quelque chose qui ne pouvait que réchauffer un peu plus le coeur de l'Odysséenne. Il ne souhaitait pas son départ.

En résumé, il acceptait ses excuses, indiquait qu'ils étaient toujours amis et en plus, il lui demandait de rester pour lui tenir compagnie ? Elle ne pouvait réellement pas espérer meilleur accueil. « J-Je.... Merci, Chris. » Les bégaiements cessèrent finalement. Totalement soulagée cette fois. Un sourire se dessina finalement sur les lèvres de la femme et sans crier gare, toujours accroupie, elle se laissa tomber vers l'avant, en direction de Chris. Les bras ouverts et elle l'enlaça. Il était rare qu'elle se laisse aller ainsi, mais la joie de ce qu'il avait pu dire la guidait en cet instant. Et mieux valait en profiter, parce qu'elle n'était pas dû genre très tactile et encore moins dégoulinante d'affections. Ou en tout cas, elle l'était seulement avec de rare personne. A vrai dire, elle ne s'en rendait pas bien compte elle-même. Le serrant contre elle, elle s'installa finalement assisse à ses côtés, les bras autour de lui. Collant sa joue contre l'épaule de l'ancien militaire. « J'avais tellement peur que tu me repousses. Que tu me rejettes. C'était plus facile pour moi de le faire en premier, de te dire de plus venir. C'était la solution de facilité. Mais dès que je l'ai dis j'ai regretté. Encore plus quand je suis partie. J'ai pas dormi de la nuit ce soir-là, et j'ai que des insomnies depuis. Ça c'était calmé depuis quelques temps, depuis qu'on discute un peu avant de dormir. Je suis tellement désolée, je te jure. J'ai fais que des bêtises sans toi... » Un aveu. Elle lâchait enfin du leste. Peut-être un peu tardivement, ou trop tôt, selon les points de vues. Mais Chiraz lui offrait un petit peu de sa confiance et il n'avait plus qu'à s'en saisir. Sans la pousser trop loin évidemment, mais elle se confiait un peu, ce soir. Elle donnait même de sa personne dans cette accolade. Et pour donner un peu plus de poids à ces fameuses bêtises, elle sortit finalement une fleur de sa poche. Le voyage l'avait un petit peu amochée et elle n'était plus phosphorescente depuis qu'elle avait été cueillis, mais c'était un bien que Chiraz estimait réellement précieux. Une rareté, sans nul doute. Elle la déposa délicatement dans la paume de Chris et de nouveau, elle plongea ses iris dans celle de l'Odysséen.

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Jeu 18 Jan - 19:56


« J-Je.... Merci, Chris. » Sans doute plus qu'elle pouvait m'accorder même si en soit je n'avais pas souhaité me disputer avec elle. Et pourtant des mots qui semblaient lui réchauffer le coeur, et effacer ces bégaiements. Ne pouvant que regarder un sourire se dessiner sur son visage qui ne put qu'aussitôt illuminer ses traits. Bien plus jolie avec un sourire qu'avec des larmes incurvés au bord de ses yeux. Et n'ayant le temps d'ajouter un mot alors que soudainement elle se laissait tomber en avant, les bras ouverts pour m'élancer. Mes muscles qui se tendaient aussitôt comme un arc alors que je ne pouvais que me figer sur place tandis qu'elle resserrait sa prise. N'ayant jamais été trop porté sur les contacts tactiles sauf peut être avec Ailina. Mais après son enfermement, la donne avait pour ainsi dire changer et alors que mon coeur était devenu un peu plus froid, je n'avais pu qu'instaurer une certaine distance physique avec les autres. Des câlins dans lequel je n'avais jamais donné à la différence de Rachel qui avait réussi à me prendre par surprise de maintes fois et sans doute autant Chiraz. Et ne pouvant que me forcer à me détendre alors que je me rappelais que c'était Chiraz, nullement une autre personne. Décidé à ne pas briser ce court instant où chacun s'efforçait de faire tomber les barrières, où ce lien certes étrange semblait redevenir ce qu'il avait été. Les battements de mon coeur qui n'avaient pu que s'accélérer alors que finalement je lui rendais son câlin. Me morigénant tout seul face à mon attitude désespérée. Et sa joue qui ne venait qu'à coller contre mon épaule, ses bras encore autour de moi. « Personne ne t'a dit que je n'étais pas trop porté sur les câlins ? » Certes une note moqueuse alors que l'ambiance réussissait à revenir plus légère, toujours préférable alors que j'appréciais en effet sa compagnie. La colère qui ayant manqué de refaire surface qui avait disparu face à la découverte d'une autre facette de sa personne, plus vulnérable. Et des barrières qui continuaient de s'effondrer les unes après les autres contre des dominos dont on aurait poussé l'un d'entre eux.

« J'avais tellement peur que tu me repousses. [...] J'ai fais que des bêtises sans toi... » « Je suis là maintenant. » Des maladresses peut être qui étaient enchaînées. Non pas que je me plaçais sur un piédestral ou que mon ego était à cet instant flatté à l'idée qu'elle puisse dormir mieux après nos conversations. Enfin, dans un sens ce n'était pas mon ego qui était flatté mais il n'y avait pas moins ce petit quelque chose qui ne pouvait que me faire ressentir ce doux attrait de chaleur. Des tentatives de devenir meilleur, de se racheter qui ne se soldaient pas toujours par des échecs. Et autant ses mots qui continuaient de tourbillonner dans ma tête. Si elle avait choisi l'option de facilité cette fois-ci, il ne restait pas moins qu'elle restait bien plus courageuse que moi. Une option que je n'avais pu que saisir à de multiples reprises, en n'osant faire face à Ailina et la laissant derrière même si je savais qu'elle allait être enfermée en prison. Tentant de me convaincre que le rébellion comptait avant elle, ce qui était faux. Plus facile de prétendre l'arrogance et un masque de pierre. Ayant autant fui Faust même alors que j'étais attiré par elle, tout comme j'avais fui Robb après que chacun ne pouvait que dire que violence auprès de l'autre, comme des poignards plantés dans le dos. Mais si seulement j'avais fui ces seules fois-ci, peut être que je si voyais mon reflet dans l'eau, je n'éprouverai cet arrière-goût amer en bouche. Peut être que je ne me sentirai pas si lâche alors que dans un sens, je continuais de fuir. Continuant de porter des masques encore et encore, prétendant que les mots n'avaient aucun effet même si cela n'était pas le cas. Prétendant que cela ne me faisait rien de rejeter mes amis ou de m'enfoncer un peu plus dans ce chemin que trop sombre, alors que ce n'était pas le cas. Et une lueur qui ne pouvait que passer dans mon regard. Toujours ces mêmes démons que j'affrontais. Mila nullement là pour me prêter renfort. Bien qu'autant que possible, si je ne l'avais remarqué, il n'en restait pas moins que je n'étais pas le seul visiblement à avoir des insomnies. Ne pouvant tomber dans les bras de Morphée dans un claquement de droits et les horaires parfois décalées des militaires n'aidait pas forcément à avoir un rythme de sommeil plus régulier. Sommeil que je ne pouvais que tenter de trouver par intermittence, goutte après goutte comme toujours. Autant que je tentais petit à petit de changer. « Si tu es lâches parce que tu as pris cette option de facilité cette fois-ci, je me demande qui je suis. » Presque une note amère malgré moi ou juste ces notes réalistes qui retentissaient. Et ne pouvant que me forcer à reporter mon attention sur Chiraz plutôt que sur des pensées plus tourmentées.

Une fleur bleu un petit peu amochée que je ne pus reconnaître aussitôt. L'une de ces fleurs phosphorescentes que nul ne pouvait voir ailleurs que sur terre. Et son regard qui se replongeait dans le mien que je ne pouvais que soutenir avant de reporter mon attention sur la fleur qui se trouvait maintenant dans ma paume. « Et c'est cela pour toi ta définition de faire des bêtises sans moi ? » Et ne pouvant que rire alors que dans un sens elle ne pouvait que paraître un peu plus innocente, sage ou juste une pointe de naïveté. Des chemins qu'elle empruntait toujours bien qu'elle semblait découvrir un soupçon d'interdit en tentant de franchir des limites qu'elle avait posé. Ce qui dans un sens ne pouvait que la changer. Doutant que ce soit toutefois parce que je n'étais pas là qu'elle commettait des bêtises, ayant dû mal à imaginer quel niveau de bêtises elle pouvait avoir commise alors qu'elle était de loin la personne du genre à prendre le moins de risques possibles. Bien qu'il n'y avait pas à dire que dans un sens elle ne pouvait que changer ses habitudes alors que je tentais de la forcer à repousser ses limites. Et mon regard qui restait posé sur la fleur. « On devrait aller dehors cette nuit, les voir. » Parlant des fleurs qui rendaient un paysage magnifique de nuit, des étincelles de lumière. Et puis ce n'était visiblement comme si nous allions de nouveau réussir à trouver le sommeil, bien que la nuit n'était encore tombée loin de là. Certes elle approcherait petit à petit mais pas encore pour le moment. « A moins que tu ne dormes.. Ma veste était confortable ? » Une pointe de moquerie dans le ton de ma voix, alors qu'il était certain que je tentais de continuer de détendre l'atmosphère, faisant du mieux que je pouvais.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Sam 20 Jan - 22:11

La blonde enlaçait l'Odysséen. Un étreinte réellement étonnante et rare venant de sa part. D'autant plus rare de pouvoir le toucher lui, parce qu'il était aussi sauvage qu'elle l'était. D'une certaine façon, ils étaient si similaires, que cela pouvait en devenir flippant parfois. Comme s'ils étaient jumeaux alors qu'en réalité pas du tout. Aucun lien familial, ni de sang, ni-même par alliance. Mais évidemment, les différences étaient également notables. Il n'était pas une copie l'un de l'autre et heureusement, c'est pourquoi le fréquenter lui était intéressant. Mais enfin, si elle s'était attendue à ce qu'il ne réponde pas à son étreinte, il la surprit, parce que justement il en prit part. Malgré tout, il balança une pique pour lui souligner qu'il n'était pas reconnu pour être un gros nounours à câliner. Enfin, il ne l'avait pas dis ainsi, mais c'était moins péjoratif pour lui. Elle poussa alors un soupire et se décolla alors, bien moins de bonne humeur. Il venait de casser toute la magie du moment en une phrase. Le relâchant, elle resta assisse à côté de lui, mais elle bougea légèrement pour laisser un espace vide entre eux. Les yeux fermés, elle essayait de garder la tête froide, de ne pas s'énerver totalement. Elle avait voulu le moment mignon, une étreinte échangée avec un ami et pourtant, il avait fallu qu'il continue sur sa lancée, qu'il la taquine encore. Chiraz estimait sérieusement qu'il y avait des moments pour la taquinerie, et d'autres moments plus sérieux. A moins d'être un gosse. Ce que Chris n'était pas. Alors pourquoi c'était impossible de ne pas juste parler, sans avoir besoin de s'embêter l'un l'autre ? Elle ne le savait pas. Et sans doute ne trouverait-elle jamais réponse à cette question.

Malgré tout, elle avait joué cartes sur table avec lui cette fois-ci, se délivrant d'une sorte de poids. Lui avouant qu'il avait une importance assez élevée dans sa vie. Qu'elle se reposait déjà sur lui, d'une certaine façon. Qu'il rendait son existence, et surtout son sommeil un peu plus simple. Et il était là. Oui. Elle avait réussi à le retrouver, à renouer et à aller au-delà de la dispute de la dernière fois. Un premier obstacle de passer, mais les montagnes n'étaient pas encore franchie. Parce que dès qu'elle se dévoilait un peu trop, elle se retournait dans le fond de sa coquille pour se cacher de nouveau et que plus rien ne l'atteigne. En effet, réalisé et avouer qu'il était important pour elle était déjà une étape trop importante. Elle n'aimait pas du tout ce qu'elle venait de lui dire en vérité. La blonde avait envie de se confier un peu plus, de rencontrer du monde, de s'ouvrir un peu plus, mais dès qu'elle le faisait, qu'elle réussissait à toucher ce but du bout des doigts, elle faisait machine arrière pour tout annuler et se renfoncer dans les profondeurs de son quotidien si monotone. Persuadée qu'elle ne pouvait pas se permettre d'avoir plus de proche par peur de les perdre, elle comprit à l'instant où elle le lui avait dis, que Wilson faisait déjà parti de son entourage proche. Et maintenant... elle n'avait plus qu'à patienter d'une nouvelle chute. Peut-être moins vertigineuse que celle qu'elle avait vécu à la suite de la mort de sa mère, mais tout de même. Ses épaules n'étaient plus assez solide pour apprendre de tristes et funestes nouvelles. Alors elle ne pouvait plus que appréhender l'avenir. Le futur. Enfoncée dans ses pensées autant que lui, elle haussa les sourcils subitement lorsqu'il balança la suite : lâche à cause de ces décisions là ? Lui ? Elle ne comprit pas réellement sur le moment. Comme si son cerveau était vide de connaissances au sujet de Chris. « Attends, à quoi tu penses là ? Ailina ? Robb ? Tu devrais en parler... dès que tu y songes. T'enfonces pas dans des abysses... pas comme moi. » Se pinçant la lèvre de nouveau, elle préférait honnête. Parfois, mieux valait parler et ressasser les mauvaises choses pour se soulager un peu. Même si jamais rien ne pourraient se réparer, pas ça en tout cas, pas le passé. Rien n'était réellement réparable, sauf eux. La vie, elle ne pouvait que continuer et s'améliorer, s'ils s'en donnaient les moyens en tout cas.

Observant la fleur bleu, elle secoua la nez. Non, ça n'était pas une bêtise ça. Mais plutôt une belle chose qui s'était produite pendant une mésaventure qu'elle voulait déjà lui compter, elle débuta alors : « Non. La bêtise, c'est que j'ai essayé de rejoindre le camp des cents il y a quelques jours et je... je me suis trompée de chemin. J'allais vers l'ancien Odyssée. C'est pas le pire, parce que j'étais convaincue d'où j'allais et je me suis fais avoir par un lynx. J'ai grimpé un arbre et un Naori est venu m'aider. J'ai pris ça pour toi. C'est pour ça que je veux des conseils, je veux aller là-bas, mais je sais pas comment m'y prendre. Je suis vraiment blonde. » Elle râlait réellement. Sa couleur de cheveux n'y était évidemment pour rien. Mais elle avait réellement l'impression d'être une débile profonde, incapable de faire deux pas dehors. Elle avait la sensation d'être encore un bébé apprenant à marché, c'est pour cela -sans doute- qu'elle s'était si mal entendu avec le Naori en question, parce qu'il l'avait cerné tellement rapidement... Elle avait mal pris sa façon d'être et l'avait pris en grippe trop rapidement. Elle n'eut pas le loisir d'y repenser plus longuement parce que Chris proposait d'aller voir le champ fluorescent. Etait-il fou ? Secouant la tête, elle se tourna vers lui, l'air furieuse. « Mais t'es dingue ?! C'est hyper loin ! Et en pleine nuit, on va mourir, c'est hors de question ! »  A moins qu'elle n'ait pas connaissance de l'un de ces champs tout près d'ici, puisqu'elle ne sortait jamais, c'était tout à fait possible. Mais celui sur lequel elle était tombée était si loin. Bien plus près des vestiges de l'Odyssée que du campement actuelle alors c'est pourquoi elle réagissait au quart de tour. Parce qu'elle avait la réelle impression qu'il était sérieux, qu'il voulait partir si loin, à des heures et des heures de ce campement et cela en pleine nuit. Elle ne voyait pas comment ils survivraient dehors, à deux. Il ne pourrait pas les protéger tout les deux, et elle n'avait plus réellement confiance à l'extérieur à cause de sa petite aventure, même si elle voulait retenter l'expérience et qu'elle retenterait d'ailleurs quelques jours plus tard... Se calmant déjà, elle hocha la tête. « L...La veste est confortable. Et ton lit aussi. Je vais peut-être y dormir, et tu prendras le mien. Je suis certaine que t'es avantagée à cause de... enfin. » Elle allait lui faire un compliment sur son apparence, mais elle se retint finalement. Sans terminer sa phrase.

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Dim 21 Jan - 10:57


« Attends, à quoi tu penses là ? Ailina ? Robb ? Tu devrais en parler... dès que tu y songes. T'enfonces pas dans des abysses... pas comme moi. » « Je suis déjà dans les abysses. » Du moins c'était le sentiment que j'avais alors que je tentais juste de naviguer dans ses méandres. Et ne voulant forcément en parler comme elle le faisait alors que je me rappelais encore ce qui s'était passé la dernière fois que j'avais écouté ses conseils ou du moins tenter de les suivre. Bien que pour ainsi dire je m'étais juste trompé de personne en décidant de m'adresser à Elijah plutôt qu'à Devos ou n'importe quelle autre personne. Ne voulant forcément parler comme elle. Et cela d'autant plus alors qu'elle ne me semblait pas être l'une des personnes les plus habituées à s'ouvrir alors qu'au contraire elle était du genre réservée, et secrète. Un peu ce que j'étais. Et une question que j'évitais pour ainsi dire. « Tu sais que nous ne sommes pas les mêmes personnes. » Un constat. Des caractères qui étaient différents alors qu'en effet, nous n'étions pas semblables et pourtant sur certains points nous nous ressemblions. N'ayant toutefois envie d'en dire plus alors que je m'étais simplement renfermé sur moi-même, préférant porter mon regard sur un autre point.

Et ce regard qui ne s'était que posé sur la fleur qu'elle m'avait apporté. Une fleur qu'elle s'était emparée et qui me faisait croire que c'était la bêtise qu'elle avait commise. Du moins c'était une des possibilités alors qu'il était difficile d'avoir la juste réponse sans fait affirmatif. Reportant mon attention sur elle alors que je me demandais en effet ce dont elle parlait. « Non. La bêtise, c'est que j'ai essayé de rejoindre le camp des cents il y a quelques jours et je... je me suis trompée de chemin. J'allais vers l'ancien Odyssée. C'est pas le pire, parce que j'étais convaincue d'où j'allais et je me suis fais avoir par un lynx. J'ai grimpé un arbre et un Naori est venu m'aider. J'ai pris ça pour toi. C'est pour ça que je veux des conseils, je veux aller là-bas, mais je sais pas comment m'y prendre. Je suis vraiment blonde. » « Tu as confondu un lynx avec moi ou une autre personne avec moi ? » Un ton moqueur alors que pour ainsi dire mes mots sonnaient comme si c'était le seul fait que j'avais retenu. Pourtant cela n'était pas le cas alors que ce n'était pas tout ce que j'avais retenu, loin de là. Ayant bien noté qu'elle avait tenté de rejoindre le campement des 100 très mal préparée, sans doute sans demander sans aucun conseil auparavant. Semblant trop fier. Pas la bonne idée, et encore moins sans l'une des cartes qui était distribuée avec soin. Chaque départ du campement devant être précisé, ce que j'espérai qu'elle avait fait. Et qu'un rappel qu'il était autant possible de se perdre facilement. Mon regard qui manquait de se faire plus vague alors que je ne pouvais que penser à Faust pendant un bref éclat de secondes. Faust qui était toujours portée disparue, sans certitude de la savoir vivante. Ce qui aurait pu être son cas, ou le mien. S'éloigner du campement ne permettait pas d'avoir une certaine assurance, et là n'était qu'une raison de plus qui faisait qu'il était préférable de partir en groupe. Ce que j'avais toutefois fait très rarement bien qu'il était autant possible de rejoindre le campement des 100 seul même si jusqu'à là je n'avais trouvé que Rachel qu'au point culminant entre les deux. « Tu es chanceuse. » Un constat plus qu'une vérité. « Tu as de la chance qu'un naori soit venu t'aider et d'être revenue là. » Elle aurait pu tomber sur un membre d'une tribu bien plus agressive. Ce qui n'avait pourtant été le cas alors qu'elle avait survécut. « Le meilleur moyen d'aller là-bas, c'est d'avoir une carte et d'être préparé. » Ce qu'elle n'était pas même si pour le coup je ne voulais forcément retourner le couteau dans la plaie, faisant juste autant que possible le point sur sa situation. « Mais j'imagine que tu as bien fait de venir me voir pour la prochaine fois. » Et un sourire qui manquait de s'esquisser sur mon visage alors qu'en effet, dans un sens elle avait fait le bon choix. Qu'un rappel autant qu'elle n'était pas sortie souvent du campement, que certains vivaient surtout à l'intérieur plutôt qu'à l'extérieur. Une solution auquel elle pouvait toutefois remédier en s'améliorant, en continuant de sortir des sentiers balisés qu'elle suivait. Et autant les mots de Skylar qui revenaient dans ma mémoire alors que nous étions aussi là pour protéger ceux qui ne pouvaient se défendre eux-mêmes. Préférant plutôt que l'empêcher d'y aller m'assurer qu'elle serait prête. Une disparition ou une mort que je ne voulais porter sur mes épaules. Un poids de culpabilité que je préférai de nouveau éviter alors que je me retrouvais à détourner le regard tandis qu'une autre idée me traversait l'esprit.

L'idée d'aller voir ces fleurs qui offraient un spectacle magnifique au coeur de la nuit. « Mais t'es dingue ?! C'est hyper loin ! Et en pleine nuit, on va mourir, c'est hors de question ! » « Donc tu es prête à partir totalement inexpérimentée en direction du campement des 100, et mourir mais tu refuses d'aller voir des fleurs en ma compagnie ?! » Une pointe de moquerie alors qu'il était à vrai dire pas nécessaire d'aller aussi loin que l'ancien campement pour apercevoir ces fleurs. En ayant découvert non loin de ce nouveau campement au coeur d'une patrouille. Un voyage bien plus préférable que celui qu'elle n'avait réalisé sans besoin de se perdre dans les méandres de l'obscurité et risquait de mourir. Ne comptant mourir à vrai dire. « Il y en a non loin d'ici, peut être même qu'à une dizaine de minutes. » Ce qui était le cas, sans besoin de craindre le pire.

Même si je ne pouvais que détourner la conversation pour poser mon regard sur elle ou plutôt sur ma veste qui reposait sur ma couche. Un lit qui lui avait visiblement bien plus paru confortable que le sien. Ce qui n'était forcément compréhensible, alors que les couches étaient similaires. Préférant toutefois sans hésiter la taquiner plutôt que de me retrouver à échanger des mots poignants avec elle. Une conversation qui était toutefois différente de celles que nous avions eu avant, alors que cette fois-ci il n'y avait pas de partie en cours. Il y avait juste des mots et des tentatives de faire cela bien, des tentatives de conciliation même si l'ambiance était certainement plus légère que celle entrevue précédemment. « L...La veste est confortable. Et ton lit aussi. Je vais peut-être y dormir, et tu prendras le mien. Je suis certaine que t'es avantagée à cause de... enfin. » Et mon regard qui ne pouvait que s'ancrer dans le sien alors que le rouge teintait aussi ses joues. Enfin ce n'était pas tant une couleur de rouge plus de rose alors qu'en effet elle ne pouvait que rougir. Ce qui était à vrai dire très amusant. « Je t'en pris continue. » En faisant exprès évidemment alors que j'appréciais en effet de pouvoir la pousser plus loin. M'amusant de la voir sur un terrain inconnu alors qu'elle était soudainement déstabilisée, à tenter de trouver un certain équilibre qu'elle n'avait encore. Ou peut être juste une nouvelle partie qui commençait à se dessiner avec un certain plaisir. Mon regard plongé dans le sien alors que je ne pouvais que m'approcher un peu plus. Délibérément. La distance qui rétrécissait même si elle n'était pas déjà très grande. Appréciant peut être juste l'effet provoqué sur elle. « Tu sais que je ne vais pas te manger, non ? » Un terrain de confort qui n'était pas le sien mais qui n'était que plus intéressant. Etudiant chacun de ses traits alors que je ne pouvais que la regarder avec soin, curieuse de connaître son prochain geste. Prochain mouvement qui était sien.


Dernière édition par Chris Wilson le Dim 21 Jan - 17:16, édité 1 fois

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Dim 21 Jan - 16:13

Forcément, Chris déviait la conversation d'une main de maître. En tout cas, il l'évitait, préférant ne pas répondre. Et même si ça n'avait pas échapper à l'Odysséenne, elle n'allait pas lui mettre un couteau sous la gorge et le forcer à cracher le morceau. A révéler la moindre de ses pensées, toute la partie d'ombre qu'il conservait en lui. Elle ne pouvait justement pas lui jeter la pierre parce qu'elle faisait la même chose. Se confiant parfois, lorsqu'elle sentait qu'elle pouvait faire confiance, ou qu'elle pouvait compter sur une oreille attentive mais c'était de plus en plus rare. Depuis la mort de sa mère, elle avait de plus en plus pris sur elle-même, accumulant ses malheurs et les faisant taire comme s'ils n'existaient plus. Dissimulé dans une partie d'elle-même qu'elle ne dévoilait que très rarement, même si son visage sans sourire ne trompait personne. Alors pourquoi aurait-il écouter ses conseils ? D'autant plus que la dernière fois qu'il l'avait écouté, ça n'avait pas porté ses fruits. N'insistant donc pas, elle l'observa simplement en silence, hochant la tête lorsqu'il expliqua qu'ils étaient différents. En effet, mais parfois ils étaient similaires aussi. Peut-être plus qu'il ne l'imaginait. Même si le passé de chacun était différent, quelques similitudes étaient pourtant là. Des émotions, des pensées bien différentes mais de ce même noir affreux et désespérant.

Chiraz profita de cette conversation détournée pour lui raconter rapidement son périple avec le lynx et le Naori. Mais elle roula des yeux à la remarque de Chris et elle esquissa un demi-sourire. « J'ai pris personne pour toi, idiot. Je disais que j'ai ramené cette jolie fleur pour toi. » Continuant à l'écouter, elle était toute ouïe. Effectivement, la chance avait été de son côté, et finalement cette mésaventure, c'était transformée en une jolie aventure, parce qu'elle n'avait jamais rien vue d'aussi joli que le champ de fleurs phosphorescentes. Toujours aussi attentive, elle observa Chris et soupira légèrement. Évidemment, qu'il fallait être prêt pour sortir, mais elle était partie sur un coup de tête, prévenant à la va-vite. Sans doute pas les bonnes personnes d'ailleurs, et elle était partie sans carte. Mais Wexforth avec ou sans carte se serait certainement perdue. Parce qu'elle n'avait pas d'expérience dans la lecture des cartes. Si les livres n'avaient aucun secrets pour elle, c'était différent pour l'orientation. Elle allait généralement là où ses pieds la guidaient, persuadée qu'ils la conduiraient là où elle voulait aller, sauf que ça ne fonctionnait pas ainsi. Et comme une confirmation, il lui assura qu'elle avait eu raison de venir le voir. Elle n'en avait pas douté une seconde. Surtout que ça avait été le prétexte parfait pour renouer avec lui. S'excuser. Mais surtout, reprendre comme si rien ne s'était produit la dernière fois.

Puis une moquerie plus grosse que le monde. En effet, elle avait fais un très long chemin pour découvrir des fleurs magnifiques et elle refusait d'y retourner. Mais il lui révéla donc que c'était inutile d'aller si loin puisqu'il y en avait tout près du campement. Ronchonnant, Chiraz roula des yeux, réellement agacée par son propre comportement. Elle avait fais tellement de chemin pour rien. Réellement pour rien. Enfin si, cela lui avait permis de rencontrer Caleb, le Naori qui lui était venu en aide. Mais elle n'était pas certaine s'il s'agissait d'une bonne ou d'une mauvaise chose. Observant Chris, elle hocha alors la tête. Ils pouvaient très bien y aller tout les deux si c'était tout à côté et qu'il n'y avait pas de danger. Enfin, Chris était assez solide pour gérer la pire situation. Elle comptait sur lui. Lui faisait confiance.

Mais finalement, il en était venu à quémander des détails à propos de la veste qu'elle avait emprunté, dans laquelle elle s'était endormie. Et si une forme de compliment avait commencé de se former dans sa bouche, elle avait cessé cela mais bien sûr, il voulait savoir la suite. « A cause de ta belle gueule. » Secouant la tête, elle continuait de rougir bêtement. Il s'approcha davantage, et les couleurs ne faisaient que s'intensifier sur le visage délicat de Chiraz. « Rien n'est moins sûr. Et rien n'indique que c'est pas moi, qui te mangerait... » Ravalant sa salive avec un peu de mal, elle se releva finalement, se dérobant à son regard, à cette conversation qui devenait gênante pour elle, elle n'assumait pas, mais se dérobant surtout de cette proximité. Si elle avait été capable de l'étreindre tout à l'heure, elle ne se voyait pas recommencer, même si l'envie y était. Être proche de lui n'était pas une bonne chose, ni pour lui, ni pour elle. Ils pouvaient être amis, pas plus. Mais déjà, sans le savoir, elle songeait à plus, puisqu'elle se disait qu'être ami était un bien, qu'il fallait préserver cela et chérir cette amitié comme la prunelle de ces yeux. « Je te suis pour les fleurs... » Se dirigeant alors vers sa propre couchette, elle attrapa sa propre veste l'enfila, la refermant alors. Prête à sortir le nez dehors, à se faire prendre par le froid de l'extérieur. Parce que le soir ne tarderait plus et il faisait déjà frais.


avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Dim 21 Jan - 17:15


Et des questions qui ne pouvaient que se poser. « J'ai pris personne pour toi, idiot. Je disais que j'ai ramené cette jolie fleur pour toi. » Presque un sourire satisfait qui naissait sur mon visage ou juste cette pointe d'arrogance. Cet éclat dans le regard alors que l'ego restait flatté. Et sans doute d'autant plus alors qu'elle venait tout simplement d'avouer qu'elle avait pensé à cette délicate attention. Délicate attention qui ne l'avait que conduit à garder la fleur avec elle pour me l'emmener. Tentative de réconciliation dans sa part sans pour autant qu'elle ait eu la certitude de le faire. Et n'ayant pu que me demander si cela n'avait pas été son plan depuis le début. Ne pouvant que me demander si elle ne s'était pas endormie délibérément sur ma couche pour attendre mon retour, certaine que la curiosité me pousserait pour ainsi dire à rester et lui accorder plusieurs minutes pour qu'elle puisse s'expliquer. Certes une partie du plan pouvait avoir autant être improvisé mais tout laissait croire que cela n'avait pas été le cas, qu'elle s'en était réellement voulu. Comme si elle s'était plus inquiété de son opinion que moi de la mienne alors que je n'avais pu que reléguer notre dispute dans un coin de ma tête. Me décidant non pas tant d'attendre que de voir ce qui se passerait, décidant de laisser le temps faire son oeuvre pour pouvoir autant réfléchir aux mots prononcés. La rancoeur et la colère ayant malgré tout surgi même si ces sentiments que plus ténébreux n'avaient pu qu'à leur tour disparaître. Ne regrettant pas qu'elle ait fait le premier pas, alors que borné, cela ne faisait aucun doute qu'il m'aurait fallut plus de temps qu'elle pour accepter la suite et retourner la voir. Tentant toujours de travailler sur cette colère et sur ce terrain là, même si je ne pouvais que petit à petit tenter de m'améliorer. Et qu'une raison supplémentaire qui ne pouvait que me pousser à garder le silence, à ne pas insister là-dessus et juste apprécier le cadeau rapporté. Une fleur bleue trouvée et qu'une proposition qui serait faite un peu plus tard avec une expédition au coeur de la nature.

Mais autant, je ne pouvais que la chercher un peu plus. Et je ne pouvais que la pousser à terminer sa phrase. Curieux d'en entendre le bout, de voir si elle aurait le courage d'aller jusqu'au bout ou si au contraire elle n'en viendrait qu'à s'arrêter là et se dérober. Des questions bien qu'il était parfois difficile de reculer devant un défi alors que la tentation pouvait être trop forte. « A cause de ta belle gueule. » Le rouge qui lui était monté aux joues. Un sourire arrogant qui se dessinait sur mon visage, comme si elle avait donné la bonne réponse attendu. Conscient qu'il était autant facile pour les hommes de succomber face aux femmes que l'inverse. Une note de charme toujours la bienvenue pour donner un coup de pouce. Et si je ne pouvais que m'approcher un peu plus, des couleurs pouvaient que se peindre un peu plus sur son visage ou plus particulièrement sur ses joues. Presque un ton amusé alors que je ne pouvais que la taquiner, lui demandant si elle avait peur que je ne la mange. Ce que je ne comptais faire alors que je n'étais nullement un cannibale. Mais au-delà de cela je ne pouvais que m'amuser, alors que cette fois-ci, c'était la jolie blonde qui était en position de vulnérabilité. Un terrain qui n'était pas le sien. Une partie qu'elle ne débutait pas de bon pied alors qu'elle ne pouvait que tenter de fuir mon regard. « Rien n'est moins sûr. Et rien n'indique que c'est pas moi, qui te mangerait... » Presque mignonne alors que si elle tentait le coup, il n'était qu'un peu plus clair qu'elle n'en connaissait rien. Un regard auquel elle se dérobait alors que je me contentais de l'observer comme un prédateur regardant une proie particulièrement appétissante. Et une minute plus tard elle ne pouvait que se relever pour pouvoir mettre le plus de distance possible entre nos deux êtres. Comme si j'étais dangereux pour elle. Ce qui était le cas alors que je me doutais être capable de pouvoir briser son coeur en morceaux. Ce que je ne voulais pourtant pas. Un coeur bien trop fragile, en verre qui était pourtant capable de se briser en un éclat de seconde. Autant qu'il était possible qu'un dernier souffle s'éteigne. Une vie qui était trop courte pour pouvoir juste en gaspiller une seconde. Ce que j'avais déjà fait. Et des erreurs que je tentais de ne pas reproduire alors que le temps était bien trop précieux pour être gaspillé aussi simplement que cela soit.

Et une proposition qu'elle ne pouvait au final qu'accepter bien que son ton grincheux ne put que me faire comprendre qu'elle désespérait à l'idée d'avoir su maintenant que ces mêmes fleurs récoltées se trouvaient non loin du campement. Un brin amusé même si ainsi elle avait pu voir le monde. Ce qui n'était pas le cas auparavant, bien qu'elle restait en effet chanceuse. Et comptant bien l'aider à être mieux préparer pour la prochaine fois. Ayant compris que ce n'était pas tant dans le but de m'utiliser, d'avoir des réponses à ses questions qu'elle était venue. Une tentative pour se réconcilier tout autant même si j'avais manqué de la rejeter et de couper court à la conversation en la voyant. N'ayant forcément envie de me prendre la tête ou de juste la laisser croire qu'elle pouvait m'user. Ce qui n'était le cas, heureusement. Et préférant autant croire qu'elle était passée outre ses doutes alors que je ne lui parlais pas juste à cause d'Ailina, parce qu'elle lui rassemblait ou à cause de n'importe quelle autre silhouette de mon passé. Appréciant autant de passer du temps en sa compagnie, même là plutôt que d'entendre des éclats de voix que trop violents.

Un désir commun de s'échapper ou peut être qu'elle n'en venait qu'à vouloir s'échapper à son tour. Toujours aussi curieux. Ou juste ce destin d'entrevoir ces fleurs de nuit si particulières. Une promenade qui ne pouvait toutefois arriver de ce pas alors que la nuit n'était pas tombée. N'ayant toutefois le temps d'esquisser un mouvement alors que déjà debout pour éviter mon regard, elle n'en venait qu'à s'approcher de sa couche pour attraper sa veste. Restant au contraire à ma place, toujours contre le mur alors que je ne pouvais que l'observer. « Je te suis pour les fleurs... » Et comprenant que trop tardivement, du moins un instant trop tard qu'elle comptait y aller là alors que déjà elle s'approchait de la porte du dortoir, prête à descendre l'escalier ancien qui menait au rez-de-chaussée et à l'extérieur.  « Attend ! » Et si j'en venais qu'à attraper ma veste, il ne restait pas moins que je pouvais que m'approcher d'elle, la dépassant toujours d'une tête.  « Le crépuscule ne sera pas là tout de suite, on ne verra rien. » Sans compter le fait que je venais de rentrer de patrouille, n'avait encore mangé comme pouvait me le rappeler plus ou moins discrètement mon estomac. Levant les yeux au ciel. « Par contre, je ne dirai pas non à ce qu'on aille faire un tour en cuisine. » Pas seulement guidé par la faim mais il ne restait pas moins que le dernier repas que j'avais pris remontait à loin, ayant enchaîné garde et patrouille. Et sans réellement l'attendre, je ne pouvais que descendre quelques marches de l'escalier, non sans lui jeter un regard avant de l'attendre. « On aura toujours le temps d'y aller après, elles nous attendront. » Parlons des fleurs bien entendu et que conscient qu'à cette heure-ci, il n'y aurait pas grand monde dans la pièce qui servait de réfectoire. Un repas qui n'était encore servi et chaque personne qui était occupée à divers tâches avant que la nuit ne s'installe complètement. Certaines personnes saluées alors que je continuais mon chemin pour jeter un coup d'oeil à ce qui pouvait rester. Attrapant de quoi me remplir l'estomac aussi simplement qu'il soit avant de m'installer à une table dressée pour ceux qui viendraient manger. Une table déserte et ne pouvant que lui faire signe de venir s'installer à mes côtés, autant que je ne pouvais qu'espérer que cette conversation-ci ne se solderait pas par un drame.  « Tu veux quelque chose ? » Tentant de me montrer plus ou moins amical alors que je ne pouvais que lui faire signe de piocher dans ce qui se trouvait devant moi.


avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Dim 21 Jan - 18:42

Prête à partir, elle n’attendait qu’un signe, un mouvement de la part de l’Odysséen. Sa veste sur le dos, elle esquissa un mouvement pour s’éloigner son lit et se rapprocher de la porte pour quitter les lieux. Sauf qu’il jugea inutile d’y aller maintenant. Lui rappelant que la vue ne serait pas appréciable toute suite mais qu’elle le deviendrait en faisant preuve de patience et en allant là-bas un peu plus tardivement, une fois la nuit tombée. Une fois de plus, Chris avait raison. Une vraie voix de sagesse.

C’est d’un nouveau hochement de la tête, en accord avec la proposition de Wilson, qu’elle l’accompagna alors sans protester jusqu’au réfectoire. Elle avait bien entendu l’estomac du garçon, aussi faible avait-été le grognement de son ventre, personne alentour n’aurait été sourd. Même si en vérité, les lieux étaient quasiment vides. Tout comme en arrivant au réfectoire et elle ne pouvait que s’en réjouir. Une fois encore, elle ne voulait pas être énormément entourée ce soir. Comptant profiter de la présence de Chris, elle espère elle aussi, en silence, que la soirée irait comme sur des roulettes et qu’elle n’allait pas se vexer comme la dernière fois. Du moins, pas se renfermer comme elle l’avait fait en repoussant totalement son ami. Le fuyant et l’envoyant chier, par la même occasion. Pour ce soir, elle tenterait de ne pas aborder le sujet épineux : Ailina. Et donc, ne se fâcherait pas. Mais enfin, si la plupart du temps elle parlait en réfléchissant au préalable et en tournant sept fois sa langue dans sa bouche, il arrivait qu'elle ne lâche de sérieuse bombe, bombe qui pétait de tous les côtés pour tout ruiner, comme ce fameux soir. Finalement, cette conversation qu'elle avait eu avec Chris ne lui avait que démontré un peu plus qu'elle ne devait pas dire réellement ce qu'elle pense. « Oh non, je te laisse dévorer ton assiette tout seul, ça t'évitera de.... » De nouveau les couleurs qui avaient cessés d'apparaître sur son visage en quittant le dortoir, revenaient finalement pour de nouveau afficher un rouge prononcé sur sa peau pâle. « de me dévorer moi... » Frottant légèrement son front à cause de sa timidité. Elle ne pouvait que penser à son amie Tennesse. Enfin, amie, c'était bien le cas maintenant. Mais elle avait été plus que cela, et rien que d'y repenser, elle ne pouvait que rougir davantage. Cette amie, à présent si cher à son coeur qui ne cessait d'essayer de lui faire parler de sexe de façon détendue et pourtant, ça ne fonctionnait pas. Chiraz se bloquait toujours. Même si là, elle ne parlait pas de ça de façon explicite. Elle était gênée par le moindre sous-entendu, pas toujours certaine de très bien les saisir. Lorsqu'elle pensait à l'Odysséenne et à sa façon d'être, elle essayait de se projeter, comme si elle était Tennesse, du moins, comme si elle était comme elle. Comme si tout était possible. « S-Sauf si tu te proposes pour être le dessert... » Aussi rouge qu'une tomate, elle tira légèrement le col de sa veste, parce qu'elle avait chaud. Terriblement chaud. Elle savait bien pourquoi, mais elle n'en restait pas moins gênée. D'autant plus qu'elle venait d'oser ce que jamais elle n'aurait fais auparavant. Mais même si elle entrait sur ce territoire inconnu tout en sachant que ça allait plaire à cet homme, elle fit marche arrière bien rapidement, enchaînant alors : « A moins qu'Elijah soit au menu aussi... je sais pas lequel je prendrais. » De nouveau, elle avala une boule de salive qui était venue obstruer sa gorge, et bien évidemment, son regard demeurait fuyant. Préférant regarder ses ongles plutôt que Chris. Elle était bien incapable de jouer le rôle de la femme fatale et ça, même si elle avait lu un nombre incalculable de romans à l'eau de rose.


Dernière édition par Chiraz S. Wexforth le Lun 29 Jan - 22:16, édité 1 fois

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Mer 24 Jan - 20:47


La tentative d'engager la conversation et de rester poli, même s'il était certain que j'espérai qu'elle refuse. Un estomac à remplir avant tout. Une proposition anodine qui prenait un autre tournant pour ainsi dire à ma surprise. Ne m'y étant pas attendu, non pas que la tournure de la conversation était pour me déplaire. Sa différence alors que si j'étais à l'aise à ses côtés, même avec ce sujet, bien que cela n'était pas son cas. Des tentatives pour devenir une autre personne ou pour s'affranchir des barrières qu'elle avait posé à tour de rôle. « Oh non, je te laisse dévorer ton assiette tout seul, ça t'évitera de.... » Et mon regard qui se posait sur elle alors qu'en vue de la couleur de ses joues, il était facile de deviner la suite de sa phrase bien qu'elle n'avait pu que s'interrompre. Sa timidité qui était autant là alors que je ne pouvais que la pousser à m'en dire plus toujours sur un ton nonchalant. « de ? » Et autant curieux de savoir si elle irait jusqu'au bout de sa phrase ou si je me trompais juste en assumant deviner la suite de ses mots. Comme un prédateur qui regardait une proie particulièrement appétissante. Un regard ancré dans le sien. Prêt à observer chacun de ses traits en dépit du fait qu'elle était tout sauf être à l'aise. Une situation qui n'était pas forcément ordinaire mais qui avait tout autant eu une chance d'arriver. Et la jeune femme ne pouvait que reprendre la parole. « de me dévorer moi... » Une facette d'elle qui lui paraissait inconnu et qui me faisait presque me demander si elle avait déjà eu la moindre relation avec qui que ce soit. Une question que je ne comptais pas lui poser mais qui ne pouvait que tournoyer dans son esprit alors qu'aucun de ses gestes ne se laissait présager le contraire. Et dans un sens, son caractère et ses tentatives ne la rendaient que plus désirable. Un sourire qui manquait de se dessiner sur mon visage alors que je ne pouvais que l'observer sans rien dire, voyant bien qu'elle n'allait que pouvoir reprendre la parole. « S-Sauf si tu te proposes pour être le désert... » « Tu devrais pas me tenter comme cela, je pourrai te prendre au mot. » Un ton semi moqueur alors qu'en vérité j'étais tout aussi sérieux. Et si je la considérai plus comme une amie, il ne restait pas moins que j'aurait tout aussi été capable de la prendre littéralement au mot à un moment. Ayant toutefois changé. Ou du moins je pouvais que tenter de faire les choses différemment, ne comptant pas gâché cette précieuse amitié à vrai dire. Non pas que je ne pouvais qu'être douché la seconde d'après alors qu'elle reprenait la parole. « A moins qu'Elijah soit au menu aussi... je sais pas lequel je prendrais. » « Okay, je crois que je vais passer le dessert. » Et ne pouvant que secouer la tête avant de reprendre la parole, plus amusé que vexé. « Tu sais comment refroidir l'ambiance Wexforth. Un conseil, la prochaine fois que tu te retrouves dans cette situation, sors pas des trucs comme ça, ou tu feras fuir tout le monde. » Une vérité pas moins alors que cela ne faisait aucun doute qu'elle pouvait faire descendre les degré de la pièce aussi vite qu'elle en augmentait la température. Et un ton pourtant amusé qui n'était pas destiné à la blesser. Mon regard qui se posait sur elle alors que c'était presque à croire qu'elle n'avait jamais connu une once de passion. Ne semblant être le cas. Un regard qui s'attardait un instant de trop sur elle. Une question que je ne lui poserai toutefois pas, que conscient qu'il y avait quasiment toutes les possibilités pour qu'elle soit plus mal à l'aise. Non pas qu'elle avait une raison de se forcer comme elle le faisait, alors qu'elle était autant attirante naturellement. « Tu devrais juste rester naturelle, tu as pas à faire semblant. » N'ayant pas besoin de se forcer à prétendre d'être une autre personne, n'ayant pas besoin de faire semblant qu'elle était quelqu'un qu'elle n'était pas, du moins pas avec moi. Et ne pouvant autant que lui adresser un sourire. Un bref instant d'hésitation toujours là, à poser cette fatidique question avant de finir par me retourner vers mon assiette, tentant de garder un peu de sens dans mon esprit. D'autant que je ne voulais repartir sur un terrain miné avec elle ou même gâcher ce lien qui s'était créer. Et gardant autant le silence.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Mar 6 Fév - 0:44

La prendre aux mots. C'est vrai que Wilson aurait pu le faire. En tout cas, il aurait pis si elle n'avait pas tout fait pour l'en dissuader. Loin d'être stupide, la blonde s'était doutée que la situation aurait très bien pu tourner au vinaigre. Elle aurait pu se laisser aller davantage, le laisser instaurer ce petit jeu de séduction qui, indirectement, revenait bien souvent entre eux. Et comme parfois, elle aurait pu entrer dans son jeu, le laisser dire des choses qui l'auraient fait rougir, qui l'auraient mise mal à l'aise. Mais pas cette fois-ci. Elle avait elle-même continuer à faire quelques sous-entendus, reprenant ceux que Chris avaient débutés. Et aussitôt, elle les avaient étouffés dans l'oeuf. Le sourire aux lèvres cette fois, elle se retint de rire réellement devant son nez. Le visage de Chris prenait une expression bien spécial lorsque quelqu'un abordait le sujet Elijah. Et autant dire qu'elle adorait jouer de ce sujet-là pour l'embêter. Qui aime bien, châtie bien. Chiraz n'en était que trop consciente. Même si finalement, Wilson était amusé des mots qu'elle avait eu, c'était une réelle petite victoire de son côté. Se mordant légèrement les lèvres pour ne pas rire, elle leva la main pour piocher quelques mets dans son assiette et les grignoter. Finalement, le voir manger lui donner faim. Si bien qu'elle le laissa là, en plan. Sans lui répondre à cette dernière phrase et elle alla se chercher un plateau. Revenant avec sa propre nourriture. Même si c'était aussi une occasion pour éviter le sujet, celui abordant le fait qu'elle devait être elle-même, elle avait aussi faim.

Revenant s'installer près de l'Odysséen, elle machouillait déjà et esquissa une nouvelle sorte de sourire. Contrairement à la dernière conversation qu'ils avaient eu, elle se sentait bien aujourd'hui. Et elle était tout particulièrement enclin à discuter, à passer du temps avec lui et tout ça, sans pensée à Ailina. La blonde avait occulté cette dernière, ce qui était pas mal rare. Mieux valait pour lui de saisir cette occasion. « Tu crois pas qu'aller voir ce champs de fleur phosphorescent tout les deux... est un peu trop...comment dire... galant de ta part ? » Elle aurait aimer user du terme "romantique" comme elle le lisait si souvent dans ses livres. Mais en vérité, elle savait qu'il ne l'était pas. Mais en même temps, il n'était le genre galant non plus. Alors l'un ou l'autre terme, finalement, elle en arrivait au même point. Les yeux de Wexforth se plongèrent dans ceux du garçon. « Tu comptes m'offrir un bouquet, au moins ? Comme un cadeau de... de paix, entre amis. Entre voisins. » Haussant les épaules, elle le taquinait. De son côté, elle lui avait offert l'une de ces fleurs qu'ils iraient voir ensemble sous peu. Même si celle-ci n'était plus lumineuse, elle avait été bien étonnée que Chris sache ce dont il s'agissait, encore plus de savoir qu'un champs était à proximité du campement actuelle. Mais enfin, sa proposition d'y aller ensemble l'avait un peu touchée. Même si au final, le cadeau qu'elle avait voulu lui faire était tout à fait inutile, voir même ridicule à présent.

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 2246 Brett Dalton Murphouille (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 1014
- Whatever it takes -


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Mer 7 Fév - 12:56


Et la conversation qui ne pouvait que prendre un nouveau tournant après qu'elle ne soit revenue s'asseoir, une assiette entre ses mains. « Tu crois pas qu'aller voir ce champs de fleur phosphorescent tout les deux... est un peu trop...comment dire... galant de ta part ? » « Tu ne penses pas que je peux être charmant parfois ? » Faisant mine d'être offusqué, ce qui n'était pas le cas. De même que le terme de charmant n'était pas celui qu'elle avait usé, utilisant plutôt celui de galant. Les non-dits qui étaient alors que je savais très bien qu'elle sous-entendait par là que ce geste était peut être trop romantique pour moi. Pourtant, autant que je pouvais faire semblant, il ne restait pas moins qu'il pouvait m'arrivé d'être galant ou d'être romantique avec la bonne personne. Ailina qui avait réussi à faire ressortir ce qu'il y avait de meilleurs même si certains traits étaient juste naturels. Sans aucun doute que paraître romantique faisait tout de suite moins viril, même si là n'était peut-être pas la question. Ou peut être qu'elle l'était justement. Au final, ce n'était qu'une question de regards alors que chaque personne pensait différemment. Chacun se permettant d'avoir un avis différent sur la question même si parfois on ne leur demandait pas cet avis. Et autant que certains pouvaient donner leurs avis par pure honnête, d'autres ne se servaient des mots pour critiquer. Un monde qui n'était pas juste blanc ou noir mais qui était au contraire composé de différentes teintes. « Peut-être que tu ne me connais juste pas assez pour voir ces touches de galanterie. » Un haussement d'épaules nonchalant alors qu'à vrai dire, je n'avais pas vu cette proposition sous cet angle au premier abord. Une idée qui était juste passée dans ma tête alors que je savais que les champs des fleurs phosphorescents étaient magnifiques au coeur de la nuit. Ce qui était le cas alors que face à la lumière de ces simples fleurs, un tout autre paysage se dessinait au plus grand plaisir des grands comme des petits sans aucun doute. Juste des moments où il paraissait bon de s'arrêter ne serait-ce qu'un instant pour contempler ce qui se trouvait devant, pour contempler le paysage qui se dessinait. Chaque paysage qui était différent les uns des autres alors que chaque élément, tâche de couleur différait l'une de l'autre. Un attrait de voir le monde que je ne pouvais à vrai dire que comprendre et apprécier. L'importance de savoir s'arrêter un instant pour oublier le reste de nos préoccupations, du monde pour se concentrer sur ce qui se trouvait autour et juste se perdre pendant un espace d'un instant dans le silence. Ce que la nuit offrait, et que ce spectacle offrait plus particulièrement.

Une proposition anodine qui semblait pourtant avoir été comprise autrement alors que mon regard ne pouvait que se reposait sur elle. Des non-dits qui restaient depuis la dernière fois. Un jeu qui continuait de se dérouler même si les issues en semblaient que plus floues. « Tu comptes m'offrir un bouquet, au moins ? Comme un cadeau de... de paix, entre amis. Entre voisins. » Toujours ces mêmes tentatives de définir ce lien qui existait entre nous. Peut-être aurait-il été plus simple de ne pas le nommer, de ne pas tenter de le classer à tout prix dans une catégorie. C'était ce que certains faisaient, mais que nous n'avions fait. Des tentatives de le définir. Colocataire. Voisins. Récemment amis. Ce qu'elle était pourtant malgré les tensions qui s'étaient créées. Un terrain plus conciliant installé face auquel il paraissait plus simple de mettre ce dernier moment en parenthèse. Une parenthèse qui n'était plus pour le moment même si je n'avais aucune certitude que cela n'aurait pas de nouveau lieu. Et pourtant au lieu de me concentrer sur ses questions sans réponse, je ne pouvais que reprendre la parole. « Cela dépend, tu en voudrais un ? » Et ne pouvant autant que la chercher un peu plus. Tentative de la pousser toujours plus loin, de voir si elle allait repousser de nouvelles limites alors que l'idée instinctivement ne m'était pas venue. Ne m'étant pas jusqu'à là poser la question et ce n'était comme si je savais si elle appréciait les fleurs. « Tu ne m'as jamais dit que tu aimais les attentions délicates non plus, non pas que j'aurai pensé le premier jour que tu étais du genre romantique. » Il était certain que la première fois au-delà de cet électrochoc subi, c'était surtout l'impression d'être une fille renfermée qui m'était parvenue. Une impression qui n'avait pu toutefois se modifier au fur à mesure de nos conversations alors qu'un lien en venait qu'à se tisser tout doucement. « Qu'est-ce que tu aimes au-delà des mots, et livres ? » Et qu'une question alors que je l'invitais pour ainsi dire simplement à continuer cette partie entamée. Une question contre une question. Et une stricte vérité. Rien de plus ou de moins alors qu'autant que possible, ces conversations s'étaient toujours déroulées en toute franchises. Un geste qu'appréciable sans avoir cette impression d'être jugé et observé. Un passé délivré grain pour grain. Que des bribes de connus, et ce qui était peut être autant mieux. Une once de changement.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]
Mer 7 Fév - 21:47

Wexfort avait voulu le taquiner un petit peu mais en même temps sans le montrer. Elle préférait laisser le doute planer autour de lui. Et ça semblait pas mal être le cas puisqu'il la questionnait déjà à propos de son charmant. Se pinçant toujours les lèvres pour ne pas trop sourire, ou ne pas lâcher quelque chose sans y avoir réfléchi aupréalable, elle l'observa de nouveau. Parfaitement d'accord avec la suite de ces propos. Elle n'avait simplement pas eu l'occasion de constater de cela. En vérité, elle n'avait pas constater d'attention particulière à son sujet. Ils ne savaient déjà pas décrire le lien qui les unissait alors le reste, elle n'y songeait pas tellement. Ils n'étaient qu'amis, semblait-il. Alors les petites attentions, il n'y en avait pas. Pas encore. Parce qu'il n'était encore des amis proches. Mais plus la blonde y songeait et plus elle en avait envie. Même cela l'effrayait aussi. Depuis son mini voyage raté, la possibilité de mourir juste comme ça, comme sa mère l'avait abandonné, elle était terrorisée de perdre d'autres proches. Mais maintenant, elle ne voulait plus non plus avoir à regretter le fait de ne pas avoir été autant entourée que ça. Il fallait définitivement qu'elle change un peu. Qu'elle s'ouvre. Elle avait pu le saisir et commencer depuis quelques semaines déjà. Il n'y avait plus qu'à continuer ainsi, sur cette lancée. En évitant évidemment les obstacles, comme Ailina... Par exemple. Ce qu'elle parvenait à faire ce soir. « J'attends de voir ça. » Continuant de manger tandis qu'il continuait de prendre la parole, elle termina son plateau sans même s'en rendre réellement compte. Elle avait tout terminé avec une rapidité monstrueuse, parce que son estomac avait crié famine longuement sans qu'elle n'y prête réellement attention. Parfois, elle ne se rendait pas bien compte des propres demandes de son corps et ce moment précis en était un parfait exemple. Un beau jour, elle oublierait bien sa tête quelque part...

« Tu termines et on y va ? Aller. On peut y aller tôt. Qu'on papote ici ou là-bas, c'est la même chose, petit génie. » Un sourire plus franc sur les lèvres. Elle pencha sa tête sur le côté. Sérieusement pressée d'y arriver. Elle aimait tout ce que pouvait lui offrir cette terre. Chiraz se plaisait à la découvrir et à redécouvrir parfois. Alors ce nouveau champs, différent de celui qu'elle avait vue, elle était pressée de le voir. Peut-être bien que les fleurs seraient différentes après tout. Et ça, ça ne pouvait que lui donner le sourire. Tapotant le plateau de Chris, elle se montrait impatiente, mais ça n'était pas un comportement sérieux, elle voulait le taquiner. Le pressant alors qu'ils avaient tout le temps, elle le savait bien. Mais sa question la désarçonna à propos du bouquet. « Tu me poses la question, donc non. Ça doit venir du coeur, pas d'une demande. Tu vois, t'es pas charmant. » Elle secoua la tête. Elle avait gagné cette manche, enfin pour le moment. Il aurait certainement une réplique bien à lui pour justifier de ce comportement-là. Ou peut-être pas, après tout.
« Et c'est naïf de croire que les femmes ne veulent pas d'attention. La plus vil menteuse te dira que non, mais en réalité, on en veut. Et moi.... je suis une romantique. Je suis littéraire, les romances c'est...c'est... plusieurs vies que je m'approprie. » Quelques rougeurs apparurent de nouveau sur ses joues. Outre les mots comme il disait, et les livres, elle n'avait pas tant de passion que ça. Pas tant de rêve non plus. D'un haussement d'épaule, elle riva de nouveau ses prunelles aux siennes. « Les langues. La terre. J'aimais bien notre espace, mais je l'aurais préféré différemment j'imagine. Comme une simple exploration. J'aime... découvrir. J'aime le savoir. Enfin.. C'est bête. Et toi, racontes-moi ? Qu'est-ce que tu aimes, à part moi, bien sûr. » Une mini-assurance qu'elle n'assuma pas longuement puisqu'elle dérobait déjà son regard de celui de l'Odysséen.


Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]

 

Share with me and forget the rest... [Chiraz & Chris]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» ENEYA • « never forget where you came from »
» ♥ - Forget Your Past
» || Come save me, unbreak me, cause I just can't forget you ;

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-