Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜–Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.
maybe life should be about more than just surviving


avatar
18/12/2017 Léonard // Parnassius 364 Michael Fassbender ROGERS. Zoologie // Orientation Naori 0


Sujet: –Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.
Ven 5 Jan - 23:48



gloriously alive
Caleb & Rowena

Le monde semble tourner au ralenti. Chacun minute, est une éternité et tu commences à être à bout d'ongles à ronger. Tu es chez toi comme un cheval enfermé dans un enclos trop petit. De l'air, voilà ce qu'il te faut, alors tu sors et tu marches, tu quittes le village pour rejoindre le silence des bois. Tu marches tout droit, comme si s'enfoncer entre les arbres pouvaient t'aider à quoique ce soit ce matin. Seulement tu ne réussis pas à sortir cette lettre de ta tête ni le fait que rester ici était une erreur… Oui, laisser le village vide de Conseiller est peut-être une mauvaise idée mais tu ne peux te sortir de la tête que tu devrais être au coeur du désert toi aussi. Que feras-tu s'ils ne reviennent pas? Oh, ils reviendront.

Les branches semblent n'émettre aucun son lorsque tu te glisses le long des grands troncs, tu décides de faire une pause, s'enfoncer dans les bois alors que tu as la tête ailleurs n'est pas sage ni conseillé. Tu es le plus à même de savoir ça, et pourtant… Mais ici tu es seul. Un long soupire glisse au travers de ta gorge à mesure que tes épaules se détendent, les lourdes racines de l'arbre semblent t'envelopper comme on protège un enfant. Quelle idée saugrenue que de n'aller se perdre dans le désert ; Tu lui en veux égoïstement, les premières minutes tu te mentais en soutenant qu'elle avait prit la décision en négligeant son peuple derrière elle, que les conseillers devaient montrer l'exemple, mais tu dois bien avouer que rien de cela n'est vrai et que le seul inquiet dans l'histoire, c'est toi. Tu écrases tes paumes de mains contre tes orbites fatiguées ; Cesses de te morfondre et relèves toi. Tes muscles sont tendus, signe que les quelques nuits précédentes n'ont pas été très reposantes. Tu te reposeras quand ils reviendront ; C'est ce que tu te dis dès que tu vois la lumière pointer le bout de son nez le matin.

Le reste de la journée te parait étrangement morose, la forêt est calme et sereine, tu as envie de lui hurler que ce n'est pas le moment, qu'il faut qu'elle s'éveille, que ce n'est pas possible d'être à ce point fidèle à elle-même ; Mais contrairement à vous, elle n'a que faire d'une personne parmi tant d'autres. C'est alors que le soir ne tombe que tu décides enfin de quitter les racines protectrices où tu avais élu domicile, la frustration semble retombée et t'épuise un peu plus. Le temps est déjà bien plus froid à cette heure et il te faut presser le pas, glisser comme une ombre pour retrouver le village. Ce n'est pourtant pas dans tes habitudes de t'apitoyer de la sorte, tu te sens idiot avant tout. Lorsque, enfin, le village se dessine sous tes pas la nuit est belle et bien tombée et les diverses habitations dansent au gré des lumières orangées ; Un froncement de sourcils suffit à te faire remarquer que de la lumière se dessine là où vit habituellement Rowena. Oh électron libre et sauvage ; Tu n'hésites pas une seconde et avant même que tu ne l'ai décidé tes pas t'emmènent en direction des flammèches dansantes de lumière. Tu ne sais pas si ces frémissements sont dus au froid ou à l'idée qu'ils soient revenus sains et saufs. Alors tu te presses et tu n'hésites pas vraiment à t'inviter… N'est-ce pas là une plus agréable surprise que de se retrouver un matin devant un mot signifiant que l'on a quitté la tribu sans crier gare?

Et pourtant tu te sens idiot alors que tes yeux se posent sur l'habitante des lieux, croisant son regard et ratant un battement. Tu n'as pas toute la nuit pour réfléchir, tu n'avais pensé à rien avant d'arriver ici et tu es partagé entre cette colère froide de l'avoir vu disparaître et ce soulagement de la voir de retour. “Tu es une inconsciente Rowena.” Ta voix est bien plus dure que tu ne l'imaginais. Tu n'es ni son père, ni son frère, tu n'as peut-être même rien à faire là et pourtant tu es planté dans l'entrée comme une statue de pierre. Inconsciente, se rend-elle compte des risques qu'elle a pris, de ce qu'elle aurait pu y laisser? Se rend-elle compte d'au combien tu t'es inquiété pour elle? Sait-elle au combien tu peux lui en vouloir alors qu'aujourd'hui c'est toi qui fais preuve d'un manque de confiance flagrant envers l'une des personnes qui t'es le plus proche. Alors tu craches ton venin, tu la culpabilise ; D'aucun pourrait croire que tu la préfèrerait encore loin d'ici... 
(c) DΛNDELION

Admin
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel Eris Garfagnini 932 Zoe Saldana Lux aeterna (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate Naori 21
Admin


Sujet: Re: –Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.
Lun 15 Jan - 14:35



gloriously alive
Caleb & Rowena

Beaucoup d’interrogations s’étaient glissées dans l’esprit de la conseillère, maintenant qu’elle était chez elle, au sommet de l’arbre. Ca avait été un véritable calvaire de monter jusque-là, avec les blessures toujours présentes. Pourtant, il y avait eu les soins du frère de Noah, excellent sorcier il fallait l’avouer, et ceux d’Harlan sur le chemin du retour. Rowena avait confiance en lui, bien plus qu’elle ne semblait le dire. A chaque fois, elle évitait. Parce que se rappeler un passé révolu, où cela était total, lui faisait encore mal. Plus de dix ans qui s’étaient écoulés, dix longues années durant lesquelles elle avait rejeté ses questionnements, créant cette zone de non-droit dans son esprit et son coeur. Rowena, elle était faible, elle n’osait pas faire face à ses propres ressentis, lorsqu’ils concernaient son collègue. Néanmoins, c’était logique. Elle n’avait eu aucune réponse à ses questions, quand la haine avait remplacé l’amour, soudainement. Elle n’avait pu que sauver la tribu d’une guerre certaine, en y sacrifiant son coeur. Ah, qu’elle voudrait le détester aussi, pour tout ce qu’il avait fait. Et finalement, elle le couvrait juste, et le dénigrait aussi. La conseillère exemplaire était bien loin…

Les doigts tapotaient la tasse qu’elle tenait entre ses mains. Un léger énervement était perceptible, lié au stress de toute cette situation. La chamane avait fait une grave erreur en acceptant d’aller à la cité du feu, d’autant plus qu’aucune raison ne l’y poussait réellement. Seulement, on avait demandé son avis, son regard extérieur, et qu’importait qui demandait son aide, elle se devait d’accepter. Sauf pour la famille royale. Elle n’était pas encore folle à ce point. Un soupir quitta ses lèvres, alors qu’elle repensait à son départ, à la lettre posée dans la salle de réunion du Conseil. Simples mots posés sur papier, expliquant son départ pour quelques jours. D’un côté, c’était une marque de lâcheté, de fuite de la part de la conseillère. Rowena se doutait qu’une demande en face-à-face lui aurait fait perdre un temps considérable, et elle n’aurait pas été certaine de pouvoir partir. Pour une fois, Caleb et Harlan se seraient bien entendus. Et auraient campé sur leurs positions. C’était peut-être le désavantage de les connaître par coeur. Bon, en l’occurrence, ça s’appliquait plus à l’animiste qu’au druide. Elle qui s’était promise de ne jamais mêler cette sphère professionnelle du Conseil au personnel… Finalement, elle avait plongé dedans, sans le regretter.

L’après-midi défila, avec la solitude pour seule compagne. Elle n’avait pas été voir Caleb, alors qu’elle aurait dû. Juste pour lui dire qu’elle allait bien, et s’excuser. Je suis désolée d’avoir été si stupide, si inutile. Le siège de conseiller aurait pu rester vide bien plus longtemps qu’une semaine. Enfin, Rurik aurait pris sa place. Il avait toutes les connaissances pour, même si aux yeux de Rowena, il manquait de cette curiosité et de cette ouverture aux autres tribus. Il n’était pas fait pour être diplomate, mais tiendrait à la perfection son rôle de conseiller. Ashiri se chargerait de reprendre ce flambeau-là. Puisqu’en réalité, le Conseil était un équilibre parfait entre trois membres…

Une lueur fut allumée, pour faire face aux ténèbres environnants de la nuit. Dormirait-elle ce soir ? Tout dépendrait de la douleur. Ou des visiteurs qui se presseront à sa porte. Celle-ci s’ouvrit à la volée, sur une silhouette qu’elle connaissait bien. Caleb. Heureusement qu’elle portait encore ses habits, et que ses derniers masquaient les bandages enserrant son corps. Son regard se heurta à celui de l’homme, alors qu’elle se levait pour l’accueillir. « Vous vous êtes passés le mot avec Harlan ? C’est ce qu’il m’a répété plusieurs fois quand il est venu me chercher. » Il y avait une certaine froideur dans les mots, dans le ton. Elle était fatiguée Rowena, d’entendre la même chose à chaque fois. C’était comme un disque rayé, qui repassait sans cesse sur la même bande détruite. Elle savait qu’elle avait été inconsciente. Et elle s’en voulait déjà bien assez comme ça. « Je sais bien que c’était une mauvaise idée, j’ai eu le temps de la ruminer. » Un appui fut pris sur la table, et un soupir quitta ses lèvres. « Partir comme une voleuse n’était pas non plus le meilleur de mes choix. » Néanmoins, c’était normal, au bout d’un moment, de faire des erreurs. Rowena avait toujours essayé de les éviter, et de corriger celles des autres. Mais un jour, c’était elle qui en avait faite une…

« Rentre Caleb. Veux-tu un thé ou une tisane ? » Retrouver contenance, retrouver une certaine stabilité. Ne plus penser aux blessures, ou à la mort. Sans en avoir peur, l’expérience en elle-même était terrifiante. Les doigts s’affairaient autour de l’eau bouillante et des plantes. Puis un murmure quitta ses lèvres : « Je suis désolée, ce n’était pas mon intention de t’inquiéter... »
(c) DΛNDELION

avatar
18/12/2017 Léonard // Parnassius 364 Michael Fassbender ROGERS. Zoologie // Orientation Naori 0


Sujet: Re: –Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.
Lun 12 Fév - 18:39



gloriously alive
Caleb & Rowena

« Life's breath in the candlelight
Lost hearts in the dead of night»

Aviators - Fading Lights

Il faut bien dire que même si la jeune femme avait voulu venir te voir elle ne t’aurait pas trouvé. Tu n’étais pas là. Tu l’es rarement depuis que vos appartements se sont retrouvés à raz le sol tu dois bien l’avouer. Mais ces derniers temps c’était devenu une habitude comme si t’éloigner de ton lieu de vie allait rapporter une Rowena en forme sans encombres.
Peut-être bien t’étais-tu perdu dans les bois de façon à ruminer la la manière dont tu allais t’y prendre avec elle ; Tu n’avais pas envie de la brusquer mais tout ton être semble vouloir dire le contraire, tes nerfs sont tendus et envoient des impulsions sans équivoque à ton cerveau. La colère mêlée à la peur n’est pas un mélange des plus élégant et il y a bien longtemps que tu n’as plus rien à faire de l’élégance… Pour qui de toute façon? Depuis le cyclone tu as l’impression de sentir le poids d’une vie sur tes épaules, épuisé comme la plupart des êtres vivants doit l’être. Persuadé que quelque chose peut vous tomber dessus à tout moment… Alors oui, lorsque Rowena était partie tu as vu là comme le signe que quelque chose avait été mal fait, bâclé. N’importe qui dirait que vouloir la contenir prouve que tu tentes de diriger ceux qui t’entoures et tu auras beau répéter que tu ne veux que leur bien tu sais que tu as tord…

Et quand bien même tu as réfléchis ton arrivée, te voilà désormais dans l’encablure de la porte, regard posé sur la Naori et sourcils froncés…. À ne savoir que dire. À laisser parler l’inquiétude plutôt que la sagesse. Tu aurais pu lui demander calmement les raisons exactes de son absence et essayer de comprendre mais non, tellement borné à espérer que tout roule comme sur des roulettes tu es passé à l’attaque et n’importe qui de sensé serait instantanément tendu face à ce genre de discours, si tu voulais la braqué c’est sans aucun doute réussi. Tu te sens bête alors qu’elle évoque Harlan, bête parce que lui a eut l’audace d’aller la chercher quand toi tu restais cloîtré dans ta forêt, tu es peut-être un peu jaloux ça ne serait pas étonnant…
Sans lâcher un mot tu entres, fermant enfin les lieux au froid de l’extérieur et enfermant votre discussion pour qu’elle ne soit qu’à vous deux. « Je n’ai pas soif. »
Refuser n’est pas dans tes habitudes, peut-être cherches tu à lui faire comprendre que si tu es là en tant qu’ami, ça ne signifie pas pour autant que tu es prêt à laisser passer ça. Tu lui en veux parce qu’il faut bien trouver un coupable à toutes les situations.
« Je n’étais pas inquiet pour toi. » Mensonge mais tu mens terriblement bien quand tu es en colère. « Tu imagines une seule seconde ce que ce genre de petite escapade peut entraîner Rowena? » Tu craches ton discours comme un serpent crache son venin, ton agacement face à la situation est perceptible alors que tu décroches enfin ton regard de la conseillère. « Est-ce que tu as imaginé une seule seconde les répercussions que cela aurait pu avoir? Tu n’es pas une simple Naori Rowena… Qu’est-ce qu’il risque de se passer selon toi s’il se passait quoique ce soit impliquant l’un de nos Conseillers? »
Tu pince l’arrête de ton nez entre deux doigts, laissant échapper un soupire lourd de sens avant de te retourner vers elle en croisant les bras, d’aucun dirait que c’est un signe et que tu es clos à toute discussion, aurait-il tord?  « Ce sont des sauvages Rowena. Nous n’avons pas les ressources nécessaire s’ils décident que la petite virée d’un Naori entre leur mur leur cause des problèmes. »
Ce genre de prise de position ne te ressemble pas ; Mais s’il y a une tribu que tu ne porte pas dans ton coeur il s’agit très certainement de celle ci et tu ne l’as jamais vraiment caché et à raison, mais ta réaction est sans aucun doute trop poussée…

Tu secoues la tête, posant les mains sur la table tout en laissant enfin le silence englober tes phrases avant de relever les yeux vers Rowena ; Elle semble à peu prêt aussi fatiguée que toi, exténué aussi sans doute des remarques que vous deux lui avez asséné ce qui n’as rien d’anormal. Tu fronce les sourcils une seconde.
« Dis moi que tu n’as rien… Sans mentir. S'il te plais. »
Parce que tu mens peut-être bien mais une chose est sûre : Tu étais mort d’inquiétude et elle doit bien le savoir. Des trois conseillers elle est celle sans qui rien ne peut vraiment fonctionner et outre son rang tu t’inquiétais pour ton amie. Tu ne te serais jamais pardonné de ne pas la voir revenir.


(c) DΛNDELION

Admin
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel Eris Garfagnini 932 Zoe Saldana Lux aeterna (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate Naori 21
Admin


Sujet: Re: –Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.
Ven 2 Mar - 23:24



gloriously alive
Caleb & Rowena

Y’avait l’atmosphère qui se tendait, électrique, maintenant que Caleb était entré, avait refermé la porte derrière. Elle l’observait, calme, princière, derrière les cernes accrochés sous ses yeux. Elle aurait pu être en colère, lui souligner qu’il pouvait partir, s’il désirait simplement augmenter la culpabilité qui étreignait déjà son cœur. Mais elle en était bien incapable… Parce que d’un côté, elle avait besoin de Caleb. Il était un frère, un ami très proche. Quelqu’un en qui elle avait entièrement confiance, et qu’elle aurait préféré l’avoir à ses côtés, plutôt que contre elle. Mais son choix avait déjà été fait, et les conséquences avaient déjà eu lieu. Rowena ne pouvait qu’assumer, et espérer qu’il ne lui en voudrait pas trop. Même si, d’après ce qu’elle voyait, ce n’était pas le cas. Et elle pouvait comprendre, derrière ses envies. Elle était partie sans dire un mot, n’avait laissé que quelques écrits sur un bout de papier. Et eux avaient dû vivre avec cette interrogation : reviendrait-elle ?. Si l’un des deux hommes avait eu un comportement similaire… Hé bien, elle aurait réagi comme Caleb, sans le moindre doute. De la colère, de l’inquiétude, et de l’incompréhension face à tant de dangers. Néanmoins, elle avait tendance à oublier, quand il s’agissait d’elle-même, toutes les précautions…

Elle accusa le coup, face au refus de Caleb. Elle se réinstalla sur sa chaise, pour se donner contenance, pour ne pas que les tremblements de ses jambes soient visibles. Il avait déjà assez de raisons pour lui en vouloir, et être inquiet, elle n’allait pas lui en offrir une supplémentaire… Pourtant, pour les propos suivants, la chamane fut obligée de rompre le contact visuel, de passer une main sur son visage, de cacher ses yeux. Eviter que les larmes qui montaient soient visibles. Et y’avait la dose de reproches qui s’écrasa sur sa gueule, alors que les dents se serraient. Elle était épuisée la chamane, par toute cette histoire, par la douleur persistante, latente, aussi physiquement que moralement. Et personne pour l’aider. Absolument personne. C’était un peu ce qu’elle avait choisi après tout. Elle s’était éloignée de la plupart de ceux qui auraient pu être des soutiens, des amis. Parce que son rôle lui imposait d’être toujours forte, toujours un pilier, toujours… Toujours quelqu’un qui la fatiguait en réalité. Pourtant, Rowena, elle ne pouvait pas être considérée comme faible. Elle était forte, ferme. C’était dans son caractère, ça le sera toujours. Mais parfois, ce n’était pas une bénédiction, d’être ainsi.

Elle écoutait, yeux baissés sur sa table de bois, qu’elle maltraitait du bout de ses doigts. Elle écoutait, incapable de placer le moindre mot. Elle aurait dû l’interrompre. Elle aurait dû l’arrêter, avant de se mettre elle-même en colère. Elle essayait d’ignorer ce rythme cardiaque qui s’accélérait, ces larmes qui montaient, ce cerveau au bord de l’implosion. Mais quand il pose son ultime demande, elle rit jaune, se releva. Les bandages mis par Harlan étaient toujours là, enserrant bras, cou et dos. La fatigue dans le regard s’était mêlée à de la colère, alors qu’elle crachait à son tour : « Ai-je l’air d’aller bien ? Et comment pourrais-je l’être après ce que tu viens de me balancer à la gueule ? T’es juste venu là pour ça, dis-moi ? » Les doigts serraient le rebord de la table, si fort que les jointures devenaient blanches à vue d’œil. Autant que pouvait l’être sa peau en réalité. Elle en avait marre, d’être traitée comme une gamine, comme une moins que rien. Certes, elle avait fait une erreur. Mais étaient-ils tous les deux obligés de la ressasser sans cesse, plutôt que d’essayer d’aller de l’avant ?

Elle déglutit difficile, entreprit de faire les cent pas dans la pièce de vie, pour se calmer, pour réfléchir. Y’avait le sang et l’oxygène qui lui donnaient l’impression de manquer, et le cerveau qui en réclamait toujours plus. « Je n’ai pas pu résister à aller aider quelqu’un qui demandait de l’assistance. C’était une erreur de me retrouver en territoire… Ennemi, je le conçois. Mais crois-tu vraiment que j’ai besoin qu’on renchérit dessus chaque seconde depuis mon retour ? » Se calmer. Il fallait qu’elle se calme, elle qui avait toujours été connue pour son contrôle d’elle-même et de ses émotions. Elle qui avait toujours été là pour apaiser les tensions, et éviter une guerre. Profonde inspiration, alors qu’elle se rasseyait, et reprenait la parole : « J’y ai réfléchi Caleb, tu le sais très bien. Je suis la personne qui a retourné le problème plusieurs fois dans sa tête avant de prendre une décision. Et si j’y étais morte… C’est que le destin en avait décidé ainsi, et Rürik aurait pris ma place. Il est tout aussi compétent que moi. » Pause, réflexion, aveu. « Je suis remplaçable tu sais. Il ne faut pas m’idolâtrer. » Être sur un piédestal, très peu pour elle.

Elle hésita, un instant, avant de se relever à nouveau, de se rapprocher de Caleb. Sa main vint se poser sur son bras, fermé, et ses yeux cherchèrent ceux de l’autre. Douleur dans le fond du regard, et les mots continuèrent de se former : « Oui, ce sont des sauvages… Mais ils n’attaqueront pas. Ils ont trop peur de nous, et de nos soi-disants pouvoirs mystiques. » Ils avaient cet avantage-là… Un léger silence, avant de laisser tomber, une dernière fois. « Je suis vraiment désolée, je ne voulais pas t’inquiéter… »

(c) DΛNDELION

avatar
18/12/2017 Léonard // Parnassius 364 Michael Fassbender ROGERS. Zoologie // Orientation Naori 0


Sujet: Re: –Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.
Jeu 26 Avr - 13:28



gloriously alive
Caleb & Rowena

« Life's breath in the candlelight
Lost hearts in the dead of night»

Asura - Getsemani
La question avait été idiote, c’est vrai. Tu ne t’es pas attardé sur elle avant de déverser ton sac. La peur, l’idée de ne pas la voir revenir et de perdre un être cher t’étais à ce point insupportable que tu as agi par instinct ; Toi qui passes tant de temps avec la faune pourrais t’y fondre sans attendre… Pourtant à ses mots tu remarques les traits tirés, la fatigue dans le regard et l’exaspération dans la voix. Oui tu as été dur avec elle mais ne l’aurais-tu pas été avec n’importe qui? Sous tes grands airs tu as toujours pris soin des autres et plus ils te sont proches plus tes réactions tendent à être viscérales.
Mais qui des deux, aujourd’hui, est le plus à blâmer? Celle qui est revenue ou celui qui la punit pour être de retour? Tu sais très bien qu’à sa place tu n’accepterais pas les brimades et les remontrances mais l’inverse est bien plus simple ; Tu es en position de force vis à vis de la chamane parce que tu as eus la chance de retourner tes questions plusieurs fois avant de les poser mais en profiter fais de toi une parfaite ordure. Alors tu baisses les yeux une seconde, tu brise le contact au lieu de le soutenir parce que tu sais que ce que tu fais n’as aucun sens. C’est ainsi que se créées les crevasses entre vous et tu ne tiens pas à la voir s’éloigner parce que tu as été l’idiot du village quoiqu’elle soit certainement plus intelligente que tu ne l’est sur ce point et qu’elle n’est pas la personne qui s’éloignera parce que vos avis divergent. N’est ce pas là ta propre malédiction?
« Rowena… »
Tu aimerais lui dire que tu n’es pas venu pour ça mais pour t’assurer qu’elle aille bien, pour la revoir car tu la pensait perdue et que tu ne t’attendais pas, ce soir, à voir la lumière filtrer au travers de sa fenêtre… Mais tu es idiot et tu te tais, tu la laisses continuer parce qu’elle te vole ton assurance. Sourcils froncés, contrarié, mâchoire serrée ton égo en prends un coup ; C’est de bonne guerre, tu le mérites entièrement.

Tu laisses le silence suivre ses mots et remplir la pièce. Non pas que tu tentes de le retourner contre elle mais ce qu’elle dit est vrai. De vous tous elles est un médiateur, elle est celle sans qui votre conseil serait incomplet et quoiqu’elle dise à propos de Rürik… Pour toi ce sont encore des enfants, ce serait trop tôt.
Alors que tu sens cette main se refermer sur ton bras, ton regard remonte de ses doigts frais jusqu’à ses yeux. Regard que tu pensais perdu, mais elle est bien là, face à toi comme avant. Se rend-elle compte de son importance autant pour toi que pour les autres? Aussi bien Harlan, Rürik, les village… Votre rôle n’est peut-être que celui de Conseillers, mais il y a quelque chose de symbolique à cela et si l’un de vous venaient à mourir dans les sables du désert ça ne serait que mauvaise augure pour le village entier.
Alors en guise de réponse tu repousses sa main pour l’attirer contre toi comme on étreint ce que l’on a peur de perdre ; La serrer sans la briser juste pour te convaincre que tout cela est vrai. Juste pour que tes yeux puissent se perdre dans le vide derrière elle plutôt que de rester impassible. « Peut-être que Rürik peut siéger à ta place au Conseil… Mais ce n’est pas pour la conseillère que je m’inquiétais. »  
C’est pour ton amie ; Elle que tu considères presque comme une soeur. Tu es peut-être pacifique mais si tu avais appris son décès il n’y a aucun doute sur le fait que ta colère t’aurais peut-être fait faire des erreurs. Vous vous connaissez depuis assez longtemps pour que la perdre soit un choc aussi dur à encaisser que celui de voir disparaître ta fille au coeur de la forêt. L’une engloutie sans laisser de trace entres les bois, il n’aurait pas fallu que la seconde ne le soit par les sables du désert.

L’étreinte ne dure pas longtemps, les contacts ne sont pas ton fort et tu recules bien vite, reprenant possession de ton sérieux et de ce regard à la fois froid et dur mais aussi empli d’inquiétude que tu avais envers elle. « Je veux bien du thé. »
Tu préfère baisser l’échine pour cette fois, ses mots résonnent en toi. Cette peur qu’à le désert envers vous… Peut-être a-t-elle pris des risques mais tu espères qu’elle dise vrai, qu’il n’y ai pas de risque de retour à l’envoyeur. Tu acceptes de baisser la garde, t'asseoir au lieu de rester devant l’entrée comme pour l’empêcher de sortir et de te fuir. Tu semblais avoir oublié que vous êtes dans le même camp l’espace d’une seconde, où avais tu la tête? « Cependant Rowena… Il n’est pas question de te remplacer pour le moment. Tu sais aussi bien que moi que tu n’es pas idolâtrée plus qu’une autre. Mais si Rürik est prêt à te succéder, ta place n’est pas encore la sienne. »
Tu écrase tes doigts contre tes yeux. La journée a été longue, terriblement longue. « Je ne suis pas prêt à le voir te succéder maintenant… Alors s’il te plais, plus de secret ni de mots posés là comme s’il ne s’agissait que d’une simple formalité. Nous savons tout deux qu’il n’en est rien. »
Mais tu n’es pas bête. Des secrets il y en aura toujours, que ce soit pour elle, pour toi ou pour tout les autres. L’être humain est ainsi fait et il serait difficile de lui demander de changer ce qui le protège depuis tant de temps.

(c) DΛNDELION

Admin
avatar
02/03/2017 Thinkky/Angel Eris Garfagnini 932 Zoe Saldana Lux aeterna (ava), Astra (signa), Psychadelya & Angie & hennaed (icones) Conseillère chamane ~ Gardienne du savoir/Oratrice & diplomate Naori 21
Admin


Sujet: Re: –Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.
Sam 19 Mai - 0:43

Elle avait craché les propos. Y’avait eu de la colère, peut-être de la haine pendant un instant. Tout était lié à l’épuisement, autant physique que moral. Un instant, elle avait envie de faire comme avec Harlan, juste balancer tout ce qu’elle ressentait, tout ce qu’elle avait ressenti pendant des mois, des années. Et voir la réaction. Cependant, elle se souvenait très bien de celle du druide. Et elle ne pouvait pas être égoïste une nouvelle fois. Personne n’avait à savoir ce qu’elle était au plus profond, cette part sombre qu’il y avait. Pourtant, elle était humaine Rowena. Elle était si humaine, si fragile, bien loin de l’image qu’elle offrait à tous. On la voyait souvent comme l’oratrice, la diplomate, la plus à même à gérer n’importe quelle situation, n’importe quel conflit. Ca la faisait comme une super-héroïne, l’irremplaçable. Aucune fracture visible extérieurement. La réalité était bien éloignée. Y’avait le cœur et l’esprit qui s’brisaient, l’âme qui fuyait. Et elle avait beau courir après, le vent la portait toujours plus loin. Ca lui échappait. Tout lui échappait.

Les doigts se glissèrent sur ses tempes, dans ses cheveux. Elle les empoigna, détourna le regard, dans un soudain intérêt pour sa table en bois. Les pensées vrillaient dans son crâne, réveillant une douleur qu’elle pensait anesthésiée par les potions d’Harlan. Définitivement, il lui faudrait en reprendre.

Profondes inspirations, pour se calmer, pour retrouver un état intérieur serein, bien loin de ce que son inconscient lui transmettait. Sans cesse dérangée par les pensées suicidaires, la dépression au bout d’un fil, Rowena avait pourtant toujours bien géré la pression. Du moins était-ce ce qu’elle montrait. Qu’en était-il réellement ? Depuis qu’elle l’avait avoué à Harlan, elle ne savait plus trop bien ce qui était vrai de ce qui ne l’était pas. Peut-être qu’elle se mentait à elle-même depuis le début. Depuis cette foutue histoire. Elle avait tant perdu, tant sacrifié… Sans jamais avoir le temps de s’y attarder. La vie de conseillère, à cent à l’heure. Et c’était mieux ainsi. Elle n’aurait pas survécu sinon, s’il n’y avait pas eu tant à gérer à côté. Finalement, avoir un cœur de pierre aurait été mieux.

Puis le silence. Pesant. Reposant. Il emplit la pièce, ce salon qui lui apparaissait si froid. Elle n’aurait jamais pensé que son chez-soi ait une telle consonnance négative… Elle s’était rapprochée, pour l’apaiser. Elle s’était rapprochée et finalement, il l’attira dans ses bras. Etreinte fraternelle qu’elle lui rendit, n’ayant pas envie de continuer à céder à la colère. Et puis, elle avait besoin de lui. Elle avait besoin de l’ami, sans les reproches. Certes, il fallait bien en faire un peu. « Je me doute… Mais il faut mieux le dire franchement que de me mettre sur un piédestal Caleb. » Tous avaient pensé à la conseillère dans un premier temps, l’avaient exprimé ainsi, avant de voir la femme derrière le rôle. Peut-être qu’elle avait juste besoin qu’on s’intéresse un peu plus à l’humaine qu’à son image…. Elle n’en savait trop rien, elle-même trop perdue dans toutes les émotions… « Je vais t’en faire un maintenant. » L’eau fut mise à chauffer dans la foulée, alors qu’ils s’étaient détachés. Le contact, pour l’animiste, ce n’était pas très courant. Mais elle aimait sa personnalité ainsi Rowena, vraiment. Les feuilles de thé furent préparées avec soin, alors qu’elle écoutait Caleb. Un léger soupir quitta ses lèvres : « Tu sais, je vieillis Caleb. Mon corps n’est plus aussi en forme qu’avant, encore moins avec les blessures que j’ai accumulées ces derniers temps. Ce n’est qu’une question de temps avant que je ne cède ma place. » Le préparer à cette arrivée… C’était peut-être encore trop tôt pour le faire, mais elle préférait s’y prendre en avance… Au cas où. Le pire était toujours possible.

« Ce n’est pas que je le veux, mais ce serait peut-être le mieux pour la tribu. Et il faut raisonner ainsi Caleb. » Un sourire. « Et je resterai toujours dans le coin, tu dois le savoir. » Rürik était le plus vieux des apprentis. A son âge, Rowena avait déjà pris la place de son mentor… Deux bols furent posés sur la table, remplis d’eau chaude, dans lesquels les feuilles s’infusaient. Elle se réinstalla sur une chaise, grimaçant. La fraîcheur réveillait la douleur… « Je promets que je ne repartirai plus sans vous en avoir parlé avant. J’ai compris que je vous avais vraiment inquiété… » Et elle s’en voulait. Mais elle préférait ne pas trop en parler, ne pas trop s’en souvenir. Juste pour rester calme. « Plus de secrets ? Que penses-tu que je te cache, Caleb Hakara ? » Un petit sourire, pour donner un peu de légèreté à tout cela. Pour repartir sur de meilleures bases…

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: –Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.

 

–Rowena– Almost dead yesterday, maybe dead tomorrow, but alive, gloriously alive, today.

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Norah - Draw, Dream and Dead... Hey No Dead. Life !
» Yesterday is history, Tomorrow's a mystery (Samoli ♥︎)
» Duvalier is dead - The Struggle for Justice in Haiti is Alive
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Version N°15 : Bang bang you're dead !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: memories are precious :: Zone de Flashback-