Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜La nature est sans pitié | Hyacinthe
maybe life should be about more than just surviving


avatar
04/10/2014 neko Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye 1241 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer Athna 124


Sujet: La nature est sans pitié | Hyacinthe
Lun 1 Jan - 22:43

Hyacinthe devait venir, Gen l’attendait avec impatience. Ce que le cavalier n’avait aucunement prévu, c’était qu’une immense bourrasque envahisse toute l’île et bien plus encore. Dans leur grotte, les athnas ne vécurent rien, mais observèrent cet étrange spectacle. L’homme était avec sa jument, la caressant pour l’apaiser car elle était extrêmement nerveuse. Les animaux sentaient eux, ils sentaient même très bien. Gen était soudainement inquiet pour Hyacinthe, comme le blond allait-il réussir pour venir à lui ? Et si c’était horrible en bas, en plaine ? Comme les pikunis vivaient-ils la chose ? L’archer ne pouvait pas sortir de toute manière, c’était risquer de se faire blesser et il ne voulait pas vivre cela. Il n’avait plus à espérer que la Nature serait clémente avec son ami. La main de sa sœur se posa sur son épaule, sachant bien que Hyacinthe devait venir. « Je vais prier pour lui. » Il faudrait bien plus que des prières, mais il ne le précisa pas. Il acceptait déjà ce qu’elle offrait et se contenta de hocher la tête. Il décida de s’occuper de Yuki en attendant que le cyclone cesse et qu’il puisse sortir. Il fallait savoir se plier face à la nature. Il s’endormit aux côtés de sa jument alors que le cyclone était à son plus fort moment. Le réveil au petit matin se fit par l’odeur amer du café et il ouvrit les yeux. Son fils se tenait devant lui et le cavalier attrapa la tasse en terre cuite. « Merci, fils. » L’enfant hocha la tête et s’assit en tailleur dans la paille de Yuki qui ne bronchait pas face à ses deux visiteurs.

Gen but une gorgée de son breuvage, il avait rêvé cette nuit d’Enako et sa défunte femme lui disait de faire attention. Essayait-elle de lui faire passer un message depuis l’autre côté ? Il devrait se montrer prudent. Le cavalier avait pris sa décision. « Il faut que je parte chercher Hyacinthe. J’ignore dans quel état il est. » Et il devait le faire. Les rumeurs commençaient à courir, ainsi que les oiseaux qui venaient transmettre des messages sur l’état de l’île. Gen ne serait pas un bon ami s’il oubliait Hyacinthe. Il pensa à Ozvan et espérait que l’homme qui possédait son cœur avait survécu. Non il l’aurait senti si quelque chose était arrivé, c’était ce qu’il se disait. Il avala une tranche de pain avec du fromage de brebis et se mit au travail, préparant sa monture qui se montrait impatiente de sortir. Lui aussi était impatient, mais pour une autre raison, il voulait vérifier que son ami aille bien. Il allait faire le trajet habituel pour aller chez les calusas en espérant qu’il trouverait son ami sain et sauf. L’homme prit des provisions, ignorant s’il serait loin une journée ou plus et grimpa en selle. Il embrassa son fils sur le front et pressa les flancs de sa monture qui quitta la grotte en trottant. L’air était frais et Gen remonta le col de sa veste alors que Yuki descendit avec dextérité la montagne. Elle n’était pas née ici pour rien et Gen pouvait compter sur elle les yeux fermés dans la montagne.

Selon lui, il n’y avait que les montures des athnas pour être aussi douées dans la montagne. Ils furent bientôt dans la forêt qui entourait toute la plaine avant d’atteindre les pikunis qui étaient à mi-chemin. Il observait la forêt qui avait tenu bon. A ce qui se murmurait, c’étaient les côtes qui avaient été touchées. Une boule dans son ventre se forma. Il se mit à explorer la forêt, observant la moindre trace. Il avait mis Yuki au pas. Un bruit lui fit redresser la tête, il était presque arrivé non loin des pikunis. Il sentit sa jument s’agiter, elle sentait quelque chose. Il ne savait pas si c’était un ennemi ou un allié. Gen pressa les flancs de sa monture, décidé à aller vers ce bruit et à se défendre au cas où. Il enleva son arc qui se trouvait autour de son torse et regarda autour de lui. Soudainement, il vit une silhouette blanche et stoppa sa monture. L’athna descendit de selle et alla voir, par tous les dieux c’était la jument qu’il avait offerte à Hyacinthe et dessus, le blond en question ! « Hyacinthe, tu es en vie. » Le soulagement s’entendit dans sa voix et il passa son arc autour de son torse. La jument blanche semblait nerveuse et il leva une main. « Doucement, doucement. » Murmura-t-il. Il poussa un sifflement rauque et Yuki arriva au trot, visiblement heureuse de retrouver une compagne. Sans hésiter, la jument noire alla auprès de sa cadette blanche comme la neige, les oreilles dressées et soufflant pour la saluer avec respect.

avatar
28/07/2015 I My Boy D'Arbanville & Oz & Ten & Elouan & Tam-Tam 3054 Chris Brown ( model )/Cristopher Mason Thaïs/Oreste & Lux Aeterna & HOney Verrier & Parfumeur Calusa 878
« Entre le † Ciel † et l' ☿ Enfer ☿ »


Sujet: Re: La nature est sans pitié | Hyacinthe
Sam 13 Jan - 22:15


Gen & Hyacinthe @AfterTheTycoon


Le corps du chien loup s'aplati contre le sol quand  gronde le ciel noircissant au-dessus de leurs têtes. A lui Hyacinthe, Azalée sa blanche monture et Lou sauvé un jour de promenade par lui et Hiro. Ils reviennent de la décharge, ils quittent une drôle de rencontre. Une Odysséenne. Voilà comme elle se décrit. Un jour ils se reverront car elle va se renseigner sur ces histoires d'anomalies des gênes. Maintenant son sac chargé de glaise, il se dirige vers la montagne. Le blond à promis de passer rendre visite à L'Athna. De client Gen est devenu un véritable ami. Et le Calusa désire lui faire voir de visu les progrès accomplis avec la jument offerte en cadeau. Et puis lui si solitaire, ne crache pas sur une occasion de découvrir l'environnement du guerrier. Mais le vent les contre depuis un petit moment, ce fou fonce directement dans le poitrail D'Azalée, qui piaffe de crainte. Une fois, deux fois elle à faillit le désarçonner, elle y arrivera la troisième. Son chiffre fétiche. Des nuages menaçants s'accumulent, alors finalement Hyacinthe estime préférable de glisser le long du flan de l'équidé pour se retrouver les deux pieds sur la terre ferme. Ainsi il marchera à ses côtés pour la rassurer, il lui murmura des mots apaisants à l'oreille. Des gouttelettes rebondissent alors sur son nez, annonçant une averse prochaine. Sans doute serait-il souhaitable de se mettre à l'abri dans une grotte en attendant que la nature s'apaise.

Il connait les tempêtes Hyacinthe, surtout au bord de son océan, il en à essuyé quelques-unes. Mais son instinct le titille, il pressent comme une urgence. Alors il se détourne un peu de son chemin pour rejoindre une caverne ou il s'est déjà réfugié d'autres fois. Tandis les feuilles s'agitent avec énergie et lui claquent durement à la figure. Azalée rechigne de son côté. Il devrait se dépêcher mais avec elle il prend patience, car il sait le blond que brusquer les animaux les bloque totalement. Des cris lointains se répercutent contre les troncs annonçant le pire. Un sanglier apeuré fonce droit sur lui le percutant de peu. Alors la blanche se cabre et Hyacinthe se voit dans l'obligation de lui rendre sa liberté au risque de la rendre folle. Elle s'éloigne de quelques mètres sans disparaître complètement, petite tache blanche à travers les branches  fantoma-tiquement agitées des arbres. Quant à Lou un taillis l'a englouti devant la course effrénée du cochon sauvage, depuis il n'à pas réapparu. Mais ce chien mâtiné de loup n'en fait qu'à sa tête, il va et vient selon son bon plaisir. Parfois il le suit tout le long de ses déplacements, d'autres fois il surgit au milieu ou encore il préfère tout simplement rester pour musarder sur la plage. le parfumeur parierait bien qu'il est en route pour cette destination. Et lui il hésite entre continuer vers son abri ou ne pas perdre de vue Azalée. Mal lui en prit, une bourrasque furieuse s'engouffre par la canopée, brisant tout sur son passage et un objet rebondit sur le front du blond l'assommant pour de bon.

Mouillé jusqu'à l'os, le blond frissonne, ouvre les paupières distinguant à peine l'herbe sous l'eau qui lui dégouline dans les yeux. D'un geste lent, vague et saccadé il ramène sa main vers son front pour essuyer tout ça. Mais sur sa main il ne distingue que du carmin. Plus haut, dans sa chevelure, ses doigts y détectent une sacré bosse, un peu au-dessus il rencontre une coupure plus profonde. En se mouvant pour se relever les racines de ses cheveux se font arrachées par dizaine, emmêlés à des broussailles, le voilà obligé de les déterrées pour ne pas finir par se scalper. Quelle merde. Coiffé de la sorte il va effrayer le premier humain qui croisera son chemin. Hyacinthe finit par se retrouver sur son derrière, légèrement étourdi, un léger écœurement lui monte aux lèvres l'obligeant à rester sur place. Pas une petite nature malgré ses particularités, sinon il ne se débrouillerait pas en solitaire, Hyacinthe prit appui sur la paume de ses mains pour se redresser. Mais une douleur lancinante le fit retomber à terre. Une  vielle flèche rouillée, sans doute abandonnée lors d'une chasse, traversait de part en part son mollet. Amoindrissant sa capacité à se déplacer. Avec art il fit en sorte de balancer sur ses genoux pour adopter la technique du long cheminement. Au loin un hennissement puis une voix se glissèrent jusqu'à lui ... Azalée sans doute. Il l'espérait. Mais l'autre ... Ami ? Ennemi ? *Hyacinthe* Quel bonheur on le cherchait, il ne se transformerait pas à tout jamais en squelette sur place « Gen ici ! »

avatar
04/10/2014 neko Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye 1241 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer Athna 124


Sujet: Re: La nature est sans pitié | Hyacinthe
Sam 10 Fév - 18:35

Gen avait reconnu Hyacinthe à sa chevelure blonde, même si son ami semblait avoir perdu quelques cheveux dans l’aventure. Il le regarda et se demanda un instant pourquoi il était par terre. Il vit alors son mollet traversé par une vieille flèche et tressaillit de douleur en pensant à la douleur que cela devait être. Son ami n’avait décidément pas de chance ! « Par tous les esprits, dans quel état es-tu ! » Il se précipita vers lui et le redressa. Ou du moins il tentait car Hyacinthe pesait son poids. « J’espérais tellement que la tempête ne te touche pas ainsi. » Murmura-t-il. Il était tellement inquiet pour lui. Le blond n’avait pas bonne mine vu l’allure qu’il avait avec la flèche qui traversait son mollet. Il espérait que son ami n’était pas tant blessé que cela. Il le palpa pour vérifier que tout allait bien. « Ta jument est auprès de Yuki. » Au cas où Hyacinthe s’inquiéterait. Il pensait bien que son ami s’inquiétait pour sa monture, alors il préférait le prévenir de tout ceci. Cela faisait un problème en moins auquel se soucier. Gen tapota l’épaule de Hyacinthe pour tenter de le rassurer ou se rassurer, au choix. En tout cas il avait besoin de s’assurer que le calusa ne se vidait pas de son sang. « Assieds-toi, je vais regarder ta blessure. »

Il trouva un tronc d’arbre encore solide et l’installa dessus pour regarder sa blessure. La terre était molle et ses bottes s’enfoncèrent dans la terre, mais l’athna ne dit rien. Il faisait frais et la zone était étrangement silencieuse, comme si les animaux avaient déserté les lieux. « Nous avons été épargné dans la montagne, mais je constate qu’ici… C’est l’enfer. » Et c’était vraiment le cas. La nature était dévastée et Gen avait bien vu que les esprits ou quoique ce soit d’autre, s’étaient déchainés. C’était un peu comme si la Nature se révoltait et les punissait de quelque chose, mais de quoi ? Difficile à dire. Un tressaillement courut le long de son échine et il se demanda dans quel état était le reste de l’île. Il ignorait que les différents peuples avaient tous été touchés à leur manière. Les missives n’étaient parvenues à personne encore. L’homme était vraiment inquiet pour Ozvan, se demandant bien ce qui était arrivé à l’homme dont il était amoureux. Il chassa tout ceci de ses pensées, se concentrant sur la flèche rouillée dans la chair de son ami. « Il faudrait qu’on la retire… Je ne sais pas si tu supporteras des heures de monte avec une telle flèche. » Cela risquait de gêner et si Hyacinthe se cognait dedans, cela créerait probablement une douleur intenable. Gen était vraiment perdu, il ne savait pas quoi faire face à cette blessure. Il avait aussi la crainte que s’il retirait la flèche, la plaie saignerait abondamment. Il siffla et entendit des bruits de sabots. Yuki venait calmement à lui et il se redressa pour fouiller sa sacoche et voir s’il avait de quoi panser une plaie et faire un garrot.

Il sortit son matériel, attendant le verdict de Hyacinthe. Peut-être que s’il ne retirait pas la flèche, il pourrait la casser pour éviter que cela ne dépasse trop ? Il élaborait tous les scénarios possibles dans sa tête. Il en avait oublié la politesse d’usage ! « As-tu soif ou faim ? J’ai des provisions. » Peut-être que le blond était dans cet état depuis des heures et crevait de faim. Gen serait bien incapable de faire un feu après cette tempête, tout était trempé et aucune flamme ne prendrait dans un tel sol, même avec de la mousse, ce serait impossible de faire prendre une seule branche.

avatar
28/07/2015 I My Boy D'Arbanville & Oz & Ten & Elouan & Tam-Tam 3054 Chris Brown ( model )/Cristopher Mason Thaïs/Oreste & Lux Aeterna & HOney Verrier & Parfumeur Calusa 878
« Entre le † Ciel † et l' ☿ Enfer ☿ »


Sujet: Re: La nature est sans pitié | Hyacinthe
Lun 30 Avr - 17:47


Gen & Hyacinthe @AfterTheTycoon


Parfois on aime à prétendre que les blessures morales sont beaucoup plus douloureuses que celles du corps. Qu’elles perdurent toute une vie alors que le corps lui ne conservait que des cicatrices. Cependant en cet instant ou une flèche lui traverse le mollet ou il peine à reste debout, c'est même complétement impossible, et bien Hyacinthe il échangerait bien la douloureuse morsure qu'il ressentait contre un petit chagrin. Juste le temps que ça passe.

Parce que oui, avec la disparition de Lou, et la fuite d'Alizée il finissait par se demander si il s'en sortirait bien vivant. Par miracle - à moins qu'il ne fut un inconscient et rêve de belles choses - une voix connue retenti dans les battements de la pluie dont la densité se calmait. Le laissant lui, Le Calusa, trempé jusqu'aux os. Si on sauvait sa cheville, sa santé en prendrait un coup sans aucun doute, et il passerait quelques jours au lit. Si il lui en restait encore un après un tel cataclysme


« Gen gen gen je me suis fait surprendre, c'est arrivé sans crier gare » Sinon il n'eut pas entreprit un tel voyage. Et pourtant avec ses années en solitaire prêt du bord de l'eau, il pouvait se prétendre plutôt bon pour prévoir la météo.

L'inquiétude qu'il décela ensuite chez l'Athna le laissa sans voix pendant quelques minutes - Ou secondes, car parfois les instants deviennent si longs -, le blond il ne s'y attendait pas. Ou plus.

Si bien entendu, il appréciait énormément Gen, tout comme Hiro, des amis pour le Calusa, des vrais. Mais il ne se demandait jamais si ça eut pu être réciproque. Parce qu'en réalité il n'y croyait plus. Non pas qu'il s'imagina qu'ils puissent mentir. Même si à bien s'y arrêter, on eut pu le lui reprocher. Il s'agissait plutôt d'un sacré manque de confiance ancré en lui depuis son adolescence. La perte de celle qui fut

« Tu me rassures je je je paniquais vraiment de l'avoir égarée » Expliqua-t-il en se positionnant le mieux possible, le dos contre un vieil arbre tordu, afin que le guerrier examina sa blessure
« Je je je crois que c'était une flèche abandonnée et que le vent l'a transportée avec lui... Il soufflait ... si fort... Il est venu chez vous aussi ?  »

La souffrance altérait la tonalité qui sortait de la gorge du Blond, il grimaçait sous les lancements que lui infligeait l'instrument le traversant « Encore heureux que que que ce soit pas arrivé dans la poitrine, tu m'aurais trouvé mort tout bonnement ... »

Non pas qu'il se voulu dramatique, bien qu'il le fut intrinsèquement, quasi malgré lui, mais il énonçait les faits pour détourner son attention du membre blessé

« C'est bien que vous ayez été épargnés toi et ta famille »

Il secoua ensuite la tête avec rage. Il n'ignorait pas le danger auquel il s'exposait en retirant cette horreur rouillée fichée dans sa jambe. Mais justement plus il l'y laissait, plus une grave infection risquait de se propager « Je vais hurler sûrement mais la meilleure solution tion tion c'est de la retirer » Voilà son avis qui se révélait  semblable à celui de l'Athna. Il releva la tête vivement surpris par le retour de Yuki, épuisé, l'inquiétude le rendait presque paranoïaque « Oh là tout de suite je meurs de soif, mais quand tu te décideras de m'arracher cette pointe, donne-moi de quoi mordre dedans que je ne réveille pas tous les alentours par mes hurlements »

Juste au cas ou ... Il tenterait de se maîtriser, de se battre pour garder un peu de dignité, mais il ne promettait rien non plus « As-tu de la bonne corde pour faire un garrot ?  »


Pour toi @Gen Deng

avatar
04/10/2014 neko Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye 1241 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer Athna 124


Sujet: Re: La nature est sans pitié | Hyacinthe
Mar 22 Mai - 14:41

Gen tentait de ne pas trop s’inquiéter, mais ce n’était pas facile. Il était vraiment inquiet pour son ami qui avait une sacrée blessure. « Ça va aller. » Répondit-il alors que Hyacinthe venait de dire qu’il s’était fait surprendre. Il espérait vraiment que cela allait aller. Il regardait le mollet, songeur. S’il retirait la flèche, le blond risquait peut-être une hémorragie et cela l’inquiétait énormément. Une boule d’angoisse se forma dans le creux de son estomac et il dut prendre sur lui. Il rassura son ami en disant qu’il avait sa jument avec lui, au moins. Gen se félicita d’avoir une bouteille d’alcool sur lui, cela permettrait de bien nettoyer la blessure. « Par chance, nous n’avons rien eu, caché comme on est dans la montagne. Mais on a entendu le vent. » Et ils avaient eu peur. Gen était né et avait grandi dans la montagne. Il savait à quoi s’attendre face à la nature, il avait été forgé par elle. Mais tout de même, le cyclone, cela avait été terrifiant. L’athna voyait bien que son ami souffrait et cela le rendit triste. Mais il n’en montra rien car il ne voulait pas empirer la situation. « Ne parle pas de malheur. Les esprits t’auraient protégé. » Il n’aurait pas toléré de retrouver Hyacinthe mort. Cela l’aurait complètement détruit de le voir dans cet état.

L’athna réfléchissait rapidement pour soigner son ami. Il hocha la tête, oui il était soulagé que son fils et sa sœur n’aient rien. « Assieds-toi. » Ce serait plus facile pour lui de le soigner s’il était assis. Gen était en train de se détacher de la situation, de se concentrer car il n’avait pas le choix, il en valait de la vie de Hyacinthe. Il ne pouvait pas faire le sentimental maintenant. C’était une vieille flèche rouillée qu’il avait dans le mollet. Même si le cavalier la retirait, il y avait de grands risques d’infection. Il faudrait être prudent et surveiller le membre, en somme rien de bien facile. Heureusement, son ami pensait comme lui et acceptait de retirer la flèche. Yuki s’approcha de Gen qui alla chercher de l’eau pour en donner à son ami. « Bois-en, je te donnerai de l’alcool ensuite, cela t’aidera. » Et il comptait lui en donner pas mal pour calmer la douleur et désinfecter la plaie. L’homme chercha de quoi faire un garrot, une bonne corde solide et la montra à son ami. « J’ai de quoi t’aider. »

Et il espérait que cela suffirait. De toute manière, ils n’avaient pas le choix. La nature était étrangement silencieuse après le cyclone qui venait d’arriver. Ce que Gen redoutait plus qu’une infection pour son ami, c’étaient les prédateurs. Les différents prédateurs risquaient de bientôt sortir et chasser les charognes et les animaux blessés. Il fallait faire vite. « On ne doit pas traîner. » Il rangea la gourde d’eau dans sa sacoche et sortit une vieille bouteille en verre. Elle semblait usée par le temps, l’alcool qui était dedans était d’un beau marron doré. L’homme attrapa la bouteille et retira le bouchon de liège avec les dents. « Bois. » Il espérait que Hyacinthe n’allait pas faire le difficile et boire. Ils n’avaient pas le choix vu l’état actuel des choses. L’homme le regarda droit dans les yeux, franchement inquiet même s’il n’en disait rien. « Je vais désinfecter ta blessure avec l’alcool, faire un garrot pour couper le sang et retirer la flèche. » Il espérait qu’en expliquant au blond ce qu’il allait faire, cela le rassurait. En tout cas, cela réussissait à poser les pensées de l’homme. Gen attrapa la bouteille d’alcool et en versa une quantité généreuse sur la blessure. Il fit le garrot de manière experte au calusa avant de lui en tendre un bout de tissu à mettre dans la bouche. « Pour que les prédateurs ne t’entendent pas. » Oui ils en étaient là. Ils étaient en plein danger. Gen prit une gorgée d’alcool à son tour. Parfaitement conscient de la dangerosité de l’acte qu’il allait faire. Néanmoins il fallait le faire.

« Je vais retirer, 1,2,... » Et il ne dit jamais trois qu’il tira la flèche de manière vive et adroite. Du sang coula légèrement, mais Gen eut vite fait de poser un tissu contre la plaie, soufflant de soulagement, voilà c’était fait. Une étape de franchis dans ce grand périple qui les attendait.

avatar
28/07/2015 I My Boy D'Arbanville & Oz & Ten & Elouan & Tam-Tam 3054 Chris Brown ( model )/Cristopher Mason Thaïs/Oreste & Lux Aeterna & HOney Verrier & Parfumeur Calusa 878
« Entre le † Ciel † et l' ☿ Enfer ☿ »


Sujet: Re: La nature est sans pitié | Hyacinthe
Lun 2 Juil - 17:46


Gen & Hyacinthe @AfterTheTycoon


La voix de L'Athna l'aidait à se raccrocher à la réalité. Bien qu'il n'eut pas tendance à s'enfoncer dans une illusion, la douleur de sa cheville, qui le vrillait à terre, ne portait nullement à la rêverie. Mais son estomac qui se révulsait, lui procurant une envie de vomir ses tripes, là juste par terre, l'ébranlait drôlement. Au point que des vertiges paraissaient parfois le précipiter vers la terre comme si le blond s'apprêtait à perdre conscience. Aussi il fixai toute son attention vers cet être humain, qui lui adressait la parole. Lui permettant de se stabiliser dans la bonne réalité. Car s'il s'endormait, réussirait-il ensuite à se réveiller ? « En parlant de malheur j'espère que cette flèche n'était pas empoisonnée, même si avec les années ça s'atténue, tu sais qu'il est des poisons qui ne pardonnent pas »

Comme celui que distillait doucement la paranoïa qui lui serrait le cœur.  Néanmoins il se sentait rassuré des nouvelles données par Gen. La tribu de ce dernier semblait avoir passé à travers le pire, peut-être que du coup sa petite cabane tenait encore debout ? Mais pour les cent qu'en était-il ? Cela l'inquiétait beaucoup, et pourtant, il ne posséderait pas la possibilité de s'y rendre, avec sa cheville qui l' handicaperait quelques temps « Je suis content que tu ailles bien, dis donc on n'a pas été très épargné ces dernières années »

Pour une raison qu'il ignorait, Le Calusa se sentait envahit par l'envie de bavarder sans discontinuer. Probablement que ça le rassurait de se voir capable de le faire, et que ça l'aidait à se sentir un peu plus vivant. Il tentait d'éloigner toutes les peurs qui le dessinaient entrain de rendre l'âme dans sa tête. Oui il aimait la vie Hyacinthe, ça ne le surprenait plus tellement. Malgré ses hantises, les liens qu’il développait avec diverses personnes depuis peu, l'encourageaient à accepter un avenir plus heureux. Alors mourir maintenant ... Non.

Obéissant il s'assit à l'injonction de Gen, le Guerrier ne lui voulait que du bien, jamais le blond ne remettrait ça en cause, depuis des mois il le lui prouvait. Il s'empara de l'eau qui lui apporta l'Athna, et la bu à une vitesse folle, oui la soif le tenaillait si fort... La faim, l'angoisse et tant de choses qui creusaient un terrier sombre dans sa poitrine


« Merci, merci, tu sais je ne suis pas un habitué de l'alcool, j'ai quelques bières chez moi, mais je ne les consomme que dans des occasions particulières. Je crois n'avoir été vraiment saoul que une ... deux fois en fait ... Mais surtout la première je n'avais pas compris pris pris » La nuit ou il décida de faire une incursion en toutes discrétion dans son village pour y prendre la température. Et se trouva confronté à Chavo, qui l'emmena dans un bar, un lieu dans lequel il n'avait jamais visité auparavant !

La blond, il babillait tout en se laissant faire. Et quand Gen lui offrit l'alcool, comme si refuser ne s'envisageait pas, le blond s'exécuta avalant une grosse goulée. Il s'étouffa sous la puissance du divin breuvage  « Oups je vais planer très avec ça ... Oui ça ressemblait tout à fait à l'enfer fer fer » La fin de sa phrase s'assombrit comme si le cyclone renaissait avec ses souvenirs  

« Elle est si gentille Azalée, comme Yuki, tu es vraiment doué avec les chevaux  » Ajouta le blond, rassuré de voir sa jument immaculée intacte, il l'adorait si fort, ou alors c'était le tort boyau qu'il ingurgitait le ventre vide, qui le faisait s'exprimer de la sorte. En même temps il hochait la tête à toutes les paroles de Gen. Il n'écoutait plus vraiment mais ne le contrariait pas, certainement il ne disait que des choses justes. Pourquoi se rebiffer  

« D'accord... D'accord » Lui répondait-il, bien qu'il se retrouva un peu abasourdi quand il lui déroba la bouteille pour la répandre - La gâcher ? - Sur sa blessure.  « Mais... » Hyacinthe s’interrompit aussitôt quand les picotements réveillèrent l'emplacement ou s'enfonçait la flèche. La fulgurance des tiraillements le rendirent muet temporairement. Il cherchait comment extérioriser tout ce mal, hurler lui paraissait plutôt une bonne solution. Alors qu'il ouvrait enfin la bouche un gros bout de tissus y fut introduit, qui étouffa le hurlement, quand l'homme retira ce qui labourait sa chair. Puis le blond s'affaissa, vidé de ses forces, les yeux fermés, toujours conscient, mais priant pour que toute cette souffrance s'atténue un tout petit peu  « Je vais perdre ma jambe ? »



Pour toi @Gen Deng

avatar
04/10/2014 neko Eirik Thorvald, Skylar Rees, Leary Wrath, Cyd Raye 1241 Godfrey Gao AVENGEDINCHAINS.(avatar), tumblr (gif), northern lights.(code signature) cavalier, archer Athna 124


Sujet: Re: La nature est sans pitié | Hyacinthe
Sam 21 Juil - 21:37

C’était quelque chose qu’il avait oublié, du poison sur la flèche. L’athna se fit une note mentale de garder la flèche, au cas où. Il valait mieux être prudent. Il décida de ne rien dire, de ne pas angoisser plus son ami qui devait déjà se sentir très mal. « Cela ira en s’améliorant. » Promit-il alors que Hyacinthe mentionna le fait qu’ils n’avaient pas été épargnés ces dernières années. Il pensait vraiment que cela allait s’améliorer malgré tout ce qu’ils avaient vécu. Peut-être était-ce très naïf de sa part de penser ainsi, mais c’était ce qui permettait à Gen de se lever le matin malgré les épreuves qu’il avait vécues. Hyacinthe aurait besoin d’alcool pour tenir le choc face au retrait de la flèche. « Il y a des débuts à tout alors. Il y a pire comme situation, je suis là. » Dit-il avec un sourire rassurant. Il ne pensait pas que la dose d’alcool allait soûler Hyacinthe, mais il ne le précisa pas. Il préférait plutôt s’occuper de lui au plus vite. Voir son ami s’étouffer avec l’alcool aurait pu être drôle, si la situation n’avait pas été aussi tragique. « C’est mieux de planer, parfois. » Gen gardait une voix douce, basse, comme pour guider son ami dans les méandres de ce qui allait arriver. L’enfer était probablement bien pire que cela, mais il ne dit rien. Il préparait tout son matériel et écouta le compliment de son ami blond.

« Si j’avais pu, j’aurais élevé les chevaux. » Mais cela n’avait pas été le désir de ses parents guerriers. Il avait suivi sa propre voie, archer c’était acceptable. Et puis être éleveur de chevaux dans la montagne, il y avait mieux comme condition. C’était le moment de le faire, pas le temps de parler, pas le temps de trop réfléchir. Il retira la flèche de la jambe et entendit le cri étouffé de Hyacinthe. L’homme posa son regard sur son ami qui avait les yeux fermés et ne bougeait pas. L’archer sentit l’angoisse monter, son cœur accélérer et son estomac se tordre. Un soupir de soulagement le traversa quand Hyacinthe poussa une simple question. « Non avec le garrot cela devrait aller. Il faudrait qu’on trouve rapidement un guérisseur ou une guérisseuse. La flèche a traversé ta jambe, il te faut de bons soins. » L’homme rangea rapidement son matériel. « Les naoris se cachent dans les bois, il faut qu’on les trouve, ou qu’ils ne trouvent. Je vais t’aider, on doit bouger. Le sang va attirer les prédateurs. » Et avec la tempête, malgré les cadavres d’animaux qui étaient ici, ils restaient des proies attrayantes. Gen força son ami à se redresser et essaya de le soulever dans ses bras, trop dur, Hyacinthe faisait son poids, voire plus. Il gronda et le reposa. « Attends. » Il siffla et Yuki vint aussitôt d’un pas calme, suivit par Azalée. L’homme inspira longuement. « Je vais te mettre sur Yuki, elle tolère l’odeur du sang. J’ignore si Azalée le supportera. » Il s’était occupé d’Azalée avant de la donner à Hyacinthe.

Il ignorait comment la jument blanche réagirait à l’odeur. Il poussa légèrement Hyacinthe sur Yuki. « On y va, courage. » Il le poussa sur le dos de la jument noire qui ne broncha pas. Il tenta d’installer son ami le mieux possible, enroulant une corde autour de son torse et l’attachant fermement à la selle, au cas où il se relâche complètement. « Je t’interdis de mourir. » L’homme grimpa sur Azalée, rassembla les rênes et prit d’une main les rênes de Yuki alors qu’il lança les montures au trot. « Tiens bon. » Et ils partirent à travers la forêt ravagée. Gen tentait de chercher des traces, un chemin, une voie. Mais rien, la forêt restait fermée à eux, muette, ou pas complètement. Les loups se faisaient entendre. Gen serra les dents, nerveux. Il regarda autour de lui. « Parle-moi. » Il était bien loin de se douter qu’ils n’étaient pas proches des naoris, bien loin de là. Gen ne voulait pas perdre son ami, même si le garrot était bien fait. Un bruit attira son attention, sans réfléchir, il stoppa ses montures, dégaina son arc et banda une flèche. Deux cavaliers surgirent et levèrent les mains. « Du calme l’ami, nous sommes de la tribu pikuni, nous cherchons les survivants. As-tu besoin d’aide ? » Un soupir lui échappa et il baissa lentement son arc. « Mon ami, vite. » Sa gorge se serra et incapable de parler plus, il laissa les deux hommes s’approcher d’eux.

Spoiler:
 

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: La nature est sans pitié | Hyacinthe

 

La nature est sans pitié | Hyacinthe

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cameron, le tueur sans pitié
» Peste et Tempête, tandem de choc...
» .:| Le destin est sans pitié |:. {PV~Free}
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde-