Partagez | 
 

˜˜˜˜˜˜Don't judge me
maybe life should be about more than just surviving


avatar
27/10/2016 140 Lily Collins medecin, herboriste 30


Sujet: Don't judge me
Sam 9 Sep - 19:44


Don't judge me
Finn et Clary


 D'un pas aérien Clary parcourait la forêt, un panier tressé dans ma main, contenant un tas de plantes de différentes tailles, formes et couleurs. En cette saison, où l'air s'était enfin réchauffé les végétaux poussaient abondamment, c'était le moment ou jamais pour remplir ses réserves. En plus la petite brune adorait ces longues balades qui lui permettaient de profiter de la nature alentour, de son calme et de son silence. Ce n'était pas quelqu'un de solitaire, au contraire, mais de temps en temps ça lui faisait du bien de s'aérer un peu l'esprit. Enfin pas trop non plus, car quand elle se retrouvait trop longtemps livré à ses pensés sens souvenirs sombres tendaient à remonter à la surface. Chacun avait ses démons, des choses qu'il ne pourra jamais se pardonner, et quand elle était occupée ça allait, mais ils n'étaient jamais bien loin, tassés dans un recoin de son esprit, prêts à bondir à toute occasion. Elle ne se demandait même plus si un jour elle arriverait à y penser sans cette horrible boule dans la gorge. Elle ne se demandait plus si elle arriverait un jour à se pardonner. Elle n'y croyait pas. L'impardonnable avait été commis, elle avait pris une vie, et le restant de ses jours elle devra vivre avec, en tentant au mieux de se racheter pour son pêché. Mais elle savait bien que, à ses propres yeux au moins, elle n'y arriverait jamais. 
Plongée dans ses pensés, elle sursauta lorsque un cri de douleur rageur résonna dans la forêt, peu loin de là. Instinctivement elle se baisa, le cœur battant à la chamade. Que pouvait ce bien être ? Elle n'avait rien pour se défendre, de toutes manières elle était incapable d'utiliser une arme, moralement et physiquement. Et ses poings ne risquaient absolument pas de suffire vu son petit gabarit, à moins qu'elle ne tombât contre un enfant de neuf ans. Elle essaya de se rassurer, de se dire que personne n'avait aucune raison de l'attaquer. Elle n'avait absolument rien contre les terriens, pour elle ce n'étaient que des gens ordinaires avec une culture très différente de la sienne. Mais elle les savait plutôt violents, et ne les en blâmait pas vu qu'ils avaient été élevés ainsi, et c'était aussi par peur sûrement, mais ça ne la rassurait guère. 
Malgré ça elle avait entendu de la détresse dans ce cri, alors la petite brune ne pouvait s'empêcher d'aller voir, et si quelqu'un était blessé ? Elle glissa silencieusement entre les arbres vers l'endroit d'où le cri avait semblé venir. C'est alors qu'elle aperçu une silhouette, courbé en deux à cause de la douleur, un piège coupant autour de sa jambe. C'était un de ceux que les chausseurs du campement installaient dans la forêt alentour pour capturer plus facilement leurs proies. Elle se souvenait être déjà tombé sur des animaux blessés et coincés, chose qui lui faisait mal au cœur, jamais elle ne pourrait chasser. Mais il fallait bien manger, elle le savait, alors d'abord elle se détournait, peiné, et allait prévenir les chasseurs, puis la dernière fois elle avait pris son courage à deux mains pour achever l'animal, doucement mais sûrement, chose qui la répugnait mais était pourtant nécessaire pour abréger ses souffrances. Il n'y avait eu qu'une fois où elle n'avait pu s'empêcher de libérer une biche, blessée, une version miniature sautillant tristement autour. Elle l'avait d'abord endormi ou du moins bien abruti à l'aise de plantes, puis s'était chargée de s'occuper de sa patte avant de la laisser rejoindre son petit.
Mais ici, ce n'était pas un animal mais un homme, alors la question ne se posait pas. Elle s'approcha, un peu peureusement, puis parla dans la langue des terriens, qu'elle maîtrisait correctement ;


- Tu as besoin d'aide ? Je suis guérisseuse...
© BLACK PUMPKIN

avatar
14/08/2017 Ketro 199 Alex Pettyfer Pivette Gona/Combat & Agriculture 752
The secret side of me

I never let you see


Sujet: Re: Don't judge me
Dim 10 Sep - 9:07

Quand est-ce qu'il allait finir par apprendre ? Quand est-ce qu'il accepterait l'idée que ses incursions au sein de la forêt depuis l'arrivée des gens venus du ciel étaient le plus sûr moyen de se faire tuer ou pire encore ? Finn avait toujours eu la tête dure à sa façon, il n'avait pas été un enfant turbulent ni rebelle, n'avait jamais fait preuve de cruauté ni d'antipathie envers autrui. Et pourtant... Il avait ardemment désiré devenir un Gona, il avait toujours voulu protéger les siens et avait fait en sorte d'en être capable, s'entrainant année après année après année, jusqu'à-ce qu'enfin il soit en âge et en capacité d'agir par lui-même et de prendre ses propres décisions. Depuis lors on avait rien eu à lui reprocher hormis une seule et unique chose : son don pour être blessé. Certains avaient d'abord pensé qu'il le faisait exprès, lorsqu'il n'était encore qu'un jeune trop enthousiaste et téméraire, puis avec le temps et l'âge avançant, on l'avait qualifié d'inconscient, de fou, d'imbécile et autres joyeusetés. Bien sûr ça n'était jamais avec méchanceté, mais davantage par inquiétude car il ne se passait jamais plus d'un ou deux mois sans que l'homme ne soit blessé d'une façon ou d'une autre. Les chutes et les bosses avaient été remplacées par des coups de griffes et des morsures, puis des lacérations indiquant clairement que son adversaire était humain et possédait également sa propre arme... puis vinrent ceux du ciel.

Le Pikuni se faisait un devoir de patrouiller non seulement dans la vallée, mais également -et principalement- dans la forêt où il savait que ces gens se trouvaient. Bien sûr il y avait déjà les Naori qui pouvaient surveiller ces intrus, mais cette tribu était réputée pour son pacifisme et l'homme n'était pas certain qu'ils soient capables de repousser une attaque si jamais un jour les "Odysséens" et les "Cent" comme ils se faisaient appeler, décidaient de les attaquer. Finn avait donc prit sur lui d'arpenter régulièrement la forêt, esquivant les éventuels chemins que certains pouvaient emprunter pour s'enfoncer toujours plus profondément entre les arbres. C'est ce qui devait finir par causer sa perte, ou en tout cas une leçon qu'il ne risquerait pas d'oublier.

SCHALCK !

Le piège qu'il n'avait pas vu se referma sur sa jambe et un cri de douleur et de rage lui échappa, le faisant ployer le genou et se courber vers l'avant alors même qu'il portait ses mains à sa propre bouche pour tenter de juguler le second cri qui tentait de s'échapper de sa gorge. Son cœur s'emballait, son sang battait violemment à ses tempes et sa vision se troubla sur l'instant alors que son souffle, rapide et court, ne pouvait empêcher la douleur d'irradier. Indépendamment de lui, son corps décida que réfréner un hurlement en se mordant violemment la paume des mains valait bien quelques larmes qui pointèrent au coin de ses yeux, rageusement essuyées d'un geste nerveux et tremblant. Le Gona se décida à lâcher la prise de ses dents sur sa main et, mâchoire crispée, baissa les yeux sur sa jambe. Prisonnière d'un piège fait d'un drôle de métal lisse et brillant, il n'en revenait pas de ne pas l'avoir vu, lui qui prenait toujours garde à où il mettait les pieds. Une distraction d'une fraction de seconde, sans doute, qui lui avait valu de finir blessé comme un animal prit dans un piège par un chasseur quelconque, à ceci près que lui avait encore son épée à son côté, ce qui demeurait un léger avantage.

- ... !

Sa tête bourdonnait à présent et il songeait qu'il lui fallait s'extirper de cette chose avant qu'une bête féroce ne le trouve et ne décide d'en faire son déjeuner ou, pire encore, qu'un ennemi ne le capture et tente de lui arracher des informations. L'on avait beau avoir fait une trêve, pour le Gona ce n'était qu'une question de temps avant que ceux du ciel ne tentent de nouveau de les attaquer et il était hors de question qu'il soit pour eux une proie facile, jamais. Tout à ses pensées et à son observation du piège en vu de savoir comment l'ôter en limiter les dégâts -bordel il n'arrivait même pas à se remettre debout pour l'instant tant son corps tout entier subissait le contrecoup de cette blessure- il n'avait pas entendu le premier froissement de feuillages un peu plus loin et ce ne fut que quand elle fut en vue qu'il calcula sa présence, relevant vivement la tête vers ce qui était, de toute évidence, l'une des "leurs".

- Tu as besoin d'aide ? Je suis guérisseuse...

- ...

Elle parlait sa langue, étrangement bien, il ignorait où elle avait bien pu l'apprendre mais ce qui importait surtout c'était qu'elle lui disait être guérisseuse. Vraiment ? Une femme qui soigne au milieu de ces... gens. Il aurait bien pensé monstre, mais même lui savait que c'était exagéré comparé à certaines créatures qui rôdaient dans les zones dangereuses. Finn avait lâché sa jambe sanguinolente et fixait à présent l'inconnue d'un regard chargé de colère -merci chère douleur- et de méfiance. Une allure un peu chétive, peut-être même fragile, de grands yeux passablement apeurés, c'était à croire que les rôles étaient inversés et que c'était elle la proie et lui le chasseur. Peut-être était-il effrayant à cet instant, son teint palissant et son regard noir, sa mâchoire crispée pour contenir le moindre son pouvant trahir son état, l'une de ses mains sur le manche de son épée par réflexe. Mais est-ce qu'elle n'avait pas dit vouloir l'aider ? La tentation de baisser les yeux vers sa jambe était forte, mais il n'avait pas besoin d'y rejeter un regard pour savoir qu'il n'y arriverait probablement pas tout seul, ou en tout cas pas sans se blesser davantage. Il le sentait à la façon dont sa jambe hurlait de souffrance et il craignait d'ailleurs qu'elle ne soit cassée, sans en avoir pour l'instant la moindre certitude. Refuser de l'aide serait stupide, quand bien même il s'agirait d'une ennemie potentielle.

- Tu sais comment faire avec ce genre de piège ?

Demanda-t-il en Terrien. Puisqu'elle semblait connaitre sa langue, il ne voyait pas pourquoi il ferait le moindre effort, quand bien même il connaissait quelques rudiments de cet "anglais" que ceux du ciel parlaient. Il avait mis de longues secondes avant de lui répondre, le temps de la scruter de bas en haut, mais à présent que c'était fait, il sentait sa gorge aussi sèche que sa voix avait eu des accents rauques. Pour l'instant le Pikuni parvenait à se contrôler, mais il ignorait combien de temps encore il pourrait le faire sans faiblir. Rien que l'odeur du sang risquait d'attirer l'une de ces créatures gigantesques qui vivent dans la forêt et qui ne feraient qu'une bouchée -ou presque- de lui s'il ne pouvait pas bouger.

- Qui es-tu ?

Semblait être une bonne question, était-elle l'une de ceux arrivés en premier ou bien membre du groupe qui était tombé du ciel dans le grand oiseau de fer ? Cela pouvait faire la différence si jamais on les surprenaient ensemble, voir même plus simplement si elle lui venait réellement en aide comme elle prétendait vouloir le faire.

avatar
27/10/2016 140 Lily Collins medecin, herboriste 30


Sujet: Re: Don't judge me
Sam 14 Oct - 22:19

LLe regard qu’il lui lança la cloua sur place et elle pâlit immédiatement. Une mélange de douleur, de méfiance et de colère, voir même de haine. Elle se sentit tout de suite coupable, après tout le piège posé là avait été mis par un des siens alors elle est sentait en partie responsable. Et la douleur qu’elle lisait sur ce visage l’empêcha de partir en courant. Clary n’était absolument pas quelqu’un de courageux mais quand il s’agissait d’aider les autres elle pouvait carrément se montrer imprudente. Au fond, elle faisait trop confiance aux gens, elle était trop persuadé qu’il y avait du bon en tout le monde, et même si elle avait peur l’envie d’aider était la plus forte.

- Tu sais comment faire avec ce genre de piège ?

Au moins il ne l’envoyait pas voir ailleurs. Cette la phrase lui donna le courage de s’avancer tandis qu’elle hocha la tête et s’arrêta à un mètre de lui, jetant un regard peu rassuré à sa main sur la poignée de son épée. Elle n’avait aucune idée de qui était cette personne, et savait qu’il y avait toujours un risque qu’il l’a transperce avec sa lame. Après tout, la peur et la douleur donnait naissance à des réactions très brusques et violentes.

- Qui es-tu ?

Clary hésita un moment, presque intimidée par la question. Que dire pour qu’il lui fasse confiance ? Comment se présenter à lui ? Quelles choses raconter sur elle ? Il entendait bien qu’elle n’était pas une des leurs, pas une terrienne, cela elle ne pouvait le cacher. Et elle connaissait la haine et la méfiance de certains autochtones envers les gens du ciel. Mais la petite brune n’avait pas le choix, il allait falloir jouer à la franchise 

- Une des guérisseuses des cent, c’est tout. Je suis désolé que tu sois tombé sur ce piège, laisse moi t’aider, je vais l’ouvrir et après on regardera ta jambe, si tu veux bien.

Elle rassembla son courage et s’agenouilla devant le piège dentelé qui s’était refermé sur la jambe du terrien. Avec précaution elle saisit le saisit des deux côtés.

- Je suis désolé, ça risque de faire un peu mal...

Elle tira de toutes ses forces, patinant à faire bouger la mâchoire métallique. Le piège s’ouvrait lentement, elle sentit ses muscles trembler et le métal coupant s’enfoncer dans sa main sous l’effort, mais finit enfin par réussir à libérer la jambe du jeune homme. Elle enleva immédiatement le ce tas de ferraille dangereux pour le glisser à quelques mètres de là, y enfonçant un bout de bois pour éviter un autre accident. Voyant le sang couler des plaies profondes, elle enleva son gilet et le déchira en deux’ utilisant une partie comme garrot et l’autre pour appuyer sur la jambe et stopper l’hémorragie. 

avatar
14/08/2017 Ketro 199 Alex Pettyfer Pivette Gona/Combat & Agriculture 752
The secret side of me

I never let you see


Sujet: Re: Don't judge me
Sam 14 Oct - 23:26

Une biche affolée, c'est l'image qui s'imposa à l'esprit de Finn en voyant la jeune femme se raidir et le fixer avec de grands yeux tandis qu'elle pâlissait à vue d’œil. Bien, il préférait inspirer peur que pitié, même si c'était sans doute assez stupide comme pensée, il ne pouvait s'en empêcher à cet instant et nul doute que s'il avait tenu le poseur de piège à portée de son épée, il le lui aurait fait très chèrement payer. Seulement voilà, au lieu d'un responsable, c'était une Cent qui était venu à lui, mais ce qui fit tiquer le Pikuni fut le statut sous lequel elle se présenta : une guérisseuse. Si au moment où elle s'était avancée, elle avait pu le voir se crisper comme à l'approche d'une menace, le fait qu'elle soit de ceux qui soignent avait sur l'homme l'effet inverse. Ses paupières clignèrent d'abord le temps d'assimiler l'information au travers du voile de la douleur, puis son expression se détendit visiblement, ses sourcils cessèrent de se froncer et la main quitta le manche de l'épée qui de toute façon ne pourrait pas l'aider dans l'immédiat, s'en servir comme d'un levier risquant de briser la lame.

- ...

Elle proposait de l'aider et pour seule réponse, elle obtint un hochement de tête et une attention soutenue de la part du Gona qui vit les petites mains tenter de défaire l'emprise des crocs d'acier sur leur proie. La douleur s'intensifia lorsque le mouvement s'amorça et Finn serra les dents, étouffant un gémissement avant de repérer le tremblement chez la jeune femme. Ses mains, larges et plus puissantes, se joignirent aux siennes et suivirent le mouvement, l'aidant à retirer le piège qui lui arracha un bref cri plus sonore qu'il ne l'aurait voulu. La chose fut rejetée un peu plus loin et ce ne fut qu'une fois celui-ci hors de portée que le Pikuni s'accorda le droit de s'assoir à même le sol, reprenant son souffle entre ses dents serrées, sentant sa jambe palpiter violemment, signe qu'elle avait enfin assez d'espace pour gonfler à loisir.

- Rha c'est pas vrai... !

Il grimaça et saisit son genou, à défaut de pouvoir faire la même chose avec son mollet sanguinolent, regardant la Cent revenir à la charge en déchirant son gilet sans la moindre hésitation, pressant le tissu qui semblait pourtant de bon ouvrage -et donc sans doute précieux, rares étaient les tisseuses qui faisaient un aussi bon travail- sur ses plaies, appuyant de ses petites mains pour tenter de juguler au mieux les saignements. Les pensées de Finn se tournèrent vers son amie qui possédait la même flamme, la même passion dans l'aide qu'elle pouvait apporter aux autres, le genre de femme qui comme celle qui lui faisait présentement face n'aurait pas hésité à s'avancer vers l'ennemi pour lui porter assistance. A croire que les guérisseuses étaient toutes des risque-tout.

- ... Merci.

Souffla-t-il en lui jetant un regard chargé de douleur et de sincérité, il avait beau se méfier ouvertement des gens venus du ciel, il fallait bien reconnaitre que peu importait la tribu, un soigneur était un soigneur et la Cent en était la preuve vivante. N'eut été la douleur, il lui aurait volontiers sourit, mais tout ce qu'il parvint à lui décocher fut un rictus à mi-chemin entre sourire et grimace, rien de bien glorieux.

- Est-ce que c'est cassé ?

Il était capable de le sentir présentement et le choc au moment où le piège s'était refermé sur sa jambe, le claquement métallique qui avait résonné à ses oreilles, l'avaient empêché de se concentrer sur quoi que ce soit d'autre que la douleur qui avait soudain vrillé dans tout son corps. A présent les palpitations lui donnaient l'impression d'une respiration et c'était sur la sienne qu'il se concentrait afin de tenter de rester éveillé malgré la tête qui commençait déjà à lui tourner. Il ne pouvait pas se permettre d'être capturé si jamais la jeune femme décidait qu'il lui fallait l'aide des autres venus du ciel. Pour l'instant en tout cas le Pikuni se montrait docile et ne cherchait pas à faire l'imbécile, il était trop loin de l'orée de la forêt, trop loin de son village et trop affaibli pour espérer pouvoir regagner un abri sans risquer d'être intercepté par une bête sauvage ou pire encore.

- ... Je m'appelle Finn. Et toi quel est ton nom ?

Elle n'était pas une ennemie, ou en tout cas même si elle appartenait aux Cent, elle n'avait rien d'une menace et semblait vouloir sincèrement l'aider. Bien sûr il n'y avait jamais rien d'acquis et on ne pouvait se fier aux Skaikru, mais pour l'instant elle demeurait de loin sa seule chance de rentrer chez lui en un seul morceau, au propre comme au figuré.
 

Don't judge me

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» only god can judge me → le 27 septembre 2011 à 16h14
» camaël △ just god can judge me.
» Baek Jun Ah - Please don't judge me, and I won't judge you.
» Don't judge me, I was born to be awesome, not perfect || Alexandra Wayland]
» Les Paroles de Jean Dominique:

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Hundred :: place of death :: La forêt profonde-