Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Don't judge me
maybe life should be about more than just surviving


avatar
27/10/2016 146 Lily Collins medecin, herboriste 20


Sujet: Don't judge me
Sam 9 Sep - 19:44


Don't judge me
Finn et Clary


 D'un pas aérien Clary parcourait la forêt, un panier tressé dans ma main, contenant un tas de plantes de différentes tailles, formes et couleurs. En cette saison, où l'air s'était enfin réchauffé les végétaux poussaient abondamment, c'était le moment ou jamais pour remplir ses réserves. En plus la petite brune adorait ces longues balades qui lui permettaient de profiter de la nature alentour, de son calme et de son silence. Ce n'était pas quelqu'un de solitaire, au contraire, mais de temps en temps ça lui faisait du bien de s'aérer un peu l'esprit. Enfin pas trop non plus, car quand elle se retrouvait trop longtemps livré à ses pensés sens souvenirs sombres tendaient à remonter à la surface. Chacun avait ses démons, des choses qu'il ne pourra jamais se pardonner, et quand elle était occupée ça allait, mais ils n'étaient jamais bien loin, tassés dans un recoin de son esprit, prêts à bondir à toute occasion. Elle ne se demandait même plus si un jour elle arriverait à y penser sans cette horrible boule dans la gorge. Elle ne se demandait plus si elle arriverait un jour à se pardonner. Elle n'y croyait pas. L'impardonnable avait été commis, elle avait pris une vie, et le restant de ses jours elle devra vivre avec, en tentant au mieux de se racheter pour son pêché. Mais elle savait bien que, à ses propres yeux au moins, elle n'y arriverait jamais. 
Plongée dans ses pensés, elle sursauta lorsque un cri de douleur rageur résonna dans la forêt, peu loin de là. Instinctivement elle se baisa, le cœur battant à la chamade. Que pouvait ce bien être ? Elle n'avait rien pour se défendre, de toutes manières elle était incapable d'utiliser une arme, moralement et physiquement. Et ses poings ne risquaient absolument pas de suffire vu son petit gabarit, à moins qu'elle ne tombât contre un enfant de neuf ans. Elle essaya de se rassurer, de se dire que personne n'avait aucune raison de l'attaquer. Elle n'avait absolument rien contre les terriens, pour elle ce n'étaient que des gens ordinaires avec une culture très différente de la sienne. Mais elle les savait plutôt violents, et ne les en blâmait pas vu qu'ils avaient été élevés ainsi, et c'était aussi par peur sûrement, mais ça ne la rassurait guère. 
Malgré ça elle avait entendu de la détresse dans ce cri, alors la petite brune ne pouvait s'empêcher d'aller voir, et si quelqu'un était blessé ? Elle glissa silencieusement entre les arbres vers l'endroit d'où le cri avait semblé venir. C'est alors qu'elle aperçu une silhouette, courbé en deux à cause de la douleur, un piège coupant autour de sa jambe. C'était un de ceux que les chausseurs du campement installaient dans la forêt alentour pour capturer plus facilement leurs proies. Elle se souvenait être déjà tombé sur des animaux blessés et coincés, chose qui lui faisait mal au cœur, jamais elle ne pourrait chasser. Mais il fallait bien manger, elle le savait, alors d'abord elle se détournait, peiné, et allait prévenir les chasseurs, puis la dernière fois elle avait pris son courage à deux mains pour achever l'animal, doucement mais sûrement, chose qui la répugnait mais était pourtant nécessaire pour abréger ses souffrances. Il n'y avait eu qu'une fois où elle n'avait pu s'empêcher de libérer une biche, blessée, une version miniature sautillant tristement autour. Elle l'avait d'abord endormi ou du moins bien abruti à l'aise de plantes, puis s'était chargée de s'occuper de sa patte avant de la laisser rejoindre son petit.
Mais ici, ce n'était pas un animal mais un homme, alors la question ne se posait pas. Elle s'approcha, un peu peureusement, puis parla dans la langue des terriens, qu'elle maîtrisait correctement ;


- Tu as besoin d'aide ? Je suis guérisseuse...
© BLACK PUMPKIN

avatar
14/08/2017 Ketro 276 Alex Pettyfer Pivette Gona/Combat & Agriculture 104
The secret side of me

I never let you see


Sujet: Re: Don't judge me
Dim 10 Sep - 9:07

Quand est-ce qu'il allait finir par apprendre ? Quand est-ce qu'il accepterait l'idée que ses incursions au sein de la forêt depuis l'arrivée des gens venus du ciel étaient le plus sûr moyen de se faire tuer ou pire encore ? Finn avait toujours eu la tête dure à sa façon, il n'avait pas été un enfant turbulent ni rebelle, n'avait jamais fait preuve de cruauté ni d'antipathie envers autrui. Et pourtant... Il avait ardemment désiré devenir un Gona, il avait toujours voulu protéger les siens et avait fait en sorte d'en être capable, s'entrainant année après année après année, jusqu'à-ce qu'enfin il soit en âge et en capacité d'agir par lui-même et de prendre ses propres décisions. Depuis lors on avait rien eu à lui reprocher hormis une seule et unique chose : son don pour être blessé. Certains avaient d'abord pensé qu'il le faisait exprès, lorsqu'il n'était encore qu'un jeune trop enthousiaste et téméraire, puis avec le temps et l'âge avançant, on l'avait qualifié d'inconscient, de fou, d'imbécile et autres joyeusetés. Bien sûr ça n'était jamais avec méchanceté, mais davantage par inquiétude car il ne se passait jamais plus d'un ou deux mois sans que l'homme ne soit blessé d'une façon ou d'une autre. Les chutes et les bosses avaient été remplacées par des coups de griffes et des morsures, puis des lacérations indiquant clairement que son adversaire était humain et possédait également sa propre arme... puis vinrent ceux du ciel.

Le Pikuni se faisait un devoir de patrouiller non seulement dans la vallée, mais également -et principalement- dans la forêt où il savait que ces gens se trouvaient. Bien sûr il y avait déjà les Naori qui pouvaient surveiller ces intrus, mais cette tribu était réputée pour son pacifisme et l'homme n'était pas certain qu'ils soient capables de repousser une attaque si jamais un jour les "Odysséens" et les "Cent" comme ils se faisaient appeler, décidaient de les attaquer. Finn avait donc prit sur lui d'arpenter régulièrement la forêt, esquivant les éventuels chemins que certains pouvaient emprunter pour s'enfoncer toujours plus profondément entre les arbres. C'est ce qui devait finir par causer sa perte, ou en tout cas une leçon qu'il ne risquerait pas d'oublier.

SCHALCK !

Le piège qu'il n'avait pas vu se referma sur sa jambe et un cri de douleur et de rage lui échappa, le faisant ployer le genou et se courber vers l'avant alors même qu'il portait ses mains à sa propre bouche pour tenter de juguler le second cri qui tentait de s'échapper de sa gorge. Son cœur s'emballait, son sang battait violemment à ses tempes et sa vision se troubla sur l'instant alors que son souffle, rapide et court, ne pouvait empêcher la douleur d'irradier. Indépendamment de lui, son corps décida que réfréner un hurlement en se mordant violemment la paume des mains valait bien quelques larmes qui pointèrent au coin de ses yeux, rageusement essuyées d'un geste nerveux et tremblant. Le Gona se décida à lâcher la prise de ses dents sur sa main et, mâchoire crispée, baissa les yeux sur sa jambe. Prisonnière d'un piège fait d'un drôle de métal lisse et brillant, il n'en revenait pas de ne pas l'avoir vu, lui qui prenait toujours garde à où il mettait les pieds. Une distraction d'une fraction de seconde, sans doute, qui lui avait valu de finir blessé comme un animal prit dans un piège par un chasseur quelconque, à ceci près que lui avait encore son épée à son côté, ce qui demeurait un léger avantage.

- ... !

Sa tête bourdonnait à présent et il songeait qu'il lui fallait s'extirper de cette chose avant qu'une bête féroce ne le trouve et ne décide d'en faire son déjeuner ou, pire encore, qu'un ennemi ne le capture et tente de lui arracher des informations. L'on avait beau avoir fait une trêve, pour le Gona ce n'était qu'une question de temps avant que ceux du ciel ne tentent de nouveau de les attaquer et il était hors de question qu'il soit pour eux une proie facile, jamais. Tout à ses pensées et à son observation du piège en vu de savoir comment l'ôter en limiter les dégâts -bordel il n'arrivait même pas à se remettre debout pour l'instant tant son corps tout entier subissait le contrecoup de cette blessure- il n'avait pas entendu le premier froissement de feuillages un peu plus loin et ce ne fut que quand elle fut en vue qu'il calcula sa présence, relevant vivement la tête vers ce qui était, de toute évidence, l'une des "leurs".

- Tu as besoin d'aide ? Je suis guérisseuse...

- ...

Elle parlait sa langue, étrangement bien, il ignorait où elle avait bien pu l'apprendre mais ce qui importait surtout c'était qu'elle lui disait être guérisseuse. Vraiment ? Une femme qui soigne au milieu de ces... gens. Il aurait bien pensé monstre, mais même lui savait que c'était exagéré comparé à certaines créatures qui rôdaient dans les zones dangereuses. Finn avait lâché sa jambe sanguinolente et fixait à présent l'inconnue d'un regard chargé de colère -merci chère douleur- et de méfiance. Une allure un peu chétive, peut-être même fragile, de grands yeux passablement apeurés, c'était à croire que les rôles étaient inversés et que c'était elle la proie et lui le chasseur. Peut-être était-il effrayant à cet instant, son teint palissant et son regard noir, sa mâchoire crispée pour contenir le moindre son pouvant trahir son état, l'une de ses mains sur le manche de son épée par réflexe. Mais est-ce qu'elle n'avait pas dit vouloir l'aider ? La tentation de baisser les yeux vers sa jambe était forte, mais il n'avait pas besoin d'y rejeter un regard pour savoir qu'il n'y arriverait probablement pas tout seul, ou en tout cas pas sans se blesser davantage. Il le sentait à la façon dont sa jambe hurlait de souffrance et il craignait d'ailleurs qu'elle ne soit cassée, sans en avoir pour l'instant la moindre certitude. Refuser de l'aide serait stupide, quand bien même il s'agirait d'une ennemie potentielle.

- Tu sais comment faire avec ce genre de piège ?

Demanda-t-il en Terrien. Puisqu'elle semblait connaitre sa langue, il ne voyait pas pourquoi il ferait le moindre effort, quand bien même il connaissait quelques rudiments de cet "anglais" que ceux du ciel parlaient. Il avait mis de longues secondes avant de lui répondre, le temps de la scruter de bas en haut, mais à présent que c'était fait, il sentait sa gorge aussi sèche que sa voix avait eu des accents rauques. Pour l'instant le Pikuni parvenait à se contrôler, mais il ignorait combien de temps encore il pourrait le faire sans faiblir. Rien que l'odeur du sang risquait d'attirer l'une de ces créatures gigantesques qui vivent dans la forêt et qui ne feraient qu'une bouchée -ou presque- de lui s'il ne pouvait pas bouger.

- Qui es-tu ?

Semblait être une bonne question, était-elle l'une de ceux arrivés en premier ou bien membre du groupe qui était tombé du ciel dans le grand oiseau de fer ? Cela pouvait faire la différence si jamais on les surprenaient ensemble, voir même plus simplement si elle lui venait réellement en aide comme elle prétendait vouloir le faire.

avatar
27/10/2016 146 Lily Collins medecin, herboriste 20


Sujet: Re: Don't judge me
Sam 14 Oct - 22:19

LLe regard qu’il lui lança la cloua sur place et elle pâlit immédiatement. Une mélange de douleur, de méfiance et de colère, voir même de haine. Elle se sentit tout de suite coupable, après tout le piège posé là avait été mis par un des siens alors elle est sentait en partie responsable. Et la douleur qu’elle lisait sur ce visage l’empêcha de partir en courant. Clary n’était absolument pas quelqu’un de courageux mais quand il s’agissait d’aider les autres elle pouvait carrément se montrer imprudente. Au fond, elle faisait trop confiance aux gens, elle était trop persuadé qu’il y avait du bon en tout le monde, et même si elle avait peur l’envie d’aider était la plus forte.

- Tu sais comment faire avec ce genre de piège ?

Au moins il ne l’envoyait pas voir ailleurs. Cette la phrase lui donna le courage de s’avancer tandis qu’elle hocha la tête et s’arrêta à un mètre de lui, jetant un regard peu rassuré à sa main sur la poignée de son épée. Elle n’avait aucune idée de qui était cette personne, et savait qu’il y avait toujours un risque qu’il l’a transperce avec sa lame. Après tout, la peur et la douleur donnait naissance à des réactions très brusques et violentes.

- Qui es-tu ?

Clary hésita un moment, presque intimidée par la question. Que dire pour qu’il lui fasse confiance ? Comment se présenter à lui ? Quelles choses raconter sur elle ? Il entendait bien qu’elle n’était pas une des leurs, pas une terrienne, cela elle ne pouvait le cacher. Et elle connaissait la haine et la méfiance de certains autochtones envers les gens du ciel. Mais la petite brune n’avait pas le choix, il allait falloir jouer à la franchise 

- Une des guérisseuses des cent, c’est tout. Je suis désolé que tu sois tombé sur ce piège, laisse moi t’aider, je vais l’ouvrir et après on regardera ta jambe, si tu veux bien.

Elle rassembla son courage et s’agenouilla devant le piège dentelé qui s’était refermé sur la jambe du terrien. Avec précaution elle saisit le saisit des deux côtés.

- Je suis désolé, ça risque de faire un peu mal...

Elle tira de toutes ses forces, patinant à faire bouger la mâchoire métallique. Le piège s’ouvrait lentement, elle sentit ses muscles trembler et le métal coupant s’enfoncer dans sa main sous l’effort, mais finit enfin par réussir à libérer la jambe du jeune homme. Elle enleva immédiatement le ce tas de ferraille dangereux pour le glisser à quelques mètres de là, y enfonçant un bout de bois pour éviter un autre accident. Voyant le sang couler des plaies profondes, elle enleva son gilet et le déchira en deux’ utilisant une partie comme garrot et l’autre pour appuyer sur la jambe et stopper l’hémorragie. 

avatar
14/08/2017 Ketro 276 Alex Pettyfer Pivette Gona/Combat & Agriculture 104
The secret side of me

I never let you see


Sujet: Re: Don't judge me
Sam 14 Oct - 23:26

Une biche affolée, c'est l'image qui s'imposa à l'esprit de Finn en voyant la jeune femme se raidir et le fixer avec de grands yeux tandis qu'elle pâlissait à vue d’œil. Bien, il préférait inspirer peur que pitié, même si c'était sans doute assez stupide comme pensée, il ne pouvait s'en empêcher à cet instant et nul doute que s'il avait tenu le poseur de piège à portée de son épée, il le lui aurait fait très chèrement payer. Seulement voilà, au lieu d'un responsable, c'était une Cent qui était venu à lui, mais ce qui fit tiquer le Pikuni fut le statut sous lequel elle se présenta : une guérisseuse. Si au moment où elle s'était avancée, elle avait pu le voir se crisper comme à l'approche d'une menace, le fait qu'elle soit de ceux qui soignent avait sur l'homme l'effet inverse. Ses paupières clignèrent d'abord le temps d'assimiler l'information au travers du voile de la douleur, puis son expression se détendit visiblement, ses sourcils cessèrent de se froncer et la main quitta le manche de l'épée qui de toute façon ne pourrait pas l'aider dans l'immédiat, s'en servir comme d'un levier risquant de briser la lame.

- ...

Elle proposait de l'aider et pour seule réponse, elle obtint un hochement de tête et une attention soutenue de la part du Gona qui vit les petites mains tenter de défaire l'emprise des crocs d'acier sur leur proie. La douleur s'intensifia lorsque le mouvement s'amorça et Finn serra les dents, étouffant un gémissement avant de repérer le tremblement chez la jeune femme. Ses mains, larges et plus puissantes, se joignirent aux siennes et suivirent le mouvement, l'aidant à retirer le piège qui lui arracha un bref cri plus sonore qu'il ne l'aurait voulu. La chose fut rejetée un peu plus loin et ce ne fut qu'une fois celui-ci hors de portée que le Pikuni s'accorda le droit de s'assoir à même le sol, reprenant son souffle entre ses dents serrées, sentant sa jambe palpiter violemment, signe qu'elle avait enfin assez d'espace pour gonfler à loisir.

- Rha c'est pas vrai... !

Il grimaça et saisit son genou, à défaut de pouvoir faire la même chose avec son mollet sanguinolent, regardant la Cent revenir à la charge en déchirant son gilet sans la moindre hésitation, pressant le tissu qui semblait pourtant de bon ouvrage -et donc sans doute précieux, rares étaient les tisseuses qui faisaient un aussi bon travail- sur ses plaies, appuyant de ses petites mains pour tenter de juguler au mieux les saignements. Les pensées de Finn se tournèrent vers son amie qui possédait la même flamme, la même passion dans l'aide qu'elle pouvait apporter aux autres, le genre de femme qui comme celle qui lui faisait présentement face n'aurait pas hésité à s'avancer vers l'ennemi pour lui porter assistance. A croire que les guérisseuses étaient toutes des risque-tout.

- ... Merci.

Souffla-t-il en lui jetant un regard chargé de douleur et de sincérité, il avait beau se méfier ouvertement des gens venus du ciel, il fallait bien reconnaitre que peu importait la tribu, un soigneur était un soigneur et la Cent en était la preuve vivante. N'eut été la douleur, il lui aurait volontiers sourit, mais tout ce qu'il parvint à lui décocher fut un rictus à mi-chemin entre sourire et grimace, rien de bien glorieux.

- Est-ce que c'est cassé ?

Il était capable de le sentir présentement et le choc au moment où le piège s'était refermé sur sa jambe, le claquement métallique qui avait résonné à ses oreilles, l'avaient empêché de se concentrer sur quoi que ce soit d'autre que la douleur qui avait soudain vrillé dans tout son corps. A présent les palpitations lui donnaient l'impression d'une respiration et c'était sur la sienne qu'il se concentrait afin de tenter de rester éveillé malgré la tête qui commençait déjà à lui tourner. Il ne pouvait pas se permettre d'être capturé si jamais la jeune femme décidait qu'il lui fallait l'aide des autres venus du ciel. Pour l'instant en tout cas le Pikuni se montrait docile et ne cherchait pas à faire l'imbécile, il était trop loin de l'orée de la forêt, trop loin de son village et trop affaibli pour espérer pouvoir regagner un abri sans risquer d'être intercepté par une bête sauvage ou pire encore.

- ... Je m'appelle Finn. Et toi quel est ton nom ?

Elle n'était pas une ennemie, ou en tout cas même si elle appartenait aux Cent, elle n'avait rien d'une menace et semblait vouloir sincèrement l'aider. Bien sûr il n'y avait jamais rien d'acquis et on ne pouvait se fier aux Skaikru, mais pour l'instant elle demeurait de loin sa seule chance de rentrer chez lui en un seul morceau, au propre comme au figuré.

avatar
27/10/2016 146 Lily Collins medecin, herboriste 20


Sujet: Re: Don't judge me
Dim 29 Oct - 17:16

Il la remercia et Clary lui adressa un petit sourire avant de continuer d’appuyer un peu pour stopper, ou du moins ralentir l’hémorragie. Elle n’avait pas besoin que ses patients lui manifestent leur reconnaissance, elle était heureuse d’aider tout simplement, mais tout de même un ou deux mots gentils étaient toujours agréables.

- Est-ce que c'est cassé ?

La brune examina encore un instant la jambe puis secoua la tête. Le membre ne faisait pas d’angle étrange, et de ce qu’elle avait vu avant de placer du tissu pour freiner l’hémorragie, la blessure n’était pas au niveau de l’os mais un peu sur le côté. 

- Non, j’en suis presque sûre. Appuie ici le temps que je trouve une plante...

Elle saisit alors son panier à quelques mètres de là et fouilla un instant dans le bazar qu’étaient les pousses à l’intérieur. Du souci, du sureau, de l’Hysope, de la Consoude... l’herbe-du-sang ! Voilà ce qu’elle cherchait. Elle la saisit et en fit rapidement une petite pâte grossière avec ses mains puis souleva le linge déjà imbibé de sang et la plaça sur la blessure.

- Désolé, ça fait un peu mal mais ça devrait arrêter le saignement. 

Elle rattacha fermement le linge, un peu inquiète. La blessure était bien profonde, sûrement que le muscle était touché, et le sang coulait malgré le garrot, alors elle espérait que cette plante vertueuse ferait l’effet escompté. C’était drôle comment la brune changeait en exerçant son devoir, devenant parfaitement alerte et concentré. À l’ordinaire un peu rêveuse et parfois distraite, lorsque la nature était autour d’elle elle pouvait se perdre dans des longues heures de contemplations. Il suffisait qu’un papillon se pose avec grâce sur un bourdon et la voilà partie dans un monde rien qu’à elle. Clary pouvait s’émerveiller de tout sur cette terre, peut être était ce la conséquence d’avoir été toute sa vie en captivité ; l’arche, l’orphelinat, la prison... Elle avait toujours demeurée positive, elle avait toujours cru aux secondes chances, mais arriver sur terre dépassait de loin ses rêves les plus fous. C’était une deuxième vie qui avait commencé alors.

- ... Je m'appelle Finn. Et toi quel est ton nom ?

Il était devenu moins méfiant, du moins un peu, et cela rassura la jeune femme que la peur quittait peu à peu. Elle l’observa du coin de l’œil, il n’avait absolument pas l’air méchant, des mèches claires tombant sur son front et adoucissant ses traits. Jeune aussi, environ son âge. Formé pour combattre, cela se lisait dans sa carrure et ses réflexes. Mais cela n’impressionnait plus Clary, un merci avait suffit pour qu’elle lui fasse entièrement confiance. Un peu trop naïve, certes, mais c’était presque une qualité pour une guérisseuse. Alors elle lui répondit d’une voix voix amicale ;

- Clary. D’où viens-tu ? Ici c’est le territoire de chasse des gens du ciel, il faut faire très attention car il y a une multitude de pièges dans le coin... il faut regarder les troncs, si il y a du rouge dessus. 

Elle même ne s’aventurait d’ordinaire pas aussi loin, même si elle connaissait l’emplacement de ces pièges pour avoir accompagné malgré elle ceux qui les posaient. Après tout elle sortait souvent et ce serait un accident trop bête. Et puis elle avait pris l’habitude, comme ses camarades, lorsqu’elle s’éloignait trop, d’observer les arbres alentour à la recherche des traits rouges qu’ils faisaient autour du tronc pour marquer l’emplacement des dents métalliques. Ils marquaient les trois arbres les plus proches, mais quelqu’un qui ne le savait pas pouvait facilement passer à côté, ou juste ignorer ces signes.

avatar
14/08/2017 Ketro 276 Alex Pettyfer Pivette Gona/Combat & Agriculture 104
The secret side of me

I never let you see


Sujet: Re: Don't judge me
Sam 4 Nov - 9:46

Elle avait légèrement sourit quand il l'avait remercié et, s'il n'était pas en état de le lui rendre, ce petit sourire fut comme un rai de lumière entre les feuilles d'un arbre, inattendu et agréable. Elle semblait être douée et lui affirma sa presque certitude que rien n'était cassé, lui donnant des instructions afin qu'il participe aux soins. Ses mains avaient pourtant beau presser le tissu sur la plaie, le sang continuait de couler et la douleur lui faisait tourner la tête, si bien qu'il essayait surtout de rester conscient, respirant un peu fortement, mais aussi calmement et profondément que possible. C'était comme si un animal lui avait broyé la jambe à coup de crocs, sauf que cela ne lui était jamais arrivé à cet endroit et sûrement pas aussi profondément. La plante que la jeune femme utilisa lui fit l'effet d'une brûlure et le Gona serra les dents en gémissant en sourdine, reprenant son souffle avant de parler à nouveau, essayant de garder contenance malgré les points noirs qui commençaient à danser devant ses yeux.

- Je viens d...

Il fronça les sourcils en entendant ce que Clary lui disait. Comment ça leur zone de chasse ? Bon, c'est vrai qu'il s'était aventuré assez loin dans la forêt, mais il existait à quelques instants de marche à peine d'ici des sentiers empruntés par des terriens, dont certains s'aventuraient justement dans la forêt pour cueillir des plantes, champignons et autres choses utiles. Et si l'un des siens ne voyait pas l'un de ces horribles pièges ? Et si aucune guérisseuse ne passait par là à ce moment précis ? Et si une bête attirée par le sang venait attaquer la personne ainsi immobilisée ? Le visage de Finn pâlit un peu plus et cette fois ce n'était plus seulement du à la douleur, mais à la colère qui le saisissait.

- C'est beaucoup trop dangereux ! Ils sont fous ?! Ils auraient pu prévenir les tribus qu'ils faisaient ça ! La forêt est à tout le monde, mais ces choses-là sont mauvaises, ce sont des... !

Il avait commencé à s'emporter et à s'agiter, mais le coup de sang qu'il amorçait s'arrêta brutalement quand son corps le rappela brutalement à l'ordre, ses paupières clignant rapidement avant qu'il ne bascule sur le côté, se retenant de justesse sur ses avant-bras alors qu'il était sur le point de perdre connaissance. Un gémissement lui échappa à cause du mouvement qu'il fit faire involontairement à sa jambe blessée et il resta sur le côté, sa vision se couvrant d'une multitude de points noirs qui envahirent tout l'espace, juste avant que sa tête ne retombe sur le côté et lui avec. Ce fut comme tomber dans un matelas de plumes, le plus moelleux et le plus doux qui soit, comme s'il ne sentait plus rien et que tout disparaissait autour de lui. Une petite partie du Pikuni fut soulagée par cet abandon, appréciant la brève déconnexion de tous ses sens et l'apaisement qui suivit durant plusieurs longues... secondes ? Minutes ? Il n'aurait su le dire, mais ce fut cette autre partie que chacun possède en soi, communément appelée instinct de survie, qui le fit revenir à lui, difficilement. Ses yeux vagues se rouvrirent lentement, la douleur se rappela à son bon souvenir presque immédiatement après, mais il mit malgré tout plusieurs secondes à calculer où il se trouvait et pourquoi. Il avait soif, il le sentait à sa gorge brûlante et à ses lèvres sèches, le cœur au bord de celles-ci à cause de sa jambe qui l'élançait de plus belle. Il y avait des jours comme ça...

avatar
27/10/2016 146 Lily Collins medecin, herboriste 20


Sujet: Re: Don't judge me
Mar 7 Nov - 10:32

Ce qu’elle lui révéla sembla soudainement le mettre en colère. Clary serra les dents, elle aurait mieux fait de se taire peut être.

C'est beaucoup trop dangereux ! Ils sont fous ?! Ils auraient pu prévenir les tribus qu'ils faisaient ça ! La forêt est à tout le monde, mais ces choses-là sont mauvaises, ce sont des... !

Pour les chasseurs poser des marques rouges sur les arbres suffisait, mais il était vrai qu’on pouvait facilement passer à côté, comme Finn l’avait fait. Et puis quand à la communication avec les autres tribus, ça ne se faisait pas si facilement, et pour l’instant ils n’avaient pas vraiment soulevé la question puisque des accidents comme celui ci n’étaient jamais arrivés, du moins pas à leur connaissance. Mais, maintenant, en rentrant, Clary savait qu’elle allait devoir en toucher un mot aux autres, ils ne pouvaient se permettre que des accidents aussi stupides se reproduisent. Et si c’était en enfant qui tombait là dedans ? Au vu de sa taille, la blessure pourrait tout de suite être létale. Et même, si elle n’était pas passé par là ? Ce terrien, Finn, qu’aurait-il fait ?
Mais elle n’eut pas vraiment le temps de se poser d’autres questions car son patient, trop agitée, avait d’abord encore pâli puis ses yeux était devenus vagues et il perdit connaissance, se laissant tomber sur le sol. Clary sentit une boule de peur se serrer dans sa gorge mais ne paniqua pas, avec tout le sang perdu et cet énervement soudain, c’était normal. Elle souleva de nouveau le bandage improvisé pour découvrir, rassurée, que la plante avait bien fait son effet. Puis elle s’approcha de son visage pour lui tapoter la joue, il fallait éviter qu’il ne reste inconscient trop longtemps. Peu à peu, le blond retrouva ses esprits. Clary sortit sa gourde et lui aida à boire un peu. Elle lui parla avec douceur mais fermeté, c’était sa voix de guérisseuse.

Pas trop vite, tu as perdu beaucoup de sang, alors vas y lentement. Et évite de t’emporter comme ça, regarde ce que ça donne ! J’en parlerai aux responsables du camp, bien sûr, mais en ce moment on a d’autres problèmes. 

Elle se retourna vers son panier pour fouiller dedans et sortit deux autres plantes. Une contre la douleur, l’autre contre la fatigue. Même si ce n’étaient pas des potions magiques qui agissaient immédiatement avec une force surprenante, elle faisaient bien leur effet. 

- Tiens, tu vas prendre ça, tu te sentiras un peu mieux après.

avatar
14/08/2017 Ketro 276 Alex Pettyfer Pivette Gona/Combat & Agriculture 104
The secret side of me

I never let you see


Sujet: Re: Don't judge me
Dim 12 Nov - 16:04

Finn ignorait tout des pensées de Clary au moment où il s'emporta, non pas contre elle, mais contre ceux qui étaient responsables de la pose de ces pièges, cependant elle avait très bien fait de lui en parler car au moins ainsi était-il au courant et pourrait-il prévenir les autres membres de la tribu concernant cette zone et ces marques rouges. Pour autant trop d'agitation quand on était blessé n'était pas une bonne chose et le Pikuni perdit brièvement connaissance faute d'avoir su se contrôler, basculant sur le côté où il tomba lourdement. Ce bref moment d'abandon lui fit étrangement le plus grand bien, mais ce fut un tapotement sur sa joue qui l'arracha aux ténèbres cotonneuses, le forçant à s'en extirper, à rouvrir les yeux et à reprendre conscience de son corps et, par extension, de la douleur à sa jambe. La jeune femme était penchée sur lui et lui faisait la leçon concernant son état. Un souvenir fugace lui rappela une scène similaire et il grimaça un sourire, se redressant lentement en position assise sur le sol, une main à son front comme si ce simple geste aurait pu empêcher son  cerveau de palpiter dans son crâne.

- Tu as raison.

"Évidemment qu'elle a raison !"
Lui souffla cette fichue voix dans sa tête qui avait le don de le rappeler à l'ordre quand il commençait à déconner, lui arrachant un bref soupir tandis que la Cent fouillait dans son panier sans se préoccuper plus que ça d'avoir un Gona à portée d'attaque. Le croyait-elle à ce point blessé qu'il ne soit pas une menace ou bien lui faisait-elle confiance ? Elle ne le connaissait pas, aussi était-ce sans doute son sens du devoir de guérisseuse qui prévalait avant toute chose, mais quand même... Finn songea qu'elle avait de la chance d'être tombée sur lui et pas sur quelqu'un de plus antipathique avec les gens tombés du ciel, qui sait sinon ce qui aurait pu arriver.

- Tiens, tu vas prendre ça, tu te sentiras un peu mieux après.

Il cligna des paupières, surpris, puis tendit la main pour prendre ce qu'elle lui offrait, hochant la tête avant de mettre en bouche les plantes et de mâcher consciencieusement, lentement et prudemment aussi au vu de l'horrible goût que ça avait.

- ... Je suis désolé, à cause de moi tu vas devoir prolonger ta cueillette.

Il aurait aimé pouvoir lui rendre la pareille, mais ce serait sans doute chose difficile et il ne serait de toute façon pas une grande aide pour qui que ce soit avant un bon moment, même s'il avait eu de la chance avec cette blessure. Finissant de mâchouiller, il avala difficilement puis entreprit de jeter un regard attentif autour de lui.

- Est-ce que tu vois des branches suffisamment grosses ? J'aimerais pouvoir en faire des bâtons pour m'aider à marcher. Je dois regagner le village avant la nuit.

Hors de question de rester ici en pleine forêt de nuit, blessé et à la merci du premier reapeur venu, c'était hors de question, sans parler du fait que même si c'était tardivement, il revenait toujours à la fin de la journée parmi les siens. Que penserait-on s'il disparaissait trop longtemps ? Les gardes se poseraient des questions, mais même s'ils n'enverraient personne avant le lendemain ou même celui d'après, il était inutile de les inquiéter si cela pouvait être évité... encore que rentrer blessé ne serait pas tellement plus intelligent, mais ça au moins ils y étaient habitués.

avatar
27/10/2016 146 Lily Collins medecin, herboriste 20


Sujet: Re: Don't judge me
Mar 14 Nov - 10:31

- ... Je suis désolé, à cause de moi tu vas devoir prolonger ta cueillette.

Elle secoua la tête en souriant. Voilà une chose qui ne la dérangeait pas. Elle les aimait ces longues balades sous les arbres, écoutant le mystérieux bruit de la forêt, regardant les majestueux troncs se balancer. Entendre sous ses pas des brindilles craquer, voir dans les herbes des pouces nouveaux, apercevoir de temps en temps un animal dans les joncs. Oui, elle aimait humer le parfum frais du sous bois et sentir l’humidité qui s’en dégage, caresser les troncs irréguliers et penser à leur âge, leur si grand âge. Ils étaient là quand elle étaient née, ils seront là longtemps après elle, et qui sait quelles mains ont effleuré ses feuilles, qu’elles mains vont effleurer ce même arbre ? Et qui sait qu’est ce qui s’est passé, et se passera ici, là et là bas ? Le mystère que seul le temps détient. Des fois, elle s’arrêtait pour lever la tête et admirer le toit de feuillages loin au dessus de sa tête, avec des morceaux de ciel perlant ça et là. Un tout autre monde que c’était ici, caché et mystérieux. Les arbres sans âge se dressaient vers le ciel avec tant de majesté que Clary se retrouvait émue par cette sensation de petitesse qui s’emparait alors d’elle. Au milieu de tout ça, elle n’était qu’un bout de vie éphémère.

- Ne t’excuses pas y a pas de problèmes, les plantes c’est fait pour être utilisé ! Et ça ne me dérange absolument pas de prolonger ma balade, au contraire.

Bien que la petite brune était une personne plutôt sociable, appréciant beaucoup avoir des gens autour d’elle, ses longues cueillettes lui permettaient de se déconnecter un peu du cours de sa vie et de se reposer, car au camp il ne manquait jamais de travail à faire et elle était là première à se proposer pour aider lorsque sa vocation de soigneuse ne l’appelait pas. Mais elle savait aussi qu’elle ne devait pas rester trop inactive trop longtemps, car alors sa bonne humeur pouvait s’évaporer et elle commençait à ressasser le passé, des choses mauvaises, des chaises qu’elle aurait voulu oublier. Mais on n’oublie pas la douleur, on n’oublie pas la peine ni ses crimes ni ses fautes ni ses regrets. 

- Est-ce que tu vois des branches suffisamment grosses ? J'aimerais pouvoir en faire des bâtons pour m'aider à marcher. Je dois regagner le village avant la nuit.

Clary se redressa et regarda autour d’elle à la recherche de ce qu’il demandait. Elle s’avança un peu sous les arbres et fini par dénicher deux branches, une plutôt solide l’autre un peu plus fine, mais faute de trouver mieux elle revint vers lui.

- Je n’ai pu trouver que ça. Ton campement est loin ? Car je vais devoir t’accompagner, au moins jusqu’à que tu sois presque arrivé, car je ne peux pas te laisser courir seul dans la forêt alors que tu viens de perdre connaissance. 

S’approcher d’un camp hostile ne la rassurait pas, malgré la trêve, mais elle faisait confiance à Fin pour expliquer ce qui s’était passé si jamais ils croisaient un de ses camarades n’appréciant pas trop les étrangers. Elle sentait qu’elle pouvait facilement lui faire confiance, c’était tout Clary ça, un brin naïve, ne pouvant envisager le pire. 

avatar
14/08/2017 Ketro 276 Alex Pettyfer Pivette Gona/Combat & Agriculture 104
The secret side of me

I never let you see


Sujet: Re: Don't judge me
Lun 20 Nov - 16:13

Il n'y avait rien à répondre à cela tant c'était l'évidence même. Peu importait en vérité à qui on donnait ces plantes du moment qu'une fois absorbée elles remplissaient le rôle qui leur était dévolu, aussi Finn s'abstint-il de tout commentaire superflu et apprécia-t-il l'intention de Clary qui n'hésitait pas ainsi à partager avec un inconnu des ressources relativement précieuses. Rassemblant ses forces et sa volonté, il constata avec une agréable surprise que la jeune femme avait su lui dénicher deux branches de taille respectable qui devraient convenir. La remerciant quand elle les lui tendit, il dégaina non pas son épée, mais un petit couteau dissimulé à la taille, retirant feuille et brindilles inutiles qui gêneraient la marche, avant d'inspirer profondément en prévision de la suite des évènements. Non, son village n'était pas si loin, mais avec une jambe blessée de la sorte, cela risquait fort de ressembler à un parcours du combattant plutôt qu'à une promenade de santé. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le Gona entreprit de se servir de sa jambe indemne, se plaçant d'abord sur un genou avant de pousser de toute ses forces tout en s'aidant des cannes en bois improvisées, grimaçant et protestant quand le pied de sa jambe blessée racla contre le sol. S'il tangua visiblement, au moins ne tomba-t-il pas et c'était en soi déjà une belle victoire. La mâchoire crispée et le souffle un peu écourte par l'effort, il parvint malgré tout à offrir un sourire un peu plus amical à sa bienfaitrice.

- Tu peux m'accompagner jusqu'à l'orée de la forêt si tu veux, mais je ne voudrais pas que les tiens croient que je t'ai kidnappé ou quelque chose du genre. Ne vont-ils pas s'inquiéter s'ils ne te voient pas rentrer ?

C'est que si elle comptait l'accompagner jusqu'au village Pikuni avec le rythme d'escargot qu'il risquait fort d'avoir, cela risquait de prendre une éternité et il était à peu près sûr que la nuit serait tombée longtemps avant qu'elle-même ne retourne au campement des Cent. Le risque était grand et Finn préférait encore qu'elle ne s'éloigne pas à ce point, car si jamais quelque chose devait lui arriver parce qu'elle lui avait porté secours, il s'en voudrait bien plus que ce qu'il pourrait admettre. C'est qu'elle avait bon fond cette jeune femme, pour ne pas dire la main sur le cœur, il ne pouvait pas lui faire prendre de risques inconsidérés.

Spoiler:
 

avatar
27/10/2016 146 Lily Collins medecin, herboriste 20


Sujet: Re: Don't judge me
Mer 29 Nov - 22:22

Spoiler:
 



La brune observa le terrien tandis que celui-ci testait la stabilité des bâtons qu'elle venait d'apporter. Ce n'était pas la première fois qu'elle était en contact avec des locaux, bien loin de là. En trois ans de vie sur terre, elle eut l'occasion d'en croiser pas mal, chacun ayant eu des réactions très différentes. Ce ne fut pas toujours des bonnes rencontres, et c'était plus compliqué encore quand elle ne savait encore prononcer un seul mot dans leur langue, mais la brune avait vite compris que c'était des hommes tout comme eux, en extérieur un peu différents, mais les mêmes au fond. Et puis, justement, c'était cette sorte d'exotisme, la découverte d'une culture nouvelle, de coutumes différentes, qui avait tout de suite intéressé la jeune femme. Si elle avait bien un défaut, c'était la curiosité, et mêlé à cette naïveté enfantine, elle pouvait parfois lui attirer des problèmes, mais jusqu'à là elle avait plutôt eu de la chance avec ceux qu'elle avait rencontrés, Finn y compris. À première vue, elle avait un peu redouté cet air dur et méfiant sur son visage, mais Clary avait mis cela sur le compte de la douleur et elle avait eu bien raison puisque à présent il se montrait reconnaissant. Comme quoi, preuve de plus qu'il ne fallait jamais juger les gens, et de toutes manières dans sa fonction la question ne se posait pas ; elle soignait qui ? Tout le monde. Amis ou ennemis, sa vocation était de porter secours et de voir, au delà de la personne blessée, un être vivant ayant besoin d'aide.


- Je t'accompagnerai jusqu'à ce que tu sois assez proche de ton camp pour ne plus rien risquer. Ne t'inquiète pas, les miens ne se rendront pas compte de ma disparition avant quelques heures je pense, quand je pars pour chercher des plantes, il m'arrive de ne pas voir le temps passer. Ils ont l'habitude. 


Combien de fois n'avait elle pas vu le soleil descendre derrière les arbres ? Combien de fois s'était elle soudainement rendue compte que la lumière avait baissé, alors qu'il y a quelques instants le soleil caressait sa peau ? Le temps sur terre semblait passer bien différemment que sur l'odyssée. Dans la prison, les minutes duraient des heures, tandis que, seuls dans leurs cellules, les jeunes fixaient les murs gris. Sur terre, ces heures étaient des secondes et le temps semblait filler à toute vitesse alors qu'il y avait toujours des activités à faire. Et sans montre, si on ne faisait pas un peu attention à la position du soleil, on se faisait bien vite surprendre par le soir tombant. 
Les ténèbres. C'était quelque chose qu'elle avait redouté au début. Pire, elle en était effrayée. Sur l'Odyssée, toutes les nuits se ressemblaient, on se savait en sécurité, tandis qu'ici, la nuit venue, les ombres commençaient à danser, des formes se dessinaient et des sons étranges résonnaient dans l'air. La première année, elle avait passé plus de nuits blanches que des nuits de repos, tendue, nerveuse, ne pouvant empêcher d'anciens souvenirs de ressurgir alors qu'elle se sentait en danger en permanence. Mais la jeune femme avait fini par s'y habituer, tant bien que mal, et ne craignait plus autant ces ténèbres inconnues. Alors quand bien même la nuit sera sûrement tombé lorsqu'elle reviendra, elle connaissait trop bien le chemin pour se perdre, et les démons étaient surtout dans sa tête, pas derrière les buissons. Et même si des cicatrices restaient, au fil des années, les plaies avaient fini par guérir. 

avatar
14/08/2017 Ketro 276 Alex Pettyfer Pivette Gona/Combat & Agriculture 104
The secret side of me

I never let you see


Sujet: Re: Don't judge me
Sam 9 Déc - 11:40

Clary ne le réalisait sans doute pas, mais elle avait eu de la chance en croisant le chemin de Finn plutôt que d'un autre. La chance de ne pas être un homme du ciel, mais une femme, car le Gona avait certains principes que ses parents lui avaient inculqués, notamment sa mère pour qui il avait toujours eu une grande affection. La chance de ne pas être une menace, car elle ne portait aucune arme et avait fait preuve de prudence et d'un peu de crainte à sa seule vue. La chance, enfin, d'être une soigneuse, car s'il y avait bien une catégorie de personnes réputés pour leur façon de percevoir le monde, c'était bien les guérisseurs, médecins et autres soigneurs dont l'on disait que le devoir était avant tout de préserver la vie, peu importe à quelle tribu on appartenait. Tous ces éléments couplés ensemble, au-delà de l'air inoffensif au premier abord que pouvait exprimer la jeune Cent, au-delà de cette volonté qu'elle avait eu de lui porter secours, tout cela avait joué en sa faveur. Jamais jusqu'à ce jour le Pikuni n'avait eu à porter la main sur une femme, mais blessé et incapable de s'échapper, il aurait très bien pu avoir une mauvaise réaction et utiliser son arme en guise de défense s'il avait ressenti la moindre menace venant d'une Skaikru. Si pour elle tous les humains étaient identiques, lui ne partageait pas vraiment cette notion et ceux venus du ciel étaient à ses yeux une réelle menace... hormis les quelques rares qui semblaient vouloir s'intégrer aux terriens et vivre en paix. Bien sûr Finn n'était pas fermé d'esprit et bien sûr qu'il finirait par voir ces étrangers comme des alliés potentiels, mais cela ne se ferait pas avant de très longues années... et encore perdurerait toujours une certaine méfiance instinctive, irrépressible malgré tous les efforts qu'il ferait. Mais elle, cette inconnue qui venait de croiser son chemin, elle n'était pas ainsi et il semblait évident que l'obscurité n'habitait pas son cœur. Preuve en était qu'elle était prête à l'accompagner en "territoire dangereux" quelque part.

- D'accord, mais seulement jusqu'à l'orée de la forêt. Après ce ne sont que des plaines, je pourrais cheminer sans que ce soit trop difficile.

Bien sûr que c'était un mensonge, mais à moitié seulement. Le plus dur serait de quitter la forêt, le reste lui paraitrait être une partie de plaisir à côté des dénivelés des bois, entre branchages, buissons, roches glissantes et feuilles dissimulant nombre de pièges, l'herbe d'une colline et une vue dégagée à l'horizon seraient une vraie partie de plaisir en comparaison. Et puisque l'heure avançait tandis qu'ils échangeaient ainsi, Finn entreprit de raffermir son appui sur les cannes improvisées et commença à marcher -ou plutôt claudiquer- prenant la direction par laquelle il était venu en gardant un regard sur le sol, des fois qu'un autre danger le guetterait, tapis dans l'ombre. Le rythme qu'il adopta était à la fois trop lent à ses yeux et pourtant assez rapide pour un blessé, de sorte qu'il sentait par moment ses mains trembler sur le bois et sa jambe l'élancer fortement. Le Gona faisait son possible pour ne pas prendre appui dessus et décida que le meilleur moyen pour éviter de penser à la douleur, c'était encore de s'occuper l'esprit autrement.

- Il y a beaucoup de soigneurs chez les Skaikru ?

Des fois qu'il y retournerait ou serait amené à croiser une autre personne venue du ciel, autant ne pas partir immédiatement sur la supposition d'avoir un ennemi en face de soi, comme lorsqu'il avait fait la connaissance du vieil homme. Le pauvre avait du attendre un long moment avant que le Pikuni ne rengaine son épée et encore avait-il du argumenter pour le convaincre qu'il n'était pas une menace. Mais au final... combien était-il, là-bas ?

- Vous êtes nombreux, là où tu vis ?

Ce n'était plus vraiment le guerrier qui se posait cette question, mais plutôt l'homme de nature curieuse qui refaisait surface malgré son état dégradé. Peut-être était-ce parce qu'il savait n'avoir rien à craindre en compagnie de la jeune femme, peut-être aussi parce qu'apprendre à connaitre les gens vous aident à vous détendre en leur présence, allez savoir.

Contenu sponsorisé


Sujet: Re: Don't judge me

 

Don't judge me

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» only god can judge me → le 27 septembre 2011 à 16h14
» camaël △ just god can judge me.
» Baek Jun Ah - Please don't judge me, and I won't judge you.
» Don't judge me, I was born to be awesome, not perfect || Alexandra Wayland]
» Les Paroles de Jean Dominique:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde-