Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

˜˜˜˜˜˜black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
maybe life should be about more than just surviving


avatar
14/03/2017 fio 327 willy cartier winter soldier (ava) + crack in time (signa) pêcheur (zoologie et navigation) 114
if i'm lost ξ don't find me


Sujet: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Dim 8 Oct - 15:34

C’est ton dernier jour dans la cité Rahjak avant que vous ne rentriez sur l’île. En voyant ta mine dépitée, ta mère a presque eu pitié de toi. D’ordinaire d’une rigueur exemplaire, le soleil du désert semblait l’avoir un peu adouci : elle t’avait donné trois heures pour découvrir la cité de tes propres yeux, trois heures pour profiter du sentiment de liberté enivrant qui t’envahissait dès le moment où ta pirogue touchait le sol du continent.

Et te voilà donc à déambuler dans les rues de la cité, naïf comme tout, découvrant chaque nouvelle échoppe, chaque nouveau bâtiment avec plus d’émerveillement encore. Pour toi c’est encore mieux que de rêver éveillé, tout te paraît si beau, si fascinant, si travaillé. Tu as envie d’interroger tout le monde, de leur poser mille et une questions, de tout comprendre à cette tribu aussi intrigante que sont les Rahjaks. Tu es la cible parfaite pour quelques malfrats et arnaqueurs et pourtant, grâce à un miracle du ciel, rien ne t’arrive. C’est comme si ta curiosité agissait en bouclier.

Et dans tout ce paradis bruyant et animé, tu ne sembles pas remarquer l’animosité qui règne, l’ambiance tendue presque électrique, prête à exploser à tout moment. Gamin que tu es tu te laisses porter de ruelles en ruelles, flottant comme une feuille entraînée par le vent, flânant paisiblement, te laissant guider par tes pas. Y’a quelque chose qui se trame en silence mais t’es trop aveugle pour te douter de quoique ce soit, simple étranger perdu dans le dédale de la cité de feu. Dans la foule de passants tous plus intrigants les uns que les autres, tes yeux remarquent soudainement le mouvement d’une chevelure rousse que tu aurais juré avoir déjà vu quelque part, mais à des kilomètres d’ici. Se pourrait-il que.. ? Sans prendre le temps de réfléchir davantage tu t’élances à la poursuite de cet éclat auburn, bousculant au passage quelques épaules en t’excusant maladroitement. Il te faut quelques minutes pour arriver enfin à hauteur d’homme, essoufflé après avoir traversé toute cette marée humaine qui te donnait l’impression d’être englouti. Si tu avais été un Iskaar, tu l’aurais sûrement interpellé en posant ta main sur son épaule, mais Kovarii couillon que tu es, tu n’oserais jamais. Alors tu t’élances pour lui barrer la route, priant pour ne pas te faire marcher dessus par quelques passants pressés.

« Rekha… Rekha ?! » Tu tentes tant bien que mal à retrouver ton souffle, une main posée sur tes côtes à force de pousser dans tous les sens. Mais pas de doute, c’est bien Rekha en face de toi, la seule et l’unique. Tu te souviens de son départ comme si c’était hier ; la chasseuse avait quitté l’île afin d’aller découvrir le continent et tu n’avais pas cessé de l’admirer depuis. Elle représente tout ce dont tu rêvais : la liberté, le départ de l’île, la découverte du continent… Tu avais attendu son retour avec espoir durant le solstice d’été, espérant pouvoir l’interroger sur ce qu’elle avait vu et découvert, mais elle n’était jamais revenue. Tu n’avais pas cessé de l’admirer pour autant, l’idéalisant presque – jamais tu n’aurais pensé pouvoir la croiser un jour. « Je… Je sais pas si tu te souviens de moi, je suis Tek… Je viens de l’île ! » Autour de vous, un drôle de grondement commence à monter, comme si la cité elle-même prenait vie. Faute de comprendre, tu lèves un peu le ton de ta voix. « Je t’ai toujours admiré pour avoir quitté l’île ! Si possible, j’aurais plusieurs questions à te poser, est-ce que… »

Jamais tu ne finis ta question. Des cris se mirent à fuser de toutes parts, quelques armes de fortunes brandies haut dans les airs, des insultes criées. Vous voilà entraînés au cœur d’une émeute dont tu ne connais même pas l’origine, ignorant tous des histoires qui tordent les entrailles de la cité rahjak. Des gardes surgissent, réprimant violemment les rebelles mais pas seulement : toute la ruelle se retrouve brassée jusqu’à être totalement encerclée, esclaves comme maîtres, natifs comme étrangers, tous dans le même panier. Et toi paumé au milieu de tout ça, le regard apeuré mêlé d’une certaine curiosité face à ces évènements historiques. Tu te tournerais presque vers ton voisin pour le questionner sur ce qui se passe, mais ta voisine n’est que Rekha. En sait-elle plus que toi ? Sûrement, cela fait des années qu’elle a quitté l’île, elle doit connaître l’histoire du continent.

« Tu sais ce qui se passe ? Pourquoi ces émeutes ? » Lui souffles-tu alors que les gardes vous entraînent vers ce qui s’avère être une cellule de prison. À cet instant plus que tout, tu te sens minuscule dans l’immensité de ce continent. Plus encore, tu rêves de comprendre ce qui se passe.

avatar
04/08/2017 Rek', Red. 301 Holland Roden avengedinchains (enfin trouvée un vava qui me plait) Chasseuse, traqueuse. Elle est comme une ombre prête à attraper sa proie. 255
J'peux pas croire qu'derrière la lune y a plus d'espoir.


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Lun 9 Oct - 21:32

Traverser le désert a été un pur enfer pour la Kovarii, elle qui a l'habitude de la forêt et non des vastes dunes de sables. Heureusement, elle n'a croisées personne sur le chemin, on racontait beaucoup de choses sur les Rahjaks, des choses qu'on ne pourrait même pas imaginer. Malgré la chaleur étouffante, elle décida de garder son grand manteau pour montrer sa force et qu'elle n'était pas une femme faible. Le village était très animé, il y avait beaucoup de brouhaha entre les citoyens, les marchands. Rekha marcha le long des avenues, c'était presque impossible à se frayer un chemin parmi la foule. La foule.. c'était étrange. La foule ne semblait pas "normal", mais plutôt en colère. Les cris résonnèrent de plus en plus fort, les gens couraient dans tous les sens, à droite, à gauche. Elle ne fit pas attention à ceux qui lui rentrait dedans, trop concentrée à cherche la source du problème. Pendant un moment, la jeune femme crue entendre quelqu'un crier son prénom mais n'y prêta pas attention. Elle continua son chemin, puis fut stoppée par un homme lui barrant le passage. Il n'aurait pas dû faire ça, oh que non. Elle claqua sa langue et le regarda droit dans les yeux avant de le dévisager de haut en bas, les bras croisés. Sa tête lui disait quelque chose, mais pourquoi ? Elle l'ignorait. Peut-être qu'elle avait croisée son chemin quelque part, qui sait ? La Kovarii n'avait plus besoin de se poser des questions puisque l'individu situé juste devant elle le faisait déjà. « Je… Je sais pas si tu te souviens de moi, je suis Tek… Je viens de l'île ! »

De l'île ? Vu sa façon de parler, il a l'air de dire la vérité. se disait-elle. Elle n'eu pas le temps de lui répondre qu'il continuait de parler en bégayant. Le stress se sentait dans sa voix.

« Je t'ai toujours admiré pour avoir quitté l'île ! Si possible, j'aurais plusieurs questions à te poser, est-ce que… »

Surprise par ces aveux, elle haussa un sourcils et laissa apparaître un petit sourire narquois au coin de ses lèvres.

«Heureusement que tu m'admires, je suis une brave femme et non un pauvre homme. Mais je ne te cache pas que je suis étonnée par ton courage pour venir me parler. Sinon, tu pourrais terminer ta phrase au moins ? Je n'ai rien compris à cause de tout ce boucan. »

Des cris et des injures se faisaient entendre de partout. Les gens autour d'eux devenaient complètement fous, ils hurlaient à en perdre la voix, levaient leurs bras en l'air, les poings serrés prêts à frapper quiconque croiseraient leurs chemins. Les gens se mirent à reculer de plus en plus, les collants les un aux autres. Rekha se mit sur la pointe des pieds pour essayer de voir quelque chose, mais tout ce qu'elle voyait n'était que des lances et des armes. Puis elle se rappela. Avant de pénétrer dans le désert, un vieil homme l'avait pourtant prévenu qu'une émeute d'esclave allait avoir lieu. Quelle idiote ! La jeune femme savait qu'elle aurait dû l'écouter, là voilà au milieu de celle-ci.

« Tu sais ce qui se passe ? Pourquoi ces émeutes ? »

Elle tourna la tête vers son voisin, ignorant de la situation. Ça ne servait à rien de lui cacher la vérité, alors autant tout lui dire.

«Les esclaves se révoltent, voilà ce qu'il se passe. »

Ses mots étaient violents, mais c'était la pure vérité. Le commerce d'esclaves a toujours écœurés Rekha. Comment pouvait-on vendre des êtres humains comme ça ? Elle les détestait les Rahjaks, surtout pour leur manque de respect envers les grounders. Ils étaient comme nous, des survivants à cette tragédie que nos ancêtre ont commis. Mais non ! Ils choisissaient de punir les leurs plutôt que les skaikrus qui eux, ont osés revenir après ce qu'ils nous avaient fait. Décidée à sortir de cette prison, elle fonça vers les gardes qui les enfermaient. Se frayer un chemin était encore plus difficile qu'avant, beaucoup plus difficile. Une fois face à l'un d'entre eux, elle le fixa droit dans les yeux avec un air de défi même s'il semblait beaucoup plus fort et grand qu'elle.

« Laisse-moi passer, je n'ai rien à voir avec ça. »

avatar
14/03/2017 fio 327 willy cartier winter soldier (ava) + crack in time (signa) pêcheur (zoologie et navigation) 114
if i'm lost ξ don't find me


Sujet: Re: black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)
Mer 8 Nov - 22:11

Tu peux voir ses lèvres bouger et articuler une réponse mais impossible de l’entendre dans ce brouhaha et ce chaos qui vous engloutit tous les deux, étrangers de l’île atterris bien loin de la jungle maternelle. Une fois dans la cellule, alors que tu tentes de réunir tes esprits et de comprendre la situation, tout en veillant à ne pas te faire broyer en deux par la foule qui continue de s’amasser dans la petite pièce, pressée par les gardes qui ont tout perdu de leur attitude amicale aux entrées de la cité. Quand Rehka te répond enfin, sa phrase si simple fait surgir mille interrogations qui se posent aux bords de tes lèvres.

« Les esclaves ?! » Bégaies-tu, abasourdi. Bien sûr que tu savais qu’il y avait des esclaves chez les Rahjaks – c’était la première chose qu’on t’avait dit sur eux, avant le fait qu’ils vivaient au milieu du désert et qu’ils entretenaient des relations tumultueuses avec bien des tribus – mais jamais tu n’avais imaginé que les choses pouvaient se passer de la sorte. Pas que tu trouvais l’esclavage barbare… Tu venais bien d’une tribu où la femme était reine, et cette tradition semblait surprendre bien des étrangers quand toi tu considérais les tribus patriarcales d’un œil tout étrange. Mais qui es-tu pour juger ? Juste un pauvre homme Kovarii dont l’avis ne comptera jamais plus que celui d’une mouche. Alors tu ne dis rien, continuant de jeter des regards partout autour de vous en espérant trouver une issue.

Et alors que tu tournes sur toi comme l’idiot déboussolé que tu es, tu vois Rehka foncer vers les gardes, véritable furie rousse dans la masse de passants agglutinée entre les quatre murs de la cellule. Et la voilà qui cherche à sortir ! Quel courage ! Jamais tu n’aurais osé t’approcher de ces gardes – rien que la vue de leurs armes te donne la chair de poule.

Mais seul dans cet océan d’étrangers, sans avoir aucune idée d’où se trouve le reste de ta tribu à cet instant présent, tu ne peux pas laisser le seul repère familier t’échapper. Alors tu réunis ton peu de courage à deux mains et tu tentes tant bien que mal de rejoindre Rehka, bien décidé à ne pas la laisser partir.

« Attends ! » Heureusement pour toi, les gardes ne semblent pas vouloir laisser passer qui que ce soit, et c’est à peine si l’on peut voir ce qu’il se passe dehors tant le bruit ne cesse de monter. Te tournant vers la Kovarii, il est enfin temps pour toi de poser les questions qui se bousculent dans ta tête depuis tout à l’heure.

« Comment ça, les esclaves se révoltent ? N’est-ce pas le but de l’esclavage de ne pas pouvoir se rebeller ? Pourquoi est-ce qu’ils se révoltent ? Et pourquoi est-ce qu’ils le font ici, dans la cité, là où il y a tous les étrangers qui n’ont rien à voir avec cette histoire ? Et la famille royale, ils ne font rien ? Et toi, qu’est-ce que tu fais ici ? »

Tu débites tout d’un coup sans t’arrêter une seconde pour souffler, si bien qu’à la fin tu es essoufflé et cherches avec peine à retrouver ta respiration. Mais au moins, tous les dés sont jetés, les questionnements n’ont plus qu’à être résolus par Rehka qui semble en savoir bien plus sur ce qui se passe que toi. Encore une raison de l’admirer…
 

black sun on the horizon + rekha (intrigue 19)

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aimé Césaire, la liberté pour horizon
» New codex black templar
» Résumé de l'intrigue
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: no one came back :: Le désert :: Les alentours de la cité-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet