Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜1. Le Peuple du Ciel
maybe life should be about more than just surviving


Admin
avatar
28/05/2014 Le Grand Manitou 1859 Nobody 50
Admin


Sujet: 1. Le Peuple du Ciel
Sam 25 Nov - 22:34

L'Odyssée
Le vaisseau et la hiérarchie



Le vaisseau & les habitations


Au moment de son décollage, le vaisseau était immense et de la toute dernière technologie, capable d’abriter jusqu’à deux mille têtes. Au fur et à mesure des années, il s’est abîmé, les pièces ont vieilli, remplacées pour certaines d’entre elles. Désormais en train de se délabrer, certaines parties ont été condamnées afin d’utiliser le matériel autrefois fonctionnel comme matériel de rechange. Le vaisseau est séparé en deux grandes ailes, reconnaissables notamment par le statut de ses habitants et par l’agencement des habitations : l’aile Waldon, qui abrite la population de bas statut, et l’aile Phénix, où l’on recense les personnalités les plus influentes de l’Odyssée. Ces ailes sont elles-mêmes divisées en plusieurs secteurs afin de faciliter la gestion des ressources et la sécurité. Les appartements et salles communes sont avant tout fonctionnels. Le gaspillage d’espace comme de ressources est à proscrire. Un appartement se présente comme suit : une chambre pour les parents, une chambre pour un enfant s’ils en ont. Les toilettes et le salon est à partager à plusieurs, quant à la cuisine, puisque la nourriture est rationnée, il n’y en a tout simplement pas. Tous les habitants se rendent au réfectoire le plus proche pour y recevoir leur part selon leur âge, poids et besoins. Dans l’aile Phénix, deux appartements partagent les toilettes et la salle commune. Dans l’aile Waldon, il y en a cinq qui se partagent les mêmes lieux communs. C’est un gain d’espace qui renforce les liens communautaires, c’est en tout cas la vision des concepteurs de l’Odyssée. Les gens peuvent aller et venir comme bon leur semble, au moins jusqu’au couvre-feu (voir ressources et électricité). Certains endroits sont cependant réservés au personnel qualifié. Ainsi, les réserves d’eau, de nourriture, d’oxygène, sans oublier les salles de commandes et salles des machines ne sont pas ouvertes au grand public, accessibles par identification oculaire et digitale. Néanmoins, les salles de sport, les archives électroniques et réfectoires sont libres à quiconque désire s’y rendre.



Technologie

Le vaisseau à l’époque de son lancement a bénéficié des meilleures technologies : robotique pour assurer automatiquement la stabilité de l’appareil, sa trajectoire, son environnement, mais également nanotechnologies, biotechnologies, sécurité informatique optimale… Le vaisseau entier est recouvert de panneaux solaires performants et tout ce qui peut être recyclé ou réutilisé l’est. Le matériel électronique est préféré à tout matériel papier et jetable, tout ce qui peut être réparé le sera. L’équilibre entre le matériel et la population est surveillé constamment pour assurer un contrôle de la maintenance et des maladies.
Beaucoup d’appareils sur le vaisseau sont entièrement automatisés et l’entretien des machines est la chose la plus importante sur le vaisseau, plus encore qu’une vie humaine. Une vie peut être sacrifiée si ça permet à l’ensemble de l’Odyssée de survivre. Des bras robots sont chargés de faire des réparations demandant une précision optimale, c’est donc leur entretien que l’on surveille avec beaucoup d’attention.

Enfin, le vaisseau entier a été équipé d’un réseau de caméras de surveillance à la pointe de la technologie. Il permet de garder un œil sur tous les habitants, et de repérer les crimes commis dans les plus brefs délais. Ce réseau s’explique par le nombre de règles strictes à respecter sur l’Odyssée, pour maintenir un train de vie correct pour tous. Évidemment, les caméras ne sont pas installées dans les espaces personnels (salles de bain, chambres, etc.).



Maintenance

Le vaisseau est constamment nettoyé pour éviter que la saleté (poussière, cheveux, etc.) ne bloque les filtres et n’empêche la circulation de l’air. Chacun doit veiller à faire attention et être soigneux. Les filtres en question sont quotidiennement contrôlés et ils sont nettoyés complètement au moins une fois par semaine, voire plus si nécessaire. Dans un tel univers, la propreté est primordiale et les compétences dans les domaines techniques sont ainsi très demandées.



Hiérarchie


Pour jeter un œil aux postes vacants, c'est par ICI

Les habitants de l'Odyssée, âgés de vingt-huit ans minimum, élisent leur chancelier tous les cinq ans, les dernières élections remontant à janvier 2114. Elles sont obligatoires et se déroulent sur tablette électronique, via un vote sur un logiciel ultra-sécurisé pour éviter tout trucage des résultats. Les candidats au poste, âgés d'au minimum de trente-cinq ans et souvent eux-mêmes anciens conseillers, mènent campagne via des débats, retransmis sur les écrans des habitants. Le chancelier élu est assisté par un bras droit qu’il aura choisi lui-même pour le remplacer en cas de besoin et pour l’aider dans la gestion de l’Odyssée. Il s'entoure d'un conseil composé de sept membres (incluant le bras-droit), dont l’avis est à la fois respecté et redouté. Ils sont tous âgés au minimum de trente-cinq ans, des professionnels issus chacun d'un secteur différent de l'Odyssée et d'un domaine particulier. Ce sont eux qui gèrent une grande partie de la gestion du vaisseau, renseignés par des chefs de secteurs qui eux veillent à ce que tout se passe bien dans la zone qu’ils sont chargés de coordonner. Autant en termes de sécurité que de gestion des ressources et de distribution des stocks. Ces chefs de secteurs ont eu un entraînement militaire et ne peuvent être engagés à ce poste qu’après avoir fait leurs preuves, donc aucun habitant de moins de trente ans ne peut espérer atteindre un tel objectif. Tout ce qui se réfère à l’entretien, la stabilité et le pilotage du vaisseau est géré par les scientifiques (physiciens, chimistes, biologistes) mais aussi par des informaticiens et par les militaires. Une communication constante est de mise entre les différents corps de métier car la moindre erreur peut être fatale à tout le monde. Au niveau de la justice, les sentences sont attribuées de manière quasi automatique. Le conseil délibère et décide de la punition la plus adéquate selon l’âge et le crime de la personne (voir justice et mission cent). Il n’existe pas de système monétaire sur l’Odyssée puisque tout est stocké et rationné de manière à assurer la survie de l’humanité. Néanmoins, on observe toujours une disparité au sein des habitants et l’on considère comme pauvre une personne dont les fonctions semblent moins prestigieuses qu’une autre. Celle-ci bénéficiera alors de moins de privilèges et de confort qu’un membre du conseil par exemple. Ces privilèges peuvent se présenter sous forme de plus grandes rations, d’accès facilités à certaines zones du vaisseau ou encore à la possibilité d’obtenir du matériel de meilleure qualité ou qui normalement est très contrôlé.

Les ressources
Les denrées les plus précieuses




Même si les technologies ont évolué de sorte à pouvoir maintenir des humains sur une orbite géosynchrone durant un siècle, l’humanité ne peut pas lutter contre le manque de ressources. La qualité de la ressource renouvelable s’altère avec le temps, c’est pourquoi dans l’espace, en gaspiller est un crime grandement condamné par les habitants de l’Odyssée.  
Toute ressource est stockée dans des lieux communs et l’accès est surveillé électroniquement par des capteurs à l’entrée, des systèmes de reconnaissance oculaire et digitale, et ce afin d’éviter les vols.



Ressources alimentaires

Sur l’Odyssée, le rationnement alimentaire est attribué selon les besoins de chacun. Pauvre ou riche, chacun est rationné de la même manière : trois repas par jour, avec une valeur énergétique qui permettra de tenir toute la journée. En cas de manque de ressources, le quota calorique est baissé pour tous. Sous certaines conditions, ce dernier peut- être réévalué, mais fait figure d’exception (grossesse, maladie, etc.).

Le repas n’est pas considéré dans les mentalités comme un moment de plaisir : c’est une nécessité pour maintenir le corps en état de marche. La nourriture est redondante, les exhausteurs de goût aident à l’ingestion d’aliments. Les rêveurs se languissent de cette bonne vieille Terre et ses tablées comme dans les films. Certains aimeraient que la fontaine de chocolat dans Charlie et la chocolaterie soit réelle pour pouvoir eux aussi tester cette friandise dont les enfants d’hier semblent tous se pourlécher les babines.

En attendant, les habitants de l’Odyssée se contentent des produits de la serre spatiale, qui ne leur fournit que des légumes résistants, nécessitant peu d’eau et d’entretien : patates, salade, carotte, panais, courgette, betterave rouge, oignon, ail, entre autres font partie des menus quotidiens des membres de l’Odyssée, couplés à des compléments alimentaires pour combler les carences. Parfois, le pain s’invite à table. Il n’y a pas de viande ou de poisson, l’élevage étant bien trop gourmand en énergie. Pas de fruits, pas de fleurs puisque les abeilles ne survivent pas dans l’espace et que la pollinisation par les hommes est bien trop longue pour permettre un rendement optimal des fruits poussés.  Pour éviter que les microbes ne saccagent les plantes, ainsi que l’apparition de moisissures, les serres sont automatisées (arrosage, contrôle de la qualité de l’air ambiant, du taux de bactéries, etc…) jusqu’aux récoltes. Il est important que les conditions les plus optimales soient mises en place pour ne pas perdre de végétal, au risque de mettre en péril la vie sur l’Odyssée.

De la Terre, il reste encore du sel, du sucre. Les denrées gluantes comme les ragoûts, les gruaux, les aliments lyophilisés telles que les soupes sont épuisées depuis des dizaines d’années ; les graines plantées se renouvellent chaque année à partir des fruits de la récolte ; quant à l’alcool, fabriqué à partir des pommes de terre, il se consomme à prix d’or et réconforte parfois les habitants. Il sert toutefois principalement dans le domaine médical.



Eau & Electricité

L’électricité est soit générée par les panneaux solaires recouvrant la carcasse du vaisseau, soit par les mouvements des habitants du vaisseau dans les salles de sport, où l’énergie dégagée par les appareils de musculation est stockée dans des batteries pour ensuite être utilisée suivant les besoins de chacun. Néanmoins, ceux-ci étant plutôt importants, les habitants sont soumis à un couvre-feu journalier dans un souci d’économie d’électricité. Même si le jour et la nuit ont des perspectives différentes par rapport à la Terre, les hommes sont restés à ce rythme de 24h en raison de leur horloge biologique.

Quant à l'eau, elle est sans cesse recyclée afin de pouvoir la réutiliser au quotidien. Malgré tout, elle vient à manquer et si les chimistes ont réussi un temps à en fabriquer, quelques missions ont été programmées sur la Lune afin de prélever des litres de cet or bleu.



Contrebande

Malgré la surveillance constante qui existe sur l'Odyssée, les plus démunis sont parvenus à mettre en place un marché noir. Les ressources tournent, passent de main en main et il n'est pas rare que quelqu'un se fasse éjecter pour un tel enfreint du règlement. Mieux vaut donc que le jeu en vaille la chandelle.



Connaissances techniques



Connaissances médicales




Maladies

Sur l’Odyssée, elles sont quasi inexistantes vu l’environnement stérile dans lequel ils évoluent. Dès l’embarquement, les volontaires ont passé des check-up complets avant de pouvoir être sélectionnés. Si l’humanité doit être préservée, seuls ceux en meilleure santé doivent pouvoir être pris. Néanmoins, le vaisseau comporte le matériel nécessaire pour palier la moindre blessure, le moindre rhume ou même des infections plus graves.

Les serres sont très appréciées des membres de l’équipage, puisque le végétal représente un lien avec la Terre que même ceux qui n’y ont pas vécu apprécient. Passer du temps à la serre est d’ailleurs une thérapie que recommandent les psychologues aux patients dépressifs, parfois il recommandent même d’avoir un cactus chez eux, ou une portion de la Terre (bocal de sable, de galets, etc.). Ce lien particulier avec des matières terrestres a montré son efficacité, apportant notamment de l’espoir chez ceux qui en avaient besoin.



Matériel et ressources

Comme pour le reste, les ressources médicales sont limitées et ne sont donc utilisées qu’en dernier recours. Les médecins possèdent des badges qui leur permettent de se servir dans les réserves si besoin, ce qui permet de garder une trace des quantités utilisées, quand et par qui. Il en va de même pour tout ce qui a trait à l’hygiène (savon, eau, etc.), puisque cela permet d’éviter la propagation de maladies. La technologie utilisée était la plus avancée au moment du décollage et les produits embarqués sont de première qualité. Bien entendu, certains médicaments ne se conservent pas une centaine d’années et périment rapidement, ainsi, les scientifiques doivent se débrouiller avec ce qu'il reste dans les réserves. Des salles de quarantaine et de décontamination ont été mises en place en cas (peu probable) de pandémie, ainsi que des combinaisons pour le staff médical.



Mort

Quand une personne meurt, elle est éjectée. Néanmoins, comme toute ressource est utile, tous les habitants de l’Odyssée ont donné leur accord tacite pour le don d’organes. Les médecins récupèrent donc les organes, le sang, les tissus ; tout ce qui est encore en bon état et peut être conservé pour sauver des vies. Quant aux scientifiques, ils dissèquent parfois les corps afin de faire avancer les connaissances. Il arrive que des médecins en devenir assistent à ces procédures puisque les corps à étudier se font rares dans l’espace. Les proches du défunt peuvent ensuite organiser une cérémonie selon leurs croyances avant que le corps ne soit définitivement jeté dans l’espace.



Autre connaissances




Archives
La majorité des connaissances sont sous format électronique. Tout est accessible sur réseau dans le vaisseau, donc quiconque possédant un ordinateur peut télécharger les informations qui lui sont utiles. Les écoliers travaillent par ailleurs seulement sur les supports électroniques, le papier étant particulièrement rare. Chaque appartement contient un écran tactile permettant d’accéder aux informations voulues. Il existe encore des documents papier, des livres, certains emmenés par leurs propriétaires lors de l’embarquement, mais ils sont très rares et s’abîment rapidement. Les documents importants en format papier ont été numérisés pour la plupart et ensuite gardés sous clef, ils ne sont donc pas accessibles aux habitants de l’Odyssée. Toute tentative d’intrusion ou de lecture pourra entraîner une condamnation.
Les ordinateurs et tablettes ont été emportés de la Terre et sont réparés au fur et à mesure. Ils ne peuvent donc pas être remplacés et si l’un est trop endommagé, le propriétaire devra faire avec. À mesure que le matériel diminue, la priorité est bien entendu donnée à tous ceux qui travaillent dans la gestion du vaisseau et aux scientifiques.



Arts
Bien que ce ne soit pas une priorité, l’art a été sauvegardé et emporté dans le vaisseau. Musique, peinture, cinéma, les archives en possèdent un très grand nombre. Tout ce qui a trait au loisir est néanmoins restreint et accessible à tous uniquement à certaines heures de la journée. Il arrive que de la musique passe dans les hauts parleurs et soit utilisée pour des événements officiels, comme des bals ou des cérémonies. Malgré tout, le meilleur moyen d’en écouter est de se rendre aux archives. De vieux instruments ont également été emmenés (du moment qu’ils n’étaient pas trop encombrants), comme un stradivarius hors de prix par exemple, ainsi qu’un ou deux pianos électriques. De l’avis des psychologues, la musique aide à diminuer le stress et à apaiser les mœurs. Le matériel de dessin est lui aussi très limité et utilisé en de rares occasions. Il sert avant tout d’exemple pour les professeurs qui désirent montrer à leurs élèves de quoi il s’agit. De plus, l’encre étant une denrée rare et non renouvelable, les tatouages sont interdits sur l’Odyssée. Quant aux films, les documentaires sont en libre-service mais tout ce qui se rapporte à de la distraction nécessite d’aller directement aux archives.



Temps libre & hobbies

Durant leur temps libre, les habitants de l’Odyssée peuvent déambuler dans le vaisseau comme bon leur semble, ou presque. On les encourage surtout à s’instruire, à lire, à s’informer. Mais puisqu’il est difficile de ne faire que cela, il existe une salle de sport où chacun peut se rendre pour se maintenir en forme, dépenser des calories et, par la même occasion, générer de l’énergie pour le vaisseau. Ainsi les habitants peuvent évacuer leur stress tout en rendant service à la communauté. Pour compléter les loisirs, des jeux de plateau et de cartes ont été emportés par certains lors de l’embarquement. Quant à ceux qui ont l’âme musicale, comme mentionné plus haut, il existe des pianos électriques dont l’accès est tout de même restreint ou ils ont la possibilité de créer une chorale a capella.

Justice & Mission 100




Justice

Un procès se déroule moins de vingt-quatre heures après le crime commis et est expédié très rapidement. En effet, pour assurer le bon fonctionnement du vaisseau et la sécurité de chacun, les règles sont très strictes et renforcées à chaque enfreint. Ce sont les membres du conseil qui jugent de la sentence finale et les décisions se prennent de manière quasi automatique, on ne s'encombre pas d'avocats. Un crime = une punition, point. Si les preuves sont suffisantes, la personne sera arrêtée, sans moyen de défense possible. De nombreux crimes sont réprimandés, et plusieurs sanctions peuvent être appliquées :

Les crimes par ordre de gravité : homicide, naissance d’un deuxième enfant (interdit sur le forum), coups et blessures, dégradation de biens, vol, omission d’information, non-respect des consignes, manquement de respect (pour plus de détails, voir sujet des crimes possibles).

Les sanctions par ordre de gravité : peine de mort (éjection), emprisonnement, travaux d’intérêt général (et coupe de privilèges). La peine de mort n’est pas applicable avant vingt-huit ans, alors toute personne n’ayant pas encore dépassé cet âge sera emprisonnée en attendant l’exécution de sa sentence. Le temps d’emprisonnement peut varier selon l’âge et la gravité du crime commis (un adolescent de quatorze ans qui traite un garde de débile ne sera pas enfermé à vie par exemple). Un criminel qui sort de prison se verra affublé d’un bracelet électronique afin d’être surveillé sur une période de temps donnée et ses privilèges lui seront rendus au compte-gouttes.

Les adultes ne passent pas par la case prison. Passé l’âge de vingt-huit ans, tout crime assez grave pour normalement mériter la prison résulte immédiatement d’une peine de mort. L'éjection elle-même d'un criminel n'est pas publique (même pas à la famille), mais elle est cependant annoncée ouvertement. L’Odyssée insiste sur l’ordre et le respect. Si le crime est jugé mineur, la personne sera simplement condamnée à des travaux d’intérêt général pour une durée à déterminer selon les cas.



La prison

Pour se donner bonne conscience, la prison a été créée afin de permettre aux mineurs de pouvoir vivre jusqu’à leur vingt-huit ans mais également afin d’y enfermer ceux qui ont commis des crimes mineurs et qui ne méritent pas d’être éjectés pour autant. Les condamnés à mort gardés en prison ne le sont donc que par pur sentimentalisme et par acquis de conscience, puisque ceux-ci gaspillent les ressources de ceux qui les méritent vraiment. Les scientifiques trouvant cette idée absurde ont proposé la mission des cent, donnant ainsi enfin une utilité à ces prisonniers.

La prison se tient sur deux étages. Les cellules font environ neuf mètres carrés et contiennent un matelas, de quoi faire ses besoins, ainsi qu’un simple hublot donnant sur l’espace et parfois, sur la Terre. Les repas sont majoritairement pris dans les cellules mais sont loin d’être aussi copieux que pour les habitants libres du vaisseau. Une fois par semaine, il est pris dans une salle commune et le nombre de prisonniers y est contrôlé afin d’éviter tout risque de rébellion. Une fois par mois, un droit de visite est accordé aux familles des criminels. Ces visites peuvent aller de quelques minutes à une heure en fonction de l’âge et de la gravité du crime. Les prisonniers ont également droit à une "promenade" deux fois par semaine, c’est-à-dire qu’ils peuvent sortir de leur cellule pendant une heure. Ce droit peut être révoqué en cas de mauvais comportement.



Mission Cent


Après près de cent ans, le vaisseau n’est plus en si bon état. La population ne le sait pas, mais les réserves s’épuisent, il devient de plus en plus difficile de remplacer le matériel cassé ou usé, la population grandit trop vite malgré le nombre d’enfants limité. Une poignée de scientifiques travaillent sur cette mission depuis plusieurs années, main dans la main avec le conseil et les plus hautes instances militaires. La prison presque pleine et une bien trop grande dépense d’énergie ont résulté à un accord : il a été décidé d’envoyer les criminels sur Terre. Leurs sondes transmettaient des données prometteuses, c’était le moment ou jamais. Chaque prisonnier a donc été doté d’un bracelet avec de nombreux capteurs et les scientifiques en ont récolté les données pendant toute l’année écoulée des cent sur Terre. Du moins, les données des bracelets qui n’ont pas été retirés par leur propriétaire. Bien entendu, tout s’est fait dans la plus grande discrétion. Les habitants n’ont été mis au courant qu’une fois le fait accompli et s’il y a eu des contestations, les autorités y ont mis un frein dès le départ. Le chancelier et le conseil ont expliqué qu’il en allait de leur survie à tous, les détails ont été passés sous silence, peu de nouvelles filtraient au niveau de la population, pas même aux familles.
N.B. : A noter que tous les criminels n'ont pas été envoyés sur Terre, seulement cent choisis parmi les prisonniers. Après la mission cent, la prison a continué de fonctionner et a donc abrité les criminels non envoyés sur Terre.



L’Odyssée descend sur Terre

Malgré le départ des cent sur Terre, les ressources ont continué à s’épuiser. Le temps pressait, les scientifiques insistaient sur l’urgence de la situation, le conseil était mitigé mais la décision a finalement été prise de rejoindre les cent sur Terre. Il fallait faire atterrir tout le monde au plus vite, mais la précipitation a engendré des erreurs de calcul. Un secteur du vaisseau s’est détaché, emportant environ trois cent personnes vers une mort certaine et finissant de déstabiliser l’Odyssée qui s’est séparé en deux et s’est crashé ; une partie sur Terre, l’autre dans l’océan où il ne sera jamais retrouvé.



Les armes

L'Odyssée ne possède pas d'armes à feu. Imaginez qu'un tir soit manqué ou qu'un coup parte tout seul et c'en est fini du beau vaisseau. Les militaires et les gardes possèdent en revanche toute une panoplie d'armes paralysantes : taser, fléchettes tranquillisantes, bombes lacrymogènes, spray au poivre. Ils ont largement de quoi faire. En plus classique, ils ont également des matraques pour maintenir l'ordre. S'ils savent viser, c'est uniquement grâce aux armes qui permettent d'envoyer les fléchettes tranquillisantes et, pour s'entraîner, ils utilisent également des balles à blanc. Sur Terre, à moins de tomber sur un arsenal donc, ils font avec ce qu'ils ont sous la main ou fabriquent des armes de fortune.

Famille & éducation




Famille

Pour éviter la surpopulation et une trop grande consommation des ressources, les couples n’ont droit qu’à un seul enfant. Tout enfreint de cette règle primordiale entraîne la peine de mort. Le divorce et le remariage sont possibles sur l'Odyssée, en revanche, s'il y a déjà eu enfant lors d'un précédent mariage, il n'est pas possible de concevoir à nouveau. Si une femme est enceinte de jumeaux (ou plus), les médecins peuvent intervenir durant la grossesse de façon tout à fait sûre afin qu’un seul enfant soit gardé. Quand un couple se marie, ils ont la possibilité d’emménager dans leur propre appartement. Puisque ceux-ci sont avant tout fonctionnels (deux chambres), les personnes vivant seules ou n’ayant pas d’enfants doivent partager le leur avec d’autres. Pour rappel, salon et toilettes sont communs à plusieurs appartements. Quand quelqu’un meurt, son appartement est attribué à une autre personne dans la foulée. En cas de surpopulation, les personnes seules se voient forcées de partager leur chambre. Le confort varie bien entendu selon leur statut au sein de l’Odyssée et les privilèges inhérents à leur fonction.



Contraception

Un implant d'une durée de vie de 10 ans (peut être renouvelé) est posé à toute femme de l’Odyssée dès l’apparition des règles et ce, jusqu’à ce qu’elle décide d’avoir un enfant ou alors jusqu’à sa mort. Cela évite ainsi les mauvaises surprises et dilemmes éthiques pour ceux qui sont contre l’avortement. Le cycle étant stoppé, les femmes ne subissent donc pas les tourments mensuels.



Orphelin et adoption

Si, pour une raison quelconque, un enfant se retrouve sans famille (parents tous deux éjectés, etc.), il est récupéré par la crèche du vaisseau. Cette sorte d’orphelinat est une transition pour tous les nourrissons dans l’attente d’être placés au sein d’une famille. Seuls les couples mariés sont autorisés à adopter un enfant. S’ils décident d’adopter, ils ne peuvent donc pas avoir leur propre enfant ; l’adoption remplace la grossesse, ce n’est pas un supplément bonus. Le mariage homosexuel est tout à fait possible sur l’Odyssée, les mentalités ayant bien évoluées depuis leur départ. L'homophobie n'est donc globalement pas très répandue, voire contre-productive du point de vue des plus pragmatiques étant donné le contrôle des naissances en application. Les couples homosexuels peuvent en effet adopter des orphelins au même titre que des couples hétérosexuels.



Éducation

Tous les habitants de l’Odyssée passent par la même éducation obligatoire avant de devoir se spécialiser dans un domaine ou un autre. Dans l’espace, chacun doit mettre la main à la pâte et donner un coup de main. Rendre service à la communauté est une notion inculquée dès le plus jeune âge aux enfants, ainsi que le respect des règles et l’hygiène de vie. En effet, la moindre saleté put bloquer des filtres ou endommager du matériel. Comme tout n’est pas réparable ou remplaçable, on enseigne très tôt aux enfants à être soigneux, à ne pas casser d’objets par inadvertance. La pression est très vite mise sur leurs épaules ; ils sont l’avenir de l’humanité, ils doivent pouvoir assurer la relève. Tiraillés par leur envie de liberté et leur devoir envers les leurs, il n’est pas rare que certains soient envoyés chez un psychologue ou finissent par se rebeller.



Système scolaire

Les enfants sont divisés en plusieurs classes par tranche d’âges et par secteur. Au départ, les cours étaient donnés par des enseignants qui connaissaient la vie sur Terre. Nombre d’entre eux ont été enregistrés afin que cette vision ne soit pas altérée, mais d’autres matières continuent à être enseignées par des gens de l’Odyssée. Les exigences sont très élevées, il y a des examens réguliers et on demande aux enfants d’ingurgiter de nombreuses connaissances pour prendre le relais à l’âge adulte. En effet, il est nécessaire d’avoir des personnes qui sauront quoi faire le jour où les humains retourneront sur Terre, c’est en tout cas la mission que se donne l’Odyssée lorsqu’il s’agit d’éducation. C’est pourquoi on continue à leur enseigner des matières qui ne leur seraient utiles que sur Terre, comme la géographie ou la biodiversité terrestre ; matières qui les dépassent parfois car totalement abstraites pour eux, ainsi que des matières scientifiques et des connaissances techniques sur la vie dans le vaisseau.
Le système scolaire est resté proche de celui présent sur Terre, les études supérieures commencent à dix-sept ans et, selon le domaine, peuvent durer 3, 5, 7 ans ou plus. L'enseignement est fortement axé sur les matières scientifiques et techniques, plus utiles à la survie du vaisseau, les sciences humaines et sociales étant moins valorisées.



»

Admin
avatar
28/05/2014 Le Grand Manitou 1859 Nobody 50
Admin


Sujet: Re: 1. Le Peuple du Ciel
Sam 25 Nov - 22:34

La Vie sur Terre
Les Cents & Odysséens




Il y a une centaine d'années, un holocauste nucléaire a décimé la population de la Terre, détruisant toute civilisation. Les survivants recensés ont été sauvés grâce à un projet destiné à préserver une partie de l'humanité en regroupant les meilleurs dans leur domaine pour le salut de l'Humanité dans l'espace. Ces survivants de la guerre nucléaire furent envoyés sur douze stations spatiales en orbite, reliées entre elles et formant une seule et même grande structure portant le nom d'Odyssée.

Trois générations sont nées dans l'espace, totalisant plus de 2000 humains survivants, chacun ayant des connaissances théoriques de la Terre sans pourtant y avoir jamais mis les pieds, grâce aux nombreuses archives électroniques disponibles. Les règles sont strictes, voire impitoyables, pour assurer la survie de la colonie, au détriment des individualités (même s'il demeure certaines disparités entre "pauvres" et "riches"). Ainsi :

- Les couples n'ont le droit qu'à un seul et unique enfant. Ceux qui enfreignent cette loi risquent la peine capitale. De ce fait, les frères et sœurs n'existent pas. Les termes fraternité, frère, sœur, fratrie etc, n'existent que dans les bouquins écrits par la première génération.

- La majorité est passée de 18 à 28 ans entre la première et la deuxième génération. Les crimes commis entre 13 et 28 ans sont passibles d'emprisonnement. Au delà de 28 ans, et si le crime est jugé comme inacceptable, la sentence appliquée n'est autre que la mort.

Mais malgré toutes ces précautions, le temps a fait son œuvre et le vaisseau a vieilli, les ressources se sont épuisées. La colonie est en train de mourir à petit feu, asphyxiée par le manque d'oxygène. Alors, les espoirs se sont tournés vers la Terre. Les taux de radioactivité étaient toujours élevés, mais il y avait l'espoir qu'ils aient suffisamment baissé depuis cent ans pour penser que l'air soit devenu respirable et envoyer une poignée d'entre eux, choisis par leur statut peu enviable dans la station. Dans l'urgence, le projet Cent est monté.

Cent jeunes criminels (groupe DON'T JUDGE ME) sont envoyés sur Terre. Âgés de 13 à 28 ans à leur atterrissage en juillet 2114, d'origines et de niveaux sociaux différents, ces délinquants représentent le dernier espoir de l'Humanité de regagner un jour la planète bleue.

Chacun d'entre eux est coupable d'un crime, de plus ou moins grande importance. Meurtre, trahison, vol...ils ont tous été jugés coupable pour quelque chose et ont été enfermés. Avant d'arriver sur Terre, cela ne faisait que quelques jours, voire quelques mois pour certains, mais pour d'autres plusieurs années. Beaucoup ne se connaissaient pas avant de fouler la Terre, voire ne s'étaient jamais vus avant. Ils n'ont absolument aucun lien de parenté entre eux.

Ils possèdent tous un bracelet électronique, dont l'armature est implantée dans leur bras, des micro-aiguilles traversant leur chair. Ces dernières permettaient à l'Odyssée de suivre leurs signes vitaux et ainsi savoir s'ils allaient bien, s'ils étaient face à un danger ou autre. Plusieurs ont décidé de les retirer ou de les endommager. Depuis l'arrivée de l'Odyssée sur Terre, en septembre 2115, ils peuvent se le faire retirer à leur camp plus sophistiqué.

Les jeunes femmes en âge de procréer possèdent toutes un implant dans le bras qui permet d'éviter de tomber enceinte et supprime les menstruations. Cet implant "futuriste", d'une durée de vie de dix ans, fonctionne en continu. De ce fait, pour pouvoir avoir un enfant, il faut le retirer. Bien évidemment, les plus jeunes, n'ayant pas encore eu leurs règles au moment d'être envoyées sur Terre, n'ont pas cet implant.

Arrivés en premier sur Terre, les Cents se sont organisés en groupe indépendant, disposant de leur propre hiérarchie, de leur propre campement, de leurs propres structures et de leur propre mode de fonctionnement. Ainsi, des leaders se sont démarqués, chacun dans leur domaine, pour rassurer, mais également pour assurer une certaine cohésion de groupe afin d'assurer au mieux leur survie (en savoir plus par ici). Ils ont pour eux l'avantage d'être un petit groupe soudé, de mieux connaître la Terre (étant arrivés quinze mois avant les Odysséens) et d'avoir davantage d'expérience en matière de survie et de collaboration avec les Terriens.

Cependant, les relations avec ceux-ci n'ont pas toujours été au beau fixe (et elles ne le sont d'ailleurs toujours pas vraiment aujourd'hui), une guerre ayant éclaté en septembre 2115 entre les tribus Athna, Calusa et Pikuni et les Cents. Alerté par la catastrophe, le Conseil de l'Odyssée a décidé d'accélérer l'arrivée de leur colonie sur la planète bleue afin de porter assistance aux jeunes combattants. Seulement, la technologie vieillissante du vaisseau n'a pas supporté pas le passage dans l'atmosphère et une aile conséquente de l'Odyssée s'est détachée, s'enfonçant dans les eaux profondes de l'océan, entraînant de très lourdes pertes matérielles et humaines.

Les survivants, formant désormais le groupe DON'T DEFY ME, n'étaient plus qu'environ 300 quand ils ont atterri en catastrophe en septembre 2115 au niveau des marécages à environ 65 kilomètres du campement des Cents et à 25 kilomètres de la tribu Naori. La dégradation du matériel lors de leur arrivée sur Terre a rendu le GPS hors d'état de fonctionnement, ne permettant pas aux Odysséens de géolocaliser les cents et les obligeant à effectuer des battues dans les alentours afin de les retrouver. Démunis de leurs moyens, en terre inconnue, arrivés sans préparation alors que le temps commençait à fraîchir, les Odysséens ont dû apprendre à s'organiser rapidement pour survivre. Pour cela, ils ont pu compter sur l'aide des Naoris qui, intrigués par l'arrivée de cet étrange vaisseau, ont décidé de tirer avantage du savoir de ces hommes et femmes du ciel en leur donnant un coup de main, et en veillant à leur confort en leur apportant quelques denrées le temps pour les membres de l'Odyssée d'installer leur campement.

Composé majoritairement d'adultes et d'experts scientifiques, le groupe des Odysséens a pour avantages de meilleures connaissances techniques et scientifiques, ainsi qu'un meilleur savoir théorique de la Terre. L'organisation qu'ils avaient dans l'espace s'est naturellement perpétuée sur Terre, reprenant les divisions connues là-haut et c'est toujours le Conseil élu dans l'espace qui organise la vie du campement, même si ce n'est pas sans éveiller quelques velléités au sein d'une frange de la population. Le groupe, plus grand, est plus difficile à gérer, la hiérarchie est parfois contestée et les problèmes d'approvisionnement sont plus importants que du côté des cents. La survie du campement demande donc plus d'efforts.

Suite aux épreuves subies sur Terre, aux conflits et aux maladies, on ne dénombre désormais qu'environ 70 DON'T JUDGE ME et 175 DON'T DEFY ME sur Terre.


Guide de survie &
Connaissances techniques




Lorsqu’ils sont arrivés sur Terre, les pauvre cents et les membres de l’Odyssée furent bien dépourvus quand ils s’installèrent en forêt. Certains regrettèrent même le luxe d’une cellule sur l’Odyssée c’est pour vous dire ! Et pourtant, malgré tout, ils usèrent de leur ingéniosité pour s’en sortir, le tout avec le peu de matériel qu’ils avaient. A leur arrivée, dans le vaisseau se trouvaient des vêtements de rechange pour eux, de la nourriture, ainsi qu’une réserve de couteaux. Mais depuis, ils ont dû faire preuve d’ingéniosité pour vaincre la faim, le froid, ainsi que les intempéries, gagner en confiance, s'organiser et surtout, se souvenir de tous les acquis à propos de la faune, la flore, l’environnement et le climat terrestre.
Alors, comment font-ils pour s’en sortir ?

Note : Les odysséens ont moins d'expérience acquise que les cents, ayant vécu quinze mois de moins sur Terre, mais ont davantage de connaissances techniques et théoriques.


Survie : le comportement est la clé


Le physique : Faire en sorte que le cerveau et le corps soient maintenus à 36,5°. Il faut se protéger du climat (froid, vent, animaux, crue, avalanche…), s’hydrater, se nourrir...

Le psychique : Accepter la situation telle qu'elle est, faire preuve de sang-froid, conserver ses facultés d’analyse, ménager son énergie pour ne pas s’épuiser par la panique, s’adapter à l’endroit pour l’aménager.


Se repérer


Le jour : Le soleil se lève à l'Est et se couche à l'Ouest. À son zénith, il pointe vers le sud. Pour fabriquer un cadran solaire sur un sol dégagé, on plante un bâton dans la terre et on marque chaque heure la position de l'ombre du soleil sur le sol. Pour savoir combien de temps il vous reste avant la tombée de la nuit, il suffit de placer ses deux mains devant soi en cachant les pouces : une main sur l’horizon et une main sur le Soleil. La distance les séparant vous indiquera le temps restant : si elle est d’un doigt, il reste 15 min, si elle est d’une main, une heure.

La nuit : Il faut repérer l'étoile Polaire, qui indique le Nord, et qui est l'étoile plus brillante de la constellation de la Petite Ourse. Repérez d'abord la Grande Ourse (forme de grande casserole), puis à côté la Petite Ourse (forme de petite casserole). Au manche de la petite casserole, on trouve l’étoile Polaire. La lune aide également à se repérer : si elle se lève avant le coucher du soleil, sa face lumineuse est à l’Ouest. Si elle se lève après minuit, elle est tournée vers l’Est. Quant à la pleine Lune, elle est au Sud à minuit.


En cas d'intempéries


Orage : Se réfugier dans les souterrains aux alentours du campement. À découvert, il faut éviter de toucher les arbres, les rochers, plus particulièrement ceux qui sont isolés et qui pourraient se faire frapper par la foudre.

Hypothermie : Avant de songer à allumer un feu, il faut retirer ses vêtements, les essorer, voire les changer si possible, et conserver le chaleur corporelle, en se recroquevillant sur soi-même, ou en s’enroulant dans une couverture.

Blessure : En cas de jambe cassée, une attelle de marche est la meilleure alternative à adopter, en plaçant deux morceaux de bois plat serrés par une corde contre le membre cassé pour l’immobiliser et l’empêcher de bouger.


Faire un abri


80% de l’humidité, engendrant donc le froid, provient du sol. Ainsi il convient de fabriquer des planchers en tronc, en branchage, ou toute surface capable d’absorber cette humidité et protéger l’humain du froid. Certains éléments naturels permettent d’éviter l’affluence du vent : rocher, tronc d’arbres, canopée... Pour dormir convenablement, il faut un terrain plat et donc niveler le sol pour détruire toutes traces de bosses, cailloux et autres désagréments occasionnés.


Allumer un feu


1) Recueillir du bois : de gros morceaux à la base du feu, et de plus petits en hauteur, comme des brindilles ou des feuilles. La flamme prenant force sera frêle et petite, il convient donc de l’alimenter progressivement.
2) Allumer le feu : provoquer des étincelles par friction entre deux morceaux de bois ou de silex, elles s'étendront aux combustibles. Si de l'alcool est disponible, l'utiliser peut accélérer le processus.
3) Garder le feu à l'abri du vent et continuellement l'alimenter pour ne pas qu'il s'éteigne (se relayer est la clé).

A noter qu’un feu dans les bois peut atteindre les 1000°C mais c’est encore trop peu pour faire fondre le moindre métal. Les cents n’en connaissent pas la technique d’ailleurs.


Manger


Cueillette, règle d’or : Quand on ne connait pas, on ne touche pas ! Un mauvais champignon, une baie toxique peut suffire à les tuer.

Chasse, règle d’or : On ne s’attaque pas à une bête sans avoir l’avantage. On chasse le petit gibier facile, les gros animaux (puma, ours, loup, lynx) sont rares et dangereux, ne vous y attaquez pas. On peut recourir à des pièges pour attraper le gibier.

Pêche, règle d’or : La patience. Ça peut être long d’attraper le saumon.


L'eau : bénédiction et malédiction


Source : Rivière à proximité des campements. Récupération de l'eau de pluie.

Prudence : Présence de bactéries et virus en tous genres, personne n'est immunisé, surtout pas les Cents et Odysséens, qui ont grandi dans un environnement stérile. Risque de diarrhées et de maladies.

Filtrer : Importance de filtrer l'eau avant de la consommer. A l’aide d’un tissu propre épais, on évacue toutes les particules de terre, d’argile, de sable et autres petits cailloux. Faire bouillir l'eau est la meilleure méthode pour se débarrasser des maladies.

Conserver : Conserver l'eau filtrée et bouillie dans une gourde pour pouvoir la consommer à l'envi.

Neige : Même si potable, il ne faut pas en abuser. La neige est déminéralisée et peut occasionner des carences. Bue trop froide, peut provoquer des diarrhées passagères. Mieux vaut l'utiliser pour cuire la soupe ou les légumes.




Connaissances techniques


Alcool : On ne rêve pas, il ne coule pas à flots. Il est fabriqué à partir des fruits pourris ou des pommes de terre qui se mettent progressivement à macérer. Ce n’est pas la priorité du campement et il est utilisé à des fins médicales plutôt que pour se soûler. Il n'est pas impossible d'en troquer avec les terriens.

Armes : Fabriquées à partir de pierres taillées, de bois et de ficelles, l'art du métal n'étant pas du tout maîtrisé.

Conservation de la viande : Ils ont appris le séchage et le fumage via les terriens. La technique consiste à faire sécher des tranches de viande sur des morceaux de bois montés en hauteur, ou si l'air est trop humide, à faire sécher la viande par l'intermédiaire de la fumée d'un feu de bois. Deux nuits de fumage permettent de conserver la viande un peu plus d'un mois.

Construction : Méthode par emboîtement, à défaut d'utiliser des clous.

Cultiver/cueillir : Ils ont appris à cultiver un potager avec des légumes rudimentaires, plantes aromatiques et quelques céréales robustes. Ils peuvent cueillir des fruits sauvages, des baies, des légumes sauvages et des champignons.

Hygiène : Fabriquer du savon en prélevant de la cendre et de la sève de conifère, qui mélangée à de l'eau et chauffée, va permettre de fabriquer du savon. Latrines/fosse creusée quelque peu éloignée du campement pour éviter les odeurs. On recouvre les selles de terre, de feuilles mortes et de branchages. Quand la fosse est trop nauséabonde ou encombrée, on en creuse une autre ailleurs, et la précédente devient une terre à compost. L'urine peut servir d'engrais, de désinfectant et de nettoyant (forte teneur en ammoniac).

Papier : On récupère le papier grâce aux veilles ressources, des livres (très peu nombreux), des affiches, des formulaires. Possibilité de fabriquer du papier très rudimentaire et grossier avec du bois, de l'eau et des tissus qu'on peut transformer. Pour l'encre, on en fabrique à partir de la suie ou encore certaines plantes colorantes (iris, indigo, sureau, guède).

Stocker : Pour ranger ou stocker certaines choses, on fabrique des objets à partir d'osier ou d'argile, bien que celle-ci ne soit pas cuite et encore rudimentaire.

Vêtements : Ils utilisent encore majoritairement les tissus et la réserve de vêtements qu'ils avaient en arrivant mais ont appris à utiliser des peaux de bête (tuées à la chasse ou possiblement échangées avec les terriens) pour se couvrir.


Le campement des cents




Structure du campement


Situé dans une forêt dominée par les conifères, le campement des cents s'est établi autour des restes de leur navette. Un feu de camp trône au centre du campement, c'est l'endroit le plus social du petit village et nombreux sont les cents qui s'y retrouvent le soir pour discuter ou passer du temps ensemble. Le feu est continuellement alimenté, offrant aussi bien chaleur que sécurité, ainsi qu'un outil précieux pour la cuisine. Un garde-manger se trouve également au sein du camp, stratégiquement placé à l'écart pour éviter d'enfumer tout le monde, mais non loin du potager et de l'enclos des animaux. Les petits mains s'y affairent pour préparer les repas, entre les spécialistes de la viande, de l'épluchage et du stockage alimentaire. Les repas sont en général pris en commun, à heures plus ou moins fixes, question de praticité et de convivialité. Enfin, au fil du temps, le campement s'est agrandi et fortifié avec des murs réalisés à partir de troncs d'arbres. Des rondes sont régulièrement effectuées par des gardes, pour assurer la sécurité du campement.


Hiérarchie


Depuis leur arrivée sur Terre, les cents ont rapidement créé une hiérarchie à deux niveaux, répartissant les différents domaines nécessaires à leur survie pour ensuite donner la responsabilité à un leader. Ce dernier fait partie des plus âgés du groupe, est élu par les membres du groupe, et mène les plus jeunes pour concentrer les qualités de chacun au quotidien. Pour voir la répartition des tâches au sein du groupe, c'est ici.


Confort


Au début, ils se sont établis dans des tentes de fortune réalisées avec leurs parachutes, mais après plusieurs années passées sur Terre, les tentes se sont muées en abris solides. Ces abris sont construits autour d'arbres pour soutenir les murs faits de branchages secs, bois coupés en planches, et parfois pierres et métaux récupérés du vaisseau. Ces tentes et abris se partagent entre deux et quatre membres (voir les occupations des abris ici). Les lits sont faits de sacs de couchage et de couvertures ou peaux de bêtes empilées, ou bien de matelas rustiques bourrés de paille et d'herbes séchées, pour s'isoler du froid de la terre. Certains peuvent se payer le luxe d'avoir une table, des chaises ou même une garde-robe de fortune. En été, les cents peuvent même se servir de hamacs comme lieu de couchage pour profiter des températures douces et de l'air frais.


Vestiges de leur vaisseau


Dans le vaisseau est aménagée l'infirmerie, où chacun se rend pour obtenir les premiers soins et éviter le développement des maladies. Il est utilisé en hiver comme dortoir, les cents quittant leurs abris et tentes afin de se regrouper pour se tenir chaud. On y entrepose également précieusement les armes blanches et la petite poignée d'armes à feu et munitions que possèdent les cents, le tout sous l'étroite surveillance des leaders. Tout leur matériel mécanique et électronique se trouve également dans le vaisseau. La radio que les cents possédaient et qu'ils utilisaient pour communiquer avec l'Odyssée s'y trouve, bien qu'elle a été rendue inutilisable au fil du temps, ce qui n'est pas forcément très grave étant donné l'arrivée sur Terre de l'Odyssée.


Alimentation


Au tout début, les cents ne vivaient que de la cueillette, de la chasse et de la pêche, se nourrissant des produits qu'ils trouvaient dans la nature. Un an après leur arrivée sur Terre, cependant, tout a été réaménagé et transformé. Cultivant désormais un potager et disposant d'un enclos (contenant quelques poulets, cochons, chèvres), leur alimentation se retrouve plus variée et plus équilibrée. Dans leur potager on trouve des légumes (chou, carotte, pomme de terre, poireau, courgette, salade, haricots, petits pois), quelques fruits sauvages (fraise, mûre,…) mais cela reste surtout des aliments nourrissants, utiles, résistants et plutôt rustiques. La viande se compose surtout de petit gibier et de poissons, rapportés par les chasseurs et les pêcheurs. Mais la cueillette n'a pas été abandonnée pour autant, et les cents continuent à se nourrir de champignons sauvages, de fruits secs ou baies qu'ils trouvent la nature. Tout ce qui n'est pas mangé de suite est séché ou fumé (pour la viande notamment), puis stocké dans un garde-manger prévu à cet effet. C'est loin d'être le festin et le luxe tous les jours, la survie avant tout ! Pour plus de détails sur la faune et la flore entourant les cents, rendez-vous sur l'annexe Terre.


Le campement des Odysséens



Structure du campement


Délaissant la carcasse du vaisseau échoué dans la forêt derrière eux, c’est dans une ancienne ville près du gouffre du métro que le campement odysséen a décidé de s’installer en juillet 2117, sur des ruines laissées par la bombe atomique qui a créé le désert à côté. Installant des barricades en son centre, ils ont pris le parti de choisir les bâtiments les plus intacts. Le campement prend place au milieu de trois bâtiments principaux.

En son centre, vous trouverez un ancien supermarché, un lieu de vie établi sur trois étages. Le rez-de-chaussée sert d’espace de vie, qu’ils adaptent en fonction des besoins. C’est également là que vous trouverez l’infirmerie. Au premier étage, vous trouvez les dortoirs. Le Conseil réside au dernier étage.

En face du supermarché, vous trouvez les cuisines. Spacieuses, elles servent également de réfectoire et il y a un garde-manger pas loin. Si on y trouve une forte affluence aux heures des repas, elles ne sont jamais vides. Des cuisiniers y travaillent sans relâche pour les prochains repas et il n’est pas rare d’y trouver un Odysséen retardataire.

Excentrée du village, on trouve la base militaire, toujours en effervescence. Située près d’une entrée pour le métro, c’est là que s’organisent les patrouilles et les gardes, que s’entraînent les militaires et qu’on stocke les armes et le matériel militaire.


Hiérarchie


Malgré le contexte bien différent de celui qu’on trouvait dans l’espace, le chancelier et son conseil possèdent toujours le pouvoir. Les choses ne se passent pas toujours comme ils le voudraient et un mouvement rebelle semble prendre place dans l’ombre. Il est ici question d’essayer de gérer un peu moins de 200 personnes et tout le monde participe au bien de la communauté. Ainsi, les gardes ne sont plus cantonnés à leur rôle de surveillant, devenant les éclaireurs, et les chasseurs.


Confort


Lorsqu’ils ont pris la décision de déménager, il a fallu abriter le plus grand nombre dans des délais vraiment court. Personne ne pouvait dormir dehors sans abri, ne serait-ce que rudimentaire. C’est ainsi qu’il a été décidé d’installer tout le monde au sein du premier étage du supermarché. L’intimité y est assez précaire, usant de toiles et de pierres empilées pour ériger des séparations. Les lits sont faits des stocks gardés de l'Odyssée (couverture, matelas, draps), de peaux de bêtes empilées, ou bien de matelas rustiques bourrés de paille et d'herbes séchées. Les familles et les couples y trouvent tout de même leur compte, autant que possible. Il ne s’agit là que d’une situation temporaire. Autour de ces trois bâtiments principaux, certaines ruines sont en plein réaménagement. Quelques Odysséens ont pris la décision de s’installer en dehors du supermarché et entreprennent de créer le confort qui sera le leur. Cela prend beaucoup de temps, mais au fil du temps, les ruines pourraient réellement devenir habitables…


Alimentation


En changeant de campement, les Odysséens ont amélioré leurs conditions de vie. Désormais, alors qu’ils ne sont plus bloqués par la forêt dense autour du campement, il leur est possible d’avoir un potager, de cultiver. En alliant culture, chasse, pêche et cueillette, ils sont désormais en mesure de manger varié. Bien sûr, le repas continue d’être principalement végétarien (légumes rustiques et résistants, fruits sauvages, champignons des bois) mais au fil des mois, ils parviendront à avoir un repas plus équilibré encore. Le potager reste petit, ce n’est guère en quelques mois qu’ils pourront vraiment en obtenir quelque chose mais il suffira de laisser passer encore plusieurs mois pour qu’ils obtiennent encore plus de ressources pour une tenue de vie plus agréable encore. Pour plus de détails sur l'alimentation sur la faune et la flore entourant les Odysséens, rendez-vous sur l'annexe Terre.


Armes


Rares sont les armes qu’ils ont encore et qui viennent du ciel. Quelques matraques, couteaux, mais les fléchettes tranquillisantes ont déjà été épuisées. Désormais, ils entreprennent de se fabriquer des armes, bien qu’encore un peu rudimentaires. Certains sont mêmes parvenus à se fabriquer des arcs, ou même lances. Ils peuvent désormais chasser - à l’aide d’armes et de pièges - et pêcher, en complément de ce qu’ils ont. Et ce, grâce au départ aux Naoris, puis grâce à leurs propres compétences.

En plus de quelques munitions, ils ont 5 armes à feu (une mitraillette et quatre pistolets). Deux prises aux Cents lorsqu’ils sont venus sur le campement la première fois, quant aux autres, elles ont été trouvées lors d’expéditions et d’explorations. Mais elles n’entrent pas dans les mains de n’importe qui puisque seuls les hauts gradés militaires ont la main sur elles. Il faut une autorisation pour s’en servir.


Matériel & stocks


Bien qu’ils ne soient pas vraiment encore utiles du fait du manque d’électricité, les Odysséens ont récupéré les objets électroniques qui ont su tenir le coup après le crash et qui pourraient être réparés sous réserve d’obtenir de l’énergie électrique, ainsi que les stocks médicaux. Bien sûr, le stock de nourriture venant du ciel a déjà été épuisé après deux années écoulées.

Tout le matériel est recyclé, réutilisé en fonction des besoins primaires : la survie reste la priorité absolue.

Au milieu des choses qu’ils ont récupéré de l’ancien campement, on retrouve des stocks de literie (couverture, matelas, draps), des vêtements et quelques calepins avec crayon à mine graphite.

Il n’y a toujours pas d’électricité et l’énergie est difficilement renouvelable. Certains ingénieurs bossent toujours sur une éolienne mais ils en sont toujours à la phase de recherche. Comme pour l’électricité, qui en est à la simple théorie. Tout au plus, ils ont des lampes à dynamo, mais elles ne sont pas nombreuses.

Les relations du peuple du ciel





Entente avec les autres


Actuellement, en-dehors d'échanges réglementés, il est impossible et grandement déconseillé de se rendre dans les autres tribus. Guerre, traité, l'entente est encore très fragile. Beaucoup trop pour que les Terriens vous laissent aller chez eux. Ne vous y risquez pas, vous perdriez la vie, et vos amis aussi, puisque le traité serait annulé.

Sans avis : N’ayant encore eu aucun échange ou se connaissant trop peu, les avis ne se basent que sur les histoires entendues.
Bonne entente : Aucun problème, tout va pour le mieux
Entente mitigée : Quelques aprioris n’empêchant pourtant pas la communication. Méfiance générale des uns envers les autres.
Mauvaise entente : Difficultés pour les rencontres entre leaders. Froid général, tension montante susceptible d’engendrer des conflits à l’avenir.

Cent- Odyssée : Entente mitigée

Cent - Athna : Entente mitigée
Cent - Iskaar : Sans avis
Cent - Naori : Bonne entente
Cent - Pikuni : Bonne entente
Cent - Rahjak: Mauvaise entente

Odyssée - Athna : Entende mitigée
Odyssée - Iskaar : Sans avis
Odyssée - Naori : Bonne entente
Odyssée - Pikuni: Entende mitigée
Odyssée - Rahjak : Sans avis


Cents


Les relations des cents sont empreintes des tensions avivées par leur arrivée en juillet 2114, déclenchant même une guerre d’un jour en septembre 2115, stoppée par le crash de l'Odyssée. Une trêve est alors instaurée et ils peuvent désormais échanger avec les tribus Athna, Calusa et Pikuni, même si les liens restent ténus et fragiles. Concernant l’Odyssée, si les relations sont restées très froides au début, elles vont en se réchauffant, notamment depuis l’initiative des cents d’inviter leurs confrères à venir festoyer pour Noël 2116. L’année suivante, en 2117, les Odysséens décident de déménager pour se rapprocher du campement des cents, leur proposant en juillet 2117 une visite de leur nouvelle installation. Le but caché est de proposer une fusion de leurs deux campements, mais la plupart des cents sont encore réticents à l’idée de retrouver pour de bon ceux les ayant envoyés sur terre.


Les Odysséens


L’arrivée des Odysséens sur Terre s’est faite soudainement, en septembre 2115, mettant alors fin à une guerre venant tout juste de commencer entre les cents et les natifs. Cependant, l’hiver les a pris par surprise, et cette situation les a poussés à devoir accepter l’aide des Naoris. De ce soutien en sont ressortis des liens ténus. Quant aux cents, les relations ont commencé début 2116, après la fugue du fils d’une conseillère qui a provoqué le lancement de négociations entre les deux camps. Ainsi, des visites réglementées ont été mises en place dans les campements respectifs, mais celles-ci restent le plus brèves possible. Ces réglementations sont supprimés lors du déménagement de l’Odyssée, en juillet 2117, plus proche du campement des cents. L’optique de ce changement est au début de se rapprocher de l’autre groupe, mais sur le long terme il s’agit aussi de proposer une fusion aux cents. Les relations sont alors moins froides avec eux, bien que des désaccords existent toujours. Dans le même temps, les Odysséens cherchent également à commencer à troquer avec les Athnas, Calusas et Pikunis, sans grand succès pour le moment.


Maîtrise du Trigedasleng


Un élément à prendre en compte pour les Odysséens et les cents est qu’ils sont arrivés sur une terre possédant son propre langage : le Trigedasleng. Au début, les échanges étaient donc impossibles, à moins de tomber sur un terrien capable de parler anglais, jusqu’à ce que les uns et les autres commencent à se mettre à son apprentissage. Cependant, même après deux et trois ans passées sur terre, la plupart des personnes composant le peuple du ciel ne parlent pas couramment le trigedasleng. Leur maîtrise actuelle de la langue est assez rudimentaire et leur permet d’échanger avec les tribus présentes dans le cadre d’échanges commerciaux par exemple, mais aucune conversation profonde ou philosophique n’est pour le moment possible.



»
 

1. Le Peuple du Ciel

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Septième ciel
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Partie administrative :: Contexte, règlement & cie :: Les annexes-