Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜It always starts with little things [PV Taël]
maybe life should be about more than just surviving


avatar
15/09/2017 'kokou 100 Lee Ji-eun / Cultivatrice 89


Sujet: It always starts with little things [PV Taël]
Dim 15 Oct - 9:57

Lorsque les Cent avaient commencé à s'organiser en montant leur campement, ils en étaient rapidement arrivés à la conclusion qu'il leur faudrait un endroit pour cultiver de quoi se nourrir au-delà de la chasse et de la pêche, si bien qu'un potager avait vu le jour un peu à l'écart de l'agitation qui régnait alors. Il fallait un minimum d'espace pour que ce qui devait être planté puisse se développer à loisir et si les débuts furent assez difficiles, dès la seconde récolte il devint évident qu'ils avaient besoin de davantage de place et au bout de trois ans de labeur, le potager possède une surface à la fois conséquente et riche par sa diversité, au point qu'il faisait la taille d'un petit champ au sein duquel le travail ne manquait pas. Certaines parties restaient en jachère durant plusieurs mois tandis que d'autres produisaient le nécessaire, d'une saison à une autre ce n'était pas les mêmes futurs aliments qui étaient récoltés et c'était un travail de chaque jour qui nécessitait du temps et de la patience, beaucoup de patience. Ikoku avait en charge le potager, elle était de loin la plus qualifiée à l'heure actuelle bien qu'avant leur arrivée sur Terre son apprentissage ne fut que purement théorique, mais elle a su à force de pratique parvenir à un résultat satisfaisant, non sans quelques difficultés. La nature pouvait parfois être capricieuse et il y eut certains orages avec des pluies importantes qui leur firent perdre une partie de leur récolte, ou bien au tout début le manque d'eau qui avait pu être difficile à évaluer, le bon moment pour resemer et celui où au contraire il fallait laisser la terre se reposer. Tout cela avaient été des choses qui avaient impactées le potager, mais ce qui demeurait encore le plus problématique, c'était les animaux qui venaient se servir. Entre les oiseaux qui cherchaient à récupérer les graines et les autres qui sortaient du couvert des arbres pour essayer de venir grignoter les légumes, une attention de chaque jour était nécessaire à l'entretien des cultures et la jeune femme y veillait farouchement derrière cette apparence calme et tranquille qu'on lui connaissait. Tout du moins la plupart du temps.

- Oh c'est pas vrai !

L'exclamation avait fusée par cette belle matinée d'Octobre alors que Ikoku venait d'arriver au potager où elle œuvrait quotidiennement. L'installation de quelques barrières de fortunes en bois bringuebalant avait tendance à décourager certaines bêtes sauvages qui avaient le don de venir tendre leur museau pour voir de quoi il retournait, mais ce que la jeune femme avait sous les yeux était une brèche dans sa modeste construction de fortune -elle n'avait jamais été très douée pour bricoler- et au-delà de cette ouverture forcée se trouvait le potager que l'on avait allègrement piétiné à plusieurs endroits, comme si on avait cherché à en faire le tour. De nombreux légumes avaient été arrachés, sortit de terre et croqués, quelques restes demeuraient encore à même le sol, même si la plupart avaient sans doute été dévorés sur près de deux rangées, le reste ayant été malmené, piétiné, à croire que quelqu'un n'avait rien trouvé de mieux à faire que de prendre l'endroit pour un terrain de jeu. Dépitée, déçue et passablement irritée, la cultivatrice s'avança pour constater les dégâts, s'accroupissant pour vérifier les premiers plants piétinés à sa portée, s'attristant de voir son travail ainsi saccagé sans pitié. Un bruit derrière elle la fit se retourner et, apercevant le probable fautif, elle se releva d'un bond, sourcils froncés et prête à s'emporter.

- C'est toi qui a fait ça ?! Tu devrais avoir honte ! Tu mériterais d'être privé de repas pour la peine !

A quelques mètres d'elle et lui faisant face, un bouc achevait de mâchouiller un légume dont les feuilles disparaissaient progressivement dans sa gueule, dans des craquements croquants ne laissant aucun doute sur le sort du pauvre végétal. Mécontente, Ikoku brandit un poireau dans sa direction comme on l'aurait fait avec un bâton, l'agitant et le menaçant avec toute l'indignation qui était la sienne.

- Et ce n'est pas la peine de me regarder comme ça, tu mérites une bonne punition !

L'animal ne sembla pourtant pas l'entendre de cette oreille et, comme s'il avait compris les paroles de la jeune femme, bêla et gratta la terre de son sabot avant de lui foncer dessus, tête et cornes en avant. Poussant un cri, Ikoku se précipita sur le côté et couru hors du potager, l'animal sur ses talons, paniquée et morte de trouille. Apercevant un arbre, elle avait beau se rappeler de son problème avec la hauteur, le bruit des sabots dans son dos la convainquit de grimper rapidement sur les premières branches, juste assez pour ne pas être à portée des coups de cornes que le bouc se mit à donner dans sa direction, cherchant à l'atteindre malgré la relative hauteur de deux mètres entre eux. Agitant le poireau en guise d'arme, la jeune femme lui en donna plusieurs coups sur la tête avant que les dents de l'animal ne se referment dessus, le lui arrachant des mains d'un coup sec et manquant de la déséquilibrer. Poussant un bref cri, elle se raccrocha à l'arbre et regarda avec mécontentement la bête manger le légume en la fixant longuement. Il redonna quelques coups de cornes dans le tronc puis, la voyant perchée pour de bon, bêla fortement avant de s'en retourner en direction du potager. Elle eut l'impression, à la façon dont il sembla jeter un regard en arrière à plusieurs reprises, qu'il la mettait au défi d'oser descendre de cet arbre pour essayer de venir lui reprendre ce qu'il avait gagné. Frustrée et passablement apeurée, tout à la fois également énervée et désolée de sa propre incompétence, Ikoku resta perchée sur les premières branches basses de l'arbre en guettant alentours le passage éventuel d'un membre du camp qui pourrait lui venir en aide. Et dire que cette journée aurait pu si bien commencer.

avatar
16/04/2015 I 10791 Aneurin Barnard Alex Tempêtueuse :) & AVENGEDINCHAINS & Lux Aeterna Cuisinier - Aide soignant 724
- Hit the Road -


Sujet: Re: It always starts with little things [PV Taël]
Mer 18 Oct - 22:17


Ikoku & Taël @AnAngryAndHungryGoat


Les yeux tout ensommeillés il quitta l'abri éloigné de Rose, à qui il venait de laisser le petit James pour qu'elle puisse veiller dessus, le temps qu'il fasse le tour des enclos et du jardin potager. Il baillait à faire fuir les corneilles car il trouvait difficilement le sommeil avec le môme qui s'agitait une bonne partie de la nuit. L'enfant réclamait encore régulièrement sa mère. Et comme ça fendait le cœur de Tael d'évoquer le départ de cette dernière il préférait le prendre dans ses bras et le cajoler jusqu’à ce que le marchand de sable ait raison de l'enfant. Ses nuits constellées lui manquaient cruellement, mais il se consolait en remarquant que le climat se rafraîchissait à nouveau. Très bientôt la saison froide les rattraperait. Sans doute pourrait-il organiser le printemps prochain des nuits à la belle étoile en compagnie du petit. Il serait alors plus âgé et plus apte à saisir la beauté du moment. De plus quand le bouclé arrivait à se dégoter quelques heures de liberté, désormais il les utilisait à ramener du bois pour la future cabane de Gamora. Et il restait pas mal de boulot pour qu'il comprenne comment la bâtir tout en se servant de l'apprentissage octroyé par la piquante rousse Pikuni Nahyri. Le cuisinier s'arrêta aux cuisines pour y emprunter quelques biscuits cuits la veille, qu'il destinait à sa Glamazelle préférée, celle acceptant les caresses et le contact au point qu'il se demandait même si elle ne le suivrait pas si on venait à la laisser en liberté.

Son regard inspecta le garde-manger toujours impeccable grâce aux petites mains adroites de Thaïs, ainsi que l'aide bienvenue et salvatrice de Rachel. Sans elles et quelques petits aides de passage encore jeunes qui cherchaient leur voie, il ne s'en sortirait pas. Surtout qu'il ne voulait pas abandonner le rôle dont on le pourvoyait, le portant tous les jours avec fierté. Celui de s'occuper de la vie du camp au mieux de ses capacités. Il devait donc régulièrement désormais se décharger de sa complète implication dans les cuisines. Tael y demeurait néanmoins encore très présent, il n'eut pu abandonner sa passion aussi vite, le jeune homme savait qu'il y reviendrait quand il maîtriserait beaucoup mieux son emploi du temps. Bref un peu éreinté il clopinait sur le sentier qui menait vers les animaux. Il croisa quelques poules qui s'emmêlèrent dans ses jambes avant de s'enfuir un peu plus loin. Les gourmandes elles désiraient sans doute une ration supplémentaire de grains. Il éternua sous l'odeur forte des fleurs qui s'ouvraient grâce aux rayons matinaux de l'astre du ciel. Il crut entendre un léger bêlement non de lui. Des hallucinations auditives, à moins que ce fut un agneau sauvage fraîchement né et bien trop entreprenant ? Mais non ! Taël écarquilla les yeux sous le choc en visionnant tout le troupeau ou presque qui se pavanait en dehors des clôtures ! La belle affaire, il se rappela ce jour ou Lou fut poursuivi par les cochons sauvages, ça ne pourrait pas être aussi compliqué que cette fois-là tant qu'il garderait son calme.


Leurs petites brebis se montraient généralement assez coopératives, certainement qu'elles se trouvaient bien avec eux, choyez, nourries et un bel abri pour l'hiver. Bon c'est sur quelques-unes disparaissaient de temps à autres quand les chasseurs ne parvenaient pas à ramener assez de gibier ... Mais on les conservait surtout pour leur lait, élément essentiel qui rendait leur vie un peu plus agréable. Alors toi vas-y que je te pousse par la bas, et toi par ici ... Doucement, tranquillement on y arrivera, surtout en faisant semblant d'aller chercher de la bonne nourriture. Qui donc avait pu oublier de refermer cette barrière ? Lui hier au soir ? Un autre venu avant lui à l'aube ? Le bouclé devrait enquêter. En refermant la barrière derrière la dernière il se fit la réflexion que cette impression de facilité clochait. Il manquait ... Le Bouc ! « Merde ! » Pourvu qu'il ne se fut pas rendu dans les cultures pour en profiter et les piétiner complétement. Il s'élanca vers le terrain, séparé par une petite haie des différentes barricades, pour ce qu'ils considéraient comme leur "bétail" ... Constatant avec effroi le carnage. Et le fameux animal qui trônait au milieu visiblement très fier de ses œuvres. Avec celui-là les manœuvres s'avéraient beaucoup plus compliquées. Alors qu'il réfléchissait à ses différentes options, le débarqué crut apercevoir un tissu au milieu des feuillages des arbres qui bordaient le seuil du lieu cultivé. Plutôt bon grimpeur il hésita à rejoindre celui qui se perchait la haut en désespoir de cause. Tael décida de passer sur le côté afin que la bête ne le remarque pas pour vérifier de quoi il retournait.

Le bouclé imaginait que s'il osait un signe dans la direction de la silhouette ça éveillerait l'intérêt du cornu. Et avant toute chose il désirait se rendre compte par ses propres yeux que la personne ne souffrait d'aucun trauma ou blessure sérieuse. Par miracle il réussit à se déplacer de façon plutôt silencieuse, truc apprit dans les affreuses geôles rahjaks, et se dirigeant vers le grimpeur? il reconnut Ikoku. Adorable et douce cultivatrice qu'il affectionnait sans réellement la connaître. Agile comme un singe il entreprit de se hisser le long du tronc de l'arbre voisin pour s'adresser à la jeune fille. Le cuisinier se doutait qu'à la moindre tonalité la bestiole reprendrait son assaut. Autant se mettre à l'abri pour pouvoir échanger dans le but de  trouver des solutions ou de s'assurer que La demoiselle ne flancherait pas trop vite sous une branche trop fragile. A première vue, Tael ne remarqua pas de sang et tâcha de lui offrir un grand sourire rassurant « Dis donc en dirait que notre bouc t'a forcée à faire quelques exercices dès le matin, comment vas-tu ? Il ne t'a pas blessée au moins ... Ou piétinée .... Ou balancée par terre ? En arrivant pour les nourrir j'ai constaté que la barrière était restée ouverte ... » Et pour le moment il ne se permettrait d'accuser personne, pour ce qu'il en déduisait il pouvait tout aussi bien être le responsable « Tu as peut-être une idée de qui est arrivé ? Et sinon penses-tu pouvoir encore rester longtemps accrochée à cet arbre ? » Après il faudrait deviser de la meilleur manière de régler tout ça ... Parce que personne ne viendrait ici avant au moins une heure ou deux.
En ligne

avatar
15/09/2017 'kokou 100 Lee Ji-eun / Cultivatrice 89


Sujet: Re: It always starts with little things [PV Taël]
Dim 5 Nov - 20:56

Elle s'était attendue à voir tout un tas de personnes, bien qu'elle ne soit pas proche de grand monde au sein du campement après toutes ces années, mais la silhouette de Taël reconnaissable entre mille fut à la fois source de soulagement et d'une certaine gêne. Non pas qu'il soit du genre à être mesquin ou même méchant, bien au contraire, mais c'est qu'elle se trouvait dans une situation si ridicule à ses propres yeux qu'elle avait honte que ce soit lui qui la voit ainsi et pas un autre de ses camarades. Semblant se faufiler comme une ombre, le cuisinier su éviter le bouc qui était visiblement encore occupé avec les légumes, au grand désespoir de Ikoku qui vit s'approcher le bouclé, clignant des paupières en le voyant grimper dans l'arbre jouxtant le sien. Il venait s'enquérir de son état, attention qui ne manqua pas de la toucher et de dissiper partiellement l'agitation qui l'étreignait jusqu'alors. Secouant négativement la tête, la jeune femme soupira doucement, offrant un sourire penaud à celui qu'elle voyait comme un bon camarade.

- Non je n'ai rien, j'ai réussi à courir jusqu'ici et à grimper avant qu'il ne m'attrape.

Le rose de la honte monta à ses joues et elle fit la moue, jetant un regard inquiet en direction du potager avant de reporter son attention sur Taël, se demandant bien qu'elle idée il pouvait avoir derrière la tête tandis qu'elle resserrait sa prise autour du tronc.

- Je peux rester ici aussi longtemps qu'il le faudra, en fait je... je suis bloquée.

Avoua-t-elle en essayant de garder contenance malgré son air dépité qui revenait à la charge et qu'elle baissait la tête en direction du sol, fixant ce dernier comme s'il se trouvait à cent mètres de haut au lieu de deux. Il lui semblait que l'arbre grandissait et que la terre ferme s'éloignait d'un seul coup, si bien qu'elle préféra relever les yeux vers le bouclé et tenter de lui sourire, penaude.

- Tu crois qu'il va finir par partir ? Peut-être que si on attend assez longtemps, il va se lasser et aller voir les chèvres. Ou s'il a soif aussi, il voudra partir.

Même si cela signifiait rester coincés dans leurs arbres pendant plusieurs heures, bien que concernant Taël il n'y ai aucune difficulté pour en descendre, étant monté par ses propres moyens dans les branchages.
 

It always starts with little things [PV Taël]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Flavia Albina ¤ Real things in the darkness seem no realer than dreams...
» Help seems to always come late when it comes at all. We are in deep trouble
» Le Patronat Haitien aux Travailleurs “C’est à Prendre ou à Laisser”

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: welcome to hell :: Le campement des Cents-