Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Start of time ☾ HARLAN&NADJA
maybe life should be about more than just surviving


avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 572 Felicity Jones alahoz (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 22
— caught in the middle —


Sujet: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Ven 13 Oct - 12:23

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
start of time


Nadja & Harlan

There's a ghost upon the moor tonight. Now it's in our house. When you walked into the room just then. It's like the sun came out.
28 Mai 2117 ☾ Agitation permanente avec laquelle elle doit gérer en permanence. Après avoir été contrainte de faire face aux dégâts causés par le tremblement de terre, le médecin doit maintenant jongler avec ses patients, son rôle de membre de Conseil et les préparatifs d’un déménagement de grande ampleur. Tout prévoir. Ne rien oublier. Envisager toutes les possibilités. Toutes les alternatives. Anticiper les solutions aux problèmes qui pourraient se poser. Elle s’épuise à penser à tout. Au pire, surtout. S’évertue à envisager chaque éventualité. Pour mieux saisir toutes les opportunités. Le temps qui défile devant ses prunelles attentives et marque son passage d’épreuves aussi intenses que dangereuses. Périls d’une vie qu’elle n’aurait jamais pensé connaître. Existence linéaire perturbée par des interférences restées secrètes pendant longtemps. Trop longtemps. Aujourd’hui dans la confidence, Nadja use ses nerfs à porter le poids de toute une communauté sur ses épaules. Au delà de son rôle purement médical, elle prend sur elle chaque jour pour affronter les responsabilités qu’elle s’octroie seule. Mission qu’elle s’est donnée d’unifier les camps, apporter des solutions tant bien que mal. Malgré les réticences de ses supérieurs.

Dévouée à sa tâche, la brune prend chaque étape du processus très à coeur. Entière et franche, elle a tout naturellement pris la direction des opérations se déroulant à l’infirmerie. L’un des premiers postes à être transféré sur le nouveau campement, en cas de besoin. En cas de nouvelle catastrophe. Elle délègue avec peine certaine tâches. La salle de soins soudainement pleine de volontaires. Déplacer le matériel est ce qui va leur prendre le plus de temps. Le stock de médicaments étant cruellement bas, les étagères tristement aérées, le reste devrait être bien plus rapide. L’esprit scientifique et logique de Nadja reprend immédiatement le dessus, elle prend les choses en mains. Donne les directives pour que rien ne soit perdu sur le chemin. Inventorie chaque objet, chaque outil avant de le laisser quitter l’endroit pour rejoindre leur nouvel établissement. Et le temps qui file à une vitesse folle, sans crier gare. Prolonge les efforts de manière indéterminée, pour tout le campement. Déjà plusieurs semaines qu’ils se préparent à quitter ce terrain pour rejoindre le suivant. Se préparent à l’exode qui devrait aider leur situation complexe, leur éviter des dangers. Et c’est l’impatience qui commence à tirailler ses nerfs de glace.

Concentration interrompue brusquement quand un garde pénètre l’enceinte de l’infirmerie. Nadja relève la tête, fronce les sourcils. L’inquiétude qui la prend naturellement au ventre en voyant l’homme entrer dans son domaine. Espère que rien ne soit arrivé à l’extérieur. « - Un terrien demande à voir Adelaïde », annonce-t-il en s’approchant de la médecin. Il doit certainement déjà connaître la réponse à sa requête et s’attend à ce qu’elle prenne la relève. Comme elle le fait déjà au quotidien. Une requête qui ne la laisse pas indifférente. Si le terrien en question demande expressément à voir son mentor, c’est qu’il doit avoir une bonne raison de le faire. Et cette simple pensée la rassure. Elle pense déjà savoir de qui il s’agit mais ne dit rien de ses soupçons. « - Elle n’est pas disponible, je vais m’en charger » Peu de risques si le garde a pris la peine de venir la quérir. Autre élément qui la conforte dans sa première intuition. Elle abandonne sa tâche précédente, et emboite le pas du gardien jusqu’à la frontière du campement. La matinée est déjà bien entamée et retrouver la lumière extérieure l’éblouit pendant de longues secondes. La vue retrouvée, elle se met à suivre de près la sentinelle  et distingue peu à peu la silhouette qui l’attend à l’entrée du camp.

« - Harlan, c’est bien ça ? » Elle n’a pas oublié le nom du Naori dont Adelaïde lui a parlé. Suivant les recommandations de sa mentor lui instiguant de faire confiance à ce terrien en particulier. D’un signe de tête affirmatif, elle demande aux gardes de laisser son interlocuteur entrer, pénétrer dans l’enceinte de leur désormais ancien campement. « - Adélaïde est occupée pour le moment. Elle m’a beaucoup parlé de vous. Je suis Nadja, la médecin du campement » Présentation rapide, pour l’instant. Ne pas tout révéler sur son rôle est un choix volontaire. Mais l’occasion de tout dire viendra pas rapidement. « - À quoi devons-nous votre visite ? » Nadja s’adoucit du mieux qu’elle peut. Laissant derrière elle l’amertume de certains jours. L’occasion est trop belle pour la laisser passer. Dialoguer avec Harlan est tout ce qu’elle recherche, tout ce qu’elle souhaite depuis qu’elle a pris connaissance de son existence. Elle compte bien profiter de l’avantage qui lui est offert.
(c) DΛNDELION

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7452 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 695
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Jeu 19 Oct - 21:33

Ce sont les échos des sentinelles qui t'alertent et attisent ta curiosité et, oui, une certaine forme de peur aussi. Elles parlent de mouvement dans le campement des skaikru plus récemment débarqués, de grande agitation depuis quelques jours, certains affirment même que cela dure depuis quelques semaines. Ton esprit pessimiste ne peut s'empêcher d'échafauder les pires théories pour expliquer ce remue-ménage. Se préparent-ils à développer leur technologie néfaste ici ? À reproduire ce qu'ils avaient là-haut, lassés de cette Terre trop naturelle à leur goût ? Tu sais que de nombreuses choses leur manquent, tu en as eu les échos de la part de Tennessee et Alaska, même si tu ne comprends pas exactement toujours de quoi il s'agit, certains concepts sont trop abstraits pour toi, trop éloignés de ta réalité. Mais tu sais que si certains se sont adaptés, acclimatés à la Terre, ce n'est pas le cas de tous, et tu sais que certains rêvent encore de retourner à leurs habitudes, à leurs outils, à toute cette modernité que tu exècres par principe.

La pire possibilité, celle que tu n'as pas envie d'envisager mais à laquelle tu te dois de te préparer, est l'éventualité d'un renforcement de leurs troupes en vue d'un début d'hostilités. Désormais qu'ils sont installés, désormais qu'ils ont plus ou moins acquis ces terres sur lesquelles ils se sont écrasés, veulent-ils s'étendre ? Ce serait naturel, leur colonie est grande, elle peut rivaliser avec un village terrien, et ils ne sont pas tombés dans les terres les plus riches. Mais toute expansion risque de se faire à vos détriments, risque d'empiéter sur vos terres, sur vos principes. Et s'ils mettent la Terre en danger à nouveau ? Et s'ils commencent à vouloir tuer des vôtres ? Les jeunes skaikru se sont après tout lancés dans le combat armé contre les tribus de l'ouest, ont tué des Athnas, des Calusas, des Pikunis. Pourquoi leurs adultes seraient-ils différents ? Pourquoi vous épargneraient-ils ?

Alors tu te dois d'avoir le coeur net. De voir ce qu'il se passe réellement ici, de savoir ce qu'il se trame. Tu préviens le Conseil avant de te mettre en route vers leur campement, les remarques acides de Rowena et les regards mécontents de Caleb te restant en mémoire. Tu essaies de faire des efforts, de parler. Ce n'est pas facile et ce n'est pas du tout dans ton mode habituel, mais tu essaies de ne plus faire de vagues. De toute façon, tu as été clair sur tes intentions quant aux Skaikru : tu ne veux pas de guerre, tu ne veux pas de mésentente. Tu les vois comme des alliés davantage qu'autre chose et si c'était possible, tu souhaiterais davantage de coopération entre vos deux clans. Mais jusqu'à présent, leur Conseil est resté assez hermétique à un rapprochement quelconque entre vous, excepté pour Adelaide. Et tu n'as pas vu Adelaide depuis tellement longtemps que tu ne sais pas si son opinion a changé, si elle est même toujours là. Mais tu te dois d'essayer, au moins, tu te dois de tenter d'établir une connexion. Malgré ce que peuvent penser les autres de toi, tu n'as pas une nature foncièrement belliqueuse, tu veux simplement protéger les tiens. Tu utilises la paix autant que possible, mais tu n'es pas contre un recours à la force ou à des tactiques plus malhonnêtes, s'il le faut. C'est ce qui fait la différence entre eux et toi.

Quand, quelques heures après ton départ, tu arrives en milieu d'après-midi près de leur campement, tu te fais rapidement repérer par leurs gardes. Tu restes de marbre tandis que tu montres ton absence d'armes, et que tu déclines ton identité et annonces ton souhait de parler à Adelaide. Voir ton homologue te semble être encore la plus sage décision à prendre : tu la connais, tu sais qu'elle a un rôle équivalent au tien. Sûrement pourra-t-elle t'éclairer et t'expliquer ce qu'il se passe, apaiser tes doutes quant à la situation actuelle ?

Tu éprouves un certain soulagement quand le garde, après une certaine hésitation, finit par obtempérer. Un autre le remplace bientôt pour te surveiller, et son regard t'examine et semble presque comme un poids physique tandis que tu attends, avec une apparence sereine mais en réalité une certaine anxiété intérieure, que le premier garde ne revienne. Tu sais qu'il est entièrement possible que ce ne soit pas Adelaide que tu rencontres, que tu ne tombes dans un piège, mais tu oses espérer que les relations entre vos deux camps sont suffisamment cordiales pour éviter tout débordement. Pour t'empêcher de t'attarder sur ces pensées noires, tu détailles du regard les alentours, tu notes qu'il y a effectivement un certain affairement, plus de mouvement qu'il n'est coutumier pour un jour normal dans un village. Quelque chose a l'air de se préparer, mais quoi ?

Finalement, tu vois la silhouette de l'homme qui revient vers les abords du camp, mais tu ne reconnais pas le visage qui le suit. Pas Adelaide, dans ce cas. Tu es partagé entre appréhension et curiosité. Tu ne vois pas davantage d'hommes armés, c'est plutôt bon signe. Peut-être Adelaide est-elle simplement occupée ailleurs ? C'est ce que tu espères, même si il aurait été plus simple de discuter avec quelqu'un que tu connais déjà. Cette femme semble avoir une certaine forme d'autorité et elle semble proche de ton âge. Peut-être sera-t-il plus facile de lui parler ?

Tu es surpris que l'étrangère connaisse ton nom, mais tu hoches tout de même la tête quand elle demande si c'est bien toi Harlan. Ce n'est pas la première femme du ciel que tu croises, et certains parmi eux connaissent ton statut parmi les Naoris. Peut-être ces informations ont-elles été retransmises ?

Elle semble faire signe aux gardes de rester en retrait, et tu t'approches avec une certaine précaution vers le camp. Mais tu restes définitivement en-dehors des limites de celui-ci, ne souhaitant prendre aucun risque.

Tu as désormais un nom et une fonction à associer au visage de l'étrangère. Nadja, médecin. Un détail que tu gardes précieusement en mémoire – tout point d'accroche te semble bienvenu. La femme brune confirme qu'Adelaide est occupée, et elle te demande rapidement ce que tu fais ici. Tu réponds calmement :

« Nos sentinelles ont rapporté qu'il y avait beaucoup de mouvement autour de votre campement. J'étais curieux. »

Et méfiant, même si tu tais cette information. Tu ne t'attendais pas forcément à des préparatifs de guerre, mais toute agitation n'est pas forcément bonne, et tu sais que l'agitation dans le désert ne présage jamais rien de bon. Tu ne connais pas aussi bien les Skaikru que les Rahjaks et tu peux moins aisément prévoir leurs mouvements que la paranoïa d'un Roi Arkhip dans l'ombre duquel tu vis depuis ta naissance.

Tu penches légèrement la tête sur le côté et ajoutes d'un ton poli, mais inquisiteur :

« Vous avez l'air d'avoir entendu parler de moi, mais je ne pense pas vous connaître. »

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 572 Felicity Jones alahoz (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 22
— caught in the middle —


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Jeu 26 Oct - 10:54

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
start of time


Nadja & Harlan

There's a ghost upon the moor tonight. Now it's in our house. When you walked into the room just then. It's like the sun came out.
28 Mai 2117 ☾ Le front qui se plisse quand les prunelles neurasthéniques distinguent finalement la silhouette masculine. Visiteur inattendu mais plus que bienvenu. Du moins, du point de vue de la scientifique qui s’impatiente de rencontrer le terrien depuis des semaines. Depuis qu’Adelaïde lui a parlé de lui, lui faisant clairement comprendre qu’elle lui avait accordé sa confiance et qu’en tant que nouveau membre du Conseil de l’Odyssée, Nadja devrait en faire de même. Inutile de le lui répéter deux fois. Un allié tel que lui est tout ce qu’elle attendait. Tout ce dont elle avait besoin pour mettre en place sa stratégie. Atteindre son objectif principal qu’elle espère encore salvateur. Et qui reste indispensable à ses yeux si leur communauté veut réellement survivre. Cette visite n’aurait pas pu mieux tomber. Elle salue intérieurement l’initiative du Naori qui leur offre ainsi une occasion précieuse de se rencontrer enfin officiellement. Une opportunité en or pour Nadja qui compte bien en profiter jusqu’au bout et du mieux qu’elle peut.

Regard autoritaire vers les gardes pour leur instiguer de ne montrer aucune hostilité envers leur visiteur et de le laisser entrer. L’hésitation dont il fait preuve, Nadja la juge légitime et elle ne peut pas lui en vouloir de préférer rester en retrait dans les premiers instants. Elle choisit de se présenter d’abord rapidement, pour dissiper les doutes, rétablir l’égalité en lui offrant un nom à disposer sur son visage. Visage éreinté par l’agitation des derniers temps. « - En effet, oui. Les nouvelles circulent rapidement, à ce que je vois » Léger sourire, presque imperceptible, venant ponctuer le ton plus léger qu’elle s’efforce d’employer. Elle éprouve le besoin irrépressible de prendre ses distances avec les gens autour, avec le campement en ébullition. Il faut qu’ils s’éloignent, trouvent un peu de tranquillité. Loin des yeux et des oreilles indiscrètes. Nadja ne veut surtout pas avoir de comptes à rendre. Elle s’approche légèrement du terrien, à pas lents. Soucieuse de ne pas l’effrayer.

« - Je suis une proche d’Adélaïde, c’est elle qui m’a parlé de vous. J’étais impatiente de vous rencontrer », répond-elle simplement au ton inquisiteur employé par le Naori. Justification sincère. En tous points honnête. « - Il est vrai que j’ai l’impression de vous connaître alors que je ne suis qu’une inconnue pour vous. Mais j’espère remédier à cela rapidement » Pour le bien de leur future potentielle collaboration, Nadja se veut plus loquace qu’à son habitude. Elle se fait bien moins vindicative, bien moins sarcastique que d’ordinaire. Désireuse de montrer au visiteur sa réelle volonté d’instaurer des échanges cordiaux et bénéfiques pour leurs deux clans. Leurs vies en dépendent. Celles des Odysséens plus que celles des terriens, il est vrai. Mais au fond, Nadja est persuadée que la science et le savoir ramené du ciel peut apporter beaucoup aux peuples de la Terre également. Et elle compte bien user de ses capacités personnelles pour faire valoir ses convictions.

« - Allons marcher un peu, si vous le voulez bien », propose-t-elle en lui indiquant la direction à suivre d’un signe de la main. Une promenade de bonne entente le long des limites du campement. Un terrain neutre pour avoir tout le loisir de parler librement, sans risquer d’infliger des regards de travers de la part de certains à Harlan. Des Odysséens encore trop fermés d’esprit pour accepter une collaboration terrienne, qui risqueraient de mettre en péril son initiative. L’opinion de Nadja n’étant pas encore partagée par tous, elle ne fait pas tout à fait l’unanimité, encore moins au sein du Conseil. Un risque qu’elle n’est définitivement pas prête à prendre. « - Je tiens à vous rassurer. Ce ne sont pas des préparatifs de guerre dont vous avez entendu parler », commence-t-elle en marchant, le regard droit vers l’horizon. Le ton est à la fois formel et amical, le timbre est clair. La médecin largement adoucie par cette visite. Une précision qu’elle juge nécessaire pour apaiser la tension palpable et rassurer son hôte.
(c) DΛNDELION

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7452 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 695
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Lun 6 Nov - 15:19

Tu notes la fatigue sur les traits de l'étrangère – Nadja – et tu te demandes la raison de celle-ci. Est-elle naturelle ? Omniprésente ou au contraire, récente ? Est-elle le résultat de cette agitation qui secoue le campement et qui est parvenue jusqu'à vos oreilles ? Ce sont toutes des questions que tu te poses, mais tu les gardes pour toi. Certainement auras-tu une réponse en temps voulu.

Nadja ne semble pas s'offusquer que les nouvelles vous soient parvenues, elle ne dément pas. Tu prends cela comme un signe positif. Car assurément, si ces préparatifs devaient vous nuire aurait-elle cherché à nier leur existence. Ça te soulage, quelque peu.

Quand l'autre médecin s'approche de toi, tu restes en place, attendant simplement avec une certaine curiosité le prochain mouvement. Tu ne perçois pas d'hostilité et sûrement, si elle avait réellement voulu te faire du mal, saisir les gardes aurait été plus aisé. À la mention d'Adelaide, ton masque se craquelle quelque peu, laissant apparaître une certaine surprise, et, oui, peut-être un peu de joie, à entendre que vraisemblablement ton homologue est toujours présente et doit apparemment bien se porter. Et qu'elle ait parlé de toi de façon positive à quelqu'un qui lui est proche.

« Oh, je vois. » Un sourire fleurit sur tes lèvres, en entendant l'enthousiasme de l'autre médecin. « J'en déduis qu'elle se porte bien, c'est un soulagement. Et j'espère apprendre à vous connaître également, dans ce cas. » réponds-tu sincèrement.

Si elle a une certaine forme d'autorité, tisser de bonnes relations avec Nadja ne peut qu'être bénéfique pour vous. Et au moins, tu penses pouvoir déjà mieux la comprendre avec les connaissances que tu as acquises auprès d'Alaska. Tu seras moins prompt à juger directement, comme tu l'as fait avec Adelaide. Alors, c'était la première échouée de ce nouveau peuple que tu rencontrais, et tu possédais encore de très nombreux préjugés au sujet de ces Odysséens. Au fil de tes rencontres avec d'autres membres de leur groupe, tu as fini par réviser certaines de tes idées. Si encore beaucoup d'aspects de leur vie ou de leur culture te laissent interdit, tu sais mieux désormais ce que tu peux attendre d'eux, et surtout, ce qu'ils ne sont pas. Tu espères simplement que la majorité de ces skaikru correspondent en effet à ce peuple qui ne demande qu'à vivre en paix sur la terre dont ils ont toujours rêvé, comme on te l'a laissé entendre.

« Bien sûr, je vous suis. » acquiesces-tu quand Nadja te propose d'aller marcher un peu. Tu supposes qu'il s'agit d'une façon détournée de vous éloigner de la présence des gardes et possiblement d'avoir une conversation plus discrète. S'agit-il d'un sujet sensible ? Tu ne peux qu'établir des hypothèses et tu préfères observer les environs plutôt qu'échafauder des théories sur des sujets auxquels tu trouveras peut-être réponse sous peu. Tu notes les barrières, les gardes, les limites du campement. Tu notes l'organisation et la structure de leurs bâtiments, construits à la hâte semble-t-il, autour de la carcasse de leur imposant et impressionnant vaisseau. Tout cela, tu ne peux que le voir que dans les endroits où les barrières sont plus fines, plus rudimentaires, mais cela te renseigne déjà davantage sur ce qu'il se passe. Tu ne notes pas un afflux plus important d'hommes à l'allure de soldats, et cela te rassure. Peut-être sont-ils ailleurs, cachés, mais ta première impression n'est pas celle d'un campement qui se prépare pour la guerre.

Tes soupçons sont confirmés par Nadja à peine quelques minutes plus tard, et tu ne retiens pas le léger soupir de soulagement qui s'échappe de tes lèvres. Oh, bien sûr, elle pourrait te mentir, mais tu ne le penses pas. Pour une fois, ton naturel pessimiste et méfiant semble être endormi, et tu es porté à croire que Nadja dit la vérité. Tu n'as après tout aucune preuve pour étayer l'hypothèse d'une guerre imminente. De plus, contrairement aux jeunes skaikru et les tribus de l'ouest, les relations entre vous et ces récents échoués du ciel n'ont jamais été teintées de réelle hostilité. Peut-être l'entente n'est-elle pas parfaite ou pas aussi bonne qu'elle pourrait l'être, et tu sais que certains Naoris restent méfiants vis-à-vis de ce peuple des étoiles, Caleb au sein du Conseil, notamment, mais vous n'avez jamais été ennemis, au moins.

« Puis-je demander de quels préparatifs il s'agit, dans ce cas ? Il semble qu'il s'agisse d'un changement de grande envergure. Même si cela me rassure que vous ne prévoyez pas de conflit dans le futur immédiat. »

Tu ne peux rien dire sur le futur lointain. Tu es peut-être moins méfiant, mais tu n'as jamais été idéaliste ou optimiste.

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 572 Felicity Jones alahoz (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 22
— caught in the middle —


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Mar 14 Nov - 18:02

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
start of time


Nadja & Harlan

There's a ghost upon the moor tonight. Now it's in our house. When you walked into the room just then. It's like the sun came out.
28 Mai 2117 ☾ Les premiers pas sont rapides, au-delà des limites du campement. Rapides pour s’éloigner tout aussi vite des regards indiscrets. Rapides pour obtenir cette tranquillité voulue sans attendre. Les suivants sont bien plus lents, maîtrisés. Bien plus ancrés dans le sol à mesure que la médecin guide son visiteur le long des frontières du terrain que sa communauté va bientôt quitter. Laissant la fatigue latente endormie derrière des airs cordiaux, la brune ne se fait pas prier pour saisir l’occasion d’une pause entre deux patients et l’organisation du déménagement imminent de tout leur matériel. Bien décidée à saisir l’occasion qui lui est donnée de nouer des liens avec les Naoris, et celui qui lui rend visite aujourd’hui en particulier. Léger rictus à peine perceptible ancré au coin des lèvres, le yeux plissés pour les protéger d’une lumière trop bute, la scientifique n’a aucun mal à se remémorer les paroles de sa mentor à l’égard d’Harlan. Elle les a soigneusement gardées en mémoire, chaque précision, chaque détail, chaque mot prononcé par Adelaïde est resté gravé, dans l’optique q’un jour enfin, les recommandations de son aînée lui soient utiles. Patience récompensée.

La bonne volonté démontrée par le terrien la rassure. Suivant les pas de la chirurgienne sans protester, Nadja ne tire que des bonnes conclusions des premières impressions laissées par le ténébreux. « - Pour vous répondre, Adelaïde va très bien, en effet. Tout comme sa fille », précise-t-elle dans le simple but de répondre au besoin de curiosité du visiteur. Il n’était pas venu pour elle, après tout, mais bien pour voir Adelaïde. S’il n’a montré aucune déception en voyant Nadja l’accueillir en lieu et place de son mentor, il a tout de même le droit de savoir que son interlocutrice passée se porte bien. « - Vous ne l’avez pas vue depuis longtemps, je crois ? » Trop longtemps, peut-être. Mais à partir de maintenant, et selon la manière dont cette entrevue se finira, Nadja compte bien reprendre le flambeau et organiser des rencontres plus régulières avec le Naori. Faire évoluer leurs relations de la bonne manière et tout ce qui compte vraiment pour elle. Certains y voient de l’opportunisme. Elle ne voit que de la diplomatie. Un instinct de survie.

Elle ne tarde pas à rassurer définitivement son hôte sur les véritables raisons de la grande agitation qui régit leur campement ces derniers temps. Elle lève la tête un instant vers l’homme bien plus grand qu’elle et constate son soulagement. Continuant d’avancer vers le bois alentour, la médecin se détend peu à peu, ne désirant dégager que des bonnes ondes envers son potentiel nouvel allié. La question qu’il formule est non seulement logique mais légitime. Et elle aurait certainement finit par lui livrer la réponse même s’il ne l’avait pas posée. « - De grande envergure, le mot est faible… », commence-t-elle par faire remarquer. Le ton est amical, le timbre est clair. Aucune intimidation dans la voix mais le seul désir de ne pas écourter prématurément l’entrevue, pour quelque raison que ce soit. « - Notre campement actuel ne répond plus à nos besoins. Il est même devenu dangereux pour beaucoup au fil du temps alors après des mois de recherches, nous allons enfin le déplacer. Nous déménageons vers un autre camp plus sécuritaire, plus grand aussi », répond-elle sans trop en dire.

« - Nous ne sommes pas là pour nous battre, vous savez » Elle continue sur sa lancée. Rassure une fois de plus le visiteur en parlant pour elle, mais pour les siens aussi. « - Notre Conseil est méfiant, certaines personnes dans nos rangs également. Mais je crois que tout le monde est tout à fait conscient qu’une guerre aurait des conséquences bien trop importantes. Bien trop graves » L’amertume présente dans la voix quand elle pense à ses supérieurs au sein du Conseil qui ne souhaitent en aucun cas traiter avec les terriens. Restant résolument repliés sur eux-mêmes, sans chercher à s’intégrer, ne pensant qu’au peuple du ciel quand toute une civilisation a survécu sur Terre envers et contre tout. Elle baisse les yeux une seconde. Presque honteuse de représenter à ce moment précis, des personnes comme Clare ou même le Chancelier, qui la feraient sans doute taire s’ils savaient ce qu’elle vient de dire à celui qu’ils considèreraient comme un ennemi. C'est certainement pour cette raison également, qu'elle se garde encore de préciser qu'elle fait partie, de ce même Conseil. « - Vous comprenez maintenant d’où vient tout le remue ménage dont vous avez entendu parler. C’est un chamboulement pour nous tous et la réorganisation prend du temps. Plus de temps que prévu, certainement », ajoute-t-elle dans un demi-sourire à peine voilé. Détendre l’atmosphère après les aveux tout juste formulés. Retrouver une forme de légèreté au beau milieu de la nature.
(c) DΛNDELION


Dernière édition par Nadja Wolkoff le Lun 4 Déc - 17:40, édité 1 fois

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7452 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 695
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Mar 21 Nov - 16:20

Tu avais hésité, avant de prendre la route vers ce campement. Te demandant si ce voyage était risqué, si le potentiel danger en valait la peine. Car jusqu'à présent, toutes vos rencontres avec ces Odysséens s'étaient faites en terrain neutre, jamais trop près de leur campement. Voir Tennessee aux abords de votre village t'avait déjà alerté, et tu avais promptement éloigné la jeune femme de l'arbre de vie, pour poursuivre votre discussion. Malgré le certain degré de confiance acquis, tu restais quelqu'un de fondamentalement sceptique et méfiant. Les hypothèses négatives te venaient plus naturellement, ton esprit cartésien s'échinant à envisager les pires scénarios pour se préparer à toute éventualité. Anticiper, devancer l'adversaire, le battre avant qu'il ne fasse son mouvement. Un jeu d'échecs que tu maîtrisais, trop bien peut-être, tant qu'on te laissait seul, libre de tes mouvements. Cependant, la réalité t'avait rattrapé. L'aspect humain, celui que souvent tu négligeais ou oubliais, t'avait rattrapé. L'irritation t'avait gagné, en voyant que les autres ne comprenaient pas que ce que tu faisais était pour le bien de la tribu, que ce que tu faisais n'était pas dans un but égoïste. Encore une fois, on méprenait tes actions. Parce que tu pensais sur le long terme, parce que tu haïssais l'échec. La faiblesse.

Mais on t'avait mis face à tes erreurs, brutalement. Fait tomber de ton piédestal, arraché les voiles de tes yeux. Les mots acides, tombés en cascade, les reproches qui écornaient ta carapace. Le doute. L'horrible doute, celui que tu avais toujours voulu éviter, celui contre lequel tu te croyais protégé. Et tu avais dû réaliser que non, tu ne valais pas mieux que les autres. Que, non, tu n'avais pas le droit de décider seul de la vie d'autant de gens. La gifle, plus dure psychologiquement que physiquement, avait été assénée, le réveil avait été douloureux et depuis, tu faisais profil bas. Évitant les décisions polémiques, les écarts. Tu avais pris du recul, avais tenté de voir les choses sous un autre angle. Alaska t'aidait en cela, peut-être sans qu'elle ne s'en rende compte. T'offrait une nouvelle vision, plus nuancée, moins agressive ou pessimiste, des événements. Alors, tu étais venu à ce campement, en dépit du risque, après avoir soupesé la décision. Parce que tu espérais que tout se passerait bien. Parce que tu espérais qu'il n'y aurait pas de nouveau sang versé, simplement.

Tu n'avais pas l'habitude d'avoir de l'espoir.

Pourtant, c'était cela que tu ressentais, quand Nadja confirma qu'Adelaide allait bien, ainsi que sa fille. Ton sourire s'adoucit, en entendant ces mots.

« Je ne savais pas qu'il s'agissait d'une fille. Cela doit faire plus d'un an que je ne l'ai pas vue, oui. » Si longtemps, quand tu l'avais en réalité si peu connue. « Je comprends qu'il n'était pas facile pour elle de se déplacer et que je n'étais pas spécialement...bienvenu, ici. » ajoutas-tu, le ton prudent.

Même si Adelaide avait demandé si tu pouvais l'assister lors de son accouchement, tu t'étais heurté aux préjugés de ces étrangers, à leur méfiance, te voyant refuser net l'entrée de leur campement. Tu pouvais le comprendre. Après tout, tu n'autorisais pas plus les Skaikru à pénétrer dans l'enceinte de votre village. Et tu te rappelais que lors de votre première rencontre plus ou moins officielle avec eux, quand vous leur étiez venu en aide pour affronter l'hiver, une femme de leur groupe avait sous-entendu que la nourriture que vous apportiez pourrait être empoisonnée. Ça avait été vexant, profondément agaçant, mais tu savais que cette réaction était légitime et naturelle. Après tout, tu n'étais pas toi-même le plus enclin à mettre ta vie entre les mains de personnes que tu ne connaissais pas.

Vos pas se dirigeaient vers la forêt, et même si ta curiosité se plaignait quelque peu de ne pouvoir observer le campement comme tu le souhaitais, tu appréciais ce détour plus naturel. La forêt avait toujours été ton ultime refuge. Peut-être était-ce également le cas pour Nadja ? Car tu remarquais que la médecin semblait elle aussi plus à l'aise, plus loin du campement, ses épaules, moins rigides. Tu observais ces changements sans pour autant attirer l'attention sur eux – ce n'était pas ta place.

Tu écoutas attentivement Nadja, tandis qu'elle révélait la raison de tout ce remue-ménage. Et tes sourcils se haussèrent légèrement, en entendant qu'ils déménageaient. En soi, ce n'était pas une si grande surprise, tu avais toujours supposé qu'ils tenteraient de se joindre aux enfants des étoiles arrivés plus tôt, mais plus d'un an s'était écoulé, et tu avais fini par penser qu'ils étaient là pour rester. Tes pensées se tournèrent un instant vers Alaska. Voudrait-elle les rejoindre, désormais qu'ils changeaient de campement ? Il te faudrait certainement la prévenir, ne serait-ce que pour la tenir au courant de l'évolution des siens.

« Je comprends ce besoin, vous n'avez pas échoué dans la partie la plus sûre de la forêt. » acquiesças-tu. Les marécages n'étaient pas si proches, mais tout pouvait déborder à n'importe quel moment, suite à des pluies violentes, et une telle eau pouvait apporter des maladies. Tu ne dis rien sur tes propres pensées quant à cette carcasse de métal. Tu te rappelais encore le sifflement hurlant, quand ce monstre avait échoué du ciel, déchiré l'azur de ses flammes. Pour toi, il s'agissait davantage d'un signe de malheur qu'autre chose, et quitter ces décombres serait probablement mieux. À moins qu'ils ne souhaitaient emporter ceux-ci avec eux ? Tu n'en savais rien, et tu imaginais que tu te heurterais à un silence pesant si tu posais cette question, peut-être trop sensible. La technologie restait un avantage qu'ils avaient sur vous, il serait fou de le perdre. Même sans être en guerre.

Peut-être devinait-elle le chemin de tes pensées, peut-être était-ce simplement un hasard, mais Nadja te rassura bientôt sur le fait qu'ils ne souhaitaient pas d'une guerre. Tu pouvais sentir l'amertume dans sa voix quand elle avoua également que leur Conseil restait méfiant, ainsi que la population. Des choses dont tu t'étais douté, sans en avoir une confirmation pour autant. Tu hochas la tête, comprenant la situation.

« J'ignore si Adelaide vous l'a dit, ou bien d'autres Odysséens, mais mon clan est pacifique. » expliquas-tu, tandis que quelques branches mortes craquelaient sous vos pas. « Nous cherchons à éviter les conflits le plus possible, c'est pourquoi je suis venu m'assurer que vous ne vous prépariez pas à prendre les armes, comme les jeunes de votre peuple l'ont fait avant vous. » Ton sourire se fit un peu triste, un peu contrit. « Il y a également des voix qui s'élèvent contre vous, chez nous, même si elles sont en général minoritaires. Je n'étais moi-même pas très favorable à votre arrivée, avant de mieux vous connaître. » Tu ajoutas cette dernière phrase en tournant ton regard vers Nadja, avant de reporter ton attention vers le chemin qui se portait devant vous. « Pendant des générations, on nous a appris à détester la technologie et nous en méfier, appris que ce sont les machines et la cupidité des hommes qui ont détruit la Terre, il est difficile d'oublier ces leçons. »

Tu laissas un souffle t'échapper, tentas de retrouver un ton plus léger, voulu par ton homologue.

« J'espère que déménager vers un nouveau campement vous sera bénéfique et ne sera pas trop difficile. » Tu avais envie de poser davantage de questions, savoir combien de gens allaient être déplacés, où ils se rendaient, mais tes interrogations seraient probablement jugées trop invasives. « Avez-vous besoin d'une aide quelconque que nous pourrions peut-être apporter ? » demandas-tu à la place, tournant un regard interrogateur vers l'autre médecin.

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 572 Felicity Jones alahoz (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 22
— caught in the middle —


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Ven 1 Déc - 17:40

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
start of time


Nadja & Harlan

There's a ghost upon the moor tonight. Now it's in our house. When you walked into the room just then. It's like the sun came out.
28 Mai 2117 ☾ Des premiers mots échangés naturellement. Rien ne présage un retournement de situation en leur défaveur. Ça la rassure, Nadja. De voir que leur discussion semble prendre un tournant appréciable pour leurs deux tribus. Leurs deux clans. Ça la rassure de savoir qu’elle n’a pas pris la mauvaise décision. Qu’Adelaïde avait visiblement raison. Une fois de plus, pourrait-elle ajouter. Il semble que la capacité de jugement de son mentor soit bien plus affutée que celle de beaucoup d’entre eux et elle se demande encore pourquoi l’aînée à décidé de lui céder sa place au sein du Conseil. La portée de sa voix n’est pas assez puissante. Pas autant que celle d’Addie a pu l’être par le passé. La médecin peine à se faire entendre et quand elle tente une approche différente, on la renvoie au placard. Un poste qui la frustre. La déstabilise. Elle ne veut que le meilleur pour son peuple, tout comme les autres membres du Conseil mais ces derniers n’écoutent pas. N’entendent pas ses appels du pied. Un rapprochement avec les terriens semble pourtant à la fois nécessaire et inévitable. Ce sont eux, les Odysséens, les intrus, après tout. Eux qui ont atterri sur une terre qu’ils avaient autrefois abandonné et la méfiance des tribus terriennes, Nadja l’a toujours jugée légitime, au fond.

Les initiatives discrètes, inconnues de ses supérieurs, sont tout ce qui lui reste. Pour mettre quelque chose en place. Et les mettre devant le fait accompli, puisque la méthode douce ne semble pas fonctionner. Ils ne peuvent plus rester les bras croisés et vivre en autarcie complète est possible, certes, mais pas sur le long terme. Viendra un moment où des échanges seront absolument indispensables pour leur survie à tous et établir des liens solides avant que cette date fatidique et encore imprécise n’arrive pourrait les sauver. La scientifique en est persuadée. Il semble qu’elle ne soit pas la seule à partager cette conviction puisque c’est Adelaïde même qui l’en a convaincue. Et parler d’elle et de sa fille avec le Naori a quelque chose de doucereux. Presque apaisant. « - Elle ressemble beaucoup à sa mère. Je suis certaine qu’Adelaïde ne manquera pas de vous la présenter dès qu'elle en aura l'occasion », une promesse qu’elle lui fait. Ils se reverront et ce sera dans d’autres conditions. Parce qu’elle le veut. Parce que c’est ainsi que cela doit se passer. « - J’aimerais qu’il en soit autrement, croyez-moi » Il a raison lorsqu’il pense ne pas être le bienvenu. Sa présence pourrait faire se lever des voix contraires à ce qu’elle veut démontrer. Donner une occasion aux antagonistes d’un rapprochement entre terriens de se faire entendre. Et ça, elle ne peut se le permettre.

La compréhension dont il fait preuve après des révélations attendues achève de soulager la chirurgienne qui ne perçoit en effet aucune once d’agressivité en l’homme qui marche à ses côtés. Ses yeux divaguent, alternent entre la silhouette désormais connue et l’environnement qui les entoure. Un environnement qu’elle apprend à apprécier de jour en jour, à force de le côtoyer. Elle l’apprivoise au fur et à mesure, bien qu’elle n’ait eu que très rarement l’occasion de sortir du campement, encore moins de s’en éloigner. « - D’autant plus que nous avons récemment subi des dommages qui nous ont poussés à trouver un meilleur endroit pour recommencer à vivre. Tout reste à faire bien sûr, mais c’est un début » Il faut bien commencer quelque part. Et un nouveau camp est certainement la meilleure chose qui pourrait leur arriver maintenant. Apportant avec lui son lot d’imprévus et de désillusions, mais toutes ces choses font partie de la beauté de l’action. Il n’y qu’en restant les bras croisés à rien faire que l’on ne risque rien. Et ce n’est pas dans le tempérament de son peuple.

« - Je comprends très bien la méfiance qui peut subsister par rapport à notre arrivée. Et personnellement, j’ai tendance à penser que c’est à nous, les derniers arrivés sur Terre, de faire nos preuves. Et pas l’inverse » Nouvelle confidence faite au rythme des pas qui les guident encore un peu loin des frontières du camp que l’on distingue de moins en moins à travers la sylve. « - Les hommes ont causé leur propre perte, c’est indéniable. Ils ont abandonné cette planète après l’avoir dévastée et comptaient sans doute la retrouver telle qu’ils l’avaient laissée. Mais la technologie - et la science de manière générale - peut avoir du bon, je vous assure » Elle l’ajoute dans un demi-sourire. C’est un débat sans fin dans lequel elle s’engage mais reste persuadée qu’il peut avoir du bon. Échanger avec Harlan est peut-être la discussion la plus intéressante qu’elle ait eue depuis longtemps. « - Je travaille tous les jours à ce que les opinions changent à propos des terriens, et notamment à propos de votre tribu. J’espère obtenir des résultats convaincants rapidement » Elle s’engage sur une pente glissante. Totalement incertaine de ce qu’elle peut ou ne pas dire. Peut ou ne pas faire. Mais elle se battra. « - J’apprécie énormément votre offre mais vous avez déjà été d’une grande aide pour nous l’hiver dernier », explique-t-elle en tournant la tête vers son hôte à plusieurs reprises. Les yeux baignés par la considération. Puis, tout en réfléchissant, la brune s’arrête, faisant craquer quelques branches sous son poids. « - Pour être tout à fait franche, il y a une chose que vous pourriez faire. Je suis médecin, j’ai appris à soigner les gens dans le ciel, à l’aide de cette technologie que nous n’avons plus ici et je désespère d’apprendre comment vous combattez les maux avec les ressources dont vous disposez sur Terre » Un cri du cœur. Un dernier recours. Un dernier espoir. Une requête presque déguisée mais profondément honnête. Elle pense déjà à ce qu’elle pourrait offrir en retour. Échange équitable. « - Je suis certaine que je pourrai moi aussi enrichir vos connaissances », ajoute-t-elle. Aucune prétention dans la voix. Comme un rappel. Un rappel de ce qu’elle est. De ce qu’elle peut être. De ce qu’elle peut faire. Faire pour eux.
(c) DΛNDELION

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7452 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 695
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Dim 10 Déc - 20:22

Les mots tombent, s'égrènent des lèvres de Nadja. Ce sont des informations de seconde main, pâles en comparaison de ce que tu aurais pu avoir, ce que tu aurais pu connaître si la méfiance n'avait pas été de mise entre vos camps, mais tu sais que tu n'auras pas mieux, et tu dois t'en satisfaire. Tu sais que ton homologue ne te doit rien, que ces paroles sont déjà rares, précieuses. À toi de les apprécier à leur juste valeur, même si, tu le crains, le futur qu'elles évoquent n'est qu'hypothétique. Tu ne pourrais être moins sûr d'un jour revoir Adelaide. Mais tu dois t'en satisfaire. Les gens vont et viennent, et si c'est avec Adelaide que tu as noué le premier contact important avec ces hommes et femmes du ciel, Nadja semble être plus que disposée à reprendre ce rôle et tu ne peux en être que reconnaissant.

Tu ne réponds qu'avec un sourire aux mots de Nadja. Il est inutile d'épiloguer sur une rencontre qui n'arrivera peut-être jamais. Et ce blocage auquel tu as fait face fait désormais partie du passé. Peut-être souffrirais-tu de tels obstacles encore aujourd'hui. Certainement, d'ailleurs. Mais c'est à vous de travailler et de faire en sorte que vos peuples se comprennent davantage, se tolèrent davantage. Si vous travaillez à deux, c'est possible, songes-tu.

L'atmosphère est calme entre vous, sereine. C'est étonnant que tu te sentes déjà à l'aise avec Nadja, alors que tu la connais à peine. Peut-être est-ce dû à la présence d'Adelaide, qui semble flotter au-dessus de votre conversation, peut-être est-ce simplement parce que vous vous trouvez des intérêts communs. Mais il est plaisant de ne pas être face à une certaine méfiance, ou d'être directement traité comme un étranger dangereux. Tu as davantage l'impression d'être traité comme un égal, plutôt qu'un potentiel ennemi avec lequel parlementer, et c'est un changement plutôt bienvenu, à tes yeux.

Tu l'écoutes attentivement tandis qu'elle te parle de dommages subits récemment. Tu te demandes d'où ils ont pu provenir, s'il s'est agi d'un phénomène naturel ou s'il y a eu des soucis internes au campement, ou encore s'ils ont eu affaire à des ennemis extérieurs. Tu ne penses pas qu'il s'agisse de la dernière option – elle te paraît peu probable – mais tu ne peux écarter toute éventualité. Cependant, tu préfères ne pas poser de question, il s'agit de leurs problèmes internes, ça ne te regarde pas.

« Au moins cela vous permettra de prendre un nouveau départ. De vous détacher de ce qu'il y avait de mauvais dans votre ancien campement. »

Tu n'as jamais été le plus croyant des Naoris, mais il y a toujours eu en toi cette croyance que certaines mauvaises choses peuvent polluer un endroit, une personne. Un esprit qui reste, un esprit corrompu, qui n'a pas pu trouver de salut. Il y a eu beaucoup de morts, tu crois, lors de leur arrivée sur Terre. Elle ne s'est pas déroulée comme prévue. C'est ce que tu as appris, à demi-mot, au fil de discussions avec d'autres Odysséens. Alors, serait-il si fou d'imaginer qu'il reste quelque chose de mauvais, là-bas ? Quelque chose de hanté ? Tu es quelqu'un de profondément attaché à tes racines, au passé auquel il t'est difficile de te décrocher. Mais tu sais qu'il est parfois sain de laisser partir certaines choses, pour mieux avancer. Tu penses que quitter cette sinistre carcasse de métal serait probablement le mieux à faire pour les Skaikru. Cette structure lugubre t'a toujours personnellement quelque peu mis mal à l'aise. Trop d'inconnu, trop de choses que tu ignores. Trop de menaces dans le noir.

Les propos de la jeune femme te surprennent. Tu n'aurais pas cru que les Skaikru reconnaîtraient devoir faire leurs preuves, s'adapter. Jusqu'à présent, tu as surtout eu l'impression que cette adaptation était une obligation, parce qu'ils n'avaient pas le choix, qu'ils ne pouvaient pas retourner là-haut. Mais aucun skaikru que tu as rencontré n'a vraiment reconnu que vous étiez là avant, que c'étaient vos règles qui avaient préséance. C'est inattendu, mais c'est quelque chose que tu interprètes de façon positive. Surtout si, comme tu le penses, Nadja détient une certaine autorité auprès des siens.

« Je suis soulagé de vous entendre dire ça. » avoues-tu, avec un mince sourire. Tu acceptes le refus de ton offre sans broncher. C'est tout à leur honneur si ces Odysséens essaient de se débrouiller seuls. Cela veut dire qu'ils peuvent peut-être enfin être totalement indépendants. C'est une grande avancée. Ton regard se fait pensif, tes lèvres se pincent quand la médecine et la technologie sont évoquées. « Je sais que tout n'est pas mauvais dans la technologie et la science. Que votre...médecine est plus avancée que la nôtre. Qu'il y a beaucoup de maladies que vous avez éliminées. » Tu restes terriblement envieux du fait que les maladies communes avaient été éradiquées, là-haut. Que les gens ne mouraient pas des maux d'hiver, quand les corps fatigués par le froid ne parvenaient plus à résister et succombaient à des toux violentes, des fièvres. Des maux simples, mais qui emportent les plus fragiles d'entre vous chaque année. Les personnes âgées, les enfants, les nouveaux-nés. Et savoir qu'ils ne souffraient pas de ça, dans les étoiles...Oui, tu les envies. « Mais ça reste...comme un danger. Quelque chose qu'il ne vaut mieux pas toucher. Je ne sais pas si vous comprenez. »

Tu sais que tout le monde ne pense pas comme toi. Que certains Naoris, plus aventureux, ont essayé de voler certains de ces objets étranges, de découvrir comment ils fonctionnaient. Mais tu es un traditionaliste, et toute ta vie, on t'a appris que la modernité était le mal incarné. Il est difficile pour toi de changer de point de vue, même si ton avis se fait maintenant plus nuancé. La peur reste là malgré tout, enracinée dans tes croyances.

Tu affiches un air un peu surpris à la demande de Nadja, mais tu te retrouves rapidement à hocher la tête. Tu peux sentir l'urgence de la requête, le désespoir qui teinte ses mots. Il serait cruel de refuser ça. Tu ne penses même plus en terme de profits, désormais. D'échange pour gagner quelque chose.

Quand as-tu commencé à changer ?

« Bien sûr, je peux vous aider. Est-ce que vous connaissez un peu les plantes et herbes médicinales ou pas du tout ? » Tu sais qu'Alaska en maîtrisait une petite partie, mais il s'agissait surtout d'un savoir purement théorique. Tu l'as déjà vu confondre des plantes qui se ressemblaient, ou en toucher certaines qui étaient dangereuses. Ils n'avaient pas la nature, là-haut. Ils ne doivent pas vraiment connaître tout ce que Gaïa peut donner. Et toutes ces histoires de composants chimiques et de formules te perdent totalement, les concepts sont trop abstraits pour toi. Peut-être que Nadja pourrait mieux t'expliquer ? « Je vous apprends, et vous m'apprenez. » finis-tu, avec un fin sourire.

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 572 Felicity Jones alahoz (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 22
— caught in the middle —


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Dim 21 Jan - 18:24

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
start of time


Nadja & Harlan

There's a ghost upon the moor tonight. Now it's in our house. When you walked into the room just then. It's like the sun came out.
28 Mai 2117 ☾ La prudence règne entre les deux guérisseurs. Elle la sent comme peser au dessus de leurs têtes. C’est en sentiment étrange qui l’empêche de se livrer complètement. À raison ou à tort, elle n’est pas capable de le dire avec certitude pour le moment. Bien qu’elle fasse confiance à Adelaïde, elle ne peut pas s’empêcher de rester sur ses gardes. Les réponses qu’elle lui livre sont mesurées. Elle ne peut pas se permettre de trop en dire, au risque de mettre en péril sa position si cette entrevue non approuvée revenait aux oreilles du Conseil. D’autant plus que s’il est vrai que le druide partage son envie de rassemblement des peuples, il ne doit certainement pas faire l’unanimité au sein de son propre peuple. Tout comme Nadja est loin d’avoir convaincu ses supérieurs hiérarchiques quand il s’agit d’entrer en contact avec les terriens. Prudence, donc. Bien qu’elle soit sincèrement encline à partager avec son alter-ego. Un partage qu’elle pense salutaire et pus que nécessaire.

Tout au long de leur chemin, l’esprit de Nadja reste en ébullition. Elle ne s’attendait pas à rencontrer Harlan aujourd’hui. Ne s’attendait pas à avoir cette opportunité en or à ce moment précis. Elle attend une occasion de faire le premier pas vers le peuple Naori depuis longtemps maintenant. Et à présent que cela arrive enfin, sans qu’elle n’y soit préparée plonge la scientifique dans un état proche de l’effervescence. À mi-chemin entre l’excitation d’accomplir enfin la mission qu’elle s’était donnée à titre personnel et la peur d’oublier quelque chose d’important. Mais étrangement, la conversation se fait de manière plutôt naturelle entre les deux médecins et cela la rassure, elle ne le cache pas. Elle dissimule ses craintes derrière un visage apaisé et enclin à la diplomatie. Module sa voix en fonction de celle de son interlocuteur, pour ne pas paraître plus vindicative qu’elle ne peut l’être d’ordinaire.

« - Oui, je crois que c’est un mal pour un bien au fond. Un nouveau départ ne peut qu’être positif. Enfin, je l’espère », lâche-t-elle dans un souffle contrôlé. Elle a déjà hâte d’en avoir fini avec ce déménagement de grande envergure alors qu’il vient à peine de commencer. Les Odysséens ne sont pas au bout de leurs peines pour déplacer tout ce qu’ils emmènent dans l’endroit où ils ont choisi d’élire leur nouveau domicile. Nadja non plus. Superviser le déménagement de l’aile médicale du vaisseau lui demande énormément de temps et d’énergie. Heureusement, elle n’est pas tout à fait seule dans cette entreprise puisque sa mentor ne manque pas de lui apporter son aide dès qu’elle en a l’occasion. L’expression du soulagement d’Harlan arrache un léger sourire à la médecin qui apprécie de marquer quelques points auprès du druide. Chacune de ses paroles est sincère et l’impression de pouvoir exprimer son opinion sans détour avec cette homme qu’elle ne connaît que d’après un portrait tiré par une autre finit par la gagner.

« - Je comprends tout à fait votre point de vue, tout comme vos craintes. En tant que chirurgienne, je vois surtout le bon côté de la technologie et tout le bien qu’elle peut faire mais je partage votre opinion. Certaines dérives sont à éviter » Elle ne peut le nier. Mais quoi qu’il en soit, la question n’est pas vraiment d’actualité, du moins pas pour le moment. Le peu de technologie qu’ils ont pu ramener sur terre est rudimentaire et leur priorité pour l’instant n’est pas aux évolutions technologiques ultra poussées. Survivre est le seul objectif dans leur ligne de mire. Quand elle s’arrête pour formuler sa proposition, elle joue quitte ou double. Mais la scientifique n’a plus rien à perdre. Soit elle parvient à le convaincre et ils sont tous les deux gagnants, soit il refuse et elle trouvera une autre solution. Plus longue, plus compliqué, plus dangereuse, peut être. Mais elle trouvera. Et alors qu’elle se prépare déjà mentalement à encaisser un refus, Harlan accepte son offre. Sans discuter, sans rien demander de plus en retour que ce qu’elle lui a proposé. Un échange de bons procédés.

« - Je vous apprendrai tout ce que je peux vous apprendre », articule-t-elle doucement. Comme une promesse. La confirmation qu’ils viennent bien de faire affaire ensemble. Une négociation facile. Bien plus facile que celles qu’elle mène avec les autres membres du Conseil. « - Nous avons un accord dans ce cas ? » Nadja ne peut cacher sa satisfaction. Elle s’approche de nouveau du druide en lui tendant la main pour valider définitivement l’échange, pas certaine qu’il comprenne le sens de cette initiative. « - Quand voulez-vous commencer ? », demande-t-elle finalement, impatiente et satisfaite de cette entrevue. Elle ne veut pas pousser sa chance et laisse tout le loisir au druide de choisir le moment de leur première leçon. Bien qu’au fond, elle espère commencer sur le champ. Si l’imprévu pouvait lui réserver des surprises comme celle-ci tous les jours, elle se lèverait le matin beaucoup plus sereine.
(c) DΛNDELION

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7452 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 695
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Ven 9 Fév - 22:14

Tu as toujours eu un peu de mal à te défaire de tes idées premières, de tes expériences passées. Elles font partie intégrante de toi, ont forgé ton caractère, ton comportement face à certaines situations. Tu juges sur ce que tu connais, ce que tu as vu, vécu. Et si ces expériences ont été mauvaises, elles sont ancrées plus profond dans ta psyché, se teintent d'une amertume, d'une colère ou d'un mépris qu'il t'est difficile d'effacer. Tu sais que tu as toujours eu tendance à être prisonnier du passé, à garder vivaces de vieilles rancunes, à juger sur des choses révolues depuis longtemps, qui n'ont parfois plus lieu d'être. C'est dans ton caractère, et tu sais que pour beaucoup, c'est un défaut. Tu es terriblement buté, tu changes difficilement d'avis et tu freines des quatre fers si tu rencontres une chose qui te déplaît.

Pourtant, tu as dû apprendre à évoluer, avancer. Ce n'est pas toujours facile pour toi, de te débarrasser de tes préjugés, de tout ce que tu as appris depuis ton enfance. D'apprendre à devoir composer avec des éléments nouveaux, des idées inédites. Tu es plutôt ouvert et tolérant, mais tu restes quelqu'un de profondément méfiant par nature, et cela se ressent souvent dans tes interactions. Tu ne dévoiles que rarement ce que tu penses, si tu crois que cela peut être utilisé comme une arme contre toi. Tu veux être intouchable, toujours.

Or, tu ne peux le nier, tes idées sur les Odysséens ont profondément évolué depuis ta première rencontre avec eux. De possiblement dangereux ennemis, ils sont passés à d'étranges nouveaux voisins dont tu ne savais réellement que faire. Et désormais, tu aurais peut-être davantage tendance à les considérer comme de potentiels alliés, au même titre qu'une autre tribu terrienne, comme les Pikunis. Le changement a été graduel, progressif, mais il t'étonne toi-même, quand tu t'y attardes plus longtemps, quand tu songes à quel point cet avis change de tes habitudes. Mais cela s'explique surtout par le fait que chacun de tes préjugés a été démantelé, petit à petit, au fil de discussions avec ces gens venus du ciel. Tu as réalisé qu'ils sont bien moins barbares, bien moins destructeurs que tu ne l'aurais cru de prime abord. Même si tu es têtu, tu es capable de réviser tes jugements.

Tu sens qu'avec Nadja, la confiance totale n'est pas encore là. Il y a des choses que vous préférez taire, d'un côté comme de l'autre, et c'est normal. Mais tu es porté à la croire, porté à avoir foi en ses dires, ses convictions, ses propositions. Elle te paraît trop sincère. Son désespoir, trop vibrant pour être feint. Et tu es peut-être parfois cruel, quand tu penses que c'est encore la meilleure façon de te protéger ou de protéger les intérêts de ta tribu, mais tu ne veux pas l'être dans ce cas-ci.

« Je peux comprendre. On m'a parlé de l'utilisation de votre technologie en médecine. Je n'ai pas tout compris, parce que certaines de ces choses sont beaucoup trop abstraites pour moi... » Tu admets ceci avec un sourire qui tient peut-être un peu plus de la grimace que tu ne le souhaites. Tu n'as jamais aimé ne pas être le meilleur dans ton domaine. « ...mais je sais qu'il y a eu beaucoup de progrès, beaucoup de bien pour les malades et les blessés, malgré tout. » Malgré la guerre qui a tout détruit, malgré les leçons qu'on vous a appris sur les armes et la cupidité des hommes et leurs machines destructrices. Comme tout terrien, tu as peur de ces machines cracheuses de feu, faiseuses de mort, qui sont indissociables de l'idée que tu te fais de la technologie. Mais tu sais que tout n'était pas mauvais. C'est simplement difficile de voir au-delà de ce que tu as pris pour sûr toute ta vie. « N'y a-t-il aucun moyen pour vous de retrouver ces savoirs ? » Tu ignores comment tout cela fonctionne, tu te doutes que c'est lié à l'électricité dont Tennessee t'a parlé, mais le concept te paraît toujours trop abstrait, trop étrange.

Un sourire étire tes lèvres quand Nadja affirme qu'elle t'apprendra tout ce qu'elle peut. L'accord est simple, sans fioritures. C'est agréable, de ne pas subir mille négociations, de ne pas les assortir de conditions. Tu peux gérer la diplomatie, mais ça n'a jamais été ta partie préférée dans ton rôle de conseiller.

Tu vois cette main tendue, et tu te rappelles qu'Adelaide avait fait le même geste pour conclure un accord. Le parallèle te fait sourire. Cette fois-ci, tu es préparé à la signification de cette poignée de main, quand tu l'acceptes. « Oui. » réponds-tu simplement, pour confirmer l'accord. Tu hausses un sourcil, devant son ton impatient. Ma foi, vous êtes entourés par la nature, n'est-ce pas ? Et c'est là ton meilleur terrain d'apprentissage. « Ça ne me dérange pas de commencer de suite, si cela vous dit. J'ignore à quel point vous connaissez les plantes médicinales qu'il y a ici. » Ton regard se promène sur les environs, avant de revenir vers Nadja. À elle de t'éclairer sur les zones d'ombre de son apprentissage.

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 572 Felicity Jones alahoz (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 22
— caught in the middle —


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Mar 20 Fév - 19:00

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
start of time


Nadja & Harlan

There's a ghost upon the moor tonight. Now it's in our house. When you walked into the room just then. It's like the sun came out.
28 Mai 2117 ☾ Ce sont des milliers de questions qui se bousculent dans son esprit. Des centaines d’interrogations qu’elle traîne en elle depuis son arrivée sur Terre. Des dizaines choses laissées en suspend, auxquelles elle n’a jamais eu le temps ou l’occasion de trouver des solutions. Des milliers de questions auxquelles Harlan semble posséder les réponses. Du moins, pour la plupart d’entre elles. Car la plupart d’entre elles concernent tout ce qu’elle n’a jamais appris. Tout ce qu’elle n’a jamais su ou compris. Puisque les problématiques auxquelles elle était confrontée dans ce qu’elle appelle sa précédente vie, étaient finalement bien différentes de celles auxquelles elle doit faire face aujourd’hui. S’adapter est encore une étape en cours pour la chirurgienne. Tant qu’elle ne maîtrisera pas parfaitement son nouvel environnement, elle ne la considérera pas comme acquise. Et le Naori peut sans doute l’aider à accélérer ce processus.

L’aura qu’il dégage la rassure. Ils ne sont pas si différents, au final. Ils n’ont certes pas vécu sur la même planète et n’ont pas été éduqués de la même façon, ils n’ont pas connu les mêmes choses et n’ont pas été confrontés aux mêmes situations. Mais leurs caractères se sont certainement forgés dans le même ciment. C’est ce qu’elle perçoit de cette conversation cordiale qu’ils peuvent avoir. C’est peut-être pour cette même raison que la confiance semble s’installer plus naturellement qu’avec une autre personne. En plus du fait qu’Adélaïde les relie, même de loin. « - Exactement. La technologie, au sens scientifique du terme, nous a permis d’éradiquer de nombreuses maladies que nous pensions devoir subir. C’est là tout son paradoxe j’imagine. Elle peut aussi bien soigner que détruire. Tout dépend des personnes qui l’utilisent. Et de leurs intentions » Elle le constate dans un soupir. Cette affirmation ne date pas d’aujourd’hui et sa propre histoire confirme ses dires.

La question formulée par Harlan lui paraît étrange pendant quelques secondes. S’inquiète-t-il vraiment qu’un jour ils puissent retrouver leur puissance passée ? Ce serait totalement légitime, quand elle y pense. Mais aussi dévastateur pour les terriens que pour le peuple du Ciel. Elle ne le souhaite pas, au final. Les voir survivre, s’adapter à leur environnement, et l’améliorer dans les limites du raisonnable. Ça oui. Mais pousser les améliorations à l’extrême et recommencer leurs erreurs passées. Jamais. Elle connaît le prix à payer pour de telles dérives. Elle a été assez chanceuse pour ne pas avoir à les vivre de plein fouet. Et ne compte pas changer cela. « - Je ne crois pas, pour être honnête. En tous cas, pas sur le court ou même moyen terme ». La voix reste claire, la déception est absente. Ce n’est peut-être pas si terrible que ça. Pas si elle trouve le moyen de pallier à ses lacunes. Ses manques de connaissances, à elle. Pas si elle peut se débrouiller autrement qu’avec tout ce qu’elle a toujours connu.

L’accord semble être plus que juste. Aux yeux de la médecin, il l’est, en tous cas. Nadja ne dissimule pas son sourire naturel en tendant une main certaine vers le Naori. Presque surprise quand il accepte de la serrer pour sceller ce contrat particulier. « - Parfait », soupire-t-elle doucement, dans un souffle presque imperceptible. Juste pour se rassurer. « - J’ai quelques heures devant moi, autant ne pas perdre de temps », acquiesce-t-elle sans même y penser. Elle ne sait pas quand elle aura une nouvelle occasion de rencontrer Harlan. Les jours, les semaines, les mois sont trop précieux pour les laisser passer sans en apprendre d’avantage dès qu’elle le peut. Elle n’a pas de temps pour ça. « - Mon niveau en botanique est proche du néant, j’en ai bien peur. Tout du moins, en ce qui concerne la flore terrestre actuelle », elle grimace en se pinçant les lèvres. Presque honteuse de l’admettre et se gratte la tête du bout des doigts et observant autour d’elle.

« - J’ai toujours entendu dire que la nature pouvait se montrer particulièrement rusée. En nous faisant passer des baies empoisonnées pour des fruits juteux ou des herbes médicinales incroyables pour des mauvaises herbes », commence la scientifique en esquissant quelques pas. Songeuse. « - J’imagine que ça, au moins, ça n’a pas changé ? » L’interrogation n’en est pas vraiment une. Elle se doute de la réponse mais démontre sa bonne volonté. Elle qui a toujours été une élève studieuse et appliquée, ne compte pas déroger à cette règle.
(c) DΛNDELION

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7452 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 695
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Dim 18 Mar - 17:49

Tu te demandes à quoi ressemble leur vaisseau. Comment leurs machines fonctionnent, comment elles les ont maintenus dans le ciel si longtemps, comment elles leur ont permis de respirer parmi les étoiles, comment elles leur ont pu soutenir la vie si loin des racines de la Terre. Ce sont des choses que tu comprends un peu mieux, car Alaska a eu la patience t'expliquer certaines de ces choses, mais tout reste terriblement abstrait, presque davantage relevant de la magie et du mysticisme qu'autre chose. Tu crois davantage en la réincarnation qu'en ces monstres de métal qui régissent la vie de ces étrangers, et tu n'es pas le Naori le plus croyant de ta tribu pour commencer. Il t'est difficile d'imaginer un monde entouré de métal, un monde stérile, mais qui a aussi eu ses avantages. Car ces gens-là n'ont-ils pas vaincu la maladie, retardé la mort ? Leur peau est lisse, loin des ravages que le temps ou la guerre ou l'atmosphère peut avoir sur vous. Ils vivent plus longtemps, portent moins les stigmates de la vie. Mais ils y sont moins préparés aussi, à la vie sur Terre. Tant de choses qu'ils connaissent et pourtant tant de choses qu'ils ignorent. Mais tu imagines que tu peux en dire de même pour vous.

Nadja te confirme tout le paradoxe de leur technologie. Qu'elle peut aussi bien soigner que détruire. Étrangement, tu songes que la Nature est peut-être similaire en cela. Qu'elle peut vous donner tant et tant, mais qu'elle peut tout ravager une fois en colère. Il n'y a qu'à voir le tremblement de terre pour ça ou encore les brouillards acides qui ravagent parfois vos cultures. Les catastrophes naturelles sont un élément à prendre en compte, une chose que vos prières tentent d'empêcher sans toujours y parvenir. Parfois, tu songes que la Terre ne veut pas vous écouter, qu'elle préfère juger sur vos actes que sur vos paroles. Ce n'est pas quelque chose de rassurant.

Tu te demandes s'ils peuvent retrouver tous ces savoirs. Égoïstement, tu te demandes aussi s'il est possible de retrouver cette technologie, de pouvoir en faire profiter les vôtres. Oui, tu la crains. Oui, tu préfères cent fois vos remèdes traditionnels, ceux dont tu sais l'efficacité, ceux dont tu as appris les propriétés et la confection alors que tu étais adolescent, ces gestes et ces secrets que tu enseignes à tes étudiants aujourd'hui, perpétuant le savoir de votre tribu. Oui, tout ça est vrai, mais ne peut-on te pardonner de songer à améliorer la qualité de vie de ton peuple ? Si ces étrangers ont la clé pour vaincre les maladies, prolonger la vie, peux-tu vraiment l'ignorer totalement par crainte de l'autre et de l'inconnu ? Même s'il est fort possible qu'ils utilisent également cette technologie pour détruire à nouveau, tu veux croire qu'ils ne feront pas ce choix. N'auront-ils pas autant à perdre que vous, si ce n'est plus ? Tu ne penses pas qu'ils puissent à nouveau échapper à toutes les horreurs qu'ils pourraient commettre, comme ils l'ont fait des décennies plus tôt. Ils n'ont plus qu'une seule solution, un seul endroit où vivre. Ils seraient fous de détruire la Terre à nouveau. Pas s'ils ne veulent pas se détruire eux-mêmes.

Tu te retiens de montrer ta déception en entendant que c'est peu probable pour le peuple du ciel de retrouver sa technologie. Peut-être est-ce mieux, d'un côté. La facilité n'a jamais été la solution.

« Dommage pour la médecine, dans ce cas. » réponds-tu avec un faible sourire. « Mais peut-être que vos savoirs peuvent tout de même servir, de façon théorique ? Nous avons surtout appris par la pratique et il y a pas mal de choses que nous avons perdu avec le temps. » Tu te rappelles cette conversation sur les principes actifs qui t'a rendu complètement confus. Aujourd'hui encore, tu n'as qu'une très vague idée de ce dont il s'agit. Mais il y a peut-être d'autres savoir théoriques qui peuvent vous aider, même si la technologie n'est pas là pour le faire.

Tu es un peu surpris, mais surtout amusé par l'enthousiasme de Nadja. Elle n'est pas ton étudiante, pas exactement, mais elle te fait étrangement un peu penser à Ashiri, ton apprentie. Peut-être cette même soif d'apprendre, cette entente immédiate qui te la rappelle ?

Tu prends en compte les informations qu'elle te donne et hoches la tête, tout en la suivant/menant vers un terrain un peu plus sauvage, où vous trouverez en effet des plantes médicinales. Difficile de donner cours sans elles. « Pas de souci, j'ai l'habitude d'enseigner les bases, ça ne me dérange pas. » réponds-tu, avec un sourire. Quand la jeune femme te parle de la nature trompeuse, tu es presque surpris du léger rire qui t'échappe. « En effet, il faut souvent faire attention à ce qu'on ramasse. Soit on apprend par essais et erreurs – mais cela peut s'avérer très dangereux avec des éléments toxiques – soit on suit ses supérieurs et on tente d'apprendre par coeur. Si ça peut vous rassurer, pratiquement tous les guérisseurs de ma tribu ont fini malade un jour ou l'autre en se trompant d'élément dans un remède lors de leur formation, moi y compris. »

Au moins, après pareille aventure, impossible de se tromper à nouveau entre deux plantes similaires. Avoir l'estomac barbouillé pendant des jours était une expérience suffisamment mauvaise en soi pour pousser à s'améliorer dans le domaine.

Tes yeux repèrent rapidement plusieurs plantes courantes, à seulement quelques pas de vous.

« Vous avez de la chance, c'est la belle saison et il y a beaucoup de plantes ou fleurs à récolter pour le moment. Vous pourriez peut-être même en planter quelques unes, là où vous irez. Elles peuvent parfois aussi servir d'aliment. » Tu te diriges vers les orties, puis les montres à Nadja. C'est une des plus faciles à trouver, après tout. « Celles-ci piquent et irritent quand vous les touchez à mains nues, mais vous pouvez récolter les feuilles et les bouillir et les manger ou les boire en infusion. Elles sont très nourrissantes, très bonnes pour les inflammations et nettoient le corps. Mais si vous avez des soucis de coeur, il faut éviter d'en prendre de façon concentrée, elles peuvent empirer la condition. » Tu donnes tes explications calmement, en fixant à la fois ton regard sur ta collègue et sur la plante. Tu désignes du doigt les feuilles et les dents qui entourent le lobe. « Il y a une autre plante qui lui ressemble beaucoup, mais qui ne pique pas et qui a des fleurs blanches. Elle sert plutôt pour les troubles des intestins. »


Spoiler:
 

avatar
01/10/2017 empty gold. aucun. 572 Felicity Jones alahoz (ava) - ASTRA (signa) - tumblr (gifs) membre du conseil, médecin et chirurgien de l'Odyssée. 22
— caught in the middle —


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Dim 8 Avr - 11:05

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
start of time


Nadja & Harlan

There's a ghost upon the moor tonight. Now it's in our house. When you walked into the room just then. It's like the sun came out.
28 Mai 2117 ☾ Sa curiosité définitivement piquée, Nadja observe machinalement les plantes serpentant autour d’elle. Bien consciente de l’opportunité qui lui est donnée d’améliorer les conditions de vie et surtout de soin du peuple qu’elle tente de protéger de son mieux. Si le Conseil ne veut pas l’écouter dans sa tentative d’approche des communautés locales, peut-être finiront-ils par entendre raison une fois devant le fait accompli. Une fois que le constat positif qu’ils pourront tirer de ce rapprochement sera tellement indéniable qu’ils ne pourront nier qu’elle avait raison. Bien qu’elle doute que ses supérieurs n’admettent jamais avoir eu tort, elle aura au moins eu le mérite d’essayer de toutes ses forces. Comme la mission qu’elle s’est donnée depuis leur arrivée sur Terre. Le Naori lui offre ce qu’elle a toujours cherché. La possibilité d’apprendre à dompter cette nature cruelle qu’elle ne connaît que trop peu. Apprendre à vivre avec elle, l’utiliser, sans jamais la détériorer. La mettre à profit pour assurer de meilleurs jours à ceux qu’elle protège.

Les deux guérisseurs semblent être sur la même longueur d’ondes. Nadja ne cautionne pas les agissements de ses prédécesseurs, passés ou présents. Elle s’efforce chaque jour de faire entendre son avis personnel sur de nombreuses questions. Un avis que d’autres partagent certainement. Mais trop peu encore, pour constituer une véritable majorité. La chirurgienne ne peut retenir un soupir, dommage pour la médecine, en effet. Surtout quand sa formation de docteur ne prend pas en compte un éventuel retour sur la terre ferme et ses particularités. Si c’était à refaire, la brune aurait sans doute été plus attentive en cours de botanique. À l’époque, personne ne pensait être contraint d’abandonner l’Odyssée. L’anticipation n’a visiblement jamais fait partie des points forts des hommes du ciel.

« - Certainement oui », répond-elle immédiatement au Naori. « - D’ailleurs, certains médicaments ont été élaborés de manière à reproduire les effets des plantes. Trouver ces équivalents actuels est la partie la plus difficile » Elle l’ajoute en plissant le front, concentrée. Suivant Harlan qui la conduit vers un terrain plus sauvage, plus susceptible d’être peuplé de ces plantes qu’elle recherche tant. Ça la rassure, de l’entendre dire qu’enseigner à une novice ne l’effraie pas. Elle qui peut parfois manquer de patience se trouve bien heureuse de faire face à quelqu’un qui en possède bien plus. L’histoire racontée par le Naori la fait légèrement grimacer, un sourire finit par apparaître sur son visage, tiraillé par la surprise de cette confidence. « - J’imagine qu’au moins la leçon est retenue, tant qu’il ne s’agit de rien de trop grave » Un léger rire échappe à ses lèvres alors qu’Harlan semble avoir repéré l’objet de ses convoitises.

Nadja se plonge dans un silence studieux. Observant attentivement chaque geste du guérisseur, puis les plantes qu’il lui désigne. Elle prend soigneusement des suggestions qu’il lui fait. Planter des végétaux aussi utiles que ces deniers pourrait en effet s’avérer être une idée judicieuse. Voire même indispensable, à terme. Et la décision doit être prise avant que les stocks de médicaments s’épuisent définitivement. L’oreille attentive de la scientifique ne perd pas une miette des informations précieuses divulguées par le guérisseur. Les prunelles sombres de la médecin détaillent la plante en question alors que sa mémoire entre déjà en action. « - Comment s’appelle cette plante ? », demande-t-elle sans attendre alors qu’elle se penche vers les feuilles si particulières du végétal. Désireuse de constituer son propre inventaire immatériel de la flore qui devrait lui devenir familière. « - Il faut que je revienne avec un botaniste », articule-t-elle en se relevant. Elle réfléchit déjà à la meilleur manière de transférer la précieuse plante sur leur nouveau campement. Les idées fusent dans son esprit. Elle commence à organiser mentalement les parcelles de terrain disponibles, le cerveau en ébullition devant les perspectives qui s’ouvrent à elle.

« - Il va falloir que nous organisions les plantations. Ces plantes sont une ressource trop importante pour la laisser au hasard. Nous venons seulement de commencer et vous m’avez déjà beaucoup aidée. Je vous dois un service indéniable », admet-elle en replongeant son regard dans celui du Naori. Il n’a peut-être pas encore conscience de la valeur de ce qu’il vient de lui apprendre mais cette seule révélation pourrait être d’une grande aide à la scientifique. « - Existe-t-il, à tout hasard, une plante capable de faire tomber la fièvre ? » Car c’est le plus grand mal qu’elle redoute. Celui qu’elle n’a jamais craint dans le ciel mais qui lui fait peur depuis qu’elle est sur Terre. Une fièvre est provoquée par une réaction défensive du corps mais la faire retomber peut considérablement améliorer l’état général d’un patient. S’il existe une plante capable de faire ça, Nadja en a besoin. L’hydrothérapie ne leur est pas permise pour le moment et son stock de médicaments ne sera pas éternel.
(c) DΛNDELION

Admin △ Underneath it's just a game
avatar
06/12/2015 Electric Soul Kayden Elwood & Einar Helgusson 7452 Jon Kortajarena Electric Soul & tearsflight Conseiller druide | Soigneur & orateur/diplomate Naori 695
Admin △ Underneath it's just a game


Sujet: Re: Start of time ☾ HARLAN&NADJA
Lun 7 Mai - 23:19

Les hommes du ciel ont peut-être leur technologie plus avancée, mais apparemment, ils doivent toujours dépendre des produits de la terre pour vivre. Ta collègue médecin t'apprend que certains médicaments ont été élaborés pour reproduire les effets des plantes. Tu imagines que c'est logique. Pourquoi inventer totalement une chose, produire quelque chose à partir de rien, quand la Nature est si inspirante, donne déjà tellement ? Ils n'avaient pas la terre sous leurs pieds, là-haut, mais ils avaient leurs souvenirs, ou du moins, tu le penses, et sans doute ont-ils construit là-dessus. Leur médecine n'a fait que palier au manque d'éléments naturels qu'ils possédaient là-haut. Un bien pauvre succédané de plante, chose vivante réduite à un bonbon à avaler.

Mais tu peux comprendre qu'il soit difficile de fabriquer sur seulement des souvenirs. Ou de la théorie. Leurs mots savants t'échappent, ne sont que charabia pour toi qui a appris par l'expérience, par la copie des gestes ancestraux. Tu n'envies pas la tâche de ceux qui ont dû se débrouiller avec si peu – ou du moins, tu le supposes – et qui ne savent plus l'origine de leurs remèdes, aujourd'hui.

« Je peux l'imaginer. Tout comme je serais incapable de distinguer vos médicaments. » réponds-tu, tandis que tu avances vers une parcelle plus sauvage, plus éloignée du campement. Tu peux au moins apprécier que Nadja te fasse confiance pour l'entraîner un peu plus loin de la sécurité relative des barrières et des gardes. Quand un léger rire répond à ton anecdote, tu t'autorises un sourire amusé. « C'est une façon radicale d'apprendre, oui, mais au moins on ne peut nier son efficacité. »

Tu lui montres des plantes communes, aux propriétés qui le sont nettement moins. Au moins, elles pourront déjà aider les Skaikru, te dis-tu, pas uniquement en médecine mais en alimentation aussi. Tu crois que c'est une chose sur laquelle ils éprouvent également des difficultés. Ils n'ont pas atterri dans la meilleure partie de la forêt, avec les marécages non loin, et ils n'ont probablement pas votre aptitude pour la chasse. Cueillir et cultiver s'apprend et une seule erreur peut être fatale. À une époque, tu aurais songé que tu pourrais tirer avantage de ces informations, que tu pourrais en profiter pour y gagner un ascendant. Mais cela fait un moment que ton opinion a changé sur ces étrangers venus du ciel. Leur venir en aide est pour toi naturel, désormais, là où tu les traitais avec méfiance au départ.

Comme les choses ont changé.

Nadja t'écoute attentivement et tu peux facilement deviner qu'elle cherche à retenir chaque détail de votre discussion ainsi que de la plante elle-même. Tu secoues la tête, légèrement désolé quand elle te demande le nom de la plante. « Je ne connais son nom qu'en trigedasleng, désolé. » Si vous êtes presque parfaitement bilingues en anglais, il reste que certains noms ne te viennent pas du tout naturellement dans cette langue. Ton savoir médicinal, tu le connais presque uniquement en trigedasleng, n'ayant jamais vraiment vu l'utilité d'apprendre ces obscurs noms anglais pour ton métier. Il faut dire qu'à l'époque, malgré la prophétie de Yuma, tu n'avais jamais songé que des étrangers pourraient tomber du ciel. « Un botaniste pourrait certainement mieux vous aider. Je peux reconnaître des illustrations si vous en avez, mais les noms en anglais n'ont jamais été...importants. »

Tu esquisses un sourire quand tu vois Nadja qui prévoit déjà l'avenir et accepte directement ton idée d'installer des plantations. Tu sens sa sincérité quand elle te remercie et tu réponds : « Vous m'aiderez un autre jour, tout simplement. »

Tu réfléchis à sa demande, une plante faisant tomber la fièvre. Heureusement pour elle, il y en a beaucoup, dans la région, tu peux déjà songer à trois, comme ça, de prime abord. Et la reine des prés, il y en a déjà sûrement dans les parages. Facile à démontrer.

« Il y en a même plusieurs. Je peux vous montrer. » fais-tu, en l'emmenant un peu plus loin, là où tu crois qu'il y a des reines des prés. Saule blanc, sureau noir, échinacée...ce ne sont que quelques plantes dont tu peux lui donner les indications. Nadja ne cherche qu'à aider son peuple, et en cela, n'est-elle pas similaire à toi ?

Peut-être que ce n'est que le début d'une collaboration, mais tu songes que c'est déjà un premier grand pas. Tu espères que ça ne s'arrêtera pas là.

Contenu sponsorisé



 

Start of time ☾ HARLAN&NADJA

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» Session time out...
» Damon Moon - "It's time to forget about the past"
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» 08. Remember that time is money - Benjamin Franklin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-