Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜It's time to say good bye to the past ~ Armétis
maybe life should be about more than just surviving

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 1887 Brett Dalton uc (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 768
- Whatever it takes -


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Ven 29 Déc - 14:49


« Toi seul peut savoir de qui tu as besoin. » Elle n'avait pas tort. Mais cela ne voulait pas pour autant dire que je savais ce que je voulais réellement quant à ce sujet. Plus facile de faire croire qu'on avait pas de coeur que de tenter de ressentir quelque chose, et de prendre le risque qui allait avec. « Qui te dis que je n'ai pas déjà fréquenté des femmes ? Je suis ouverte d'esprit et ce n'est pas parce que je n'en ai pas parlé que ça ne s'est pas produit. Je te laisse à ton imagination. » Un sourire taquin, et ne pouvant que secouer la tête alors qu'une autre question me traversait l'esprit. Repartant furtivement sur un mode plus curieux alors qu'en effet j'étais curieux de savoir ce qui était dit était vrai. « Est-ce vrai que dans ton... ancien chez toi, il y avait des bordels ? » Non pas intéressé que surtout curieux, alors qu'ici ce n'était pas vraiment comme si l'idée était imaginable. Des moeurs qui étaient totalement différentes, qui changeaient de tribu en tribu. Certains faits que caractéristiques de certaines tribus seulement. Des différences qui existaient, des relations pour certaines plus tendues que d'autres. Et pourtant si certains n'étaient pas ouverts aux natifs, ce n'était pas mon cas. Curieux en effet. Que volontaire pour créer un contact, pour créer un lien et en découvrir plus sur eux. Ils avaient survécu, ne faisaient qu'un avec la nature. Certes, certains étaient plus violents que d'autres mais chaque personne avait leur caractère. Ne pouvant juste juger alors que je ne les connaissais pas réellement, et si je savais qu'Arméthyse m'avait dit de me méfier des rahjaks, il n'en restait pas moins qu'à cet instant elle n'avait pas l'apparence de la combattante qui aurait pu me tuer avec sa miche de pain. Au contraire elle paraissait bien plus vulnérable.

Des bras qu'elle croisait contre sa poitrine comme pour se protéger. Mais de qui, si ce n'était de moi ? Dans un sens elle n'avait peut être pas tort et je doutais pouvoir ne pas lui briser le coeur. Non pas que je voulais lui briser le coeur bien au contraire, mais à cet instant si j'avais raison, j'étais loin de savoir comment réagir. Ayant pu discerner deux facettes de la jeune femme tant celle plus farouche, celle de la combattante que celle-ci peut être plus vulnérable, mais peut être aussi plus réelle et accessible. Ne pouvant que lui demander directement pour mettre fin à tout non-dit si j'étais en train de m'emparer de son coeur sans le savoir. « Je n'ai pas la certitude que tu le possèdes mais je crois bien que si. Mais si tu penses qu'il s'agit d'un choix, c'est que tu n'as pas encore découvert ce que c'est que d'aimer, je voudrais bien t'apprendre, mais c'est une aventure qui se fait à deux. » « Je n'ai jamais dit que c'était un choix. » Ne le pensant pas alors que je me rappelais que trop violemment cette rencontre avec Ailina, ayant su aussitôt que son nom resterait inscrit à vie sur ma peau. Sachant que cela s'imposait autant que d'amis, l'amour pouvait naître. Tous les liens évoluant sans possibilité de savoir à l'avance quelle direction allait être prise à moins de vouloir provoquer le destin. Et ne pouvant autant que voir ses joues prendre une teinte rosée plus soudainement. « Je tiens à toi, Chris. Je n'ai pas peur de souffrir, mais tu n'es contraint de rien, enfin si... tu dois demeurer mon ami quoiqu'il puisse arriver. Tu peux le promettre ? » Et soudainement je ne pus que rire face à sa proposition. Ne pouvant que me demander si c'était cela les moeurs rahjaks. Réussissant toutefois à me reprendre pour qu'elle ne puisse pas penser que je me moquais d'elle. Ce qui n'était pas le cas à moins de vouloir la taquiner. Tentant au contraire de prendre un ton sérieux même si j'avais du mal à savoir où elle voulait m'emmener ou si c'était vraiment ce qu'elle voulait. « Est-ce que tu es en train de me proposer qu'on se mette ensembles pour autant dire mais que dans tous les cas, nous restons amis ? » C'était peut être la chose la plus simple ou la plus compliquée ou stupide qui ne paraissait. Ne réussissant à trouver si ce n'était que pour le moment je ne voyais pas Arméthyse comme autre chose qu'une amie. Ce qui n'était pas son cas comme je ne pouvais que le voir clairement. La gène là alors que pour autant je ne voulais pas la vexer ou la faire souffrir. « C'est juste, je sais pas quoi te répondre... Je t'aime bien mais pas comme j'ai aimé Ailina si tu veux ... » Peut-être qu'une comparaison que plus maladroite alors que j'avais vraiment l'impression de m'enfoncer. Ne pouvant que me demander comment je me faisais pour me trouver dans ce genre de situation. « Tu es vraiment... époustouflante. » Ne trouvant d'autres mots alors que j'étais à court de mots. Mon regard pas moins posé sur elle, qui ne pouvait que passer sur sa silhouette rapidement. Ce n'était pas qu'elle n'était pas jolie bien au contraire, et ce n'était pas que je ne l'aimais pas, pour autant cela ne voulait pas tout dire. Faisant un pas vers elle. « Donc si je fais cela... » Attrapant son visage entre mes mains pour l'embrasser rapidement. Qu'une once de seconde, qu'un avant-goût. « ... tu me dis que nous sommes toujours amis ? »


avatar
21/04/2016 Arméthyse Not yet! 759 Dichen Lachman Pivette (ava) Libella (signa) Garde royale - stratégie et combat Rahjak (déserteuse, vivant près de la mer) 21
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Ven 29 Déc - 15:23


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦️ It's time to say good bye to the past ♦️

Chris Ҩ Arméthyse
« Conscience is no more than the dead speaking to us.» Jim Caroll.











Elle n'eut pas de réponse sur le type de femme qui conviendrait à Chris. Elle aurait dû s'en douter, elle n'avait pas relancer réellement la conversation, n'avait pas posé de question ou tendue de perche pour qu'il rebondisse sur cela. Mais elle avait espéré en apprendre davantage sur le genre de femme qu'il aimait. Physiquement mais aussi les caractères qu'il appréciait, qu'il recherche. Enfin, encore fallait-il qu'il sache exactement ce qu'il aime. Parce qu'elle-même savait que les goûts et les couleurs évoluent. Elle avait cette tendance à être attiré par les mauvais garçons, ou plutôt les garçons difficilement accessible. Un peu comme lui. Plus inaccessible que mauvais garçon. Une première. Mais elle ne savait pas encore tout sur lui. Même si jusque-là, elle ne le voyait que comme un gentil plus qu'un méchant.
Même s'il ne relança pas la conversation là-dessus, il la questionna sur les bordels à la cité et elle ne s'y était pas attendue le moins du monde. Elle rigola simplement et secoua la tête de droite à gauche, abasourdie par ce qu'il demandait. Mais elle ne s'était jamais questionnée là-dessus, mais d'après cette question, cela ne pouvait que signifier que les bordels n'existaient pas chez eux. Pas pour les gens du ciel. Et sans doute pas dans les autres tribus. Elle n'en était pas certaine évidemment, mais elle voyait mal les Naoris en posséder. Les Athnas peut-être bien. Et les autres tribus, elle ne les connaissait pas assez pour imaginer cela possible ou non.  « Eh bien oui, il y en a un tas. » Mais subitement, elle eu un doute. Avait-elle réellement bien compris sa question ? Il parlait bien de bordel ? Ou est-ce qu'elle avait assimilé ses mots de manière aussi perverse pour lui faire dire ce qu'elle avait semblé comprendre ? Non, le doute n'était pas possible. C'était bien ça. Jusqu'à maintenant, elle avait complètement oublié que la barrière de la langue était compliquée parfois, mais ça lui revenait en plein visage. Lui démontrant de nouveau qu'ils n'étaient pas du même monde, dès leurs naissances. Mais à présent, ils en faisaient partis, alors effectivement, tout était possible. Et elle lui suggérait l'idée. Malgré tout, il semblait bien confus. Et elle ne comprit plus ce qu'il lui racontait. Peut-être bien que tout s'enchaînait trop vite ? D'abord, il lui demandait s'il possédait son coeur et ensuite, après qu'elle ait confirmé, il lui avouait à quel point il avait aimé Ailina. Pour le coup, il ne pouvait que blesser, faire du mal, briser le coeur à une femme amoureuse en lui disant ça. Mais elle passait au dessus de ça, souriant malgré tout. Parce qu'elle voyait que ça n'était pas volontaire, mais juste de la maladresse. Il était complètement paumé et perturbé par ce qu'elle avait dis et ça, elle pouvait le comprendre. Et juste après avouer les sentiments qu'il avait pu avoir, il la complimentait. Non vraiment, elle commençait à être complètement perdue elle aussi. « Mais je... » Sans avoir le temps de formuler une vraie phrase, une phrase complète, il s'approchait déjà d'elle en saisissant ses joues pour coller un rapide baiser sur sa bouche. Bien trop rapidement à son goût. Mais pourtant les yeux déjà clos et le coeur battant plus rapidement dans sa poitrine. Arméthyse ne pu que saisir qu'effectivement, elle avait bien quelques sentiments pour lui, elle n'en était encore qu'au début, mais il était impossible de faire marche arrière. Elle rouvrit les yeux, ceux-ci rivés dans ceux de Chris puis les abaissa sur sa bouche avec l'envie d'y replonger toute suite. Un petit goût indescriptible planait sur ses lèvres, elle ne saurait la décrire, mais c'était quelque chose de tout à fait agréable. Un sourire débile sur les lèvres. Elle porta une main sur la joue de Chris pour lui caresser avec douceur, elle secoua le nez, elle allait tenter de s'expliquer, mais il n'y avait aucune certitude qu'il ne comprenne cette fois-ci, plus que précédemment. « Je voulais dire que... tu as pas d'obligation à.... m'aimer comme je t'aime bien. Enfin c'est de bien grands mots tout ça. Mais je te disais que si jamais, il devait arriver quelque chose, si on venait à être ensemble, ou juste à coucher, ou même s'il se passe rien, je veux qu'on reste amis si jamais rien de tout ça ne ... Marche ? » Sa lèvre inférieure pincée entre ses lèvres, elle détourna les yeux rapidement. « Mais je meurs d'envie de recommencer, maintenant. Tu vas pas me faire croire qu'y a que moi qui ai ressentis quelque chose.... ? » Non. Il n'allait pas embrassé n'importe qui, juste pour vérifier une théorie, si ? S'il ne l'aime pas un tout petit peu, il ne l'aurait quand même pas fait. Le doute était permis pourtant...
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 1887 Brett Dalton uc (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 768
- Whatever it takes -


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Ven 29 Déc - 18:10


« Eh bien oui, il y en a un tas. » Voyant à son regard qu'elle se demandait si ma question revêtait d'un tout autre sens, ce qui n'était à vrai dire le cas autant que je pouvais être intéressé par la gente féminine. « C'était juste de la curiosité. » Un air taquin alors que je ne pouvais que lui faire remarquer ce détail, ou confirmer que ma question n'avait pas un tout autre sens. Et n'en venant au contraire qu'à lui confirmer qu'en effet dans un sens elle était époustouflante, même si avec ses questions elle pouvait que nous perdre tous les deux. « Mais je... » « Juste un compliment, ne t'inquiète pas je te demande pas en mariage. » Autant que je pouvais me rappeler la politique sur l'arche avec la nécessité d'avoir des gênes porteurs, de pouvoir procréer. La nécessité du mariage qui n'avait plus de sens maintenant autant que je ne pouvais que me demander si le mariage existait à la cité rahjak, alors que le monde qu'elle avait connu était différent du mien, même totalement. Prêt à poser la question avant de me rappeler qu'elle était une esclave, ce qui voulait dire qu'elle n'aurait pu connaître ce priviliège. Une possibilité qui n'existait pas alors que là-bas, quand elle était petite, elle avait été considérée comme un objet. Ce qu'elle n'était plus maintenant, et cela heureusement alors que désormais elle était enfin libre.

« Je voulais dire que... tu as pas d'obligation à.... m'aimer comme je t'aime bien. [...] ... Marche ? » Un sujet que plus délicat. Bien qu'en effet c'était ce qu'elle voulait que nous restions amis qu'important la situation, quoiqu'il se passerait. « Okay. » Préférant une réponse simple. Il n'y avait pas de réponse adaptée ni de certitude. Il n'y avait rien de particulier à dire si ce n'était que peut être qu'elle n'avait pas tort de vouloir se laisser porter par la vague, ce qui n'était peut être pas plus mal. « Mais je meurs d'envie de recommencer, maintenant. Tu vas pas me faire croire qu'y a que moi qui ai ressentis quelque chose.... ? » « Tu te poses trop de questions je crois. Tout ce que je veux, c'est pas te faire souffrir d'accord. » Mais dans un sens c'était ce que j'avais fait comme je lui avais promis en l'embrassant alors qu'elle éprouvait visiblement quelque chose à mon égard. Non pas que je ne l'appréciais, mais définir cela comme de l'amour, c'était peut être trop rapide et trop superflux. Que consciente du regard qu'elle avait posé sur moi, de la teinte rosée sur ses joues. « On a qu'à se fixer une règle : pas de question. » Ne voulant savoir, alors qu'en vérité je craignais de la blesser en prononçant une phrase qui ne serait pas adaptée. Le silence que trop souvent préférable dans la plupart des cas pour éviter de s'enfoncer. Ce que je voulais éviter de faire alors que je ne pouvais que voir son regard suspicieux. Une pointe de suspicion alors qu'en effet elle semblait se demander si je n'avais pas voulu tester une théorie. Ce qui était le cas dans un sens alors que je voulais être certain qu'elle pensait véritablement que nous devions rester amis. Ne voulant toutefois la blesser en lui avouant ce fait alors que ce ne serait que certain. Préférant ainsi garder le silence ou lui répondre par une autre question, petite stratégie habituelle. Ne sachant toutefois trop où cela allait m'a mené ou cela allait la mener elle, alors que je n'étais pas certaine que cela allait vraiment l'aider. Me demandant si ce n'était pas juste à cause de toute cette histoire concernant le peuple venu du ciel. Quoique l'attirance ne s'expliquait jamais à vrai dire. L'amour frappant d'un seul coup sans parfois réelle explication. Que trop conscient qu'elle voulait recommencer à ce que je l'embrasse, même si je ne lui avais jusqu'à là répondu ou tenter de nouveau de l'embrasser. Préférant attendre de voir comment les choses allaient se dérouler alors que la situation échappait tout simplement à mon contrôle.

avatar
21/04/2016 Arméthyse Not yet! 759 Dichen Lachman Pivette (ava) Libella (signa) Garde royale - stratégie et combat Rahjak (déserteuse, vivant près de la mer) 21
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Ven 29 Déc - 19:49


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦️ It's time to say good bye to the past ♦️

Chris Ҩ Arméthyse
« Conscience is no more than the dead speaking to us.» Jim Caroll.











De la curiosité pour les bordels. Bien sûr. De ce côté-là, il était peut-être bien digne de devenir Rahjak. Même si ça n'était pas possible. Si la première chose qui lui venait en pensant à la culture du désert, alors oui, il avait l'étoffe d'être un de ces Rahjaks qui pensent avec leurs organes du plaisir plutôt que la tête. Mais enfin non, elle ne le jugeait, c'était une constatation ironique et amusante. Évidemment qu'il ne ressemblait pas du tout aux hommes de la cité de feu. Et c'est peut-être bien pour ça qu'il était autant attirant à ses yeux. Juste un compliment qu'il lui avait fais et elle avait tout à fait compris, enfin vaguement en vérité. Mais là, le mot "mariage" sonnait tout à fait étrange. Il lui faisait une demande ? Non. Sans doute pas. Elle comprenait mal. Mais et si il était en train de le faire et qu'elle répondait à côté de la plaque et qu'elle lui faisait beaucoup de mal en déclinant ? Car oui, l'engagement n'était pas son fort à la Krikja. Elle n'avait jamais réussit à gérer pleinement une relation. Dès que cela devenait trop sérieux, du moins, dès qu'elle réalisait que c'était le cas, elle prenait la fuite. Pour Kamil, par exemple, il lui avait parlé d'enfants, même s'il n'en voulait pas réellement, elle avait paniqué et même avec tout l'amour du monde, elle n'avait pas pu. Car jamais, ô grand jamais, elle ne voulait d'enfants. Pas dans un monde aussi difficile à vivre, aussi cruel et aussi violent. Mais peut-être que ce monde-là l'était devenu un petit peu moins depuis qu'elle avait quitté la cité. En dehors des murs de pierres sous le soleil scintillant, elle serait peut-être capable de reconsidérer la chose. Ou peut-être pas, en vérité. Parce qu'elle devait rester cacher. Peut-être bien que changer d'identité à nouveau serait à considérer. Du moins, ne plus confirmer son origine Rahjak serait un début. Si elle allait vraiment vivre près des Calusas, elle prétendrait peut-être en être une, vivant en solitaire. Oui, sans doute. Mais encore une fois, elle était partie loin dans ses pensées et revient à l'instant présent. Agitant ses deux mains devant elle en signe de refus poli à sa proposition. Enfin probable proposition. Elle préférait être claire avec lui dès le début. Puis un mariage entre Rahjak et un homme du ciel était déjà bien improbable, alors en plus avec une Rahjak en fuite ? Juste impossible.

Cependant, il semblait d'accord avec elle. Dans tout les cas, ils resteraient amis. Et c'était déjà beaucoup de gagner. Heureusement, parce qu'elle l'appréciait bien trop pour imaginer le perdre. C'était peut-être tôt, beaucoup trop tôt, parce qu'ils ne se connaissaient que peu. Mais justement, elle aimait déjà ce qu'ils y avaient entre eux. Même si ça venait juste de se compliquer. Par sa faute à elle, comme toujours. Pourtant, Chris devenait quelque peu agaçant à insister sur le fait qu'il ne voulait pas la blesser. Elle non plus ne voulait pas être blessée ni-même le blesser. Car cette dernière option était tout à fait possible aussi. Elle ne lui promettait ni ciel ni terre, elle l'aimait bien, c'est tout ce qu'elle avait osé dire. Et s'il n'avait pas demandé, elle n'aurait sans doute rien dis, attendant de voir évoluer les choses. « Mais c'est toi qui as posé la question ! » Ronchonna-t-elle en serrant un peu plus fort ses bras autour de sa poitrine. Elle se retenait d'être plus agressive. Parce que franchement, il se foutait d'elle. Pas de question. Une règle. Sans déconner, elle était incapable de ne pas poser de questions. Elle aimait bien trop le contrôle pour réussir à lâcher prise. « Pas de questions du tout ? Mais on va plus pouvoir discuter, ma jolie ! Ça n'a pas de sens... tu pourras plus me questionner sur les bordels, tu sais ? Tu t'en rends compte ? » Sérieuse et en même temps pas. Sérieuse parce qu'elle ne comprenait vraiment pas ce qu'il lui demandait au final. En fait, elle comprenait qu'il ne voulait pas plus parce qu'il ne ressentait pas la même chose, mais était-il possible qu'il ne veuille plus qu'ils se posent des questions, en étant amis ? Mais comment entretenir ce lien par la suite ? Grognon au possible, elle continuait de ronchonner et retira les bras de sa poitrine pour s'approcher. Elle glissa les mains sur les joues de Chris et captura sa bouche aussi rapidement qu'il l'avait fais, sauf que contrairement à lui, elle resta les lèvres pressées contre les siennes beaucoup plus longtemps. Déviant sa main gauche de sa joue pour rejoindre son cou et approfondir davantage, glissant sa langue sur sa lèvre inférieure pour quémander bien plus qu'un baiser aussi enfantin que deux lèvres collées ensemble. Mais avant même de réellement prolongée et d'approfondir, elle se décolla et l'observa avec un sourire. « La boucle est bouclée. On en parle plus si t'en as pas l'envie. Panique pas. Je te baiserais dans chacun de mes rêves jusqu'à ce que les sentiments ne partent et on pourra rester proche comme on l'est sans être gêné. » Direct. Autant qu'il avait pu l'être. Même si elle savait bien que ce qu'elle disait ne serait pas aussi simple que ça.
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 1887 Brett Dalton uc (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 768
- Whatever it takes -


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Ven 29 Déc - 21:36


« Mais c'est toi qui as posé la question ! » Une mine boudeuse presque rageuse qui se dessinait alors qu'elle croisait un peu plus ses bras contre sa poitrine. Une situation qui échappait cette fois-ci à son contrôle, ce qui ne semblait lui plaire. Ne pouvant pas moins me demander si elle avait compris que je voulais pour ainsi dire qu'elle ne me pose pas de question sur les sentiments, sur notre relation ou ne serait-ce que sur le futur alors que je ne voulais me prendre la tête. « Pas de questions du tout ? Mais on va plus pouvoir discuter, ma jolie ! Ça n'a pas de sens... tu pourras plus me questionner sur les bordels, tu sais ? Tu t'en rends compte ? » « Ah non mais je te questionnerai sur les bordels si je veux, juste pas de questions sur nous. » Dessinant cette proximité soudaine autant que mon regard s'attardait sur son visage comme pour être certain qu'elle comprenait ce que je voulais dire par là.

Au final, si l'on écrivait une liste je n'avais pas été avec tant de personne que cela. Certes avant Ailina, il y avait eu beaucoup de femmes, comme Isaïah avec qui je n'avais pu que remettre le couvert par la suite dans ces moments où la passion avait pris le pas sur haine. Mais Ailina avait changé la donne alors qu'elle avait emprisonné mon coeur entre ses mains. A l'instant où elle entrait dans une pièce, seule elle n'en venait qu'à compter, et j'en étais venu à devenir comme ceux qui vivaient d'amour et d'eau fraîche. Une personne que je n'aurai pas pensé devenir mais que j'étais devenu grâce à elle alors qu'elle avait réussi à faire ressortir ce qu'il y avait de meilleur en moi. Ce qui ne m'avait pas m'empêché de la trahir pour le mouvement rebelle. Il y avait eu Faust, cette attirance irrésistible mais les dernières pages de l'histoire en cours d'écriture s'étaient envolées pour se perdre dans le vent. Jolie blonde qui m'avait marquée et que je continuais de rechercher même si je savais que dans l'esprit des autres elle était morte. Et si j'avais conscience de ce fait, il ne restait pas moins que je continuais de la chercher même maintenant, dès que j'avais le temps ou quand je m'enfonçais plus loin dans la forêt. Il y avait eu Murphy et peut être que l'histoire aurait pu s'écrire d'elle même sans prise de bec si elle n'avait su que je me jouais d'elle pour tenter d'attirer l'attention de Faust. Une relation toujours aussi explosive. Il y avait Chiraz et cette fascinante ressemblance avec Ailina, qui m'avait fait connaître un électrochoc mais là encore elle ne pouvait rivaliser avec la première blonde qui avait conquis mon coeur. Deux femmes au caractère opposé, et Chiraz qui était surtout une amie sur laquelle je pouvais compter, qui connaissait autant mes secrets. L'attirance là comme ces étincelles qui flottaient dans l'air peut être même plus qu'avec Arméthyse. Arméthyse qui n'était pas la seule à être tombée sous mon charme alors que d'autres avaient fait de même, la règle ayant toutefois été toujours la même alors que les femmes pour la plupart savaient qu'elles ne devaient rien s'attendre de plus qu'un coup d'un soir. Sauf Isaïah qui n'avait compris cette règle bien que désormais notre relation était moins empreinte de pique et de moquerie. Ce qui avait un côté plus relaxant. N'étant sans doute la seule alors que j'avais toujours pensé que mini-miller avait un crush sur moi, mais elle restait mini-miller. Et Arméthyse, c'était différent, n'ayant jusqu'à là pu penser qu'elle tombait aussi sous mon charme. Car au final si auparavant cela n'avait été que des rendez-vous sans lendemain, parfois se jouer des sentiments avait été plus qu'intéressant que de donner son propre coeur. Et que trop conscient que je ne ressentais pas ce picotement dans ma chair pour la combattante rahjak autant qu'elle ne semblait en tenir importance. Bien au contraire.

Que de rapidité alors que ses lèvres ne se retrouvaient bientôt que contre les miennes. Tentation là. Sa langue proche. Comme pour m'inviter à aller plus loin, alors que plus que jamais ses restrictions ou les sentiments ne semblaient au final tant lui importait que cela. « La boucle est bouclée. On en parle plus si t'en as pas l'envie. Panique pas. Je te baiserais dans chacun de mes rêves jusqu'à ce que les sentiments ne partent et on pourra rester proche comme on l'est sans être gêné. » Et au lieu d'esquisser un sourire, je n'en venais qu'à satisfaire sa réponse et ses paroles crues en l'embrassant. Ma langue qui se frayait un chemin dans sa bouche pour un ballet endiablé. Mes mains qui ne glissaient qu'autant rapidement contre son corps pour la rapprocher et satisfaire son désir. Ayant une réputation à tenir. Et si je n'avais peut être eu de paroles aussi crues qu'elle, il ne restait pas moins que je n'étais pas gêné à l'idée de faire partie de ses fantasme. Un ego que boosté. Et au final ce même plaisir pour la chair et la gente féminine qui ne pouvait que resurgir. Et  m'arrêtant qu'au milieu pour me reculer, autant qu'une lueur ne pouvait que briller dans mon regard, que conscient de couper son élan autant qu'elle avait presque fait de même. Elle glissa les mains sur les joues de Chris et captura sa bouche aussi rapidement qu'il l'avait fais, sauf que contrairement à lui, elle resta les lèvres pressées contre les siennes beaucoup plus longtemps. Déviant sa main gauche de sa joue pour rejoindre son cou et approfondir davantage, glissant sa langue sur sa lèvre inférieure pour quémander bien plus qu'un baiser aussi enfantin que deux lèvres collées ensemble. Mais avant même de réellement prolongée et d'approfondir, elle se décolla et l'observa avec un sourire. « Bien, parce que je ne veux plus faire dans le sentiment. Du moins pas pour le moment. » Et ainsi éviter les crises de nerf, car sans question stupide, il n'y avait le besoin de se prendre le chou et de tenter d'interpréter chaque mot de travers. Sachant à quoi s'attendre avec moi.

avatar
21/04/2016 Arméthyse Not yet! 759 Dichen Lachman Pivette (ava) Libella (signa) Garde royale - stratégie et combat Rahjak (déserteuse, vivant près de la mer) 21
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Ven 29 Déc - 22:42


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦️ It's time to say good bye to the past ♦️

Chris Ҩ Arméthyse
« Conscience is no more than the dead speaking to us.» Jim Caroll.











A présent, elle voulait contrôler l'incontrôlable. Cette relation avec Chris était ambiguë maintenant. Même si l'un et l'autre essayaient tant bien que mal de se mettre d'accord, de se comprendre, de trouver une solution pour que ce moment convienne à tous. Mais ne pas poser de questions, elle n'avait pas saisit le sens qu'il avait voulu donner. Jusqu'à ce qu'il l'explique finalement. Ne pas parler d'eux, de sentiments, éviter la conversation en somme. Fuir, comme ce qu'elle avait toujours fais pendant toute sa vie. Ce qu'elle essayait justement de ne plus fuir, mais lui, voulait ne pas éclaircir la situation davantage. Alors même qu'ils ne comprenaient plus bien. Ridicule. Insensé. Évidemment qu'elle n'allait pas être d'accord. Ne pas poser de questions dans ce sens-là, alors qu'elle, avait cru qu'il ne voulait plus qu'ils se posent des questions mutuelles tout court. Elle avait cru qu'il acceptait, peut-être, une forme de relation plus qu'amicale ou aucune questions ne pourraient être posées. Une conclusion bien trop farfelue et totalement inexacte qu'il venait donc de corriger. Mais elle secoua la tête.
« Nous, hein ? Tu rigoles. C'est pas tabou l'amour. Ni le sexe. On en parle et puis c'est tout ! » Toujours ronchon, la farandole de baisers aussi suaves et intenses les uns que les autres qu'ils s'échangèrent ensuite l'avait totalement détendue et la bonne était revenue. Forcément. Mais lorsqu'elle s'était finalement décollée, et lui reculé, il lança de nouveau sur le tapis qu'il ne voulait pas être dans le sentiment. Bien sûr, elle avait clairement saisis depuis le début qu'il n'en avait pas. Mais à quoi rimait ces baisers ? Non. Elle était stupide. Elle comprenait. L'égo. Sa petite réputation dont il avait parlé. Krikja le caressait dans le sens du poil en lui disant qu'elle l'aimait bien, qu'elle rêverait de lui et elle proposait peut-être même une partie de jambe en l'air implicitement, sans même se rendre compte elle-même. Mais tout ça ne faisait que gonflé son égo de mâle. A la manière des Rahjaks entrant dans un bordel, ne voulant entendre que de belles choses sur lui et tirer son coup. Arméthyse ne devait pas comparer Chris avec les Rahjaks, il n'en était pas un, loin de là. Même si son comportement de gros mâle en rut, pouvait l'en rapprocher. Même s'il était peut-être désireux d'aller plus loin, il n'avait pas enjolivé le tableau, pas mentis. Même s'il ne semblait pas enclin à discuter de tout ça, il avait été honnête en fait. Pas d'attache. C'est tout ce qu'il demandait, en somme.

Frottant sa nuque d'un air gêné, elle soupira légèrement. Pas certaine de réussir à faire la part des choses avec ce qu'elle allait proposer. Mais enfin, elle y avait songé. L'idée c'était formée au fur et à mesure de la conversation. Et ne pas le formuler serait un regret qu'elle ne voulait pas avoir plus tard.
« Pas de sentiment. D'accord. Mais nouvelle règle : on le fait qu'une seule fois. » Elle se souvenait d'un livre dans lequel il se déroulait une histoire d'amour complexe, un peu dans ce type-là. Évidemment, à la fin du roman, l'un et l'autre des protagonistes tombaient fou amoureux après le rapport et plusieurs autres entrevues. Mais elle savait pertinemment, qu'il ne fallait pas croire à ces contes pour enfant. Même si elle y croyait encore et qu'elle essayait de s'en cacher. « Une seule et unique fois. » Précisant de nouveau ce fait, parce qu'elle ne voulait pas y revenir plus tard ou qu'il joue sur les mots une prochaine fois où il aurait envie. Pas une fois par mois, pas non plus une fois par an, mais une seule fois, pour toujours.
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 1887 Brett Dalton uc (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 768
- Whatever it takes -


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Sam 30 Déc - 10:51


« Nous, hein ? Tu rigoles. C'est pas tabou l'amour. Ni le sexe. On en parle et puis c'est tout ! » Elle avait raison, ce n'était pas tabou. Cela ne voulait pas dire que j'étais encore doué pour gérer tout ce qui allait avec, ou pour faire dans les beaux discours. Des sentiments qui souvent qui se compliquaient, autant que j'avais pu tenté de faire les choses bien avec Ailina. La différence était souvent quand deux personnes ne voulaient pas la même chose, c'était alors que cela se compliquait obligatoirement. Et à cet instant je ne voulais pas la même chose qu'Arméthyse. Qu'une raison de plus pour tenter de mettre les points sur les i, des barrières et éviter de me faire assassiner par une miche de pain. Préférant que garder la vie sauve alors que je la savais douée pour combattre, ne voulant pas non plus la blesser ou heurter ces sentiments. Ce qui semblant pourtant être le cas jusqu'à ce que je n'en vienne qu'à l'embrasser. Non pas que tout était oublié alors qu'une certaine réserve semblait toujours existé. Arméthyse qui ne pouvait que prendre la parole alors. « Pas de sentiment. D'accord. Mais nouvelle règle : on le fait qu'une seule fois. » Hochant la tête. Une proposition qui me convenait et ne pouvant que me dire que si je voulais voir un sourire se dessiner sur ses lèvres de nouveau, je voulais rendre ce moment unique pour elle. Que trop conscient que là-bas dans la cité rahjak, elle n'avait pu connaître le bonheur tous les jours et plus voir le sang dégoulinait le long des murs. Voulant peut être tout simplement faire les choses biens et continuer de m'améliorer pour éviter les erreurs du passé. « Une seule et unique fois. » « Une seule et unique fois. » Reprenant ses mots alors que mon regard était toujours ancré dans le sien.

Puis ma main qui se glissait dans la sienne. Un contraste de peau. Un contraste de culture. Un choc de monde. Comme si pendant l'espace d'un instant nous semblions à peu près normal autant que cela puisse être possible, et ne pouvant que l'entraîner ne direction de son équidé. Autant que je ne pus que sortir de sa sacoche un morceau de pain que je donnais à son cheval. Une lueur qui traversait mon regard alors que cette fois-ci, ce moment d'appréhension n'existait plus. Ne pouvant que me rappeler cette dernière chevauchée et autant le désir de sentir ce sentiment de liberté grisant. « Que dirais-tu d'aller faire un tour dans les environs ? » Une proposition que dès plus convenable alors que si je n'avais pu peut être que trop rapidement relâché sa main, cette même main n'en venait qu'à flatter le flanc de l'équidé qui ne semblait que ravi par le morceau de pain reçu. Une miche de pain qu'elle n'avait cette fois-ci eu l'intention de se servir comme d'une arme pour m'assommer, ce qui m'allait tout autant. Me retrouvant l'instant d'après sur la monture. Attendant qu'elle prenne place à son tour avant de commencer à me remémorer les conseils donnés. Un cheval qui ne pouvait que s'élancer l'instant d'après entre les arbres et la possibilité de voir la terre d'un autre point de vue. Des paysages qui ne pouvaient que défiler sous mes yeux alors que soudainement en hauteur, je ne pouvais qu'apprécier cette sensation et me demander s'il ne serait pas possible de trouver un de ces chevaux ou de faire du troc. Une idée qui me traversait l'esprit alors que j'appréciais en effet la présence de ces montures, que je n'avais pu qu'entrevoir lors de l'échange réalisé avec les terriens. Et déjà ce désir de me renseigner en ne pouvant que me demander vers qui je pourrai me tourner pour arriver à cette fin, autant que je savais que si jusqu'à là je n'étais pas tombé de haut, c'était autant grâce à Arméthyse. Que conscient que j'avais encore des lacunes à combler et que satisfait alors que cet échange de connaissances ne me poussait que plus à vouloir à créer des liens avec les natifs. « Parle-moi d'eux. » Ne pouvant que désigner son cheval alors qu'en effet, j'étais curieux. Et pas qu'un peu. La possibilité autant de faire une pause et de profiter de ces retrouvailles, que conscient que je n'étais pas certain de revoir la jeune femme par la suite si cela ne serait pour cette unique fois.

avatar
21/04/2016 Arméthyse Not yet! 759 Dichen Lachman Pivette (ava) Libella (signa) Garde royale - stratégie et combat Rahjak (déserteuse, vivant près de la mer) 21
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Sam 30 Déc - 13:13


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦️ It's time to say good bye to the past ♦️

Chris Ҩ Arméthyse
« Conscience is no more than the dead speaking to us.» Jim Caroll.











Les embrassades n'avaient été que de courtes durées parce qu'ils se mettaient déjà d'accord qu'ils pourraient coucher ensemble, imposant des limites à une seule fois. Ce qui de son côté à elle serait certainement dur à tenir par la suite, mais sans doute pas de son côté à lui. Et elle le respectait et l'appréciait assez pour envisager cela possible. Quitte à souffrir un petit peu, intérieurement. Elle savait suffisamment cacher ce qu'elle ressentait pour qu'il ne sache jamais s'il l'avait fais souffrir ou pas, puisqu'il semblait craindre de la blesser, s'il venait à le faire, elle ne le lui avouerait pas, forcément, à quoi bon ?

Une seule et unique fois, donc. Il répéta sa formulation, semblant d'accord. Enfin non, il ne semblait pas, il l'était. C'était bien une confirmation. Ce qui signifiait bien que monsieur était d'accord pour une coucherie et pas plus. Comme n'importe quel homme sans doute. Il la trouvait jolie, il le lui avait dis, c'était déjà ça. Il fallait qu'elle pense ainsi, pour essayer de se dire qu'elle n'avait pas proposer du sexe pour rien. Pas simplement parce qu'elle le voulait, mais parce qu'il en avait un peu envie aussi et pas juste pour l'ajouter à son tableau de chasse. Mais enfin, c'était assez dur de concevoir autre chose, même si elle ne lui jetait pas la pierre.

La main du garçon du ciel vint alors dans la sienne, elle l'observa un instant. Elle ne comprenait pas cette douceur tout à coup, alors qu'ils s'étaient embrassés avec sauvagerie il y a peu. Elle n'avait demander à coucher avec lui une seule fois, tenant à le lui dire maintenant, parce qu'elle s'était imaginé que cette seule fois aurait lieu maintenant, tout de suite, tant que la flamme était éveillée en elle -et le désir aussi-, mais non. Il lui proposait une ballade. Elle éclata légèrement de rire, se trouvant à la fois ridicule et le trouvant mignon. « Faisons ça. » Hochant la tête en essayant de se calmer, elle approcha de Luna. Laissant Chris nourrir sa monture autant qu'il en avait l'envie. Même si elle avait apporté plus de livres que de vivres avec elle, elle saurait trouver de quoi manger dans la nature, elle ne s'inquiétait pas trop. Puis, peut-être bien que Taël ou ses autres connaissances l'y aiderait. Car elle n'allait définitivement pas demander à Chris de la nourrir, il culpabiliserait d'avoir donner sa nourriture à elle à un cheval, autant lui éviter du tracas. Grimpant sur l'animal avec Chris, la ballade commença alors. Arméthyse profitait des horizons. La nature lui avait manqué. Elle adorait celle-ci, elle, qui normalement constituer aurait dû s'en foutre totalement, comme la plupart des Rahjaks. Elle laissait Luna se balader où elle en avait l'envie. Sans doute Chris connaissait-il assez les lieux pour pouvoir se retrouver après. Mais elle ne faisait pas aller l'animal trop vite. Car le périple jusqu'à la mer serait encore long et la bête était déjà pas mal épuisée. Non, avant d'aller directement aller là-bas, elle devrait s'arrêter et dormir quelque part pour que Luna ne se repose. Plutôt que de la terrasser de fatigue. « Des chevaux ? Ils sont tout petits à la naissance. J'ai grandis avec Luna. Mais la vie à la cité est trop difficile pour les chevaux. On y préfère les chameaux et les dromadaires. Le désert est mieux pour eux. Pas pour les cheveux. » Répétant quelques mots de façon maladroite pour essayer de se faire bien comprendre et essayer de répondre à ses attentes. « Ils aiment le pain comme tu as vue et l'herbe. Ils sont beaux et fidèles. Pas comme... les Hommes.» Des Hommes capables de se faire la guerre pour des terres ou pour tout autre connerie, capable de se réduire en esclavage les uns les autres. Elle poussa un profond soupire. « La vie dans la ciel, devait être bien.... Restreinte, mais bien, non ? Tu regardes le dehors, les étoiles au bout des doigts. Magique, non ? Raconte-moi, le ciel. Je t'en prie. »
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 1887 Brett Dalton uc (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 768
- Whatever it takes -


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Sam 30 Déc - 15:37



« Faisons ça. » Changement de conversation ou plutôt de décor, alors que je n'en venais qu'à l'entraîner. Un cheval qui accélérait l'allure après avoir slalomait pendant les arbres. Et mon regard qui ne pouvait que se porter sur les paysages non sans m'empêcher de poser de nouvelles questions à Arméthyse. « Des chevaux ? Ils sont tout petits à la naissance. J'ai grandis avec Luna. Mais la vie à la cité est trop difficile pour les chevaux. On y préfère les chameaux et les dromadaires. Le désert est mieux pour eux. Pas pour les cheveux. » « Les chevaux tu veux dire. » Tournant la tête vers elle pour attraper une mèche de ses cheveux rapidement. « Cheveux. » Désignant Luna. « Cheval. » Qu'un rappel que la barrière de la langue existait toujours, qu'il y avait toujours des maladresses et des incompréhensions entre les personnes. Une barrière de la langue qui était toujours là entre nous même si la conversation n'était que plus fluide désormais, ne semblant même pas me rappeler parfois qu'elle était une native alors qu'elle parlait aussi bien que n'importe qui. Certes il y avait des erreurs, des phrases parfois mal prononcées mais cela ne changeait rien alors que l'essentiel était que nous pouvions que nous comprendre. Et parfois il était d'autant plus facile dans rire comme dans ces cas-ci autant que je ne pouvais que reporter mon attention devant moi sans cesser de mémoriser ses détails, et de tenter de m'imaginer la scène. « Ils aiment le pain comme tu as vue et l'herbe. Ils sont beaux et fidèles. Pas comme... les Hommes.» Pouvant entendre au son de sa voix la signification de ses mots. « Tu sais pas tous les hommes sont comme ceux que tu as connu dans ta cité, autant que c'est vrai, qu'on se détruit nous-mêmes. » Ce qui n'était que le cas alors qu'on se détruisait nous-mêmes en allant faire la guerre au suivant, en réduisant d'autres êtres en esclavage. « Personne n'a jamais tenté de faire tomber les maîtres ? Je sais que tu étais garde près de la princesse mais ... » Maladroit alors qu'elle restait proche des membres de la royauté, ayant été chargé de veiller sur eux au quotidien. Et pas moins curieux alors que je ne pouvais que me douter pas moins que dans des siècles de peur, de nombreux devaient continuer de se taire et de subir le même sort. Un choix que compliqué alors que comme elle me l'avait dit seule la mort ou la fuite pouvait les attendre s'ils voulaient se rebeller. Pouvant que comprendre et imaginer les multiples raisons pour laquelle elle avait fui. Et n'étant à vrai dire que plus admiratif. Et un sujet qui changeait pour dériver sur mon monde à moi. « La vie dans la ciel, devait être bien.... Restreinte, mais bien, non ? Tu regardes le dehors, les étoiles au bout des doigts. Magique, non ? Raconte-moi, le ciel. Je t'en prie. » « C'est vrai c'était magique de pouvoir se dire qu'on pouvait presque toucher les étoiles. Il y avait des moments plus difficiles, mais dans un sens il y avait aussi des moments heureux où tout n'était que rire. » Un sourire qui pouvait se dessiner sur mon visage alors que je ne pouvais que me rappeler ces moments passés en bande où les échos de rire résonnaient dans les couloirs, les chamailleries qui existaient. Mais autant que possible il y avait eu aussi des moments plus sombres où seuls les ordres régnaient, faisant parti des soldats chargés de veiller la sécurité. Des décisions plus dures à prendre, des jeunes enfermés derrière les barreaux et envoyés sous terre. Un conseil qui était désapprouvé. Un mouvement rebelle qui était apparu dans l'ombre, qui existait autant maintenant. Bien que pour ainsi dire un bouton pause était appuyé alors que personne n'était d'accord, qu'aucune discussion n'était réglée. « Mais j'imagine que comme partout, il y a des bons et des mauvais côtés... » Une lueur plus sombre qu'elle ne remarquait pas alors que mon visage était tourné vers les paysages. Et ne pouvant que profiter autant que possible de cet instant présent. Ce qui était parfois aussi bien alors qu'il n'y avait pas besoin de se poser de questions. Juste un instant momentané qui existait où l'on n'entendait plus rien si ce n'était le silence. Un autre aperçu du monde. La beauté du paysage qui ne viendrait qu'à changer or que les saisons défileraient. Et finalement l'équidé qui ralentissait l'allure pour passer au pas avant de s'arrêter. « Je crois qu'on s'arrête là. » Un point sur la carte. Dans l'incapacité de me situer rapidement à vue de nez, bien que je savais qu'à partir de points de repère, je pourrai plus facilement me repérer et retrouver le chemin qui menait jusqu'au campement de l'odyssée. Ayant encore quelques heures. Et ne pouvant que me douter qu'elle ne savait pas non plus où nous étions, peut être même moins que moi à moins qu'elle n'ait déjà été dans cette direction.

avatar
21/04/2016 Arméthyse Not yet! 759 Dichen Lachman Pivette (ava) Libella (signa) Garde royale - stratégie et combat Rahjak (déserteuse, vivant près de la mer) 21
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Sam 30 Déc - 16:57


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦️ It's time to say good bye to the past ♦️

Chris Ҩ Arméthyse
« Conscience is no more than the dead speaking to us.» Jim Caroll.











Les doigts de Chris dans sa chevelure et un fou rire presque incontrôlable provenant de la Rahjak. Une stupidité, une maladresse. Elle savait dire le mot "chevaux" puisqu'elle venait de le dire, et pourtant, il avait fallu qu'elle se trompe à la seconde prononciation. Mais bien trop de mots se ressemblaient dans sa langue à lui. Il n'avait pas idée à quel point c'était compliqué. L'exercice était plus périlleux qu'il ne l'imaginait, car non seulement elle ne parlait pas sa langue mais en plus elle avait appris seule, plongée dans de nouveaux livres qu'Ozvan avait eu la superbe idée de lui apporté. Une chance infime de pouvoir pratiquer et apprendre. Mais la mise en application était plus complexe, d'autant plus que Chris avait cette tendance à parler vite, enfin non, n'importe qui parlerait normalement, mais ça semblerait forcément être un débit rapide à celui qui a dû mal. « Cheveux. Et cheval. Des chevaux. » Désignant d'abord sa tignasse emmêlée puis Luna. « C'est pas juste des cheveux que j'ai. Ce sont des cheveux magnifiques, d'une élégance exceptionnelle. Les plus beaux que tu ai jamais vue. » Souriant de nouveau de manière maline. C'était évidemment une affirmation. Mais aussi un infime espoir. Il lui avait bien dis qu'elle était époustouflante, non ? Pourquoi ne pas vouloir en entendre davantage ? Les compliments n'étaient pas choses commune à la cité de feu, alors autant profiter tant qu'elle avait quelqu'un prêt à lui donner une nouvelle vision d'elle.

Chris avait raison. Tous les êtres humains ne se ressemblaient pas. Il suffisait de se frotter aux membres des autres tribus pour le constater. Et même si elle ne connaissait peut-être bien qu'une personne dans chacune des tribus, et bien elle avait remarqué des différences. « Je sais bien, mais n'empêche. Y a pas que du bons en nous. En personne, en fait. Et si, il y a eu des tentatives de renversement, mais je crois bien que ça fonctionnera jamais, et mon rôle c'était d'éviter tout ça, mais j'aidais aussi certains esclaves que j'avais pris sous mon aile, qu'ils aient pas trop de problèmes. » D'un côté, elle faisait son boulot à cause d'Irina, mais de l'autre, elle avait aspiré à devenir une rebelle contre l'esclavage. Mais elle n'avait jamais sauté le pas, incapable de trahir totalement la couronne, trop respectueuse envers son amie Irina. Alors elle avait fais quelques petites choses, à son bas niveau de capacité. Aidant quelques esclaves, les nourrissants à l'oeil, offrant quelques pièces parfois pour une nouvelle garde-robe. Leur apprenant à lire ou bien à écrire, ce qui n'était pas toujours le cas pour tous, bien qu'ils devraient tous savoirs ces bases élémentaires. Les enfants surtout, elle les choyait comme elle pouvait. Une pensée alla à Sven, d'ailleurs, qu'elle avait laissé à la cité, derrière elle. Un esclave gladiateur à qui elle avait promis un jour de le libérer. Mais surtout, elle pensa à l'esclave qu'elle avait acheté, assassinée par Roan à cause de la fuite d'Ezra, mais ça, elle se gardait bien d'en parler. Mais mieux valait ne plus songer à tout cela. A cette vie là-bas, même si Arméthyse ne pouvait que relier son présent de son passé et y repenser toujours, parce qu'après tout, c'est ce qu'elle connaissait le mieux. Sa vie là-bas. Les chemins de la cité. Les coutumes. La population. C'était sa vie, son ancienne vie. Elle allait devoir tout apprendre de nouveau, d'une certaine façon. Alors elle préféra parler de lui. Découvrir sa vie là-haut, d'une certaine façon. Parce qu'elle était de nature très curieuse. Le sourire aux lèvres, elle l'écoutait en parler, même s'il livrait en vérité bien peu de détails à son goût. Ne voyant pas que peu à peu, il en venait à être plus renfermé. « Y avait pas de bordel là-haut ? Tu m'aurais pas demandé pour mon chez moi sinon. La bicoque en métal devait bouger quand vous baisiez, non ? Comment ça se passait ? Et les repas ? Vous mangiez quoi ? Pas d'arbres là-haut, pas de fruit, pas de viande. Puis vos déchets ? Les excréments ? » Mais déjà la ballade cessait et elle n'avait pas posé la moitié des questions qu'elle voulait poser. Descendant de Luna pour la laisser se reposer. Elle décrocha chacun des sacs, ceux pour les livres et celui, unique, pour les vivres. Libérant son dos de tout poids pour la laisser se reposer de façon correcte. « Tu pars pas toute suite, parlons. Je veux tout savoir. Réponds-moi. » Avide d'en savoir davantage sur eux. Et peut-être bien qu'enfin, elle saurait qu'il existe deux campements différents, alors même qu'elle connaissait des membres de l'un et de l'autre, sans savoir la différence et qu'ils ne vivaient pas tous ensemble. « Si tu rentres, je te suis. Je dois trouver Taël. Tu lui diras que je suis arrivée plus tôt ? Qu'il me rejoigne, s'il peut partir maintenant avec moi pour la mer. » Pensant réellement qu'ils devaient tous se connaitre sur le campement, elle avait parlé de ça si facilement. Ne voyant pas de mal. Pas de différence entre ces gens venue de là-haut.
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 1887 Brett Dalton uc (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 768
- Whatever it takes -


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Sam 30 Déc - 18:32


« Cheveux. Et cheval. Des chevaux. » Hochant la tête alors qu'en effet c'était cela. « Tu as fait des progrès depuis la dernière fois ? Tu t'es entraînée ? » Une question que je me posais alors que s'il y avait toujours des fautes, elles étaient toutefois bien moindres en comparaison d'avant comme si elle avait fait des efforts ou s'était particulièrement appliquée pour comprendre notre langue. Ayant le sentiment au contraire d'être toujours au même niveau, au point de départ en sachant si peu parler sa langue. Celle du ciel étant peut être dans un sens plus accessible. « C'est pas juste des cheveux que j'ai. Ce sont des cheveux magnifiques, d'une élégance exceptionnelle. Les plus beaux que tu ai jamais vue. » « Presque. » Une note de moquerie que pour la taquiner alors que je n'avais pu qu'entendre les termes qu'elle avait employé, pouvant presque la féliciter pour alors qu'elle avait en effet fait d'énormes progrès. « Non ils sont magnifiques. Surtout bruns chez les rahjak non ? Bruns, noirs si tu veux, comme tes cheveux. »

« Je sais bien, mais n'empêche. Y a pas que du bons en nous. En personne, en fait. [...] que j'avais pris sous mon aile, qu'ils aient pas trop de problèmes. » « Tu devrais protéger la princesse non ? Ce n'est pas ta faute s'ils sont devenus des esclaves ou ta faute. Tu ne peux pas tout contrôler ou prendre toute la culpabilité sur tes épaules. » Un poids lourd à porter dont je connaissais le fardeau alors que pour ainsi dire je n'avais fait de même, ne pouvant que retrouver Mila au coeur de la nuit pour partager ce même fardeau. Maigre tentative pour tenir les ombres et les ténèbres à l'écart. Souvent un échec même si je continuais de survivre. Ne pensant toutefois pas que c'était sa faute alors que dans un sens si je n'avais pu que me poser la question, il ne restait pas moins que tout ne pourrait changer à moins que tout le monde se mette en mouvement. Un régime et l'esclavage qui ne pourrait être aboli à moins qu'un mouvement ne se crée, que chacun se mettre à changer sa manière de penser. Et pouvant autant comprendre ce sentiment d'impuissance qu'elle connaissait, ce désir de vouloir changer les choses. Le mouvement rebelle avait été créé pour cela après tout, contre le conseil, là pour évoluer. Une volonté d'être plus courageux, de faire avancer les choses même si là encore la partie n'était pas gagnée.

Et de nouvelles questions qu'elle ne pouvait à son tour que poser. « Y avait pas de bordel là-haut ? Tu m'aurais pas demandé pour mon chez moi sinon. La bicoque en métal devait bouger quand vous baisiez, non ? Comment ça se passait ? Et les repas ? Vous mangiez quoi ? Pas d'arbres là-haut, pas de fruit, pas de viande. Puis vos déchets ? Les excréments ? » Mais l'équidé qui s'arrêtait nous obligeant à stopper cette conversation. « Tu pars pas toute suite, parlons. Je veux tout savoir. Réponds-moi. » Comme une enfant auquel il aurait été impossible de ne pas répondre. Ne tardant d'ailleurs pas à répondre à sa question. « Non il y avait pas de bordel à proprement dit. Les moeurs ne sont pas les mêmes. Et non la bicoque en métal ne bougeait pas quand nous baisions. Est-ce que tu veux savoir comment nous faisons pour ou ? » Que moqueur alors qu'on aurait pu croire qu'elle posait réellement la question. « On se rendait au réfectoire pour manger et notre repas était calculé en fonction de notre poids, âge par exemple. Tout était pour ainsi dire restreint. Pas de chocolat ou quoi. Le chocolat comment dire d'après ce que j'ai entendu c'est le truc le plus sucré et délicieux qui existe. Mais nous on ne mangeait que des légumes et parfois du pain, mais c'était rare. J'avais jamais mangé de viande avant d'être sur terre, tout était pour ainsi dire produit artificiellement. Et non il n'y avait pas d'arbres, seulement des livres ou notre imagination pour nous faire rêver. Qu'est-ce que vous mangez vous dans le désert ? » Et ne pouvant autant que répondre à ses autres questions. « Et disons qu'on avait des toilettes comme tout le monde. Parle-moi des rahjaks, du désert. »

Et autant que possible je n'avais pas moins conscience que tôt ou tard, il me faudrait rentrer à bon port. « Si tu rentres, je te suis. Je dois trouver Taël. Tu lui diras que je suis arrivée plus tôt ? Qu'il me rejoigne, s'il peut partir maintenant avec moi pour la mer. » Comprenant alors qu'elle ne savait pas tout. « Je connais Taël mais je ne pourrai pas le voir tout de suite. On est divisé. » Une difficulté à comprendre, tentant de m'expliquer le plus simplement possible. « Quand on était dans le ciel, ceux qui commettait un crime était puni. Mis en prison ou éjecté dans le ciel. Un aller simple vers la mort. Les jeunes étaient mis en prison à la différence des adultes comme Taël. Ils ont été envoyés sur terre pour savoir si la terre était viable, si on pouvait y vivre car là-haut on allait mourir. On mourrait. Les ressources d'oxygènes diminuaient. Personne était au courant excepté le conseil et quelques uns dans la confidence. On l'a appris que plus tard. Mais on a dû atterrir aussi de force car les ressources continuaient de diminuer. Et depuis il y a deux camps. Le conseil n'a pas été pardonné par tous des deux côtés même s'ils ont tenté de faire des efforts pour qu'on se réconcilie comme le rapprochement des campements. De la politique. Des foutaises pour certains. Il y a toujours un fossé et deux campements mais on peut faire des allers-retours entre, retrouver des proches, des amis. Donc je pourrai pas trouver Taël tout de suite mais je lui ferai parvenir le message. Où devez-vous vous retrouver ? »


avatar
21/04/2016 Arméthyse Not yet! 759 Dichen Lachman Pivette (ava) Libella (signa) Garde royale - stratégie et combat Rahjak (déserteuse, vivant près de la mer) 21
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Sam 30 Déc - 23:16


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦️ It's time to say good bye to the past ♦️

Chris Ҩ Arméthyse
« Conscience is no more than the dead speaking to us.» Jim Caroll.











Un secret percé à jour. Effectivement, la Rahjak s'était entraînée. Elle avait pratiqué la langue comme une forcenée. Un bon moyen de se vider la tête de ses soucis quotidiens pour la remplir de savoir. Un plaisir aussi. Celui de la lecture et de l'apprentissage. Hochant la tête pour donner raisons aux questions que Chris posait, elle confirmait simplement. Elle n'allait pas lui préciser le nombre d'heures qu'elle y avait passé. Plutôt que dormir et se reposer, elle avait lu. Beaucoup. Et écrit aussi, pour s'entraîner. Bien sûr, sans certitude de bien faire les choses puisqu'elle n'avait eu personne pour la corriger. Mais en effet, elle avait progressé, enfin elle l'espérait et c'est ce qu'il semblait vouloir signifier. Ou peut-être lui disait tout le contraire ? Peut-être bien qu'elle avait tout fais de travers ? Mais il ne semblait guère la corriger, moins qu'avant en tout cas et il y avait un peu moins de quiproquos aussi, alors non. Elle devait définitivement avoir progressé, non ? Mais déjà les taquineries reprenaient. Elle n'avait jamais cessé d'agir ainsi, mais lui reprenait aussi. Car après une conversation trop sérieuse, le ton léger revenait. Elle se tourna comme elle pouvait sur la monture et lui frappa légèrement l'épaule. Riant légèrement alors qu'il sous-entendait qu'elle n'avait pas les plus beaux cheveux qu'il ait jamais vue. Puis rassurant, Chris lui confirmait que si. « Non. On est comme vous, y a de toutes les couleurs. Puis on se fait des couleurs, la mienne est pas naturelle, c'est fait à base de bouse. Tiens, sent. L'odeur est presque partie. » Elle attrapa quelques mèches et lui présentait, mais bien vite son sourire s'étirait. Trop vite même, parce que déjà son rire filait de sa gorge. L'estomac douleur tant elle rigolait de sa propre blague. Elle ne le pensait pas naïf, non, mais puisqu'il ne connaissait que peu la vie de son peuple, tout était possible. Alors peut-être bien qu'elle pourrait lui faire croire des stupidités comme elle venait de faire. Une gaieté qu'elle voulait partager avec lui. Balayant la conversation plus sérieuse concernant la nature fondamentalement mauvaises de l'humanité. Chris s'était montré rassurant, même si elle n'avait pas voulu relever de façon orale, ça lui allait droit au coeur. Parce qu'il avait raison. Elle n'était pas fautive. Ni des décisions de la royauté, puisqu'elle en était proche mais sans en faire partie, ni de l'esclavage. Ni du reste.

La curiosité étant un vilain défaut, elle s'était laissée aller pleinement et avait déblatérer tout un tas de questions auxquelles il répondait justement dans un longue monologue d'explication. Sans qu'elle ne coupe. Et ça, malgré le fait qu'il la taquinait de nouveau en lui demandait si elle voulait connaitre les techniques de coït de ce peuple du ciel, à moins qu'elle n'est compris de travers encore une fois. Mais Arméthyse avait simplement ricaner devant l'éventualité qu'il lui partage quelques secrets sexuels, ce qu'il ne fit pas, mais ça n'était pas dérangeant. Et puis, s'ils y venaient finalement, elle pourrait s'en rendre compte par elle-même, mais elle ne voulait pas réellement ce qu'il pourrait lui apprendre de plus que des Rahjaks. Le sexe et la nourriture. Deux plaisirs différents mais important -selon les points de vue-. Et il y vint, expliquant les restrictions et les mets qu'ils avaient possédés dans le ciel. Des légumes. Pas de viande. Pour la viande, elle s'en était doutée. Mais comment la culture était-elle possible ? Et l'eau ? Comment s'y prenaient-ils pour en avoir ? Avaient-ils apportés un stock avec eux ? Déjà que c'était bien difficile d'en avoir dans le désert, ça coûtait un bras à la taverne. Alors dans le ciel ! Elle n'osait imaginer. Mais déjà la question lui venait en retour. La nourriture du désert ? Ça n'était pas si éloigné que ça de ce qu'ils avaient pu avoir eux. Enfin si, en fait. « De la viande ! Beaucoup de viandes ! Du chameau, du cheval, de la gazelle et même du crocodile. J'en passe même. On a des légumes aussi. On a des marchands qui ramènent de l'exotique aussi. Des dattes. T'en as déjà mangé ? Oh ! Des amandes aussi. Bouge pas. » Et déjà elle s'avançait vers le sac de vivre qu'elle venait de décrocher de sa monture. Fouillant au fond car elle n'avait évidemment pas que du pain. Elle n'avait pas apporté de viande, bien que très nourrissant, elle ne voulait pas faire de feu la nuit, ni pour manger, ni pour se chauffer, si elle devait dormir dehors, ce qu'elle évitait, ne connaissant que peu la vie hors des murs de la cité. Généralement, elle préférait de loin faire de court voyage, l'allée et le retour en une journée. Mais il est vrai que la mer était bien loin et que le temps continuait de filer. Elle n'aurait d'autres choix que de faire un arrêt pour la nuit. Attrapant dattes et amandes au fond de son sac donc, elle revint près de lui et déposa tout cela dans les mains de Chris, avec un sourire. Même s'il était probable qu'il ait déjà mangé des deux, un petit goûté improvisé ne faisait jamais de mal. Il en profitait pour lui expliquer que Taël ne vivait pas ici. Que le peuple du ciel possédait deux campements distincts. Elle saisissait assez mal les raisons de tout cela. Surtout le fait que les adolescents soient punis de leurs crimes et pas les adultes. Et surtout, elle trouvait affolant le sacrifice de la jeunesse avec l'envoi sur terre, sans certitude qu'ils ne puissent rester, survivre. Affligeant. Atroce. Elle poussa un profond soupire. Réalisant qu'elle avait vraiment raison de ne pas croire en l'humanité. Plus elle y pensait, et plus elle en venait à cette conclusion. Loup étant un loup pour l'homme, elle l'avait lu dans un livre, mais ça n'était que trop vrai. « Ils auraient pu être tous morts. Même vous. C'est moche. Votre conseil est aussi moche que ma royauté. Tous des pourris. » Secouant le nez. Elle croisa les bras en grognant. Contrariée d'apprendre de telles choses possibles. « Je connais plusieurs de ces petits. Je savais pas tout ça. Ils ont pas eu de chances ici. Des criminels. Je sais pas. Mais y sont adorables, certains. » Elle ne pouvait pas imaginer du tout Rose et Taël comme des criminels. Ça n'avait pas de sens. Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire dans la bicoque en métal pour être un criminel ? Elle aurait la curiosité de lui demander, un de ces jours. « Chez moi, les punitions sont durs aussi. On coupe des membres aux voleurs. Parfois c'est les mines, parfois l'arène de gladiateurs, ce sont des esclaves, ou alors des domestiques pour les riches ou ceux des bordels. La mort aussi, ce qui est nettement préférable au reste. Mais envoyer des enfants... un tas... dans l'inconnu. C'est... pire. » Elle colla ses mains à sa bouche, choquée d'autant juger une population qu'elle ne pouvait qu'imaginer à travers ce qu'il lui expliquait. Une vision déjà biaisé, car non objective de la situation. Elle avait bien conscience qu'en temps qu'homme du ciel, du second campement, Chris avait un rôle précis, un passé, qui fatalement forgeait son identité et sa vision des choses. « Pardon. Je voulais pas. Je dis pas que tu es comme ça. Pas toi. Mais les autres. Puis non, chez moi c'est... moche. Faut pas comparer. J'ai tort. » Elle se rattrapait comme elle pouvait, car réellement, elle ne voulait pas le mettre en colère, ni lui faire de la peine. Mais il était dur de concevoir que des enfants avaient été condamnés à peut-être mourir en venant. Un sacrifice pour une incertitude de survie. Même si le choix avait été la mort sur terre ou la mort dans le vaisseau. Ça n'était pas... juste. « T'en fais pas, ne dis rien à Taël. Surtout si vous vous entendez pas. Je le verrais moi-même. Je vais aller à l'autre campement. S'il a pas changé de place, lui non plus. J'avais marqué des endroits pour retrouver mon chemin jusqu'à là-bas. Je mettrais du temps à trouver, mais j'y arriverais. Mais dis-moi.... Tu les connais tous ces petits jeunes ? Peut-être qu'y a de ta famille ? »


fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 1887 Brett Dalton uc (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 768
- Whatever it takes -


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Dim 31 Déc - 10:40


« Non. On est comme vous, y a de toutes les couleurs. Puis on se fait des couleurs, la mienne est pas naturelle, c'est fait à base de bouse. Tiens, sent. L'odeur est presque partie. » Mais alors qu'elle attrapait ses cheveux, elle ne pouvait qu'éclater de rire, me faisant autant comprendre que comme je le pensais elle tentait de se moquer de moi. Une conversation marquée par le rire autant que par la curiosité alors qu'à tour de tour des nouvelles questions étaient posées. « De la viande ! Beaucoup de viandes ! Du chameau, du cheval, de la gazelle et même du crocodile. J'en passe même. On a des légumes aussi. On a des marchands qui ramènent de l'exotique aussi. Des dattes. T'en as déjà mangé ? Oh ! Des amandes aussi. Bouge pas. » « Qu'est-ce que c'est ? » Ne pouvant que la regarder m'apporter des dattes et des amandes autant que je ne pouvais qu'enchaîner les questions. Car si je savais à quoi ressemblait un dromadaire, un chameau qu'elle avait dessiné, je ne pouvais que me poser la question pour le crocodile. « A quoi ressemble un crocodile ? Est-ce que vous aviez des fêtes ? » Des questions qui n'étaient pas reliées les unes aux autres que je ne pouvais qu'enchaîner alors que je n'étais que curieux d'en savoir plus sur son monde. Un monde différent du mien où les hommes étaient réduits en esclaves, où il y avait des dromadaires, et des étendues de sable. Un endroit bien loin de celui où l'odyssée avait atterri en catastrophe. Et ne pouvant attraper qu'avec soin les amandes et dattes, qu'elle me tendait. Des secondes qui passaient où je ne pouvais que les contempler, examinant leur texture avant de croquer une première datte. Un goût différent, plus sucré. Un noyau en son centre. Une petite bouchée de plaisir. Prenant mon temps comme si cet aliment était sacré et ne pouvant autant que tester les amandes dont le goût était différent. Imaginant que si elle les trouvait facilement c'était à cause du milieu bien plus sec qu'elle connaissait. Des fruits que je n'avais jamais vu par ici mais qui étaient pourtant bons. « J'ai rien sur moi mais la prochaine fois je t'apporterai quelque chose. » Comme s'il y aurait une prochaine fois, ce qui pouvait être le cas autant que la jeune femme comptait se diriger vers le nord, vers la mer. Pouvant me rappeler encore cet immensité d'eau qui s'étendait à perte de vue et que je n'avais pu que contempler aux côtés de Rachel. Me demandant un bref instant où elle était avant que la conversation n'en vienne qu'à s'enchaîner et que je me mette à expliquer le plus simplement possible à Arméthyse qu'il y avait des clans entre nous.

« Ils auraient pu être tous morts. Même vous. C'est moche. Votre conseil est aussi moche que ma royauté. Tous des pourris. »
Ne pouvant affirmer le contraire ou penser l'inverse alors qu'à vrai dire si certes pas tout le conseil était pourri, il n'en restait pas moins que certaines de leurs décisions restaient au travers de ma gorge. « Je connais plusieurs de ces petits. Je savais pas tout ça. Ils ont pas eu de chances ici. Des criminels. Je sais pas. Mais y sont adorables, certains. » « Je dirai pas le contraire. » Une justice faite trop brutale pour des crimes qui n'en n'étaient parfois un et pourtant la nécessité sur l'arche d'appliquer la loi, les règles pour permettre une cohésion de groupe. Certains ayant été condamnés pour vol, d'autres pour meurtres. Un monde qui n'était pas tout blanc ou tout noir autant que possible. Difficile de penser qu'ils étaient des criminels quand on avait évolué avec, quand on les avait connu avant. Et pourtant comme les autres soldats je m'étais exécutés, refermant les barreaux derrière eux, en trahissant certains ou une en particulier, Ailina. « Chez moi, les punitions sont durs aussi. [...] Mais envoyer des enfants... un tas... dans l'inconnu. C'est... pire. » Des châtiments tout aussi extrêmes alors que je ne pouvais qu'imaginer que la mort était préférable à être envoyer aux mines, ou au bordel ou même dans l'arène. Rassuré qu'elle n'ait pas connu ce châtiment, toutefois cela ne voulait pas dire qu'elle n'avait pas connu des personnes qui avait subi ces châtiments. « Est-ce que tu as des amis qui ont connu ce sort ? »[color:235c=009966] « Pardon. Je voulais pas. Je dis pas que tu es comme ça. Pas toi. Mais les autres. Puis non, chez moi c'est... moche. Faut pas comparer. J'ai tort. » Arméthyse qui se reprenait, inquiète à l'idée de m'avoir vexé. « Tu as le droit d'avoir ton opinion. Les mesures du conseil elles étaient extrêmes, sans doute nécessaires alors que nous mourrions mais cela ne voulait pas dire qu'elles étaient juste. Non pas que mes actions étaient les plus justes.. Ailina s'est retrouvée là-bas à cause de moi et j'en ai enfermé plus d'un, que je connaissais, en suivant les ordres.. » Une pointe d'amertume ou seulement le poids des actes que j'avais réalisé et dont je n'avais pendant longtemps pas regretté. « T'en fais pas, ne dis rien à Taël. Surtout si vous vous entendez pas. [...] Peut-être qu'y a de ta famille ? » « J'en connais certains. Ailina, qui s'est retrouvée là-bas par ma faute, qui a désormais disparu, partie volontairement de leur campement. Il y a mini-Miller, Rachel qui est comme une petite-soeur toujours fourrée dans mes pattes. Aliénor, Gamora, Taël. Il y avait Rhys, Robb mais ils sont morts et d'autres. Je ne les connais pas tous mais j'ai grandi avec certains dont oui, certains font partis de ma famille. Tu en connais certains en particulier appart Taël ? »


avatar
21/04/2016 Arméthyse Not yet! 759 Dichen Lachman Pivette (ava) Libella (signa) Garde royale - stratégie et combat Rahjak (déserteuse, vivant près de la mer) 21
✣ Chaos is a ladder


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Dim 31 Déc - 13:39


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


♦️ It's time to say good bye to the past ♦️

Chris Ҩ Arméthyse
« Conscience is no more than the dead speaking to us.» Jim Caroll.











« Des fruits secs. » Une réponse simple et efficace alors qu'il gouttait déjà ces deux mets différents qu'était l'amande et la datte. Arméthyse avait bien observé ses réactions et souriait bêtement, le trouvant de nouveau tout à fait adorable. Elle désigna le sac, lui permettant de se servir autant qu'il le voulait s'il avait encore envie de grignoter. « Prends ce que tu veux dedans. Mais pas les pommes. C'est ce que je préfère, alors la fourmi n'est pas prêteuse. » Une référence à une fable qu'elle avait lu. Du moins, elle la relisait bien souvent, dans un livre qu'elle avait pu récupérer auprès de Basile, une relique de son enfance. Mais sans doute Chris ne connaissait-il pas cette histoire. Peut-être même aucune histoire puisque les livres ne poussent pas sur les arbres, et d'ailleurs, il n'y avait pas d'arbres là d'où il venait. Alors il était peu probable qu'il sache lire et peut-être même écrire. Elle se posait la question. Elle n'oublierait pas de le lui demander. Elle aurait pu le faire maintenant, mais elle préférait se concentrer sur son petit carnet et son morceau de charbon taillé pour pouvoir bien écrire et tracer, chose qu'elle portait à présent dans la poche de son pantalon puisqu'elle avait changé de look. Troquant sa grosse veste longue et lestée par son couturier -Basile- pour une veste nettement plus courte et un peu plus chaude. Veste qu'elle avait laissé à la cité, dans la maisonnée de Kamil ainsi que les livres qu'elle n'avait pas pu prendre avec elle. Autant qu'ils servent à quelqu'un. Elle aurait pu déposer tout ça chez Ozvan, mais elle avait préféré laissé un dernier gros présent à son ami qu'elle abandonnait en toute connaissance de cause.
Ainsi donc, elle dessinait un crocodile. Elle n'en avait jamais vue qu'un vivant, un jour où elle avait voyagé et autant dire qu'elle n'était pas restée bien longtemps, préférant ne pas le détails des yeux mais plutôt fuir pour conserver chacun de ses membres. Les autres, elle avait pu les détails, mort et affiché comme des trophées sur les places des marchés. De la bonne viande. « Un crocodile. On mange la viande et on utilise la peau pour faire des vêtements ou des armes. » Des armes, le mot était peut-être un peu fort. Mais enfin, elle pensait cela tout à fait possible. Un manche entouré de crocodile, pourquoi pas après tout. Elle esquissa un sourire, recevant joyeusement les mots de Chris, il n'avait rien pour elle cette fois-ci, mais elle ne demandait rien en retour de toute façon. Simplement contente de partager un peu de son univers avec lui et surtout, il lui expliquait son univers à lui et c'était déjà beaucoup. « Pas sûre pour les armes. Mais des chaussures aussi. Des bourses. Ce genre de choses! Et on a des fêtes oui, chez toi aussi ? Raconte moi les votre. Il y a des festivités pour les mariages et pour le deuil aussi. Je n'ai jamais participé aux mariages, alors je ne saurais te dire exactement. Mais il y a beaucoup de champs et de danses dans tous les cas. La plus grande fête chez nous, c'est celle quand le soleil revient à son apogée, plus lumineux, plus chaud. Mon peuple possède des croyances envers le Dieu Soleil seul et unique divinité pour nous. Enfin pour eux, moi, je n'y ai jamais cru. » Souriant légèrement, elle tourna les yeux de nouveau sur Chris et reprit alors ses explications : « En ce jour-là, on doit offrir chacun quelque chose en sacrifice, et en soirée tout est brûlé. Pour attirer le bon oeil et être protéger par ce Dieu. » Comment croire en un Dieu qui acceptait l'injustice et la misère ? L'esclavage ? Non. Ça n'avait aucun sens évidemment. Mais elle se demandait alors si les gens des cieux avaient des dieux eux. Aussi haut dans le ciel, ils devaient bien voir s'ils existaient, ou s'il y en avait un ou plusieurs justement.
« Une religion chez vous ? » Le questionna-t-elle alors. Sérieusement, la conversation pouvait continuer ainsi pendant des lustres, chacun se posant des questions. Mais ça lui plaisait. Et puis puisque l'heure tournait, elle n'allait pas reprendre la route. Elle continuerait le lendemain. Peut-être bien que Chris pouvait ne pas rentrer ? Peut-être pourraient-ils se conter leurs histoires toute la nuit ? Un infime espoir de passer un bon et long moment.

Tous les sujets étaient intéressants. Même les plus fâcheux, comme parler du conseil des gens du ciel ou des lois Rahjaks. Des sujets épineux et pourtant important et intéressant sous certains aspects. Chris n'avait pas pris mal ce qu'elle avait dis, et elle en était soulagée. Forcément. « Oui, mon avis, de mes yeux et pensées de Rahjak. » Mais même si elle se gardait de dire tout ce dont elle avait envie pour le moment, elle n'hésiterait pas à approfondir, pour essayer d'en savoir davantage sur eux et plus particulièrement sur lui. « Oui. Je connais des esclaves gladiateurs. Et ma meilleure amie d'enfance était esclave domestique et puis elle a vécue dans un bordel aussi, d'après ce que j'ai entendu dire sur elle. Et la mine, je n'en connais pas, je préfère ne pas savoir les horreurs de la vie là-bas, on en revient pas. J'étais esclave domestique et ma mère aussi. Ça allait. C'est le sort le plus favorable que l'on puisse avoir et mon maître était clément contrairement à d'autres. » Une chance. Mais aussi de la culpabilité car toujours elle s'était comparée à ces autres esclaves qui avaient eu moins de chance qu'elle. Et plusieurs l'avait maudite et détesté d'être si bien tombée. Mais personne ne choisit ses parents, et quitte à choisir, jamais elle n'aurait choisit une mère esclave, même si sa mère avait été le plus beau joyau au monde, si elle avait eu le choix, Krikja n'aurait pas choisis de vivre parmi les Rahjaks. Elle avait toujours pensé que la vie était mieux partout ailleurs que là-bas, dans la cité. Même si en soi, elle regrettait et ne regrettait pas à la fois sa vie, ses proches et tout le reste.

Arméthyse le laissait parler, évidemment. Apprenant alors qu'il connaissait la plupart des enfants du ciel. Elle essayait de se mettre à la place de ces gens, là-haut. Aurait-elle réellement laissé des jeunes gens être puni ? Être envoyé sur la terre pour mourir ? Enfin, elle avait compris, vaguement, que personne n'avait réellement su dès le départ ce qui se passait. Mais tout de même...« Ailina. Tu me dis que c'est ta faute, son enfermement. Pourquoi ? Explique-moi. Je voudrais comprendre. Je connais Rose, Taël et une petite sauvageonne brune hm... son prénom... A...Al... Alex?» Mais a priori, les petits jeunes étaient nombreux et l'idée était davantage choquante. Bien sûr, elle préférait ne pas donner de détails sur la rencontre avec Taël et Rose, parce que ça n'avait rien de joyeux. Pas plus joyeux que celle avec Alex d'ailleurs. Mais même si elle connaissait un petit peu Rose, elle n'avait pas pu dialoguer avec Alex, en revanche, Taël était un très bon ami.
 

fiche par century sex

avatar
01/11/2015 Glacy Ezra 1887 Brett Dalton uc (avatar), Frimelda (signature) ancien militaire - maniement des armes - statège 768
- Whatever it takes -


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis
Dim 31 Déc - 18:45


La curiosité que certains considéraient comme un vilain défault mais que je ne voyais pas comme tel loin de là. Ne pouvant que vouloir en apprendre plus alors que je ne trouvais que cela intéressant, d'autant plus. Des traditions différentes. Des coutumes qui n'étaient pas en effet les mêmes alors que nos connaissances divergées, mais que nous pouvions peut-être les compléter. Et autant un plaisir commun devant la nourriture, ou devant les fruits secs. « Prends ce que tu veux dedans. Mais pas les pommes. C'est ce que je préfère, alors la fourmi n'est pas prêteuse. » « Je te les laisse. Est-ce que vous avez un potager pour faire pousser des légumes ou ? Des cultures qui sont réalisées ? » Curieux bien qu'il semblait d'autant plus clair qu'ils avaient surtout un accès à la viande et aux fruits. Et ne pouvant que piocher dans la sacoche pour attraper une nouvelle datte, et en goûter la saveur. Mais autant que je me questionnais sur les fruits, c'était aussi le cas des animaux. « Un crocodile. On mange la viande et on utilise la peau pour faire des vêtements ou des armes. » « Et c'est bon ? A quoi cela ressemble ? » Me demandant quelle en était la texture alors que tout était surprenant. Et un intérêt que plus éveillé.

« Pas sûre pour les armes. Mais des chaussures aussi. Des bourses. Ce genre de choses! Et on a des fêtes oui, chez toi aussi ? [...] Enfin pour eux, moi, je n'y ai jamais cru. » « Pourquoi tu n'y as jamais cru ? » Autant que j'avais ma petite idée sur la question mais déjà elle enchaînée pour me donner d'autres détails. « En ce jour-là, on doit offrir chacun quelque chose en sacrifice, et en soirée tout est brûlé. Pour attirer le bon oeil et être protéger par ce Dieu. » Comment elle en parlait, il n'était que certain qu'elle n'y croyait pas à la différence d'autres fidèles. Un culte voué, un grande place dans la religion avec le dieu du soleil donc. « Une religion chez vous ? » « Je ne connais pas beaucoup de personnes qui croient en des divinités, en fait sans doute aucune. Il y a jamais eu trop de mariage sur l'arche, ils étaient très stricte sur le fait d'avoir des enfants pour éviter la surpopulation. Pas plus de un. Mais je sais que les femmes portent de magnifiques robes, que tout le monde célèbre leur amour et que c'est la fête. Mais je t'avoue n'avoir assisté à aucun d'entre eux. J'imagine que cela se faisait surtout auparavant, et maintenant, ce n'était pas comme si le mariage était à l'ordre du jour ou que l'un d'entre nous pouvait se voir ce père. On tente plus de survivre. Cela doit être différent étant donné qu'on est arrivé sur terre récemment, qu'on pense plus à survivre, améliorer notre quotidien, qu'avoir des enfants ou quoi. Et c'est peut être autant triste. »

Et ne pouvant que lui poser d'autres questions sur sa condition d'esclave, si elle avait connu des amis ayant subi ces châtiments, ne pouvant qu'imaginer l'atrocité sans en avoir réelle idée de ce qu'ils avaient vécu, n'y étant. « Oui. Je connais des esclaves gladiateurs. [...] C'est le sort le plus favorable que l'on puisse avoir et mon maître était clément contrairement à d'autres. » « Tu as de la chance, mais j'imagine que si ton maître était clément, cela n'enlevait rien au sentiment d'être prisonnière. Parfois là-haut c'était comme la prison, enfermé entre quatre murs, mais on tentait de relativiser, après tout on était vivant, en bonne santé. Non pas que cela voulait dire que je n'imaginais pas ce qu'était le ciel vu d'en-bas. Je suis content que tu t'en sois sortie en tout cas, que tu sois là maintenant. » Lui adressant un sourire pour tenter de la rassurer et autant sincère alors que j'étais content de la savoir en vie, de la savoir là même si cela signifiait qu'elle serait traquée dès lors qu'ils comprendraient qu'elle ne reviendrait pas. Un monde obscur. Une nature parfois trop hostile et des hommes qui se détruisaient. Mais autant que possible il y avait parfois des bons côtés comme maintenant.

Et Arméthyse qui ne pouvais que poser des questions plus personnelles. Des questions dont je n'étais pas sûr de vouloir répondre alors qu'il faudrait alors parler du mouvement rebelle. Ce que je ne souhaitais pas. Un secret à garder. Une lueur qui assombrissait mon regard. « Ailina. Tu me dis que c'est ta faute, son enfermement. Pourquoi ? Explique-moi. Je voudrais comprendre. Je connais Rose, Taël et une petite sauvageonne brune hm... son prénom... A...Al... Alex?» « C'est compliqué et de l'histoire ancienne. Disons que je l'ai laissé en plan, et je l'ai laissé se faire prendre. Pas de quoi être fier loin de là... Par contre pour Alex d'après ce que j'ai compris, elle a quitté le campement des 100 pour rejoindre les amazones, mais je ne la connaissais pas suffisament. Peut-être que tu as déjà entendu parler de cette tribu ? »

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: It's time to say good bye to the past ~ Armétis

 

It's time to say good bye to the past ~ Armétis

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Good Morning England - Demande de partenariat
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-