Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜The collateral damage of a misguided pride {Eris
maybe life should be about more than just surviving


avatar
27/11/2017 Lov' 87 Nathan Filion Mécanicien / Diplomate & Combat au corps à corps 95


Sujet: The collateral damage of a misguided pride {Eris
Lun 8 Jan - 22:22

Le grand déménagement avait sans conteste constitué un événement marquant, empreint d’une profonde symbolique : laisser derrière la carcasse éventrée de l’Odyssée, l’arche qui les avait finalement conduits vers la terre promise, représentait un choc psychologique important pour leur petite communauté. Ils laissaient ainsi derrière eux un passé scripté pour se tourner vers un avenir franchement incertain et, surtout, qui ne dépendait plus d’eux seuls. Un grand pas qui les éloignait des étoiles. Et, il ne fallait pas se le cacher, la scène qu’offrait la petite caravane erratique qu’ils formaient avait de quoi faire sourire.

John, de son côté, avait vécu très extérieurement ce changement de paradigme. Il n’avait guère participé aux débats, haussant les épaules avec fatalisme chaque fois qu’il participait à une discussion sur le sujet. Que sera, sera. Ce n’est non pas sans cynisme qu’il se comparait silencieusement au matériel électronique que les odysséens décidèrent d’emmener avec eux. La relique inerte d’un passé révolu, mais sans grand espoir de réanimation.

Une fois installé, les dirigeants passèrent au deuxième volet de leur plan – le rapprochement avec les Cents. Aux yeux de John, tout ceci empestait la manœuvre politique, et à défaut de laisser les jeunes tranquilles (c’était comme ça qu’il faisait référence aux Cents – les jeunes), the next best thing to do serait de leur demander s’il voulait bien accueillir avec miséricorde les odysséens, dans LEUR structure déjà existante. Néanmoins, l’idée d’échanges plus fréquents avec les Cents, et le rêve d’un campement uni, impliquait qu’il verrait Aliénor plus souvent, et ça, il ne pouvait l’ignorer.

C’est donc avec un grand intérêt qu’il observa l’arrivée d’une nouvelle délégation de Cents, premiers visiteurs du nouveau refuge des odyséens- situé de façon fort à propos dans une ruine. Il examine les visages, de loin. Assiste à distance aux joies et aux tensions de ceux qui se retrouvent, et ne peut s’empêcher de sourire chaque fois qu’il reconnait un visage d’un des membres de la délégation des jeunes. Jusqu’à ce que son regard ne tombe sur une jeune femme qu’il croyait ne jamais revoir.

« Eris… ? », murmura-t-il, incrédule. Il savait bien ne pas avoir rencontré l’ensemble des membres survivants de la communauté des Cents, et encore moins de disposer d’une liste officielle, mais sa fille lui avait sommairement énuméré ceux qu’elle savait qu’il connaissait, lors de leur dernière rencontre. Et Eris n’en faisait pas partie.

Sa gorge se noua sous l’émotion de la savoir en vie. À défaut d’être de son sang, il avait fait d’elle son héritière spirituelle alors qu’il veillait à sa formation professionnelle. La savoir condamnée pour meurtre l’avait terrassé, à l’époque. Aujourd’hui, cela ne signifiait plus rien.

Dès qu’il eut repris le contrôle de sa respiration, il brisa son immobilisme et se dirigea doucement vers Eris. Il n’aurait rien voulu de plus que de la serrer dans ses bras, mais cette initiative ne lui appartenait pas. Il finit par la rejoindre en arrivant dans son angle-mort, alors qu’elle semblait examiner tout ce qui l’entourait avec une immense attention.

« Eris? »

Elle ne répondit pas à son premier appel. Il fit donc un nouveau pas dans sa direction.

« Eris? C’est bien toi ? C’est John. »

Lorsqu’elle se retourna finalement dans sa direction, il l’accueillit avec un sourire tremblant et des yeux humides. C’était si bon de la revoir vivante.

Admin
avatar
21/12/2017 Thinkky / Angel 101 Sophie Turner (c) Lux aeterna mécanicienne (robotique) / construction & robotique/mécanique 65
Admin


Sujet: Re: The collateral damage of a misguided pride {Eris
Ven 19 Jan - 23:24



The collateral damage of a misguided pride
Today could be my death.



L’invitation était tombée comme un cheveu sous la soupe, alors que le groupe avait observé le rapprochement de loin. Pourquoi les Odysséens se rapprochaient-ils désormais ? Ils n’avaient aucune raison, sachant qu’ils étaient responsables de leur envoi sur cette terre inhospitalière. Les cents auraient pu crever que tout le monde s’en serait foutu. Evidemment, on voulait qu’ils survivent, pour permettre l’arrivée des autres par la suite. Néanmoins, quel était leur pourcentage de chances de survie dans cet atterrissage ? Proche de zéro Eris dirait, à vue de nez. Après, elle n’avait jamais pris le temps de faire le calcul, pour ne pas créer une haine qu’elle ne possédait pas à leur encontre. La gamine faisait partie des rares à ne pas être bouffée par la colère lorsqu’il s’agissait de leurs aînés. Certes, ce n’était pas le grand amour avec eux, et les voir en face à face lui apporterait certainement plus de blessures que de réel plaisir, cependant, il y avait plus de la...Rancune d’avoir été traitée comme une moins que rien qu’autre chose.

Alors, elle s’interrogeait la gamine : pourquoi les Odysséens leur proposaient-ils de venir, s’ils savaient que bon nombre des cents ne les estimaient pas ? Voulaient-ils utiliser leurs connaissances en matière de survie ? Beaucoup trop de questions, qui resteraient sans réponse, sauf si… Sauf si elle se décidait à bouger, et y allait.

Eris, elle n’était jamais trop sortie de l’enceinte sécurisante de leur campement, même juste pour visiter. Elle avait bien trop peur des bruits environnants, des animaux qui se trouvaient dans la nature, qui pouvaient l’attaquer à tout moment. Phobique de ces grands espaces et de la nature reine qu’elle n’avait jamais connus dans l’espace. Et quand elle les voyait, tous ces autres, qui courraient, chassaient, cartographiaient les environs, elle ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour eux, de paniquer.

Et aujourd’hui, elle serait de ceux participant à cette visite, marchant des heures pour rejoindre le nouveau camp, et les Odysséens. Ses yeux se posèrent sur les ruines qu’ils avaient investi, et l’instinct de constructrice reprit le dessus. Elle analysa les pierres, les matériaux, de son regard affûté. En fait, elle était tellement perdue dans sa contemplation, qu’elle ne remarqua pas qu’elle ralentissait, par rapport à ses collègues. Légèrement plus lente, elle se retrouva en queue de cortège, sans pour autant entendre la personne prononcer son nom. Le silence était de mise dans son cerveau, quand elle entreprenait une quelconque réflexion…

Elle ne perçut pas l’arrivée de l’homme dans son angle mort, s’attardant bien plus sur les rénovations que sur le reste. Voilà pourquoi elle ne put empêcher un sursaut quand son prénom résonna dans la bouche d’un autre, à deux reprises. Heureusement qu’il n’avait pas établi un contact physique, sinon, elle aurait frôlé la crise cardiaque. Le regard s’accrocha à la silhouette connue, et elle tomba violemment des nues. Merde… Voilà pourquoi elle ne voulait pas venir au campement des Odysséens : revoir certains visages connus ne lui plaisait pas forcément. D’ailleurs, elle ne s’était jamais demandée s’ils avaient survécu. Ses parents, ses professeurs, ses « amis », son mentor.  Morts, ils ne la dérangeraient plus… « Bonjour John. »  Murmure et froideur, elle s’était refermée comme une huître, maintenant que le groupe s’éloignait. « Vous vous en êtes sortis donc... » Il n’y avait pas vraiment d’émotions dans sa voix, tellement elle était sur ses gardes. Les bras se croisèrent, les mirettes se durcirent. « Vous vous êtes bien installés par ici dis-donc. Votre ancien campement ne vous plaisait plus ? »

Essayer de faire la conversation, pour donner la répartie. Eris n’avait jamais été la plus sociable des jeunes filles de l’Odyssée, et cela se ressentait toujours. « Je suis désolée. » De ce que j’ai pu faire, par le passé, et la froideur que je montre… De tout, finalement.


avatar
27/11/2017 Lov' 87 Nathan Filion Mécanicien / Diplomate & Combat au corps à corps 95


Sujet: Re: The collateral damage of a misguided pride {Eris
Lun 29 Jan - 18:50

Il ne savait pas à quoi il s’était attendu. En rétrospective, Eris n’avait jamais été très démonstrative. Il s’imaginait cependant, très naïvement, que de revoir un visage connu dans le petit purgatoire dans lequel ils avaient tous élus domicile aurait au moins su lui arracher l’un de ses sourires maladroits. Ils avaient, après tout, passé un nombre conséquents d’heure en compagnie l’un de l’autre à bâtir et rebâtir les outils de leur subsistance. Au point qu’avant l’incident qui avait conduit Eris à sa cellule, John la considérait comme son héritière spirituelle.

En version taciturne.

Il n’avait pas réalisé qu’un même événement s’interprétait bien différemment du côté de la majorité que de celui des exclus…

Ne sachant soudainement plus sur quel pied danser, tiraillé par l’apparente non-réciprocité au niveau de l’appréciation du miracle qui leur avait permis de se retrouver à nouveau, John demeura coi quelques instants. Avant de trouver refuge avec elle dans le small talk qu’elle initia.  

«Ouais, je fais parti des lucky few. Ça fait de nous des sacrés veinards, quand tu penses aux milliards qu’on a laissés derrière lorsque les arches ont été lancées. »

Est-ce là tout ce que valait pour elle tous les moments passés ensembles ? Un ‘ah ben, t’es pas mort ?’

«Il y a… moins d’insectes, ici. C’est franchement mieux. Et puis, l’architecture est fantastiquement inspirante. Tu trouvais voir les châteaux de sable qu’on se fait, avec Kayden…»

C’était quoi, l’étape d’après ? Discuter conditions météorologiques, rayonnements UV et pluies acides ?

«T’es désolée ? Franchement, Eris.»

Il s’avança pour la prendre dans ses bras, mais quelque chose l’arrêta au dernier moment. Quelque chose qui n’y était pas lors de leur dernière rencontre. Quelque chose du côté d’Eris, ou du sien, ça, il n’aurait pas pu le dire.

«Tu es comme une fille pour moi. J’espère que tu le sais, ça. Quand j’ai su qu’on vous avait envoyé ici… T’as pas idée de ce que j’aurais donné pour prendre votre place, et vous éviter de courir ces risques. T’es une jeune fille fantastique, Eris, et la clé pour reconstruire ce monde, elle est en toi. Pas dans un vieux rouillé comme moi. Alors t’as pas à être désolé de quoi que ce soit, tu m’entends ? Je t’ai appris à réparer des trucs, pas à te morfondre quand quelque chose se casse…»

Étrange comment même un meurtre prenait maintenant une toute autre perspective…Ils vivaient décidément à une époque complètement folle.

«Maintenant, pourrais-tu au moins faire semblant que t’es contente de me voir ? Juste pour aider le vieux John à se complaire dans l’illusion qu’il a encore une petite place ici ?»

Admin
avatar
21/12/2017 Thinkky / Angel 101 Sophie Turner (c) Lux aeterna mécanicienne (robotique) / construction & robotique/mécanique 65
Admin


Sujet: Re: The collateral damage of a misguided pride {Eris
Mer 28 Mar - 0:57



The collateral damage of a misguided pride
Today could be my death.



Elle n’aimait guère, se retrouver face à ses souvenirs, ces images d’un passé qu’elle avait longtemps considéré comme révolu. Pour son équilibre, elle avait fait un trait sur cet avant trop douloureux, trop quelqu’un d’autre. Elle ne s’attendait pas à ce que John comprenne. Après tout, il avait été de ceux la poussant dans une voie qu’elle jugeait trop logique, trop carrée, trop froide, pour son esprit plus volatile. Se rendait-il compte du mal que ça avait pu lui faire, la pression sur les épaules, les doigts serrés autour de son cœur ? Elle avait fait semblant, parce que c’était ce que tout le monde voulait qu’elle soit, qu’elle fasse. Et elle avait suivi le mouvement. Ah, le bon petit mouton qui maintenant n’allait créer que de la déception dans le regard des autres. Après tout, elle était une tueuse. Elle avait arraché, de sang-froid selon les dires, la vie d’un honnête citoyen, un de ces gardes qui protégeaient la station. Foutaises. Que de foutaises….

Eris n’avait jamais été très démonstrative. Ses sentiments, ses émotions, elle les gardait au fond d’elle. Parce qu’on lui avait enseigné à agir ainsi, pour se protéger dans un premier temps, mais surtout pour éviter d’emmerder les autres. La notion d’utilité sur l’Odyssée… Tout ce qui était lié à la dépression pouvait être éliminé. Et Eris, elle craignait bien trop de se retrouver tuée à cause de ses états d’âme. Alors elle taisait. Elle enfermait. Et elle s’brisait. L’autre ne comprendrait pas. Personne n’avait jamais réellement compris. Trop compliquée, la psychologie humaine… « Quand on pense aux centaines d’autres qui ont été balancés dans l’espace aussi, pour des raisons tout aussi obscures. » Qui aurait pu cautionner que des personnes soient balancées par un trou dans l’espace, soi-disant parce que la station ne pouvait plus les accueillir ? De toute façon, que ce soit sur Terre ou dans les cieux, avant ou après, leur hiérarchie n’avait pas beaucoup changé. Les plus puissants avaient toujours plus de chance de s’en sortir. Et cette inégalité, la gamine avait juste baissé la tête devant.

« Tu connais Kayden ? » La question était sortie, spontanée, avec ce tutoiement presque dérangeant. La tête se pencha légèrement. Elle avait du mal à les imaginer traîner ensemble, oui. Parce qu’ils étaient un peu comme la lune et le soleil. Différents, l’un trop terre-à-terre là où l’autre se perdait dans les nuages. Puis il eut un geste. Il se rapprocha. Et elle, elle était juste étonnée. Intriguée. Effrayée aussi. Peut-être qu’elle avait beaucoup changé depuis qu’elle était arrivée sur terre. Elle avait un peu perdu l’innocence depuis son geste mortel, les quelques mois de prison, et l’envoi ici. Elle n’en voulait réellement à personne, mais c’était détaché de tous. Il était nettement plus facile d’ignorer le passé, pour se construire à nouveau, sur des bases différentes. Elle écouta la tirade de John, ce discours qui aurait tiré de la colère chez beaucoup de cents. Si on avait pu prendre votre place… Mais en réalité, personne ne l’aurait fait. Personne n’avait bougé le petit doigt quand ils étaient en prison, ni même pour ceux qui arrivaient à leur majorité et se faisaient éjecter. Hypocrisie. « C’est bien beau de dire ça. Mais y’a personne qui n’a rien vu, personne qui ne s’est jamais inquiétée pour les gamins enfermés. Je peux reconstruire n’importe quoi autour de moi, tant que c’est matériel. Mais ça fait bien longtemps que j’ai abandonné l’idée d’arriver à quoi que ce soit sur moi-même. »

Elle s’était brisée depuis bien longtemps, la poupée de porcelaine. Elle était parvenue à donner illusion, à faire comme si. Puis y’avait eu la chute, la vraie. Celle réelle, qui l’avait fait relativiser sur tout. Et surtout sur son passé. « Tu as toujours ta place. Mais y’a… Beaucoup de choses qui ont changé depuis trois ans. C’est compliqué, de garder les mêmes relations avec des êtres dont les aléas de la vie nous ont éloigné. » C’était elle qui avait changé dans l’histoire, juste elle. Et elle l’avouait. Mais qui ressortirait identique de telles épreuves ?




Spoiler:
 

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: The collateral damage of a misguided pride {Eris

 

The collateral damage of a misguided pride {Eris

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 08. Collateral Damage [PV Kahlan]
» When two objects collide, there is always damage of a collateral nature ~
» Collateral damage !!!!! [ Seido D. Noroma ]
» SUJET TERMINE - Bombe Humaine - Caractère explosif? [Eris]
» Errer fait réfléchir [Eris]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-