Aller en bas
Meeka Standen
Admin
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 557 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : sign by anaelle METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 10
Admin

Still of the night △ Meeka - Page 2 Empty Re: Still of the night △ Meeka

le Lun 25 Mar 2019 - 0:07
Still of the night

28 décembre 2117 ;; Les différences ne sont pas grandes et en même temps, établir une base évidente est presque impossible. Meeka aimerait pouvoir dire que ce sera facile, et que ça ira avec le temps. Mais ce n’est pas le cas et on part d’une base un peu compliquée. C’est difficilement prenable à prendre en compte. Face à cet homme, elle aimerait croire que tout ira bien, parce qu’entre eux, ça va. Mais ils ne sont pas toujours comme elle ou comme lui et l’entente n’est pas toujours facilement gérable. La barrière de la langue et de la culture est trop grande, même si au niveau des comportements, les choses sont bien plus proches que les gens ne veulent l’admettre. Cette limite qui s’est établie d’elle-même, elle n’y comprend pas grand chose. D’ailleurs, elle ne cherche jamais à comprendre. Tout se passe comme c’est supposé se passer. Si elle croit au destin, elle n’ira pourtant jamais le provoquer volontairement. Il n’y a pas un campement qui a raison et un qui a tort, chacun semble croire qu’il est le maître de la situation et c’est sans doute ce qui crée les principales tensions. L’égo des Hommes est et restera le problème de l’humanité. Elle comprend en tout cas qu’il puisse ne pas vouloir se perdre en forêt. Malgré les années qui finissent par défiler, on prend vite conscience du fait que la forêt peut être dangereuse parfois. Même pour elle, les choses ne sont pas évidentes. Certaines nuits, certains moments où il est préférable de rester à l’abri. Quant à l’idée se perdre, cela peut lui arriver à lui aussi, c’est vrai. Après tout, il suffit que ce soit mal éclairé ou que la fatigue se mêle à tout ça. Les choses ne sont pas évidentes. " Je vois. ". Tout ce qui compte, déjà, c’est qu’il se sente bien lui. Et que s’il a besoin de souffler un bon coup, il en ait la possibilité. C’est la seule chose qui ait un réel intérêt. Mais les choses ne sont clairement pas faciles à gérer. Et ça ne change rien au reste de l’histoire. Quant aux ruines, elle suppose que ça laisse des possibilités d’aménagement. Partir de rien, ça n’a rien d’évident, mais à partir de ruines ? Il y en a peut-être qui sont susceptibles de tenir et d’être réparés. Elle ne saurait dire sans voir mais ne se voit pas non plus s’inviter. Les relations n’en sont pas encore vraiment à cela.

Elle sourit lorsqu’il évoque le fait que les Naoris lui manquent un peu. C’est sûr que ça faisait une présence un peu rassurante au coeur de la forêt, comme un soutien dans l’ombre qui laisse imaginer que tout ira bien. Pour elle, ça ne change pas grand chose si ce n’est le fait qu’elle croise un peu moins de débarqués désormais. " Il est vrai que je croise beaucoup moins de personnes lorsque je pars en forêt désormais. ". Elle lui sourit à son tour. Bien sûr qu’elle ne croisait pas tant de monde que ça non plus. Mais tout de même, c’était déjà un peu plus fréquent qu’aujourd’hui.

Bien sûr que le sujet qui dévie la dérange et la bloque un peu. C’est un peu comme si ça bloquait quelque chose entre eux et que l’échange prenait une tournure délicate et déplacée. Elle ne saurait le dire mais ouais, c’est presque imperceptible mais c’est là, c’est différent. Elle ne peut pas prétendre que tout va s’arrêter là et qu’elle ne parviendra pas à trouver les mots pour que ça aille, elle reste polie et ne va pas couper la conversation là, comme ça. Mais elle ne nie pas qu’elle ne pourra pas avoir une facilité de ce côté là. C’est compliqué, oui, clairement. C’est ici que la démarcation entre leurs deux mondes se dessine concrètement. Ce n’était pas le même monde et ils vivaient dans l’espace. Sans doute avaient-ils un espace limité et le moindre écart pouvait coûter cher. Mais dans ce genre de contexte, elle ne sait que dire parce qu’elle en est bien éloignée. Etrangère à un monde dont elle ne sait rien, elle prend naturellement ses distances au vu des attraits de barbarie qu’ils semblent avoir. Et en plus, les décisions étaient prises sans que ce ne soit discuté avec les autres, triste manière de procéder. " Qu’avez-vous fait quand vous avez su ? ". Ne se sont-ils donc pas rebeller ? Ces personnes n’avaient pas de famille ? Parce que dans la situation immédiate, elle ne voit pas comment ça a pu se produire ainsi sans qu’il n’y ait la moindre conséquence.

Certains points restent flous, même pour lui. Elle ne parvient pas à comprendre pourquoi est-ce que la majorité est aussi élevée mais soit, c’est une décision qui a sans doute été purement réfléchie. Aucune idée et en même temps, elle n’est pas certaine de vouloir réfléchir davantage. Tout ceci est déjà bien assez complexe pour lui, alors elle n’a pas envie d’analyser ça parce que ça lui ferait un trou dans la tête sans qu’elle ne parvienne à comprendre les choses. Pour ce qu’il en est de son peuple à elle, elle n’ira pas prétendre qu’ils savent tout faire. Ce n’est pas le cas et il demeure encore certaines lacunes. Mais ils apprennent très vite à devenir autonome. C’est un évident besoin. " On a vite appris qu’il fallait qu’on grandisse en sachant nous débrouiller. Tout peut arriver à chaque instant et nos ancêtres l’ont très vite compris, je crois. ". Et c’est mieux comme ça, sinon, comment est-ce que les choses seraient, aujourd’hui ?

Il est sûr que cette guerre leurs échappe parce qu’ils n’y ont pas participé. Meeka sait se battre, se défendre et lutter. Mais si elle peut s’abstenir, elle le fera, elle n’apprécie qu’à moitié la violence et pourtant, elle fabrique des armes. Mais oui, les choses ont désormais évolué dans le bon sens et il est bon de croire que ça va continuer comme ça. Il n’est juste pas bon d’en avoir la certitude, afin de ne pas être trop déçu. " Je pense aussi que les choses ont bien avancé. Ce n’est pas encore parfait et parfois, ça peut paraître froid, mais ça avance. Il faut juste encore un peu de temps avant qu’on ne se fasse des banquets de célébration. ". De vrais banquets sans but final, évidemment.

Elle reste silencieuse lorsqu’il la remercie. Bien sûr, elle ne veut pas le déprimer mais à ses yeux, il n’y a guère d’espoir quant aux personnes qui ont disparu. Mais ça, elle le garde pour elle.
AVENGEDINCHAINS
Kayden Elwood
Admin △ I'll dream you real
Kayden Elwood
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Harlan Tikaani & Einar Helgusson MESSAGES : 7172 CELEBRITE : Dan Stevens COPYRIGHT : Blondie & e-ripley (tumblr) METIER/APTITUDES : Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture TRIBU : Odysséen POINTS GAGNES : 69
Admin △ I'll dream you real

Still of the night △ Meeka - Page 2 Empty Re: Still of the night △ Meeka

le Jeu 18 Avr 2019 - 23:31
C'est si calme ici, et à la fois non. Y'a toujours des bruits, dans la nature, toujours quelque chose qui furette, observe. Et c'est dangereux aussi, oui, d'une certaine façon. Si t'étais pas tombé sur ce feu, si t'avais dû te débrouiller seul, en pleine nuit, en vrai, t'aurais probablement paniqué. T'as toujours été trop curieux, mais t'as pas forcément l'aisance qui vient avec les balades en nature. T'es distrait trop facilement, tu te perds trop aisément. C'est pas le meilleur cocktail qui soit mais t'avais besoin de changer d'air, t'avais envie de bouger et par nostalgie peut-être, ou peut-être comme ces animaux capables de retrouver leur lieu de naissance après des années et avec des milliers de kilomètres de distance, t'as migré instinctivement vers la carcasse de l'Odyssée. Peut-être que cette vieille dame de fer est rassurante pour toi, peut-être qu'inconsciemment, t'y as cherché la sécurité. Tu ne sais pas. Elle éveille des souvenirs, certains bons, certains mauvais, mais tu les acceptes tous parce que c'était votre vie, là-haut et ça a façonné ce que vous êtes aujourd'hui. Aujourd'hui, sa carcasse est comme un décor de théâtre issu d'un autre temps, impressionnant et rassurant à la fois.

C'est naturel d'échanger avec Meeka, elle a cette aura apaisante et pourtant pragmatique qui t'empêche de trop divaguer, mais te permet de revivre un peu tout ça sans trop de douleur. Comme vous devez lui paraître étranges, vous, hommes des étoiles tombés sur une Terre qu'ils n'ont jamais connu. Tu le sens, ce décalage, et sûrement ne disparaîtra-t-il pas avant encore un moment. Peut-être qu'il sera totalement effacé d'ici la prochaine génération, peut-être avant. Tu espères qu'un jour, vous finirez tous par vous entendre, par cohabiter, peut-être. C'est probablement un peu idéaliste, mais t'as toujours été un rêveur dans l'âme, Kay.

La remarque de Meeka te fait sourire.

« Il y a moins de perdus comme moi, hein ? » plaisantes-tu. En vrai, tu ignores si beaucoup d'Odysséens partagent ton sens de l'orientation catastrophique. Tu as tendance à mettre ce défaut sur le compte du côté totalement structuré de votre milieu de vie, là-haut, et à quel point il diffère du monde naturel, avec ses vallons, ses pentes escarpées, ses milliers d'arbres et ses sinueux sentiers. Là-haut, tu pouvais trouver ton chemin sans difficulté, il suffit de tout mémoriser. Sur Terre, il faut penser aux points cardinaux, au soleil, au vent, à la forme des arbres et des rochers...c'est difficile quand tu as l'impression que tout se ressemble, au bout du cinquième arbre un peu tordu.

Tu lèves le regard vers le ciel quand elle te demande ce que vous avez fait quand vous avez appris pour l'envoi des cents sur Terre. Comme si, en regardant les étoiles, tu pouvais mieux te rappeler cet événement. Comme si cette part de toi était là-bas, là-haut.

« Je me rappelle surtout avoir été choqué, personnellement. À la fois parce qu'on ne savait pas que la Terre était viable, mais surtout parce qu'on avait envoyé cent de nos jeunes, comme ça, en sacrifice, sans prévenir personne. J'avais du mal à croire que nos dirigeants pouvaient faire une chose pareille. » murmures-tu, vers le ciel. Un soupir s'échappe de tes lèvres, avant que tes pupilles ne reviennent vers la terre ferme. « J'me rappelle qu'il y a eu beaucoup de cris, d'agitation, de pleurs, aussi. Certains se sont fait enfermer parce qu'ils se sont rebellé contre cette décision. C'étaient des criminels, oui, mais ils n'étaient pas tous enfermés pour des crimes graves et pour certaines personnes, il était tout bonnement incompréhensible qu'on envoie leurs enfants comme ça, vers un futur si incertain. C'était presque comme les envoyer à la mort. »

Tu penses à celle que t'as condamné à mort, toi aussi, d'une certaine façon. Tu n'as appris que par la suite qu'elle faisait partie des cent criminels envoyés. Tu te rappelles l'effroi, la culpabilité mais le sentiment de vengeance égoïste, aussi. Et peut-être, juste peut-être, un peu l'envie, aussi, qu'elle voit cette Terre avant toi. Aujourd'hui, tu ne sais toujours pas vraiment si tu regrettes ton geste. Tu ne veux pas y penser. C'est plus facile comme ça.

Tu te mords la lèvre. Parce que tes mots suivants vont probablement paraître fous, étranges, à Meeka mais…

« D'une certaine façon, on a eu beaucoup d'espoir, aussi. On avait des nouvelles des cents, depuis là-haut, on savait qu'ils étaient arrivés en vie, que la Terre était habitable. Et la Terre, c'était presque un rêve fou, pour nous. Le but a toujours été d'y retourner, mais je ne sais pas, beaucoup de nous ne pensaient pas qu'on y arriverait, je crois. »

La Terre n'était pas votre première maison et ça se sent terriblement. Vous vous y faîtes, petit à petit, mais les différences restent assez énormes. Vos compétences, notamment, votre vision de l'éducation. Et les propos de la Naori ont de quoi faire réfléchir.

« C'est la meilleure chose à faire ici, je pense. Apprendre vite, s'adapter, se débrouiller. » Un sourire un peu désabusé, dépréciatif, orne tes lèvres. « On avait la technologie, là-haut, mais ici, elle est totalement inutile. On doit tout réapprendre, ou plutôt, apprendre de vous. » Tu hausses les épaules. « Et c'est peut-être pas plus mal, en fait. Ça nous met plus sur un pied d'égalité, entre Odysséens. Les experts d'hier ne sont plus forcément les têtes d'aujourd'hui. Et ceux qu'on pensaient moins utiles là-haut le sont peut-être bien plus ici. » Tu penses à la botanique, à l'agriculture. C'était pas tellement important, là-haut, avec un stock de plantes si limité. Mais ici ? Ici, c'est la survie. Pour manger, pour se soigner, c'est primordial. Et un expert en physique quantique, à quoi ça peut bien servir ici, hein ? À pas grand-chose. « Vous avez appris à survivre dans des conditions qui étaient terribles, vous êtes des héros, d'une certaine façon. »

Un frisson parcoure ton échine. Malgré le feu ronflant devant toi, l'air fraîchit vraiment, la nuit. Tu devras probablement dormir ici, avant de reprendre la route du retour au matin. Tu seras bien obligé, t'as pas pris grand-chose avec toi pour tenir réellement.

Tu hoches la tête aux propos de la jeune femme.

« Je pense qu'il doit encore y avoir un peu de méfiance et d'incompréhension des deux côtés. C'est normal, on est un peu tombés de nulle part et ça s'est pas forcément très bien passé au début. Mais j'ai hâte de voir un de vos fameux banquets. » fais-tu, avec une mine enjouée.

Un banquet sans agenda politique, ce serait mieux, c'est sûr, mais même simplement voir comment les terriens vivent, mangent, célèbrent...ce serait déjà une expérience tellement enrichissante.
Meeka Standen
Admin
Meeka Standen
DATE D'INSCRIPTION : 29/01/2017 PSEUDO/PRENOM : avengedinchains MULTICOMPTES : Milo, Richard, Astrid & Elias MESSAGES : 557 CELEBRITE : Katheryn Winnick COPYRIGHT : sign by anaelle METIER/APTITUDES : Forgeron qui bricole aussi le bois TRIBU : Naori POINTS GAGNES : 10
Admin

Still of the night △ Meeka - Page 2 Empty Re: Still of the night △ Meeka

le Mer 22 Mai 2019 - 14:35
Still of the night

28 décembre 2117 ;; Moins de perdu. Peut-être que ce n’est pas le bon terme. Tu apprécies les moments où tu croises les gens, justement, ces personnes que tu ne connais pas et qui te permettent de découvrir de nouvelles choses. C’est vrai, ça n’arrive pas souvent et tu le déplores presque parce que ça ne te permet pas d’en savoir plus. Tu as envie de comprendre, de découvrir, et d’en savoir toujours plus. Ce n’est pas facile et tu comprends que les gens ne peuvent pas trop l’accepter, ou le comprendre. Mais.. C’est ainsi, d’une certaine manière. En tout cas, tu n’as pas envie de dire que ce sont des gens perdus. Ils explorent et c’est comme ça qu’ils parviendront à se familiariser à ce monde. Ce n’est pas simple, et ça ne l’est jamais, si on ne fait pas un petit effort. Ce n’est absolument pas évident mais il est toujours conseillé de faire le maximum pour que ça aille. Ce n’est jamais aussi simple, parce que forcément, pour l’égo d’une personne, ce n’est pas supportable. " C’est en se perdant qu’on explore le monde. ". Quand tu étais enfant, tu n’hésitais pas à te perdre en forêt. En retrouvant ton chemin par la suite, tu apprends à le faire, disons. En tout cas, tu pars du principe que ça te convient et que cela te plaît. Après, bien sûr qu’il y a des cas plus catastrophiques mais tu n’irais pas le qualifier comme ça.

Tu as du mal à comprendre comment les choses pourraient évoluer. Cela ne se passe jamais comme on le voudrait mais il n’y a rien de plus à en dire, absolument rien. Cette histoire du ciel est complexe, tu n’y comprends rien. Mais surtout, tu vois bien que la relation a évolué et que ça ne s’est pas très bien passé. Envoyer des jeunes sur une planète qu’on a quitté en supposant qu’on ne pouvait plus y vivre, ça n’a pas le moindre sens. Et toi, ça te dépasse. Tu essaies pourtant de comprendre son point de vu, alors tu l’interroges, tu fais de ton mieux. Forcément, si aucun n’a été prévenu, ça change tout et ça donne à la situation un aspect un peu plus compliqué. C’est un aspect que tu es bien incapable de comprendre. Là-haut, tout était beaucoup plus difficile, beaucoup plus étouffant visiblement. C’est une affaire un peu compliquée et tu es incapable de comprendre ce qu’il faut faire. Existe-t-il une situation particulière qui puisse légitimer tout ça ? " C’était visiblement bien plus compliqué pour vous. Ici, vous avez plus de possibilités, n’est-ce pas ? Ou est-ce que c’est toujours aussi difficile ? ". Tu n’es pas certain de vouloir entendre la réponse, tout ceci te met un peu mal à l’aise et tu n’y comprends rien. " Je sais que nos chefs nous cachent parfois certaines choses, mais jamais il ne leurs viendrait à l’idée de faire une chose pareille. ". Et tu serais incapable de l’accepter, de ne pas réagir. Là-haut, tu imagines que c’était beaucoup plus complexe, forcément. Ils étaient enfermés, susceptibles d’être mis dehors à chaque instant. De ce que tu as compris, c’est arrivé à de nombreuses reprises, dès qu’ils estimaient que c’était nécessaire. Et après, on viendra lui dire que ce sont les Terriens, les sauvages ? Toi, ça te dépasse. Bien sûr que certaines de vos méthodes sont déplacées et étranges, mais ça fait parti de vos coutumes et désormais, pour vous, c’est presque la normalité. En tout cas, c’est bien le signe au milieu de tout ça que les choses ne se passent jamais comme on pourrait le vouloir. Et que les dirigeants sont souvent susceptibles de mettre un bordel inhumain au milieu de tout ça.

L’espoir, tu le comprends. Ils pensaient la planète invivable et ils ont découvert - d’une bien sombre manière - que c’était le cas, qu’ils pouvaient revenir, que tout irait bien (à peu de chose près). Alors tu peux le comprendre, bien que pour toi, la planète ait toujours été viable. Mais tu comprends et tu supposes que c’est la seule chose qui ait de l’importance. Il ne sert à rien de chercher plus loin. " Je peux comprendre, malgré le côté bien néfaste de tout le reste… Vous vouliez revenir et ça vous paraissait trop loin. Je n’ai jamais quitté la Terre, mais je comprends que ça ait pu être important pour vous.” ". Pourtant, n’aurait-il pas été plus humain d’envoyer des volontaires plutôt que de forcer des gens à faire le trajet ? C’est une chose qui te dépasse, c’est tout.

Cette technologie devait être fabuleuse, je n’en doute même pas. Pourtant, tu ne cache pas le fait que ça te dépasse. Forcément pour eux ça les change. De ce que tu avais pu comprendre, ils étaient grandement au-dessus dans bien des domaines et même au niveau de la santé. Forcément aujourd’hui, ils sont encore plus dans le flou et retombent dans des domaines rudimentaires. Ils doivent être perdus et c’est pour ça qu’il est dommage qu’ils n’aient pas été en mesure de trouver un point d’entente tout de suite avec toutes les tribus. Et ce n’est même pas le seul problème puisqu’il y a aussi le fait que… Leurs jeunes étaient en guerre avec certaines tribus, quand ils sont arrivés. Cela ne facilite pas les échanges. En tout cas, toi, tu n’irais pas dire que tout ceci fait de vous des héros. " Je ne dirais pas ça. Nos ancêtres ont survécu comme ils le pouvaient et ce ne fut pas facile. Ce sont eux les héros, nous, nous n’avons fait qu’appliquer ce qu’ils avaient réussi à mettre en place. ". Et ça change grandement la donne.

De la méfiance et de l’incompréhension continueront à régner tant qu’ils ne seront pas en mesure de faire la part des choses, et ce n’est pas gagné. Mais tu comprends que les gens puissent avoir un peu de mal vis à vis de tout ça. Ce n’est pas évident, et ça ne le sera jamais. Surtout si les tribus ne font pas quelques efforts. Mais ça évolue bien, ça évolue vraiment bien. " Je suis sûre que vous en verrez un bien plus vite que vous ne semblez le croire. ". Du moins, t’as vraiment envie de le croire, t’as vraiment envie de voir les choses évoluer dans le bon sens. Mais ce n’est pas gagné. Tu ne peux que serrer les dents, inspirer un grand coup et attendre de voir. Ce n’est pas toi qui décide. Mais tu y crois parce que ça en prend le sens. Les tribus se calment, s’arrangent, évoluent et s’adaptent. Et ils en ont besoin. " Un jour, il n’y aura plus de frontières. Il faut juste tenter d’y croire. Je suis sûre que ça finira par arriver. "
AVENGEDINCHAINS
Kayden Elwood
Admin △ I'll dream you real
Kayden Elwood
DATE D'INSCRIPTION : 05/10/2015 PSEUDO/PRENOM : Electric Soul MULTICOMPTES : Harlan Tikaani & Einar Helgusson MESSAGES : 7172 CELEBRITE : Dan Stevens COPYRIGHT : Blondie & e-ripley (tumblr) METIER/APTITUDES : Professeur de litté/philo sur l'Odyssée, s'occupe des cultures sur Terre | Education & notions d'agriculture TRIBU : Odysséen POINTS GAGNES : 69
Admin △ I'll dream you real

Still of the night △ Meeka - Page 2 Empty Re: Still of the night △ Meeka

le Lun 3 Juin 2019 - 1:52
Oh, tu l'aimes bien cette explication. Enfin, cette justification, plutôt. Que c'est en se perdant qu'on explore le monde. C'est plutôt vrai et ça ajoute une note de poésie à ce que tu considères habituellement comme un problème. Tu te perds bien souvent, Kay, à un point où c'est tout bonnement ridicule. Pour l'instant, ça t'a toujours pas trop mal réussi mais tu ne doutes pas qu'un jour, tu risques de finir mal avec tes bêtises, une jambe cassée dans un ravin ou entre les mâchoires d'une bête sauvage affamée. Mais pour l'instant...pour l'instant, et bien oui, tu peux te dire que tu explores. Tu n'as certes pas parcouru autant de distance que d'autres, visité autant d'endroits que d'autres. Mais tu découvres la terre à ton rythme, et c'est ce qui compte, non ?

Meeka trouve la situation compliquée et honnêtement, tu ne la blâmes pas. Même pour toi, qui as vécu là-haut, la politique était parfois bien trop compliquée. Très simple, par moments, étrangement, beaucoup trop noir ou blanc pour toi. Mais compliquée dans le sens où là-haut, la priorité n'a jamais été l'individu, mais la survie de la colonie. Et si pour le plus grand bien, il fallait éliminer quelques personnes, ça ne leur posait pas de problème. Tu comprends cette idée, tu as grandi avec elle, et tu l'as assimilée. Mais tu sais que mettre un destin sur un visage est d'autant plus difficile, douloureux. Et qu'il devient inimaginable, par moments, qu'on ait manqué de coeur à ce point, là-haut. Comme si à force de vivre parmi les machines, de vivre dépendants de machines, votre coeur avait été remplacé par une machine uniquement capable de voir des 0 et des 1.

Tu frottes tes paumes l'une contre l'autre devant le feu, avant de répondre à Meeka.

« C'est plus simple ici, je pense, oui. On devait toujours penser à limiter nos ressources pour survivre, là-haut. Maintenant un peu aussi mais c'est...différent. On a beaucoup plus de possibilités, de libertés. C'est pas toujours facile, c'est sûr, parce que y'a beaucoup de choses qui nous manquent de là-haut, mais c'est mieux que la vie là-bas. On ne tue plus arbitrairement et quand il y a une punition, c'est en général une corvée qui doit servir à la communauté. »

Réparer les maisons, nettoyer les vêtements, aller chercher du bois...toutes ces choses plus productives, pas forcément super agréables, mais qui valent mille fois mieux qu'un envoi dans le vide intersidéral parce qu'on a volé un peu trop souvent la ration de nourriture du voisin.

Les propos de la Naori t'inquiètent un peu, toutefois. Leurs chefs leur cachent des choses ? De quel genre ? Sur vous ? Tu ne penses pas que l'heure est encore à fomenter des coups en douce contre ceux du ciel mais t'as toujours été très idéaliste, tu le sais. Enfin, peut-être que ça n'a pas du tout rapport avec vous, en réalité, mais qu'il s'agit de manigances contre d'autres tribus. Tu n'en sais rien, et peut-être qu'il ne vaut mieux pas que tu cherches à savoir. La politique n'a jamais été ton point fort et tu n'as jamais trop voulu t'en approcher. Plus on s'en approche, plus on a de problèmes. Alors toi, t'as toujours tout fait pour rester gentiment neutre et aussi peu gênant que possible. Ni fan absolu du Conseil actuel, ni rebelle qui veut le voir chuter, tu fais juste partie de la population qui fait avec les décisions qu'on prend, tant qu'elles ne dépassent pas les limites de l'acceptable. Être accommodant, c'est tout toi.

Y'a un monde entier de perception différente entre toi et Meeka. C'est sûr, pour elle, la terre n'a jamais été la terre promise, pensée inatteignable. Au contraire, elle a peut-être été mère de fardeaux, avec toutes les catastrophes qu'il semble y avoir ici. Mais elle arrive à se mettre à votre place, à comprendre l'espoir qui vous a tous portés. Pendant des générations. Tu ne peux pas lui demander si elle espérait voir ce qu'il y avait là-haut, tu penses que les terriens n'étaient même pas au courant qu'il y avait une colonie sur un vaisseau spatial. Et avec ce qu'elle a appris de toi, de vous, sûrement n'envie-t-elle pas votre vie, sur l'Odyssée. Toi, en tout cas, tu sais que tu ne veux pas revenir en arrière. Tu es mieux sur Terre.

La Naori réfute le terme de héros et en soi, tu comprends son point de vue. Construire sur des bases est plus aisé que démarrer de rien, mais il n'empêche que ce n'est pas moins admirable.

« Vous avez quand même réussi à garder un système qui fonctionne, à forger vos propres sociétés et ne pas tout re-détruire. » Tu souris légèrement. « Peut-être que c'était plus simple parce que vous aviez déjà des bases, mais vous êtes bien plus méritants que nous, je trouve. »

Un coup de vent un peu plus vif que les autres fait bouger la base du feu, projetant de jolies étincelles dans la nuit. Tu penses un instant que ça peut être dangereux, mais le feu reste stable, et n'enflamme rien autour.

Tu souris aux propos de Meeka :

« Je l'espère. Ce serait un joli monde. » murmures-tu.
Contenu sponsorisé

Still of the night △ Meeka - Page 2 Empty Re: Still of the night △ Meeka

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum