Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜the robber sister (astrid)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
Invité
Invité


Sujet: the robber sister (astrid)
Mar 21 Nov - 22:35


notes : 20 novembre 2117, nuit au village calusa.

***

Le choix de retourner chez les Calusas avait été particulièrement difficile pour Grímhildr.
Elle jouissait d'une existence paisible dans son village natal, entourée des personnes avec qui elle avait grandit et qu'elle chérissait. Son cœur n'avait pas été réticent à ce retour aux sources, la neige et cette ambiance si particulière des marchés aux poissons lui avaient manqué sans qu'elle ne s'en rende compte avant de les vivre à nouveau. Deux ans à mener une vie des plus enviables selon ses propres critères ; légèrement isolée, sans être en dehors de la société. Mais voilà qu'à présent, elle décidait de doublement s'arracher le cœur, quittant sa terre pour rejoindre celle qui l'avait adoptée. La chaleur de la tribu Calusa, l'air emprunt de cette odeur d'eau iodée, cet accent dans le langage, tout lui manquait à nouveau. L'euphorie d'être enfin rentrée était passée, on lui avait demandé de raconter ses six ans de vie sur le continent, alors elle s'était exécutée dans la plus grande humilité, narrant sans omettre le moindre détail sur les différences de cultures entre eux et l'autre tribu marine. Elle avait fait naître des rêves chez les enfants et avait renforcé ceux des plus curieux. La tribu n'avait pas changé durant son absence, et la même réticence à la considération des Kovariis demeurait comme une constante absurde, qu'elle avait toujours du mal à comprendre avec un peu de recul. Les bateaux, les maisons, les ports, rien n'avait bougé comme figé dans une neige éternelle et les habitudes qu'elle avait alors perdues étaient revenu avec un naturel surprenant. Sa maisonnette en revanche, avait un peu souffert de son inoccupation mais les problèmes de toiture ne furent l'affaire que de quelques heures avec l'aide d'un ancien ami. Après s'être installée modestement pendant un peu plus de deux ans, Grim ressentait de plus en plus un manque, une plaie qu'elle avait du mal à combler malgré tous les moyens qu'elle y mettait. Son époux, enterré outre-mer sur leur terre adoptive, semblait l'appeler. Cela venait sans doute de son propre délire, ou d'un excès de solitude, mais c'était ce qu'elle interprétait par la douleur qui l'empêchait presque de dormir. Alors ce fut décidé : la blonde partirait soulager sa peine, par un aller retour chez les Calusas. La durée de son séjour était encore indéterminée, mais elle était déterminée à rentabiliser le voyage .

Le périple se déroula sans encombres, et c'est ainsi qu'elle retrouva cet air marin caractéristique de la tribu qu'elle avait quitté quelques années plus tôt. Son pas foulait le sol caillouteux tandis qu'elle levait les yeux sur les falaises entourant le village qui semblaient sortir d'un rêve. Un léger sourire illuminait son visage, preuve de son contentement. Sa demeure lui rappelait des centaines de souvenirs et les visages familiers des Calusas la faisaient renaître. Cela faisait une semaine qu'elle était arrivée. Le fardeau qui pesait sur son cœur semblait peu à peu diminuer, ce qui la rassura dans son choix. Car rappelons-nous, ce choix de quitter à nouveau sa patrie, même pour quelques mois, avait été difficile. Grim était de ces gens peu à l'écoute de leurs sentiments et sa démarche spontanée de quitter les Iskaars l'avait elle-même surprise. En temps normal, elle n'aurait pas prétexté un besoin d'introspection et de communion avec son mari, mais elle aurait plutôt prétexté du commerce. Avec du recul, elle se rendait compte que sa décision était bénéfique, comme son inconscient l'avait sans doute prévu. C'était tôt le matin qu'elle se se positionnait en haut de la plus haute falaise pour scruter l'horizon azur sur laquelle avait vogué la barque funéraire de son époux il y maintenant deux ans. La matinée fraîche lui rappelait les hivers qu'elle vivait sur l'île et la nature encore endormie lui apportait une sérénité rare. Elle se tenait décontenancée face à cet horizon qu'elle apprivoisait chaque matinée avec de nouveaux yeux. Cette journée-là, elle la passa là-haut. Son faucon tournait nerveusement autour d'elle à l'approche du soir, malgré la liberté qu'il avait de flirter avec les vents Calusas. Elle aurait aimé être un faucon, elle aussi. Sentir les airs sous ses plumes, être agile et tuer précisément, voyager et voir des paysages magnifiques ; être libre, en somme.

La nuit tombait vite à cette période. Déjà les nuages reflétaient les rayons rosés de l'astre déclinant, et le ciel s'assombrissait, seulement alors ponctué de quelques étoiles anormalement brillantes. Grim quitta soudainement sa torpeur. Ses muscles la faisaient à peine souffrir suite à la longue tenue de sa position assise, elle n'avait pas vraiment faim non plus. Elle se leva donc, décidée à éventuellement se rendre au village avec pour seul but de renouer avec ses amis sans doute déjà attablés. Le cœur léger, elle renonça à son perchoir et s'engagea dans la route du retour. Il lui fallut le temps que le soleil ait cédé sa place à la lune pour descendre la route sinueuse qui menait jusqu'au village où une ambiance chaleureuse régnait. Elle s'engouffra alors dans une allée, cherchant l'auberge pour voir si une de ses connaissances s'y trouvait, boire et manger quelque chose pour tout de même répondre à ses besoins primaires. La blonde trouva finalement son chemin et entra finalement dans l'auberge de laquelle résonnait quelques airs de la région. Elle était si concentrée à analyser les visages à la recherche du plus familier possible qu'elle n'eut pas le réflexe immédiat de réagir lorsqu'on la bouscula légèrement tandis qu'elle s'installait à une table. Ce n'est que lorsqu'elle se retourna pour recevoir des excuses qu'elle vit la personne se hâter de sortir de l'auberge. Un rapide tour de ses affaires la fit constater avec horreur la disparition de son collier, en soi peu précieux, mais sentimentalement valeureux. La colère s'empara d'elle, réagissant au quart de tour. Elle sortit à son tour, suivant les traces de son voleur qui l'avait bien devancé. « Hé toi ! » Cria-t-elle, espérant capter l'attention de cette personne dont elle ne parvenait pas à voir le visage dans la pénombre. « Ce collier ne te rapportera rien, je peux même t'en faire des centaines d'autres pareils si tu me le rends ! » Renchérit-elle presque en ce moquant de la naïveté de son voleur.

Admin
avatar
28/07/2015 avengedinchains Charlie, Baelfire, Meeka, Elias & Richard 1404 Rose Leslie sign by beylin ;; ava by lux Mercenaire et voleuse Rahjak. Sa famille est Iskaar mais elle ne le sait pas encore. 44
Admin


Sujet: Re: the robber sister (astrid)
Mer 22 Nov - 18:59

» The robber sister
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Voleuse. Mercenaire. Menteuse. Voyageuse. Il y a beaucoup de termes qui peuvent coller avec Helgusson. Oh bien sûr, au vu de ces termes, on peut se douter que les insultes courent non loin de là. Les choses ne sont pas faciles et ne le seront sans doute jamais. C’est une affaire compliquée, et elle n’a jamais cherché à comprendre ce que les gens pouvaient lui dire. A quoi bon, hein ? A quoi bon chercher à comprendre pour que les choses aillent dans le bon sens ? Rien n’est simple et en réalité, rien ne l’a jamais été. C’est compliqué. Abandonnée dans le désert, la rousse a failli perdre la vie. Recueillie par un mercenaire, elle a juste appris à avancer. Pas de la meilleure des manières mais les choses sont juste comme elles sont. Ce n’est pas forcément facile au départ, mais la jeune femme n’a jamais prétendu que son existence était simple ou facile. Pas du tout, même, mais elle ne cherche pas à être simple, ou même gentil. Ni rien. Elle est libre et avec cela, elle s’est permise de penser qu’elle pouvait être libre de ses choix et avoir le droit de faire ce qu’elle veut.

La tribu dans laquelle elle s’arrête la fait sourire. Elle n’a jamais mis les pieds chez les Calusas. Et elle s’y est préparée autant que possible. Cela peut paraître stupide aux yeux de beaucoup de monde mais c’est une solution comme une autre. Et les choix ne sont pas nombreux. Les Rahjaks ne sont pas aimés, et c’est une chose à laquelle il a fallu faire face très tôt. A cause de ça, la jeune femme a appris au fil des années à se faire discrète, allant même jusqu’à acheter une tenue différente. Pour le reste, ses facilités sont nombreuses d’un point de vu physique. Son teint pâle, ses cheveux, son intolérance au soleil… Des points qui ne font pas vraiment bon genre dans le désert et elle ne s’en formalise pas vraiment. Elle profite, justement. Déposant les armes à l’entrée, elle accorde un sourire charmeur au garde qui les prend en main. Sauf que dans sa tête, le langage est différent. Hors de question pour elle de laisser ces armes ici sans obtenir quelque chose à l’intérieur. Elle joue le bon jeu, elle accepte de poser les armes mais c’est bien parce qu’elle sait se débrouiller sans elle. Elle a choisi le bon moment du jour pour débarquer. Un soleil qui se couche, une lumière plus faible mais pas encore obscure. Il ne faut pas agir à la lumière de tous, il faut se faire discret, faire le maximum pour que ça se passe bien. Son intention n’est pas d’être faible et de se faire attraper dès que ses doigts se poseront sur un objet de valeur. Sauf si ça se produit comme la dernière fois que sa route a croisé un étranger. Alysha était faible et elle n’a pas suffisamment fait le poids pour tenir en face d’elle. Ce qui lui va très bien puisqu’on ne se plaint jamais d’une bataille chez elle. Même s’il s’agissait d’une bagarre sans réel défi pour elle. Mais bref.

Les ruelles se ressemblent, abritant quelques personnes mais assez vide à cette heure de la journée. Ce qui est plutôt bien tout en ne l’étant pas au passage. Après tout, comment dépouiller des gens si on ne croise personne ? C’est tout de suite plus compliqué, c’est sûr. Mais ça ne veut pas dire que c’est une grosse réussite ou que tout va bien. Au contraire. Alors elle décide d’entrer dans une auberge, histoire de croiser du monde, de boire un verre et de souffler un peu. Il est toujours plus facile de vider les poches des hommes avec un coup dans le nez, n’est-ce pas ? Un soupir s’échappe de ses lèvres alors qu’elle pénètre sur les lieux. Un verre, plus tard, elle n’en mène pas large. Astrid avait oublié que ça marchait en troc dans le coin. Du coup, il n’y a pas vraiment de poches à vider. Dommage. Et c’est à cet instant qu’elle doit user de la bonne technique bien sûr. Il ne faut surtout pas sortir l’or qu’elle a dans ses poches. Symbole de la tribu du désert. Si elle veut réussir à se faire discrète, elle doit continuer à jouer son rôle. Et surtout, elle doit continuer à faire attention. Mais ce n’est pas toujours facile. Et ça aussi, elle le sait. De toute manière, elle n’a rien à cacher. Qu’on vienne lui poser la question, si ça intéresse. Elle n’a pas honte de sa tribu. Ellr profite juste du fait que ce ne soit pas écrit sur son visage pour se faufiler à droite et à gauche. Le tatouage du désert ? Dissimulé sous les vêtements à cette période de l’année. Elle se fond dans la masse avec une aisance non dissimulée, et elle profite.

Attention captée par un petit bijou, autour du cou d’une fille qui vient d’entrer. Un sourire se glisse sur les lèvres de la jeune rousse. Elle ne voit pas de quoi il s’agit et n’y prête pas vraiment attention. Elle voit que ça brille et en général, elle s’arrête toujours à ça. Alors elle avance, la bouscule légèrement et s’éloigne en hâte. Une fois qu’elle aurait mis assez de distance, elle pourrait regarder un peu à quoi ça ressemble pour pouvoir en déterminer la valeur. Son pas est rapide, mais pas forcément pressé ou en fuite. Elle ne passe pas son temps à regarder derrière elle. Elle est confiante. Suffisamment, du moins.

Lorsqu’elle a mis suffisamment de distance, elle s’appuie contre un muret et s’arrête. Sortant le bijou de sa poche, elle grimace légèrement sous la surprise. Elle marque un temps d’arrêt, bugue un instant et ne sait pas trop où donner de la tête. Elle penche la tête, observe le bijou qu’elle porte elle-même. Identiques. Les deux. Et à cause de ça, elle ne sait plus quoi faire. « Hé toi ! ». La voix la fait sursauter alors que le bijou lui échappe des mains et tombe à terre. Elle se penche, le ramasse et réalise que ses mains sont tremblantes. Le même bijou. Un bijou qu’elle porte depuis la naissance, seul signe de sa naissance pleine de questions. « Ce collier ne te rapportera rien, je peux même t'en faire des centaines d'autres pareils si tu me le rends ! ». Ses mains continuent de trembler et elle ne sait pas trop où donner de la tête, perplexe, perdue un peu. C’est la première fois que la jeune femme reste interdite, ne parvient pas à trouver ses mots. Elle ne sait plus quoi faire. Alors cette histoire de collier, elle change tout, comme un petit miracle, comme une situation qui va tout changer. C’est compliqué. Elle ne sait pas trop. ”Je…”. Elle secoue la tête, elle tente de reprendre les choses en mains. Elle va en avant, elle avance, elle peut le faire. Et la question finit par sortir de sa bouche, elle finit enfin par arriver. C’est juste qu’elle a cette impression que tout évolue. Que les réponses aux questions qui lui manquent pourraient enfin arriver. Elle ne sait pas. Et elle a peur. ” Où as-tu eu ça ?”. La question est maladroite venant de la voleuse qui vient de le prendre. Mais que pourrait-elle dire de plus hein ? C’est compliqué et en même temps, elle ne sait pas trop où donner de la tête. Ni ce qu’elle pourrait bien dire.


notes » w/ Grim chez les Calusas, le 20 novembre 2117.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: the robber sister (astrid)
Sam 3 Fév - 21:05

RP archivé suite au départ de Grimhildr

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: the robber sister (astrid)

 

the robber sister (astrid)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quoi de mieux que de résister à la tentation ? Y céder {Dja'
» Déterre la tombe d'Astrid pdt la nuit (pv Luca et Victoir)
» Juliette apprend que sa mère est vivante (pv Pascal/Astrid)
» ASTRID (éliminé)
» “A best friend is a sister that destiny forgot to give you.” (ft. Cassiopée) [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-