Aller en bas
Murphy Cavendish
Murphy Cavendish
DATE D'INSCRIPTION : 06/12/2015 PSEUDO/PRENOM : Lux Aeterna MULTICOMPTES : Nuna Cortez MESSAGES : 39923 CELEBRITE : Sophia Bush COPYRIGHT : Avengedinchains ♥ (vava) ; Lux Aeterna (sign & gifs & fiche rp) METIER/APTITUDES : Conseillère diplomate; militaire - lieutenant, stratège, garde et patrouilleuse. Quelques notions de médecine et bases en maniement des armes. POINTS GAGNES : 375
En ligne

I wonder if the sun will ever rise again {{ rp privé ღ - Page 2 Empty Re: I wonder if the sun will ever rise again {{ rp privé ღ

le Jeu 21 Mar - 2:50
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

❝ I wonder if the sun will ever rise again ❞
Murphy Cavendish & les célestes paniqués
(26 novembre 2117)


Il fallait encaisser. Maintenant et plus tard, mais surtout plus tard, parce que maintenant il y avait tout le reste. Il y avait Nadja qui ne savait plus quoi dire, des derniers soins inutiles à prodiguer à la victime de la tempête, des jeunes amis auxquels donner les macabres nouvelles et qu'il faudrait réconforter. Il y avait tout le reste qui comptait avant que le deuil ne s'en mêle. Alors Murphy s'interdisait de fondre en larmes et de se courir se cacher là où personne ne la regarderait, juste pour n'avoir à supporter que sa propre compagnie et son propre deuil. Tout ça, le temps des sentiments, ça serait pour plus tard. Maintenant, on tenait debout. Pour ceux qui étaient présents, pour la chirurgienne démunie face à l'ampleur des blessures, pour les amis qui avaient tout risqué et affronté pour amener Thaïs chez leurs aînés le plus vite possible, comme l'ultime option qu'ils avaient entrevue en réalisant l'importance de la plaie qui avait mis la jeune fille à terre. Mais par-dessus tout, c'était pour elle qu'elle restait debout : pour les derniers instants qu'elle passait ici, dans ce monde, sur cette Terre qui continuerait de tourner autour de son soleil comme si de rien n'était, comme si elle n'avait pas perdu un des sourires les plus brillants et communicatifs qu'elle avait jamais porté, comme si ces heures où tout basculait n'avait rien de différent de toutes celles qui les précédées et de toutes celles qui suivraient.

Mais quand Nadja et elle vinrent annoncer la nouvelle aux amis de Thaïs, elle fut contrainte de ravaler ses émotions. Les larmes silencieuses qui coulaient sur ses joues pâles n'étaient que le fruit d'une retenue qui lui coûtait. La chirurgienne pesait chacun des mots qu'elle choisissait, avec la délicatesse et la précision d'un apothicaire, et Murphy, pendant une seconde, se demanda si on pouvait se faire à ce genre d'annonces avec les années. C'était l'une des sales contreparties du beau métier qu'était celui de médecin. Sa mère lui avait souvent dit qu'annoncer les pires nouvelles n'avait jamais été dans ses attributions d'aide-soignante et qu'avoir à observer ces moments où les vies basculaient était une expérience suffisamment difficile pour elle. Ofelia avait toujours admiré les médecins pour ça. Si elle avait été là avec elles aujourd'hui, elle aurait probablement couvé du regard celle à qui était revenue cette lourde tâche et responsabilité. Elle aurait été fière de celle qu'elle avait considéré comme sa protégée pendant des années. Murphy le savait, en fait : on ne s'habituait pas à ce genre d'annonces. Chaque fois, on devait chercher ses mots comme si c'était la première fois. Chaque fois, on devait peiner à les prononcer, conscient qu'on changeait à jamais la vie de ceux qui restaient, conscient qu'on devenait le messager de l'une des pires nouvelles qui pouvaient été amenées à être données à quiconque.

Murphy, elle, n'avait même pas tout à fait la force de lever les yeux vers les amis de Thaïs ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] et [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]). Elle redoutait d'y lire la même détresse que celle qu'elle essayait elle-même tant bien que mal de masquer. On ne pouvait pas éclipser aussi facilement des sentiments aussi envahissants. Pourtant, le regard de la brune se releva une seconde vers leurs visages, qui laissaient apparaître le contrecoup de l'annonce. Les tripes de Murphy lui hurlaient de faire un geste dans leur direction pour leur faire comprendre qu'ils n'étaient pas seuls; mais quelle était sa légitimité à la quelconque marque de compassion ou d'affection ? Même si la jeune fille avait pris une part importante dans sa vie, elle ne la connaissait que depuis un an. Eux avaient vécu l'atterrissage ici avec elle, l'acceptation d'une situation dramatique qu'on leur avait imposée, la survie et les pertes, l'espoir et les chagrins. Ils avaient probablement tout vécu ensemble pendant ces quelques années. Murphy n'avait sûrement été qu'une parenthèse dans la vie trépidante de Thaïs. Celle avec qui il faisait bon passer un peu de temps, celle qui lui ramenait des livres dès qu'elle en croisait le chemin, celle qui épongeait son front de grippée, celle qui transmettait des messages à [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] déçu. Oh, merde, et Isdès ? Qui lui annoncerait ? Il aurait dû être là, lui aussi, avoir une chance de lui faire ses adieux. Elle avait beau le détester de tout son être, il aurait mérité cette occasion. Il ne serait probablement pas au courant de la disparition de la jeune fille avant des mois encore. Il serait préservé de la nouvelle pour quelques mois encore et pour ça, Murphy l'enviait.

En se penchant près de l'oreille de Thaïs, accroupie à côté du lit, elle entrevit son amie [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] s'afférer du coin de l’œil au-dessus de la plaie. Elle était respectueuse et douce, et Murphy lui était redevable de sa seule présence.

Mais c'est en glissant ces quelques mots d'adieux à l'oreille de son amie que Murphy laissa finalement s'échapper des sanglots enterrés depuis de trop longues minutes déjà. Que pouvait-on dire à quelqu'un qui s'apprêtait à quitter le monde ? Que pouvait-on dire à quelqu'un qui ne vous entendait sûrement pas ? Elle avait tant de choses à lui dire, Murphy. Tant de regrets pour un avenir qu'elles ne partageraient plus. Tant de messages à faire passer à cet autre monde qui commençait à compter parmi ses habitants trop de ceux qu'elle aimait. Alors elle lui parlait comme si elle était encore là, comme si elle allait sourire et lui répondre, comme si tout ça n'était qu'un mauvais rêve et que cette journée n'avait rien de différent des autres, comme s'il y allait y avoir un lendemain pour Thaïs. « Tu sais, je vais t'offrir un secret pour ton grand départ » souffla-t-elle finalement sur le ton de la confidence, volontairement inaudible pour ceux qui les entouraient. Elle lui caressait doucement et tendrement les cheveux sur la tempe, au-dessus de l'oreille. « Je connais Isdès. Et jle comprends pas trop bien, mais je sais qu'il t'aime beaucoup. Il était tellement dégoûté de me voir arriver à ta place, l'autre fois... » Elle pouffa un peu de rire entre deux sanglots. « Tu vas nous manquer. Si t'as encore un pied dans le coin, tu passeras dire bonjour de temps en temps, hein ? » Persuadée que la jeune fille n'était plus en mesure de les entendre depuis un bon moment déjà, c'était elle-même qu'elle cherchait à apaiser à ce moment précis. Faire ses adieux dans le calme et la douceur. Ce n'était pas l'heure pour la colère ou la déni. Il fallait accepter à toute vitesse et accompagner Thaïs jusqu'au bout de tout ce qu'il y avait, jusqu'au début de tout le reste. En essuyant son nez de façon peu élégante, elle releva son regard vers les deux amis de Thaïs qui ne disaient rien. « Vous pouvez... » Ses yeux dévièrent vers le visage de Thaïs, comme pour leur signifier qu'ils avaient leur place ici au moins autant qu'elle et les inviter à lui faire leurs adieux. Elle se redressa tant bien que mal et descendit le long du lit pour attraper sa main moite et lui serrer fort. C'était au tour des jeunes. Et elle, à chaque seconde, elle redoutait de voir la cage thoracique de Thaïs s'immobiliser. Combien de temps lui était-il encore donné ici ?

Ca se compta en secondes peut-être, en minutes si on était optimiste. Malgré elle, Murphy avait laissé son index et son majeur se perdre à l'intérieur du poignet de la patiente, comme pour s'assurer qu'un pouls y courrait toujours. Quand elle le perdit, elle chercha le rythme du thorax de la brunette, puis le regard de ses amis, et, paniquée, s'accrocha à Nadja, restée en retrait, dans l'espoir immense et affolé de l'entendre dire qu'elle n'était pas encore partie. Elle resta silencieuse face à son amie, le regard épouvanté, mais elle sentit ses joues pâlir subitement et se rua de nouveau près de la tête de la jeune fille pour essayer de la retenir, ou pour l'encourager à partir, ou pour... pour... Silencieusement, les joues couvertes de larmes, elle déposa un tendre baiser sur la tempe encore chaude de Thaïs.

Spoiler:
Liam et Andrew, je vous laisse la possibilité pour vos cocos de faire vos adieux à Thaïs si vous le souhaitez. J'ai été jusqu'à la mort de Thaïs mais si vous voulez un peu le retarder, n'hésitez pas à me mp/discorder et je peux éditer sans soucis.
Richard Coben
Admin
Richard Coben
DATE D'INSCRIPTION : 23/05/2015 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : baelfire/astrid/elias/meeka MESSAGES : 1652 CELEBRITE : Andrew Lincoln COPYRIGHT : ava : blake. sign by beylin METIER/APTITUDES : Chef de secteur devenu chef de la garde après le crash. POINTS GAGNES : 40
Admin

I wonder if the sun will ever rise again {{ rp privé ღ - Page 2 Empty Re: I wonder if the sun will ever rise again {{ rp privé ღ

le Ven 21 Juin - 16:39
Ce rp est archivé suite à 3 mois sans réponse.
Si vous souhaitez le faire archiver, n'hésitez pas à contacter un membre du staff I wonder if the sun will ever rise again {{ rp privé ღ - Page 2 484338566
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum