Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
14/03/2017 fio 385 willy cartier gainsboro. (ava) + crack in time (signa) pêcheur (zoologie et navigation) 59
if i'm lost ξ don't find me


Sujet: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Dim 8 Oct - 15:34

C’est ton dernier jour dans la cité Rahjak avant que vous ne rentriez sur l’île. En voyant ta mine dépitée, ta mère a presque eu pitié de toi. D’ordinaire d’une rigueur exemplaire, le soleil du désert semblait l’avoir un peu adouci : elle t’avait donné trois heures pour découvrir la cité de tes propres yeux, trois heures pour profiter du sentiment de liberté enivrant qui t’envahissait dès le moment où ta pirogue touchait le sol du continent.

Et te voilà donc à déambuler dans les rues de la cité, naïf comme tout, découvrant chaque nouvelle échoppe, chaque nouveau bâtiment avec plus d’émerveillement encore. Pour toi c’est encore mieux que de rêver éveillé, tout te paraît si beau, si fascinant, si travaillé. Tu as envie d’interroger tout le monde, de leur poser mille et une questions, de tout comprendre à cette tribu aussi intrigante que sont les Rahjaks. Tu es la cible parfaite pour quelques malfrats et arnaqueurs et pourtant, grâce à un miracle du ciel, rien ne t’arrive. C’est comme si ta curiosité agissait en bouclier.

Et dans tout ce paradis bruyant et animé, tu ne sembles pas remarquer l’animosité qui règne, l’ambiance tendue presque électrique, prête à exploser à tout moment. Gamin que tu es tu te laisses porter de ruelles en ruelles, flottant comme une feuille entraînée par le vent, flânant paisiblement, te laissant guider par tes pas. Y’a quelque chose qui se trame en silence mais t’es trop aveugle pour te douter de quoique ce soit, simple étranger perdu dans le dédale de la cité de feu. Dans la foule de passants tous plus intrigants les uns que les autres, tes yeux remarquent soudainement le mouvement d’une chevelure rousse que tu aurais juré avoir déjà vu quelque part, mais à des kilomètres d’ici. Se pourrait-il que.. ? Sans prendre le temps de réfléchir davantage tu t’élances à la poursuite de cet éclat auburn, bousculant au passage quelques épaules en t’excusant maladroitement. Il te faut quelques minutes pour arriver enfin à hauteur d’homme, essoufflé après avoir traversé toute cette marée humaine qui te donnait l’impression d’être englouti. Si tu avais été un Iskaar, tu l’aurais sûrement interpellé en posant ta main sur son épaule, mais Kovarii couillon que tu es, tu n’oserais jamais. Alors tu t’élances pour lui barrer la route, priant pour ne pas te faire marcher dessus par quelques passants pressés.

« Rekha… Rekha ?! » Tu tentes tant bien que mal à retrouver ton souffle, une main posée sur tes côtes à force de pousser dans tous les sens. Mais pas de doute, c’est bien Rekha en face de toi, la seule et l’unique. Tu te souviens de son départ comme si c’était hier ; la chasseuse avait quitté l’île afin d’aller découvrir le continent et tu n’avais pas cessé de l’admirer depuis. Elle représente tout ce dont tu rêvais : la liberté, le départ de l’île, la découverte du continent… Tu avais attendu son retour avec espoir durant le solstice d’été, espérant pouvoir l’interroger sur ce qu’elle avait vu et découvert, mais elle n’était jamais revenue. Tu n’avais pas cessé de l’admirer pour autant, l’idéalisant presque – jamais tu n’aurais pensé pouvoir la croiser un jour. « Je… Je sais pas si tu te souviens de moi, je suis Tek… Je viens de l’île ! » Autour de vous, un drôle de grondement commence à monter, comme si la cité elle-même prenait vie. Faute de comprendre, tu lèves un peu le ton de ta voix. « Je t’ai toujours admiré pour avoir quitté l’île ! Si possible, j’aurais plusieurs questions à te poser, est-ce que… »

Jamais tu ne finis ta question. Des cris se mirent à fuser de toutes parts, quelques armes de fortunes brandies haut dans les airs, des insultes criées. Vous voilà entraînés au cœur d’une émeute dont tu ne connais même pas l’origine, ignorant tous des histoires qui tordent les entrailles de la cité rahjak. Des gardes surgissent, réprimant violemment les rebelles mais pas seulement : toute la ruelle se retrouve brassée jusqu’à être totalement encerclée, esclaves comme maîtres, natifs comme étrangers, tous dans le même panier. Et toi paumé au milieu de tout ça, le regard apeuré mêlé d’une certaine curiosité face à ces évènements historiques. Tu te tournerais presque vers ton voisin pour le questionner sur ce qui se passe, mais ta voisine n’est que Rekha. En sait-elle plus que toi ? Sûrement, cela fait des années qu’elle a quitté l’île, elle doit connaître l’histoire du continent.

« Tu sais ce qui se passe ? Pourquoi ces émeutes ? » Lui souffles-tu alors que les gardes vous entraînent vers ce qui s’avère être une cellule de prison. À cet instant plus que tout, tu te sens minuscule dans l’immensité de ce continent. Plus encore, tu rêves de comprendre ce qui se passe.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Lun 9 Oct - 21:32


Black sun on the horizon

Chacun pour soi, ou pas.


Traverser le désert a été un pur enfer pour la Kovarii, elle qui a l'habitude de la forêt et non des vastes dunes de sables. Heureusement, elle n'a croisées personne sur le chemin, on racontait beaucoup de choses sur les Rahjaks, des choses qu'on ne pourrait même pas imaginer. Malgré la chaleur étouffante, elle décida de garder son grand manteau pour montrer sa force et qu'elle n'était pas une femme faible. Le village était très animé, il y avait beaucoup de brouhaha entre les citoyens, les marchands. Rekha marcha le long des avenues, c'était presque impossible à se frayer un chemin parmi la foule. La foule.. c'était étrange. La foule ne semblait pas "normal", mais plutôt en colère. Les cris résonnèrent de plus en plus fort, les gens couraient dans tous les sens, à droite, à gauche. Elle ne fit pas attention à ceux qui lui rentrait dedans, trop concentrée à cherche la source du problème. Pendant un moment, la jeune femme crue entendre quelqu'un crier son prénom mais n'y prêta pas attention. Elle continua son chemin, puis fut stoppée par un homme lui barrant le passage. Il n'aurait pas dû faire ça, oh que non. Elle claqua sa langue et le regarda droit dans les yeux avant de le dévisager de haut en bas, les bras croisés. Sa tête lui disait quelque chose, mais pourquoi ? Elle l'ignorait. Peut-être qu'elle avait croisée son chemin quelque part, qui sait ? La Kovarii n'avait plus besoin de se poser des questions puisque l'individu situé juste devant elle le faisait déjà. « Je… Je sais pas si tu te souviens de moi, je suis Tek… Je viens de l'île ! »

De l'île ? Vu sa façon de parler, il a l'air de dire la vérité, se disait-elle. Elle n'eu pas le temps de lui répondre qu'il continuait de parler en bégayant. Le stress se sentait dans sa voix.

« Je t'ai toujours admiré pour avoir quitté l'île ! Si possible, j'aurais plusieurs questions à te poser, est-ce que… »

Surprise par ces aveux, elle haussa un sourcils et laissa apparaître un petit sourire narquois au coin de ses lèvres.

-Heureusement que tu m'admires, je suis une brave femme et non un pauvre homme. Mais je ne te cache pas que je suis étonnée par ton courage pour venir me parler. Sinon, tu pourrais terminer ta phrase au moins ? Je n'ai rien compris à cause de tout ce boucan.

Des cris et des injures se faisaient entendre de partout. Les gens autour d'eux devenaient complètement fous, ils hurlaient à en perdre la voix, levaient leurs bras en l'air, les poings serrés prêts à frapper quiconque croiseraient leurs chemins. Les gens se mirent à reculer de plus en plus, les collants les un aux autres. Rekha se mit sur la pointe des pieds pour essayer de voir quelque chose, mais tout ce qu'elle voyait n'était que des lances et des armes. Puis elle se rappela. Avant de pénétrer dans le désert, un vieil homme l'avait pourtant prévenu qu'une émeute d'esclave allait avoir lieu. Quelle idiote ! La jeune femme savait qu'elle aurait dû l'écouter, là voilà au milieu de celle-ci.

« Tu sais ce qui se passe ? Pourquoi ces émeutes ? »

Elle tourna la tête vers son voisin, ignorant de la situation. Ça ne servait à rien de lui cacher la vérité, alors autant tout lui dire.

-Les esclaves se révoltent, voilà ce qu'il se passe.

Ses mots étaient violents, mais c'était la pure vérité. Le commerce d'esclaves a toujours écœurés Rekha. Comment pouvait-on vendre des êtres humains comme ça ? Elle les détestait les Rahjaks, surtout pour leur manque de respect envers les grounders. Ils étaient comme nous, des survivants à cette tragédie que nos ancêtre ont commis. Mais non ! Ils choisissaient de punir les leurs plutôt que les skaikrus qui eux, ont osés revenir après ce qu'ils nous avaient fait. Décidée à sortir de cette prison, elle fonça vers les gardes qui les enfermaient. Se frayer un chemin était encore plus difficile qu'avant, beaucoup plus difficile. Une fois face à l'un d'entre eux, elle le fixa droit dans les yeux avec un air de défi même s'il semblait beaucoup plus fort et grand qu'elle.

-Laisse-moi passer, je n'ai rien à voir avec ça.


AVENGEDINCHAINS



Dernière édition par Rekha Nemira le Sam 24 Fév - 22:59, édité 1 fois

avatar
14/03/2017 fio 385 willy cartier gainsboro. (ava) + crack in time (signa) pêcheur (zoologie et navigation) 59
if i'm lost ξ don't find me


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Mer 8 Nov - 22:11

Tu peux voir ses lèvres bouger et articuler une réponse mais impossible de l’entendre dans ce brouhaha et ce chaos qui vous engloutit tous les deux, étrangers de l’île atterris bien loin de la jungle maternelle. Une fois dans la cellule, alors que tu tentes de réunir tes esprits et de comprendre la situation, tout en veillant à ne pas te faire broyer en deux par la foule qui continue de s’amasser dans la petite pièce, pressée par les gardes qui ont tout perdu de leur attitude amicale aux entrées de la cité. Quand Rehka te répond enfin, sa phrase si simple fait surgir mille interrogations qui se posent aux bords de tes lèvres.

« Les esclaves ?! » Bégaies-tu, abasourdi. Bien sûr que tu savais qu’il y avait des esclaves chez les Rahjaks – c’était la première chose qu’on t’avait dit sur eux, avant le fait qu’ils vivaient au milieu du désert et qu’ils entretenaient des relations tumultueuses avec bien des tribus – mais jamais tu n’avais imaginé que les choses pouvaient se passer de la sorte. Pas que tu trouvais l’esclavage barbare… Tu venais bien d’une tribu où la femme était reine, et cette tradition semblait surprendre bien des étrangers quand toi tu considérais les tribus patriarcales d’un œil tout étrange. Mais qui es-tu pour juger ? Juste un pauvre homme Kovarii dont l’avis ne comptera jamais plus que celui d’une mouche. Alors tu ne dis rien, continuant de jeter des regards partout autour de vous en espérant trouver une issue.

Et alors que tu tournes sur toi comme l’idiot déboussolé que tu es, tu vois Rehka foncer vers les gardes, véritable furie rousse dans la masse de passants agglutinée entre les quatre murs de la cellule. Et la voilà qui cherche à sortir ! Quel courage ! Jamais tu n’aurais osé t’approcher de ces gardes – rien que la vue de leurs armes te donne la chair de poule.

Mais seul dans cet océan d’étrangers, sans avoir aucune idée d’où se trouve le reste de ta tribu à cet instant présent, tu ne peux pas laisser le seul repère familier t’échapper. Alors tu réunis ton peu de courage à deux mains et tu tentes tant bien que mal de rejoindre Rehka, bien décidé à ne pas la laisser partir.

« Attends ! » Heureusement pour toi, les gardes ne semblent pas vouloir laisser passer qui que ce soit, et c’est à peine si l’on peut voir ce qu’il se passe dehors tant le bruit ne cesse de monter. Te tournant vers la Kovarii, il est enfin temps pour toi de poser les questions qui se bousculent dans ta tête depuis tout à l’heure.

« Comment ça, les esclaves se révoltent ? N’est-ce pas le but de l’esclavage de ne pas pouvoir se rebeller ? Pourquoi est-ce qu’ils se révoltent ? Et pourquoi est-ce qu’ils le font ici, dans la cité, là où il y a tous les étrangers qui n’ont rien à voir avec cette histoire ? Et la famille royale, ils ne font rien ? Et toi, qu’est-ce que tu fais ici ? »

Tu débites tout d’un coup sans t’arrêter une seconde pour souffler, si bien qu’à la fin tu es essoufflé et cherches avec peine à retrouver ta respiration. Mais au moins, tous les dés sont jetés, les questionnements n’ont plus qu’à être résolus par Rehka qui semble en savoir bien plus sur ce qui se passe que toi. Encore une raison de l’admirer…

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Mer 22 Nov - 15:00


Black sun on the horizon

Chacun pour soi, ou pas.


Ce type... Il lui a littéralement rigolé au nez lorsque Rekha est venu lui ordonner de la laisser partir. Elle ne pouvait pas le blesser, il se tenait à plus d'un mètre de distance d'elle. Et puis, elle aurait bien des problèmes si elle le faisait. Pénétrer dans la cité signifiait respecter les lois Rahjaks quelles qu'elles soient. On lui avait même demandé de laisser ses armes. Elle s'en débarrassa à contre-cœur mais têtue comme elle est, une de ses armes était camouflée sur elle. La jeune femme finit par montrer sa main gauche tatouée d'une marque en henné, celle que l'on met sur les étrangers. Il en avait toujours rien à faire. Il l'ignorait, se contentait de la regarder de haut comme s'il se moquait d'elle, de sa situation. La kovarii se mit à rire, écœurée de la façon dont cet homme la traite. Elle lui montrera, à un moment où un autre, qui est vraiment le plus fort des deux. Elle fit un pas en arrière et échangea soudainement son sourire avec un air froid et menaçant.

-Tu le regretteras, tôt ou tard.

Elle fit demi-tour et marcha jusqu'au fond de la cellule. Elle fut stoppée par le kovarii qui semblait complètement perdu. Il posait milles et une question, comment il pouvait parler aussi vite sans en perdre le souffle ? Il continuait, enchaînait les questions une à une jusqu'à finalement s'arrêter et essayer de reprendre son souffle. Rekha claqua sa langue et regarda autour d'elle. Mieux valait tout lui expliquer maintenant, au moins il ne sera pas agaçant plus tard.

-Je ne le répéterais pas deux fois, c'est clair ? Les esclaves se révoltent parce qu'ils en ont marre, ils ne veulent plus être traités comme du bétail. Tu penses qu'ils se soucient du fait qu'il y ait des étrangers qui soient entraînés là-dedans ? Et ben non, puisque les étrangers comme nous n'avons rien fait pour les aider. Même la famille royale n'a rien fait, tout simplement parce qu'ils sont d'accord avec ça. Ils aiment ça, l'esclavage.

Ils adorent ça, plutôt. La famille royale a toujours eu le contrôle sur tout. Utiliser les esclaves en tant qu'objet domestiques, ça ne les dérange pas, loin de là. Ils se sentent tout puissants, invincible. C'est une vision des choses bien horribles pour Rekha, mais elle n'a pas son mot à dire. Ça ne servait à rien d'agir, la seule solution pour stopper l'esclavage était de tuer les membres de la famille royale et elle n'en avait pas envie. Il y avait assez de problèmes avec les skaikrus déjà, la dernière chose qu'elle voulait était une guerre entre alliés.

Rekha reprit son chemin jusqu'à se retrouver au fond de la cellule, en face d'un grand mur de pierre. Aucune porte de sortie, aucun moyen de s'échapper de cette horrible cellule. Tout le monde se bousculaient, certains hurlaient, les enfants pleuraient avec leurs mères, les gardes, eux, ne disaient rien. Ils étaient devenus sourds, insensibles, intouchables, inhumains, comme s'ils se réjouissaient de voir ces pauvres esclaves pleurés et suppliés pour pouvoir vivre normalement.

La jeune femme essayait de se concentrer malgré tout ce chahut. La stratégie, ce n'était pas trop son point fort. Elle préférait agir plutôt que de réfléchir. Elle faisait plutôt les deux en même temps. Une grande détonation la fit sortir de ses pensées. Elle sentit la température grimpée, l'odeur du feu et de la braise envahissait la pièce et fit paniquer les prisonniers. Aucune flammes n'était visibles, mais elle savait qu'elles ne se trouvaient pas loin, sûrement en train de tout détruire sur leur chemin.


AVENGEDINCHAINS



Dernière édition par Rekha Nemira le Sam 24 Fév - 22:57, édité 1 fois

avatar
14/03/2017 fio 385 willy cartier gainsboro. (ava) + crack in time (signa) pêcheur (zoologie et navigation) 59
if i'm lost ξ don't find me


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Dim 10 Déc - 16:21

Dans cette ambiance chaotique ton cœur est serré par un mélange d’excitation et de peur. Tu n’as aucune conscience de ce qui se passe autour de toi, s’il s’agit d’un évènement historique, si tu y vas laisser la vie. Chaque seconde qui passe est une nouvelle découverte pour toi et, inconscient que tu es, tu te laisses entraîner par l’adrénaline de ta curiosité sans pleinement avoir conscience du danger qui t’entoure. Comme l’on se raccroche à un bout de bois au milieu de l’océan tumultueux, tu t’accroches à Rekha et sa réponse comme à une bouée de sauvetage, gardant à peine ta tête hors de l’eau, manquant de te faire embarquer par le flot des évènements à tout instant. Chaque nouvelle réponse fait germer de nouvelles questions dans ta tête : à cet instant plus que tout, tu te sens dénudé de toutes connaissances, ignorant tout des drames qui régissent et tordent le continent. Comme une proie s’étant faite acculer par ses prédateurs, tu te sens plus que jamais à la merci de tous les dangers. Ça a l’effet d’une claque sur toi. Tu perds ton air innocent, rêveur, fronçant tes sourcils épais pour afficher une expression plus dure. La perte des illusions.

« Quelle horreur. » Murmures-tu pour toi-même. De toute façon, Rekha t’a déjà planté là, au milieu de la cellule, au milieu de tous ces gens tout aussi agités et paniqués que toi. Tu te fais pousser, piétiner, malmener comme une pauvre poupée de chiffon. En vu du traitement que vous infligent les gardes royaux, tu n’oses même pas imaginer celui réservé aux esclaves. Il te semble normal de vouloir se rebeller face à de telles conditions – comme il t’arrivait toi-même de rêver, sur l’île, à ce que tu pourrais répondre à ta mère lorsqu’elle te forçait à faire toutes les tâches ingrates du foyer. Mais contrairement aux esclaves, tu n’as jamais osé te rebeller. Le pire que tu n’aies jamais fait est de t’enfuir un soir dans la jungle et tu l’as bien regretté lorsqu’un crocodile a voulu faire de toi son goûter.

« Attends ! » Parviens-tu enfin à t’écrier une fois sorti de ta torpeur, mais c’est comme si le destin se riait de toi. Au même moment une immense explosion retentit, un peu plus bas dans la rue à en juger par la puissance de la détonation. Ce sont des nuages de fumée qui envahissent la petite cellule où, confinés comme ils le sont, ils ne tarderont pas tous à manquer d’air. Masquant ton visage du mieux que tu peux avec ton foulard, tu te retrouves projeté au sol. Dans le brouillard formé par le sable, la poussière, la fumée et les cendres tu ne distingues que de vagues silhouettes, sans réussir à discerner s’il s’agit d’alliés ou d’ennemis. Des cris retentissent, recouverts par d’autres encore plus forts.

« La rébellion vous libère, alors que le roi était prêt à vous couper la gorge sans distinction. Rappelez-vous de votre dette ! »

Cela sonne presque comme une délivrance. Tu parviens à entendre un cliquetis de clés et, sans trop réussir à comprendre pourquoi, tu vois les portes massives de la cellule s’ouvrir sur un paysage du chaos. Dehors ce sont des cheveux qui galopent dans tous les sens, montés par des rebelles fauchant au passage les gardes royaux se dirigeant en masse vers la cellule. Tu n’as pas le temps de réfléchir qu’une main t’agrippe et te hisse sur l’un des animaux sans ménagement. Pour toi qui ne connaît que la sensation de ton bateau glissant sur la surface de l’eau, te faire balloter dans tous les sens sur le dos d’un cheval équivaut à une vraie séance de torture.

T’agrippant du mieux que tu peux, comme si ta vie en dépendait, tu tournes la tête pour voir que tu as la chance de partager ce drôle de voyage en compagnie d’une troisième personne. Et quelle surprise as-tu en découvrant le visage familier de Rekha !

« Où est-ce qu’ils nous emmènent ?! » Cries-tu, la voix un peu plus aigüe que tu ne l’aurais voulu. Bêtement tu t’attends à ce qu’elle ait réponse à ta question, comme elle a eu réponse à toutes tes autres questions jusqu’à présent. Du coin de l’œil tu peux voir l’équidé passer les portes que tu as franchi en arrivant ici. Où allait vous mener cette course dans le désert ? « Pourquoi le roi voulait nous couper la tête ?! » La menace de mort semble encore planer au-dessus de ta tête, prête à s’abattre à tout instant. Pourtant, vous n’étiez que de pauvres étrangers, présents au mauvais endroit au mauvais moment. Tu es encore bien trop naïf pour pouvoir envisager la cruauté du roi Rahjak.

avatar
Invité
Invité


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Sam 24 Fév - 22:55


Black sun on the horizon

Chacun pour soi, ou pas.


Le bruit des chaînes heurtant le sol te fait agir instinctivement. Tu pousses tous ceux autour de toi pour te frayer un chemin hors de cette cellule. Tu retiens ta respiration pour ne pas inhaler de la poussière et ne pas irriter ta gorge. Tu voles furtivement le foulard d'un des prisonniers et le noue derrière ta tête, couvrant ta bouche et ton nez. Désormais, tu peux respirer convenablement. Tu commences à chercher un moyen de te sauver rapidement d'ici. Un cheval arrive au galop dans ta direction. Tu n'as pas le temps de réfléchir que deux mains te prennent par la taille et te soulèvent brusquement du sol. Te voilà allongée inconfortablement sur l'étalon. Tu ne peux pas bouger, au risque de tomber. Tu te contentes de regarder ce qu'il se trame autour de toi. Des soldats royaux, soient à terre baignant dans une mare de sang, soient en train de se battre pour ne pas finir dans cette mare de sang. Tu perçois des rebelles dans la même situation que les gardes. Puis, enfin tu vois les prisonniers. Ils courent dans tous les sens, certains se font transpercer la chair par le tranchant des flèches lancées au loin par dieu sait qui. Les autres se font soient enlevés à dos de cheval exactement comme toi tu l'as été ou soit ils essayent plus que tout de s'échapper.

Parmi eux, tu reconnais ton compagnon, perdu et immobile. T'aurais voulu lui dire de fuir, mais si tu l'avais fait, il serait mort au lieu d'être ton compagnon de voyage. Lui aussi, il se pose les mêmes questions que toi. Seulement, il ne se contente pas de les garder pour lui. Il s'imagine que tu as toutes les réponses à ses questions, ça t'agace. Tu préfères l'ignorer, mais ça ne l'empêche pas de continuer.

-Tais-toi si tu ne veux pas qu'on te la coupe, ta tête.

Tu espères qu'il se taise une bonne fois pour toute, parce qu'il va vraiment finir par vous faire tuer. Calmement, tu essayes de te repérer, de reconnaître l'endroit où vous vous trouvez. À travers le nuage de poussière qui vous entoure, tu distingues les grandes portes de la cité de feu. Tous les trois, vous les traversez et vous retrouvez dans le désert.

Le trajet se fait long, la chaleur du soleil est désagréable et te fait transpirer. Le plus horrible, c'est que tu ne peux pas boire. Ton sac contenant ta gourde est restée là-bas, au milieu de tous ces morts. Il ne contenait rien de bien précieux, à part l'eau dont tu as grandement envie en ce moment. Peu à peu, tu perçois les mines de sel. Vous vous en rapprochez, jusqu'à pénétrer dans une petite caverne où le toit est ouvert. Le ciel vous éclaire, les rebelles vous détachent un à un. Tu es entourés de Tek, des rebelles, et de tes autres camarades de cellules. Ils semblent tous pétrifiés, horrifiés, inquiets. Ils ne bougent pas, ils regardent du coin de l'œil les soldats armés jusqu'aux dents.

« Bienvenue chez les montagnards ! »
crie l'un d'eux, tout souriant. Les montagnards, tu ignores trop de choses sur eux pour tenter quoique ce soit d'irréfléchie. Pour l'instant, tu réfléchis à un moyen de t'évader d'ici, sans te faire remarquer. Les rebelles sont plus que nombreux, tu sais qu'il sera bien difficile de t'en aller discrètement puisqu'il n'existe qu'une seule porte de sortie.


AVENGEDINCHAINS


Admin - Tears of the phoenix
avatar
12/10/2014 Brimbelle 47757 Jessica Chastain Shizophrenic Médecin / Herboriste 151
Admin - Tears of the phoenix


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Mer 4 Avr - 12:12

RP archivé suite au départ de Rekha

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)

 

black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» Résumé de l'intrigue
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: Il était une fois des jolies histoires-